Jacques Halbronn Jésus, descendant de David vient corriger (Tikoun) la rupture survenue lors de la mort de Salomon

Posté par nofim le 22 juin 2022

Jacques  Halbronn   Jésus, descendant de David vient corriger (Tikoun) la rupture survenue lors de la mort de Salomon

 

 

Premier Livre des Rois  XII 

 

 

יג וַיַּעַן הַמֶּלֶךְ אֶת-הָעָם, קָשָׁה; וַיַּעֲזֹב אֶת-עֲצַת הַזְּקֵנִים, אֲשֶׁר יְעָצֻהוּ.  13 Le roi (Roboam fils de Salomon) répondit durement au peuple, sans tenir compte du conseil que lui avaient donné les vieillards.
יד וַיְדַבֵּר אֲלֵיהֶם, כַּעֲצַת הַיְלָדִים לֵאמֹר, אָבִי הִכְבִּיד אֶת-עֻלְּכֶם, וַאֲנִי אֹסִיף עַל-עֻלְּכֶם; אָבִי, יִסַּר אֶתְכֶם בַּשּׁוֹטִים, וַאֲנִי, אֲיַסֵּר אֶתְכֶם בָּעַקְרַבִּים.  14 Suivant le conseil des jeunes gens, il s’exprima ainsi: « Mon père a fait peser le joug sur vous, moi je le rendrai encore plus lourd; mon père vous a châtiés avec des verges, moi je vous châtierai avec des scorpions. »

 

 Il fallait bien que Jésus fut né à Bethléem, ville de David – et sa généalogie (Mathieu) le présente comme le descendant de cette lignée- pour effacer, réparer ce qui s’était produit près de 1000 ans plus tôt. D’où le thème récurrent de la réparation des offenses, du pardon. D’où  la place considérable que jouent la Samarie, la Galilée dans les Evangiles puisque ces régions relévent de l’ancien Royaume d’Israel, interpellé par les Prophétes bien avant lui. On pense au fait que Jésus, lors de sa Résurrection se retrouve en Galilée.

En fait, pour nombre de Chrétiens, il  régne un certain trouble : Jésus de Nazareth (ville de Galilée) mais né à Bethléhem (ville de Judée). Nous avons démontré qu’il fallait justement que Jésus ne soit pas Galiléen pour être envoyé vers ce pays. En le faisant vivre dès l’enfance en Galilée, il y avait là comme un marqueur de son destin, de sa destination. 

Dès lors, c’était aux Galiléens de le reconnaitre comme leur « Sauveur »(Soter, ICHTUS, INRI) qui effacerait, rachéterait leurs fautes, leur déviance religieuse et politique et non aux Juifs. Jésus annonçait la reconstruction du Royaume d’Israel (cf Actes des Apotres de Jean) Venons en au Livre d’Isaie dans sa partie additionnelle (DeutéroIsaie): on le présente comme s’adressant aux populations déportées à Babylone par Nabuchodonosor:

 

 

Isaïe 48, 17-21

Ainsi parle le Seigneur, ton rédempteur, Saint d’Israël : Je suis le Seigneur ton Dieu, je te donne un enseignement utile, je te guide sur le chemin où tu marches.
Si seulement tu avais prêté attention à mes commandements, ta paix serait comme un fleuve, ta justice, comme les flots de la mer. Ta postérité serait comme le sable, comme les grains de sable, ta descendance ; son nom ne serait ni retranché ni effacé devant moi.
Sortez de Babylone ! Vite, quittez les Chaldéens ! Avec des cris de joie, annoncez, faites-le entendre, propagez-le jusqu’aux extrémités de la terre ! Dites : « Le Seigneur a racheté son serviteur Jacob. » Ils n’ont pas eu soif dans les lieux arides où il les a conduits. Il a fait sourdre pour eux les eaux du rocher, il a fendu le rocher : les eaux ont ruisselé ! » On saisit à quel point les rédacteurs des chapitres ajoutés ont voulu substituer les Israélites aux Judéens, produisant ainsi une contrefaçon antidatée, calquée sur l’édit de Cyrus, qualifié de Messie au chapitre 45 d’Isaie.  En réalité, déjà au chapitre VII du même Livre, on trouve ces paroles qui font étrangement pendant au « Ecoute Israel » du Livre d’Ezékiel où c’est Israel qui ne cesse d’être mis en garde: cette fois c’est « Ecoutez donc, maison de David »! C’est le pluriel  « Shemou » qui fait pendant au singulier « Shéma ». Cette « maison de David »  fait écho au « Je suis venu pour les brebis perdues de la maison d’Israel »

 

ג וַיֹּאמֶר, שִׁמְעוּ-נָא בֵּית דָּוִד:  הַמְעַט מִכֶּם הַלְאוֹת אֲנָשִׁים, כִּי תַלְאוּ גַּם אֶת-אֱלֹהָי.  13 Alors le prophète reprit: « Ecoutez-donc (Shemou na), maison de David! Est-ce trop peu pour vous de lasser les hommes que vous vouliez encore lasser mon Dieu?
יד לָכֵן יִתֵּן אֲדֹנָי הוּא, לָכֶם–אוֹת:  הִנֵּה הָעַלְמָה, הָרָה וְיֹלֶדֶת בֵּן, וְקָרָאת שְׁמוֹ, עִמָּנוּ אֵל.  14 Ah certes! Le Seigneur vous donne de lui-même un signe: Voici, la jeune femme est devenue enceinte, elle va mettre au monde un fils, qu’elle appellera Immanouel.

 On retrouve ce nom d’Emmanuel   au début de l’Evangile de Jésus selon Mathieu.

 

Nous assistons à un étrange chassé croisé entre les deux Royaumes, dans une sorte de jeu de bonneteau. Tantôt cela tombe sur Israel,  tantôt sur la Judée; Tantôt, Jésus est venu pour Israel et tantôt pour la Judée et au bout du compte, c’est la maison de Judée qui sera jugée coupable par la postérité chrétienne!

 

L’Epitre aux Romains se référe à Isaie   (IX, 29

 

 

25 comme précisément il le dit dans le livre du prophète d’Osée : Celui qu’on appelait « Pas-mon-peuple », je l’appellerai « Mon-peuple », celle qu’on appelait « Pas-aimée », je l’appellerai « Aimée ».

26 Et, là même où Dieu leur avait dit : « Vous n’êtes pas mon peuple », là ils seront appelés « fils du Dieu vivant ».

27 Quant à Isaïe, il s’exclame au sujet d’Israël : Même si le nombre des fils d’Israël est comme le sable de la mer, seul le reste d’Israël sera sauvé,

28 car le Seigneur réalisera sa parole jusqu’au bout et promptement sur la terre !

29 Et comme Isaïe l’a dit par avance : Si le Seigneur de l’univers ne nous avait pas laissé une descendance, nous serions devenus comme Sodome, nous serions semblables à Gomorrhe.

 

 

 

JHB 22 06 22

Publié dans Bible, RELIGION | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Le deutéro Isaie et le syncrétisme de l’Ancien Testament

Posté par nofim le 19 juin 2022

Ésaïe 41:8-10

« Écoute, Israël, mon serviteur, peuple de Jacob que j’ai choisi, race de mon ami Abraham; toi que j’ai été chercher jusqu’au bout du monde, et que j’ai appelé des régions les plus lointaines; toi, à qui j’ai dit: «Non, je ne t’ai pas rejeté, au contraire, je t’ai choisi; mon serviteur, c’est toi.» N’aie pas peur maintenant, car je suis avec toi. Ne lance pas ces regards inquiets, car ton Dieu, c’est moi. Je viens te rendre courage, j’arrive à ton secours et je te protège, ma main droite tient sa promesse. »
Il nous semble donc incongru de présenter le Pentateuque comme un ensemble d’un seul tenant, dont le manuscrit est récité sur une année, découpé en péricopes hebdomadaires. Ce Pentateuque désigné par les fidéles  juifs sous le nom  de ‘Torah ».
S’il  y a syncrétisme quand on englobe sous le seul titre de « Bible » l’Ancien et le Nouveau Testaments, cela ne doit pas faire oublier le précédent qui tente d’harmoniser les divers courants qui traversent le Pentateuque mais aussi, on l’a vu,  le livre d’Isaie.
JHB  19 06 22

Publié dans Bible, judaîsme, Juifs, RELIGION | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Les « incirconcis » de l’Epitre aux Ephésiens, dans le Nouveau Testament

Posté par nofim le 19 juin 2022

 

jacques  Halbronn   Les « incirconcis »  de l’Epitre aux Ephésiens, dans le Nouveau Testament

 

Le lecture que nous proposons  de l’Epitre de Paul  aux Ephésiens, par delà la question des traductions, toujours épineuse, est la suivante:

 

Éphésiens 2
11« C’est pourquoi, vous autrefois païens dans la chair, appelés incirconcis par ceux qu’on appelle circoncis et qui le sont en la chair par la main de l’homme, souvenez-vous que vous étiez en ce temps-là sans Christ, privés du droit de cité en Israël, étrangers aux alliances de la promesse, sans espérance et sans Dieu dans le monde » 

Soutenir que le terme ‘paiens » désignait des populations « étrangères » nous semble tout à fait anachronique. Que signifie cette formule « privés du droit de cité en Israel ». Que pouvait importer aux dits « paiens » de ne pas participer aux « promesses », est ce que cela pouvait occasionner quelque ressentiment?

Nous pensons bien plutôt au modéle algérien, à savoir l’existence ambivalente de citoyens de seconde zone cohabitant avec d’autres bénéficiant d’un statut plus heureux.

 Site Indépendances: sur 1947.

  ». L’Assemblée algérienne est composée de 120 membres élus à parité par deux collèges électoraux. Mais elle consacre l’inégalité du système colonial : le premier collège comprend les citoyens français de plein droit et 58 000 citoyens musulmans de « statut local » tandis que le second concerne 1 300 000 électeurs musulmans. « 

  On ne comprend pas les demandes adressées au fils du roi Salomon quant à l’amélioration du sort des populations du Nord, si l’on ne reconnait pas l’existence d’une citoyenneté à deux étages, ce qui remet en question ce que dit le Livre du Pentateuque quant à une origine commune des tribus, descendantes de Jacob-Israel. (cf notre étude sur le Pentateuque samaritain sur NOFIM, unblog.fr). On pense à « nos ancêtres les Gaulois » vecteur de la colonisation à la française. 

 

Pour en revenir à l’Eïtre aux Ephésiens, la formule « incirconcis » peut se comprendre soit du fait d’un refus d’être circoncis soit d’une interdiction à l’être, tout comme le port de l’épée était prohibé aux roturiers, dans le Royaume de France sans parler de la question de la « dérogation »pour les membres de la noblesse. Se voir qualifié d’incirconcis était certainement stigmatisant et l’on nous présente la conversion au christianisme comme  l’abolition d’un tel signe ostensible d’appartenance, tel que la circoncision

 

 

JHB  19 06 22

Publié dans Bible, Juifs | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Le Pentateuque Samaritain et le Livre de l’Exode

Posté par nofim le 19 juin 2022

jacques  Halbronn   Le Pentateuque Samaritain et le Livre de l’Exode

 

 

 

  Nos observations concernant  les particularités du Livre de l’Exode (cf sur NOFIM.fr) trouvent un écho remarquable  avec ce qui est désigné comme « Pentateuque samaritain ». (cf notice Wikipedia, entre autres).

 

Il apparait notamment que le texte des « Dix Commandements » a dû et pu être remanié, en ce qui concerne le dixiéme :

 

  »Les dix commandements de la Torah samaritaine intègrent ainsi en dixième commandement le respect du mont Garizim comme centre du culte Les deux versions des dix commandements existants dans la Torah juive (celle du Livre de l’Exode et celle du Deutéronome) ont été également uniformisées. Afin de conserver le nombre des commandements (dix), le 1er commandement juif (« Je suis l’Éternel (YHWH), ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison de servitude ») est considéré comme une simple introduction, le premier commandement samaritain étant donc le second commandement juif : « Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face ». Le commandement relatif au mont Garizim est basé sur des citations de Deutéronome 11,29 et Deutéronome 27,4-7 11Dt 27,4 présente aussi une différence par rapport au texte massorétique. Dans la version juive, les pierres de la Loi doivent être placées sur le mont Ebal alors qu’il s’agit du mont Garizim dans la version samaritaine. Dans ce dernier cas, il est possible que le texte original parle effectivement du mont Garizim et que la référence au mont Ebal soit due à une modification judéenne »

On notera que d’emblée, il est référé à la « Sortie d’Egypte », événement au coeur du Livre de l’Exode lequel ne cesse de  traiter des « fils d’Israel » (Beney Israel)., ce  qui confère au Décalogue une teneur « israélite » prononcée. (cf , Deutéronome 11,29 et Deutéronome 27,4-7 11. ).

Deutéronome  XXIX

א וַיִּקְרָא מֹשֶׁה אֶל-כָּל-יִשְׂרָאֵל, וַיֹּאמֶר אֲלֵהֶם:  אַתֶּם רְאִיתֶם, אֵת כָּל-אֲשֶׁר עָשָׂה יְהוָה לְעֵינֵיכֶם בְּאֶרֶץ מִצְרַיִם, לְפַרְעֹה וּלְכָל-עֲבָדָיו, וּלְכָל-אַרְצוֹ.  1 Moïse fit appel à tout Israël, et leur dit: « Vous-mêmes, vous avez vu tout ce que l’Éternel a fait à vos yeux, dans le pays d’Egypte, à Pharaon, à tous ses serviteurs, à son pays entier;

Deutéronome  XXVII

יב אֵלֶּה יַעַמְדוּ לְבָרֵךְ אֶת-הָעָם, עַל-הַר גְּרִזִים, בְּעָבְרְכֶם, אֶת-הַיַּרְדֵּן:  שִׁמְעוֹן וְלֵוִי וִיהוּדָה, וְיִשָּׂשכָר וְיוֹסֵף וּבִנְיָמִן.  12  »Voici quelles tribus prendront position sur le mont Garizim, pour la bénédiction à donner au peuple, quand vous aurez passé le Jourdain: Siméon, Lévi et Juda; Issachar, Joseph et Benjamin.
יג וְאֵלֶּה יַעַמְדוּ עַל-הַקְּלָלָה, בְּהַר עֵיבָל:  רְאוּבֵן גָּד וְאָשֵׁר, וּזְבוּלֻן דָּן וְנַפְתָּלִי.  13 Et les suivantes se placeront, pour la malédiction, sur le mont Hébal: Ruben, Gad et Asher; Zabulon, Dan et Nephtali.

 

 Deutéronome  XI

כט וְהָיָה, כִּי יְבִיאֲךָ יְהוָה אֱלֹהֶיךָ, אֶל-הָאָרֶץ, אֲשֶׁר-אַתָּה בָא-שָׁמָּה לְרִשְׁתָּהּ–וְנָתַתָּה אֶת-הַבְּרָכָה עַל-הַר גְּרִזִים, וְאֶת-הַקְּלָלָה עַל-הַר עֵיבָל.  29 Or, quand l’Éternel, ton Dieu, t’aura installé dans le pays où tu vas pour le conquérir, tu proclameras la bénédiction sur le mont Garizim, la malédiction sur le mont Hébal.

Rappelons que le Mont Garizim  remplaçait, chez les Samaritains, le Mont du Temple, à Jérusalem et sa double mention dans le Livre du Deutéronome, cinquième partie du Pentateuque,  renforce le caractére éminemment syncrétique du dit Pentateuque.(cf  JP  Ciron « La Création : les deux récits du Pentateuque témoignent de nos lointaines Racines : Egypte Antique, Babylone, Perse », 2019)

 

 

Par ailleurs, le Shéma Israel (Ecoute Israel), texte  sacré par excellence pour le judaisme, se référe implicitement au Décalogue sans en mentionner précisément le contenu.

 

« Que les commandements que je te prescris aujourd’hui
soient gravés dans ton cœur
 
tu les inculqueras à tes enfants, tu en parleras (constamment),
dans ta maison ou en voyage, en te couchant et en te levant. »
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 19 06 22

Publié dans Bible, judaîsme, Juifs, LINGUISTIQUE | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Epistémologie. Critique nostradamique, critique biblique, critique linguistique, critique astrologique

Posté par nofim le 17 juin 2022

jacques  Halbronn   Epistémologie. Critique nostradamique, critique biblique, critique linguistique, critique astrologique 

 

En 2007,  notre post-doctorat  avait pour sous titre  « naissance de la critique nostradamique au XVIIe siècle et nous comparions la méthodologie de cette critique nostradamique à celle de la critique biblique qui lui était contemporaine.  La méthode critique que nous exposions traitait notamment des clivages de temps et d’espace qui permettaient de déceler des syncrétismes et des antidatations. Dix ans plus tôt en 1997, nous avions posé les bases de la critique nostradamique lors d’une communication aux Journées Verdun Saulnier, à la Sorbonne ( “Les prophéties et la Ligue”, Colloque Prophètes et prophéties au XVIe siècle, Cahiers V. L. Saulnier, 15, Paris, Presses de l’Ecole Normale Supérieure. 1998) Nous montrions que tel quatrain du premier volet des Centuries  s’en prenait ai camp d’Henri IV: Garde-toi Tours de ta proche ruine et était donc marqué par une période nettement postérieure aux années 1550 où la plupart des chercheurs entendaient cantonner la publication du dit quatrain IV, 46, à savoir l’année 1555.  Sous la Ligue,  la France était comme divisée en deux, Paris et Tours servant notamment, à un moment donné, de capitale pou les camps respectifs; autour de deux «  »religions », la catholique et la réformée.

Dans les années 2010, nous allions  contribuer à l’avancement de la critique biblique en insistant sur le clivage entre le Royaume de Judée  et celui d’Israel, schisme qui remontait aux lendemains de la mort du roi Salomon, au Xe siècle avant notre ère. Nous montrâmes que le Livre de l’Exode, au sein du Pentateuque, mettait en scéne les « fils d’Israel » et que dès lors, l’Ancien Testament était marqué par le dit schisme dans sa rédaction même tout comme les Centuries avec leurs deux volets réunis sous un seul et même volume, à l’approche de l’édit de Nantes de 1598. (cf 2002, Documents inexploités sur le phénoméne Nostradamus, Ed Ramkat et Papes et Prophéties Ed Axiome 2005)

Mais notre démarche couvrait encore d’autres domaines. Celui de l’anglais, avec ses composantes germaniques et « latins » (cf  notre Essai de description critique du systéme du français à la lumière des relations interlinguistiques 1989) où  nous abordions un corpus constitué d’apports très  différents mais qui se combinaient au sein d’un seul et même ensemble et celui de l’Astrologie dont nous montrions les relations complexes avec l’astronomie. Nous avions donc travaillé sur quatre corpus dont l’apparente synchronie ne résistait pas à l’approche diachronique.

 

 

 

 

 

 

JHB 18 06 22

Publié dans ASTROLOGIE, Bible, LINGUISTIQUE, NOSTRADAMUS | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Le Guide est envoyé vers un groupe dont il ne fait pas partie.

Posté par nofim le 16 juin 2022

jacques  halbronn   Le Guide  est envoyé vers un groupe dont il ne fait pas partie. 

 

De nos jours, il semble que l’on ait du mal à admettre que  Jésus, puisque né Juif,  avait reçu mission de guider des non juifs. Pourtant, on connait la formule du Nouveau Testament « nul n’est prophéte en son pays ».  Une chose est l’origine du guide, du messie, une autre celle de sa destination. Celui qui est envoyé, en principe, vient d’ailleurs. Le personnage de Cyrus, le roi Perse, est emblématique de ce « Juste » venu pour « sauver » des Juifs mais inversement, les Juifs n’auraient-ils point vocation à sauver des non Juifs? 

Dans le cas des Chrétiens, il ne s’agirait donc pas pour le Juif Jésus de sauver ses « frères » mais de s’occuper des « brebis perdues de la maison d’Israël », c’est à dire de non Juifs vivant certes aux côtés des juifs mais tenus à distance, ostracisés et désigné comme un autre peuple comme il est dit lors du refus du successeur de Salomon d’agréer à leurs doléances.. Ce qui vient brouiller notre perception tiendrait à des interpolations visant à faire de Moise un Hébreu et non un Egyptien. 

Même dans le cas du Sionisme, il convient de rappeler (cf notre étude Le sionisme et ses avatars au tournant du XXe siècle,  2002), que ceux qui constituèrent le gros des troupes des sionistes  appartenaient à un autre monde que celui des Juifs « occidentaux ». Il s’agissait surtout de populations d’Europe Centrale et Orientale  en quête d’un asile, d’un refuge..

De la même façon, un Juif ne se réalisera qu’au milieu de non Juifs, à la façon d’un Jésus préchant en Galilée, autour du Lac de Tibériade, loin de son lieu de naissance à Bethléem. On le fait vivre à Nazareth, au coeur de la Galilée, mais c’est selon nous une interpolation. Ses parents se rendent à Nazareth à la suite d’un songe de Joseph, l’époux de Marie.

On sait à quel point, le rassemblement, la « concentration »  des Juifs en un même lieu a pu être synonyme d’extermination et c’est encore de nos jours une menace « nucléaire » qui plane sur l’Etat d’Israel. D’ailleurs,  au lendemain de la Déclaration d’Indépendance, le monde arabe ne se préparait-il pas à commettre un second génocide en écrasant les Juifs de Palestine? 

Nous dirons qu’en aucun cas, les Juifs ne sauraient être considérés comme un « peuple » comme les autres – ce qui pour nous est en soi une forme de déni de leur présence au monde. Nous distinguons les peuples de l’horizontalité, qui se constituent au sein d’Etats et le peuple  juif qui reléve de la verticalité et qui-à l’instar des femmes,  ont le privilége de circuler librement dans le monde dont ils sont les citoyens.

 

Dans les Actes des Apotres, il est précisé qu’un homme issu de la maison de David sera le sauveur d’Israel: 

 

Actes des Apôtres (13, 22-26) En ces jours-là, dans la synagogue d’Antioche de Pisidie, Paul disait aux Juifs : « Dieu a, pour nos pères, suscité David comme roi, et il lui a rendu ce témoignage : J’ai trouvé David, fils de Jessé ; c’est un homme selon mon cœur qui réalisera toutes mes volontés. De la descendance de David, Dieu, selon la promesse, a fait sortir un sauveur pour Israël : c’est Jésus, dont Jean le Baptiste a préparé l’avènement en proclamant avant lui un baptême de conversion pour tout le peuple d’Israël. » Ce peuple d’Israel est celui qui a fait sécession à la mort de Salomon et qui, par là même, se sera « perdu »!

 

 

 

 

 

 

 

JHB  15 06 22

Publié dans Bible, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Le saucissonnage du flux créatif par la notation et le balisage excessifs. Musique. Astrologie.

Posté par nofim le 11 juin 2022

jacques Halbron Le saucissonnage du flux créatif   par la notation et le balisage excessifs    Musique Astrologie

 

Nous entendons dénoncer ici les procédés qui contribuent à  brider le flux créatif du vivant.   On commencera par le rapport à l’écrit, à la notation de l’oralité, du son. Cette pratique imposée au compositeur, à l’écrivain nous apparait comme  toxique par le carcan qu’elle impose, qu’elle inflige sans parler des dommages écologiques que cela entraine en termes de fabrication d’outils et de supports, alors que l’oralité s’en passe  fort bien. Le scribe est comme le traducteur un traitre (traditore) qui dénature l’objet dont il part. Mais bien pis , c’est à l’auteur qu’est dévolu un tel  travail et il serait bon qu’à l’ère de l’audiovisuel, des enregistrements on en finisse avec de tels procédés barbares qui imposent un codage qui n’a rien de  naturel. En fait, le récepteur doit être en mesure d’enregistrer « dans sa tête » la production du créateur, sans être obnubilé par quelque exigence abusive de précision à l’oeuvre d’origine. Le récepteur n’est d’ailleurs pas un personnage unique face au créateur mais s’inscrit au sein d’un groupe d’auditeurs, de disciples du « maître », quitte à ce que l’oeuvre initiale puisse se décliner diversement En outre, il serait vain  de tenter de conférer un statut définitif dans le temps et dans l’espace à telle ou telle oeuvre. Nous combattons le mythe du livre fini et serions favorable à une forme d’infinito. A l’ère des moteurs de recherche, le récepteur a pour tâche de composer lui même  son propre recueil, ce qui confère à son rôle une dimension créatrice nouvelle de créateur en second, ce qui correspond bien à notre théologie du « fils de dieu », qui émane du Père mais le prolonge, génére de la création au sein de la Création/

En astrologie, il importe également de ne pas multiplier les bornes qui brident le flux cosmique en adoptant une approche minimale, à savoir la division par 4 du cycle d’une planéte donnée, sans avoir à connecter les planétes entre elles, ce qui a pour effet un saucissonnage du cycle qui contraste avec la dynamique du vivant.

 

 

 

 

 

 

 

JHB  11/ 06 22

Publié dans ASTROLOGIE, Bible, MUSIQUE | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Astrologie EXOLS Le nombre 7 dans la Bible. Les deux épouses de Jacob et les vaches de Pharaon.

Posté par nofim le 4 juin 2022

 

Jacques Halbronn Le nombre 7 dans la Bible . Les deux épouses de Jacob et les vaches de Pharaon

 

Si l’on admet que le nombre 7 renvoie nécessairement à l’Astrologie, cela devrait mettre fin à tout débat quant aux rapports entre judaisme et astrologie (cf notre ouvrage Le Monde Juif et l’astrologie, Milan, Ed Arché, 1985). On trouve ce nombre avec le Shabbat, le septiéme jour en référence avec le temps de la Création du Monde mais également avec la Shemita, qui régit la question des dettes, sur la base d’une période de 7 ans. (cf article Wikipedia). Portons notre attention en la Pentecôte (Cinquantième jour)actuellement célébrée:

wikipedia

« Dans le calendrier juif, Chavouot se déroule « sept semaines entières » ou cinquante jours jusqu’au lendemain du septième shabbat »v 1, après la fête de Pessa’h. De là, son nom de Fête des Semaines (Chavouot, en hébreu) et celui de Pentecôte (cinquantième [jour], en grec ancien) dans le judaïsme hellénistique. Cinquante jours constituent sept semaines, selon la façon de compter de la Bible, et le chiffre 7 est éminemment symbolique »

Nous sommes en présence de trois degrés: celui des 7 jours, celui des 7 semaines et celui des 7 années. Ajoutons que, dans le Livre de l’Exode, le Songe de Pharaon interprété par l’Hébreu Joseph, aligne deux phases contrastées de 7 ans, celle des vaches grasses suivies de celle des vaches maigres. La référence au 7 nous semble plus pertinente que celle au 12, liée au calendrier soli-lunaire des 12 mois, ce qui a donné les 12 tribus.

Or, cette série de deux années se trouve déjà dans le Livre de la Genése et selon nous le songe de Pharaon aurait été calqué sur les deux épouses de Jacob. Ici, le mot semaine équivaut chaque fois à 7 ans (shéva Shanim) En effet, selon nous, le Livre de l’Exode est essentiellement une oeuvre à la solde du Royaume d’Israel d’où sa mention constante des Fils d’Israel (Beney Israel) tout comme le personnage de Moise aurait été calqué sur celui de Cyrus.

 

Genése XXIX

יח וַיֶּאֱהַב יַעֲקֹב, אֶת-רָחֵל; וַיֹּאמֶר, אֶעֱבָדְךָ שֶׁבַע שָׁנִים, בְּרָחֵל בִּתְּךָ, הַקְּטַנָּה. 18 Jacob avait conçu de l’amour pour Rachel. Il dit: « Je te servirai sept ans pour Rachel, ta plus jeune fille. »
יט וַיֹּאמֶר לָבָן, טוֹב תִּתִּי אֹתָהּ לָךְ, מִתִּתִּי אֹתָהּ, לְאִישׁ אַחֵר; שְׁבָה, עִמָּדִי. 19 Laban répondit: « J’aime mieux te la donner que de la donner à un autre époux: demeure avec moi. »
כ וַיַּעֲבֹד יַעֲקֹב בְּרָחֵל, שֶׁבַע שָׁנִים; וַיִּהְיוּ בְעֵינָיו כְּיָמִים אֲחָדִים, בְּאַהֲבָתוֹ אֹתָהּ. 20 Jacob servit, pour obtenir Rachel, sept années et elles furent à ses yeux comme quelques jours, tant il l’aimait.
כא וַיֹּאמֶר יַעֲקֹב אֶל-לָבָן הָבָה אֶת-אִשְׁתִּי, כִּי מָלְאוּ יָמָי; וְאָבוֹאָה, אֵלֶיהָ. 21 Jacob dit à Laban: « Donne-moi ma femme, car mon temps est accompli et je veux m’unir à elle. »
כב וַיֶּאֱסֹף לָבָן אֶת-כָּל-אַנְשֵׁי הַמָּקוֹם, וַיַּעַשׂ מִשְׁתֶּה. 22 Laban réunit tous les habitants du lieu et donna un festin.
כג וַיְהִי בָעֶרֶב–וַיִּקַּח אֶת-לֵאָה בִתּוֹ, וַיָּבֵא אֹתָהּ אֵלָיו; וַיָּבֹא, אֵלֶיהָ. 23 Mais, le soir venu, il prit Léa sa fille et la lui amena et Jacob s’unit à elle.
כד וַיִּתֵּן לָבָן לָהּ, אֶת-זִלְפָּה שִׁפְחָתוֹ–לְלֵאָה בִתּוֹ, שִׁפְחָה. 24 Laban avait aussi donné Zilpa, son esclave, à Léa, sa fille, comme esclave.
כה וַיְהִי בַבֹּקֶר, וְהִנֵּה-הִוא לֵאָה; וַיֹּאמֶר אֶל-לָבָן, מַה-זֹּאת עָשִׂיתָ לִּי–הֲלֹא בְרָחֵל עָבַדְתִּי עִמָּךְ, וְלָמָּה רִמִּיתָנִי. 25 Or, le matin, il se trouva que c’était Léa; et il dit à Laban: « Que m’as-tu fait là! N’est ce pas pour Rachel que j’ai servi chez toi? Et pourquoi m’as-tu trompé? »
כו וַיֹּאמֶר לָבָן, לֹא-יֵעָשֶׂה כֵן בִּמְקוֹמֵנוּ–לָתֵת הַצְּעִירָה, לִפְנֵי הַבְּכִירָה. 26 Laban répondit: « Ce n’est pas l’usage, dans notre pays, de marier la cadette avant l’aînée.
כז מַלֵּא, שְׁבֻעַ זֹאת; וְנִתְּנָה לְךָ גַּם-אֶת-זֹאת, בַּעֲבֹדָה אֲשֶׁר תַּעֲבֹד עִמָּדִי, עוֹד, שֶׁבַע-שָׁנִים אֲחֵרוֹת. 27 Achève la semaine de celle ci et nous te donnerons également celle là en échange du service que tu feras encore chez moi pendant sept autres années. »
כח וַיַּעַשׂ יַעֲקֹב כֵּן, וַיְמַלֵּא שְׁבֻעַ זֹאת; וַיִּתֶּן-לוֹ אֶת-רָחֵל בִּתּוֹ, לוֹ לְאִשָּׁה. 28 Ainsi fit Jacob, il acheva la semaine de la première; puis Laban lui accorda Rachel, sa fille, pour épouse.
En effet, en astrologie EXOLS, il s’agit du cycle de Saturne découpé alternativement par les axes équinoxiaux et solsticiaux soit 28/4, et l’on observe l’analogie numérique entre Lune et Saturne, autour du 7.

 

 

JHB 04 06 22

Publié dans ASTROLOGIE, Bible, judaîsme | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn La mention d’Israel dans le Nouveau Testament

Posté par nofim le 26 mai 2022

Jacques Halbronn   La mention d’Israel dans le Nouveau Testament 

 

A  un lecteur s’interrogeant sur la référence spécifique à la « maison d’Israel », il est répondu par un pasteur (sur Internet):!

  »Pourquoi est-ce que Jésus dit « Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël » (Matthieu 15:24) ? Ce ne peut absolument pas être de la xénophobie, ni du nationalisme, bien sûr. Le projet est bien que toute personne de tout peuple, de toute génération soit au bénéfice de son action. »  On lui répond que Jésus était pressé par le temps mais que « comme de bien entendu », il était venu sans exclusive et sans préférence.  Nous nous portons en faux par rapport à une telle interprétation et d’abord, il nous faut préciser que la « maison d’Israel » ne désigne nullement les Juifs, comme la lecture des Livres des Prophétes (comme celui de Jérémie en son chapitre  XXXI) en témoigne sans ambiguité où l’on oppose maison d’Israel (Beyt Israel) et maison de Juda.(Beyt Yehouda)

 

כו הִנֵּה יָמִים בָּאִים, נְאֻם-יְהוָה; וְזָרַעְתִּי, אֶת-בֵּית יִשְׂרָאֵל וְאֶת-בֵּית יְהוּדָה, זֶרַע אָדָם, וְזֶרַע בְּהֵמָה.  26 Voici, des jours vont venir, dit le Seigneur, où je féconderai la maison d’Israël et la maison de Juda par une graine d’hommes et une graine d’animaux

 Passons à présent aux Actes des Apotres, second volet de la production de  Luc, le premier étant dénommé Evangile selon  Luc)

Actes 1:6 – Les apôtres sont donc réunis avec Jésus et ils lui demandent : « Seigneur, est-ce maintenant que tu vas rétablir le royaume d’Israël ? » Il importe de préciser que le royaume de Judée avait bel et bien été rétabli bien avant la venue de Jésus et le Temple de Jérusalem s’appelle Temple d’Hérode , « né à Ashkelon en 73 av. J.-C. et mort à Jéricho en av. J.-C.2 Il est roi de Judée, de 37 av. J.-C. à sa mort en av. J.-C.« (-Wikipedia) Il ne pouvait donc s’agit  du rétablissement du « royaume de Judée » mais bien de l’autre royaume, au Nord, celui dit d’Israel. Il faudrait donc lire la formule ‘ »INRI » en sa finale en I, comme désignant non pas les juifs mais les israélites, les deux populations portant un nom commençant par la même lettre, le Yod et l’on comprend mieux, dès lors, que Jésus ait insisté pour être venu  exclusivement, pour « la maison d’Israel », lui le Judéen, de la même façon que Moïse (cf Exode III) avait été envoyé -selon un texte antidaté) pour libérer les Israélites (  Bney Israel) car les Juifs ne sont pas mentionné dans le Livre de l’Exode, lequel prend modéle sur le personnage de Cyrus, le roi de Perse, lequel décréta le retour des Juifs vers leur patrie. (cf aussi Isaie ch XLV). On peut même rendre INRI  par Jésus de Nazareth, roi d’Israel, au sens du Royaume d’Israel, lequel n’est nullement assimilable à celui de Judée.

 

א כֹּה-אָמַר יְהוָה, לִמְשִׁיחוֹ לְכוֹרֶשׁ אֲשֶׁר-הֶחֱזַקְתִּי בִימִינוֹ לְרַד-לְפָנָיו גּוֹיִם, וּמָתְנֵי מְלָכִים, אֲפַתֵּחַ–לִפְתֹּחַ לְפָנָיו דְּלָתַיִם, וּשְׁעָרִים לֹא יִסָּגֵרוּ.  1 Ainsi parle l’Eternel à son Oint, à Cyrus je l’ai pris par la main pour mettre les nations à ses pieds et délier les ceintures des rois, pour ouvrir devant lui les battants et empêcher que les portes lui soient fermées :
ב אֲנִי לְפָנֶיךָ אֵלֵךְ, וַהֲדוּרִים אושר (אֲיַשֵּׁר); דַּלְתוֹת נְחוּשָׁה אֲשַׁבֵּר, וּבְרִיחֵי בַרְזֶל אֲגַדֵּעַ.  2  »Je marcherai devant toi, j’aplanirai les hauteurs, je briserai les portes d’airain et abattrai les verrous de fer.
ג וְנָתַתִּי לְךָ אוֹצְרוֹת חֹשֶׁךְ, וּמַטְמֻנֵי מִסְתָּרִים:  לְמַעַן תֵּדַע, כִּי-אֲנִי יְהוָה הַקּוֹרֵא בְשִׁמְךָ–אֱלֹהֵי יִשְׂרָאֵל.  3 Je te donnerai des trésors enfouis dans les ténèbres, des richesses cachées dans des lieux secrets, pour que tu saches que je suis l’Eternel, le Dieu d’Israël, qui t’appelle par ton nom.
ד לְמַעַן עַבְדִּי יַעֲקֹב, וְיִשְׂרָאֵל בְּחִירִי; וָאֶקְרָא לְךָ בִּשְׁמֶךָ, אֲכַנְּךָ וְלֹא יְדַעְתָּנִי.  4 C’est en faveur de mon serviteur Jacob, d’Israël mon élu, que je t’ai appelé par ton nom, que je t’ai décerné un titre, bien que tu ne me connusses pas.

 

 

 

 On voit que le Sauveur d’Israel est étranger à ce peuple et c’est donc un contre sens que de laisser entendra que Jésus s’adressait à son propre peuple. Nul n’est prophéte en son pays.. Dans Exode III; il est clair que Dieu ne dit pas « ton peuple » mais « mon peuple ».
 
Exode III Dieu à Moïse:

ט
 וְעַתָּה, הִנֵּה צַעֲקַת בְּנֵי-יִשְׂרָאֵל בָּאָה אֵלָי; וְגַם-רָאִיתִי, אֶת-הַלַּחַץ, אֲשֶׁר מִצְרַיִם, לֹחֲצִים אֹתָם. 
9 Oui, la plainte des enfants d’Israël est venue jusqu’à moi; oui, j’ai vu la tyrannie dont les Égyptiens les accablent.
י וְעַתָּה לְכָה, וְאֶשְׁלָחֲךָ אֶל-פַּרְעֹה; וְהוֹצֵא אֶת-עַמִּי בְנֵי-יִשְׂרָאֵל, מִמִּצְרָיִם.  10 Et maintenant va, je te délègue vers Pharaon; et fais que mon peuple, les enfants d’Israël, sortent de l’Égypte. »
 

 

 En conclusion, il est assez évident que Jésus entendait rétablir le Royaume, la « Maison » d’Israel et que son message, sa  Bonne Nouvelle, s’adressait à cette population opprimée et ostracisée par la maison de Judée.  C’est le premier verset du Livre de l’Exode qui induit en erreur en ce qu’il énumére les fils de Jacob,  ceux reliés à la maison de Juda comme ceux reliés à la maison d’Israel. En réalité, comme il ressort des causes du Schisme à la suite de la mort de Salomon, les « tribus » du Nord étaient un ensemble rapporté , intégré artificiellement, dans l’empire judéen tout comme ce sera le cas à l’époque moderne pour l’Algérie par rapport à la Métropole. Jésus nous apparait typiquement comme en analogie avec les  tenants de l’Algérie Française.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 26 05 22

Publié dans Bible, judaîsme, Juifs, RELIGION | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Les notions essentielles de subconscience et de surconscience.

Posté par nofim le 22 mai 2022

jacques  Halbronn    Astrologie EXOLS  Les notions essentielles   de subconscience et de surconscience.   

 

On appellera Subconscience, l’ensemble des processus qui sous-tendent les activités sociales de notre Humanité et Surconscience l’ensemble des processus établis par la dite  Humanité.   Dans le champ de la cyclologie, il existe un niveau surconscient qui est celui que nos congénéres plaquent sur la réalité à l’instar des Constitutions et de leurs calendriers électoraux, établis notamment depuis la fin du XVIIIe siècle  aux Etats Unis d’Amérique et en France mais cela vaut peu ou prou pour la fixation des fêtes, comme Pâques ou pour une astrologie dégénérée comme celle qui s’impose depuis des siècles. Et puis, il existe un niveau subconscient sur lequel les humains n’ont pas prise et qu’ils n’ont pas les moyens de modifier et qu’ils ont à subir néanmoins.

   En sociologie politique, nous dirons que la Droite s’ancre sur la Subconscience et la Gauche sur la Surconscience, ce qui se traduit par les épithètes respectifs de Libéralisme et de Dirigisme. Au regard de l’astrologie EXOLS  (cf nos écrits et nos vidéos les plus récents), la phase d’équinoxialité  correspondrait à la Subconscience et la phase de solsticialité à la Surconscience, ce qui constitue une dialectique déterminante. 

En phase de solsticialité, l’on tend à nier l’impact de la Subconscience tandis qu’en phase d’équinoxialité, l’on voudra minimiser l’impact de la Surconscience. La phase actuelle, par exemple, avec le conflit en Ukraine, est typiquement solsticiale en ce qu’elle insiste sur l’importance des frontières établies .   

Selon nous l’extréme gauche et l’extréme droite relévent de la Surconscience, d’un certain  forcing  solsticial alors que le « centre » correspondrait à la Subconscience, et à un libéralisme  équinoxial

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB   22. 05 22

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE, Bible, Conscience, LINGUISTIQUE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

123456
 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs