Patrice Guinard sur Jacques Halbronn (English) 2000

Posté par nofim le 20 mai 2024

Patrice Guinard  sur Jacques  Halbronn  (English) 2000
 

24. Jacques HALBRONN
- born December 1, 1947 at 11.25 am (11:25) in Paris 17 ( at 12.30 pm according to his mother)
(source : Patrice Guinard, r.p.)
- Ph.D (several theses), historian and ethnologist of the astrological « milieu », astrology congress organizer since 1975.
- author of ten books and more than thirty articles. The Guide astrologique (1984; Paris, Laurens, 1997) which carries on the idea put forth by De Herbais De Thun, is an index of astrologers and their activities.
- in the bibliography of his article « Astrologie » in the Encyclopaedia Universalis (1992), he only cites 3 books – in the twenty mentioned – in which he has no direct connection, either as a publisher or author. That goes to show the seriousness of the academic intelligentisia on the subject.
- in his extensive introduction to the truncated Histoire de l’astrologie by Serge Hutin (Paris, Artefact, 1986), he considers astrology to be a cultural reality : the relationship between the stars and mankind being only « A link created by man alone. » (p.144). We are still waiting for the historical analysis that would justify this cultural « Lamarckism ».
- his most useful works remains La vie astrologique il y a cent ans [from Alan Leo to F.Ch.Barlet],  Paris, Grande Conjonction & Trédaniel, 1992.

- Prefering to do research on his own, historian and untimely sociologist, quick-tempered organizer of symposiums, quarrellsome observer of astrological life, megalomaniac and maladjusted character, Halbronn is sort of a Socrates in the French astrological milieu. He seeks to deliver people’s consciousness and exerts a kind of dualistic « maieutics » that is ignored by the majority of astrologers and incomprehensible for the believer. « In the last analysis, astrology would be too serious a thing to be entrusted to astrologers and the counseling session a too important meeting not to be rethought about in the second degree. » (in L’astrologue face à son client (Les ficelles du métier), Paris, Grande Conjonction, 1995, p.46). He successively supports conflicting theses in his works: from « sensory astrology » (1977) to « cosmotherapy » (1995), or « astrology of Tarot » (1983) to « stellar astrology » (2000), he deepens the superficial, brightens the ordinary. With time he has come to think of himself as the director of a hospital for the insane. Often in relation (and by reaction) to certain discussions that he had with me since 1983, he has developed more complex problematics. Halbronn is a better speaker than writer. He excells in confrontation, and recently reached  (in December 2000, at the CURA-MAU symposium in Paris) the summit of his art. While working out new « nearly-astrological » theories, he polished up his dialectic machine and moved the boundary between astrology and anti-astrology. It appears now that all the joint anti-astrological argumentation (first the one by astronomers, but mainly the one coming from the university circles, of sociological or historical orientation) remains at a level short of the problematics that he put in place, insidious and convoluted, nevertheless salutary and invigorating for any reflection on astrology. »
 

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Réflexions autour du Traité Pratique d’Astrologe mondiale d’Horicks et Michaud (1941)

Posté par nofim le 20 mai 2024

jacques  halbronn Réflexions autour du Traité Pratique d’Astrologie mondiale d’Horicks et Michaud,  Nice, juin 1941 Ed des « Soirées Astrologiques »)

 

Cet ouvrage ne doit pas être oublié quand on aborde l’indice cyclique d’André Barbault (LEs astres et l’Histoire, 1967) lequel se référe au seul Henri Gouchon pour des publications datant de  la fin  des années Quarante. C »est ainsi que l’intérêt de Barbault pour le début des années 80 du siècle dernier, ne peut guère s’expliquer sans l’existence du Traité de 1941

 Dès les premières pages, les auteurs (en couple) mettent en avant les « grandes conjonctions planétaires » Page 10, on lit « Certaines conjonctions  caractéristiques des trajectoires  s’imposent immédiatement à l’observation du profane(conjonctions  importantes 1850  à 1852, 1881 à 1894, 1914 à 1921, 1940, 1941n 1942n 1943 1945, 1947 sont autant  d’étapes marquées  par la course des planétes dans l’espace! 1981 ouvree une étape nouvelle, la grande échéance du XXe siècle dont le noyau central se dessine nettement de 1988 à 1992, comme l’indique notre graphique (…)  1914-1915, la guerre mondiale donnant naissance en 1917 à la révoliution russe et au nouvel ordre européen (..)Nous arrivons à une nouvelle concentration astrale (conjonctions multiples: 1940, 1941, 1942 d’où  surgira une ordre nouveau (..) Quoi qu’il en soit, la grande échéance du XXe siècle se situe très nettement de 1981 à l’an 2000 avec les saillies  caractéristiques en deux étapes fondamentales: 1981, 1982, 1983 puis 1988-1989, 1992, les années 1997 et 2000 sont importantes mais s’effacent comparativement aux années majeures qui précédent »  On notera que les années 1989-1992 sont soulignées, ce qui se retrouvera chez Barbault (Défense et Illustrations de l’Astrologie,  Grasset, 1955) avant sa publication de 1967  relative au début des années 80.  C ‘est dire que la fixation sur 1981  comme temps majeur, après les deux guerres mondiales, revient à ces auteurs belges, passés de  Bruxelles à Nice dans les années 40. 

Pour notre part, la méthode proposée dans ce Traité ne saurait être pérenisée car les conjonctions planétaires  sont un substitut au « triangle » planéte/étoile fixe/point vernal), l’unité de base étant de 14 ans, soit la moitié d’une révolution sidérale de Saturne.  Il reste que ces auteurs portent la responsabilité du fiasco prévisionnel de Barbault pour 1981  lequel  met en évidence le peu de valeur à accorder aux « conjonctions planétaires ».

On s’arrêtera sur la « conclusion » de l’ouvrage  qui nous semble fort discutable: » Plus l’homme s’initie à la connaissance du cosmos (..)plus il se sent petit, humble, reconnaissant envers les bienfaits de la Nature, où tout est organisé,prévu en vue de son bonheur » Or, l’ordre astrologique n’est aucunement celui de la Nature mais bien plutôt d’une « SurNature » établie par une certaine Humanité, qui n’est probablement pas  la notre mais qui n’est surement pas assimilable à la  « Nature » – ce qui reléve de la question d’une « humanité » extra-terrestre.

 

 

 

Bibliographie

 Patrice Gunard  signale: dans son étude sur l’Astrologie française au XXe siècle: 
« Louis HORICKS (1900-1992) & Henriette MICHAUX, Traité pratique d’astrologie mondiale (Nice, Les Soirées Astrologiques, 1941)
– cet ouvrage (avant ceux de Michel de Socoa, Dane Rudhyar, Robert Doolaard, André Barbault, San Miguel de Pablos…) avance la possibilité d’une analyse des grandes mutations historiques en fonction des conjonctions des planètes lentes, et notamment des cycles Pluton-Neptune et Neptune-Uranus. »

 

L. HORICKS & H. MICHAUX, Traité pratique d’astrologie mondiale, suivi de La Clé des prédictions nostradamiques. Cédra-Astralis, 1990 [2e édition].

 

JHB 20 05 24

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Les étoiles fixes sont notre horloge cosmique Astrologie Elective

Posté par nofim le 20 mai 2024

jacques  halbronn  Les étoiles fixes sont notre horloge cosmique. Astrologie élective  

 

 

Les historiens de l’astrologie n’ont pas su accorder à la sphère des « fixes » toute l’importance qu’elle méritait, ce qui a entrainé des erreurs d’appréciation quant à leur rôle notamment  autour de la notion de « conjonction »  et de « précession ». Il nous semble ainsi fort heureux de comparer la série des constellations zodiacale à une horloge. Rappelons- en le mode d’emploi. 

Si l’on décide d’accomplir telle action  à tel moment, l’on fixera telle heure, donc tel emplacement sur un cadran (terme qui dérive de quatre), midi pour le déjeuner par exemple, telle heure pour le début du Shabbat et ainsi de suite. Le goûter sera qualifié de « quatre heures » ou en Angleterre de ‘five o’clock ».(5h) 

sur le web.

«  quatre-heures , nom masculin

  • Le five-o’clock-tea (le thé de cinq heures) est entré tout à fait dans les mœurs françaises. [...] On dit couramment : j’ai mon five o’clock. Mme X… a un five o’clock. — (Jules Claretie , La vie à Paris, Le Temps, 19/04/1881, page 3) 
  •  Selon nous, les sociétés se seront servies des étoiles (fixes) pour indiquer  le temps imparti à telle ou telle activité.
  •   Astrologiquement, nous dirons que quand  telle planéte passera « sur » telle étoile, cela sera lié à l’axe équinoxial.  La précession des équnoxes implique que l’étoile fixe chargée de servir de « signe » ne restera pas la même.   Dans le cas de Saturne, l’on attachera  donc de l’importance à sa « conjonction » avec telle étoile associée avec le point  vernal, en telle ou telle année. En effet, l’étoile offre une visibilité qui manque au dit point vernal: Cela donne un triangle: planéte, étoile fixe, point vernal. étant entendu que l’étoile n’aura d’effet que par pure convention.
  • Dans le cas du mouvement diurne, l’on peut également utiliser les étoiles fixes pour  fixer la tombée de la nuit  pour un lieu donné. Quand telle planéte passera sur une certaine étoile,  cela signifiera qu’elle passe sur l’horizon du lieu; ce qui, là encore, permettra une visibilité. La notion d’Ascendant, en astrologie, également appelé « horoscope » -scope  ayant une connotation visuelle – doit donc être associée aux étoiles fixes, regroupées en  constellations zodiacales. On dira que telle personne est née sous telle étoile fixe correspondant à l’horizon du lieu mais en fait, ce qui importera sera la planéte qui sera conjointe à la dite étoile. C’est ainsi que les sociétés tribales se seront organisées pour respecter  leurs rituels liés à leur planéte-totem. Un horoscope ne fait sens que s’il est lié au lever d’une planéte car on est dans le cadre d’une astrologie « élective » Autrement dit, il ne fait pas sens de dresser un thème pour l’astrologie généthliaque, car l’astrologie sert, ici, pour célébrer la montée d’une planéte à l’horizon, non pas à la naissance mais lors de telle ou telle circonstance de la vie sociale. Rappelons que les révolutions des planétes sont déterminées par le temps écoulé entre deux passage de telle planéte sur une même étoile fixe.
  • cf Claude Dariot dont nous avons fait connaitre  l’importance en  1990 pour son traité paru en 1558:

 

Introduction au jugement des astres. Traité des élections propres pour le commencement des choses

Introduction au jugement des astres. Traité des élections propres pour le commencement des choses

Auteur : Claude Dariot

Paru en 1990
Éditeur(s) : Pardès.
Collection(s) : Kosmos
Contributeur(s) : Editeur scientifique (ou intellectuel) : Chantal Etienne – Editeur scientifique (ou intellectuel) : Denis Labouré – Adaptateur : – Postfacier : Jacques Halbronn

Résumé

Claude Dariot (1533-1594), médecin astrologue, a été injustement oublié par le monde astrologique moderne. Ce livre expose les principes généraux de l’astrologie, puis les règles de l’astrologie horaire. ©Electre 2024

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 20 05 24

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Réflexion sur l’Oeuvre de Paul Choisnard , Bruxelles

Posté par nofim le 19 mai 2024

 

 

 jacques  halbronn Réflexion sur la Synthèse de  l’Oeuvre de Paul Choisnard Principes, régles et lois de l’Astrologie Scientifique   par  Herbais de  Thun. Bruxelles, c 1940

 

On s’arrêtera sur le chapitre IV « Astrologie et Science » (pp. 37 et seq) On nous  affirme  que l’astrologie ‘a rang désormais parmi les sciences positives et pourrait trouver sa place dans les sciences physique puisqu’elle repose sur des calculs et sur des faits (..) elle est fondée sur l’observation  naturelle et statistique des probabilités »Il s’agit ici  de  l’astrologie « scientifique » dont on nous di qu’elle « consiste beaucoup plus à faire des diagnostics que des pronostics éloignés » Choisnard a une prédilection pour la division en Eléments, par groupe de trois  signes. (p. 101) « Les 12 signes du zodiaque ont été classés en quatre triplicités de trois signes dont les milieux forment un triangle équilatéral. La parenté des trois signes  ainsi constitués  peut se concevoir  par la liaison harmonique de leurs aspects trigones » Il ressort que Choisnard préfére  cette division à celle qui respecte le cadre saisonnier, probablement parce que les signes cardinaux sont en carré ou en opposition  et non pas en trigone comme les signes de même élément!  L’auteur classe en  effet carrés et oppositions comme « maléfiques » (p/ 103)  On lit (p. 141) « Ascendants d’esprits supérieurs: « fréquence manifestement plus grande que les ascendants d’individus quelconques dans les trois régions des signes d’air, etendues sur la Vierge et le Scorpion. Il y a là une preuve objective de l’influence astrale ». Nous ne suivrons pas Choisnard  à propos de l’application des 4 Eléments entre les 12 signes. En effet, il nous semble essentiel d’articuler l’astrologie sur les axes équinoxiaux et solsticiaux et non pas sur une telle distribution qui ne fait pas sens au niveau astronomique et cosmographique.  De fait , équinoxes et solstices sont en carré et en opposition mais il s’agit là d’une logique cyclique basée sur un processus d’alternance et les doubles domiciles dans la Tétrabible de Ptolémée, attribuent à Jupiter (sagittaire/¨poissons) tout comme à Mercure (Gémeaux Vierge) des signes en carré. Quant à l’opposition elle correspond à des axes, à des polarités. Les deux équinoxes sont certes diamétralement opposés mais présentent des similitudes structurelles flagrantes. Et Choisnard de conclure (p. 113): » La science astrologique  embrouillée et fauseée est presque toute à reconstruire. Ce n’est pas un seul chercheur  qui pourra s’en charger ». On note à quel point Choisnard est marqué par toute une tradition astrologique et il se sert des statistiques pour faire le tri  alors que Gauquelin en 1955 présente des résultats bruts qui présentent l’astrologie sous un nouvel angle, ce qui aura contrarié maints commentateurs. Cela dit,  les deux chercheurs se rejoignent à propos d’un certain élitisme plus significatif pour la recherche astrologique que les individus lambda.

 

 

 

 

 

 

JHB 19 05 24

 

 

 

Publié dans ASTROLOGIE, sociologie | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Pour une réforme/refonte du droit privé et du droit public

Posté par nofim le 19 mai 2024

jacques halbronn  Pour une réforme/refonte  du droit privé et du droit public sur la  base  de son anthropocosmologie.

 

Notre première formation universitaire  aura été dans le domaine du Droit, tant civil  que constitutionnel, à  Paris II Assas, à partir de la rentrée 1965 et soixante plus tard c’est dans ce même domaine que nos recherches aboutissent, à double titre. 

 

Dans le domaine du Droit constitutionnel, nos travaux sur la cyclicité, les périodes, impactent de plein  fouet notre projet de nouvelle constitution, bas sur la connaissance de périodes de 7 ans déterminées une fois pour toutes et non de façon conjoncturelle et conjecturelle. Rappelons les balises d’un tel calendrier faisant alterner les périodes équinoxiales(E) et solsticiales (S) On se limitera ici à un calendrier allant de 1956 à nos jours: 1956 S   1964  E, 1971  S, 1978 E, 1986 S, 1993 E, 1999 S, 2007 E, 2025, 2023 E. En résumé, les phases S  confèrent le pouvoir à la « base », par le biais du suffrage universel  et du référendum alors que les phases E confèrent le pouvoir à des Sages (tsadiqim) triés  sur le volet. Ces changements d’orientation ne sont pas négociables.

  Dans le domaine du Droit civil  et pénal, il sera tenu compte dans la Loi et pas seulement dans la jurisprudence. On ne saurait juger un homme comme on le ferait pour une femme et vice versa. On se référe ici à nos travaux sur les « topiques sensorielles »  articulées sur le « ça » et le « Surmoi », qui sont directement ancrés sur la Loi, sous divers angles de vue. Ce qu’il faut retenir, c’est que ce qui est admis par les hommes ne l’est pas par les femmes et  inversement. Le facteur « genre » ne saurait être ignoré et tel acte commis par un homme n’aura pas à être jugé pareillement pour une femme et réciproquement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 19 05 24

Publié dans anthropocosmologiz, anthropolinguistique, ASTROLOGIE, DROIT, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn L’astrologie personnelle est une déconstruction des grandes catégories.

Posté par nofim le 18 mai 2024

jacques  halbronn L’astrologie personnelle est une déconstruction des  grandes catégories.

 

Selon nous, les attaques des astrologues « sérieux » à l’encontre d’une astrologie qui entend en rester à  des notions générales correspondent à une volonté de régression, d’involution à savoir d’en revenir au chaos primordial féminin, l’évolution consistant à parvenir à une approche « schématique » du monde. En ce sens, l’astrologie horoscopique reléverait d’une forme de complot contre la Science  plutôt que de se faire qualifier de pseudo-science à moins que par pseudo-science, il faille comprendre anti-science!.

Les statistiques ont vocation à simplifier notre perception du monde, à réduite l’infini du désordre à une certaine finitude en nombre très limité. Les étoiles représentent cette matière première innombrable alors que les planétes, bien moins nombreuses et bien plus petites, indiquent vers quoi va  tendre toute évolution.  Autrement dit, les résultats Gauquelin s’ils ne remettent pas en question l’influence astrale  portent un coup fatal à l’astrologie de la personnalité, selon la formule de Rudhyar et révélent le caractère régressif d’une telle astrologie, ce qui correspond à un retour d’un régime masculin vers un régime féminin primitif/

Dans sa préface  au livre de François Gauquelin « Psychology of the planets » (1982 Astro Computing service, San Diego), Michel Gauquelin revenait sur la coincidence entre les noms mythologiques des planétes et les résultats statistiques obtenus (pp: I et II), passés dans le langage courant:  jovial, martial  etc/

Pour notre part, nous avons montré que les noms des signes zodiacaux symbolisaient telle ou telle planéte mais qu’il ne s’agissait pas de la planéte attribuée dans la Tétrabible de Ptolémée (IIe siècle après JC), les gémeaux devant représenter, selon nous, une valeur vénusienne, tout comme d’ailleurs la Vierge et non une valeur mercurienne comme indiqué dans le dispositif des maitrises planétaires traditionnel.  Pour nous, l’astrologie gauquelinienne est une astrologie qui ignore les révolutions sidérales des planétes (conjonction planéte/étoile fixe) et ne connait que le mouvement diurne quotidien. Dans un cas, on a une croix horizon/méridien  et dans l’autre une croix  équinoxes/solstices. activée par une seule planéte, Saturne, ce qui correspond à l’aboutissement de la réduction du Ciel. Dans les deux cas,  seule une élite est concernée laquelle entraine et conduit la masse. Par conséquence, l’astrologie personnelle  remet en question une telle hiérarchie verticale. Cela dit, il semble que l’ouvrage en question de François Gauquelin vise à revenir à une astrologie personnelle, ce qui correspond à une programmation féminine. Nous avons montré que le processus d’instrumentalisation de certaines planétes de notre « ciel » tel que vu de la Terre, ne relevait pas d’un rituel lié à la naissance mais était lié à des pratiques répétées tout au long de la vie, le moment de la naissance n’étant qu’un épiphénoméne et non pas un point de départ. autrement dit,  la statistique Gauquelin aurait dû étudier l’impact de telle ou telle configuration à différents moments de la vie d’une personne. Nous pensons également que l’observation du ciel est nocturne et que le coucher d’un astre est mieux observable que son lever, ce qu’illustre le début et la fin du Shabbat avec l’apparition des premières étoiles

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 19 05 24

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Réflexions sur les préfaces de Brahy, Hiéroz, Volguine aux « Nouveaux Principes d’astrologie traditionnelle » d’Abel Wattelier

Posté par nofim le 18 mai 2024

jacques halbronn   Réflexions  sur les préfaces de  G-L Brahy, J. Hiéroz,  A. Volguine aux « Nouveaux Principes d’astrologie  traditionnelle » d’Abel Wattelier (Dervy  1952 

 Cet ouvrage  a surtout retenu notre attention en raison des trois préfaces  qui l’introduisaient, il y a plus de 70 ans, dues à trois responsables d’associations et de publications astrologiques.Comment voyait-on l’avenir de l’astrologie au sortir de la Seconde Guerre Mondiale? 

 

Le Belge  Brahy  parle de « pefectionner les méthodes de vos  ainés » IL évoque des embryons de « colléges » Selon Brahy ‘ les autres sciences (..) ont pu constituer des corps organisés qui tranchent  dans un sens qui donne l’impression d’être toujours progressif »

 

Quant à Hieroz, alors président du CIA, il dénonce « ces auteurs actuels qui démarquent sans vergogne un travail précédemment paru d’ailleurs lui meme démarqué lui même d’un livre précédent  ou quand ils se lancent dans des affirmations nouvelles ne se donnent point la peine de les controler (..) sans se rendre compte  que souvent elles constituent des hérésies astronomiques » 

 Volguine, enfin, responsable de la revue « Cahiers Astrologiques » se  veut  plus optimiste: « La plupart des livres d’après guerre sont manifestement marqués par le désir de sortir des sentiers battus, de ne pas répéter aveuglément ce qui a été déjà dit, d’approfondir notre Science. (..) Un jour viendra, probablement encore très lointain quand on arrivera à coordonner des affirmations les plus divergentes, à concilier des observations contradictoires, à amalgamer des vérités personnelles et à créer une nouvelle synthèse astrologique » Cela sera le fait ‘ »des astrologues de demain ». conclut Volguine.

Complétons notre survol avec un regard  sur  l’introduction de l’auteur. Le mot « maquis » est utilisé qui n’est pas sans évoquer la Résistance. Wattelier dénonce la presse qui accueille une astrologie de mauvais aloi! , ce qui vient entacher l’image de cette » noble Science ». On notera que nos auteurs apprécient plus que de nos jours l’emploi du mot « Science » à propos de l’Astrologie, ce qui va au delà de l’expression  » astrologie scientifique » en vogue depuis le début du siècle. ‘ Ce sont ces publications qui font traiter les astrologues de fumistes et de charlatans » Quant aux astronomes, ils « pourraient nous aider puissamment si nous savions  leur faire comprendre que nous voulons exclure de nos rangs les  vrais charlatans (..) Ce sont nos associations elles memes  qui devraient demander aux Pouvoirs publics de sévir contre ces escrocs de la crédulité publique » Et d’affirmer  que ‘l’Astrologie a de vastes   possibilités, on peut grâce à elle connaitre de façon parfaite » la personne à condition de connaitre  avec précision les données de naissance (p; 10) On dit, concéde Wattelier « que ‘l’Astrologie  n’est pas une science exacte (..) mais une exacte compréhension des influences planétaires en font une science réelle (..) toute de raisonnement et de logique »  Que penser d’un tel corpus, avec le recul?  Wattelier, à l’évidence, est un digne représentant d’un retour à une extréme diversité, à l’encontre de toute démarche « scientifique » car croire qu’une telle approche gagnera ipso facto en précision est un leurre. il s’agit bien là d’une régression au niveau épistémologique et trois ans plus tard, la publication des premiers résultats Gauqueln annonce la victoire d’un processus de réduction  par delà toute considération individuelle.

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  18 05 24

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Epistémologie. Les Quatre Eléments en Astrologie

Posté par nofim le 18 mai 2024

jacques  halbronn   Epistéùomohgie Les Quatre Eléments en Astrologie 

 

La notion  d’ »astrologie scientifique » voudrait que l’on se servît  autant que possible  de données et de critères reconnus. C’est ainsi que les Saisons sont un phénoméne dont l’astronomie peut tout à fait rendre compte à la différence des Quatre Eléments quant à leur découpage de l’écliptique. C’est pourquoi  l’on préférera les quadruplicités (division en 4 x 3) aux triplicités. (division en 3×4);

 

.Sur le web

 

Éléments, quadruplicites et polarites

« Les douze signes du zodiaque sont divisés en quatre secteurs correspondants aux quatre éléments : le Feu, la Terre, l’Air et l’Eau. Un élément se compose de trois signes compatibles (la triplicité), ces éléments se complétant mutuellement.

Ceci nous permet de comprendre les motivations de chaque signe, sa manière d’appréhender l’existence, les valeurs qu’il privilégie. Un signe sera donc plus ou moins en accord avec un autre selon son élément. »  Cette triplicité  est associée  à l’aspect de  « trigone » (360/3 =120) Alhumasar au Xe siècle aura validé cet aspect avec les conjonctions de Jupiter à Saturne distantes d’environ 120° et donc se succédant dans la même triplicité jusqu’à ce que le cycle glisse vers une autre triplicité.*, ce qui était censé annoncer un changement de domination religieuse.

Or, le probléme, c’est que cette répartion  n’a aucun fondement astronomique et ne respecte pas le découpage en saisons puisqu’une saison ne couvre que  trois signes et non quatre.  La division quaternaire s’ »articule, quant à elle, sur les dites saisons et donc sur les axes équinoxiaux et solsticiaux  lesquels offrent des similitudes, l’équinoxe d’automne ressemble structurellement à celui de printemps tout comme le solstice d’hiver à celui d’Eté; En revanche, les axes feu-Air et Terre- Eau ne font sens que pour les astrologues convaincus.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  JHB 18 05 24

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn La question juive et ses « solutions » au prisme de l’astrologie EXOLS

Posté par nofim le 18 mai 2024

jacques  halbronn  La question  juive et ses « solutions » au prisme de l’astrologie EXOLS 

 

  La  Recherche  Astrologique exige d’approfondir les concepts utilisés. Quand un pronostic ou diagnostic fait probléme, cela exige de repenser les définnitions que l’on s’est données ou que l’on aura adoptées dans un premier temps car la  réalité du terrain n’est pas  si aisée à décrypter et cela ne passe pas exclusivement par l’astrologie. Le probléme c’est que la plupart des chercheurs dans ce domaine sont assez limités dans leurs capacités  d’analyse extra-astrologique, ce que Jean  Pierre Nicola appelle « conditionnement ».

C’est ainsi que dans le cadre de notre Astrologie EXOLS, nous avons pu buter sur certains paradoxes psychosociologiques, liés à l’instrumentalisation, c’est à dire à l’utilisation de personnes ou de « choses » (comme les astres). La question de savoir si une phase est favorable ou défavorable à telle ou telle catégorie de population peut nous rendre perplexe. En effet, on peut vouloir mettre fin à une situation soit parce qu’elle a donné pleine satisfaction. On lui donne un certificat de qualification. Mais on peut aussi « licencier » quelqu’un pôur insuffisance! On parle de licence poétique. Idem pour le verbe « libérer » qui peut tout aussi bien signifier que l’on entend se décharger, se libérer  d’un poids tout aussi bien de reconnaitre le besoin d’indépendance d’autrui. Comment savoir?

Si l’on aborde la question  juive, l’on sait que le sionisme peut aussi bien  consacrer le droit des Juifs à disposer d’un Etat que la volonté de s’en débarrasser en les éloignant  Le fait de nommer un Juif à un poste important peut se révéler un cadeau empoisonné pour celui-ci. On pense à Simone Veil,  sur l’avortement, à Pierre Mendés France pour la décolonisation en Indochine et en Tunisie èet qui se sera « remercié » en 1956- voire à Léon Blum (1936), à Fabius -1983) ou à Gabriel Attal (2023) On les choisit pour leurs qualités mais aussi peut être parce que le moment venu, ils pourront servir de bouc émissaire, de repoussoir. . 

En ce qui concerne les événements actuels tant à Gaza qu’en France, l’on observe une nette montée de l’antisémitisme depuis le « pogrom » du 7 octobre 2023  jusqu’aux manifestations dans les campus des  Universités (affaire de Science  Po etc) Le massacre du 7 octobre est en lui même l’expression d’une nouvelle poussée d’antisémitisme, ce qui s’explique astrologiquement par le début d’une phase équinoxiale de 7 ans. Le rejet des juifs, tant en Israel qu’en diaspora apparait comme la « solution » à certaines crises tout comme en 1940 avec Pétain échangeant « ses » Juifs contre certains avantages accordés par l’occupant nazi., d’où ses lois antijuives! Car la phase équinoxiale se prete à une politique de tri . Séparer le bon  grain de l’ivraie; La Gauche est porteuse d’un message  exigeant certaines renonciations, certains sacrifice et l’on pense à celui d’Isaac dans la Genése, comme « gage » de fidélité de la part d’Abraham envers son dieu..

 

 

 

 

 

 

JHB  28  05 24

Publié dans ASTROLOGIE, judaîsme, Juifs | Pas de Commentaire »

jacques halbronn La vie astrologique au prisme de la vidéo 1995-2008

Posté par nofim le 18 mai 2024

jacques  halbronn   La vie  astrologique  au  prisme de la vidéo  1995-2008 

 

Si l’on retient l’année 2008, il y a 16 ans exactement, pour le lancement de Teléprovidence, en l’honneur de nos locaux sis rue de la Providence, depuis 1979, il y a eu une préhistoire, celles des premiers films (sans le son)  que nous avons tournés, en 1978-79 lors de colloques à Paris en passant par la première couverture vidéo en 1984  lors de notre Colloque à la Bourse du Commerce de Lyon ou celui de 1988 « la raison des maisons »,  couvert par Guy Deffeyes sans oublier la couverture « photo »  que l’on doit à Dominique Devie et à Elvira Berndorff ( plus nos prises en polaroïd) encore plus tôt (voir sur Facebook « L’album photo des astrologues »), ce qui constitua le support d’expositions en marge de nos Colloques. C’est en 1994-95 que nous avons réalisé avec Daniel Kubezyk une vidéo de nos diverses  archives « L’epopée du mouvement Astrologique  1974-1994. Mais il aura fallu attendre encore 14 ans (un cycle astrologique de Saturne) pour accéder à Internet, avec l’aide de Roger Hecquet sous le label « TV Urania ». Mais c’est bien en 2008  que débuta véritablement l’aventure de la télévision astrologfique sous le nom de Teléprovidence avec au départ l’aide de Stanislas Marquis, à Lausanne; de Camille Danicel,  puis de Sophie Artois jusqu’en 2013 laquelle avait collaboré avec Roger Hecquet. Finalement, Teleprovidence s’installa durablement sur You Tube avant de devenir « Télé de la Subconscience » quand on élargit son spectre à la voyance; à la médiumnité.  avec actuellement plus de 3000 abonnés.

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

12345...228
 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs