jacques halbronn La conscience, comme équilibre entre surconscience et subconscience

Posté par nofim le 27 décembre 2023

jacques  halbronn  La conscience,  comme équilibre entre surconscience et subconscience

 

Entre  les extrémes que sont la Surconscience et la Subconscience, il semble qu’il faille converger vers la Conscience. Jankelevitch a écrit sur la Conscience  juive (Ed L’Herne)

 

« Si les Juifs n’existaient pas, il aurait fallu les inventer, il aurait fallu fabriquer un peuple mystérieux et disséminé comme nous le sommes, par rapport auquel l’homme puisse avoir des sentiments qui ne ressemblent pas à d’autres, qui ne se laissent pas banaliser et qui subsisteront jusqu’à la fin des temps. […] L’homme juif est deux fois absent de lui-même et en cela on pourrait dire qu’il est l’homme par excellence. Qu’il est deux fois homme. Deux fois plus humain qu’un autre homme par ce pouvoir d’être absent de soi-même et d’être un autre que soi. L’homme n’est un homme que parce qu’il devient sans cesse ce qu’il est et parce qu’il est de ce fait sans cesse un autre. Mais il y a dans le fait d’être juif un exposant supplémentaire d’altérité qui réside dans le fait d’échapper à toute définition. Nous, qui revendiquons notre judaïsme, qui tentons de le retrouver en nous dans sa dimension essentielle, nous protestons lorsqu’on nous définit par cette qualité de juif, et nous estimons que c’est une des marques de l’antisémitisme de considérer le juif comme juif et de ne vouloir le considérer que comme tel. C’est une des marques de l’antisémitisme que de vouloir enfermer le juif dans son étroitesse juive, de ne le définir que par cette qualité – que pourtant nous revendiquons. »

Mais l’on peut également aborder le probléme de la conscience  astrologique synthèse entre un certain savoir astrologique (Surconscience)  et une expérience personnelle du monde.(Subconscience) Dans un cas comme dans l’autre, l’on se heurtera à des obstacles épistémologiques, celui d’un surdéterminisme qui risque fort de fausser notre perception mais aussi celui d’une sorte d’indétermination, quand les repéres font défaut. En fait, il y a là de la cyclicité, en ce sens que les phases de solsticialité, au sens de l’astrologie EXOLS renforceront le  poids de la Surconscience alors que les phases d’équinoxialité nous plongeront dans une quéte propre à la Subconscience.

 

 

 

JHB 27 12 23

Publié dans ASTROLOGIE, Conscience, Juifs | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Epistémologie. La dialectique Subconscience/Surconscience. Jérémie XXXI

Posté par nofim le 26 septembre 2023

jacques  halbronn Epistémologie.  La dialectique Subconscience/Surconscience 

 

 

 On se heurte fréquemment à la question de l’avant et de l’après (cf de précédents textes) et l’on risque en effet  de commettre des erreurs sur le plan diachronique, ce qui est au coeur de la vocation de l’Historien, tant quant à la diachronie qu’à l’erreur. Quand on aborde la dialectique Subconscience/Surconscience, l’on serait volontiers  tenté de faire précéder la subconscience  par rapport à la surconscience alors que, quelque part, la surconscience est une réaction contre  un nouvel état des choses auquel on s’efforce de résister, en pratiquant l’art du sabotage. Pour nous, en effet, la Subconscience se situe au coeur du plan divin, de ce que dans le Livre de Jérémie (XXXI) est qualifié de « nouvelle alliance ». On note que c’est dans un second temps que l’on bascule ver des automatismes subconscients, à partir du verset 32.

ל הִנֵּה יָמִים בָּאִים, נְאֻם-יְהוָה; וְכָרַתִּי, אֶת-בֵּית יִשְׂרָאֵל וְאֶת-בֵּית יְהוּדָה–בְּרִית חֲדָשָׁה.  30 Voici, des jours vont venir, dit le Seigneur, où je conclurai avec la maison d’Israël et la maison de Juda une alliance nouvelle,
לא לֹא כַבְּרִית, אֲשֶׁר כָּרַתִּי אֶת-אֲבוֹתָם, בְּיוֹם הֶחֱזִיקִי בְיָדָם, לְהוֹצִיאָם מֵאֶרֶץ מִצְרָיִם:  אֲשֶׁר-הֵמָּה הֵפֵרוּ אֶת-בְּרִיתִי, וְאָנֹכִי בָּעַלְתִּי בָם–נְאֻם-יְהוָה.  31 qui ne sera pas comme l’alliance que j’ai conclue avec leurs pères le jour où je les ai pris par la main pour les tirer du pays d’Egypte, alliance qu’ils ont rompue, eux, alors que je les avais étroitement unis à moi, dit le Seigneur.
לב כִּי זֹאת הַבְּרִית אֲשֶׁר אֶכְרֹת אֶת-בֵּית יִשְׂרָאֵל אַחֲרֵי הַיָּמִים הָהֵם, נְאֻם-יְהוָה, נָתַתִּי אֶת-תּוֹרָתִי בְּקִרְבָּם, וְעַל-לִבָּם אֶכְתְּבֶנָּה; וְהָיִיתִי לָהֶם לֵאלֹהִים, וְהֵמָּה יִהְיוּ-לִי לְעָם.  32 Mais voici quelle alliance je conclurai avec la maison d’Israël, au terme de cette époque, dit l’Eternel: Je ferai pénétrer ma loi en eux, c’est dans leur coeur que je l’inscrirai; je serai leur Dieu et ils seront mon peuple.
לג וְלֹא יְלַמְּדוּ עוֹד, אִישׁ אֶת-רֵעֵהוּ וְאִישׁ אֶת-אָחִיו לֵאמֹר, דְּעוּ, אֶת-יְהוָה:  כִּי-כוּלָּם יֵדְעוּ אוֹתִי לְמִקְּטַנָּם וְעַד-גְּדוֹלָם, נְאֻם-יְהוָה–כִּי אֶסְלַח לַעֲוֺנָם, וּלְחַטָּאתָם לֹא אֶזְכָּר-עוֹד.  {ס} 33 Et ils n’auront plus besoin ni les uns ni les autres de s’instruire mutuellement en disant: « Reconnaissez l’Eternel! » Car tous, ils me connaîtront, du plus petit au plus grand, dit l’Eternel, quand j’aurai pardonné leurs fautes et effacé jusqu’au souvenir de leurs péchés.

   Ainsi, il ressort, en tout cas, de ce texte auquel se référe l’Epitre aux Hébreux, dans le « Nouveau Testament »  que la Subconscience ne se met pas en place en premier tout comme l’ordre instauré dans le premier chapitre de la Genése fait suite à un « tohu bohu »:  

 

א בְּרֵאשִׁית, בָּרָא אֱלֹהִים, אֵת הַשָּׁמַיִם, וְאֵת הָאָרֶץ.  1 Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre.
ב וְהָאָרֶץ, הָיְתָה תֹהוּ וָבֹהוּ, וְחֹשֶׁךְ, עַל-פְּנֵי תְהוֹם; וְרוּחַ אֱלֹהִים, מְרַחֶפֶת עַל-פְּנֵי הַמָּיִם.  2 Or la terre n’était que Tohu Bohu; des ténèbres couvraient la face de l’abîme, et le souffle de Dieu planait à la surface des eaux.
ג וַיֹּאמֶר אֱלֹהִים, יְהִי אוֹר; וַיְהִי-אוֹר.  3 Dieu dit: « Que la lumière soit! » Et la lumière fut.

 wikipedia

  »Le tohu-bohu (hébreu : תֹ֙הוּ֙ וָבֹ֔הוּ tohou va-vohou, francisé tohu va-bohu) est une expression hébraïque apparaissant en Genèse 1:2 pour décrire l’état du monde sitôt créé. La littérature biblique ainsi que post-biblique s’accordent pour considérer cet état comme inhospitalier voire incompatible avec la vie. Le concept a été repris dans la langue française au travers du nom tohu-bohu qui désigne une agitation confuse »

 Or, il est clair que la Subconscience ne correspond pas à ce « tohu bohu » et qu’elle annonce un ordre sur lequel les humains n’auront pas prise. C’est au contraire du côté de la Surconscience qui’l faut chercher le « tohu bohu », une forme de subversion réagissant au nouvel ordre établi. Et selon nous, le schisme israélite  s’apparentait à une « rebellion » contre l’ordre judéen, le nom même d’Israel signifiant ce qui résiste à Dieu (Elohim).

 Genése  XXXV

כט וַיֹּאמֶר, לֹא יַעֲקֹב יֵאָמֵר עוֹד שִׁמְךָ–כִּי, אִם-יִשְׂרָאֵל:  כִּי-שָׂרִיתָ עִם-אֱלֹהִים וְעִם-אֲנָשִׁים, וַתּוּכָל.  29 Il reprit: « Jacob ne sera plus désormais ton nom, mais bien Israël; car tu as jouté (Sarita) contre Elohim et des hommes et tu es resté fort.

Ai verset  33, l’on note  la référence aux Beney Israel, la formule apparaissant ici  avant même le Livre de l’Exode. ce qui montre à quel point le Pentateuque aura été investi par les tenants de la maison d’Israel:

לג עַל-כֵּן לֹא-יֹאכְלוּ בְנֵי-יִשְׂרָאֵל אֶת-גִּיד הַנָּשֶׁה, אֲשֶׁר עַל-כַּף הַיָּרֵךְ, עַד, הַיּוֹם הַזֶּה:  כִּי נָגַע בְּכַף-יֶרֶךְ יַעֲקֹב, בְּגִיד הַנָּשֶׁה.  33 C’est pourquoi les enfants d’Israël (Beney Israel) ne mangent point aujourd’hui encore le nerf sciatique, qui tient à la cavité de la cuisse; parce que Jacob fut touché à la cavité de la cuisse, sur le nerf sciatique.

 

JHB  26 09 23

Publié dans Bible, Conscience | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Les notions essentielles de subconscience et de surconscience.

Posté par nofim le 22 mai 2022

jacques  Halbronn    Astrologie EXOLS  Les notions essentielles   de subconscience et de surconscience.   

 

On appellera Subconscience, l’ensemble des processus qui sous-tendent les activités sociales de notre Humanité et Surconscience l’ensemble des processus établis par la dite  Humanité.   Dans le champ de la cyclologie, il existe un niveau surconscient qui est celui que nos congénéres plaquent sur la réalité à l’instar des Constitutions et de leurs calendriers électoraux, établis notamment depuis la fin du XVIIIe siècle  aux Etats Unis d’Amérique et en France mais cela vaut peu ou prou pour la fixation des fêtes, comme Pâques ou pour une astrologie dégénérée comme celle qui s’impose depuis des siècles. Et puis, il existe un niveau subconscient sur lequel les humains n’ont pas prise et qu’ils n’ont pas les moyens de modifier et qu’ils ont à subir néanmoins.

   En sociologie politique, nous dirons que la Droite s’ancre sur la Subconscience et la Gauche sur la Surconscience, ce qui se traduit par les épithètes respectifs de Libéralisme et de Dirigisme. Au regard de l’astrologie EXOLS  (cf nos écrits et nos vidéos les plus récents), la phase d’équinoxialité  correspondrait à la Subconscience et la phase de solsticialité à la Surconscience, ce qui constitue une dialectique déterminante. 

En phase de solsticialité, l’on tend à nier l’impact de la Subconscience tandis qu’en phase d’équinoxialité, l’on voudra minimiser l’impact de la Surconscience. La phase actuelle, par exemple, avec le conflit en Ukraine, est typiquement solsticiale en ce qu’elle insiste sur l’importance des frontières établies .   

Selon nous l’extréme gauche et l’extréme droite relévent de la Surconscience, d’un certain  forcing  solsticial alors que le « centre » correspondrait à la Subconscience, et à un libéralisme  équinoxial

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB   22. 05 22

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE, Bible, Conscience, LINGUISTIQUE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Génie et préscience, science infuse. Le rapport oral/écrit.

Posté par nofim le 17 décembre 2021

jacques  Halbronn  Génie et préscience, science infuse.

 

 

Ce que Descartes appelle le « bon sens » (Début  du Discours de la Méthode) est une notion assez mal définie.(cf ‘ L héritage cartésien : l’égalité épistémiq due’ par  Louise Marcil-Lacost). Nous faisons partie de ceux qui pensent que la formule est soit ironique, soit erronée, fondée sur une certaine illusion puisque nous associons le bon sens au génie.  Pour nous, le bon sens est lié à une forme de préscience, qui donnerait des antennes à certains, leur permettant de s’orienter dans le dédale des savoirs et des « sciences », tel un fil d’Ariane. Ceux qui seraient dépourvus de ce « bon sens » ne seraient pas en mesure de séparer le bon grain de l’ivraie, le vrai du faux, seraient comme des « égarés » (cf le Guide de Maimonides). Seuls quelques élus, au fond, auraient cette grâce que l’on appelle aussi science infuse, ce qui renvoie au subconscient ou à la Subconscience versus la Surconscience. (cf notre mémoire sur SCRIBD  Réforme et réenchantement, 2014)

Nous  choisirons l’image du lecteur de l’hébreu qui doit connaitre la langue avant d’avoir accés à l’écrit. Il ne déchiffrera que ce qu’il connait déjà, par avance. L’oral ici est la clé, l’antichambre de l’écrit.  Il est vrai que ce qui nous est transmis par l’écrit est susceptible d’avoir subi bien des altérations, des corruptions de toutes sortes, problématique qui en vérité aura été au coeur de nos recherches. Et le conseil des Evangiles quant au bon grain et à l’ivraie  ne nous dit pas comment procéder pour y parvenir, pas plus que ne le fait Descartes, d’ailleurs. Quelque part, la préscience implique un certain sentiment de « déjà vu », une familiarité avec le sujet abordé qui permet de s’y retrouver, de s’y repérer dans le temps et dans l’espace, dans la diachronie comme dans la synchronie. C’est tout un art de savoir reconstituer, réparer ( le Tikoun des Kabbalistes) et ce n’est pas donné à tout le monde même si personne ne se plaint de manquer d’un certain « flair ». (cf nos Mathématiques Divinatoires, préface de Jean Charles Pichon, 1983). Le structuralisme  implique  probablement de telles dispositions d’esprit. Celui qui n’est pas « doué » est condamné pathétiquement  à une certaine vanité de ses entreprises et tentatives. Pour nous la philosophie s’inscrit dans une certaine quéte maieutique  de « vérité » (sophia)  mais l’on sait que « les grands esprits se rencontrent. »Nos avons pu remarquer que nous sommes inégaux dans notre aptitude à connecter, à croiser les données dont nous disposons et cela tient notamment à une certaine rigidité du langage, de la pensée chez ceux qui  sont privés de génie, du fait d’un manque de fluidité. Ils ne font assez marcher leurs méniges, faire remuer leur « matière grise ».

Pour en revenir au langage (cher à Chomsky), nous dirons que la langue française parlée comme il faut -et non écrite est propice  à développer l’intelligence en raison même de son économie de moyens, de son abstraction. Nous pensons notamment à ce sens de l’enchainement des mots, des liaisons, des apostrophes, qui exige une écoute très pointue  de l’auditeur, une forte concentration et en ce sens, notamment à la radio. Cela contraint l’auditeur à faire appel à toutes ses ressources pour décoder ce qu’il entend, ce qui exige en fait qu’il sache déjà, par avance, ce qui est en train d’être dit; ce qui nous raméne à l’idée de prescience, ce dont le nouveau né doit certainement être pourvu, lui qui ne peut s’aider des béquilles de l’écrit. A contrario, celui qui a trop pris l’habitude de lire risque fort de tarir  une certaine forme d’inspiration et donc d’improvisation… 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  17 12 21

 

 

 

 

Publié dans Conscience, génie, Juifs, leader, leaders | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Mémoire, oralité et capacité de connexion.

Posté par nofim le 11 décembre 2021

Jacques  Halbronn   Mémoire, oralité  et  capacité de connexion. 

 

 

Mémoire et oralité  sont liées, l’écrit palliant précisément les défaillances mémorielles. C’est dire que celui qui dépend par trop de l’écrit – et cela vaut pôur tous les supports informatiques – n’exerce pas sa mémoire, ce qui signifie qu’il affaiblira sa capacité de connexion. En effet, ce qui nous permet d’activer notre mémoire, de retrouver une information stockée passe par un complexe réseau d’associations d’idées, de mots. C’est dire que la mémorisation développe l’intelligence et inversement, une mauvaise mémoire défaillante  ou une mémoire peu exercée, constitue un handicap mental, de la pensée. 

Mais l’on peut aller plus loin car chercher dans sa « mémoire » nous connecter avec un certain Inconscient Collectif. D’une façon générale, l’écrit dépend de l’oralité. Comme en hébreu, où l’écrit ne marque pas les voyelles, ce qui en fait un pense bête de l’oral. Nous avons déjà fait remarquer (cf notre groupe face book  français, francologie) que l’écrit n’était pas la voie royale vers l’oralité mais que c’était l’inverse, ce qui renvoie à la notion de préscience, de « bon sens », qui fait que l’on ne dépendra pas aveuglement de la chose écrite laquelle peut avoir été corrompue, altérée, vouée à des erreurs de traduction, de transmission  etc.

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  11 12 21

Publié dans Conscience, LINGUISTIQUE, morphosémantique | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn. Phénoménologie de la Surnature et ldée de Dieu

Posté par nofim le 8 novembre 2021

Jacques  Halbronn.  Phénoménologie de la Surnature et idée de Dieu.

 

 

On  a tendance à vouloir réduire la Surnature soit à la Nature soit à l’industrie des hommes. On est dans le binaire au lieu d’assumer le ternaire. Mais comment discerner, distinguer ce qui reléve de la Surnature? Quelle est la « valeur ajoutée » propre à  la Surnature? Prenons le cas du masculin et du féminin, qui n’est nullement spécifique à l’Humanité mais est attesté d’innombrables fois dans le régne animal comme végétal. Peut-on réduire à la femme telle qu’elle se présente au sein de notre Humanité à un statut « naturel », celui qui se retrouve un peu partout dans la ‘Nature »? Mais inversement, croit-on pouvoir changer la condition féminine en décrétant, en faisant  voter telle  ou telle loi? C’est alors que l’on se heurte précisément à la question de la Surnature laquelle n’est ni réductible à la Nature ni à quelque forme d’impératif, de régle morale au sens d’un Emmanuel Kant. 

La  Surnature introduit  l’idée d’un Su(pe)rpouvoir de transformer, de remodeler, de reformater  la Nature. Et c’est se nourrir d’illusions que de croire que notre Humanité serait capable de se reprogrammer, malgré les tentations du Droit et notamment du Droit Constitutionnel censé organiser la Cité. C’est toute la fonction, la mission du religieux que de s’interposer entre notre Humanité et la Nature en introduisant l’idée de « Dieu ». 

Car croire en Dieu serait justement admettre qu’il existe une Surnature et les deux concepts rencontrent les mêmes problématiques. L’athée est celui qui n’accepte pas l’idée de Surnature. Il croit qu’il est lui même dans l’ordre de la Surnature. Il nie qu’un dieu ait pu intervenir pour aménager notre monde (cf le film  The Eternals et ‘Arishem » série Marvel).  Il faut un don particulier pour distinguer le niveau de la Surnature en ne le confondant pas avec les deux autres niveaux, celui de la Nature et celui de notre Humanité qui ne serait pas ce qu’elle est si elle ne relevait pas de l’intervention de la Surnature.

Cela dit, quand certains êtres ont des pouvoirs particuliers, c’est un signe qu’ils sont marqués par la Surnature et l’on parle d’ailleurs couramment de pouvoirs « surnaturels », et les leaders, capables de rassembler les humains sont déterminés par la Surnature. En astrologie, la phase équinoxiale  est celle du stade « humain » et la phase solsticiale, celle de la Surnature, sept ans pour l’une, sept ans pour l’autre, alternativement (cf le songe des vaches grasses/maigres, interprété par Joseph   (Livre de l’Exode)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE, Bible, Conscience, RELIGION | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Manifeste du « Qualisme », de la « queste. »

Posté par nofim le 21 septembre 2021

Jacques  Halbronn  Manifeste du « Qualisme », du questionnement

 

 

La lettre Q n’est pas très populaire en français en raison de sa consonance avec certains

termes jugés vulgaires. C’est ainsi qu’à la BNF, il n’y  a pas de « Salle »  Q. Il resre que

l’initiale Q, au niveau morphosémantique est singulièrement porteuse. On a le Q

de Question, de (s’en)quérir  de quand, de (pour)quoi, de qui, de (le)quel,  de qualité

(comme de quantité)/ et ainsi de suite. Et l’on pourrait ajouter le quomodo latin qui

a donne notre comment (commentaire). En latin, on trouve aussi  le quia, le quid,

le quo (Quo vadis) le quando.  Dans les langues germaniques, l’initiale Q a disparu

dans who, what,  which, when, where. pour l’anglais. On a un probléme en  français avec le « où » qui ne comporte

pas le  Q  initiale du quo latin.  C’est probablement à rapprocher de « unde ».

D’où  le Qualisme – prononcer Quoilisme)  que nous proposons pour signaler et dénoncer

la crise du questionnement qui fait que l’on ne prend plus la peine de demander

« lequel » quand on parle de « Dieu », de « peuple ». On ne sait plus qui parle et à qui

l’on s’adresse. On reste délibérément dans le vague et cette absence du Q est

assourdissante.

Face au premier verset de la Genése, se pose  ainsi une triple question:

א בְּרֵאשִׁית, בָּרָא אֱלֹהִים, אֵת הַשָּׁמַיִם, וְאֵת הָאָרֶץ.  1 Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre.

 

Mais quel Dieu, quel Ciel et quelle Terre. Et l’on pourrait plus loin demander

« Quelle humanité (Adam).? L’article défini  devrait le plus souvent laisser la

place à l’article  indéfini: un certain Dieu, un certain Ciel, une certaine Terre (promise)

, un certain Peuple etc.Il y  a là abus de non-qualification. Or, la langue nous donne

les moyens de qualifier, de préciser de quoi, de qui  il est question. La langue nous

enseigne qu’il y a un « nous » et un « vous », donc une dualité sociale tout comme elle

distingue le masculin et le féminin/ Ce sont là les acquis  parfois altérés -

du morphosémantique. passés à la trappe. Quel temps fait-il? A  quel niveau  se place-t-on?  On pense

à l’Ecclésiaste: il y a un temps pour chaque chose, ce qui répond  au quoi et au

quand.

Nous voudrions par ce Manifeste, revendiquer le droit de demander de quoi, de qui

parle-t-on? Quel est le dieu dont il est ici question  et que vous désignez sans le

moindre article.  Quel est le peuple,  auquel « Dieu » – ce Dieu- s’adresse quand il dit

« mon peuple » (Ami en hébreu) ?

Exode  III

ז וַיֹּאמֶר יְהוָה, רָאֹה רָאִיתִי אֶת-עֳנִי עַמִּי אֲשֶׁר בְּמִצְרָיִם; וְאֶת-צַעֲקָתָם שָׁמַעְתִּי מִפְּנֵי נֹגְשָׂיו, כִּי יָדַעְתִּי אֶת-מַכְאֹבָיו.  7 L’Éternel poursuivit: « J’ai vu, j’ai vu l’humiliation de mon peuple qui est en Égypte; j’ai accueilli sa plainte contre ses oppresseurs, car je connais ses souffrances.

 

La langue met à notre disposition  la forme possessive (qui est suffixale en

hébreu) comme  le  Elohénou  du Ecoute Israel.

 

  Texte original
Écoute, Israëla, l’Éternel, notre Dieu, l’Éternel est UN. Chémâ, Israël, Ado-naï Elo-henou, Ado-naï Ehad’ שְׁמַע, יִשְׂרָאֵל: יְהוָה אֱלֹהֵינוּ, יְהוָה אֶחָד.

Si c’est « notre Dieu », ce n’est celui des autres. Là encore, le Qualisme a son

mot à dire. De quel Dieu parle-t-on? Et pourquoi est il précisé dans les

Dix Commandements :  »Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face. » Cela implique

qu’il  y a d’autres dieux mais qu’un certain dieu est lié à un certain peuple.

Ne pas prendre la peine de  préciser qui est qui, qui  fait quoi,  n’est  ce pas  favoriser le vol,

l’appropriation  d’identité?.

Le Qualisme, c’est le droit désormais de ne plus laisser passer des expressions

équivoques. Pour nous, au niveau théologique, on ne saurait confondre

l’univers  et notre petit monde terrestre avec « son » ciel, celui du systéme solaire.

Autrefois, quand on ne connaissait pas l’immensité de l’univers, l’on pouvait

ne pas faire de distinguo. Mais ce n’est plus le cas et  Balise Pascal parlait déjà des deux

infinis. entre lesquels  notre humanité se trouvait.

Ainsi, ce « Dieu » qui créa notre ciel et notre terre, comment serait-il à l’origine

de tout l’Univers. Or, dans bien des cas  l’on continue à parler de  Roi de tout

l’univers »(Melekjh ha Olam)  pour désigner le dieu de la Bible. C’est  bien là une

formule outrée. Ce dieu n’est pas le dieu de tout l’univers et même pas le dieu de toute

l’Humanité. C’est un dieu aux pouvoirs limités.

Dans un autre texte, sur matière et forme, nous précisons que le dieu premier est

illimité mais notre dieu ne l’est pas, c’est un dieu second, un « démiurge » et en cela

il est féminin et non masculin.

Dans le même chapitre de la Genése, il est question de la dualité de « Dieu » (Elohim)

à la fois masculin  et féminin  tout comme l’est  Adam, c’est à dire Matière et Forme.

 

כז וַיִּבְרָא אֱלֹהִים אֶת-הָאָדָם בְּצַלְמוֹ, בְּצֶלֶם אֱלֹהִים בָּרָא אֹתוֹ:  זָכָר וּנְקֵבָה, בָּרָא אֹתָם.  27 Dieu créa l’homme à son image; c’est à l’image de Dieu qu’il le créa. Mâle et femelle furent créés à la fois.

 

La matière précéde la forme et la forme structure la matière et en cela elle vient

en second tout comme le dieu qui  « crée » notre Ciel et notre Terre, est un dieu

qui  passe de la matière à la forme, de la puissance à l’acte, de l’illimité au limité. Ce

dieu a ses limites, il doit se limiter, se focaliser. Face à une théologie duelle, il

y a, selon nous, une anthropologie duelle, celle de l’homme et de la femme, celle

du génie  et de la génitrice. Nous ne sommes pas  le seul aboutissement de 9 mois de

grossesse mais  résultat d’une longue hérédité, d’un temps autrement plus long.

Et puis le Qualisme ne saurait  faire abstraction du « quand », ce qui renvoie à

l’astrologie, c’est  à dire à notre Ciel jumelé à notre Terre et qui confère à notre

temps des phases, des périodes et l’on ne peut pas parler comme si notre

temps n’était pas structuré, d’où le sens de la formule citée de l’Ecclésiaste (Kohélet)

On notera qu’en anglais,   quality cohabite avec « equal ».(cf aussi équinoxe). alors qu’en français, on dit « égal », ce qui montre la parenté entre le g et le Q, comme dans leur

rappoer au « u »:  guerre  et  querelle.

 

JHB   21 09 21

 

 

 

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE, Conscience, couple, Culture, cyclologie, féminisme, LINGUISTIQUE, morphosémantique, PSYCHOLOGIE, RELIGION, sociologie, théologie | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Ecrits sur le génie (1966 )

Posté par nofim le 22 juin 2021

 

 

Jacques  Halbronn. Ecrits  sur le  génie  (1966).

Les textes que nous présentons  datent du début de 1966   et  annoncent, jusqu’à un certain point,  ceux que l’on peut lire de nos jours  du même auteur Il aura fallu une cinquantaine d’années pour que certaines intuitions soient réactivées, ces derniers temps. Ce retard aura tenu à notre difficulté à connecter anthropologie  et Cosmologie.

I  Le génie

Un thème central de notre production de l’époque aura certainement été la question du « génie »  ce qui recoupe  ce que nous formulons à présent à propos du « jupitérien » et du « saturnien », désigné comme « non génie »/

Ci-dessous des textes sur ce sujet que nous extrayons de nos archives. Bien entendu, ces textes que nous reproduisons tels quels  ne correspondront pas toujours exactement à nos formulations actuelles. Nous proposons ici une série de textes relatifs  à cette question, fournis dans leur intégralité  ou partiellement.

 

Pour un peuple de génies -1966

Un génie est différent. Personne ne conteste que le génie seul peut accomplir certaines tâches. Personne ne prétend que chacun  est capable de composer une symphonie qui atteigne la sensibilité de tout homme. Ni que chacun est capable de repousser  plus loin l’étendue de l’ignorance humaine par la découverte de nouveaux produits, de nouvelles énergies . Ni que chacun est capable d’introduire des théories philosophiques bouleversant les conceptions passées. Peu savent ce que signifie r « créer », ce que signifie « génie » mais les résultats ne sont pas contestés/. Le génie est donc un homme doué de facultés supplémentaires.  Si on les reconnait, l’on entend donc qu’il utilise ces facultés supplémentaires (/..) Puisque le génie est reconnu par le non-génie, cela prouve que le génie a une action sur la vie du non-génie (…) le génie crée ; il ressent le besoin de transformer les comportements sociaux et de les remplacer par des activités  ne présentant pas les inconvénients qu’il a tenté d’éliminer (…)Quel organe chez le génie  provoque un besoin  à la différence du non génie ? On remarquera que si le génie se caractérise par la non acceptation des comportements sociaux, le non génie se caractérise, par là, par son acceptation (consciente ou non).

 

 

Le moi créé du génie

Le génie a un moi initial, donné, il le  transforme mais la cause de cette volonté sert précisément de moteur et cette cause est donc partie du moi crée. Ce qui provoque une sorte de personnalité collective des génies :contact humain particulier, même s’il est en contraste total avec certains aspects de la personnalité créée.

 

Société  des génies

Le génie est la recréation du phénome  humain initial et peut être de l’origine du monde elle-même/  L’homme doit avoir pour critère de valeur le génie.  Une sociétés aurait alors une attitude rationnelle envers les génies, d’autre part, conscients  du rôle que les génies jouent sur les actes, ils s’apercevraient que les phénoménes essentiels ont un moteur différent, leur attitude vis-à-vis de ces derniers se modifierait ; Une société  alors pourrait poursuivre son essor sans être freinée par les non  génies/. L’homme vrai serait libéré de ses entraves et n’aurait pas  comme pire ennemi le génie qui crée une situation qui par la force des choses  deviendra dépassée. Les génies s’acceptent entre eux- ce qu’ils font rarement- comme permettant une aide réciproque.

 

« Le génie. Conséquences

« Le génie refuse ce qui n’est pas sa propre création, son moi initial  y compris/ C’est pourquoi son moi présente une nature particulière, est lui-même  une théorie, un non-moi. Tous ses actes devront être imprégnés de ce moi conquis, c’est cela  qui les distinguera et leur donnera valeur (le non  génie a un mo copié par définition sur les autres/

« Le génie agit sur le réel qui domine l’action des hommes à partir du moment où ils en prennent conscience(celui qui ne  fait pas de mathématique sera faiblement influencé par Einstein). Le génie,  en un certain sens se distingue dans un domaine précis, c’est  par l’importance de son influence et de l’importance de ce domaine sur le réel total qu’il est grand.

Il est certain  que la théorie initiale est fondamentale et qu’elle peut être cause d’échec (d’une façon ou d’une autre)

L’homme agit parce  que certains besoins le poussent à agir. Or, ces besoins sont causés par le réel(le manque également).

Il est curieux de penser que le seul fait  d’affirmer que l’on est un génie  prouve parfaitement qu’on l’est/

 

 

Synthèse descriptive sous forme d’affirmation

A   Il y a des génies et des non génies. Les uns sont les descendants des premiers hommes, les autres ont perdu leurs capacités originelles

B  Un génie est un homme qui connait des besoins que le non génie ne connait plu et qui trouve sans signification l’édifice social de son temps.

C Le  génie ne peut communiquer avec le non génie car sa théorie de reconstruction sous- entend des besoins que le non génie ne ressent pas

D  Le génie ne pouvant communiquer de manière  à influer socialement méne une vie absurde.

 

A  SUIVRE

Publié dans ASTROLOGIE, Conscience, théologie | Pas de Commentaire »

Les bons et les mauvais choix dans le monde de l’édition, des thèses et des associations astrologiques/

Posté par nofim le 12 juin 2021

Les bons et les mauvais choix dans le monde de l’édition, des thèses et des associations  astrologiques/

par  Jacques  Halbronn

 

Il nous a semblé intéressant de faire le bilan des choix que nous avons effectués ou que nous avons eu à subir  dans le champ d’une carrière liée au monde de l’édition, de l’Université et des associations astrologiques. depuis les années  1970  jusqu’à ce jour, la liste n’étant pas  close

Parmi les  choix qui  nous ont semblé heureux rétrospectivement, voici les éléments qui nous ont marqué.

 

Les  années  70

Au début des années 70, la rencontre avec  le Professeur Georges Vajda nous aura permis de concilier notre intérêt pour l’astrologie et pour l’hébreu en préparant une thèse (Paris III) , La problématique astrologique chez les principaux penseur juifs du moyen Age espagnol qui sera soutenue en 1979 et paraitra, grâce à L. Toth, en 1985 aux éditions Arché  à Milan, sous le titre « Le monde juif et l’astrologie. Histoire d’un vieux couple ». Mais entre temps, en 1977, Vajda avait rédigé la préface de notre édition du diptyque  astrologique d’Abraham Ibn Ezra (Ed Retz)  grâce à René Alleau, directeur de la Collection « Bibliotheca Hermetica » qui avait publié un

an plus tôt notre édition des Remarques Astrologique de Jean-Baptiste Morin (de Villefranche). Vajda décédera en 1980. A la même époque, nous  fréquentons le milieu associatif astrologique parisien (Centre International d’Astrologie) et en 1973, nous devenons Vice Président du CIA, choix heureux de la part de cette association puisque grâce à nous un congrès internatiaonal se tiendra l’année suivante à Paris, dans le cadre des rencontres de l’International Society for Astrological Research, fondée par Julienne Sturm (Mullette) dont nous deviendrons le secrétaire genéral. Dès 1972, nous avions crée la Bibliotheca Astrologica au sein du CIA. Mais en juin 1974, André Barbault entend reprendre en main le CIA  en obtenant que nous ne restions  pas en poste en tant que vice-président dont il avait démissionné en 1968 en raison de sa participation à Astroflash, interprétation astrologique par ordinateur (Ordinastral), avant même la tenue du congrès prévu à Paris. Or, Barbault, dans sa réédition du volume  Jupiter Saturne, en 1980, reconnaitra amèrement que la date de 1974  met fin à la prédominance du CIA né en 1946.(cf sa Présentation, p. 7). On peut parler de sa part et de celle de ceux qui le suivirent d’un « mauvais choix » puisque, en 1975, nous allions fonder le Mouvement Astrologique Universitaire (MAU) qui allait éclipser le CIA. Bien pire, en 1976, nous publierons L’astrologie dans la prestigieuse collection Clefs, dirigée par Luc Decaunes, aux Ed. Seghers, ce dernier ayant préféré notre manuscrit à celui présenté auparavant par  André Barbault.  En 1976, nous attaquerons  Barbault en diffamation pour sa « critique » dans la revue L’Astrologue, de ces Clefs. Il perdra en appel.  Le milieu astrologique fera le bon choix  en suivant  fidélement nos activités pendant des années et nous ferons paraitre en 1981 un Bottin Astrologique des personnalités les plus remarquables, ce qui deviendra en 1978 le guide de la Vie Astrologique, grâce aux Ed. de la Maisni dirigées par Guy Trédaniel.  Cette relation de co-édition avait débuté grâce à Joel Dronsart(décédé) alias Gabriel dont nous publierons dès 1979 le Traité de l’Heure dans le monde. Avec Trédaniel, nous publierons toute une série d’ouvrages  jusqu’en 1995. Une autre relation fructueuse  à signaler avec Roger Faloci, directeur de la revue L’Autre Monde avec laquelle nous organisames notamment un Colloque sur l’Ere du Verseau, en 1977 qui fera l’objet d’un ouvrage édité par Bertrand Sorlot aux Ed. de l’Albatros, en 1979. Une autre synergie heureuse est à signaler avec Fernand Schwarz et son association La Nouvelle Acropole à la  même époque qui éditera une série de trois

cahiers « Sur la piste du Zodiaque » en 1977-78 (en ligne dans le cadre de la BINA, Bibliothèque Internationale de Numérisation de l’Astrologie

 

1976  Merleau Ponty thèse d’Etat.

 

LEs  années  80

Denise Daprey  et la FEA  1984

le GERASH  1986

1985  Céard

1984 Patrick Curry   (1987)

 

Les années 90

1993   Antoine Coron BNF      Encyclopaedia Univ.  René Alleau remplacé

1986  Serge Hutinn  Hisoire de l’astrologie

1981 DEA  Anglais   Ferrier    1990 Labouré  Dariot

1995  Lecerf  DESS  Le milieu astrologique

Fanchon Pradalier Roy Ed du Rocher.     O.Laurens    Rondeau 1997

 

Les années 2000

2011  Gérard Morisse   Guinard Nostradamus RFHL

2000  Louis Chatelier  EPHE (2007)

 

 

 

 

Publié dans ASTROLOGIE, Conscience | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Pour une épistémologie du mode d’emploi.

Posté par nofim le 14 mai 2021

Publié dans ASTROLOGIE, Conscience, Culture, LINGUISTIQUE, PSYCHOLOGIE, RELIGION, SCIENCE, sociologie | Pas de Commentaire »

123456
 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs