jacques halbronn Nouvelle approche de l’antisémitisme au prisme de la cyclologie EXOLS

Posté par nofim le 12 janvier 2023

jacques  halbronn  Nouvelle approche de l’antisémitisme au prisme de la cyclologie EXOLS

 

 

    Nous avons remarqué depuis un certain temps à quel point le rapport à la question juive  était marqué par quelque forme d’ambivalence et d’ambiguité, voire de contradiction. Par ailleurs, nous avons récemment souligné l’instrumentalisation de l’étranger par les sociétés aux fins de s’organiser; En fait, l’étranger par excellence ne serait-il pas justement le Juif? En cela, le lien entre astrologie et judéité prendrait une autre dimension qui nous avait en partie échappé jusqu’ici  (cf notre ouvrage Le Monde juif  et l’astrologie. Histoire d’un vieux couple.  Ed Arché, 1985)

Au fond, de façon subconsciente, l’humanité aurait une perception singulière de la présence juive  au monde tout comme d’ailleurs de la présence d’un astre comme Saturne (cf  L’astrologie selon Saturne, Ed La Grande Conjonction, 1994-95), les deux informations étant quelque part à connecter. C’est l’astrologie qui prouverait in fine le fait juif  et vice versa, ce qui implique une dualité propre à l’alternance des phases d’équinoxialité et de solsticialité. Reconnaissons que la question juive est aussi complexe à appréhender que celle de l’astrologie. Dans un cas comme dans l’autre, nombreux sont ceux qui tendraient vers un certain négationnisme : l’astrologie serait une fiction et le fait juif une invention, ne résistant ni l’un ni l’autre à une approche « scientifique ». 

Nous dirons qu’en phase équinoxiale, le Juif est perçu dans l’Inconscient Collectif ( Jung) comme le  » Sauveur », le « Soter » en grec  pour le  S dans la formule ICHTUS, Jésus Christ, fils de Dieu Sauveur.

Ichthys.svg

 wikioedua

 

Ichthus ou Ichtys (du grec ancien ἰχθύς / ichthús, « poisson ») est l’un des symboles majeurs qu’utilisaient les premiers chrétiens en signe de reconnaissance. Il représente le Sauveur durant les débuts de l’église primitive. En grec IΧΘΥΣ, est un acronyme pour « Ἰησοῦς Χριστὸς Θεοῦ Υἱὸς Σωτήρ » / « Iêsoûs Khristòs Theoû Hyiòs Sōtḗr » soit « Jésus-Christ, Fils de Dieu, [notre] Sauveur ».(cf  les études sur l’Ere des Poissons) Nous dirons que Jésus n’est jamais qu’un chainon d’une longue liste de juifs  sauveurs, lui qui est venu, selon ses dires, pour les « brebis perdues de la maison d’Israel » et ici Israel, que ce soit bien clair, ce ne sont pas les Juifs, ce qui serait un fatal contresens même si les Juifs eux mêmes  ont pu, par la suite, adopter cette expression pour eux mêmes  jusqu’à appeler le nouvel Etat Hébreu de la sorte! 

Or, l’histoire même de Jésus témoigne d’un retournement, lors du passage de la phase équinoxiale à la phase solsticiale,  exlatation qui se termine par la crucifixion du « Sauveur » (Salvador), sa mise au pilori. Mais dans les deux cas, les Juifs sont voués à jouer un rôle crucial, c’est le cas de le dire. Soit, ils sont le Deus ex Machina qui vient apporter la lumière  à l’humanité, à toute époque et en tout domaine, soit, sa stigmatisation permettra à un groupe de se souder, de s’unir dans la détestation.

Publié dans ASTROLOGIE, cyclologie, judaîsme, Juifs | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Analyse de sa production cyclologique entre 1976 et 2021

Posté par nofim le 18 octobre 2022

jacques  Halbronn  Analyse de sa production cyclologique entre 1976 et 2021  

 

 

Ayant le sentiment;  à tort ou à raison, d’être parvenu à  parachever notre recherche avec ce que nous appelons  « Astrologie Sensorielle. » reprenant notre terminologie de 1976, il nous est apparu utile de  traiter du corpus(non exhaustif)  de nos publications  entre 1976 et 2020  ayant trait à ce domaine/ Il s’agit donc de la genése de ce que nous appelons désormais  « astrologie sensorielle », dénomination que nous avions étrenné en 1976 dans le numéro de Noel de la revue (féminine) Cosmopolitan. Au regard d’une épistémologie de l’Histoire, il nous semble essentiel de balayer une période  largement en amont et en aval du document considéré  ainsi que de couvrir un espace interdisciplinaire  le plus ample possible. On aurait pu préférer que d’autres se seraient penché sur ce corpus mais apparemment il semble qu’il faille être au four et au moulin, acteur et observateur pour des raisons relatives à la sociologie du milieu  astrologique francophone. Précusons  que nous n’avons pas ici cru bon d’intégrer  les derniers développements de nos recherches pour l’année 2022, que l’on trouvera notamment  sur  Faculte Libre d’Astrologie de Paris, (blogger.)

 

 

Nous procéderons en produisant des extraits de nos publications successives en montrant dans quelle mesure nos conclusions actuelles avaint pu être anticipées longtemps à l’avance mais en étudiant ce qui avait pu  retarder la marche de notre travail.

 

1975  -1981 Clefs pour l’Astrologie. Astrologie Sensorielle.  Le Grand Livre des Prédictions, Nouvelle Acropole. Las claves de la Astrologia.(1978)  Grande Conjonction.    L’alternance sous la Ve République et le concept de bloc ‘ Grand Livre des Prévisions,  Ed Balland, 1980, pp. 175  et seq) Aquarius ou la Nouvelle Ere du Verseau (Albatros. Autre Monde, 1979)

 

Clefs pour l’astrologie  Ier trimestre 1976 ; on y trouve la dialectique M/U  Multiplicité/ Unité (p. 145)

« Par  multiplicité, on entendra un climat d’hésitation, d’attente (…)  Par  unicité, on entendra une période d’initiative, d’impact  sur 

l’entourage  (..) Le passage de la multiplicité à l’unité et vice versa pourrait être comparé du passage du liquide vers le solide »

Astrologie Sensorielle  fin 1976

« L’inconvénient de se situer par rapport à un signe du zodiaque c’est que ce sont les planétes qui possédent un mouvement astronomiquement parlant. Et non les signes » (…) les quatre tempéraments planétaires ». A cette date, nous n’avions pas envisagé de constituer une psychologie  fondée  sur ce que nous appellerons les « topiques sensorielles ». On considérait 4 planétes, Mars, Jupiter, Saturne et Uranus en rapport avec les récepteurs du visage: ouie, vue, odorat, goût 

Mais dès 1979, nous allions nous polariser sur Saturne en distinguant phases active et passive  in   »      L’astrologie  mondiale et les  années  80  dossier  in revue Nouvelle Acropole « Influence de  Saturne. Kronos dans l’astrologie  mondiale  (pp. 25 et seq).  L’arrivée de Mitterrand  à la présidence de la République en 1981 allait nous inspirer un paralléle avec 1968(cf   L’alternance sous la Ve République et le concept de bloc  in Le Grand Livre des Prédictionx Ed Ballanf 1981, (p 177) notre astrologie est fille de Mai 68 et de nos 20 ans.

  » Il aura donc fallu  treize ans (…)Quel élément astrologique permet de rapprocher ces deux dates? Il faut à notre avis se rourner vers la planéte Saturne. (..) Quand Saturne passe en Bélier et en Balance -soit l’axe de l’équinoxe- c’est la phase active c »est à dire que collectivement  l’opinion publque  veut le changement »

En 1979, dans le collectif Aquarius que nous avions dirigé, qu’écrivions nous dans notre Préambule « Le sphinx des astrologues »? Nous nous référons notamment à Jean Sendy (p 12) quant à l’origine du systéme astrologique: » « L’humanité aurait été programmée  ..par un ou des « Créateurs » …) Le  fait  de privilégier (…) le plan  biologique par rapport au plan   proprement  cosmique – si l’homme   est  habilité  à recevoir ou à apprendre  du cosmos, c’est  qu’il  est  branché par  son  équipement  biologique individuel  ou collectif – sur certaines longueurs d’onde sinon  tout  ce qui se produirait en  haut resterait indifférent pour ce qui est en bas-constitue  vraisemblablement la meilleure manière de  rééquilibrer une réflexion astrologique viable » 

 

  1986 La Pensée astrologique  in  L’Etrange Histoire de l’Astrologie  de Serge Hutin 

Qu’écrivions nous à l’époque sur nos travaux datant de 1976-1981?? Nous mettions l’accent (p.145)  « Si l’homme est lié aux astres,  ce n’est pas la faute aux astres ». Entendons par là que les astres auront été instrumentalisés par l’humain, selon ses besoins. Par la suite, nous préciserons que par « humain, » cela peut relever d’un « dessein intelligent » émanant d’une autre Humanité que la notre. Arrêtons nous sur  notre « Lettre à une amie astrologue » (en l’occurrence Marie Delclos) en guise de préface: nous abordions la question de la Lutte des Classes:  (p/ 11):  » entre  une  élite (…) et une masse  présentant un seul  et même profil culturel et dont la référence  centrale est le langage qui donne l’illusion de la communication »

  Dans cet ouvrage, nous accordions beaucoup d’importance aux statistiques Gauquelin, ce qui nous éloignait  du monoplanétarisme mis en avant quelques années plus tôt. Il nous faudra du temps pour démonter le travail de Gauquelin  lequel visait à valider les significations planétaires  traditionnelles. jusqu’à Saturne alors que les planétes ne sont pas des significateurs mais des prometteurs, les sigiificateurs étant les secteurs transités par les prometteurs.

 

______________________________________________________________________

1993   Article  Astrologie Encyclopaedia Universalis http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/astrologie.  Que disions nous dans ce texte toujours en place, trente ans plus tard (repris par ailleurs dans une coédition avec le Figaro en 2004, sans la bibliographie qui recensait nos  travaux)?   Nous passions par une période de doute quant à l’existence d’une astrologie indépendante du travail du praticien

 

_____________________________________________________________________________________

Nouvelle Editions  des Clefs. 1993

« Le  cycle saturne, au  Xe siècle  Clefs   ’Description du Paradigme  universel » (pp.134  et seq) Table des phases de Saturne pour le XXe siècle  Les termes « phase solsticiale » et « phase équinoxiale » sont déjà employés, trente ans avant notre pratique actuelle si ce n’est qu’à présent, le passage d’une phase à une autre n’est pas lié à la croix des signes cardinaux mais à celle qui précéde, des signes mutables..

 L’astrologie  selon Saturne. 1994-1995. Cette brochure propose une étude de 30 ans en 30 ans de l’Histoire de France, depuis la Révolution Française jusqu’à la fin du XXe siècle. On n’y aborde pas les cycles de 15 ans, alors que selon nous, le passage de Saturne sur les axes équinoxiaux et solsticiaux, correspond bel et bien à des intervalles de 15 ans, comme exposé dans la nouvelle édition des Clefs.

 

p 5     Accent mis sur le signe des Poissons (330-360°)

S I  342+-353+ février 1789 Janvier 1790 

S II  342-353 Mars 1818 Avril 1829

S III  «  »   févrie 1848- févier 1849

SIV «  »  Mars 1877 – Mars  1878 

S V «  »"  Février 1907- janvier 1908

S VI «  »"  Février 1936  Mars 1937

S VII  «  »" Avril  1965  Avril 1966

S VIII  «  »"Février 1995 – février 1996

 

 

______________________________________________________________________

2004 -2006 Période  Planétes-Etoiles fixes Royales 

« Penser  Soleil  Lune »  Ed  numérique Eric Le nouvel

Les  étoiles  fixes  royales. Phases  « anarchique », phase  « hiérarchique » (devait paraitre  aux Ed. Axiome à la suite de notre Papes et prophéties.) 

 

 Extrait de Penser Soleil Lune: on y expose un modéle axé sur les conjonctions de Saturne avec les Etoiles Fixes Royales:

Table des phases lunaires et solaires pour le XXe siècle et le début du XXIe siècle

De façon à rendre notre propos plus concret, pour ceux qui ne pratiquent pas les éphémérides, nous fournissons ci-après une table dont l’utilisation est des plus simples et c’esr précisément ce que nous souhaitons, à savoir normaliser l’astrologie, ne pas en faire un recours exceptionnel passant nécessairement par l’astrologue, ce dernier ayant désormais pour tâche de conseiller des personnes ayant déjà un certain bagage à l’instar d’un libraire qui n’est pas là pour apprendre à lire à ses clients..
Au cours des 120 ans que nous couvrirons, on dira grosso modo – pour avoir un ordre d’idée- que Saturne est entré à cinq reprises en conjonction avec Aldébaran, et autant de fois avec Antarés; il est entré dix fois en carré (à 9° Vierge et 9° poissons) avec l’axe Aldébaran-Antarés (9° Gémeaux-9° Sagitaire). A chaque fois, cela a inauguré une nouvelle phase lunaire. Et au mi-point de ces positions, l’on trouvera les débuts de phase solaire Ajoutons qu’avec les rétrogradations, Saturne peut passer à plusieurs reprises sur le même point. Le tableau proposé est donc approximatif car il vise avant tout à ce que le chercheur observe certaines répétitions au cours d’une phase de plusieurs années et non ce qui se passe à un moment donné;

On indiquera ici les débuts de phases lunaires, à 9° des signes dits « mutables » : gémeaux, vierge, sagittaire et poissons. Il ne s’agit pas là des constellations mais d’un zodiaque « tropique », calculé à partir des équinoxes et des solstices..
9° Poissons Avril 1906 Saturne en carré, avec l’axe Aldébaran-Antarés
9° Gémeaux Juin 1913 Saturne conjoint à Aldébaran
9° Vierge Novembre 1919 Saturne en carré
9° Sagittaire Novembe 1927 Saturne conjoint à Antarés
9° Poissons Juin 1935
9° Gémeaux Juilllet 1942
9° Vierge Août 1949
9° Sagittaire Janvier 1957
9° Poissons Mars 1965
9° Gémeaux Mai 1972
9° Vierge Juillet 1979
9° Sagittaire Novembre 1986
9° Poissons Avril 1994
9° Gémeaux Juillet 2001
9°Vierge Août 2008
9° Sagittaire Décembre 2015

Quant aux phase solaires, elles se placent, nous l’avons dit, au mi-point – 45° plus loin- entre deux phases lunaires, à 27° des signes dits « cardinaux: » bélier, cancer, balance et capricorne. Les phases solaires correspondent en fait à un effacement des phases lunaires, comme si les sociétés régressaient,, en revenaient à des fondements archaïques mais toujours déterminants. La phase solaire, par sa résurgence périodique, rappelle la fragilité des constructions lunaires: il y a le flux lunaire et le reflux solaire..

24° bélier Mars 1910
24° cancer Avril 1917
24° balance Octobre 1923
24° capricorne Janvier 1932
24° bélier Mars 1939
24° cancer Juin 1946
24° balance Décembre 1952
24° capricorne novembre 1961
24° bélier septembre 1968
24° cancer août 1975
24° balance octobre 1982
24° capricorne mars 1990
24° bélier Avril 1998
24° cancer Mai 2005
24° balance Novembre 2011
24° Capricorne Janvier 2020

Nous sommes bien conscients de ce que le bagage chronologique de la grande majorité des lecteurs risque d’être plus qualitatif que quantitatif, à savoir qu’il est fixé sur quelques événements saillants plutôt que sur des séries d’événements. Ils ne sont pas si rares, au demeurant, ceux qui voudraient que leurs quelques souvenirs scolaires coincident avec le moment où se forme telle ou telle configuration. C’est à une approche statistique et concernant un grand nombre de personnes qu’il s’agit de recourir.
Cela dit, le début d’une phase est aussi la fin de la phase précédente. La phase solaire correspond à une décomposition du tissu national, culturel, linguistique qui ne parvient plus à masquer certaines différences profondes, irréductibles. Inversement, l’avénement d’une nouvelle phase solaire renforcera la solidarité au sein d’un même ensemble national On aura compris que la phase solaire favorise les empires en minimisant le culturel au profit de l’universel alors que la phase lunaire met en question les ensembles supranationaux en réveillant les particularismes de toutes sortes. Nous nous contentons ici de présenter une grille de lecture exigeant de se familiariser avec des notions qui ne sont pas si évidentes à manier, la difficulté ne résidant pas tant dans les calculs que dans l’application toujours délicate d’une terminologie.
La meilleure préparation à la recherche en ce domaine consiste à penser soleil-lune, à identifier autour de nous valeurs et périodes solaires et lunaires, à ressentir les décalages et les passages des unes aux autres puis, dans un deuxiéme temps, à situer les foyers d’énergie solaire et lunaire en rapport avec des populations bien identifiables ainsi qu’ avec des configurations astrales bien distinctes
En tout état de cause, force est de constater qu’il faut un certain entrainement pour maîtriser les notions qui ont été ici exposées et nous ne pouvons qu’insister sur le fait que l’astrologie ne sera pas prise au sérieux tant qu’elle utilisera le langage de l »homme de la rue, lequel manque singulièrement de rigueur et de sens dialectique. Nous ne pouvons qu’insister notamment sur l’existence de certains paradoxes qu’il faut gérer avec la plus grande vigilance et formuler avec un sens pédagogique développé qui n’est pas nécessairement le propre du praticien de l’astrologie lequel se complait dans un certain flou sémantique. C’est ainsi que chaque changement de phase correspond à une forme de dépassement, lequel n’est pas monopolisé par la phase lunaire. Méfions-nous de mots clé qui ne font sens que si on les précise par des adjectifs. Attention aux expressions passe-partout! Si pour décrire un moment donné, l’on se sert de telle expression et qu’en fait tout moment peut justifier un tel usage, on ne risque guère de se tromper. L’astrologue qui ne prend pas la peine d’expliquer à son interlocuteur les différents cas de figure possibles et disponibles engage l’entretien sur de mauvaises bases. On ne peut raisonnablement demander à quelqu’un de juger de la valeur d’un diagnostic si on ne lui signale pas l’éventail des diagnostics existants, toute vérité étant relative à un systéme de références. Au minimum, l’astrologue devra (se) demander si telle situation serait plutôt plus comme ceci ou plutôt plus comme cela. Et puis, trop souvent, le client focalisera, avec une certaine bonne volonté, sur tel événement ou tel trait de caractère qui correspondent aux propositions de l’astrologue alors que d’autres éléments biographiques iraient en sens inverse. Il semble que cela fasse partie des automatismes de communication que de rechercher des liens entre diverses informations plutôt que d’affirmer que ces liens n’existent pas.

Notre dualité intérieure
Pour vivre dans la dualité diachronique, il importe d’exister dans la dualité synchronique et , pour recycler la formulation jungienne qu’il est assez malheureux d’associer à la polarité masculin/féminin du fait que l’on risque de réduire le masculin à tout ce qui émane des hommes et le féminin à tout ce qui émane des femmes, comme si le contenant déterminait nécessairement le contenu, ce qui serait oublier notamment les effets du mimétisme.
Nous dirons ici que l’anima est ce qui a de plus archaïque et primaire en nous et que nous contrôlons bien peu alors que l’animus est notre faculté de progresser, de nous transformer.
Ainsi chaque phase, cycliquement parlant, va réveiller alternativement notre animus, notre anima, ce qui correspond à une double identité. L’anima correspond à notre moi le plus radical, le plus viscéral alors que l’animus concerne notre moi collectif, le fait que nous appartenions à une certaine société. Si nous n’avons pas pris conscience de notre double identité, nous aurons du mal à suivre le rythme imposé par le ballet céleste et nous risquons d’avoir bien des temps morts.
Si en phase lunaire, il s’agit de s’intégrer et d »intégrer un langage, une culture partagés avec des personens par ailleurs fort différentes, en revanche, quand arrive la phase solaire, l’on est surtout livré à soi-même, il faut faire la preuve de sa valeur et non plus assumer des valeurs, de ses compétences et non de ses opinions, que l’on peut avoir empruntées. En phase solaire, l’on ne peut pas se faire remplacer, chacun étant jugé sur son véritable potentiel.
Alors qu’en phase lunaire, on est français, américain, musulmans, en phase solaire, l’on se situe dans la hiérarchie sociale par son talent, par ses dons et non par ce que notre entourage nous a donné, transmis.
Si les clivages nationaux ou religieux, linguistiques ou régionaux sont connus et reconnus – ce qui est de l’ordre de l’animus – les clivages qui relévent de l’anima font plus probléme. Certes, qui nierait que l’on est homme ou femme mais encore faudrait-il s’entendre sur ce que cela signifie et implique….
Pour Karl Marx, – avec sa fameuse formule ‘Prolétaires de tous les pays unissez-vous! » – le prolétariat était une réalité qui transcendait les différenes nationales. Mais l’on a souvent été tenté de situer un statut subalterne à la seul éducation, au milieu. Pour notre part, nous n’acceptons pas une telle représentation des choses. En chacun de nous, en tout état de cause, réside un certain potentiel qui se révélera à nous et qui est notre affaire. Soit l’on est né pour commander, soit on est né pour obéir et ce n’est pas une question de milieu dans la mesure où chaque milieu a ses chefs et ses subalternes.
Ces « talents » qui sont les nôtres et qui varient d’un individu à un autre nous confèrent des tâches à accomplir. Mais rappelons que ces phases solaires sont entrecoupées de phases lunaires qui sont autant de pauses permettant d’oublier ce qui sépare pour songer à ce qui rapproche même si ce n’est souvent qu’un vernis.
L’anima nous relie à une lignée très ancienne de personnes ayant exercé les mêmes activités alors que l’animus nous situe dans un certain espace social , il concerne nos compatriotes, nos contemporains. Quand on demande à un enfant : que veux-tu faire quand tu sera grand, l’on s’adresse à son anima et c’est en phase solaire -anima que chaque individu aura le loisir de se jauger et de reconnaitre ceux de son rang, par delà toute appartenance à un milieu familial. Bien sûr, une fois la carrière choisie, l’on sera amené à cotoyer des personnes nous ressemblant, comme c’est le cas dans des lieux privilégiés, réservés à une certaine élite choisie pour ses aptitudes. Mais de la même façon, chacun à son niveau se retrouvera en compagnie de personnes ayant peu ou prou le même profil.
Dans certains cas, il y a ambiguité: c’est ainsi que l’on est femme d’une part par son hérédité mais aussi d’autre part par son éducation de femme. De la même façon, l’on est juif par une culture dont on est plus ou moins imprégné mais on l’est aussi, probablement, en raison de certaines facilités qu’il revient à chaque individu juif de mettre ou non en évidence. Il faut éviter de tout solariser ou de tout lunariser, c’est à dire d’essayer de solariser l’animus ou de lunariser l’anima. En fait, tout a un double sens, chaque mot peut être assumé de deux façons, sur un mode animus ou sur un mode anima.
Entre l’animus et l’anima, il y a interdépendance: l’animus ne serait rien s’il ne pouvait instrumentaliser l’anima et l’anima serait bien pauvre sanss tout ce que l’animus lui assigne: Le monde solaire a besoin de l’amour à la Pygmalion du monde solaire pour parvenir, littéralement, à se dépasser. Mais parfois cet amour veut accomplir des miracles, prononce des promesses qu’il ne peut tenir et cela donne tout un peuple de déçus, qui reproche à celui qui est venu à eux de les avoir bernés mais ce peuple – et nous pensons aux colonisés, aux immigrés, aux femmes – sait aussi, dans son fors intérieur, que si l’on ne lui avait pas fait miroiter un avenir radieux, enchanteur, la vie aurait été bien morne.. En phase solaire, d’ailleurs, l’on ressent à quel point le monde peut changer à grand renfort de mesures socio-éducatives mais en phase solaire, l’on s’aperçoit que le poids des différences leste un tel effort, qu’il y a eu méprise, que l’on a vendu la peau de l’ours avant de l’avoir tué.. Combien de promesses l’Homme n’a-ils pas faites aux animaux domestiques, aux machines, leur faisant miroiter de les rendre à son image, de leur accorder les mêmes droits? Il convient de comprendre qu’il est un temps pour les paris et les défis et un autre pour reconnaitre échecs et faillites…. »

 

et  Réédition  article encyclopaedia  http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/astrologie/ 2006 

Guide de la Vie Astrologique 2006-2007 (paru par la suite comme Livre Blanc de l’Astrologie).   « Le glissement du mythologique vers l’astronomique. Le  cycle E & P etoile planéte/Les  astrologues  face au Modéle (Universel) Cyclique (MUC)  «  

« Le  terme MUC renvoie à toute grille à cycle unique (Troisiéme Partie)

 

2020

 

ANTHROPOLOGIE DU TEMPS. LE PRINCE (en ligne sur Scribd)

 

 Extraits

 

  »Nous connûmes il y   a un an environ notre Chemin de Damas et primes conscience de notre erreur et réintégrâmes le thème des leaders en astrologie mondiale! Ce faisant, il n’était plus nécessaire de séparer astrologie individuelle et mondiale, le leader se situant à  l’interface entre ces deux approches. Cela  nous conduisit tout au long des 12 mois qui suivirent à  formuler le concept d’ ASQ, d’axe stellaire de Quadrature qui englobait à la fois les étoiles fixes  et les transits au  soleil « fixe » natal f des leaders, avec comme facteur mobile, la planète Jupiter. On quittait l’astrologie bancale de Barbault et étrangement, cette prise de conscience  faisait suite à sa disparition fin 2019  comme si une sorte de charme était rompu de ce fait. En fait, pour ce qui est des étoiles fixes, nous avons suivi cette piste depuis une vingtaine d’années, en nous intéressant aux étoiles « royales » Aldébaran, Régulus, Antarés et Fomalhaut qui balisaient le Zodiaque en quatre zones, considérant que c’était là un critère plus valable que les axes équinoxiaux et solsticiaux qui n’existaient pas sur le plan visuel.Or, le critère visuel  devenait à nos yeux déterminant, d’où d’ailleurs notre rejet des planètes invisibles à l’oeil nu, au delà de Saturne alors que Barbault les avait intégrées dans son Indice Cyclique tout comme Nicola d’ailleurs dans son RET, le  groupe T englobant Uranus, Neptune et Pluton. (cf  notre mémoire de sociologie  en 2000 : « Problématiques d’automatisation et de cyclicité en sociologie », https://www.hommes-et-faits.com/Telecharge/Jh_Socio_Cycle.pdf) Mais il nous fallut du temps pour aboutir à la formule actuelle qui tienne  compte à la fois des étoiles fixes et  du thème natal mais aussi des positions célestes en mouvement, bref toute une reconstruction, une refondation de l’astrologie, sans oublier la notion essentielle de leader sans avec le lien  avec la Kabbale et la notion de Tsadiq liée à la planète Jupiter ( Tsedeq)  et cette synthèse n’aura abouti qu’il y a un an, ce qui s’explique d’ailleurs par l’application du  système lui même..

Sur plus de 50 ans, nous avons envisagé, au cours d’une fort longue quête, plusieurs hypothèses : division du cycle Saturne par le passage sur les axes des équinoxes et des solstices (Clefs pour l’Astrologie, Paris, Seghers, 1976). Nous sommes ensuite passés au passage de Saturne sur les  équinoxes et les solstices puis sur  les  4 étoiles fixes royales,  nous attardant un moment  sur  l’importance à accorder aux  âges de la vie à la façon d’un Rudolf Steiner,  et enfin, aux aspects de Jupiter à l’ascendant natal  puis au soleil natal . On  en arrivait à un nouveau ternaire Soleil -Jupiter- étoile fixe ; cette dernière servant de lien entre les deux premiers, en quelque sorte (cf tome II Première partie Espace) comme signifiant  permettant le passage du signifiable au signifié, ou comme participe présent  passage entre participe futur  et participe passé.  Et c’est précisément  cette dualité spectaculaire qui est le gage de la validation de notre astrologie, ce qui ne peut s’envisager par rapport à une existence peu structurable et structurée dans le temps.. Le chef, au plus haut niveau, dans sa complétude, devra faire preuve  d’autorité,  de puissance tant sur le plan intellectuel (philosophie, logique) que mémoriel (culture, histoire)  ou observationnel (psycho/sociologie). La phase de conjonction Jupiter- Soleil  développe la face relations conceptuelles du prince  alors que la quadrature met en avant sa face relations sociales. Soit une vie de contrastes assez facile à suivre cycliquement avec deux casquettes., lâchant du lest ici et reprenant le contrôle de la situation là et ainsi de suite, ce qui peut donner le tournis. Le prince ne joue pas dans la même cour et correspond au Surhomme, interface entre le cosmos et la Terre, du fait de sa programmation solaro- jupitérienne. .Nous dirons que le super leader est l’incarnation du cosmos, il en  est la courroie de transmission mais aussi le vecteur de captation du dit cosmos car sans lui le cosmos parle dans le vide.  Contrairement à ce que présentent certains  astrologues, tels qu’un Jean Pierre Nicola, l’astrologie n’est pas conditionnée par des facteurs extérieurs  mais conditionnante, déterminante.

Précisons que cela suppose que le chef, au sens d’Astrology VIP puisse se brancher  instinctivement  sur certaines informations tout comme un message ne sera compris que par ceux qui ont été préparés à le recevoir et ce non pas au seul moment de la naissance mais tout au long de son existence, d’autant plus que chaque nouveau cycle de 6 ans équivaut à une nouvelle naissance, à la renaissance du phénix.  On le croit fini  en A parce qu’investi en B mais la situation risque fort de se retourner, de s’inverser, au bout d’un certain temps. Il court, il court le furet .  Le prince n’a qu’à attendre que la roue tourne. Il importe de comprendre que ces phases doivent toutes être de même durée, ce qui n’est pas compatible avec un dispositif pluriplanétaire qui ne cessera de générer des interférences.  L’horloge  avec ses aiguilles est la référence en ce qu’elle découpe le temps également. L’astrologie peut le faire sous certaines conditions autour d’un seul et unique vecteur suivant un rythme égal, comme dans le cas des passages de Jupiter tous les six ans sur  l’ASQ (axe stellaire des quadratures pouvant être associé à des étoiles fixes), même si cela ne se produit pas avec une précision absolue en raison des aléas astronomiques comme la rétrogradation mais si en astrologie rotationnelle, chaque minute compte  puisque l’échelle est quotidienne, il n’en est pas de même pour des phases sensiblement plus longues- pour Jupiter  6 ans en l’occurrence et non 6 heures ! -  et on n’est plus dans ce cas à une heure près ni même à un jour près. On rappellera qu’il existe bien plus d’étoiles que de planètes dans l’espace zodiacal, ce qui met en évidence la complémentarité de ces deux plans, l’un fixe, l’autre mobile. La signature zodiacale d’un chef correspond à son ASQ. Quand Jupiter passe dans le ciel  sur cet axe -la notion d’axe  met fin à la distinction conjonction-opposition- il amorce un nouveau cycle de 6 ans mais aussi l’ »accouchement » du cycle de 6 ans précédent. C’est le moment de la transmission d’un objet/objectif  atteint, mené à bonne fin. On soulignera le fait qu’il s’agit là  avec cette rencontre planétaro-stellaire d’un spectacle accessible à tous dans le ciel, mais qui ne peut être décodé qu’à la lumière des ASQs des différents  chefs en présence, en lice puisque l’ASQ change d’une personne à l’autre. Par ailleurs, les changements de phase sont liés à des processus internes et non externes et en ce sens,  nous pensons que la mort ne fait pas partie du champ de l’astrologie des princes. Nous nous démarquons de Blaise Pascal qui considérait que c’est le cadre extérieur qui constitue, détermine  le chef alors que pour nous, c’est le  chef qui donne du sens au cadre’.

 

 

 

 

 

Publié dans ASTROLOGIE, cyclologie | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Epistémologie de l’anthropologie : se référer aux siècles précédents plutôt qu’au temps présent. Culture interne versus externe

Posté par nofim le 23 août 2022

 

 jacques  Halbronn    Epistémologie de l’anthropologie :  se référer aux siècles précédents plutôt qu’au temps présent. Culture interne versus externe 

 

Nous avions encore récemment  l’idée selon laquelle l’observation de notre époque proche permettait d’éclairer le passé lointain mais c’était ignorer à quel point nous avions de nos jours affaire à de faux semblants, à des trompe l’oeil/

   Il apparait  en vérit éque les dernières décennies  auront contribué à fausser  la perception des différences, si bien qu’il est préférable de travailler sur des périodes plus anciennes. Michel Gauquelin (1928-1991) se plaignait de l’incidence des accouchements provoqués sur ses résultats statistiques en matière d’astrologie. De nos jours, la machine  n’aura cessé de gagner du terrain, avec notamment la mode de téléphones portables et des applications et informations qui y sont véhiculées.  En phase solsticiale, qui est une phase unitaire, la machine contribue à unifier la société  mais en phase équinoxiale, elle risque fort de produire un certain nivellement des aptitudes au point de générer de l’indifférenciation, donc de la confusion.

C’est en ce sens que nous soutiendrons que le sociologue a tout intérêt à  mener ses recherches sur des temps relativement éloignés où le relief social  est encore suffisamment net. Quant à la tentation de laisser croire que l’absence de visibilité de  perception des différences indiquerait la disparition même  des dites perceptions, il serait bon  de s’efforcer d’y résister.

En  effet, il y a un prix  à payer à se complaire dans le déni en croyant que les gens seraient interchangeables car cela menace directement la bonne organisation de la société. Nous croyons à ce précepte : the right man, at the right place, at the right time  qui se voit présentement bafoué du fait d’un refus ou d’une incapacité à distinguer les différences dans le temps et dans l’espace et nous précipite dans un monde d’aveuglement. C’est en étudiant les sociétés d’autrefois que l’on sera désormais en mesure de se prémunir contre les mirages de la machine au nom d’une certaine constance des structures sous-jacentes à travers les âges.

De nos jours, on nous parle de l’égalité des sexes sur la base d’une société assistée par ordinateur. L’intégration sociale est désormais réduite à l’usage de tel ou tel appareil. Mais en réalité,  il s’agit de la mise en place d’une culture externe se substituant à une culture interne. Entendons par là que ce que nous appelons culture externe n’implique pas une capacité à connecter les informations, cette capacité étant dévolue à des réseaux informatiques  et non à des humains. A contrario, par culture interne, nous pensons à ce que nous sommes aptes à puiser et à relier dans notre mémoire.

Tout cela conduit à des dysfonctionnements dès lors que l’on ne repére pas les « bonnes personnes », les plus douées et que non sans un certain cynisme, on se dit que qui que ce soit, cela fera bien l’affaire.  C’est bien là un probléme écologique qui mine nos sociétés et la fausse monnaie risque fort de chasser la bonne.  Déjà le passage de l’oral à l’écrit(notamment avec l’invention de l’imprimerie à la fin du XVe siècle) aura certainement  contribué à encourager certaines formes d’imposture car en apprenant à lire, on apprend, par là même, à tromper son monde, à se payer d’artifices, et cela vaut aussi pour la musique.  Quant aux élections, l’on peut raisonnablement se demander si  elles ne créent pas artificiellement une élite. Nivellement par le bas.

 

 

 

 

 

 

 

JHB  23 08 22

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE, couple, cyclologie, FEMMES, génie, Juifs, LINGUISTIQUE, PSYCHOLOGIE, psychosociologie, RELIGION, sensorialité, sociologie, théologie | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Cyclologie de l’identité juive

Posté par nofim le 1 août 2022

jacques  Halbronn Cyclologie de l’identité  juive 

 

 Pour un spécialiste en cyclologie, il serait malséant de ne pas mettre les choses en perspective et de s’en tenir à une vision figée et statique de la question. En d’autres termes, nous dirons que notre rapport à la judaïcité est voué à passer par deux phases en alternance, celles que nous appelons  équinoxialité et  solsticialité, sur la base du cycle des saisons. Pour nous, comme dans le songe de Pharaon (Livre de l’Exode), il y a deux phases contraires, chacune de 7 ans, celle des vaches grasses et celle des vaches maigres. 

Si l’on admet  que l’équinoxialité correspond à une levée des barrières nationales  alors que la solsticialité renforce celles-ci, on comprendra qu’en phase équinoxiale, la conscience  juive pésera plus lourd qu’en phase solsticiale et que dès la fin d’une phase équinoxiale, la judéité prendra une autre tournure, un autre air. 

Entendons par là que la période 1967-1973, qui est équinoxiale du fait du passage de Saturne sur l’axe bélier-balance (printemps-automne, ce qui correspond aux  fêtes de Pessah (Paques) et de Rosh Hashana( Nouvel An, littéralement, début, tête de l’année) aura eu pour effet de renforcer cette appartenance supranationale et  de susciter un certain repli identitaire vers Israël, de nos jours ou vers la synagogue  ou vers toute autre structure « communautaire »‘(association, mouvement) plus ou moins  radicale ou encore vers l’étude de la culture juive, de l’hébreu etc. Et c’est bien ce qui se produisit avec les retombées de la dite « Guerre des Six Jours » (juin 1967) avec un rapprochement entre la Diaspora et l’Etat Hébreu.

Mais 28 ans plus tôt, soit un cycle complet de Saturne, le même type de phase équinoxiale se manifesta d’une autre façon, mais toujours avec le sentiment d’une différence entre Juifs et non Juifs, ce qui conduisit notamment à la Shoah, aux camps de concentration (voir le récent film  « Dossier Auschwitz »)

Inversement, en phase solsticiale, en alternance, les Juifs  tendront à affirmer leur appartenance à  telle ou telle nation en refoulant l’expression de  leur identité juive, ce qui peut expliquer qu’à partir de 1944, la communication sur la période qui venait de s’écouler fut quelque peu occultée, car le Zeitgeist avait changé, cycliquement. Il est clair aussi que l’antijudaisme et l’antisémitisme sont tributaire de la dite cyclicité et que cela est assez prévisible désormais.  Il faut donc s’attendre que lors de la prochaine phase équinoxiale, le fait juif  revête une importance nouvelle ou renouvelée. On ne peut certes prévoir exactement la façon dont cela se fera mais les réponses à un tel stimulus cyclique seront certainement aisément identifiables, non pas nécessairement au tout début de la phase mais de  manière croissante jusqu’en son milieu, au bout de 3 ans 1/2 pour s’atténuer et s’essouffler en fin de phase, comme c’est le cas pour la dynamique des saisons ou des phases de la Lune, du premier croissant jusqu’à la pleine Lune. Pour l’historien du judaisme, il peut se révéler fort utile d’explorer chacune de ces phases de 7 ans dont il aurait pu ne pas capter toute la portée, dans un premier temps; Il lui reviendra de se poser certaines questions quant aux effets du passage d’une phase à une autre. On nous objectera que nos propos tendent à supposer que le phénoméne juif n’est pas réductible à une simple question d’appartenance nationale comme on pourrait être tenté de le penser au prisme de l’idéologie sioniste, sauf dans le cas ambigu de la citoyenneté israélienne qui diffère de la conscience juive diasporique. En ce sens, nous dirons que l’ouverture de l’Etat Hébreu (en)vers la diaspora est susceptible de  varier au prisme des dites phases tout comme son rapport à la population  non  juive en son sein En phase équinoxiale, une certaine radicalité peut jouer dans un certain sens et  évoluer, se modifier en phase solsticiale..  Si l’on étudie la question cyclologique lors de la création de l’Etat d’Israel( novembre 1947-mai 1948), force est de constater que l’on traverse alors une phase solsticiale, à savoir une grande importance accordée à la question des frontières, de la souveraineté des Etats à l’oppose d’une approche équinoxiale, supranationale. On aura pu remarquer que sous l’Occupation, la question de la nationalité française des Juifs (cf les lois prises par le régime de Vichy dès 1940) était devenue assez secondaire tout comme d’ailleurs la « collaboration » avec un autre Etat, puisqu’on était en phase équinoxiale. Actuellement, en phase solsticiale, toute référence à la relation de Pétain avec les  Juifs de France ne pouvait être jugée que sur la base du Droit, en occultant ipso facto la réalité complexe propre à la judéité, ce qui revient à un certain déni. Il serait heureux de ne pas isoler la question  juive et d’englober dans notre schéma notamment la question des femmes. Ce n’est pas par hasard que le MLF se constitua en 1968; en phase équinoxiale car en cette période, le distinguo entre les sexes s’imposait dans les esprits. Inversement, en phase solsticiale, la tendance sera plus à la parité, comme on l’a vu lors de la dernière composition du gouvernement français, la parité qui est bel et bien déni de différence. Chaque phase se caractérise par un certain type de déni: en phase équinoxiale, déni de l’Etat-Nation  et en phase solsticiale, déni des différences de sexe, de race etc. Opposition entre barrière culturelles et barrières naturelles, les unes étant le fait des sociétés, les autres d’un autre ordre, qui est à la fois flagrant et peu explicable par la « Science » si bien qu’en phase équinoxiale, le religieux  l’emportera sur le scientifique. C’est l’occasion de préciser que la cyclologie elle même est voué à vivre au rythme des dites phases et que les phases équinoxiales sont plus favorables en principe à l’astrologie que les phases solsticiales.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  01 08 22

Publié dans cyclologie, judaîsme, Juifs, RELIGION | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Sur Dane Rudhyar, et le cycle Lune-Saturne de 28 an

Posté par nofim le 22 juillet 2022

Jacques  Halbronn   Sur Dane Rudhyar  et  le cycle  Lune- Saturne de 28 ans.

 

 

  Dans le cadre de notre enquéte sur les grandes figures de l’astrologie du XXe siècle, nous ouvrons  ici le dossier Dane Rudhyar (Astrologie Humaniste) par le biais du cycle de la Lune progressée   et de Saturne.   Incontestablement, Rudhyar aura point l’importance du cycle de 7 ans mais il l’aura abordé  d’une façon qui nous pose probléme, à plus d’un titre. A commencer par l’importance qu’il accorde au thème natal individuel, « personnel » , ce qui va l’entrainer à mettre en avant la « lune progressée », sachant que les chiffres de la Lune correspondent à ceux de Saturne, à savoir  le nombre  28.  Pour notre part,  il n’est pas du tout nécessaire de passer par la Lune et l’on peut directement s’adresser à Saturne. Par ailleurs, le cycle de Saturne n’est pas , pour nous, un cycle articulé sur le thème natal mais reléve de l’astrologie mondiale. 

Dès lors, le « retour » de Saturne sur sa position natale ne nous semble pas significatif car nous sommes tous collectivement concernés par le passage de Saturne sur les axes équinoxiaux et solsticiaux, qui se produisent tous les 7 ans, en alternance. Il ne nous semble donc pas utile de préférer les aspects de Saturne à sa position radicale car cela  (dé)multiplie à l’infini le processus cyclique saturnien au lieu de s’en tenir à un seul. Ce qui simplifie considérablement les choses, on l’avouera. 

 Donc, l’idée de diviser la vie en période de 7 ans, à partir de la naissance devrait laisser la place à un découpage universel du temps terrestre, à partir du cycle mondial en rapport analogique avec  4 Saisons de 7 ans. Parfois, ce cycle universel peut coincider avec la position natale de Saturne, mais ce ne saurait être qu’un cas particulier quand quelqu’un a son Saturne natal sur l’un des deux axe:  bélier/balance ou cancer.capricorne et c’est ce type de coincidence qui aura conduit André Barbault à valider le cycle Saturne-Neptune lequel aura coincidé au XXe siècle  avec le passage de Saturne lors des conjonctions des dites planéte.

Certains chercheurs ont opté pour le cycle d’Uranus lequel est aussi  en mesure d’intégrer des périodes de 7 ans.(cf nos annexes ci dessous); 7 x 12 = 84. mais il est clair que cela ne donnera pas le même calendrier cyclique qu’avec Saturne. Or, nous avons suffisamment montré à quel point les phases de 7 ans selon Saturne recoupaient le cours des événements.(cf L’Astrologie selon Saturne, Pari, 1994) en alternant phases équinoxiales et solsticiales. En tout état de cause, la division du cycle en 4 périodes (Saturne) nous semble plus intéressante que celle en 12 périodes (Uranus) tant il est vrai que le 4 est un diviseur plus puissant que le 12,  à commebcer par les 4 saisons et les phases de la Lune. Par ailleurs,  Uranus est un astre qui n’aura été découvert qu’en 1781 et donc cela signifierait que les astrologues n’auront pas été en mesure de maitriser le cycle de 7 ans pendant la plus grande part de l’Histoire de l’Humanité, ce qui est contraire à une approche anthropocosmologique exigeant que nos sociétés puissent s’enrichir de la connaisance cyclologique Quant à la technique de la Lune progressée – un jour pour un an – que l’on retrouve dans l’Ancien Testament, et que Rudhyar a adoptée et popularisée, elle a l’inconvénient majeur de dépendre de la structure des maisons de chaque thème natal, ce qui nuit à une capacité de l’astrologie de cerner le cours général de l’Histoire. Cela dit, ce lien numérique Lune Saturne  nous conduit à penser que notre systéme solaire ne reléve pas de la Nature mais aura été aménagé selon un « dessein intelligent » à l’intention de notre Terre, dont la Lune est précisément le satellite/

 

 

 

 

 

 Annexe:
VIVRE LE PREMIER RETOUR DE SATURNE AUTOUR DES 29 ANS (28/30 ANS)  Voilà un thème qui angoisse souvent énormément le jeune amateur d’astrologie, que ce transit saturnien revenant sur ses pas natals et réputé pour le moins “compliqué”, mais est ce vraiment forcément impérativement toujours tant le cas que cela ?
Christelle  Firework

Selon Dane Rudhyar le cycle de 84 ans pourrait être envisagé comme nombre archétypique du développement personnel individuel et spirituel de l’homme.

C’est en tous cas la moyenne de la durée de vie auquel l’homme peut prétendre aujourd’hui. Nous connaissons, sans les énumérer ici, de nombreuses références au nombre 7. 88 ans est le temps de révolution complète d’Uranus autour du Soleil. En astrologie, Uranus est aussi la seule planète du système solaire à pouvoir revenir à sa position natale.

Ce cycle peut être divisé en 7 périodes de 12 ans, (correspondant aux cycles de Jupiter), ou en 12 périodes de 12 ans. 84 peut encore être divisé en 3 périodes de 28 ans correspondant à peu près à trois cycles de Saturne (29,5 ans) en référence à trois périodes successives que sont l’hérédité (de 0 à 28 ans), l’individualité (de 28 à 56) et la spiritualité (de 56 à 84). Notons encore que ces trois périodes correspondent à trois cycles de Lune progressée.

Or, comme en général, l’homme vit surtout dans la première phase héréditaire sans jamais vraiment parvenir à la phase individuelle ou spirituelle, Rudhyar met plutôt l’accent sur un cycle de vie de 70 ans (7 X 10) avec une période intermédiaire à 35 ans (7 X 5) que Ruperti a étudié de façon idéale dans son livre “les cycles du devenir”. Il considère deux hémicycles, l’un croissant de 0 à 35 ans et l’autre décroissant de 35 à 70 ans.

 

 

AKALI   astro

Le nombre 28, le nombre 84

28 est un nombre parfait, c’est à dire un nombre dont la somme des diviseurs est égal à lui même. 28 se divise par 1, par 2, par 4, par 7 et par 14 : donc 1 + 2 + 4 + 7 + 14 = 28.
D’après la Kabbale, le nombre 28 est la force qui amène le monde à la manifestation, qui fait passer du néant à l’être, avec à la fois la notion de voie, de splendeur et d’amour.

28, c’est aussi la « gloire » (addition pythagoricienne) du nombre 7 :
1 + 2 + 3 + 4 + 5 + 6 + 7 = 28

Le nombre 84 correspond à la somme des additions des 7 premiers chiffres :

1 (1)
+ 3 (1 + 2)
+ 6 (1 + 2 + 3)
+ 10 (1 + 2 + 3 + 4)
+ 15 (1 + 2 + 3 + 4 + 5)
+ 21 (1 + 2 + 3 + 4 + 5 + 6)
+ 28 (1 + 2 + 3 + 4 + 5 + 6 + 7)
= 84

Le cycle de 28 ans

28 ans, c’est approximativement la durée du cycle de la Lune progressée dans le thème, ainsi que la durée du cycle de Saturne en transit.

 

 

 

 

JHB  22 07 22

Publié dans ASTROLOGIE, cyclologie | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Astrologie. Des interférences entre cyclologie scientifique et calendriers électoraux

Posté par nofim le 31 mai 2022

jacques halbronn  Astrologie. Des interférences entre cyclologie scientifique  et  calendriers électoraux

 

 

  Combien de temps faudra-t-il encore attendre pour que les sociétés « démocratiques » optent pour un balisage scientifique et objectif  du temps social? Revenons sur les événements de l’année 1995  avec l’élection de Chirac et le mouvemlent social de la fin de l’année, en protestation contre le « plan Juppé » et dans la foulée en 1997, la dissolution de l’Assemblée Nationale  suivie d’  une nouvelle  période de cohabitation.

Tout au long de 1995, notre Humanité se trouva en fin de  phase solsticiale (de 7 ans) et ce n’est que dans le cours de l’année suivante que Saturne devait passer sur l’axe équinoxiale. Autrement dit, tout ce qui se produisit en 1995 s’inscrivait dans une phase solsticiale, ce qui expliquerait la victoire de la Droite aux élections présidentielles, l’Assemblée Nationale  datant de 1993 et favorable à la dite Droite, d’où une cohabitation à la fin du second mandat de 7  ans de Mitterrand. Nous avions dès 1994 indiqué toute l’importance à attendre de 1995, en situant cette année dans une série comportant 1968 mais aussi 1789 (Etats Généraux,  en mai,Prise de la Bastille en juillet, Fuite de Varennes 1791) et 1848, entre autres (cf L’Astrologie selon Saturne) et de fait, encore de nos jours, l’on compare 1995 à 1968.(cf la récente émission « Le Jour J » de Flavie Flament) .  Nous avons également montré ailleurs  qu’il y  avait un passage  compliqué entre 1789 et 1791. Le point sur lequel il nous importe ici d’insister touche au calendrier électoral. Il est clair que le hiatus entre cyclologie astrologique et calendrier électoral  est source de confusion. Il n’est pas souhaitable qu’une élection ait lieu en fin de phase de 7 ans!  Nous rappellerons  une série de problémes liés à un tel décalage entre le calendrier « institutionnel/.constitutionne) et périodes saturniennes (en astrologie EXOLS) 

On commencera avec le général De Gaulle pour les années 1958-59 et 1965-68. Dès 1967, soit peu de temps après la réélection du général, en phase solsticiale, l’on passa en phase équinoxiale, ce qui ne pouvait que générer une crise non pas du aux astres mais au hiatus entre deux cyclicités aux fondements radicalement différents, l’une qui était le fait des dieux créateurs de notre environnement cosmique et l’autre le fait des hommes. MAis le probléme s’était déjà posée lors du retour de De Gaulle au pouvoir, du fait de la crise algérienne. En 1958, on était en phase équinoxiale, c’est à dire qu’il n »était pas encore question de se séparer de l’Algérie si ce n’est que dès le début de 1959, on passa en phase solsticiale, d’où un revirement à propos de l’Algérie « Française » (d’où l’OAS) -Le « je vous ai compris »  de  juin 58 (cf article Wikipedia) d’un De Gaulle dernier président du conseil de la IVe République..

Prenons un troisiéme cas, celui de François Mitterrand dans les années 70-80. En 1978, eurent lieu des élections législatives qui auraient pu donner lieu à une première cohabitation, sous Giscard d’Estaing. On était alors en phase solsticiale et c’est durant cette phase que fut élaboré le « Programme Commun » entre PS, PC, rejoint par les Radicaux (Fabre). On notera que cette période n’est pas propice à la Gauche -comme nous l’avons montré abondamment, ailleurs), ce qui conféra au dit  programme une teneur  qui ne correspondrait pas à ce qu’allait déterminer la phase équinoxiale débutant en  octobre 1980, à la veille de l’élection présidentielle. Rappelons que pour nous,  la solsticialité est un temps de séparation – c’est l’inverse du cas de figure abordé avec De Gaulle. Ce document établi  en 1972, en fin de phase équinoxiale sous tendait la candidature de Mitterrand en 1974 face à Giscard et la campagne des législatives de 1978. En 1972, l’enjeu équinoxial concernait avant tout le rapprochement historique PC-PS , cette « Union de la Gauche ». Mais au cours de la phase solsticiale qui suivit, il s’agira d’une radicalisation, d’une volonté de rupture avec la logique capitaliste et c’est sur cette base que Mitterrand sera élu en 1981, alors même que l’on était repassé en phase équinoxiale, phase qui implique un certain dépassement des clivages, ce qui se traduira par le tournant de la rigueur de 1983, mettant en porte à faux  les positions tenues au cours de la période solsticiale révolue.

On terminera ce tour d’horizon avec le cas d’Emmanuel Macron, que nous avons déjà eu l’occasion de traiter ailleurs avec un double écueil, le passage de 2016 à 2018  et celui qui se profile entre 2022 et 2025. Dans le premier cas, nous assistons à une campagne présidentielle en période équinoxiale, qui avait permis à  François Hollande de l’emporter. Mais sous le quinquennat,  la nouvelle élection allait se dérouler en cette même période équinoxiale, alors que l’alternance des phases avait été respectée à partir de la mort de Pompidou en  1974, lors d’un changement de phase. Macron sera donc élu dans ce même contexte socialisant, dans une continuité, lui qui avait été ministre de Hollande. La phase équinoxiale tend à estomper les clivages comme en 1972 et cela explique une stratégie de conciliation  de la gauche et de la droite chez Macron  si ce n’est que dés le début de 2018, l’on passait en phase solsticiale, comme en 1995 (d’où les Gilets Jaunes, dès la fin  de cette année  2018)

NO  COMMENT!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB   31 05 22

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE, cyclologie, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn sur sa double formation en cyclologie et en bibliographie

Posté par nofim le 26 novembre 2021

jacques  Halbronn   sur sa double formation  en cyclologie et en bibliographie 

 

 

 L’astrologie ne doit pas s’allier à l’Histoire mais à la Sociologie contrairement à ce que pensait un André Barbault, décédé en 2019 car l’Histoire offre une dimension anecdotique, epiphénoménologique qui ne reléve pas du champ  déterministe de l’Astrologie. L’Histoire introduit toutes sortes d’artefacts qui ne sont le plus souvent que des leurres qui font prendre les vessies pour des lanternes si bien que la recherche  astrologique aurait bien tort d’accorder trop d’importances à de telles représentations.

Pour notre part, nous revendiquons une double formation: d’une part, le goût des cycles, des récurrences et de l’autre, la conscience des contingences, des contrefaçons et d’ailleurs,  une grande part de notre cursus universitaire  aura concerné cette deuxiéme voie, notamment en ce qui concerne la bibliographie des Centuries nostradamiques et la dénonciation de fausses chronologies, d’où d’ailleurs nos disputes avec feu Patrice Guinard, décédé en 2021 (cf le Corpus Nostradamus,  site Cura.free.fr) lequel lui aussi avait exploré  les deux pistes en question. Mais, par ailleurs,  dans Clefs pour l’Astrologie, (Ed Seghers) ouvrage  paru en 1976, c’est bien de cyclologie qu’il s’agissait, notamment en Astrologie Mondiale, même si nous publiâmes en paralléle des travaux en Histoire de l’Astrologie et en Sociologie du milieu astrologique, tout en ayant conscience que ces deux orientations se complétaient mais aussi différaient considérablement, ce qu’André Barbault n’avait apparemment pas compris, lui  qui accorda trop d’importance à certaines constructions historiques telles que les « guerres mondiales », notion qui ne tient guère au niveau cyclologique.   

Il ne distingua pas, de son vivant, entre guerres civiles et guerres de conquête et préféra opposer guerre et paix, ce qui était partir d’un mauvais pied car il existe toujours un certain état de guerre si ce n’est que cela ne désigne pas un seul et même phénoméne.   La guerre civile est solsticiale alors que la guerre de conquéte est équinoxiale  selon la terminologie cyclique qui est la notre et le premier devoir du chercheur en astrologie est de distinguer ces deux cas de figure, sur un mode dialectique.  Quant à l’idée d’une astrologie qui désignerait des espaces spécifiques, comme l’a cru Barbault en associant le cycle Saturne-Neptune à la Russie, cela reléve d’une vision « histoire-géographie » de l’Astrologie, assez scolaire. L’Astrologie, bien au contraire, ne peut s’affirmer qu’en montrant qu’elle ne dépend pas d’une telle approche et qu’au même moment des situations proches peuvent se présenter dans des régions du globe bien différentes tout comme des situations comparables peuvent s’observer à des siècles de distance. Ne nous enfermons donc pas, astrologiquement, dans des temps et des espaces trop circonscrits  et adoptons une conception relativiste du monde. Enfin,  nous ne suivrons évidemment pas Barbault dans son discours sur la psychanalyse individuelle (cf De la psychanalyse à l’astrologie. Ed Seuil, 1961) car pour nous l’impact planétaire est vertical, il ne concerne au premier chef que le monde des chefs, des leaders et le ruissellement qui en découle, ce qui nous permet d’offrir une astrologie d’une grande simplicité  et non un kaléidoscope de type usine à gaz. Il est clair, pour nous, que l’astrologie a vocation  à gérer la Cité, ce qui implique qu’elle ait été accessible depuis des millénaires à la subconscience d’une élite, ce qui exclue ipso facto le recours à des astres restés sous les radars jusqu’à la fin du XVIIIe siècle au plus tôt. En ce sens, l’indice cyclique de Barbault qui prend en compte sur 5 planétes, 3 transsaturniennes, est anachronique et irrecevable, quelles que soient les coincidences que l’on puisse collecter à l’avenant.

 

 

 

 

Publié dans ASTROLOGIE, Bible, cyclologie, HISTOIRE, sociologie | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn La cyclicité comme alternance entre le haut et le bas de l’échelle .Le phoenix

Posté par nofim le 28 octobre 2021

jacques  Halbronn La cyclicité comme alternance entre le haut et le bas de l’échelle. Le phoenix.

 

 

Les hommes se répartissent en deux catégories, les équinoxiaux et les solsticiaux et il est important de savoir qui est qui car la cyclologie ne jouera pas de la même manière  pour les uns et pour les autres. Chaque groupe aura sa chance  car la roue  tourne. En fait, il suffit d’attendre pour que tout bascule. Encore faut-il disposer de la bonne grille, ce qu’offre notre astrologie EQSOLS.

Il faudra, à l’avenir, plaindre une société qui ne dispose pas de l’outil approprier pour s’organiser adéquatement et nous prophétisons un monde où d’un côté, on aura des sociétés qui y auront recours et de l’autre des sociétés qui croiront pouvoir s’en passer, Un tel clivage remplacera celui qui exista tout au long du siècle dernier entre pays socialistes et pays capitalistes. Enjeu qui est aussi d’ »ordre scientifique  mais aussi théologique.

Pour  nous, la question juive deviendra incontournable en ce qu’elle est en quelque sorte le moteur de notre astrologie  EQSOLS. En effet, les juifs sont l’enjeu par excellence de toute cyclologie selon que les périodes favorisent leur présence ou leur absence et il importe évidemment que les Juifs eux memes en prennent conscience et « jouent le jeu » en sachant qu’on ne peut avoir le beurre et l’argent du beurre, qu’il faut accepter la médaille et son revers. Cela dit, une fois que le cycle en question aura été bien compris, l’on peut en optimaliser le processus et notamment les transitions entre une phase et une autre, en connaissance de cause. Le hic, c’est qu’actuellement, tant les juifs que les astrologues apparaissent comme des sujets mineurs, marginaux et il s’agit donc de leur conférer l’importance qu’ils méritent pour le monde de demain sachant que nu le monde juif, ni celui des astrologues d’aujourd’hui ne sont prêts à se repenser, à se reconfigurer tant et si bien que ce n’est peut être pas à eux qu’il convient de s’adresser pour mener à bien une telle entreprise.

On retrouve là le syndrome du rejet du trinitaire. Tout ce qui n’entre pas dans le binaire est refoulé.  On croit ou on ne croit pas en « Dieu ». Pas de demi-mesure! Un savoir est le fait de la Nature ou de l’Homme; Un dieu est universel ou il n’est pas; autant de postulats!

Il y a  un domaine particulièrement sensible à la cyclologie, c’est le juridique qui entend imposer à la réalité le pouvoir des humains, comme cela s’observe singulièrement dans la fixation des constitutions, des calendriers électoraux lesquels sont pourtant élaborés avec le plus grand arbitraire,  notamment en ce qui concerne  la fixation du début et de la durée des mandats. En ce sens, notre astrologie aurait tout à fait sa place au sein de la science politique, au regard du droit constitutionnel.

Pour bien nous faire comprendre, nous dirons que notre cyclologie n’est pas « naturelle » mais plus proche du monde  artificiel de la Technique. D’une seconde à l’autre, par le biais d’un interrupteur,  tout peut changer. En ce sens, nous serions depuis longtemps marqués par le transhumanisme et c’est en cela que l’astrologie est un »objet » du troisiéme type. Une société qui en ignore le mode de fonctionnement se condamne à errer,  à trébucher sans cesse, comme un monde d’aveugles; Il s’agit de sortir de la Caverne.

Nous opposions le Haut et le Bas  de la Société. Qu’est ce à dire? La phase équinoxiale fait tomber les gens d’en haut; cela a donné la Shoah et cela n’aura duré que le temps d’une phase à savoir 7 ans. Au bout de 7 ans,  arrive une phase solsticiale qui remet les montres à l’heure et met fin aux « saturnales » et à leur nivellement par le bas. Pour savoir à quelle catégorie, l’on appartient, celle de l’élite ou celle du « peuple », il suffit d’étudier quels sont les temps qui nous sont les plus propices pour l’emporter; Le faible ne gagnera contre le fort qu’en phase équinoxiale et que l’on n’accorde pas trop d’importance aux élections car elles ne sauraient protéger contre le changement de phase (de 7 ans) et une victoire peut se révéler sans lendemain; On à l’élection de Jacques Chirac en 1995 qui sera suivie dès 1997 d’une cohabitation de 5 ans dès lors que son étoile aura pâli.  1995 Saturne en fin de phase solsticiale en poissons (7-18°). 1997, Saturne passe en phase équinoxiale en bélier; Rien ne va plus! Il importe donc d’aligner les calendriers électoraux sur le cours des astres. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé pour les calendriers que l’on parviendra à ajuster sur tel ou tel phénoméne astronomique comme pour la fixation de la Fête de Pâques, en tenant compte de la position de la  lune et de l’équinoxe de printemps. Mais il faudra, cette fois, pousser plus loin dans ce sens et n’est ce pas là au fond d’une démarche écologique qu’il s’agit à laquelle peu songent de nos jours et d’une certaine façon, de telles mesures se révélent urgentes pour la sauvegarde de notre Humanité car le Droit, tel qu’il s’applique actuellement, ne rime à rien. Cela dit, on aura intérêt à s’adapter à l’esprit d’une nouvelle phase même si cela peut sonner faux. Il faut qu’un solsticial s’équinoxialise en phase équinoxiale et vice versa.  La phase équinoxiale est marquée par un certain esprit d’équipe, un partage, une délégation des tâches tandis que la phase solsticiale implique qu’une personne se comporte en « jupitérien » et se mette en avant.

 

JHB  29 10 21

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 28 10 21

 

 

 

Publié dans ASTROLOGIE, cyclologie, Technologie, théologie | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Morphosémantique. M et F. Matière et forme: le chaud et le froid.

Posté par nofim le 23 septembre 2021

jacques Halbronn  Morphosémantique. M & F.  Matière et Forme: le chaud et le froid, la vie et la mort.

 

 

 

 Nous nous portons en faux contre la relation généralement admise Matière- Mater car la Matière est de l’ordre du Masculin et non du Féminin, comme l’indique son initiale M. Et pour les mêmes raisons, la Forme avec son F  est de l’ordre du Féminin.

Nous dirons que la matière est chaude  et la Forme, froide.(F).  La matière est humide, mouillée, molle  et l a forme séche.  On sait que le froid confère sa forme définitive à un objet  en fusion. En ce sens, nous dirons que la Matière s’apparente à de la lave brulante, bouillonnante incandescente,  au sperme masculin jaillissant et qui est voué à se refroidir. On retrouve un tel scénario  avec le big  bang.

La matière est vivante, la forme  est mort. Dans les premiers versets du Livre de la Genése, dont la tonalité est féminine, la matière première est présentée comme un « tohu bohu » dont il est bon de sortir. Le récit de la Création est celui de l’émergence de formes tels les deux luminaires, le soleil et la lune.

 

 

טז וַיַּעַשׂ אֱלֹהִים, אֶת-שְׁנֵי הַמְּאֹרֹת הַגְּדֹלִים:  אֶת-הַמָּאוֹר הַגָּדֹל, לְמֶמְשֶׁלֶת הַיּוֹם, וְאֶת-הַמָּאוֹר הַקָּטֹן לְמֶמְשֶׁלֶת הַלַּיְלָה, וְאֵת הַכּוֹכָבִים.  16 Dieu(Elohim) fit les deux grands luminaires: le plus grand luminaire pour la royauté du jour, le plus petit luminaire pour la royauté de la nuit, et aussi les étoiles.
יז וַיִּתֵּן אֹתָם אֱלֹהִים, בִּרְקִיעַ הַשָּׁמָיִם, לְהָאִיר, עַל-הָאָרֶץ.  17 Et Dieu les plaça dans l’espace céleste pour rayonner sur la terre;

 

 Le  F, c’est ce qui est fini, ce qui a pris sa forme définitive, qui ne se meut plus., c’est la frontière.

Il est clair que la matière peut prendre, revêtir , donner lieu à  toutes sortes de formes dans le temps et dans l’espace. En ce sens,  l’on passe de l’un au multiple.

 

 

 

 

 JHB

25 09 21

 

 

 

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE, Bible, cyclologie, sensorialité, théologie | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Manifeste du « Qualisme », de la « queste. »

Posté par nofim le 21 septembre 2021

Jacques  Halbronn  Manifeste du « Qualisme », du questionnement

 

 

La lettre Q n’est pas très populaire en français en raison de sa consonance avec certains

termes jugés vulgaires. C’est ainsi qu’à la BNF, il n’y  a pas de « Salle »  Q. Il resre que

l’initiale Q, au niveau morphosémantique est singulièrement porteuse. On a le Q

de Question, de (s’en)quérir  de quand, de (pour)quoi, de qui, de (le)quel,  de qualité

(comme de quantité)/ et ainsi de suite. Et l’on pourrait ajouter le quomodo latin qui

a donne notre comment (commentaire). En latin, on trouve aussi  le quia, le quid,

le quo (Quo vadis) le quando.  Dans les langues germaniques, l’initiale Q a disparu

dans who, what,  which, when, where. pour l’anglais. On a un probléme en  français avec le « où » qui ne comporte

pas le  Q  initiale du quo latin.  C’est probablement à rapprocher de « unde ».

D’où  le Qualisme – prononcer Quoilisme)  que nous proposons pour signaler et dénoncer

la crise du questionnement qui fait que l’on ne prend plus la peine de demander

« lequel » quand on parle de « Dieu », de « peuple ». On ne sait plus qui parle et à qui

l’on s’adresse. On reste délibérément dans le vague et cette absence du Q est

assourdissante.

Face au premier verset de la Genése, se pose  ainsi une triple question:

א בְּרֵאשִׁית, בָּרָא אֱלֹהִים, אֵת הַשָּׁמַיִם, וְאֵת הָאָרֶץ.  1 Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre.

 

Mais quel Dieu, quel Ciel et quelle Terre. Et l’on pourrait plus loin demander

« Quelle humanité (Adam).? L’article défini  devrait le plus souvent laisser la

place à l’article  indéfini: un certain Dieu, un certain Ciel, une certaine Terre (promise)

, un certain Peuple etc.Il y  a là abus de non-qualification. Or, la langue nous donne

les moyens de qualifier, de préciser de quoi, de qui  il est question. La langue nous

enseigne qu’il y a un « nous » et un « vous », donc une dualité sociale tout comme elle

distingue le masculin et le féminin/ Ce sont là les acquis  parfois altérés -

du morphosémantique. passés à la trappe. Quel temps fait-il? A  quel niveau  se place-t-on?  On pense

à l’Ecclésiaste: il y a un temps pour chaque chose, ce qui répond  au quoi et au

quand.

Nous voudrions par ce Manifeste, revendiquer le droit de demander de quoi, de qui

parle-t-on? Quel est le dieu dont il est ici question  et que vous désignez sans le

moindre article.  Quel est le peuple,  auquel « Dieu » – ce Dieu- s’adresse quand il dit

« mon peuple » (Ami en hébreu) ?

Exode  III

ז וַיֹּאמֶר יְהוָה, רָאֹה רָאִיתִי אֶת-עֳנִי עַמִּי אֲשֶׁר בְּמִצְרָיִם; וְאֶת-צַעֲקָתָם שָׁמַעְתִּי מִפְּנֵי נֹגְשָׂיו, כִּי יָדַעְתִּי אֶת-מַכְאֹבָיו.  7 L’Éternel poursuivit: « J’ai vu, j’ai vu l’humiliation de mon peuple qui est en Égypte; j’ai accueilli sa plainte contre ses oppresseurs, car je connais ses souffrances.

 

La langue met à notre disposition  la forme possessive (qui est suffixale en

hébreu) comme  le  Elohénou  du Ecoute Israel.

 

  Texte original
Écoute, Israëla, l’Éternel, notre Dieu, l’Éternel est UN. Chémâ, Israël, Ado-naï Elo-henou, Ado-naï Ehad’ שְׁמַע, יִשְׂרָאֵל: יְהוָה אֱלֹהֵינוּ, יְהוָה אֶחָד.

Si c’est « notre Dieu », ce n’est celui des autres. Là encore, le Qualisme a son

mot à dire. De quel Dieu parle-t-on? Et pourquoi est il précisé dans les

Dix Commandements :  »Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face. » Cela implique

qu’il  y a d’autres dieux mais qu’un certain dieu est lié à un certain peuple.

Ne pas prendre la peine de  préciser qui est qui, qui  fait quoi,  n’est  ce pas  favoriser le vol,

l’appropriation  d’identité?.

Le Qualisme, c’est le droit désormais de ne plus laisser passer des expressions

équivoques. Pour nous, au niveau théologique, on ne saurait confondre

l’univers  et notre petit monde terrestre avec « son » ciel, celui du systéme solaire.

Autrefois, quand on ne connaissait pas l’immensité de l’univers, l’on pouvait

ne pas faire de distinguo. Mais ce n’est plus le cas et  Balise Pascal parlait déjà des deux

infinis. entre lesquels  notre humanité se trouvait.

Ainsi, ce « Dieu » qui créa notre ciel et notre terre, comment serait-il à l’origine

de tout l’Univers. Or, dans bien des cas  l’on continue à parler de  Roi de tout

l’univers »(Melekjh ha Olam)  pour désigner le dieu de la Bible. C’est  bien là une

formule outrée. Ce dieu n’est pas le dieu de tout l’univers et même pas le dieu de toute

l’Humanité. C’est un dieu aux pouvoirs limités.

Dans un autre texte, sur matière et forme, nous précisons que le dieu premier est

illimité mais notre dieu ne l’est pas, c’est un dieu second, un « démiurge » et en cela

il est féminin et non masculin.

Dans le même chapitre de la Genése, il est question de la dualité de « Dieu » (Elohim)

à la fois masculin  et féminin  tout comme l’est  Adam, c’est à dire Matière et Forme.

 

כז וַיִּבְרָא אֱלֹהִים אֶת-הָאָדָם בְּצַלְמוֹ, בְּצֶלֶם אֱלֹהִים בָּרָא אֹתוֹ:  זָכָר וּנְקֵבָה, בָּרָא אֹתָם.  27 Dieu créa l’homme à son image; c’est à l’image de Dieu qu’il le créa. Mâle et femelle furent créés à la fois.

 

La matière précéde la forme et la forme structure la matière et en cela elle vient

en second tout comme le dieu qui  « crée » notre Ciel et notre Terre, est un dieu

qui  passe de la matière à la forme, de la puissance à l’acte, de l’illimité au limité. Ce

dieu a ses limites, il doit se limiter, se focaliser. Face à une théologie duelle, il

y a, selon nous, une anthropologie duelle, celle de l’homme et de la femme, celle

du génie  et de la génitrice. Nous ne sommes pas  le seul aboutissement de 9 mois de

grossesse mais  résultat d’une longue hérédité, d’un temps autrement plus long.

Et puis le Qualisme ne saurait  faire abstraction du « quand », ce qui renvoie à

l’astrologie, c’est  à dire à notre Ciel jumelé à notre Terre et qui confère à notre

temps des phases, des périodes et l’on ne peut pas parler comme si notre

temps n’était pas structuré, d’où le sens de la formule citée de l’Ecclésiaste (Kohélet)

On notera qu’en anglais,   quality cohabite avec « equal ».(cf aussi équinoxe). alors qu’en français, on dit « égal », ce qui montre la parenté entre le g et le Q, comme dans leur

rappoer au « u »:  guerre  et  querelle.

 

JHB   21 09 21

 

 

 

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE, Conscience, couple, Culture, cyclologie, féminisme, LINGUISTIQUE, morphosémantique, PSYCHOLOGIE, RELIGION, sociologie, théologie | Pas de Commentaire »

12
 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs