Jacques Halbronn L’idée claire et distincte chez les hommes/ femmes au prisme des Topiques sensorielles

Posté par nofim le 24 juin 2023

Jacques  halbronn L’idée claire et distincte chez les hommes/ femmes au prisme des  Topiques sensorielles

 

 

Dans la présente étude, nous voudrions montrer que les hommes et les femmes ne développent pas, selon la formule du Discours dela Méthode de Descartes, une « idée claire et distincte » sur les mêmes domaines.

Internet, on trouve  cette présentation:

« L’idée claire et distincte ou idée évidente est saisie dans un acte d’intuition rationnelle. Elle seule permet de sortir du doute et de déployer à partir de son évidence les longues chaînes de raison du discours. » 

Que faut-il entendre par « idée claire et distincte »? De quelle « certitude » s’agit-il? Nous répondrons une certitude « sensorielle » en quelque sorte viscérale, qui ne « trompe » pas. Or, il nous est apparu que chez les femmes, l’impression -au sens fort du mot- concernait les odeurs et notamment ce qui « sent mauvais ». Ce serait dans ce domaine, que les femmes connaitraient leurs plus fortes et certaines « certitudes », avec la plus grande « assurance », ce qui viendrait étayer leur « Surmoi », dans ce domaine Elles seraient  instinctivement les gendarmes, les vigiles  des odeurs.

 

Mais toute médaille a son revers et telle certitude ici risque fort de cohabiter avec de l’incertitude, ailleurs. A quel type de certitude  songeait René Descartes qui ne laisse point de doute en l’esprit et qui confère l’autorité pour asséner quelque affirmation? Il ne semble pas que cela ait pu viser   une certitude olfactive mais bien plutôt une certitude intellectuelle, liée au langage, ce qui viendrait disqualifier philosophiquement les femmes.

Si l’on imagine un groupe de femmes, sur quel point se mettront-elles aisément d’accord, sera-ce au niveau de l’odorat ou à celui de l’ouie? Pour notre part, nous sommes favorables à des expérimentations filmées pour en avoir le coeur net. Il s’agirait ainsi d’introduire tel stimulus sensoriel et d »observer les réactions, les réponses du groupe car nous pensons que c’est au niveau collectif qu’une démonstration peut être apporté, mettant en évidence des convergences, un « consensus », au plein sens du terme, quand on « sent » et « ressent » pareillement, quand on a le même réflexe unanime..

Bien plus, il est possible de renverser la problématique au regard du ^ »ça », c’est à dire un espace de liberté, de désinhibition sensorielle. On s’attendra alors à bien plus d’incertitude, de doute et pour les femmes,  la notion d’idée claire et distincte  sur le plan de la pensée  laissera probablement  à désirer ou en tout cas n’aura pas la même intensité que sur le plan olfactif, ce qui sera vrai pour de nombreux animaux, comme le chien dont on connait le « flair », l’aptitude à « renifler »,  et l’on peut se demander si les aires cérébrales liées aux odeurs ne seraient pas plus développées et activées chez les femmes et ce dès leur plus jeune âge et à ce propos, les observations effectuées dès la plus tendre enfance feraient voler en éclat la « theorie du genre ».

Sur Internet

L’odorat

« Les récepteurs des odeurs sont quant à eux situés sur une muqueuse olfactive, à l’intérieur du nez. Les odeurs sont en fait des molécules véhiculées par l’air, qui finissent leur course sur cette membrane nasale en faisant réagir les cellules réceptrices qui s’y trouvent. Ces récepteurs produisent des influx nerveux transmis au cerveau par l’intermédiaire de la « lame criblée » avant d’être répartis entre les différentes régions cérébrales en charge de leur traitement cognitif ».

Il nous apparait que dans le domaine où nous faisons preuve du plus d’incertitude est celui où notre perception sensorielle est la plus faible au point que nous ne prenons conscience  de certains dysfonctionnements que par le biais de la réaction d’autrui.

 

sur la plateforme  SCRIBD
 
Jacques Halbronn Corpus sentimental au prisme d’une cyclologie saisonnière et de topiques sensorielles.

 

Le rôle de l’odorat chez la femme prend tout son sens, dans le domaine de l’enfance et des odeurs qu’il peut produire de par une mauvaise maitrise de ses excrétions. (les couches). Il est ainsi  important que la mère soit en mesure de  repérer  olfactivement l’état de sa progéniture. Plus largement, le domaine médical, du « care » semble correspondre à ses aptitudes sensorielles, la maladie étant détectable par  l’odeur dégagée.  La censure de la parole qui vise un autre type de sécrétion étant plus dévolue au père. Dès lors, la carence de la mère ou du père sera manifeste au niveau du controle que l’adulte exercera sur les domaines sensoriels liés à son « ça ». En tout état de cause, le recours au modéle des topiques (ça et sur moi) nous apparait comme plus fonctionnel que les formules « masculin », « féminin » qui ne s’articulent pas autour de la déclinaison d’un même concept.

 

JHB 25 06 23

Publié dans féminisme, FEMMES, machine, philosophgie, PSYCHOLOGIE, SCIENCE, théologie | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Théologie et critique biblique. Repenser la question des deux Alliances.

Posté par nofim le 21 juin 2023

jacques  Halbronn  Théologie  et critique  biblique.  Repenser la question des deux Alliances.

 

Dans la Bible, l’on trouve des textes prophétiques qui auront été récupérés de périodes bien plus anciennes (cf  Le texte prophétique en France. Formation  et fortune,1999) C’est le cas notamment de certains passages du Livre de Jérémie -ch XXXI où l’on oppose une « ancienne » et une « nouvelle » alliances, ce que le christianisme a compris comme parlant du futur. Ot, pour nous,  ces passages recouvrent une toute autre temporalité/ Nous dirons qie ce qui est qualifié d’ancienne alliance concerne notre relation à la Lune que ce qui est qualifié de nouvelle allliance concerne notre relation à Saturne. On rappellera que ces deux astres ont en commun une même stricture numérique, à savoir le 28, autant de jours pour la Lune, autant d’années pour Saturne. Le systéme lunaire constitue des périodes très courtes de 7 jours  alors que le systéme saturnien découpe le temps en périodes de 7 années, ce qui génére un déterminisme plus lourd.

En fait, le Shabbat est lunaire, en ce qu’il se représente de 7 jours  en 7 jours, bien qu’actuellement, il ne respecte pas les changemsnts de phase luniaire (nouvelle Lune, pleine lune etc). Il est célébré à la nuit tombante, ce qui permet à la Lune d’apparaitre.

 wikipedia

  »Le shabbat ou chabbat (hébreu : שבת, « cessation, abstention » ; en yiddish שבת ou שאַבעס, shabbes) est le jour de repos assigné au septième jour de la semaine Biblique, le samedi, qui commence dès la tombée de la nuit du vendredi soir » 

 

 

Genése  ch II

ב וַיְכַל אֱלֹהִים בַּיּוֹם הַשְּׁבִיעִי, מְלַאכְתּוֹ אֲשֶׁר עָשָׂה; וַיִּשְׁבֹּת בַּיּוֹם הַשְּׁבִיעִי, מִכָּל-מְלַאכְתּוֹ אֲשֶׁר עָשָׂה.  2 Dieu mit fin, le septième jour, à l’œuvre faite par lui; et il se reposa, le septième jour, de toute l’œuvre qu’il avait faite.
ג וַיְבָרֶךְ אֱלֹהִים אֶת-יוֹם הַשְּׁבִיעִי, וַיְקַדֵּשׁ אֹתוֹ:  כִּי בוֹ שָׁבַת מִכָּל-מְלַאכְתּוֹ, אֲשֶׁר-בָּרָא אֱלֹהִים לַעֲשׂוֹת.  {פ} 3 Dieu bénit le septième jour et le proclama saint, parce qu’en ce jour il se reposa de l’œuvre entière qu’il avait produite et organisée.

 

 

 Le respect du Shabbat et les autres Commandements  sont  référés indirectement avec le verbe qui a donné  Mitswoth (Bar Mitswa) dans le Ecoute Israel sans les énoncer;

 

Traduction française Texte original
Écoute, Israëla, l’Éternel, notre Dieu, l’Éternel est UN.   שְׁמַע, יִשְׂרָאֵל: יְהוָה אֱלֹהֵינוּ, יְהוָה אֶחָד.
Béni soit à jamais le nom de Son règne glorieux.    
Tu aimerasb l’Éternel ton Dieu, de tout ton cœur,
de toute ton âme
et de tous tes moyens
  וְאָהַבְתָּ, אֵת יְהוָה אֱלֹהֶיךָ, בְּכָל-לְבָבְךָ
וּבְכָל-נַפְשְׁךָ,
וּבְכָל-מְאֹדֶךָ.ּ
Que les commandements que je te prescris aujourd’hui
soient gravés dans ton cœurc
לא לֹא כַבְּרִית, אֲשֶׁר כָּרַתִּי אֶת-אֲבוֹתָם, בְּיוֹם הֶחֱזִיקִי בְיָדָם, לְהוֹצִיאָם מֵאֶרֶץ מִצְרָיִם:  אֲשֶׁר-הֵמָּה הֵפֵרוּ אֶת-בְּרִיתִי, וְאָנֹכִי בָּעַלְתִּי בָם–נְאֻם-יְהוָה.  31   JEREMIE 

30 Voici, des jours vont venir, dit le Seigneur, où je conclurai avec la maison d’Israël et la maison de Juda une alliance nouvelle

qui ne sera pas comme l’alliance que j’ai conclue avec leurs pères le jour où je les ai pris par la main pour les tirer du pays d’Egypte, alliance qu’ils ont rompue, eux, alors que je les avais étroitement unis à moi, dit le Seigneur.

לב כִּי זֹאת הַבְּרִית אֲשֶׁר אֶכְרֹת אֶת-בֵּית יִשְׂרָאֵל אַחֲרֵי הַיָּמִים הָהֵם, נְאֻם-יְהוָה, נָתַתִּי אֶת-תּוֹרָתִי בְּקִרְבָּם, וְעַל-לִבָּם אֶכְתְּבֶנָּה; וְהָיִיתִי לָהֶם לֵאלֹהִים, וְהֵמָּה יִהְיוּ-לִי לְעָם.  32 Mais voici quelle alliance je conclurai avec la maison d’Israël, au terme de cette époque, dit l’Eternel: Je ferai pénétrer ma loi en eux, c’est dans leur coeur que je l’inscrirai; je serai leur Dieu et ils seront mon peuple.
לג וְלֹא יְלַמְּדוּ עוֹד, אִישׁ אֶת-רֵעֵהוּ וְאִישׁ אֶת-אָחִיו לֵאמֹר, דְּעוּ, אֶת-יְהוָה:  כִּי-כוּלָּם יֵדְעוּ אוֹתִי לְמִקְּטַנָּם וְעַד-גְּדוֹלָם, נְאֻם-יְהוָה–כִּי אֶסְלַח לַעֲוֺנָם, וּלְחַטָּאתָם לֹא אֶזְכָּר-עוֹד.  {ס} 33 Et ils n’auront plus besoin ni les uns ni les autres de s’instruire mutuellement en disant: « Reconnaissez l’Eternel! » Car tous, ils me connaîtront, du plus petit au plus grand, dit l’Eternel, quand j’aurai pardonné leurs fautes et effacé jusqu’au souvenir de leurs péchés.
לד כֹּה אָמַר יְהוָה, נֹתֵן שֶׁמֶשׁ לְאוֹר יוֹמָם, חֻקֹּת יָרֵחַ וְכוֹכָבִים, לְאוֹר לָיְלָה; רֹגַע הַיָּם וַיֶּהֱמוּ גַלָּיו, יְהוָה צְבָאוֹת שְׁמוֹ.  34 Ainsi parle le Seigneur qui créa le soleil pour la lumière du jour, donna mission à la lune et aux étoiles d’éclairer la nuit, qui agite la mer et fait mugir ses flots, lui qui a nom l’Eternel-Cebaot:

 

 Au regard de notre connaissance de l’astrologie, cette « nouvelle alliance » était déjà constituée de longue date et se voulait plus contraignante que l’ancienne. Or, le christianisme semble avoir penché plutôt vers ce qui est dit de l’Ancienne Alliance! Signalons  que le texte de  Jérémie  aura été sensiblement « israélisé » puisqu’il est question de la maison d’Israel  et de la Sortie d’Egypte  ( Livre de l’Exode), ce qui en fait un texte clef de ce que nous avons appelé l’israélo-christianisme. (cf aussi les passages des Psaumes sur la Sortie d’Egypte)  Nous dirons  que les femmes liées, comme on sait  au cycle lunaire  sont marquées par l’Ancienne Alliance et que notre présente Humanité est structurée par le cycle de Saturne.  Nous dirons qu’a du exister une première Création sur une base lunaire assez rudimentaire, ce qui signifie une supervision assez lâche suivie d’une seconde Création, sur une base saturnienne, avec un suivi plus en profondeur. Dans les deux cas, notre Humaité se trouva connectée avec un astre sur la base du binome « Ciel (Shamaym)- Terre( Eretz) tel qu’exposé au premier chapitre de la Genése;

Selon nous, les Judéens  ont souscrit à un culte de Saturne par opposition au  culte lunaire  des populations locales qui’ls vassalisèrent jusqu’à ce qu’elles forment le ‘Royaume d’Israel » à la mort de Salomon.

 

 

l

 

 

 

 

 

 

JHB   24 06 23

Publié dans FEMMES, prophétisme, RELIGION | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Langue et Société. Le stigmate de la ressemblance collective.

Posté par nofim le 19 juin 2023

Jacques  Halbronn   Langue et Société.   Le stigmate de la ressemblance collective

 

En 1987, nous avions présenté un mémoire intitulé  LINGUISTIQUE DE L’ERREUR ET EPISTEMOLOGIE POPULAIRE (en ligne sur la plateforme SCRIBD) dans lequel nous montrions, notamment, que les emprunts de l’anglais au française pouvaient être classés en un nombre relativement restreint de groupes, constitués sur la base des finales et des suffixes.

En effet, les mots dérivés à partir de radicaux tendent à se rassembler – et donc sont rassemblables- comme dans le cas des substantifs ( en – té/ty)et des adverbes.(en ment). L’emprunteur est en effet condamné à se retrouver avec d’autres emprunteurs et donc à leur ressembler.

  Si l’on applique ce modéle à l’organisation sociale, il est clair que plus le niveau social est médiocre,  plus les personnes concernées vont se ressembler, à commencer par leur habillement standard. Il en est de même pour les étrangers qui auront une pratique de la langue d’accueil assez peu personnelle et qui ne seront pas davantage différenciés entre eux par la société d’accueil. Cela vaut aussi pour les personnes agées dont le physique portera les mêmes stigmates (rides, couleur des cheveux, calvitié, dentition, démarche etc)

Cela nous conduit à aborder le clivage que nous avons introduit entre équinoxialité et solsticialité. En phase solsticiale, les classes inférieures – et cela englobe la condition de l’immigré – seront protégées  au nom d’une pluralité horizontale alors qu’en phase équinoxiale, ce sont les classes  supérieures qui bénéficieront la pluralité verticale. 

La notion de pluralité est liée à celle de tolérance au regard de la différence. La solsticialité  admet les différences entre les groupes, avec des personnes identifiables à un groupe donné mais sans implication hiérarchique alors que l’équinoxialité  admettra la  diversité individuelle, sur la base du mérite personnel avec les implications quant à la diversité des statuts,, cette fois non fixés par l’appartenance d’origine, de provenance.

  Au sein  d’une communauté donnée,  la phase solsticiale renforcera un sentiment de similitude  alors que la phase équinoxiale conduira à la mise en évidence de clivages internes. Dans le cas des Juifs, il est clair que les Juifs de souche française n’auront pas les mêmes motivations que les Juifs issus d’une immigration récente. Les uns seront portés par l’équinoxialité, les autres par la solsticialité, ces derniers souhaitant n’être considérés que  comme  une communauté parmi d’autres avec ses coutumes propres.  Il y a eu récemment un débat autour de certaines déclarations de Zemmour au sujet de l’attitude de Pétain envers les Juifs et il ressort que les Juifs immigrés furent  sensiblement plus impactés que les Juifs de souche, ne serait-ce que-entre autres- parce qu’ils étaient plus reconnaissables, de par leur façon de parler le français.

 

 

 

 

 

JHB 18 06 23

Publié dans FEMMES, Juifs, LINGUISTIQUE, RELIGION | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Astrologie et genre. En phase équinoxiale, les femmes ont un poil dans la main

Posté par nofim le 31 mai 2023

jacques  halbronn Astrologie  et  genre   En phase équinoxiale, les femmes ont un poil dans la main 

 

 La thèse que nous soutenons est la suivante: la phase équinoxiale qui dure chaque fois 7  ans génére chez les femmes, en général, un certain état de léthargie et elles trouveront toutes sortes de prétextes pour se faire entretenir, en se mettant dans des situations peu favorables à une vie active et responsable comme par exemple en partant à l’étranger, ce qui crée un obstacle, à différents niveaux, à un plein engagement des énergies. Inversement, la phase solsticiale exercera l’effet inverse et rien ne les arrêtera pour se rendre utile à n’importe quel prix, comme ce fut le cas pendant la Première Guerre Mondiale. Nous nous situons là dans le registre de ce que nous avons qualifié d’hypnologica  sur le site ramkat.free.fr

 

ENCYCLOPAEDIA HERMETICA

Accueil       ASTROLOGICA       NOSTRADAMICA       PROPHETICA
PALESTINICA       JUDAICA       ANTISEMITICA       KABBALAH
AQUARICA       HYPNOLOGICA       GALLICA
SYMBOLICA       Editions RAMKAT

HYPNOLOGICA

Yin / Yang


Cette rubrique concerne un champ que l’on peut symboliser
par le concept d’Hypno (du grec upnos, sommeil).
Il s’agit de tout ce qui se situe mimétiquement dans notre prolongement,
de ce qui vient nous compléter, humainement ou technologiquement,
organiquement ou socialement.
On s’intéressera notamment à ce qui vient renforcer ou compromettre notre potentiel hypno.
Hypno pose le rapport complexe et paradoxal du créateur avec sa créature,
de l’homme à la machine, du natif face à l’immigré, de l’homme vis à vis de la femme,
bref la question de l’altérité.


En définitive, hypno implique un passage, un changement d’état, une trans-mission
comme c’est le cas du sommeil mais aussi de la mort ;
hypno aborde le phénomène du subconscient, de ce qui fonctionne par delà la conscience,
et dont nous (nous) sommes dé-chargés, ce sur quoi on peut se re-poser.


Sommaire :

1 - Les clivages : le conjoncturel et le structurel, par J. Halbronn
2 - La zone Tsélem ou la convergence des clivages, par J. Halbronn
3 - Le Zar ou la place de l’étranger dans l’Histoire des Civilisations, par J. Halbronn
4 - De l’appropriation de la langue de l’autre, par J. Halbronn
5 - Radioscopie des prétentions minoritaires des Musulmans, par J. Halbronn
6 - De la laïcité régulation à la laïcité intégration, par J. Halbronn
7 - Clefs pour le féminin, par J. Halbronn
8 - Savoir assumer sa marginalité, par J. Halbronn
9 - La perpétuation des clivages dans l’Inconscient Collectif, par J. Halbronn
10 - La sexuation au regard de la grammaire : les marqueurs de temps, par J. Halbronn
11 - La femme et la représentation du futur, par J. Halbronn
12 - Les effets épistémologiques de la dialectique sujet / objet, par J. Halbronn
13 - L’étrangeté du génie, par J. Halbronn
14 - Animus et anima revisités, par J. Halbronn
15 - La modernité et l’arrachement des différences, par J. Halbronn
16 - Déni des clivages et crCse de l’Histoire, par J. Halbronn
17 - Vie & Mort ou la dialectique masculin / féminin, par J. Halbronn
18 - Culture existentielle et culture ontologique, par J. Halbronn
19 - De la féminisation actuelle du monde, par J. Halbronn
20 - Splendeur du sujet et transcendance de l’objet : la question du couple, par J. Halbronn
21 - Anthropologie de l’espace-temps, par J. Halbronn
22 - La femme et la conscience, par J. Halbronn
23 - Utopie ? Le couple comme unité socioprofessionnelle, par J. Halbronn
24 - Les modes de la pseudo-communication, par J. Halbronn
25 - Science, conscience, inconscience, par J. Halbronn
26 - Le couple entre la vie et la mort, par J. Halbronn
27 - La femme étrangère comme mise en évidence de l’instance surmoïque, par J. Halbronn
28 - La machine face aux notions de droite et de gauche, par J. Halbronn
29 - L’autre et les automatismes : vers le préfixe “hypno”, par J. Halbronn
30 - Valeur heuristique du concept Hypno pour le XXIe siècle, par J. Halbronn
31 - Les mécanismes de substitution : de la délégation et du mimétisme, par J. Halbronn
32 - Equilibre du monde et filiation mimétique, par J. Halbronn
33 - Ethique et épistémologie du Hasard, par J. Halbronn
34 - Etude hypnologique : les femmes et leur mission, par J. Halbronn
35 - Savoir-prévoir et ethno-prévisibilité, par J. Halbronn
36 - Etudes hypnologiques : la constitution des systèmes, par J. Halbronn
37 - La femme s’appartient-elle ?, par J. Halbronn
38 - Les modes de refoulement chez l’homme et la femme, par J. Halbronn
39 - Etude hypnologique : prise de risque et crise de confiance, par J. Halbronn
40 - Le triptyque hommes, femmes, machines, par J. Halbronn
41 - Peut-on faire l’impasse sur le différentiel / différentialisme H. F. ?, par J. Halbronn
42 - Incarnation et Tradition, par J. Halbronn
43 - Etudes hypnologiques : pour une nouvelle lecture de l’individu, par J. Halbronn
44 - Du bon usage de la femme, par J. Halbronn
45 - L’attente hypnologique, par J. Halbronn
46 - Mimétisme, instrumentalisation et hypnologie, par J. Halbronn
47 - Vieillissement et féminisation, par J. Halbronn
48 - Caractères acquis et socio-biologie, par J. Halbronn
49 - La femme caméléon, par J. Halbronn
50 - L’arbre (homme) et l’oiseau (femme), par J. Halbronn
51 - Rhétorique de l’immigré(e), par J. Halbronn
52 - Instrumentalisation et Inconscient, par J. Halbronn
53 - Le regard de la femme, par J. Halbronn
54 - Les femmes et la communication molle, par J. Halbronn
55 - La crise actuelle du langage : l’aveugle et le paralytique, par J. Halbronn
56 - Psychosociologie et Anthropologie de la sexuation, par J. Halbronn
57 - Populations en voie de marginalisation : femmes et maghrébins, par J. Halbronn
58 - Pour une anthropologie de la phobie, par J. Halbronn
59 - La carence polysémique de l’étranger, par J. Halbronn
60 - L’absurde tabou de l’eugénisme, par J. Halbronn
61 - L’espace-temps de l’Autre, par J. Halbronn
62 - Immigration et syndrome de dépossession, par J. Halbronn
63 - Islamophobie et xénophobie : l’amalgame, par J. Halbronn
64 - Des signes et critères de la féminité, par J. Halbronn
65 - La dérive identitariste maghrébine, par J. Halbronn
66 - Androgynat masculin, androgynat féminin, par J. Halbronn
67 - L’avenir virtuel de la femme, par J. Halbronn

 

 Il  s’agit de situations où  l’on  va chercher des explications, des causes objectives à une impulsion intérieure irrépressible, ce que nous avons qualifié de prétextes  comme l’adage quand on veut se débarrasser de son chien, on l’accuse de la rage. Il y a une objectivation d’un ressenti subjectif, subconscient. Une sorte de demande périodique d’année sabbatique, de  vacance. 

SElon nous, les hommes ne passeraient pas par de tels états mais seraient de facto conditionnés par l’état psychique des femmes.Si notre thèse est juste, il deviendrait intenable de parler d’égalité des hommes et des femmes puisque c’est la cyclicité des femmes qui correspondrait au processus saturnien que nous avons décrit. De fait, selon que les femmes se trouvent en telle ou telle phase, les hommes seront voués à se comporter différemment. En ce sens, les femmes joueraient bel et bien un rôle « matriciel » (mater)

 

Bien entendu, toute consultation psychosociologique devrait à terme tenir compte de notre modéle cylique.  Le phénoméne de la Grève, notamment, que nous avons associé à l’équinoxialité (L’astrologie selon Saturne, 1994) il y a près de 30 ans,  s’expliquerait aisément si l’on admet qu’il s’agit de trouver un prétexte pour ne rien faire, en mettant en avant tel ou tel argument qui vient justifier un arrêt de travail ou une baise de rythme comme dans le cas du passage aux 35 heures en phase équinoxiale.

  Wikipedia

« D’abord défendu dans une perspective de progrès social mais aussi inspirée par une logique de partage du travail, le « passage aux 35 heures » s’inscrivait dans l’objectif prioritaire de créations d’emplois du programme du Parti socialiste pour les élections législatives de 1997 »

De même en 1946, avec le Front Populaire et les « congés payés »., également en phase équinoxiale:. 

 wikipedia:

  »Un mois après son arrivée au pouvoir, le Front Populaire généralise les congés payés en France. La loi est votée à l’unanimité par les députés le 11 juin 1936 et promulguée le 20 juin 1936. Elle prescrit un minimum de deux semaines de congés par an pour tous les salariés français liés à leur employeur par un contrat de travail »

Actuellement, à nouveau en phase équinoxiale, la question du travail est instrumentalisée et ce n’est pas vraiment le moment pour demander aux gens de travailler plus ou plus longtemps. Il eut fallu s’y prendre en phase solsticiale pour engager ce type de réforme sur l’âge du départ à la retraite mais il est clair, au prisme de notre modéle,  que les femmes sont ici à la manoeuvre.

 

Lu sur Intrernet (Marie Claire)

« De la Révolution Française à nos jours, les travailleuses ont dû lutter par elles-mêmes pour l’amélioration de leurs conditions de travail, et obtenir la reconnaissance de critères spécifiques à leur condition genrée. Récit du combat des femmes grévistes, semé d’embûches et pourtant essentiel à la cause commune.
jacques  halbronn  Astrologie  et genre. En phase équinoxiale, les femmes ont un poil dans la main dans ASTROLOGIE aina
 

Elles sont les plus lésées par le nouveau calcul des cotisations prévu par la réforme des retraites souhaité par le gouvernement d’Emmanuel Macron. 69% des Françaises sont opposées à ce recul, contre 67% de leurs concitoyens hommes, selon un sondage Opinion Way. Au cours des derniers mouvements de grève, ayant rassemblé des millions de manifestants en début d’année 2023 dans toute la France, les femmes se sont ainsi particulièrement mobilisées. »

JHB 31 05 21

Publié dans ASTROLOGIE, FEMMES | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Théologie. Le respect des lois divines passe par la connaissance des codes du Verbe, du Temps et du Sexe

Posté par nofim le 23 mai 2023

jacques  Halbronn  Théologie. Le respect des lois divines passe par la connaissance des codes du Verbe, du Temps et du Sexe

 

 

 

D’aucuns s’imaginent naivement que les Dix Commandements seraient l’alpha et l’oméga des Lois divines. Comment peut-on s’illusionner à ce point? Les lois sont révélatrices de ceux qui les instaurent et  qui   ne voit que le Dix Commandements sont le fait de quelque juriste bien humain comme Tu ne tueras point!  Faire respecter ces commandements exige la mise en place d’une police des moeurs et tout régime est capable de  faire régner un certain ordre social. Ce serai donc réduire « Dieu » à bien peu de chose que de lui attribuer une telle série de lois!  !en fait la confection de tels Commandements  reléve du monde israélo-samaritain, monde profane et profanateur si l’on admet que le Pentateuque est essentiellement l’oeuvre du Royaume( d’Israël) s’étendant au Nord de la Judée, depuis la sécession intervenue à la mort du roi Salomon.

 

Selon notre théologie, le plan divin à destination de notre Humanité implique un certain dégré de (bio)technologie supérieur à celui qui est le notre et croire le contraire reviendrait à chercher à sacraliser nos propres créations et inventions bien trop immanentes. Ce serait en tout cas commettre un grave contre sens. Humain, trop humain! Tout comme la construction d’idoles (cf le veau d’or dans le Livre de l’Exode). Comme il est dit dans le Livre d’Osée, ce qui est fait de main d’homme ne saurait prétendre incarner le divin!  Il existe selon nous au moins trois codes  transcendentaux auxquels s’initier.

I Le code cosmique

Cela renvoie à ce qu’on appelle  généralement l’Astrologie et plus spécialement à notre Systéme solaire  designé à notre intention. 

 

 Genése  ch Ier

א בְּרֵאשִׁית, בָּרָא אֱלֹהִים, אֵת הַשָּׁמַיִם, וְאֵת הָאָרֶץ.  1 Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre.
ב וְהָאָרֶץ, הָיְתָה תֹהוּ וָבֹהוּ, וְחֹשֶׁךְ, עַל-פְּנֵי תְהוֹם; וְרוּחַ אֱלֹהִים, מְרַחֶפֶת עַל-פְּנֵי הַמָּיִם.  2 Or la terre n’était que solitude et chaos; des ténèbres couvraient la face de l’abîme, et le souffle de Dieu planait à la surface des eaux.
ג וַיֹּאמֶר אֱלֹהִים, יְהִי אוֹר; וַיְהִי-אוֹר.  3 Dieu dit: « Que la lumière soit! » Et la lumière fut.
ד וַיַּרְא אֱלֹהִים אֶת-הָאוֹר, כִּי-טוֹב; וַיַּבְדֵּל אֱלֹהִים, בֵּין הָאוֹר וּבֵין הַחֹשֶׁךְ.  4 Dieu considéra que la lumière était bonne, et il établit une distinction entre la lumière et les ténèbres.
ה וַיִּקְרָא אֱלֹהִים לָאוֹר יוֹם, וְלַחֹשֶׁךְ קָרָא לָיְלָה; וַיְהִי-עֶרֶב וַיְהִי-בֹקֶר, יוֹם אֶחָד.  {פ} 5 Dieu appela la lumière jour, et les ténèbres, il les appela Nuit. Il fut soir, il fut matin, un jour.

 

יד וַיֹּאמֶר אֱלֹהִים, יְהִי מְאֹרֹת בִּרְקִיעַ הַשָּׁמַיִם, לְהַבְדִּיל, בֵּין הַיּוֹם וּבֵין הַלָּיְלָה; וְהָיוּ לְאֹתֹת וּלְמוֹעֲדִים, וּלְיָמִים וְשָׁנִים.  14 Dieu dit: « Que des corps lumineux apparaissent dans l’espace des cieux, pour distinguer entre le jour et la nuit; ils serviront de signes pour les saisons, pour les jours, pour les années;
טו וְהָיוּ לִמְאוֹרֹת בִּרְקִיעַ הַשָּׁמַיִם, לְהָאִיר עַל-הָאָרֶץ; וַיְהִי-כֵן.  15 et ils serviront de luminaires, dans l’espace céleste, pour éclairer la terre. » Et cela s’accomplit.
טז וַיַּעַשׂ אֱלֹהִים, אֶת-שְׁנֵי הַמְּאֹרֹת הַגְּדֹלִים:  אֶת-הַמָּאוֹר הַגָּדֹל, לְמֶמְשֶׁלֶת הַיּוֹם, וְאֶת-הַמָּאוֹר הַקָּטֹן לְמֶמְשֶׁלֶת הַלַּיְלָה, וְאֵת הַכּוֹכָבִים.  16 Dieu fit les deux grands luminaires: le plus grand luminaire pour la royauté du jour, le plus petit luminaire pour la royauté de la nuit, et aussi les étoiles.
יז וַיִּתֵּן אֹתָם אֱלֹהִים, בִּרְקִיעַ הַשָּׁמָיִם, לְהָאִיר, עַל-הָאָרֶץ.  17 Et Dieu les plaça dans l’espace céleste pour rayonner sur la terre;
יח וְלִמְשֹׁל, בַּיּוֹם וּבַלַּיְלָה, וּלְהַבְדִּיל, בֵּין הָאוֹר וּבֵין הַחֹשֶׁךְ; וַיַּרְא אֱלֹהִים, כִּי-טוֹב.  18 pour régner le jour et la nuit, et pour séparer la lumière des ténèbres. Dieu considéra que c’était bien.

 

Ceux  qui se pemettent de déclarer que la Bible rejette l’Astrologie font totalement fausse route quand bien même y trouverait on des passages allant dans ce sens vu qu’un courant anti-astrologique a pu se glisser, s’interpoler dans certains passages, Cela dit, le déchiffrement du systéme solaire pose de nombreux probléme et comporte des piéges, ce qui a pu générer une astrologie dévoyée autour notamment du Septénaire/ En fait, selon nous, seule la planéte appelée Saturne constitue un véritable marqueur pour notre Humanité avec son cycle lié au nombre 7. On rappellera le songe de Pharaon.. dans Genése  Ch. 41 avec les  7 vaches grasses et les 7 vaches maigrés ce qui est interpréte comme deux périodes de 7 ans (évolution/involution) par l’Hébreu Joseph.

Il importe de préciser que notre systéme solaire ne reléve ni de la Nature brute, sauvage, ni de l’ingénièrie humaine, et que son aménagement aura exigé une technologie, un recyclage exigeant  un savoir faire remarquable, surtout si celui-ci s’est accompagné d’une mise en connexion avec le fonctionnement des organismes humains en tant que récepteurs.  Les astrologues qui entendent inscrire l’astrologie dans l’ordre de la Nature sont dans l’errance..

 

 

 

II Le code anthropologique 

Un autre code transcendental concerne  la dualité des hommes et des femmes qui, comme les astres, nous est donné à voir. Toujours dans Genése  I:

 

כו וַיֹּאמֶר אֱלֹהִים, נַעֲשֶׂה אָדָם בְּצַלְמֵנוּ כִּדְמוּתֵנוּ; וְיִרְדּוּ בִדְגַת הַיָּם וּבְעוֹף הַשָּׁמַיִם, וּבַבְּהֵמָה וּבְכָל-הָאָרֶץ, וּבְכָל-הָרֶמֶשׂ, הָרֹמֵשׂ עַל-הָאָרֶץ.  26 Dieu dit: « Faisons l’homme à notre image, à notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail; enfin sur toute la terre, et sur tous les êtres qui s’y meuvent. »
כז וַיִּבְרָא אֱלֹהִים אֶת-הָאָדָם בְּצַלְמוֹ, בְּצֶלֶם אֱלֹהִים בָּרָא אֹתוֹ:  זָכָר וּנְקֵבָה, בָּרָא אֹתָם.  27 Dieu créa l’homme à son image; c’est à l’image de Dieu qu’il le créa. Mâle et femelle furent créés à la fois.
כח וַיְבָרֶךְ אֹתָם, אֱלֹהִים, וַיֹּאמֶר לָהֶם אֱלֹהִים פְּרוּ וּרְבוּ וּמִלְאוּ אֶת-הָאָרֶץ, וְכִבְשֻׁהָ; וּרְדוּ בִּדְגַת הַיָּם, וּבְעוֹף הַשָּׁמַיִם, וּבְכָל-חַיָּה, הָרֹמֶשֶׂת עַל-הָאָרֶץ.  28 Dieu les bénit en leur disant « Croissez et multipliez! Remplissez la terre et soumettez-la! Commandez aux poissons de la mer, aux oiseaux du ciel, à tous les animaux qui se meuvent sur la terre! »

Certes, les animaux sont ils eux mêmes divisés en mâles et femelle. Mais il s’agit d’aller plus loin dans le décodage d’un tel distinguo en  précisant les roles respectifs des deux sexes pour le bon fonctionnement des sociétés humaines (cf nos « Topiques sensorielles »)

 

 

III Le code scripturaire

 

Il s’agit ici de réfléchir à la langue  sacrée, porteuse d’une certaine orthographe et orthophonie. On connait un commentaire de l’alphabet hébraique dans le Sefer Yetsira ( Livre de la Formation/Création) lequel classe ses 22 lettres en trois familles: lettres mères, lettres doubles, lettres simples. Mais, pour notre part, ce qui nous intéresse, c’est l’alphabet latin et l’usage qui en est fait par la langue française laquelle aura su en conserver  l’essentiel de la teneur, de la substantifique moëlle.

Par orthophonie, nous entendons la « bonne » prononciation du dit alphabet, de son bon usage, faute de quoi on est dans la dissonance. L’on connait toujours dans la Genése l’épisode de la Tour de Babel..(Chapitre XI) concernant la confusion des langues.

  Selon nous, force est de constater que la langue française est dépositaire d’une tradition orale liée au décodage de l’écrit car la langue sacrée  reléve de l’écrit  alors que pour la plupart des linguistes, les langues débutent par  l’oralité mais cela ne vaut pas pour le français meme si cette langue a pu subir diverses altérations qu’il nous revient de dénoncer et de corriger. (cf nos études à ce sujet)

 

 

 

 

 

 

JHB 23 05 23

Publié dans ASTROLOGIE, FEMMES, LINGUISTIQUE, théologie | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Astrologie Leaders solsticiaux et équinoxiaux? Cherchez la femme!

Posté par nofim le 17 mai 2023

Jacques  Halbronn  Astrologie.  Leaders solsticiaux et équinoxiaux ?. Cherchez la femme!

 

 

  Nous distinguons les leaders équinoxiaux des solsticiaux en les associant respectivement à la Gauche et à la Droite. Si les solsticiaux sont très sensibles aux idées de nation, de frontière, de Droit, les équinoxiaux voient les choses à une autre échelle, plus universelle. .Derrière un leader solsticial, il faut chercher la femme qui l’aura soutenu, motivé. Derrière un leader équinoxial, c’est l’homme qui aura soutenu la femme, ce qui orientera la personne vers la Droite ou vers la Gauche respectivement. On notera ainsi le poids de la mère, de la femmes voire de la fille chez des leaders de droite comme Chirac (Bernadette, Claude) ou Macron (Brigitte)  et à l’inverse l’impact que les leaders de gauche sur certaines femmes,( Simone Veil  et  sa Loi ,sous VGE, Edith Cresson sous Mitterrand  plus sa vie sentimentale (Pingeot)    Nous avons insisté sur le fait que l’équinoxialité (Gauche) accordait la plus grande importance aux rapports hommes-femmes alors que la solsticialité  mettait en avant d’autres critères d’appartenance.   Nous ignorons quels sont les facteurs qui déterminent de telles orientations dans un sens ou dans un autre. S’agit il d’un détermisme proprement astrologique ou bien est-ce le fruit d’un conditionnement existentiel. Toujours est-il qu’il nous semble nécessaire de déterminer quelles sont les phases les plus favorables pour un homme politique. On voit ainsi dans le cas de Macron que la phase solsticiale apparait comme plus heureuse, plus gratifiante que la phase équinoxiale dans laquelle nous sommes entrés depuis peu. Inversement, pour Mitterrand, la phase solsticiale aura été marquée par deux cohabitations en 1986 et 1993 alors qu’il avait été porté au pouvoir en phase équinoxiale..

Il conviendra, à présent, de s’interroger sur la place accordée aux femmes dans le plan divin, lequel sous-tend le systéme astrologique.  Il semble qu’en phase équinoxiale, qui est le niveau central du dit systéme, les femmes n’aient eu à jouer qu’un rôle supplétif et le  Livre de la Genése les qualifie d’auxiliaires (Ezer) d’Adam, de « Ich », d’où son premier nom de « Icha » avant de recevoir le surnom d’Eve. En revanche, en phase solsticiale, qui correspond à un état d’affaiblissement de l’homme, on fera appel aux femmes pour pallier une certaine carence comme on a pu l’observer au cours des deux guerres mondiales du siècle dernier. 

Cela dit, si en phase solsticiale, l’homme peut résister à la tentation de faire appel à la femme, cela nous semble préférable car par la suite, il lui faudra s’en séparer quand la phase équinoxiale prendra le relais et comme on sait, il n’est  pas aisé de faire partir ceux qui ont été mobilisés à un moment donné, comme on peut le noter pour les immigrés mais aussi pour une main d’oeuvre d’appoint pour des taches subalternes n’exigeant pas une intégration de grande qualité- qui n’est – laquelle  n’est en princpe’admise qu’à titre temporaire. En effet, en phase équinoxiale, comme on s’en est déjà expliqué ailleurs, l’homme retrouve une certaine productivité qui s’était réduite en phase solsticiale et c’est une période de délestage et donc d’augmentation du chomage alors qu’en phase solsticiale marquée par une certaine aliénation – on peut être amené à rechercher le « plein emploi » en mettant tout le monde au travail.     

Ainsi; la Droite  a une forme de fixation démographique,  le regroupement familial date de la présidence de Giscard  en 1976 , en pleine périiode solsticialalors que la Gauche devrait normalement plutôt  parier sur la productivité, quitte à verser des allocations aux personnes non admises au travail, d’où une politique de diminution du temps de travail (40h, 35 h) et la question de l’âge de la retraite alors que la Droite  aura pour devise l’intégration par le biais du Droit, de la Culture et de la Langue (voir le discours de Zemmour)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 17 05 23

Publié dans ASTROLOGIE, FEMMES | Pas de Commentaire »

jacques halbronn L’opposition entre théologie juive et israélo-chrétienne. Le miracle

Posté par nofim le 8 mai 2023

.jacques  halbronn    L’opposition entre théologie juive et israélo-chrétienne.

 

Nous avions déjà rappelé que les chiffres de la Lune étaient aussi ceux de Saturne – un jour pour un an- à condition toutefois que l’on calcule ces derniers selon les données terrestres, ce qui confère d’emblée une dimension artificielle au systéme solaire et non point naturelle.

Mais l’on peut encore aller plus loin et relever que la grossesse prend 9 mois et que chaque saison couvre 3 mois, soit 90 jours et 90 degrés et l’on retrouve dans les deux cas le chiffre 9 et non plus le chiffre 7 (28/4). On pourrait poursuivre éventuellement sur cette pente en notant que 28 se rapproche fort de 9 x 3.(27).

Aussi dérisoire pourrait sembler de telles correspondances sur le papier, elles n’existent qu’au prix d’un aménagement du systéme solaire selon les plans de quelque architecte, doté d’une bio-technoscience qui nous dépasse pour l’heure rendant nos efforts sublunaires tellement vains car que pouvons-nous y changer par delà nos incantations?

C’est là que viennent s’opposer radicalement judaisme et (israélo)christianisme et c’est une erreur absolue de croire qu’il s’agirait là d’une seule et même théologie! Car selon  nous, la théologie (israelo)chrétienne prend carrément le contrepied de la théologie judaique et le miracle est l’instrument de cette opposition puisque c’est là une remise en question du plan de la Création en laissant entendre qu’il peut être corrigé ou complété.  L’on nous objectera qu’il y a notamment dans le Livre de l’Exode des miracles comme celui de la traversée de la Mer Rouge, célébre chaque année à ‘Pessah » mais selon nous cet ouvrage est l’oeuvre de l’israélochristianisme- rappelons que Jésus déclare être venu « pour les brebis perdues de la maison d’Israel » laquelle s’oppose chez les Prophétes à la maison de Juda-, et l’on signalera  qu’à tout instant il y est question des « beney Israel »!  En ce sens, le judaisme n’a aucunement à entériner et valider  tout ce qui est écrit dans l’Ancien Testament comme il le fait notamment en récitant le Pentateuque de semaine en semaine (paracha)

L’ouvrage de Bernanos, Sous le Soleil de Satan (1926, qui sera filmé par Pialat, met en scéne la problématique du miracle, le prétre agent de ce miracle étant hanté par Satan et se demandant si ce n’est pas par Satan qu’il oeuvre, ce qu’il assume.

Le dieu des Chrétiens n’est pas celui des Juifs. Celui des Juifs est situé dans un autre temps et un autre espace, laissant derrière lui un systéme, un plan tout comme en astrologie EXOLS, le créateur construit sa présence par son absence, par son héritage. En revanche, celui des Chrétiens est leur invention et c’est pour cela qu’ils se donnent le droit de parler à son nom à toute occasion, il est leur chose. (cf nos Recherches théologiques  sur la plateforme SCRIBD) Lors de la célébration de l’Ascension, le 40e jeudi après le dimanche de la Paque,  l’on entend dans les Eglises réciter la formule suivante: 

Actes des Apotres  1.8 

« Tout d’abord à Jérusalem et dans toute la Judée ; (voir verset 4,) puis dans la Samarie, et enfin jusqu’aux extrémités de la terre. - » Cette formulation reprise de nos jours au XXIe siècle confirme bien l’existence d’un israélo-christianisme,  la Samarie venant ainsi s’ajouter à la Judée, tout comme le Nouveau Testament à l’Ancien si ce n’est que le Pentateuque aura fini par être  largement impacté par les pratiques et les c valeurs  du Royaume d’Israel, et notamment dans le Livre de l’Exode.

 

 

 

 

 Bibliographie

 

Jacques halbronn La Bible et les Juifs de Jean … – YouTube

jacques  halbronn  L'opposition entre théologie juive et israélo-chrétienne. Le miracle dans ASTROLOGIE
YouTube

https://www.youtube.com › watch
 dans FEMMES
3:34
jacques halbronn Epistémologie. … nous appelons israélo-christianisme ce qui ressort de la Bible, tant l’Ancien Testament aura été …
YouTube · Halbronn Jacques TELE DE LA SUBCONSCIENCE · 13 mars 2023

Juifs | Nofim

 dans théologie
Unblog.fr

http://nofim.unblog.fr › category › juifs
jacques halbronn La question de l’israelo-christianisme. Commentaire autour des « Juifs dans la Bible », de Jean Christophe Attias, ( Ed Fayard, …

  • judaîsme | Nofim – Unblog.fr

    http://nofim.unblog.fr › category › judaisme
    jacques halbronn La question de l’israelo-christianisme Commentaire autour des « Juifs dans la Bible », de Jean Christophe Attias, (2012).

Les juifs gardiens du temps

faculte-anthropologie.fr

https://www.faculte-anthropologie.fr › judaitejh_juif_bui…
JACQUES HALBRONN. En fait, ce qui nous a longtemps empêché de progresser dans notre réflexion, c’est ce qu’on pourrait appeler un tabou, selon lequel il …

THEOLOGIE

Facebook

https://www.facebook.com › Facebook-ryhmät
youtube.com. Jacques halbronn La Bible et les Juifs de Jean Christophe Attias face à l’.Israelo-christianisme. Tykkää. Kommentoi.

 

 

 

L’astrologie dans le traité Shabbat 156 a et b

Posté par nofim le 2 décembre 2014

Le contexte du Ein Mazal à la fin  du traité Shabbat du Talmud (156 a et b)

par  Jacques  Halbronn

 

Nous revenons ici sur un dossier que nous avons eu l’occasion de traiter longuement par le passé (cf  Le monde juif et l’astrologie,

Milan, Ed Arché, 1985 notamment) Nous nous servirons de la traduction française de Désiré Elbéze (La Guemara, coll. dirigée par

le Rabbin Elie Munk,  Ed C. L. K. H; 1986  Tome 5 : Chabbat,  chapitre XXIV, pp.  139  et seq). Il s’agit du traité Shabbat. (156 a et b) qui se terminerait sur ce sujet si l’on n’y avait point ajouté qui reléve de l’annulation  des voeux le Shabbat.

Cela débute par un débat sur les jours de la semaine, ce qui est en effet lié avec la question du Shabbat. Chaque jour de la semaine caractériserait ceux qui sont nés ce jour là (et dont la circoncision aura lieu ce même jour), et cela se relie aux jours de la création et ce qui a été crée dans chaque cas. Et l’on peut ainsi lire « Celui qui nait un Chabbat mourra un *Chabbat parce qu’on a profané pour lui la grande journée du Chabbat »

Mais un autre sage soutient que ce n’est pas le jour de la semaine qui compte mais l’heure de la journée, chaque heure étant associée

à l’une des sept planétes (les luminaires étant mis sur le même pied que les planétes, tant pour les jours de la semaine que pour les heures.) On notera que cette « astrologie » ne tient aucunement compte de la réalité astronomique mais se sert d’une « grille » qui s’est

d’ailleurs perpétuée jusqu’à nous en ce qui concerne le nom des jours de la semaine.

 

On en arrive ensuite au débat autour du Mazal d’Israël entre Rabbi Hanina (suivi par Rashi)  favorable à cette idée et  Rabbi Yohanan qui la rejette et l’argument principal semble être le suivant : celui qui pratique assidument les préceptes (mitswoth) de la Loi échapperait  aux mauvais penchants de son destin.

Il est intéressant de noter que fait suite à ce débat un développement sur l’annulation qui n’est pas sans lien avec l’idée d’annuler  en

quelque sorte les effets de ce qui était prévu par les astres.

Nous ferons le commentaire suivant :  la formule « Ein Mazal le Israel »  qui fait pendant à la formule inverse « Iesh Mazal le Israel » (cf supra) comporte chaque fois un singulier et non un pluriel. Cela signifie que la vraie question posée par ces formules tient au « choix »

d’un Mazal pour Israël. Les autres développements sur les jours et les heures attribués aux 7 planétes ne sont pas en rapport direct avec

un tel débat. Et quant aux exemples donnés, ils ne fournissent aucune donnée « planétaire » et pourraient concerner n’importe quelle

forme de divination.

Pour notre part,  nous préférons donc nous en tenir à ces formules lapidaires et laissant de côté les commentaires qui nous semblent

assez peu appropriés qui leur font suite et les resituer dans la problématique de l’élection, du choix. Or, dans les prières du Shabbat, il

est indiqué que le jour du Shabbat a été choisi parmi les autres jours et que ce choix est emblématique du choix que Dieu a fait du

peuple d’Israel parmi les autres peuples. Pourquoi donc Dieu n’aurait-il pas  choisi d’astre pour Israël alors que dans la « seconde « 

création-  on est passé d’une logique de l’universel à une logique du Tsimtsoum, c’est à dire du rétrécissement, de la focalisation, bref de

l’élection? Est-ce que le Shabbat lui-même ne marque pas un basculement qui conduit à cette réduction? Est-ce qu’aux Six Jours de la

« première création » ne feraient pas suite les Six Jours de la seconde création, correspondant aux « Commandements » (qui pourraient avoir été six et non dix à l’origine)? Il y  a là une dualité diachronique qui semble avoir marqué notamment la Kabbale  où l’on trouve

cette notion de « tsimtsoum », de repli.

Les protagonistes dont il est question à la fin du traité Shabbat  ne semblent pas avoir pris la juste mesure de la formule proposée par

Rabbi Hanina. Le seul fait que ce dernier pose le fait d’un « mazal »  (au singulier) réservé pour Israël nous parait  essentiel et s’inscrire

dans une série d’élections qui se conjuguent et marquent  ce « tsimtsoum ». Ce ne sont pas tous les astres de la « première » création qui

entrent en jeu mais seulement l’un d’entre eux et en ce sens, il importe de situer le propos de Rabbi Hanina en réaction par rapport

aux exposés qui ont précédé son intervention  et qui traitaient du « septénaire » (Lune, Soleil, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et

Saturne).

Immédiatement après ces exposés sur les 7 « astres »,  Rabbiu Hanina intervient en déclatant qu’Israel ne dépend que d’un seul « mazal »

d’un seul astre et non d’une pluralité. On passe ainsi soudainement d’un pluralisme astral à l’idée d’un seul et unique astre, tout comme il y a un seul et unique Dieu.

Rappelons en effet que le singuliet Mazal implique un choix car les Mazaloth (ou Mazaroth)  sont nombreux, tout comme les peuples le sont. Il semble qu’il y ait un certain flottement quant à la traduction de ces termes qui, en toute état de cause, désignent, certaines

entités répérables astronomiquement. S’agit-il d’une constellation, d’un « signe zodiacal », d’une planète ou d’une étoile fixe (on trouve

ces termes dans Job et dans le Livre des Rois)? On notera que dans le récit de la (première ) Création (Génése), il n’est pas question des planétes  mais des luminaires et du firmament, c’est à dire des étoiles (apparemement en un temps où l’on ne savait pas distinguer entre planétes et étoiles).

Or, force est de constater que l’intervention de Rabbi Hanina fait suite à un débat autour des planétes, ce qui nous conduit à penser

qu’ici Mazal désignerait bel et bien une des dites planétes. Mais ce faisant Hanina remet bel et bien en question l’astrologie qui

vient d’être exposée et qui recourt au « Septénaire ».  Le « Iesh Mazal le Israel » ne signifierait pas que Mazal équivaudrait à « Astrologie »- ce  qui est une lecture irrecevable mais bien « il y a un astre pour Israel », entendez « un seul astre concerne Israel et non point tous ».

L’autre option mise en avant par Rabbi Yohanan, quant à elle, nierait qu’il y ait le moindre astre qui vaudrait pour Israël. Mais là

n’est pas le vrai débat, selon nous:  il s’agit bien d’opposer une astrologie du septénaire et une astrologie de l’astre unique, tout comme

l’on oppose le choix du Shabbat à  une pratique qui  s’intéresserait à tous les jours de la semaine ou à toutes les heures de la journée. A

ce propos, on notera d’ailleurs, que le respect du commandement du Shabbat s’accompagne bel et bien d’une prescription horaire qu

est celle où la nuit apparait; ce qui vaut aussi pour la fin du Shabbat avec l’observation du « Tset Hakokhabim », c’est à dire l’apparition

de trois étoiles, ce qui est prescrit par la liturgie.

La forme hébraïque « Iesh Mazal le Israel »   se préte à diverses interprétations. On peit traduire par « Israel a un mazal ». Il semble

que ce singulier ait perturbé les  commentateurs qui ont parfois traduit -on l’ a vu- ce « singulier » comme renvoyant à  l’Astrologie comme un tout, ce qui est un glissement sémantique tiré par les cheveux.  On peut aussi rendre « Ein Mazal le Israel » par Israel n’ pas qu’un seul Mazal plutôt que par Israel n’a pas un seul Mazal.  L’hébreu n’utilise pas l’article indéfini comme le français. Iesh Mazal doit être rendu par « Il y a un Mazal »., ce qui peut aussi vouloir dire  « un seul Mazal ».

On aurait alors au départ un débat entre Rabbi Hanina qui refuse

que l’on se serve de toutes les planétes pour connaitre le comportement ou le destin des personnes et un Rabbbi Yohanan qui soutient

que  ce sont bien toutes les planétes qui entrent en jeu.

Autrement dit, nous aurions face à face – si on laisse de côté les développements subséquents :

Israel a un seul Mazal  (ici planéte), position qui nous semble dans l’esprit du judaïsme d’élection

Israel n’a pas un Mazal particulier mais est concerné par tous les astres, position qui nous apparait décalée par rapport

à un tel esprit.  Ce  serait donc  bel et bien Rabbi Hanina qui exprimerait son scepticisme face à une astrologie qui tiendrait compte de tous les

astres et ce faisant il s’opposerait bel et bein à l’astrologie ici considérée alors que dans le reste du développement, aux fins d’illustrer

le Ein Mazal, on reconnait que les gens ont au départ un « destin » mais qu’il leur est possible d’y échapper s’ils sont pratiquants, ce qui

n’en reste pas moins une reconnaissance d’une telle influence astrale si ce n’est qu’elle peut, sous certaines conditions, être neutralisée comme dans le cas de Rabbi Akiba. (p. 143)

Pour notre part, nous pensons que ce « Mazal » serait Saturne  qui est justement l’astre associé au Shabbat, dont le nom est rendu

par Shabtaï en hébreu médiéval, le Samedi étant rendu  par Saturday, en anglais. Israel ne renvoie pas selon nous au sort des individus mais bien plutôt à un destin collectif.

 

JHB

02 12 14

 

 

 

 

 

JHB 08 05 23

Publié dans ASTROLOGIE, FEMMES, théologie | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn La question juive et la condition féminine au prisme de l’astrologie EXOLS

Posté par nofim le 3 mai 2023

jacques  Halbronn  La question  juive  et la condition féminine au prisme de l’astrologie EXOLS 

 

 

La meilleure façon de démontrer que tel groupe humain a sa spécificité consiste à tester le débat au prisme de notre Astrologie EXOLS On prendra deux exemples pour le XXe siècle : les femmes et la Première Guerre mondiale et les Juifs pour la Seconde Guerre Mondiale.

 

I  Première guerre Mondiale

 Phase solsticiale Saturne sur l’axe Gémeaux Sagittaire.

Sur Internet

  »Les femmes étaient déjà présentes dans les usines, dans les secteurs du luxe, du textile, dans les conserveries et à des postes d’emballage. Elles sont appelées dès la fin de l’année 1914 pour rejoindre les usines d’armement qui doivent alimenter le front ». 

Entendons qu’avec la baisse de productivité, l’on élargira le recrutement par l’importation des femmes dans le monde du travail, tout comme en 2015,un siècle plus tard, avec l’accueil massif d’immigrés en Allemagne, sous la houlette d’Angela Merkel, la chancelière en exercice, ce qui fait que la main d’oeuvre masculine perd alors de son exclusivité.

  II  Seconde guerre Mondiale   Phase solsticiale Saturne sur l’axe Gémeaux Sagittaire

 

 Wikipedia

« La conférence de Wannsee  réunit dans la villa Marlier de Berlin, le 20 janvier 1942, quinze hauts responsables du Troisième Reich, délégués des ministères, du parti ou de la SS, pour mettre au point l’organisation administrative, technique et économique de la « solution finale de la question juive », voulue par Adolf Hitler et ensuite mise en œuvre, sur ses instructions, par Hermann GöringHeinrich HimmlerReinhard Heydrich et l’un des collaborateurs de ce dernier, Adolf Eichmann. » 

Saturne passe sur l’axe solsticial  Gémeaux Sagittaire et l’Allemagne a décidé de se passer des Juifs sur toute la surface de son empire européen.. Cela enclenche la Shoah. 

 

 Dans les deux cas, une certaine population  est placée sous les projecteurs, et chaque fois, on est dans le cadre d’une dynamique de travail (Arbeit macht Frei au fronton des camps de concentration)..  Selon nous, de telles observations mettent en évidence l’existence de clivages majeurs au sein des sociétés humaines, ce qui signifie que l’on ne saurait, dans un cas comme dans l’autre, en nier la spécificité, quel que soit le point de vue d’où l’on se place.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  03 05 23

Publié dans ASTROLOGIE, FEMMES, judaîsme, Juifs | Pas de Commentaire »

Jacques halbronn Epistémologie en Linguistique. Le français, langue à deux étages au prisme du rapport Oral/écrit. Essai de synthèse

Posté par nofim le 22 avril 2023

Jacques  halbronn  Epistémologie  en  Linguistique.  Le miracle  français, une langue à deux étages au prisme du rapport Oral/écrit.    Essai de synthèse.

 

Notre approche de l’histoire des langues implique d’établir des modéles  servant de référentiel. C’est ainsi que nos travaux sur la Description du français auront connu une nouvelle étape quand nous avons abordé la dialectique de l’oral et de ‘l’écrit, aspect que nous avions complétement négligé,  dans les années quatre -vingt. La thèse qui est la nôtre désormais met en oeuvre une dualité entre la matrice et ses dérivées,  ces  dernières  correspondant à une décomposition de la matrice, qu’il s’agisse du passage du masculin au féminin, du singulier au pluriel sans oublier la formation de l’adverbe et de l’adjectif.. On reviendra sur certaines études déjà produites récemment en vue de procéder à une synthèse. Dans de nombreux cas, on se heurtera probablement  à l’objection de l’oeuf et de la poule et c’est justement tout l’enjeu que d’établir une génétique, une diachronie face à une approche purement synchronique. 

I  Prenons le cas du binome:   à la /au  ou  de la/du.  Comment analyser un tel processus? Selon nous, la forme contractée avec « U » précéde la forme comportant le « L »., donc ici le masculin par rapport au féminin. De même,  vieux précéderait vieille et là encore le U se transforme en « L » tout comme beau donne  « belle ». 

II Un autre cas concerne les formes accentuées (accent circonflexe notamment). On trouve ainsi  « forêt » et l’adjectif  forestier,  Ici le  S  mais aussi le T   apparaissent  en place de l’accent « ê » tout comme pour apôtre et apostolique

 

III Autre cas., avec les diphtongues qui disparaissent au féminin  à l’oral:   bon  donne bonne. Cette fois le son « n » absent au masculin apparait au féminin et la diphtongue  n’y est plus réalisée . Signalons le passage de nation à national, pour la formation d’un adjectif à partir d’un nom, de violon à violoniste. Chaque fois, le son diphtongué de l’oral ne se fera plus entendre même si l’écrit  est inchangé, ce qui met en évidence l’importance des codes de prononciation qui ne sont pas  fournis à l’écrit, ce qui implique l’existence d’une tradition orale. Plus simplement,  petit donnera petite et selon nous, la présence du e final n’est nullement nécessaire, la prononciation du T dépendant du sujet. 

 Ce qui vient compliquer les choses, c’est lorsque l’écrit est impacté par l’oral, ce qui pose notamment le probléme du « e » muet aussi appelé « sheva » par reférence à l’hébreu.  On pense à l’apostrophe  dans  « je t’aime » voire « comme  j’t'aime! » qui illustre bien le refus du français d’isoler les mots les uns des autres, ce qui s’inscrit dans le processus des « liaisons, ce qui produit un certain enchevétrement. On pourrait nous objecter qu’ici c’est l’oral  qui tiendrait compte de l’écrit comme dans le cas du « S » en tant que marqueur du pluriel qui ne se prononce que devant un mot débutant par une voyelle, dans le mot suivant  En fait, nous pensons que c’est le locuteur qui ajoutait oralement le son « s », le cas échéant »  tout comme il prononce la consonne finale au féminin et c’est une erreur que de laisser entendre que cela tient à la présence du « e ». Autrement dit la présence du « s » ou du « e »   ne séraient aucunement nécessaire mais découlerait de la qualité du sujet. A ce propos, l’on peut regretter qu’en français, le possessif dépende non pas du sujet de l’objet et que l’on accorde une telle importance au « genre » de l’objet! ..

On  ajoutera  qu’il importe de distinguer  dans un mot ce qui reléve du lexique et ce qui tient aux exigences morphogiques (genre, nombre). Or, tout se passe comme si l’on avait pris l’ habitude de confondre ces deux paramétres. C’est ainsi que le marqueur de nombre pour le pluriel tel que le « s » ne saurait être mis sur le même plan que  les mots se terminant par cette même lettre, et cela vaut aussi pour le féminin  et le marqueur « e ». Ce qui distingue ces deux plans tient au fait que le locuteur a la charge de l’usage des marqueurs, des dérivés (compléments)  mais non celle du formatage des mots, Dans le premier cas, on est dans l’oralité, dans l’autre, cela passe par l’écrit. Mais l’on sait qu’en pratique; ce distingo n’est guère respecté quand on nous explique que le féminin se caractérise par l’adjonction à l’écrit  du ‘e » alors qu’il s’agit de l’application d’un marqueur de genre qui ne dépend pas de la présence ou de l’absence du « e ». 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  22. 04 23

Publié dans epistémologie, FEMMES, LINGUISTIQUE | Pas de Commentaire »

Jacques halbronn Astrologie féminine, solsticiale et collégialité planétaire du thème natal

Posté par nofim le 4 avril 2023

Jacques  halbronn Astrologie féminine, solsticiale   et  collégialité  planétaire du thème natal 

 

 Il nous semble bien que le fait de conférer un rôle aux diverses planétes natales n’est nullement innocent en ce qu’il est symptomatique d’un refus de singularité et d’autorité. C’est ainsi que le soleil n’y est plus considéré que comme un facteur parmi d’autres, quitte à être qualifié par les astrologues de « planéte »!: Il y a là une posture subversive dont on doit prendre conscience et que nous associerons à la solsticialité, préoccupée de représentativité et de collégialité. Pour l’astrologue solsticial, une telle collégialité lui correspond idéologiquement alors que pour l’astrologue équinoxial, c’est le signe d’un dysfonctionnement. 

Il se peut que ces deux mentalités alternent et que selon les phases, la tendance dominante en milieu astrologie varie. C’est ainsi qu’en 1967, quand André Barbault publie ses Astres et l’Histoire, cela correspond au début d’une phase équinoxiale et que son graphique de synthèse soit dans l’esprit du temps (Zeitgeist) alors qu’en phase solsticiale, c’est l’importance accordée au thème natal  qui prévaudra. C’est ainsi que Roger Héquet en 2001, en début de phase solsticiale est publié aux Editions du Rocher « Le temps sidéral vécu : essai d’astrochronobiologie », ouvrage qui redonne au thème  toute sa centralité et sa complexité. 

Or, on aura compris qu’en phase équinoxiale actuelle, Héquet  soit particulièrement fragilisé par les tenants d’un Modéle/paradigme Universel, comme c’est notre cas qui met en avant la seule planéte Saturne.

 

 

 

 

 

 

 

JHB 04 04 23

Publié dans ASTROLOGIE, FEMMES | Pas de Commentaire »

12345...50
 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs