jacques halbronn Méta-astrologie et réaction à la phase astrologique. Du Koweit à la Guerre de Sécession

Posté par nofim le 25 janvier 2023

jacques  halbronn  Méta-astrologie  et réaction à la phase astrologique. du Koweit à la Guerre de Sécession.

 

  Ce qui vient singulièrement compliquer la tache du chercheur  en astrologie, tient à ce que nous appelons « méta-astrologie », à savoir que toute phase astrologique, au sens de l’astrologie EXOLS, généré son opposé. Il n’est pas ainsi d’équinoxialité qui ne suscite de processus solsticial et vice versa. Cela fait partie des erreurs à corriger dont nous avons récemment traité et qui constituent des obstacles épistémologiques au sens de Gaston Bachelard. Pour en arriver à une telle conclusion, il faut acquérir évidemment une certaine confiance dans l’outil dont on dispose, tout comme quand il s »agit de faire la part du normal  et du pathologique.

Prenons le cas de la crise irakienne de 1990 qui conduira à l’invasion du Koweit. On notera qu’il ne s’agissait point là d’une région totalement étrangère à l’Irak pas plus que ne l’est l’Ukraine par rapport à la Russie. Or, Saturne était en phase solsticiale, c’est à dire mettait en branle les ensembles existans, ce qui s’était produit dans cette même période pour les pays du bloc de l’Europe de l’Est. Mais en 1989, l’URSS n’était pas intervenue pour empêcher cette dislocation. En ce qui concerne la crise algérienne, la France avait fini par céder avec l’arrivée du  général De Gaulle. 

C’est ainsi qu’en ce qui concerne le Koweit, on trouve un historique aussi  complexe que pour l’Ukraine:

Wikipedia

Revendication irakienne sur le Koweït[

« Le différend entre l’Irak et le Koweït implique également le fait que l’Irak revendique le Koweït comme territoire irakien légitime Le Koweït faisait partie de la province ottomane de Bassora jusqu’à l’issue de la Première Guerre mondiale. La dynastie souveraine du Koweït, la famille al-Sabah, avait conclu un accord de protectorat en 1899, qui assignait la responsabilité de ses affaires étrangères au Royaume-Uni. En 1922, c’est le Royaume-Uni qui fixe la frontière entre les deux pays en 1922, rendant l’Irak pratiquement sans accès à la mer. Le Koweït rejette par la suite les tentatives irakiennes d’obtenir des dispositions complémentaires dans la région.L’Irak se voulait déjà souverain du Koweït en 1958. Trois ans plus tard, le Général Kassem revendiquait le « territoire koweïtien » comme partie intégrante de la « nation irakienne , juste après la pleine indépendance du Koweït, déclarée le 19 juin 1961 grâce aux appuis britannique et arabe »

Autrement dit, l’Irak de Sadam Hussein réagissait aux vélléités koweitiennes d’indépendance, tout comme la Russie de Poutine, trente ans plus tard et dans les deux cas, une coalition intervient pour soutenir le processus solsticial alors que Gorbatchev n’avait pas fait obstacles à la solsticialité, peu de temps auparavant, sur le continent européen, ce qui d’ailleurs aboutira à l’effondrement de l’URSS en 1991, toujours en phase solsticiale.

 

Prenons le cas de la Guerre de Sécession: 

notice wikipedia

 » La guerre de Sécession ou guerre civile américaine (généralement appelée « The Civil War » /ðə ˈsɪvəl wɔɹ/1litt. « la Guerre civile » aux États-Unis est une guerre civile survenue entre 1861 et 1865 et opposant le gouvernement fédéral des États-Unis d’Amérique (« l’Union » ou « le Nord ») rassemblant principalement des États situés au Nord, dirigés par le président des États-Unis Abraham Lincoln, et les États confédérés d’Amérique (« la Confédération » ou « le Sud »), dirigés par Jefferson Davis et rassemblant onze États du Sud qui avaient fait sécession des États-Unis. La guerre résulte du débat de l’abolition de l’esclavage, souhaitée par le Nord »

Cela se déroule en phase équinoxiale, tout au long et non pas en phase solsticiale comme dans les exemples ci dessus. On nous dit que le Nord entendait abolir l’esclavage sur l’ensemble du territoire nord américain. C’est le Sud qui résistera et réagira, se révoltera  face  ce projet.  Le Nord l’emportera, porté par la phase équinoxiale où l’on refuse que les Etats pratiquent des politiques différentes sur ce sujet/ D’où la qualification de « guerre civile » au sein d’une même entité et non d’une guerre entre entités juridiquement bien séparées, comme en phase solsticiale. 

Si l’on compare les deux « guerres mondiale », la première fut solsticiale alors que la seconde du moins jusqu’en 1942 était équinoxiale. La bataille de Stalingrad est liée au passage de Saturne sur l’axe Gémeaux Sagittaire qui enclenche une phase solsticiale. Elle n’est donc pas une réaction méta astrologique survenant en phase équinoxiale  mais bien le point de départ d’une phase solsticiale

 noice  Wikipedia:

  »La bataille de Stalingrad est la succession des combats qui, du 11 juillet 1942 au 2 février 1943, ont opposé les forces de l’URSS à celles du Troisième Reich et de ses alliés pour le contrôle de la ville de Stalingrad. Cette bataille s’est déroulée en quatre phases : l’approche de la ville par les armées de l’Axe de juillet à septembre 1942, les combats urbains pour son contrôle entre septembre 1942 et novembre 1942, puis la contre-offensive soviétique, jusqu’à l’encerclement et à la reddition des troupes allemandes repliées dans des poches les 31 janvier et 2 février 1943. » C’est en juin 42 que Saturne passe en gémeaux et l’on peut donc dire que cette date vient valider notre découpage en phase sur la base de la croix mutable et non sur la croix cardinale.

Juin 1942  SATURNE
02GEMEAUX59
 

 

 

Il est clair qu’un tel tournant était prévisible astrologiquement de longue date sur la base de l’astrologie EXOLS. Cela n’empêchera d’ailleurs pas l’Allemagne de réagir face à cette période solsticiale, qui sera notamment marquée par le débarquement en Normandie, en juin 1944. A une certaine époque, nous avions été frappés par le fait que Saturne passait alors en cancer au mois de juillet, mais il apparait que l’événement matriciel aura été la bataille de Stalingrad et la reddition qui eut lieu il y a exactement 80 ans

Sur de telles bases. efforçons nous de revenir sur le conflit  actuel en Ukraine qui se déroule en fin de phase solsticiale, laquelle débuta.

 

 L’annexion de la Crimée fait référence à l’invasion de la péninsule de Crimée en Ukraine, menée par la fédération de Russie en février et mars 2014, puis à son rattachement ultérieur à la Russie le 18 mars 2014. Ce conflit post-soviétique a lieu au lendemain de la révolution ukrainienne de février 2014 et fait partie de la guerre russo-ukrainienne. »

En 2014, on arrive à la fin d’une phase équinoxiale, Saturne passant en Sagittaire à la toute fin de l’année. La révolution de 2013-2014 en phase solsticiale, mettait en présence deux camps au sein même de l’Ukraine:

  »Euromaïdan est le nom donné aux manifestations pro-européennes en Ukraine, ayant débuté le 21 novembre 2013 à la suite de la décision du gouvernement ukrainien de ne pas signer l’accord d’association entre l’Ukraine et l’Union européenne au profit d’un accord avec la Russie« . 

Avec l’annexion de la Crimée débute une décomposition de l’Ukraine dans un climat typiquement solsticial et qui se prolongera avec la situation en d’autres parties de l’Ukraine. On retrouve là en 2014 le même climat solsticial  qu’en 1989 mais cette fois aux dépens de l’Ukraine. Et l’on peut penser qu’en 2023, la phase équinoxiale mettra fin à un tel dépeçage solsticial, ce qui englobera probablement la récupération de la Crimée. Bien entendu, l’Ukraine aura résisté à ce processus solsticial avec plus ou moins de bonheur mais à présent le vent tourne à l’arrivée d’une nouvelle phase équinoxiale dans quelques semaines, lors du passage de Saturne sur l’axe poissons vierge. Mais la situation est des plus complexes vu que l’indépendance de l’Ukraine est elle même due à une phase solsticiale (1989-1991) qui se réalisa aux dépens de l’URSS. si bien que la phase équinoxiale peut être lue à plusieurs niveaux à la façon des poupées russes!

 

 

 

Jacques halbronn

Publié dans ASTROLOGIE, HISTOIRE | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Autour du Colloque International de Londres en Histoire de l’astrologie. 1984

Posté par nofim le 14 janvier 2023

jacques  Halbronn  Autour du  Colloque International  de Londres en Histoire de l’astrologie. 1984 

 

Nous avons organisé deux Colloques à Londres en 1981 (bicentenaire de la découverte d’Uranus, depuis Bath, par W. Herschell et 1984. Le premier Avenue Road dans les locaux (squattés) de l’ambassade d Cambodge, l’autre au Warburg Institute avec  Patrick  Curry. A cette occasion nous avions publié un  Directory of historians of astrology = essai de répertoire des historiens de l’astrologie, Paris, 1984  On s’intéressera ici aux Actes du colloque de 1984, parus sous le titre  Astrology, Science and Society,  Historical Essays. Edited by Patrick Curry,  Britnell Press ( https://brill.com/view/journals/nun/3/1/article-p244_13.xml?language)  En  1991 , nous organiserons un autre Colloque en Histoire de l’astrologie, dans la crypte de l’Eglise Sainte Anne de la  Butte aux Cailles dans le treiziéme arrondissement (cf l’Astrologie en terre de France. Dans la foulée, Annabella Kitson organisera à Londres  un autre colloque sur ce même créneau dont les actes parurent en  1989/

 

Annabella Kitson (ed.). History and Astrology: Clio and Urania Confer. London: Unwin Paperbacks, 1989 En 2003, un autre Colloque en Histoire de l’Astrologie se tiendra  Bath et nous y donnerons une communication.The Importance of Comets for the Cause of Astrology: the Case of Pierre Bayle in the Years 1680-1705″(http://ramkat.free.fr/ashalb32.html) » Sophia Centre’s conference on Astrology and the Academy on 13-14 June 2003  Cinnabar Books, PO Box 1071, Bristol BS991HE, UK (Cinnabar@caol.demon.co.uk), edited by Nicholas Campion, Patrick Curry and Michael York. Notre communication de Londres en 1984  s’intitulait  The revealing process of translation and Criticim in the History of Astrology dont la version française  n’a pas encore  été produite. (pp; 197  et seq)/si ce n’est notre postface à l’édition du traité de Claude Dariot(Ed Pardés 1990) 

 

INTRODUCTION AU JUGEMENT DES ASTRES (Broché)

 

 

Description:  Claude Dariot (1533-1594), médecin astrologue, a été injustement oublié par le monde astrologique moderne. Ce livre expose les principes généraux de l’astrologie, puis les règles de l’astrologie horaire.

 

 En fait, nous avons participé aux activités Outre Mance dès 1973 comme en témoigne l’étude  de Pam Bennett Cela nous conduit à rappeler que nous avons d’abord fréquenté des Colloques en Angleterre et en Allemagne avant de nous lancer dans l’organisation de Colloque sur le sol français

CONFERENCE REVIEWS
1973 & 1974

 

Astrology in Today’s SocietyThe 1973 Conference at the University of Surrey
by Pam Bennett D.F.Astrol.S.

Under a culmination of Venus and Uranus at 2h17 pm UT on September 7th began the fourth annual Conference of the Astrological Association – a congress that will be remembered for its uncertainties and delays, and the underlying, pervasive atmosphere of near-crisis. The ’71 Conference left one almost euphorically uplifted, ’72 convened on an energetically intellectual level; but Guildford, itself uneasily new. still partly in scaffolding, brought the Astrological world face to face with its own imminent change.

« Study Groups
Three study groups followed the coffee break - JACQUES HALBRONN on the Astrology of Morin de Villefranche, who was one of the earliest practitioners to banish superstition from the field and think clearly of the significance of semi-sextile and quincunx aspects in the chart, « 

 

Publié dans ASTROLOGIE, HISTOIRE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn La vie astrologique. Sa tétralogie de présentation de l’astrologie 1976-1993

Posté par nofim le 13 janvier 2023

jacques halbronn  Sa tétralogie de présentation de l’astrologie 1976-1993

 

A  quatre reprises entre 1976 et 1993, nous avons eu providentiellement  l’occasion et  l’honneur de défendre la cause et les couleurs  de l’astrologie. 

 

1976 Clefs pour l’Astrologie, Ed Seghers  (trad. espagnole  Las claves de la Astrologia 1978)

1986  L’Etrange histoire de l’Astrologie (avec Serge Hutin), Ed Artefact (Henri Veyrier)

1993 Article Astrologie  dans l’Encyclopaedia Universalis   et  réédition revue et corrigés des Clefs (Seghers)   

 

 1976  Le directeur de la Collection « Clefs pour »  -luc Decaunes- préféra notre manuscrit à celui d’André Barbault, alors que ce dernier avait largement occupé le terrain et avait un quart siècle de plus que nous. Avec le recul, cet ouvrage nous apparait comme un chef d’oeuvre, résultat  d’une intense activité depuis nos débuts dans le domaine et notamment d’un enseignement que nous avons assuré tant à Jérusalem qu’à Paris. On signalera notamment nos contacts avec les néromaniens comme Jacques Moine et Max Duval, ce dernier venant régulièrement nous rencontrer  au 19 rue des Gobelins. 75013 Paris. Dès 1969, nous avions pris l’habitude de  rédiger et de déposer des mémoires à la Société des gens de lettres, rue du Faubourg Saint Jacques. A noter la fortune remarquable de l’édition espagnole En 1992, lors d’un voyage à Buenos Aires, nous avons pu voir nos « Claves » en bonne place dans le rayon ésotérique de certains magasins.En 1976, nous avions proposé tout un dossier à la revue Cosmopolitan, sous le nom d’Astrologie Sensorielle qui paraitra en encarté dans le numéro des fêtes de fin d’année.

.  1986   Serge Hutin que nous rencontrions assez souvent nous avait proposé de contribuer à la réédition de son Histoire de l’Astrologie, parue chez Marabout en 1968, largement inspiré de l’ouvrage en allemand de Wilhelm Knappich. La table des matières nous indique que la première partie couvre plus de 150 pages  sous le titre « La pensée  astrologique’ elle constitue à elle seule un véritable manifeste Nous  y avions notamment développé la thèse de l’instrumentalisation des astres par les humains, ce qui  relativisait considérablement les vertus proprement célestes. La seconde partie reprend l’édition de 1968 avec certaines additions et commentaires de notre cru avec notamment une importante bibliographie.. Nous avions placé en tête  « Lettre à une amie astrologue » autour de l’astrologie sidéraliste.

1993  François Secret que nous rencontrions à la Bibliothèque Mazarine nous avait recommandé auprès du responsable de l’Encyclopaedia Universalis pour rédiger une nouvelle mouture de l’article Astrologie, dû à  René Alleau, avec lequel dans les années 1977-7 nous avions collaboré dans le cadre de sa collection Bibliotheca Hermetica. 40 ans plus tard, notre article n’a toujours  pas été remplacé. 

1993 En vue d’une réédition de Clefs pour l’Astrologie, nous avions contacté l’éditeur en lui proposant une refonte compléte de la premère édition. On lira notamment nos développements  sur l’astrologie mondiale avec l’idée d’un modéle universel découpant le cycle planétaire en deux temps , M pour Multiplicité et U  pour Unité. L’année suivante, nous faisions paraitre  notre ‘Astrologie selon Saturne » qui se focalisait sur le cycle d’une seule planété et ses conjonctions avec les axes saisonniers.  Dans cet ouvrage, nous avions développé la notion de cosmothérapie, à savoir que l’astrologue se servait du thème non point pour informer mais pour communiquer en passant par un langage choisi par son client. (cf  notre brochure. L’astrologue face à son client. Les ficelles du métier (traduit en anglais par Geoffrey Dean, un critique australien bien connu de l’astrologie, en ligne, cf  son récent ouvrage avec Mather, Nias et Smit, Understanding Astrology. A critical review of a thousand empirical studies 1900-2020  AunO Publications. Amsterdam, 2022)

 

Cela dit, il est clair qu’en bien des points, si nous avions à retenter la même expérience, bien des points seraient modifiés et en aucune façon, nous ne souhaiterions que l’on  fige notre recherche à ce qui parut il y a plus de 30 ans voire plus de 40 ans!   C’est ainsi qu’il nous plairait bien de rédiger une nouvelle édition du Que Sais je sur l’Astrologie Ed PUF. Ajoutons que la publication par nos soins du Guide de la Vie astrologique en 1984 (Ed  La Grande Conjonction-Guy Trédaniel) puis en 1997 (Ed O. Laurens) nous aura également placé dans une situation d’observateur privilégié du milieu  astrologique.

 

 

JHB  13 01 23

Publié dans ASTROLOGIE, HISTOIRE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Les piéges de l’astrologie du XXe siècle; la cométisation de Pluton, les signes zodiacaux de naissance, l’An 2000, les 2 guerres mondiales, l’informatique

Posté par nofim le 11 décembre 2022

jacques  halbronn   Les piéges de l’astrologie du XXe siècle;  la cométisation de  Pluton, les signes zodiacaux de naissance, l’An 2000, les  2 guerres mondiales, l’informatique.

 

Nos dernières études consacrées aux cométes, à  Pluton, aux horoscopes de presse  auront mis en évidence les écueils qui auront corrompu la pensée astrologique traditionnelle. A cela, il convient d’ajouter la perspective de l’An 2000 couplée avec celle de l’attente de l’ère du Verseau sans oublier le couple des deux guerres mondiales.

 

I    En attendant Pluton

Dans notre diptyque La Vie Astrologique (1992 et 1995, Ed La Grande Conjonction, Ed Guy Trédaniel), nous avions montré comment le nom de Pluton avait circulé dès la fin du XIXe siècle pour désigner une transneptunienne à venir. (1897 Fomalhaut, dans son Manuel d’astrologie sphérique et judiciaire). Quand en 1930, on crut avoir trouvé l’astre attendu, il y eut immédiatement toute une série de commentaires articulés évidemment sur le nom attribué à cet astre lointain. Nous avons notamment signalé ce qu’en disait Marie Louis Sondaz, en 1942 (Tous les signes expliqués, Ed Laffont)

Cet événement aura conduit à une cométisation de l’astrologie (cf nos études sur les cométes) qui venait compromettre la notion de cyclicité planétaire  régulière.  Mais alors que l’on aura fini par déterminer-comme pour les éclipses – la durée du cycle (36 ans) de la Cométe de Halley, l’on ne saurait en dire autant de la périodicité de la découverte des nouveaux astres et depuis 1930, voilà près d’un siècle, on  aura connu quelques alertes, comme dans le cas de Chiron (fin des années 70)  si ce n’est qu’en 2006, le statut de Pluton aura  été reconsidéré par la communauté astronomique. N’oublions pas le cas de l’intramercurielle Vulcain (objet Lescarbaut)  à la fin du XIXe siècle, qui occupera les astrologues de la première moitié du XXe siècle, comme en témoignent les Cahiers Astrologiques dans les années trente-quarante. En tout état de cause, alors que la découverte d’Uranus avait plutôt eu des effets positifs en ce qu’elle faisait pendant, aux côté de Saturne (capricorne-Verseau), aux luminaires(cancer lion), la découverte en 1846 de « Neptune » allait durablement perturbé, jusqu’à nos jours, le dispositif des maitrises planétaires, ce qui serait aggravé avec Pluton en 1930.

 

II Les deux guerres mondiales 

  Le XXe siècle aura été marqué par le couplage de deux guerres mondiales (14-18  et 39-45) lesquelles apparaitront comme structurantes et incontournables pour l’astrologie mondiale  de l’après guerre, chez Henri Gouchon (fin des années quarante)et André Barbault (dans les années soixante) qui se perdureront que l’astrologie devait s’ancrer sur une telle récurrence évenementielle  en  s’articulant sur des récurrences au sein du systéme solaire tant et si bien que par extrapolation, le dit Barbault annoncerait à partir de 1967 une troisiéme guerre mondiale pour le début des années 80  (Les astres et l’Histoire, ed Pauvert, 1967), ce qui n’eut pas lieu. En termes de cyclicité, comme dans le cas des transuraniennes, on ne pourrait s’appuyer à une quelconque régularité car le bouquet de 5 planétes( Pluton inclus) ne permettait pas d’établir une quelconque régularité quant à l’alternance des phases (montée et descente d’un graphique de synthèse unique) Rappelons que les transuraniennes sont invisibles à l’oeil nu  et n’ont pas fait partie de la littérature astrologique avant le XIXe siècle, ce qui créait ipso facto un hiatus entre l’astrologie « moderne » et  une tradition millénaire, lequel hiatus serait occulté par le recours à une même terminologie mythologique comme solution de continuité..

 

III La fin d’un monde (Verseau, An 2000) 

Le XXe siècle  avait en perspective le passage vers un Troisiéme millénaire, ce qui allait notamment se combiner avec les ères précessionnelles de plus de 2000 ans chacune (cf notre ouvrage Aquarius ou la Nouvelle Ere du Verseau, Ed Albatros Autre Monde,1979) sans parler de l’effet des transsaturniennes qui découperaient des périodes de plus en plus longues du fait de leurs durées de révolution. L’astrologie mondiale jonglerait désormais avec les siècles au lieu de s’en tenir sagement à une temporalité à taille humaine, en restant au niveau du cycle saturnien.

 

IV Les signes zodiacaux de naissance   

 

Dans les années trente-quarante,  l’astrologie s’axerait dans la presse sur le destin des natifs des 12 signes zodiacaux, ce qui orienterait l’astrologie vers la sacralisation du moment de la naissance de chaque individu.  Ce n’était nullement au départ une fatalité et le cas de Marie Louise Sondaz (cf notre récente étude ) en témoigne laquelle n’articulait pas ses prévisions sur la date de naissance mais s’en tenait à un processus identique pour tous(cf ses horoscopes dans Marie Claire 1939, cf Edgar Morin et al.  La croyance astrologique moderne, Age d’Homme 1982). 

 

V  L’informatisation   

A partir des années soixante, l’ordinateur va jouer un rôle déterminant. Il y a eu l’entreprise « Astroflash » à laquelle Barbault, Jean Pierre Nicola, Yves Lenoble, Louis Le Corre etc contribuèrent et qui  conforta l’importance à accorder à la date précise de naissance mais il y eut par ailleurs des outils de calcul  mis à la disposition des astrologues, ce qui les engagea dans des combinatoires de plus en plus sophistiquées.On pense à l’Astrochronobiologie (ACB) de Roger Héquet, au début du XXIe siècle (Ed Rocher, Dervy), qui allait notamment donner un nouveau souffle à la technique des directions primaires. On allait s’éloigner d’une astrologie axée sur l’observation du ciel et les transits.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 11 12 22

Publié dans ASTROLOGIE, HISTOIRE | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn La réception de la Cométe de Halley en 1986. Jarnac et Halbronn

Posté par nofim le 10 décembre 2022

jacques  Halbronn   La réception de la Cométe de Halley en 1986. Jarnac et  Halbronn

 

   Le retour de la Cométe de Halley, tous les 76 ans, aura donné lieu à plusieurs publications tout comme le cinq centiéme anniversaire en 2003 de la naissance de Michel de Nostredame. Il nous a semblé intéressant de comparer deux d’entre elles, la notre, à l’invitation de René Pillorget, (in Actes du Colloque  La cométe de Halley et l’influence sociale et politique, octobre 1986) et celle  de Pierre Jarnac ( in Les Dossiers de l’Histoire n° 58) que nous citons d’ailleurs dans notre bibliographie. Qu’est ce qui distinguait ces deux entreprises bibliographiques ambitieuses et richement illustrées, l’une et l’autre,  de pages de titre ? Notre travail  s’intitulait  « Les variations d’impact des « cométes » en France. Etude bibliographique fin XV-fin XVIIIe siècles) lequel s’inscrivait dans le cadre de notre  Catalogue Alphabétique des Textes astrologique Français (qui paraitra en 1999 sur le site du CURA du regretté Patrice Guinard) Nous étions centrés sur la France et sur la période de l’imprimerie alors que  Jarnac avait adopté une approche plus ample dans le temps et dans l’espace. Notre approche était strictement chronologique et se voulait exhaustive. Jarnac  entendait suivre la Cométe de Halley dans la longue durée et jusqu’à nos jours.En  fait, notre approche mettait en évidence diverses passerelles entre les cométes et d’autres pans du corpus astrologique. »Au demeurant, écrivions-nous (p. 62), l’histoire des cométes, en France ne se superpose pas toujours aussi nettement  avec les  grands moments de l’Astrologie Française dans sa globalité, mais elle offre un modéle de recherche monographique applicables pour d’autres secteurs de l’Astrologie (à commencer par l’histoire des éclipses et des  grandes conjonctions) Que l’on songe à la littérature consacrée à Nostradamus ou plus généralement à la prophétie pour la même période de trois siècles et l’on notera que les paramètres déterminant des  « concentrations », des « avatars »  sont  autres et que,jusqu »à présent ils ne semblent pas avoir été identifiés si  tant  est  que des « concentrations » aient été proprement repérées »;  En cette même année 1986  nous faisions paraitre un texte sur « lLa pensée astrologique » en préambule de la réédition de l’Histoire de l’Astrologie de Serge Hutin (Ed Artefact) On était en début de phase « solsticiale »-Saturne passant sur l’axe Sagittaire Gémeaux-et nous ferions paraitre en anglais un important travail dans le cadre des Actes du Colloque de Londres que nous avions initié en 1984 au Warburg Institute.(Astrology Science and Society,  dir Patrick  Cuury, 1987) J. Halbronn, « The revealing process of translation and criticism in the History of Astrology », in Astrology, Science and History, Historical Essays, Dir . P.Curry, Woodbridge, Boydell, 1987.

 

=

 

 

JHB  10 12 22

 

Publié dans ASTROLOGIE, HISTOIRE | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn L’astrologie et les conflits sociaux comme moteur./vecteur cyclologique.

Posté par nofim le 23 septembre 2022

Jacques  Halbronn  L’astrologie  et les conflits sociaux comme moteur./vecteur  cyclologique.

 

    Nous voudrions dans le présent texte faire le point et la synthèse de nos travaux et recherches  en Astrologie EXOLS en partant des Saturnales.

 Notice  Wikipedia

  » Les Saturnales (en latin Saturnalia) sont, durant l’antiquité romaine, des fêtes se déroulant la semaine du solstice d’hiver (soit du 17 au 23 décembre) qui célèbrent le dieu Saturne et sont accompagnées de grandes réjouissances populaires. Durant cette période, les barrières sociales disparaissent, on organise des repas, échange des cadeaux, offre des figurines aux enfants et on décore les maisons, avec des plantes vertes, du houx, du gui et du lierre notamment. » Le lien avec la fête de Noël est assez évident.

  On peut dire que les Saturnales font pendant aux fêtes équinoxiales (axe  printemps/automne Paques (Pessah)/ Nouvel An  juif (Rosh haShana) actuellement à l’oeuvre. Une certaine confusion semble régner à ce sujet/

En effet, selon nous, la phase équinoxiale  serait marquée par un certain mimétisme caractéristique des Saturnales. II conviendrait donc, en ce sens, de célébrer les Saturnales sur l’axe équinoxial et non sur l’axe solsticial car la solsticialité, selon nos observations, entendrait mettre fin  à une telle mixité, voire à un tel « remplacement », thème marquant pour la période solsticiale que nous traversons actuellement (cf Zemmour et son « grand remplacement », typiquement anti-saturnales).

Selon nos recherches exposées sur ce blog notamment, les phases équinoxiales conféreraient une énergie mimétique aux femmes et sur un autre plan à la Gauche, en tant que vecteur de changement, de renversement social (cf notre brochure, il y a 28 ans, « L’Astrologie selon Saturne ». 1994 et 1995) A contrario, les phases solsticiales  rétabliraient un certain ordre social mis à mal par les phases équinoxiales, ce qui correspondrait à la Droite.   

On a vu que l’équinoxialité  suscitait des « pogroms » de plus ou moins grande ampleur, de l’Affaire Dreyfus à la Guerre des Six Jours,,  réagissant à la menace arabe  orchestrée par Nasser en 1967. en passant par la période nazie Inversement, en 1947 la création, avec l’aval de l’ONU d’un Etat « juif » sur une partie de la » Palestine » – en phase solsticiale, correspondrait à l’établissement d’un asile, d’un refuge pour les Juifs, à la sortie de la Shoah, organisée en pleine période équinoxiale. La Déclaration Balfour de 1917 promettant aux Juifs la constitution d’un « Foyer » (Jewish Home) s’inscrit trente ans plus tôt dans une autre phase de type équinoxial. En fait, c’est une telle alternance qui fonde l’astrologie. Comme nous avons pu le montrer dans « Un corpus sentimental  au prisme de la cyclologie saisonnière et des topiques sensorielles »  ‘à  paraitre sur la plateforme SCRIBD, les femmes ont tendance, en phase équinoxiale, à se fixer sur des hommes, dans le but de partager leur vie, d’y jouer un certain rôle, cette tendance fléchissant singulièrement dès l’avénement d’une phase solsticiale pour reprendre à la phase équinoxiale suivante. 

Il nous apparait qu’en phase solsticiale, les hommes et les femmes seraient moins motivés pour vivre ensemble; d’où une certaine homogénéité des groupes. Nous avons pu ainsi l’observer dans la série de café philos « macdo » que nous avons organisés et animés depuis quelques années, en phase solsticiale; où les femmes brillent par leur absence, les hommes se retrouvant entre eux et probablement réciproquement, du fait d’une certaine incommunicabilité viscérale. Mais dès que se présente une nouvelle phase équinoxiale, tout change « pour le pire comme pour le meilleur » et une grande quantité d’énergie nerveuse est dépensée du fait d’une telle promiscuité.

On aura compris que la phase équinoxiale  met en question, bouleverse  l’ordre solsticial et n’est ce pas justement le cas de ces saisons intermédiaires que sont le printemps et l’automne, en analogie avec l’aube et le crépuscule « entre chien et loup ».Infra horam vespertinam, inter canem et lupum?   La phase solsticiale a vocation à remettre les pendules à l’heure et chacun à sa place, tant dans la vie privée que publique. En ce sens, l’on comprend que la phase équinoxiale puisse être qualifiée de révolutionnaire au niveau rhétorique, le terme révolution  faisant d’abord sens au niveau astronomique. Même avec Pétain, en pleine phase équinoxiale, on parla de « révolution nationale », en 1940, ce qui correspond à l’esprit des Saturnales et l’on voit que Saturne indique ici une valeur « uranienne » qui aura été affectée à la nouvelle planéte baptisée Uranus, découverte en 1781, dans le cadre  d’une redistribution des affectations et attributions, tout comme le signe du verseau, initialement associé dans la Tétrabible, à Saturne au même titre que le Capricorne.. Il conviendrait de prendre conscience de la période actuelle au prisme de la solsticialité saturnienne, depuis le début de 2018 (jusqu’en 2025), l’équinoxialité apparaissant comme une démesure condamnable, sévérement jugée. Les camps de concentration   sont à l’image de cette équinoxialité aveugle qui ne tient plus compte de l’ordre social..

 

La phase solsticiale entérine  les divisions de sexe  et de race et consolide une certaine inégalité sociale. Mais le Livre de la Genése  va dans un sens équinoxial avec la présentation de la femme comme « aide » pour l’homme. En 1933, quand Hitler devient chancelier d’Allemagne,on est en phase solsticiale et il s’agira de séparer le bon grain de l’ivraie en raison du mélange équinoxial  weimarien/ En ce qui concerne la vie  astrologique francophone, en 1975, on est en phase solsticiale et nous fondons le  Mouvement Astrologique Universitaire (MAU) qui instaure avec ses Colloques  une enceinte élitique à l’échelle européenne, bien séparée de l’enseignement de l’astrologie assuré par notre Faculté Libre d’Astrologie de Paris (FLAP). En 2004, le grand congrès que nous organiserons en phase solsticiale sera une protestation contre le mélange des genres instauré par Yves Lenoble  et  Catherine Gestas  lors de  la phase équinoxiale précédente où cohabitent les éléves, les clients de astrologues sur une base pécuniaire.

 

 

 

 

 

 Annexes:

 

Jacques  Halbronn

 

UN CORPUS  SENTIMENTAL  AU PRISME DE  LA CYCLOLOGIE SAISONNIERE ET DES TOPIQUES SENSORIELLES.

 

 

 

Editions de la Grande Conjonction, 2022 

 

 

 600 pages environ

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avant- propos

 

 

 

 

Notre corpus est constitué d’archives personnelles s’étalant sur plus d’un demi-siècle, constituées d’une correspondance avec des femmes ainsi que  d’éléments d’un journal intime. relatifs  à  ce même domaine. Il s’agit d’un genre littéraire qui repose sur un vécu – la vie est un roman -et sur une mémoire s’inscrivant elle-même dans le temps. Tout y est marqué par  l’immédiateté du ressenti  et échappe au réchauffé.  Rappelons les Fragments d’un Discours amoureux de Roland Barthes ou l’œuvre de Marcel Proust,  notamment Un Amour de Swann,  sans oublier la récente parution concernant la vie  affective de  François Mitterrand (entre 1962  et 1995)  ou encore le  journal (Tagebücher) de  Kafka, obsédé par l’idée de mariage.( Journauxlettres à sa famille et à ses amis, traduits par Marthe Robert, Claude David et Jean-Pierre Danès, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1984).

 

Nous avons pensé qu’il serait intéressant d’appliquer à un ensemble  dont  l’élaboration n’était pas centrée sur une quelconque volonté de valider  un  double modéle, saisonnier  et sensoriel.

 

 

I  L’approche saisonnière. 

 

 

 Par cyclologie « saisonnière », nous entendons  une forme d’astrologie articulée sur les axes  équinoxiaux et solsticiaux, donc basée sur une analogie reliant la cyclicité planétaire  à celle du Soleil.

. Notre  grille a le mérite d’une  relative simplicité d’application. Exposons-en d’emblée les grandes lignes. De même que l’année se divise en Quatre Saisons,  tout comme d’ailleurs le cycle soli-lunaire ( Nouvelle Lune, premier quartier, pleine lune, second quartier), nous utiliserons le cycle de Saturne dont les composantes chiffrées recoupent celles de la Lune, ce qui donne des périodes de 28  ans chacune, alternativement qualifiées d’équinoxiales et de solsticiales, sur la base du passage de la planète Saturne au niveau  des axes des équinoxes et des solstices. Certes, d’entrée de jeu, l’astrologie apparaitra comme un fil conducteur mais il n’en reste pas moins que la grille que nous entendons appliquer ici ne saurait coincider avec le « corpus astrologique » en vigueur. Ce n’est pas par hasard que nous publions à présent ce corpus mémoriel, vu que la période actuelle, marquée au coin de la solsticialité, s’y prête. Enfin, l’idée que nous nous sommes faits de la question  juive aura pu sensiblement évoluer et il convient ici  de se situer dans une démarche diachronique et d’éviter de prendre l’ensemble comme un tout intemporel synchronique. Il s’agit au fond d’une expérience pilote de traitement d’un corpus étalé sur plusieurs décennies et qui pourrait susciter des émules. En tout état de cause, il s’agit d’une tentative de validation d’une approche proprement astrologique à partir d’un document dont la précision chronologique est l’interface nécessaire par excellence. L’astrologie que nous entendons ainsi valider implique l’existence d’un vécu collectif, d’un esprit du temps (Zeigeist) partagé, où ce que nous éprouvons fait écho , trouve son répondant chez l’autre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

II Les  topiques sensorielles

 

Par  « topiques  sensorielles »,  nous entendons  une référence aux « cinq sens » – vue, ouie, odorat, gout, odorat  en rapport avec les notions freudiennes de « ça »  et de « surmoi », ce qui nous sert à appréhender la dialectique du masculin  et du féminin, ce qui est évidemment au coeur de notre « corpus sentimental ». Selon nous, le ça   est marqué par une volonté de se soustraire au Surmoi, un besoin de libération, une forme de défoulement, de débordement. Pour les femmes,  cela affecterait, impacterait le  rapport à la vue et à l’ouie- ce qui est donné à voir, à montrer et à entendre ou faire entendre et pour les hommes la gestion des trois autres sens, sur un plan plus physique (cf notre publication « Astrologie Sensorielle » in revue Cosmopolitan, numéro de janvier 1976). Ce qui contribue à forger des « valeurs » différentes, d’où une certaine conflictualité entre les sexes. C’est ainsi que les hommes seront, entre autres, heurtés par un manque de tact, par  des propos intempestifs chez les femmes et les femmes se plaindront d’un harcellement physique, de viol, de la part des hommes. En effet, le ça des femmes se heurtera, se confrontera au Surmoi des hommes et vice versa.

 

 

Au fond, on assiste à la  naissance d’une sorte de  Don Juan, de Casanova, confronté  avec la « femme (fatale) de sa vie », celle qui le poursuivra, le troublera,  pendant plus de 30 ans, au milieu, au travers de ses conquétes successives – si tous les noms ont été changés, les textes sont  tous d’époque, sans retouche rétroactive. Comme dit le personnage incarné par Jean-Claude Brialy, dans le Genou de Claire, film d’Eric Roehmer, être amoureux d’une femme  donne des droits . En effet, aimer une femme, c’est en trouver la clef et révéler à chaque femme ce qui fait son charme.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  23 09 22

Publié dans ASTROLOGIE, HISTOIRE, POLITIQUE, RELIGION, SOCIETE | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Astrologie. les axes saisonniers servent à baliser le cycle de Saturne.

Posté par nofim le 9 septembre 2022

jacques  Halbronn   Astrologie. Les  axes saisonniers servent à baliser le cycle de Saturne

 

 Dans la série sur France Culture « Astrologie. L’éternelle tentation du Ciel », quelqu’un a soulevé l’argument des saisons en  prenant  délibérément le mot saisons au premier degré. Or, selon nous,  le découpage des 4 saisons  ne traite pas uniquement du point de vue météorologique mais vise à structurer, à baliser le Zodiaque en 4 périodes égales, soit 7 ans pour le cycle de Saturne. En ne comprenant pas  ce rôle central des axes équinoxiaux et solsticiaux, l’on commet un grave contresens, préférant baliser le cycle planétaire au moyen des 12  signes lesquels vont par ailleurs être dotés d’une symbolique peu ou prou saisonnière.

Mais précisément, pour certains historiens de l’astrologie, il s’agirait de découpler le Zodiaque et les saisons en insistant sur les constellations dites zodiacales portant le nom des signes,tout en signalant la précession des équinoxes au regard du point vernal,  ce qui est tout de même assez paradoxal. Mais l’on peut se demander si ces historiens contestent la légitimité de l’usage des signes, puisque dans la série en question, on entend un des intervenants -dans leur astrologie bashing concerté- soutenir que l’astrologie ne respecte pas la référentiel astronomique des constellations  en se référant au point vernal.! 

Au fond, tout le débat tourne autour de la nature saisonnière ou non du Zodiaque. Si le Zodiaque est saisonnier,  il devrait se limiter à une division en 4. Mais on nous explique que le 12 est un nombre très significatif, de par ses diviseurs sans d’ailleurs  toujours mentionner les 12 lunaisons comprises dans le cycle annuel  terrestre. Reste donc pendante l’origine du symbolisme zodiacal, véritable pomme de discorde. Il est vrai que l’on connait le tétramorphe (taureau-lion-aigle- homme) qui semble avoir été intégré au sein du dit symbolisme, soit une présence du 4. Les astrologues associent l’aigle au scorpion  et l’homme au verseau, ce qui donne 4 signes fixes, formant une « croix ».

Les astrologues affirment volontiers qu’il doit surement exister un rapport entre les signes zodiacaux et le cycle des saisons mais ils ne prennent même pas la peine d’aller voir du coté des « Livres d’Heures » et notamment des Très Riches Heures du Duc de Berry ( manuscrit conservé au Musée Condé,Chantilly). Cette question  du rapport Saisons-Zodiaque constitue un enjeu stratégique pour la compréhension et la description de la génése de l’Astrologie. Or, à plus d’un titre, la corrélation entre l’iconographie des saisons contenue dans les Livres d’Heures -sortes d’almanachs- et les signes -constellations du zodiaque fait probléme et cela tient à la corruption du dit symbolisme. Au lieu  de reconstituer le dit symbolisme dans sa cohérence première,  les historiens improvisés de l’astrologie, interrogés dans le cadre de la dite série- se contentent de ce qui nous est parvenu de par la Tradition astronomico-astrologique, ce qui leur permet de nier l’origine saisonnière du dit symbolisme et nous avons eu l’occasion dans divers textes, de montrer l’ampleur de l’altération subie. Cela ne devrait d’ailleurs pas trop étonner car pour les astronomes, on est là dans le registre d’un méta-langage dont la fonction n’est pas de signifier mais plus simplement de localiser, le zodiaque se trouvant ainsi instrumentalisé pour les seuls besoins de l’astronomie si ce n’est que pour les astronomes, interrogés dans cette série (cf Zarka,co- auteur du Que sais je sur l’astrologie (Ed PUF!)  les astrologues auraient l’obligation de rendre compte de la totalité du cosmos, les mettant ainsi en situation d’échec, concluant ainsi, dans la foulée,  à l’inanité de leur projet.

En conclusion, nous dirons que pour  porter un jugement sur l’astrologie, il conviendrait de la restaurer, de la reconstituer,comme le proposait un Bouché Leclercq (Astrologie Grecque, 1899) non poiut pour la valider mais d’abord pour déterminer sa véritable organisation interne en renonçant à un certain dilettantisme. Paradoxalement,  il serait bon de mener à bien une critique du savoir astrologique avant de se lancer dans une critique de l’Astrologie, telle qu’elle est pratiquée de nos jours.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  09 09 22

Publié dans ASTROLOGIE, HISTOIRE | Pas de Commentaire »

L’astrologie EXOLS L’ascension et la chute des grands hommes XIXe siècle

Posté par nofim le 5 septembre 2022

L’astrologie EXOLS  L’ascension et la chute des grands hommes  XIXe siècle.

Selon nous, l’astrologie EXOLS  que nous avions d’ailleurs au début appelé astrologie « charismatique », il y a deux ans et demi, serait le barométre de la cote des personnages  français remarquables, voués à être à certains moments au centre d’u groupe, d’une société, d’un ensemble, souvent d’ailleurs constitué autour de leur personne. En phase solsticiale, il y a ascension et en phase équinoxiale, chute. La Roche Tarpéienne est proche du Capitole.

.  Nous proposons ci dessous quelques sondages  (à partir  de The 200 Year Ephemeris.  (by Hugh MacCraig,   Ed Macoy 1940)

 

Napoléon Ier Les Cent jours

Notice Wikipedia

 » Les Cent-Jours sont la période de l’histoire de France comprise entre le retour en France de l’empereur Napoléon Ier, le 1er mars 1815, et la dissolution de la Commission Napoléon II, chargée du pouvoir exécutif après la seconde abdication de Napoléon Ier, le 7 juillet 1815«  

Saturne se place dans l’une des deux quartes solsticiales.(Capricorne-verseau-poissons)   C’est le « retour de l’exil de  l’Ile d’Elbe » et la remontée triomphale jusqu’à  Paris.  Quinze ans plus tôt, même configuration, en lion et non plus en verseau/ En 1802, Bonaparte devient « consul à vie ». Quand Beethoven apprend que Napoléon s’est fait sacré empereur, il débaptise sa troisiéme symphonie « Eroica »/ Or, en cette année 1804, Saturne passe en phase équinoxiale, qui est toujours  source de déception. 

 

Louis Philippe et la Monarchie de Juillet

 En 1830, ce descendant de la branche cadette d’Orléans devient « Roi des Français ». Saturne est en phase solsticiale, en lion. En 1848, Saturne se prépare à passer (avril  1849) sur l’axe équinoxial (cf  notre ouvrage, L’astrologie selon Saturne, Paris, 1994)   

 

Napoleon III Le Second Empire 

 

La Chute de Louis Napoléon Bonaparte, fait prisonnier à Sedan par les Prussiens  a lieu au cours de la phase équinoxiale automnale.(1870)

 

 

 Léon  Gambetta et le départ en ballon  octobre 1870

 

«  Adolphe Crémieux, ministre de la Justice, l’amiral Fourichon, ministre de la Marine et Glais-Bizoin, ministre sans portefeuille, ont été envoyés à Tours, où ils forment une délégation chargée de relayer l’action du gouvernement en province. La Délégation manque d’autorité alors qu’il faut organiser la guerre en province et lutter contre les mouvements communalistes, notamment dans le Sud-Est. Il apparaît donc qu’une personnalité plus forte est nécessaire à Tours. Gambetta, d’abord réticent, est sollicité par ses collègues ministres17 et le 7 octobre, il quitte Paris en ballon, accompagné de SpullerVictor Hugo, qui a assisté à ce départ, en livre un témoignage oculaire dans Choses vues. Gambetta arrive à Tours le 9 où il rejoint ses trois collègues »

Saturne  passe sur l’axe solsticial, au tout début de janvier 1871

 

Le  général  Boulanger  et le boulangisme

 

 Notice  Wikipedia

 

 

Phase solsticiale

« La tension est à son comble lorsque Boulanger se présente à Paris en remplacement de Hude, député décédé, sur un programme en trois mots : « Dissolution, révision, constituante ». Ses adversaires lui opposent le président du Conseil général de la Seine, Édouard Jacques. Le 27 janvier 1889, Boulanger obtient 244 000 voix contre 160 000 voix à son adversaire. Tandis que sa maîtresse, Marguerite de Bonnemains, dîne seule dans un salon voisin, Boulanger célèbre la victoire avec son état-major au café Durand, place de la Madeleine, où se rassemblent 50 000 personnes. Une partie de la foule le pousse au coup d’État en scandant « À l’Élysée ! ».  »

 

 

 

 

 

 

JHB  05 09 22

Publié dans ASTROLOGIE, HISTOIRE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Astrologie Exols La phase équinoxiale et l’ébranlement des grands leaders

Posté par nofim le 5 septembre 2022

 Jacques  Halbronn  Astrologie Exols  La phase équinoxiale et l’ébranlement des grands leaders

 

 Nous voudrions ici confronter notre modéle duel avec deux décennies du siècle dernier, les années 50 et 60  et mettre en évidence certaines difficultés d’appréciation criique, ce qui exige une certaine vigilance tant dans le diagnostic que dans le pronostic. Le chercheur doit prévoir et prévenir les remarques qui peuvent lui être adressées.

Quel est, au demeurant, en phase  équinoxiale, le point commun entre le Traité de Rome de 1957 et les affrontements liés à la situation explosive en Algérie en cette phase  équinoxiale? Est-ce la reconnaissance des différences ou au contraire leur dépassement? Or, c’est bien là le clivage majeur de l’astrologie EXOLS.  Selon nous, la construction de la CEE (future UE), réalisée avec les ennemis de la veille,  nous semble avoir été marquée par une certaine verticalité, avec une France censée  controler les puissances vaincues. De même, en Algérie,  l’inégalité entre les parties était assez patente et elle était plus ou moins assumée et reconnue.  L’échec de la CED, en 1954, marque les limites d’une politique d’intégration europénne:

 

Notice Wikiepesia:

« Communauté européenne de défense (CED) était un projet de création d’une armée européenne, avec des institutions supranationales, placées sous la supervision du commandant en chef de l’OTAN, qui était lui-même nommé par le président des États-Unis. Dans le contexte de la guerre froide, le projet, qui est esquissé en septembre-octobre 1950, ne devient un traité, signé par 6 États, que le 27 mai 1952. Ratifié par la République fédérale d’Allemagne (RFA ou Allemagne de l’Ouest), la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas, le traité instituant la CED sera rejeté par l’Assemblée nationale française le 30 août 1954 par 319 voix contre 264. »

 

Avec le passage en phase solsticiale, au début de l’année 1959, les clivages vont-ils s’estomper? On a les Accords d’Evian qui  concernent l’indépendance de l’Algérie, ancien département français, ce qui conduira de facto à une immigration algérienne vers la métropole mais aussi et d’abord celle des « pieds noirs », à commencer par les Juifs, déclarés « rapatriés » – formule assez étrange d’ailleurs.

Les années soixante seront, nous semble-t-il, marquées par un certain processus d’intégration, d’assimilation dont Eric Zemmour  (juif de Kabylie, naturalisé du fait du décret Crémieux  de  I870) été récemment le chantre. C’est aussi le début de la Ve République avec comme premier Président le général de Gaulle. 

Il reste que l’astrologie EXOLS  interroge la portée du processus européen. engagé dans les années cinquante, même si l’échec de la CED apporte un certain éclairage à ce sujet.  Rappelons qu’en 1956, l’on eut droit à l’affaire de Budapest mais aussi à la crise du  Canal de  Suez qui fit plier (et se replier) la France et l’Angleterre face à la menace russe. 

 Abordons la fin des années soixante avec la Guerre des Six Jours et le passage en phase équinoxiale en 1967, ce qui aboutit à une situation toujours en vigueur de nos jours avec le probléme palestinien lié à l’ »Occupation ». israélienne.

Rappelons les fondamentaux de ces deux phases en alternance: la phase équinoxiale s’adresse aux ensembles tandis que la phase solsticiale traite des personnalités « providentielles ».  On voit ainsi qu’en 1967, Nasser va perdre de son prestige.  On peut dire qu’en 1983, en pleine phase équuinoxiale, Mitterrand se verra déconsidéré – on le juge décevant – comme le rappelle  volontiers Michel Onfray alors qu’en 1978, il avait le vent en poupe même s’il ne gagna pas les élections. On notera qu’en 1968, Mitterrand, quinze ans plus tôt, n’avait pas été à son avantage.

 

Notice Wikipedia

« Le 28 mai 1968 (Miterrand) déclare : « il convient dès maintenant de constater la vacance du pouvoir et d’organiser la succession. » Cette déclaration est faite la veille du départ du général de Gaulle, parti consulter le général Massu en Allemagne112. Il propose le nom de Mendès France pour former le gouvernement provisoire et annonce qu’il est candidat à la présidence de la République, au cas où une élection anticipée aurait lieu. De Gaulle a en effet annoncé qu’il organiserait un référendum, et qu’il démissionnerait si le « non » l’emportait (une idée à laquelle le général a finalement renoncé). »

 

Notice Wikipedia

 Le « tournant de la rigueur » désigne le changement radical de politique économique, décidé en mars 1983 par François Mitterrand après l’échec d’une politique de relance keynésienne inspirée par le Programme commun et dans le contexte d’attaques contre le francJacques Delors, ministre de l’Économie, des Finances et du Budget, dans le gouvernement Pierre Mauroy  met en place une politique de rigueur à partir du 21 mars 1983, qui sera poursuivie par les socialistes. »"

Noticve  Wikipedia

« Israël s’empara rapidement du Sinaï et de la bande de Gaza contrôlée par l’Égypte, de la Cisjordanie occupée par la Jordanie et du Golan appartenant à la Syrie mais la propagande continua d’annoncer l’imminence de la victoire arabe pendant quatre jours224. Le 9 juin, Nasser apparut à la télévision pour informer ses concitoyens de la défaite de leur pays Il annonça sa démission plus tard dans la journée et céda tous ses pouvoirs au vice-président Zakaria Mohieddin qui n’avait pas été informé de cette décision et refusa la fonction Des centaines de milliers de partisans se rassemblèrent dans les rues de l’Égypte et de tout le monde arabe pour manifester leur soutien et refuser sa démissionNasser revint sur sa décision le lendemain »  Nasser  est ébranlé sur son piedestal.

Etrangement, cette période fut aussi fatale pour De Gaulle lequel quittera le pouvoir en 1969 après avoir été  désavoué lors du référendum proposé. La phase équinoxiale voit ainsi deux géants ébranlés. En 1953, Staline décédé en phase équinoxiale. En 1989, en phase solsticiale, Gorbatchev exerce, par son charisme, une influence certaine qui conduira à des changements géopolitiques majeurs.

   En 1916, la bataille de Verdun met Philippe Pétain au pinacle  Saturne est entré depuis peu en cancer, dans la quarte estivale solsticiale  En 1940, on est depuis 1937 en phase équinoxiale et Pétain va se discréditer, notamment  face à De Gaulle lequel en 1944 sera porté par une phase solsticiale.

 

 

 

 

JHB  06 09 22

Publié dans ASTROLOGIE, HISTOIRE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn L’Histoire de l’astrologie face au syncrétisme saisons-soli-lunaire

Posté par nofim le 4 septembre 2022

jacques  Halbronn   L’Histoire de l’astrologie  face au syncrétisme saisons-soli-lunaire. 

Le déclin de l’astrologie est essentiellement du à une certaine incurie de la part de ceux qui auraient du veiller sur elle et qui auront laissé se mettre en place une série d’incohérences. Nous avons déjà signalé  la confusion  entre prometteurs et significateurs qui n’aura pas été signalée par un Abraham Ibn Esra au XIIe siècle dans son Liber Rationum  (cf notre édition du Livre des Fondements, Paris, Retz, 1977, préface de G. Vajda) Mais une autre aberration aura échappe à la vigilance des historiens de l’astrologie ou en tout cas aura été occultée, c’est le différentiel entre le référentiel saisonnier  et le cycle soli-lunaire.   

La fête de Pâques illustre une telle confusion syncrétique puisqu’il s’agit d’ajuster la succession des 12  mois et la structure saisonnière à base 4.  La réforme pontificale  de 1582  visait d’ailleurs à tenter d’ajuster  les deux systémes. Mais l’astrologie pouvait-elle perpétuer une telle situation intenable? 

Certes,  dès lors que l’on signale que l’origine de l’iconographie des 12 signes du Zodiaque serait à rechercher dans la symbolique des saisons, l’on brouille allégrement les pistes.  En effet, la division en 3 de chaque saison est une pure fiction visant à sous tendre la division en 12 signes laquelle est fondée sur les rencontres solil-lunaires, qui servent de base au calendrier hébraïque, entre autres, chaque début de mois étant déterminé par une « nouvelle lune ». On rappellera l’existence du tétramorphe, lequel n’est point réductible à l’imagerie des saisons telle qu’elle est véhiculée dans les livres d’heures et autres almanachs (Kalendrier et Compost des Bergers)  Le tétramorphe avec notamment le lion,  n’a rien à voir avec les scénes de la vie rurale des Très Riches Heures du Duc de Berry. Le tétramorphe correspond comme son nom l’indique à une division en 4 qui est celles des Saisons.

Quid  de l’iconographie zodiacale, comment s’est-elle constituée? Nous dirons que c’est comme pour les centuries (100 quatrains par centurie à produire) nostradamiques une affaire de remplissage de cases.  On commande à des collaborateurs  de translater les 4  saisons en 12  secteurs tout comme d’ailleurs, l’on aura commandé, à une autre occasion, de translater le mouvement diurne à base 4 (Ascendant, Descendant, Milieu du Ciel, Fonds du Ciel) en 12 champs d’activité, de façon totalement artificielle.  On aurait aussi bien pu diviser en 8 ou en 16!

 Or, l’astrologie n’a nul besoin de telles divisions en 12 pas plus qu’elle n’a besoin de toutes les planétes du systéme solaire – et pas même de tout le septénaire – pour fonctionner.(cf l’Astrologie EXOLS). D’ailleurs, André Barbault en 1967, dans Les astres et l’Histoire, ne se sert des planétes qu’à partir de Jupiter et ignore la division zodiacale en lui préférant la structuration par le biais des aspects. 

 Mais soulignons le fait  que ces diverses approches déterminent des chronologies décalées les unes par rapport aux autres:  le fait de s’intéresser aux aspects entre planétes  ne coincide ni avec  le cycle soli-lunaire en 12 signes ou encore en 12 constellations (complétement déconnectées par rapport au cycle des saisons), ni  avec le passage d’un astre sur l’axe équinoxial ou sur l’axe solsticticial, sauf  ponctuellement par le fait du  hasard.  Notons que le cycle soli-lunaire reléve déjà en soi de la technique des aspects et que ce cycle aura inspiré l’émergence d’une astrologie combinant les planétes entre elles, ce qui n’est nullement le cas du cycle saisonnier pouvant être activé par un seul  et unique curseur comme on l’observe avec la tradition des « signes solaires », où les 12 signes sont pointés successivement par le Soleil.  Il est vrai que pour beaucoup d’astrologues, la notion de saison est inséparable du soleil au point qu’il y a là un obstacle épistémologique les empéchant d’admettre que le passage de Saturne, notamment, sur les axes équinoxiaux et solsticiaux, puisse faire sens, ce qui leur fait préférer la combinatoire planétaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  04 09 22

Publié dans ASTROLOGIE, epistémologie, HISTOIRE | Pas de Commentaire »

12345...39
 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs