jacques halbronn Bible et Astrologie. Le probleme des traductions/

Posté par nofim le 29 janvier 2023

 

 jacques  halbronn   Bible et Astrologie. Les connexions.
Roger Hequet

jacques  halbronn   Bible et Astrologie.  Le probleme  des traductions/ dans ASTROLOGIE clDf4-rlhao
« Ras le bol de cette pollution de l’astrologie par le religieux, le karma et autres enfumages »
réagissant à la mise en ligne  de l’article de Patrick Giani.(2006)
Pour notre part, la Bible, bien au contraire, se révéle comme une clef pour remonter à une astrologie plus ancienne que celle qui nous est parvenue dans le cadre de la littérature astrologique traditionnnelle et le lien entre astrologie et théologie est incontournable quant à l’apparition même de l’astrologie en tant que réalité et pas seulement en tant que discours. En fait,  il est beaucoup plus question d’astrologie que ne le laissent entendre les traductions. D’une part comme le montre Patrick  Giani parce que l’on rend par « astrologue » et « astrologie des termes qui n’y renvoient pas et de l’autre parce que de nombreux passages ont un  caractère astrologique évident mais ne sont pas qualifiés comme tels  (cf notre ouvrage  Le monde juif et l’astrologie. Histoire d’un vieux couple. Ed Arché; Milan, 1985)

L’Astrologie et la Bible

Bible et Astrologie

par Patrick Giani

J’ai récemment (2006) reçu un mail de la part d’un webmaster à qui je proposais un échange de liens. Il refusait car, je cite : « L’astrologie n’est pas compatible avec Dieu (…/…) Dieu est contre tout ça il le dit clairement dans plusieurs passages de la Bible (verset 18-10 du Deutéronome et 47.13 d’Esaïe). »

Voici ce que je lui ai répondu :

« Je me doutais bien que vous citeriez ces deux versets de l’Ancien Testament car ce sont les plus connus, et les détracteurs catholiques de l’astrologie y font souvent référence. Mais qui les a écrits ? Je sais que, pour le catholique, la Bible est la Parole de Dieu. Mais si l’on étudie un tant soit peu les Ecritures, on constate qu’il en existe différentes versions et on réalise qu’il préférable de ne pas prendre tous les textes au pied de la lettre. Jésus-Christ a dit : « Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira. » (Jean 8, 31-32).
L’homme est maintenant prêt à connaître la vérité car il a accès à tous les livres sacrés et à toutes les traductions.
Comme vous le savez, la Bible est composé de deux parties : l’Ancien Testament et le Nouveau Testament.
L’Ancien Testament a été écrit pour l’essentiel par Moïse, tout au moins la première partie. On sait que Dieu lui a parlé sur le Mont Sinaï et qu’il en est revenu avec les Tables de la Loi sur lesquelles étaient inscrits les Dix Commandements. Sans vouloir minimiser l’importance du témoignage de Moïse, il fait référence à une époque de l’Histoire (8 siècles avant J.C.) où les hommes avaient besoin de lois et de morale car ils adoraient toutes sortes de divinités païennes (dont le fameux veau d’or) et s’adonnaient à la violence, à la luxure et au vice. Que Moïse ait été inspiré à cette époque, certes, mais quand on lit certains passages de l’Ancien Testament où Dieu apparaît mysogyne, cruel, vengeur, voire jaloux, on ne peut s’empêcher de penser que la personnalité de Moïse a pu quelquefois déformer ce que Dieu lui inspirait.

La vie de Jésus-Christ, relatée par quatre de ses apôtres, constitue l’essentiel du Nouveau Testament. Quand on lit toutes ces paroles de sagesse et d’Amour à travers les paraboles et les sermons, cela touche notre esprit et notre cœur. Leur force, leur clarté et leur authenticité nous permettent de nous mettre en liaison directe avec Dieu. On prend conscience que c’est Dieu Lui-même qui parle à travers Son Fils bien-aimé. Mais dans la bouche du Christ, il n’est jamais question de jugement, de sentence, et encore moins de vengeance. Personne n’est banni, personne n’est écarté à cause de ses péchés et tout le monde peut accéder au Salut.
Or, le premier verset que vous citez fait partie de l’Ancien Testament : il s’agit du Deutéronome, cinquième livre de la Bible hébraïque et dernier du Pentateuque. Il contient le récit des derniers discours de Moïse aux Israëlites avant qu’ils entrent au pays de Canaan. C’est un autre code de lois, après celui de l’Exode, d’où son titre de Deutéronome : deuxième loi.
La plupart de ceux qui lisent la Bible pensent que c’est Dieu qui édicte les lois contenues dans le Deutéronome, mais c’est bien Moïse qui les prononce (à l’âge de 120 ans!). Ce qui est étonnant, c’est que ce verset ait retenu leur attention alors que, dans ce même Deutéronome, on trouve des lois telles que l’interdiction de manger du porc, de l’autruche ou de se marier avec une personne d’un autre peuple que le peuple élu (7.3) et plus encore de se laisser séduire par une autre religion: « tu n’y consentiras pas, et tu ne l’écouteras pas… mais tu le feras mourir; ta main se lèvera la première sur lui pour le mettre à mort, et la main de tout le peuple ensuite; tu le lapideras, et il mourra, parce qu’il a cherché à te détourner de l’Éternel, ton Dieu (13.10).

Mais revenons au verset en question:

Où est passé le mot « astrologue » ?

La traduction par Louis Segond du verset 18-10 du Deutéronome auquel vous faites référence est :
«Qu’on ne trouve chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu, personne qui exerce le métier de devin, d’astrologue, d’augure, de magicien»
Mais si l’on prend la version de Chouraqui (éditions Desclée de Brouwer), qui rappelons-le, a traduit la Bible d’après les textes originaux en hébreu (la langue de Moïse), voici ce que dit ce verset :
« Il ne se trouvera pas en toi passeur de son fils et de sa fille au feu, charmeur de charme, conjectureur, devin, sorcier »
Quand à la TOB (Traduction Oecuménique de la Bible) voici sa version: « Il ne se trouvera chez toi personne qui fasse passer sa fille ou son fils par le feu, interroger les oracles pratiquer l’incantation, la magie, les enchantements et les charmes, recourir à la divination ou consulter les morts ».

Où est passé le mot « astrologue » ?
N’oublions pas que la traduction a été faite à la fin du XIXè siècle et que, à l’époque, l’astrologue était assimilé à un magicien ou à un sorcier ! Mais, au fait, qui était Louis Segond (1810-1885) ?
Un théologien suisse qui a traduit la Bible en français à partir des textes originaux hébreux et grecs. La traduction de l’Ancien Testament a été publiée en 1871, suivie par le Nouveau Testament en 1880. Selon Wikipedia « Louis Segond ne reconnaissait pas la divinité de Jésus-Christ et il était misogyne ». On peut alors se demander comment il a pu traduire les Evangiles avec un tel état d’esprit…

Quand au verset 47.13 d’Esaïe de l’ancien testament que vous citez, traduit par Louis Segond par :
« Tu t’es fatiguée à force de consulter: qu’ils se lèvent donc et qu’ils te sauvent, ceux qui connaissent le ciel, qui observent les astres, qui annoncent, d’après les nouvelles lunes, ce qui doit t’arriver! » voyons comment ce verset a été traduit par Chouraqui :
« Tu es excédée par la multiplicité de tes conseils. Qu’ils se dressent donc et te sauvent, les répartiteurs de ciels, les contemplatifs d’étoiles, les connaisseurs de ce qui viendra sur toi aux lunaisons ! »
Quand à la TOB, voici sa version:
« Tu t’es épuisée à force de consultations, qu’ils se présentent donc et te sauvent, ceux qui détaillent le ciel, qui observent les étoiles, qui annoncent chaque mois ce qui doit fondre sur toi »

Encore une fois, on ne trouve pas le mot « astrologue » dans ce verset. Tout au plus désigne-t-il ceux qui s’intéressent aux étoiles et aux lunaisons, ce qui était fréquent à l’époque puisque les chaldéens avaient légué une partie de leur savoir astronomique aux hébreux et aux égyptiens, qui s’en servaient pour prévoir les récoltes.
Ce sont ces mêmes astronomes-astrologues (à l’époque, il n’y avait pas de séparation) que nous retrouvons au chevet de Jésus encore nouveau-né et que le Nouveau Testament appelle « les Mages venus d’Orient » (Mt 2,1).
Ont-ils été écartés par les parents de Jésus lorsqu’ils sont arrivés pour l’adorer avec l’or, l’encens et la myrrhe ? Non, parce que ces mages étaient considérés pour leur savoir et leur sagesse. Ils avaient fait des centaines de kilomètres pour voir de leurs propres yeux celui qui devait naître sous cette configuration astrale exceptionnelle qui l’annonçait comme le Messie, le Sauveur !

On ne trouve rien, absolument rien dans le Nouveau Testament, qui fait allusion à des astrologues ou qui dit de s’en méfier. De la même façon, on n’y voit jamais Jésus jeter une diatribe à qui que ce soit. Les seules fois où Jésus se met en colère contre les hommes, c’est avec les marchands du temple et lorsqu’il s’adresse aux riches : « Malheur à vous, les riches » (luc 6-26) mais les traducteurs n’ont pas compris qu’il voulait dire:
« Malheureux êtes-vous, les riches ». Jésus leur exprimait ainsi sa compassion (voir la note de la TOB pour ce verset : « Ce ne sont pas des malédictions ni des condamnations irrévocables…).

Pour terminer cette mise au point, jetons un coup d’oeil aux premiers versets de la Genèse 1.14, où il est clairement dit :
« Le troisième jour Dieu dit: Qu’il y ait des luminaires dans l’étendue du ciel, pour séparer le jour d’avec la nuit; que ce soient des signes pour marquer les époques, les jours et les années. »

De l’astromancie à l’astropsychologie
L’astrologie était donc, du temps de Moïse, considérée comme une mancie, c’est à dire une pratique divinatoire : quand aurais-je un autre enfant ? comment va se passer la saison pour mes récoltes ? etc. Et cela a perduré durant des siècles puisque ce n’est qu’au vingtième siècle que l’astrologie a refait surface, d’une part avec les « horoscopes » (les nouvelles mancies !) et d’autre part avec l’étude de caractère et la psychologie, ce qui lui donna une nouvelle direction : celle des sciences humaines. De nos jours, d’ailleurs, ceux qui étudient et pratiquent l’astrologie préfèrent se présenter comme des astropsychologues, car il s’agit essentiellement de mieux se connaître en étudiant les configurations planétaires de la carte du ciel de naissance. Rappelons que cette étude prend en compte les dix planètes et leurs aspects alors que le fameux horoscope ne tient compte que du Soleil de naissance. La prévision (voir avant) fait partie de la pratique mais sans aucun déterminisme et avec beaucoup de prudence dans l’analyse, afin de ne pas verser dans la prédiction (dire avant) et de risquer d’influencer les choix.
Pour ma part, cette science humaine m’aide à connaître plus rapidement les forces et les faiblesses d’un individu, à mieux appréhender son chemin de vie, à mieux comprendre ses problèmes. Enfin, la connaissance astrologique m’aide à le réconcilier avec son âme.
Tous ceux qui font référence à ces deux versets de la Bible ne s’imaginent pas à quel point ils peuvent être sentencieux et… aveugles dans leur façon de juger ceux qui pratiquent l’astrologie. Le Seigneur n’a-t-il pas dit « Ne jugez point, afin que vous ne soyez point jugés » ?
J’espère que cette réponse vous permettra de réviser votre jugement et que vous prendrez conscience que l’on peut être astrologue et profondément chrétien.

Bible et Astrologie

Pour illustrer cette réflexion voici une histoire vraie:

Une célèbre animatrice radio des États-Unis fit remarquer que l’homosexualité est une perversion.
« C’est ce que dit la Bible dans le livre du Lévitique (chapitre 18, verset 22) : Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme : ce serait une abomination. C’est clair, non ? La Bible le dit. Un point c’est tout. « , affirma-t-elle.
Quelques jours plus tard, un auditeur lui adressa une lettre ouverte qui disait :
« Merci de mettre autant de ferveur à éduquer les gens à la Loi de Dieu. J’apprends beaucoup à l’écoute de votre programme et j’essaie d’en faire profiter tout le monde. Mais j’aurais besoin de conseils quant à d’autres lois bibliques.
Par exemple, je souhaiterais vendre ma fille comme servante, tel que c’est indiqué dans le livre de l’Exode (chapitre 21, verset 7). A votre avis, quel serait le meilleur prix ?
Le Lévitique (chapitre 25, verset 44) enseigne aussi que je peux posséder des esclaves, hommes ou femmes, à condition qu’ils soient achetés dans des nations voisines. Un ami affirme que ceci est applicable aux mexicains, mais pas aux canadiens. Pourriez-vous m’éclairer sur ce point ? Pourquoi est-ce que je ne peux pas posséder des esclaves canadiens?
Je sais que je ne suis autorisé à toucher aucune femme durant sa période menstruelle, comme l’ordonne le Lévitique (chapitre 18, verset 19). Comment puis-je savoir si elles le sont ou non J’ai essayé de le leur demander, mais de nombreuses femmes sont réservées ou se sentent offensées.
J’ai un voisin qui tient à travailler le samedi. L’Exode (chapitre 35, verset 2) dit clairement qu’il doit être condamné à mort. Je suis obligé de le tuer moi-même? Pourriez-vous me soulager de cette question gênante d’une quelconque manière?
Autre chose : le Lévitique (chapitre 21, verset 18) dit qu’on ne peut approcher de l’autel de Dieu si on a des problèmes de vue. J’ai besoin de lunettes pour lire. Mon acuité visuelle doit-elle être de 100% ? Serait-il possible de revoir cette exigence à la baisse?
Un dernier conseil. Mon oncle ne respecte pas ce que dit le Lévitique (chapitre 19, verset 19) en plantant deux types de culture différente dans le même champ, de même que sa femme qui porte des vêtements faits de différents tissus, coton et polyester. De plus, il passe ses journées à médire et à blasphémer. Est-il nécessaire d’aller jusqu’au bout de la procédure embarrassante de réunir tous les habitants du village pour lapider mon oncle et ma tante, comme le prescrit le Lévitique (chapitre 24, verset 10 à 16) ?
On ne pourrait pas plutôt les brûler vifs au cours d’une réunion familiale privée, comme ça se fait avec ceux qui dorment avec des parents proches, tel qu’il est indiqué dans le livre sacré (chapitre 20, verset 14) ?
Je me confie pleinement à votre aide.
Merci de nous rappeler que la parole de Dieu est éternelle et immuable. Un point c’est tout. »
Il ne reçut jamais de réponse…

Pour ceux que cela intéresse, voici quelques liens utiles :
– Pierre d’Ailly , cardinal, chanoine et évêque, qui s’appuya sur la théorie des grandes conjonctions pour montrer l’accord entre l’astrologie et l’histoire d’une part, et entre l’astrologie et la théologie d’autre part. Voir la page qui lui est consacrée sur Wikipédia.
– Le site de Gilles Roy « Le divin Soriastre dédié à Celles et Ceux qui veulent réconcilier les astrologues avec l’Art, la Science, l’Histoire et DIEU, par et pour l’Amour de JESUS-CHRIST, notre Sauveur ».

– La réponse de la Fédération Des Astrologues Francophones suite aux voeux du pape Jean Paul II et à la condamnation des astrologues, par Ferdinand David
Esotérisme et christianisme : Histoire et enjeux théologiques d’une expatriation par Jérôme Rousse-Lacordaire. Dominicain, docteur en théologie, chargé d’enseignement à l’Institut catholique de Paris (Institut de science et de théologie des religions) est directeur de la bibliothèque du Saulchoir à Paris. L’ésotérisme a mauvaise presse dans le monde catholique. Pourtant, cette forme de pensée a connu une grande faveur dans certains milieux catholiques, pas toujours marginaux, depuis la Renaissance, et encore aujourd’hui, elle attire nombre de chrétiens…

llution de l’astrologie par le religieux, le karma et autres enfumages

Publié dans ASTROLOGIE, Bible | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Astrologie EXOLS Le phénoméne de babélisation et la phase solsticiale.

Posté par nofim le 25 décembre 2022

jacques Halbronn    Astrologie EXOLS Le phénoméne de babélisation et la phase solsticiale.

 

  Nous poursuivons  dans le sens des connexions entre notre Astrologie EXOLS  et la Bible. L’épisode de la Tour de Babel  illustre à merveille la problématique de la phase dite solsticiale, par opposition à celle de la phase équinoxiale.

Selon nos descriptions, la solticialité est marquée par une démarche de construction, d’addition et l’on voit dans le Livre de la Genése, qu’une telle démarche est insupportable aux yeux du Créateur (L’Eternel):

 

Genèse 11.1-9

11 Toute la terre avait une seule langue et les mêmes mots.
2 Après avoir quitté l’est, ils trouvèrent une plaine dans le pays de Shinear et s’y installèrent. 3 Ils se dirent l’un à l’autre: «Allons! Faisons des briques et cuisons-les au feu!» La brique leur servit de pierre, et le bitume de ciment. 4 Ils dirent encore: «Allons! Construisons-nous une ville et une tour dont le sommet touche le ciel et faisons-nous un nom afin de ne pas être dispersés sur toute la surface de la terre.»
5 L’Eternel descendit pour voir la ville et la tour que construisaient les hommes,
6 et il dit: «Les voici qui forment un seul peuple et ont tous une même langue, et voilà ce qu’ils ont entrepris! Maintenant, rien ne les retiendra de faire tout ce qu’ils ont projeté.
7 Allons! Descendons et là brouillons leur langage afin qu’ils ne se comprennent plus mutuellement.»
8 L’Eternel les dispersa loin de là sur toute la surface de la terre. Alors ils arrêtèrent de construire la ville. 9 C’est pourquoi on l’appela Babel: parce que c’est là que l’Eternel brouilla le langage de toute la terre et c’est de là qu’il les dispersa sur toute la surface de la terre.  »

La babélisation en tant que multiplication des langues mais aussi, par voie de conséquence, des clivages et des frontières de toutes sortes, donc des nations, résume le climat solsticial qui régne chaque fois que Saturne franchit le Rubicon de l’axe Gémeaux Sagittaire. Cela correspond au déni de la Création Première (chapitre I  du livre de la Genése), exposé dès le chapitre II avec l’addition de la femme. 

 

 Le livre du prophéte Osée est très clair sur ce  qui vient contrarier le Créateur, d’où la condamnation des idoles (Veau d’Or Livre de l’Exode) même lorsqu’elles sont censées s’adresser au même Dieu que ceux qui les rejettent.

 

 Osée 8
5L’Eternel a rejeté ton veau, Samarie! Ma colère s’est enflammée contre eux. Jusques à quand refuseront-ils de se purifier? 6Il vient d’Israël, un ouvrier l’a fabriqué, Et ce n’est pas un Dieu; C’est pourquoi le veau de Samarie sera mis en pièces. 

 Le personnage de Jésus comme il a déjà été signalé ailleurs, fait probléme lorsqu’il déclare « sur cette pierre, je construirai mon Eglise » car on est bien là face à une création paralléle et rivale, défiant la précédente. La phase équinoxiale, a contrario, a vocation à déconstruire tout ce que l’Humanité aura cru bon d’ajouter, de superposer (superstructures). On a vu avec l’affaire ukrainienne le caractère sacré (et donc l’accusation de sacrilége) quand on ose toucher (en fin de phase solsticiale) au découpage des frontières étatiques alors que l’Ukraine fait de facto partie historiquement d’un même ensemble que la Russie.

 

 

JHB 25 12 22

Publié dans ASTROLOGIE, Bible, judaîsme, Juifs | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Le Tarot, clef de l’eucharistie.

Posté par nofim le 25 décembre 2022

Jacques Halbronn  Le Tarot, clef de l’eucharistie. 

 

Nous nous proposons de relier le  Tarot  à la bénédiction  judaique et à l’eucharistie qui en découle autour du pain et du vin. 

Ceci est mon corps, ceci est mon sang » ( Evangile selon Marc 14, 12-16.22-26)    

C’est ainsi que pour nous la coupe qui est  liée au sang (cf le Graal), se retrouve dans une des 4 « couleurs » des  arcanes mineurs du Tarot. cf    https://livrenigme.com/2(019/02/26/culture-esoterique-le-tarot-les-arcanes-mineurs) que l’on retrouve dans jeux de carte classiques (coeur, carreau, pique, tréfle). /Arcanes Mineurs dans le Tarot de Marseille - Tarot Ana

 

  Nous pensons que le récit de la Céne rapporté dans les Evangiles pourrait être lié au bâton et à la coupe des dits arcanes mineurs, si l’on admet le rapprochement entre le pain et le bâton, notamment en France avec la « baguette de pain ». Cette thèse se voit confirmée par la coupe qui est l’autre élément de l’eucharistie.

baguette de pain

 

10 questions et 10 réponses sur les hosties et la communion

 

L’on pourrait également relier les deniers du Tarot avec les 30  deniers de Juda et l’épée  à la scéne de la crudifixion. En matière de calques, rappelons les paralléles entre l’envoi de Moise vers les « fils d’Israel » (Exode III) et de Jésus vers les « brebis perdues de la maison d’Israel » tout comme Abraham  qui sacrifie son fils et Dieu  le sien, Jésus;

 

Bibliographie

Un évangile pour guérir, tome 1 par Jodorowsky

Résumé :
Les évangiles ont été à l’origine de nombreuses interprétations. Celle-ci est inattendue, surprenante. En réalité il s’agit d’un décryptage archétypiques spirituel, psychologique et moral du Nouveau Testament grâce à la lecture des cartes du Tarot dont Jodorowsky est un spécialiste reconnu. On trouve aussi dans ce livre tous les grands principes de la psyschogénéalogie dont il est l’un des pionniers.

 

JHB  25 12  22

Publié dans Bible, TAROT | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Prophétisme/ La fin des temps comme entrave au plan divin d’origine

Posté par nofim le 4 décembre 2022

Jacques  Halbronn    La fin des temps comme entrave au plan divin d’origine

 

Selon nous, le thème eschatologique de « fin des temps » est étranger à la théologie juive originelle. Le Livre de l’Ecclésiaste  ne nous semble pas notamment concerné par une telle idée.   Pour notre part, nous y voyons un processus de sabotage de la Création Première exposée ai premier chapitre du Livre de la Genése qui expose un systéme qui n’a pas de fin. Il faut voir dans cette présentation des choses, un acte « diabolique » (au sens du Livre de Job), visant à enrayer, à entraver l’ordre primordial pour lui substituer un ordre « nouveau ».(Nouveau Testament) Nous avons montré que le schisme qui conduira, à la mort de Salomon, à l’émergence d’un second Royaume, situé au Nord, qui adoptera le nom d’Israel, littéralement celui qui s’oppose à El, qui le  combat, qui se mesure à lui, et qui est le puiné d’Isaac, à savoir Jacob..

Certes, force est de constater que le judaisme aura fini par adopter une telle perspective, mais cele montre à quel point il aura été perverti de par sa promiscuité avec les ressortissants du Royaume d’Israel, ce qui aura largement dénaturé le Pentateuque, depuis le Chapitre II qui traite d’un second temps de la Création avec la formation de la femme, alors que dès le chapitre premier,  la dualité avait déjà été instaurée

 

Genése I

כז וַיִּבְרָא אֱלֹהִים אֶת-הָאָדָם בְּצַלְמוֹ, בְּצֶלֶם אֱלֹהִים בָּרָא אֹתוֹ:  זָכָר וּנְקֵבָה, בָּרָא אֹתָם.  27 Dieu créa l’homme à son image; c’est à l’image de Dieu qu’il le créa. Mâle et femelle furent créés à la fois

 

 Genése II

 

יח וַיֹּאמֶר יְהוָה אֱלֹהִים, לֹא-טוֹב הֱיוֹת הָאָדָם לְבַדּוֹ; אֶעֱשֶׂה-לּוֹ עֵזֶר, כְּנֶגְדּוֹ.  18 L’Éternel-Dieu dit: « Il n’est pas bon que l’homme soit isolé; je lui ferai une aide digne de lui. »

 

Qu’est ce que ce Dieu qui viendrait ainsi corriger, compléter sa Création?   

La notion de fin des temps est en contradiction avec le principe de cyclicité et donc avec les fondements de l’astrologie.

 

 

JHB  04 12 22

Publié dans ASTROLOGIE, Bible, prophétisme | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn De l’empreinte samaritaine sur la Bible aux Centuries de Nostradamus

Posté par nofim le 1 décembre 2022

jacques  Halbronn  De l’empreinte samaritaine sur la Bible aux Centuries de Nostradamus

 

 

Selon nous, le Pentateuque tel qu’il nous est parvenu est fortement marqué par  une influence samaritaine  (cf  Etienne Nodet  les Samaritains ed du Cerf 2022)/ Ce qui peut surprendre, c’est comment il se fait que les Juifs aient pu l’adopter  jusqu’à ce jour sans sourciller. Le cas le plus extréme est le Livre de l’Exode où la récurrence aux « fils d’Israel » est constante. Il y  a là une carence évidente d’esprit critique à moins qu’il ne se soit agi d’une sorte de compromis hybride assumé, une cote mal taillée. Cela n’est pas sans nous faire penser à la situation des Centuries de Nostradamus ensemble auquel nous avons consacré un grand nombre de travaux.(cf notre post doctorat de 2027 sur la naissance de la critique nostradamique). En fait la France de la fin du XVIe siècle, celle marquée par l’Edit de Nantes de 1598, sous un Roi ayant abjuré sa foi protestante (« Paris vaut bien une messe) et couronné à Chartres au début de 1594 nous éclaire sur une période beaucoup plus lointaine et en ce sens la critique nostradamique peut nous servir à mieux structurer la critique biblique, en mettant en évidence des processus analogues. D’ailleurs, ces deux périodes ne sont elles pas marquées par le néo-prophétisme (cf Le texte prophétique en France, formation et fortune,  Thèse d’Etat, 1999, diffusion Presses Universitaires du Septentrion) puisque les Centuries paraissent sous le nom de « Prophéties »? Il ne semble pas qu’Etienne Nodet ait envisagé de suivre une telle méthodologie comparative alors que selon nous, les processus tendent à se répéter à des siècles de distance.

  L’étude des Centuries est révélatrice du caractère factice d’une présentation unitaire et d’ailleurs, l’ensemble comporte deux volets dont le premier est marqué par la Ligue et le second par ses adversaires (cf notre étude « Les prophéties et la Ligue » “Colloque Prophètes et prophéties au XVIe siècle, Cahiers V. L. Saulnier, 15, Paris, Presses de l’Ecole Normale Supérieure, 1998.. L’étude de l’édit de Nantes (révoqué en 1685) donne le contexte d’un tel ensemble composite. 

 Notice Wikipedia

« L’édit de Nantes est un édit de tolérance promulgué en avril 1598 par le roi de France Henri IV1, pour mettre fin aux guerres de Religion qui ravageaient le royaume de France depuis 1562, et particulièrement à la huitième guerre, commencée en 1585. » Cet édit accorde aux protestants des droits religieux, civils et politiques dans certaines parties du royaume et, dans des annexes appelées « brevets », leur concédait un certain nombre de lieux de refuge, dont une soixantaine de places de sûreté, et leur garantissait le versement par le trésor royal d’un subside annuel » 

Or, force est de constater la résistance actuelle  face à nos travaux, le plus souvent se manifestant par le refus de les mentionner. Patrice Guinard les traita de « canular » et entre 2003 et 2011  quatre  ouvrages parus chez des éditeurs majeurs, ont pris le parti de les ignorer, ce qui n’aura pas permis à Nodet – en 2022- d’en tirer parti malgré notre publication  de tout un dossier dans la Revue Française d’Histoire du  Livre Vers une nouvelle approche de la bibliographie centurique : 2011 n° 132, 51 p) On est bien là face à un obstacle épistémologique au prisme d’une démarche exégétique entendant considérer l’un et l’autre des corpus comme étant à prendre comme d’un seul tenant. ut simplement  historique: nul ne conteste les oppositions entre les deux Royaumes de judah et d’Israel, notamment à la mort de Salomon pas plus les guerres de religion et leur enjeu dynastique dans la France de la charnière entre les XVIe et XVIIe siècles.(cf  Jacques  Halbronn  Le texte  prophétique  / Discours de la méthode;  in revue Babel, 2000)

Par ailleurs, nous insistons sur la filiation entre le monde israélite du Nord  et le Christianisme. Rappelons la formule « je suis venu pour les brebis perdues de la Maison d’Israel ».  Le « Ecoute Israel » qui est entonné dans les synagogues, n’est plus perçu comme une interpellation à l’encontre des « Israélites » – ce qui est attesté par les Livres des Prophétes-puisque la formule est  même considérée comme l’expression du credo juif en ce qu’il a de plus solennel. Le bouquet, c’est le choix même du nom d’Israel pour désigner le nouvel Etat Juif, en 1948.(cf David  Hamidovic  ‘L’entrée du Shema Israel dans la liturgie » in Dans l’antichambre/ ¨Pour un dialogue entre la pensée juive et la connaissance renouvelée du judaisme ancien Ed Hermann, 2021   Ce nom d’Israel est généralement perçu comme synonyme de Juif et dans le Talmud (traité Sabbat), on discoure sur le « Mazal d’Israel »(cf notre article « L’astrologie dans le traité Shabbat 156 a et b – Nofim – Unblog.fr)

Rappelons que nous avons soutenu en 1979; sous le direction de Georfes Vajda une thèse (Paris III EPHE) sur la problématique  astrologique chez les principaux penseurs juifs du Moyen Age Espagnol, publiée aux Ed  Arché en 1985 sous le titre  » le monde Juif  et l’Astrologie. Histoire d’un vieux couple) et il se trouve que dans nos travaux linguistiques (mémoires de 1987 et 1989, à Paris  V, sous la direction de Louis Jean Calvet), nous avons montré comment une langue, comme l’anglais, pratique la synonymie, ce qui lui permet d’occulter le caractère hétérogéne de ses composantes en se situant sur le seul plan sémantique (et non morpho-sémantique)  Mais là encore, on rencontre une forte résistance de la pârt de l’apologie  syncrétique à l’encontre de notre démarche critique. On pourrait enfin  évidemment mentionner nos travaux en Histoire de l’Astrologie et notamment notre étude de la Tétrabible de Ptolémée où nous montrons les interférences entre astronomie et  astrologie, cf Clefs pour l’Astrologie  Ed Seghers 1976 et 1993, notre article « Astrologie. in Encyclopaedia Universalis, https://www.universalis.fr   › auteurs ›   jacques-halbronn) et le blog Faculte libre d’Astrologie de Paris, http://facultelibredastrologiedeparis. blogspot.com/

 

 

 

 JHB 01  12 22

 

 

 

Publié dans Bible | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Astrologie, et théologie : I le livre de Job II la notion d’étranger.

Posté par nofim le 18 novembre 2022

jacques halbronn    Astrologie,  et théologie : I  le livre de Job II   la notion d’étranger. 

 

 

Nous voudrions revenir sur deux problématiques que nous avons évoquées à maintes reprises  tant dans le champ théologique que cyclologique. En ce qui concerne la question du Diable (Satan), nous avons envisagé de quelle façon  la notion de miracle pouvait recéler de « diabolique », de « prométhéen » voire de luciférien, ce qui  nous fait jeter un regard  différent tant sur le Livre de l’Exode avec entre autres, le passage de la Mer Rouge que sur les Evangiles avec entre autres, le retour de Jésus du royaume des morts, après sa crucifixion. 

La plupart des auteurs tendent à voir paradoxalement dans le miracle une « preuve de l’existence de Dieu » alors que pour nous, c’est une mise en cause de sa toute puissance et de la perfection de son acte créateur (Genése). Le livre de Job met en scéne Satan, dont le nom est parfois traduit par « L’adversaire » et il y est bien question d’un défi.

 

 

Job – Chapitre 2 - אִיּוֹב

 

א וַיְהִי הַיּוֹם–וַיָּבֹאוּ בְּנֵי הָאֱלֹהִים, לְהִתְיַצֵּב עַל-יְהוָה; וַיָּבוֹא גַם-הַשָּׂטָן בְּתֹכָם, לְהִתְיַצֵּב עַל-יְהוָה.  1 Or, le jour arriva où les fils de Dieu vinrent se présenter devant l’Eternel. Le Satan lui aussi vint au milieu d’eux pour se présenter à l’Eternel.
ב וַיֹּאמֶר יְהוָה אֶל-הַשָּׂטָן, אֵי מִזֶּה תָּבֹא; וַיַּעַן הַשָּׂטָן אֶת-יְהוָה, וַיֹּאמַר, מִשֻּׁט בָּאָרֶץ, וּמֵהִתְהַלֵּךְ בָּהּ.  2 L’Eternel dit au Satan: « D’où viens-tu? » Le Satan répondit: « J’ai visité la terre et l’ai parcourue en tous sens. »
ג וַיֹּאמֶר יְהוָה אֶל-הַשָּׂטָן, הֲשַׂמְתָּ לִבְּךָ אֶל-עַבְדִּי אִיּוֹב–כִּי אֵין כָּמֹהוּ בָּאָרֶץ אִישׁ תָּם וְיָשָׁר יְרֵא אֱלֹהִים, וְסָר מֵרָע; וְעֹדֶנּוּ מַחֲזִיק בְּתֻמָּתוֹ, וַתְּסִיתֵנִי בוֹ לְבַלְּעוֹ חִנָּם.  3 L’Eternel demanda au Satan:  » As-tu porté ton attention sur mon serviteur Job? Certes, il n’a point son pareil sur la terre, tellement il est un homme intègre et droit, craignant Dieu et évitant le mal. Il persiste encore dans sa piété, bien que tu m’aies incité à le ruiner sans motif. »
ד וַיַּעַן הַשָּׂטָן אֶת-יְהוָה, וַיֹּאמַר:  עוֹר בְּעַד-עוֹר, וְכֹל אֲשֶׁר לָאִישׁ–יִתֵּן, בְּעַד נַפְשׁוֹ.  4 Le Satan répliqua à l’Eternel en disant: « Peau pour peau! Tout ce que possède l’homme, il le donne pour sauver sa vie.
ה אוּלָם שְׁלַח-נָא יָדְךָ, וְגַע אֶל-עַצְמוֹ וְאֶל-בְּשָׂרוֹ–אִם-לֹא אֶל-פָּנֶיךָ, יְבָרְכֶךָּ.  5 Or çà, étends donc ta main et atteins-le dans ses os et dans sa chair: tu verras s’il ne te reniera pas en face. »
ו וַיֹּאמֶר יְהוָה אֶל-הַשָּׂטָן, הִנּוֹ בְיָדֶךָ:  אַךְ, אֶת-נַפְשׁוֹ שְׁמֹר.  6 L’Eternel répondit au Satan: « Eh bien! Il est en ton pouvoir; seulement respecte sa vie. »
ז וַיֵּצֵא, הַשָּׂטָן, מֵאֵת, פְּנֵי יְהוָה; וַיַּךְ אֶת-אִיּוֹב בִּשְׁחִין רָע, מִכַּף רַגְלוֹ עד (וְעַד) קָדְקֳדוֹ.  7 Le Satan se retira d’auprès de l’Eternel, et il frappa Job d’une lèpre maligne depuis la plante des pieds jusqu’au sommet de la tête.
Abordons à présent  la personne de l’étranger  évoquée par le « Zakhor » autour d’un texte (2010) de Sonia Sarah Lipsyc: (sur son blog) > 

  « Souviens-toi que tu as été étranger en Egypte » est l’une des injonctions les plus répétées dans la Torah. A la veille de la fête juive de « Pessah » qui célèbre précisément la sortie du peuple juif de l’esclavage d’Egypte, nous nous demanderons : quelle éthique de l’altérité le judaïsme a-t-il développé au travers de l’interprétation de certains récits bibliques ? Quelles sont les conséquences dans la loi juive de cette appréhension de l’autre qui peut avoir le visage de l’étranger, du non juif, du converti mais aussi des femmes ou des groupes minoritaires ? Quelles sont les répercussions actuelles de ces représentations de l’autre dans le dialogue du judaïsme avec les monothéismes chrétien et musulman ? » 

Pour notre part étant en quéte de tout ce qui dans la Bible  vient converger avec notre approche de la cyclologie, laquelle s’articule précisément sur le statut central  de l’étranger dans la Cité; en tant qu’enjeu sur lequel il importe périodiquement de prendre position, soit au prisme de l’horizontalité (phase solsticiale)  soit à celui de la verticalité (phase équinoxiale), ce constant rappel  dans le  judaisme à la conscience d’être étranger nous renvoie ipso facto à une problématique cyclique.  Mais nous pensons que le judaisme actuel ne capte pas de quelle manière l’étranger est un personnage incarnant l’altérité dans le temps comme dans l’espace à l’instar  du songe des vaches grasses et des vaches maigres ou de la création additionnelle de la femme,dans le Livre de la Genése  

Publié dans ASTROLOGIE, Bible, théologie | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Lectures astrologiques de la Bible (Genése II). L’homme seul (solstice) complété par la femme (équinoxe)

Posté par nofim le 29 septembre 2022

Jacques  Halbronn  Lectures astrologiques de la Bible (Genése II). L’homme seul (solstice) complété par la femme (équinoxe)    Notre  astrologie  se trouve des correspondances avec la Bible mais cette astrologie là différe sensiblement de l’Astrologie telle qu’elle semblait s’être comme statufiée, devenue une chose  établie une fois pour toute, comme hors de portée des astrologues eux mêmes, ce qui autorisait tout un chacun à tenir des propos définitifs à son sujet.. On observera donc que certaines comparaisons et confrontations entre l’Astrologie et tel ou tel autre domaine sont fonction de sa description. Au delà de ce que nous avons déjà mis en évidence à propos de la prophétie de Jérémie quant à l’Ancienne  et à la Nouvelle Alliances et de celle du Pharaon interprétée par Joseph autour des 7 vaches maigres dévorant les vaches grasses: d’une part la succession de périodes de 7 ans, de l’autre, la Loi  hétéronomique (solstices) face à la loi autonomique (équinoxes), nous aborderons à  présent  ce que signifie astrologiquement la « Création de la Femme », au début du Livre de la Genése (ci dessous):

Genése  II

וַיֹּאמֶר יְהוָה אֱלֹהִים, לֹא-טוֹב הֱיוֹת הָאָדָם לְבַדּוֹ; אֶעֱשֶׂה-לּוֹ עֵזֶר, כְּנֶגְדּוֹ.  18 L’Éternel-Dieu dit: « Il n’est pas bon que l’homme soit isolé « lévado); je lui ferai une aide digne de lui. »
יט וַיִּצֶר יְהוָה אֱלֹהִים מִן-הָאֲדָמָה, כָּל-חַיַּת הַשָּׂדֶה וְאֵת כָּל-עוֹף הַשָּׁמַיִם, וַיָּבֵא אֶל-הָאָדָם, לִרְאוֹת מַה-יִּקְרָא-לוֹ; וְכֹל אֲשֶׁר יִקְרָא-לוֹ הָאָדָם נֶפֶשׁ חַיָּה, הוּא שְׁמוֹ.  19 L’Éternel-Dieu avait formé de matière terrestre tous les animaux des champs et tous les oiseaux du ciel. Il les amena devant l’homme pour qu’il avisât à les nommer; et telle chaque espèce animée serait nommée par l’homme, tel serait son nom.
כ וַיִּקְרָא הָאָדָם שֵׁמוֹת, לְכָל-הַבְּהֵמָה וּלְעוֹף הַשָּׁמַיִם, וּלְכֹל, חַיַּת הַשָּׂדֶה; וּלְאָדָם, לֹא-מָצָא עֵזֶר כְּנֶגְדּוֹ.  20 L’homme imposa des noms à tous les animaux qui paissent, aux oiseaux du ciel, à toutes les bêtes sauvages; mais pour lui-même, il ne trouva pas de compagne qui lui fût assortie.(Ezer Kenegdo)
כא וַיַּפֵּל יְהוָה אֱלֹהִים תַּרְדֵּמָה עַל-הָאָדָם, וַיִּישָׁן; וַיִּקַּח, אַחַת מִצַּלְעֹתָיו, וַיִּסְגֹּר בָּשָׂר, תַּחְתֶּנָּה.  21 L’Éternel-Dieu fit peser une torpeur sur l’Homme, qui s’endormi; il prit une de ses côtes, et forma un tissu de chair à la place.
כב וַיִּבֶן יְהוָה אֱלֹהִים אֶת-הַצֵּלָע אֲשֶׁר-לָקַח מִן-הָאָדָם, לְאִשָּׁה; וַיְבִאֶהָ, אֶל-הָאָדָם.  22 L’Éternel-Dieu organisa (Yiven) en une femme (Icha) la côte qu’il avait prise à l’homme, et il la présenta à l’homme.(adam)
כג וַיֹּאמֶר, הָאָדָם, זֹאת הַפַּעַם עֶצֶם מֵעֲצָמַי, וּבָשָׂר מִבְּשָׂרִי; לְזֹאת יִקָּרֵא אִשָּׁה, כִּי מֵאִישׁ לֻקְחָה-זֹּאת.  23 Et l’homme dit: « Celle-ci, pour le coup (cette fois), est un membre extrait de mes membres et une chair de ma chair; celle-ci sera nommée Icha, parce qu’elle a été prise de Ich. »

Il est clair que la femme n’apparait que dans un second temps, puisqu’au départ, nous dit on, « Adam est seul (en hébreu Lévad). Notre grille astrologique y voit là la description d’un premier temps, le solsticial : on trouve une convergence formelle entre solitude et solsticialite tout comme entre équinoxe et quéte d’égalité (ex aequo) propre à la phase équinoxiale.(aequinoctium) Cela nous améne à déclarer que l’on passe du solstice à l’équinoxe, de la Nouvelle Lune  au premier quartier ou « demi-lune »)Selon nous, la phase équinoxiale vient prolonger, compléter la phase solsticiale, l’expanser, passant du pouvoir d’un seul (monarchie, autocratie) puis  de quelques  (uns ‘oligarchie) au pouvoir (démocratie) de tous.(cf les régimes politiques selon Aristote https://1000idcg.com › regimes-politiques-aristote) 

Cela rejoint la prophétie de Jérémie avec l’Ancienne Alliance (solsticiale) et la Nouvelle Alliance (équinoxiale), l’une étant hétéronomique; l’autre autonomque, soit une Loi  venant de l’extéieur laissant la place à une Loi venant de l’intérieur et par là meme incontournable. Nous dirons qu’en phase équinoxiale, le pouvoir du « mâle dominant » n’est plus de mise et sans grande efficacité puisqu’il rend possible une marge de désobéissance, On aura compris que nous nous plaçons toujours dans une démarche cyclique et donc d’alternance, sur un laps de temps global d’une quinzaine d’années et non dans la perspective linéaire d’une sorte de « fin du monde ». On voit que la connexion entre les deux corpus, l’astrologie et le biblique, exige une certaine décantation, faute de quoi le lien entre eux ne s’établit point. Rien n’est irreversible.

 

 

 JHB   28 09 22

Publié dans ASTROLOGIE, Bible | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Epistémologie. Nécessité de la comparaison et critère de falsifiabilité.

Posté par nofim le 16 septembre 2022

jacques  Halbronn Epistémologie.  Nécessité de la comparaison et critère de falsifiabilité. 

 

On connait l’exigence formulée par Popper  à propos de la falsifiabilité. (Falsification Principle) et il était ainsi reproché à l’astrologie de ne pas être « falsifiable ».

 Lu sur  Interner  «  Thèse : Ce qui définit la science, c’est sa falsifiabilité. Le critère de démarcation de la science c’est sa falsifiabilité. Les pseudo sciences ont toujours réponse à tout. Karl Popper prend l’exemple de l’astrologie qui n’a pas de cesse de présenter des preuves fondées sur l’observation à l’appui de ses théories. »" Quelles conditions  faudrait-il donc  réunir pour que l’astrologie puisse être « prise en faute, en  défaut »?

Selon nous, la meilleure façon  de procéder  est de recourir à une approche comparative. Qu’est ce à dire? Il s’agit de montrer que ce qui qui est différent ne l’est qu’en surface. Dans le cas de l’astrologie,  la notion de cyclicité semble, en principe, a priori, tout à fait indiquée. Que certaines situations soient  démontrées comme comparables  par delà les différences de lieu et de temps semble à la portée de l’astrologie. Inversement,  si l’étude astrologique se limite à un seul moment et à un seul espace, le compte n’y est pas.

Encore  faut-il  créer les conditions propres à une telle méthode comparative. Or, la pléthore de facteurs dont se sert l’astrologie courante ne semble pas permettre de considérer  différents cas comme offrant une certaine analogie. Cette diversité peut certes convenir pour affirmer l’aptitude de l’astrologie à rendre compte de la spécificité unique d’une personne mais dans ce cas, il faut dire Adieu à l’approche comparative. On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du  beurre. En effet,  une telle diversité des configurations peut-elle servir à l’astrologue pour expliquer  que sa prévision n’a pas été confirmée, du fait que le cas étudié ne correspondrait  pas à 100% à celui  auquel on se référait. Or, selon nous, seul un modéle très simple dans sa présentation et sa formulation permet de travailler autour de la falsifiabilité.  C’est pourquoi nous n’hésitons pas à relier des périodes entre elles, séparées notamment de 15 ans (la moitié d’une révolution de Saturne), étant entendu que l’astrologie peut signaler des similitudes quant aux problématiques posées tout en accordant une certaine marge quant aux solutions affichées. Il revient au chercheur de prouver que ces solutions, dans le cadre des périodes considérées, se recoupent nettement et suffisamment pour que ce soit concluant et que l’on s’y retrouve grosso modo., sans aller toutefois  rechercher une précision excessive.

Au cours de nos travaux de critique textologique, il s’est agi d’effectuer des rapprochements justifiant telle ou telle thèse sans songer cependant  à exposer  des similitudes absolues. Au contraire,  les différences entre les documents se révéleront pleines d’enseignement,  sur le plan diachronique, dans le cas notamment de plagiats, de recyclages qui ne sauraient faire illusion.

 

 

 

 

 

 

JHB  16 09 22

Publié dans ASTROLOGIE, Bible, LINGUISTIQUE, SCIENCE | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Astrologie et périodicité hebdomadaire L’axe Lune-Saturne et le Shabbat.

Posté par nofim le 12 septembre 2022

Jacques  Halbronn   Astrologie et périodicité  hebdomadaire . L’axe Lune-Saturne et le Shabbat.

 

En 1976, dans Clefs pour l’astrologie, nous parlions du cycle long et du cycle court. L’un concernait le passage des planétes  sur les axes équinoxiaux et solsticiaux, l’autre les aspects des planétes au Soleil ou plutôt du Soleil à tel ou tel cycle planétaire. En 2022, nous proposons d’étudier, pour le cycle court, le passage de telle ou telle planéte sur l’axe nouvelle lune- pleine lune  en alternance avec le passage sur l’axe des deux demi-lune; pour les deux courbes, l’angle de 90° – carré- est ce qui sépare une phase d’une autre. 

Dès lors, le cycle court d’une planéte s’inscrit dans le cadre de la semaine et du mois, ce qui s’accorde avec la parution de magazine hebdomadaires et mensuels, lesquels accueillent traditionnellement  les rubriques « horoscopes »

On parle d’un calendrier soli-lunaire, qui est notamment celui des Juifs mais aussi des Musulman puisque le début de chaque mois correspond à une nouvelle lune, d’où le symbole du croissant (de Lune) dans l’Islam. Mais étrangement, la fixation du début de la semaine n’est pas liée à un processus cosmique. C’est ainsi que la pratique du Shabbat s’articule sur une tradition obscure dont nul ne semble en mesure de rendre compte; Comment s’assurer que le cycle sabbatique  n’a pas été perturbé, à travers les âges et depuis quand les Juifs se sont ils alignés sur une certaine pratique hebdomadaire qui ne colle pas avec leur calendrier soli-lunaire.? En tout état de cause,  force est de constater que la Lune nous apparait comme le curseur du cycle soli-lunaire puisqu’elle est l’astre le plus rapide des deux luminaires. Nous dirons que la Lune est le « prometteur » et le Soleil rejoint mensuellement par la Lune le « significateur » .  La lune se sépare du Soleil puis le rejoint, se conjoint à lui. En allemand, la Lune est un nom masculin (der Mond) et le Soleil un nom féminin (die Sonne).

Dans le dispositif  des Maitrises planétaires, la Lune en cancer précéde le Soleil en lion. Selon nous, la semaine devrait commencer par le Lundi, jour de la Lune comme son nom l’indique (en anglais Monday) et précéder le jour du Soleil. Cette anomalie tient au fait que dans le dispositif des exaltations, en astrologie, il y a eu permutation de la Lune en bélier vers le taureau et donc pour le Soleil, passage du taureau vers le bélier (cf nos Clefs pour l’Astrologie)

Nous proposerons donc en complément de notre astrologie « selon Saturne », une astrologie soli-lunaire avec la même alternance analogique d’équinoxialité et de solsticialité.  Le mode d’emploi en est des plus simples, quand se forme dans le ciel la Nouvelle Lune -en son premier filet lumineux- l’humanité passe en phase équinoxiale  puis l’on passe à une  demi lune marquant une phase solsticiale de 7 jours (et non pas de 7 ans comme pour le Soleil) et ainsi de suite. On en revient à la pratique d’un même ciel pour tous, sans considérer le signe solaire de naissance, ce qui n’intervint qu’à la fin des années trente du siècle dernier (avec Marie- Louise Sondaz, cf  l’étude de Serge Bret Morel) Ajoutons que selon nous, la phase n’atteint son plein qu’au mi- point, c’est à dire au bout de 3 jours environ. Il faudrait donc veiller à exploiter au mieux ces mi-points, en milieu de semaine  (en allemand, le mercerdi se dit Mittwoch). Mais comme on l’a signalé, nos semaines actuelles ne respectent pas  le cycle soli-lunaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  12 09 22

Publié dans ASTROLOGIE, Bible, judaîsme, théologie | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Réflexions sur le caractère prométhéen de la Bible

Posté par nofim le 24 août 2022

Jacques  Halbronn  Réflexions  sur le caractère prométhéen de la Bible

 

On  a parfois  un peu de mal à imaginer que les lecteurs d’un tel corpus ne prennent pas assez vite conscience de l’existence de certains contradictions et autres incompatibilités. Le rôle des commentaires, de l’exégèse, ne  serait – il pas justement de masquer un tel désordre que nous avions observé à propos du « corpus » Nostradamus?   

Nous avions déjà relevé  la confusion entre ce qui concerne la maison d’Israel et celle de Judah -et rappelons que Jésus déclare être venu pour les « brebis perdues de la maison d’Israel », ce qui en fait le Messie des populations du Nord (Samarie, Galilée). Apparemment, les Juifs qui invoquent le nom d’Israel  dans leur « Ecoute Israel » n’ont pas connaissance du contexte historique dans lequel leur « corpus » s’est constitué. Et d’ailleurs, l’usage ne s’est-il pas imposé de rendre synonymiques les termes ‘peuple  juif » et Israel.  Nous même, dans notre étude, déjà ancienne, de certains passage du Talmud avions abordé sans état d’âme la formule « Ein mazal leIsrael » (Traité Shabbat) comme visant la relation des Juifs aux astres.  On se perd en conjectures quant aux raisons d’une telle confusion et de sa perpétuation à travers les âges. 

Cela dit, le « Nouveau Testament « n’est pas davantage épargné au prisme d’un tel phénoméne. Comme nous l’avons montré récemment, deux camps sont ici en présence et cohabitent: le camp des adeptes d’un Dieu créateur du Ciel et de la Terre ( Genése, ch. 1) et le camp des adeptes d’un chef capable de rassembler autour de lui en vue de la construction de son Eglise.(épisode avec Pierre).  Dans un cas, on célébre un acte déjà  bien ancien (d’où la formule d’Ancien Testament) alors que dans l’autre, l’on se projette vers un horizon à investir ( Nouveau  Testament). Pour le lecteur lambda de la Bible,  il faut croire que  l’on  a affaire à un ensemble d’un seul tenant dont les décalages s’expliquent d’une façon ou d’une autre par une certaine forme d’évolution. 

 Certes,. il est bien question de deux volets qui sont en tension l’un par rapport à l’autre mais c’est oublier les tensions au sein même des dits volets. Dans nos travaux sur la périodicité astrologique, nous avons montré que tantôt l’on accentue les différences externes, tantôt les différences internes, à tour de rôle car l’on ne saurait  gérer simultanément toutes les différences à la fois.

Quelles conséquences tirer de telles observations? Nous pensons que le christianisme est l’héritier spirituel du Royaume d’Israel et que cette structure est liée à une théologie radicalement différente de celle du  Royaume de Judée, l’une  repose sur une reconnaissance du rôle de Dieu  alors que l’autre met en avant le rôle des humains à construire leur propre monde, en l’occurrence leur Eglise vouée à se substituer au peuple de Dieu. 

 La dimension prométhéenne de Jésus est pleinement assumée et n’est nullement contradictoire  avec les valeurs de l’ex Royaume d’Israel, lequel vénére des idoles tel que le Veau d’Or, en l’absence de Moîse.(Livre de l’Exode). D’ailleurs, le Livre de l’Exode n’est -il pas centré, de bout en bout, sur les « enfants d’Israel?

 

En fait, c’est  toute la Bible, en ses deux volets, qui est truffée de références à Israel, dont le nom signifie celui qui lutte avec Dieu.כִּי-שָׂרִיתָ עִם-אֱלֹהִים

 

 Gensése XXXII

כט וַיֹּאמֶר, לֹא יַעֲקֹב יֵאָמֵר עוֹד שִׁמְךָ–כִּי, אִם-יִשְׂרָאֵל:  כִּי-שָׂרִיתָ עִם-אֱלֹהִים וְעִם-אֲנָשִׁים, וַתּוּכָל.  29 Il reprit: « Jacob ne sera plus désormais ton nom, mais bien Israël; car tu as jouté (Sarita) contre des puissances célestes (Elohim) et humaines (Enochim) et tu es resté fort. »

 

 Il nous semble donc que toute la Bible ait été formatée autour de ce personnage d’Israel qui est présenté comme celui qui a tenu tête  à Elohim, ce qui nous renvoie à Prométhée  voire à Lucifer. Ce Prométhée qui sera puni et supplicié  comme le sera Jésus, prix à payer pour son audace.  Dans les années qui précédent la naissance de Jésus, on a le personnage de Spartacus dont l’armée sera finalement vaincue par Rome : 6 000 esclaves sont crucifiés sur la Via Appia, entre Rome et Capoue.

 

 

JHB 25 08 22

Publié dans Bible, judaîsme, Juifs, RELIGION, théologie | Pas de Commentaire »

12345...8
 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs