jacques Halbronn sur sa double formation en cyclologie et en bibliographie

Posté par nofim le 26 novembre 2021

jacques  Halbronn   sur sa double formation  en cyclologie et en bibliographie 

 

 

 L’astrologie ne doit pas s’allier à l’Histoire mais à la Sociologie contrairement à ce que pensait un André Barbault, décédé en 2019 car l’Histoire offre une dimension anecdotique, epiphénoménologique qui ne reléve pas du champ  déterministe de l’Astrologie. L’Histoire introduit toutes sortes d’artefacts qui ne sont le plus souvent que des leurres qui font prendre les vessies pour des lanternes si bien que la recherche  astrologique aurait bien tort d’accorder trop d’importances à de telles représentations.

Pour notre part, nous revendiquons une double formation: d’une part, le goût des cycles, des récurrences et de l’autre, la conscience des contingences, des contrefaçons et d’ailleurs,  une grande part de notre cursus universitaire  aura concerné cette deuxiéme voie, notamment en ce qui concerne la bibliographie des Centuries nostradamiques et la dénonciation de fausses chronologies, d’où d’ailleurs nos disputes avec feu Patrice Guinard, décédé en 2021 (cf le Corpus Nostradamus,  site Cura.free.fr) lequel lui aussi avait exploré  les deux pistes en question. Mais, par ailleurs,  dans Clefs pour l’Astrologie, (Ed Seghers) ouvrage  paru en 1976, c’est bien de cyclologie qu’il s’agissait, notamment en Astrologie Mondiale, même si nous publiâmes en paralléle des travaux en Histoire de l’Astrologie et en Sociologie du milieu astrologique, tout en ayant conscience que ces deux orientations se complétaient mais aussi différaient considérablement, ce qu’André Barbault n’avait apparemment pas compris, lui  qui accorda trop d’importance à certaines constructions historiques telles que les « guerres mondiales », notion qui ne tient guère au niveau cyclologique.   

Il ne distingua pas, de son vivant, entre guerres civiles et guerres de conquête et préféra opposer guerre et paix, ce qui était partir d’un mauvais pied car il existe toujours un certain état de guerre si ce n’est que cela ne désigne pas un seul et même phénoméne.   La guerre civile est solsticiale alors que la guerre de conquéte est équinoxiale  selon la terminologie cyclique qui est la notre et le premier devoir du chercheur en astrologie est de distinguer ces deux cas de figure, sur un mode dialectique.  Quant à l’idée d’une astrologie qui désignerait des espaces spécifiques, comme l’a cru Barbault en associant le cycle Saturne-Neptune à la Russie, cela reléve d’une vision « histoire-géographie » de l’Astrologie, assez scolaire. L’Astrologie, bien au contraire, ne peut s’affirmer qu’en montrant qu’elle ne dépend pas d’une telle approche et qu’au même moment des situations proches peuvent se présenter dans des régions du globe bien différentes tout comme des situations comparables peuvent s’observer à des siècles de distance. Ne nous enfermons donc pas, astrologiquement, dans des temps et des espaces trop circonscrits  et adoptons une conception relativiste du monde. Enfin,  nous ne suivrons évidemment pas Barbault dans son discours sur la psychanalyse individuelle (cf De la psychanalyse à l’astrologie. Ed Seuil, 1961) car pour nous l’impact planétaire est vertical, il ne concerne au premier chef que le monde des chefs, des leaders et le ruissellement qui en découle, ce qui nous permet d’offrir une astrologie d’une grande simplicité  et non un kaléidoscope de type usine à gaz. Il est clair, pour nous, que l’astrologie a vocation  à gérer la Cité, ce qui implique qu’elle ait été accessible depuis des millénaires à la subconscience d’une élite, ce qui exclue ipso facto le recours à des astres restés sous les radars jusqu’à la fin du XVIIIe siècle au plus tôt. En ce sens, l’indice cyclique de Barbault qui prend en compte sur 5 planétes, 3 transsaturniennes, est anachronique et irrecevable, quelles que soient les coincidences que l’on puisse collecter à l’avenant.

 

 

 

 

Publié dans ASTROLOGIE, Bible, cyclologie, HISTOIRE, sociologie | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Epistémologie de l’astrologie: pour une alliance avec la Sociologie et avec la psychologie des leaders

Posté par nofim le 8 novembre 2021

Jacques  Halbronn   Epistémologie de l’astrologie: pour une alliance avec la Sociologie et avec la psychologie des leaders.

 

Selon nous, l’astrologie aura souffert de la décomposition des groupes. Paradoxalement, l’individualisme est fatal à la présence de l’astrologie et ce, en dépit de l’affirmation de la vocation de l’astrologie à appréhender la « personnalité » comme le prétend un Dane Rudhyar (Astrology of personality).

La seule personnalité qui entre dans le champ de l’astrologie est en effet celle des leaders lesquels n’existent que dans la mesure où des groupes se constituent et se défont cycliquement. Avec de la Psychanalyse à l’astrologie, André Barbault faisait fausse route tout comme d’ailleurs avec les Astres et l’HIstoire car ce qui intéresse l’Astrologie, ce n’est pas l’Histoire mais la Sociologie, ce qui n’est pas du tout la même chose car la sociologie met en évidence des constantes, des récurrences lorsque l’Histoire se perd dans l’aléatoire à moins qu’elle ne fasse justement appel à la sociologie. 

La prévision astrologique ne peut que s’articuler que sur du « déjà vu » et l’effet de surprise ne peut venir que d’un retour, d’un recommencement et certainement pas d’une fin des temps, d’un aboutissement  car avec l’astrologie, rien n’est jamais terminé. L’Ecclésiaste nous enseigne qu’il n’y a rien de nouveau sous le Soleil et qu’il y a un temps pour chaque chose. Il suffit d’attendre que la roue ait tourné. Rien ne s’arrête, ne se  fixe, ne se  fige une fois pour toutes. Résumons- nous: seule la personnalité des « Grands » ne fait sens pour l’astrologie car celle-ci impacte tout le monde car les membres de toute communauté dépendent du « destin » de ceux qui en prennent la « tête », le « chef » comme dans « couvre chef ». Une fois qu’une personne a montré sa capacité de chef, l’astrologue est en mesure de le conseiller mais il faut déjà que la personne soit « née » comme leader, que son leadership se soit révélé à elle, c’est à dire par ceux qui ont accepté de le suivre.

 

 

 

Publié dans ASTROLOGIE, HISTOIRE, POLITIQUE, PSYCHOLOGIE, sociologie | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn La vague des fédérations astrologiques internationales 1978-1982 à l’instigation du Mouvement Astrologique.(MAU) les antécédents et sa postérité jusqu’en 2002

Posté par nofim le 20 octobre 2021

 

PUBLICATIONS  DE LA BURA (Bibliothèque  Universitaire de Recherche Astrologique)

 

 

  La  vague   des fédérations  astrologiques internationales  1978-1982 à l’instigation du Mouvement Astrologique.(MAU), les antécédents  et  sa postérité  jusqu’en 2002 avec  la FAES  par  Jacques Halbronn, à partir des archives de la BURA.

 

 

Le 14  juin 1980,  fut signé  à la salle Bréa, Bd Carabacel, à Nice, un Acte constitutif adopté par trois associations,  le Mouvement Astrologique  Unifié MAU (France), l’Associazion Ligure di Astrologia  d’Alassio (ALDA) et l’Association « Ouranos » d’Athènes. Le document est signé  Jacques Halbronn, Vincenzo Bolia  et Theodora Dakou. En 1982, Theodora Dakou organisera à Athènes un congrès international auquel  Jacques Halbronn,  Guy Jourdan, Georges Dupeyron, Dani  Hermann (Israel) et Démosthénes Theoktistu (Salonique)ce dernier ayant participé à nos activités, à Paris et à Genéve en 1978-1980 (cf Guide de la Vie Astrologique, 1984)  entre autres, participeront. (cf le Guide de la Vie Astrologique . Paris, Ed Trédaniel, 1984). En ce qui concerne la postérité de la  FIMA, l »on note que le sigle sera  repris avec une  autre formulationt par une  Federazione Internazionale Movimento Astrologico qui tiendra  les 31 octobre  Ier novembre 1981 à Rome  un Io congresso internazionale di Astrologia e di scienze interdisciplinari avec pour secrétaire générale  Fernanda  Nosenzo (Milan). On s’y référe à la même  réunion niçoise avec des représentants  de la Grèce, de la France, de l’Italie et de la Turquie avec son siége à Milan. Nous avons quelque mal à comprendre le cours des événements. , avouons-le, d’autant que le terme « Méditerranée » a disparu de l’intitulé. Mais en  avril 1981, un congrès de la FIMA -au sens méditerranéen du terme- se tiendra  à Spoleto, à l’initiative de Fernanda Nosenzo et de Walter  Curzi. avec l’annonce d’une participation  de Theodora Dakou,  Maria Duval  de Dorsan et de Guy Jourdan, lequel sera présent en 1982 à Athènes(cf infra colloque de Saint Maximin 78).  En ce qui concerne la FIMA, la plupart des documents sont en italien, Le  Conseil   comportait les personnes suivantes:  Jacques Halbronn  et Dominique Devie, pour le MAU,  Vincenzo Bolia et Annamaria Savioli (ALDA), Theodora Dakou et Vicky Pajataki – (Ouranus). Il est indiqué que Fernanda Nosenzo est en charge des contacts avec la France, l’Espagne et l’Italie,  qu’Elena Panayatopoulos s’occupera de la Grèce et d’Israel  avec  Walter Curzi comme cooordinateur. Le siége de la FIMA est en Italie

 

 

 

 

En 1994, Halbronn organisera un Colloque en Israël, à petah Tikva mais il avait donné un séminaire à Tel Aviv en 1980; dans le cadre de l’association de Dani Herman.

 

Le 13 septembre de cette même année 1980, se constituera une Fédération Astrologique de Langue Française qui tiendra un congrès l’année suivante, à Luxembourg, avec pour signataires Charles Aubert, Jean Nicolas Scheuer, Jacques de Lescaut, Denis Labouré et Jacques Halbronn. Rappelons que le 11  décembre 1978, avait été constituée à Lille, une Confédération Internationale d’Astrologie  avec  Edith Wangemann, (RFA)  Jean Hoyoux (Belgique), Blanca Hernandez  (Espagne),Jacques  Halbronn (France)  Le Britannique Geoffrey Cornelus était également partie prenante à ce projet  tout comme Denis Labouré., Or, début septembre 78, à Paris, avait eu lieu un Congrès International  sur l’enseignement astrologique.Cela déboucha sur  un texte co-signé par Jacques  Halbronn, Olivier Peyrebrune, enseignant en  astrologie FLAP)  Alexander Ruperti (pour Al Morrison) et  l’Américain Richard Idemon, représentant Al Morrison (CAO). En 1981, le MAU tiendra un congrès à Londres, Avenue Road, dans les anciens locaux de l’ambassade du Cambodge.

On s’intéressera plus spécialement à l’impact de nos initiatives telles qu’elles seront reprises, poursuivies pour l’Europe du Sud  jusqu’à la fin du XXe siècle, donc sur deux décennies et cela vaut notamment pour l’Espagne et l’Italie. C’est ainsi que le Colloque de Saint Maximin  près  d’Aix en Provence qui se tint en juin 78 apparait comme un moment important avec la présence  de Blanca Hernandez Lupion  de l’ANAE de Madrid et   Walter Curzi , Fernanda Nosenzo.  Mais dès décembre 1975 nous avions  accueilli Adolfo Lopez de Barcelone lors de notre congrès en réponse au Manifeste des 186 de la revue The Humanist. Mais dès le Congrès de Reims de 1976, nous avions accuelli une délégation espagnole avec Ernesto Cordero, Adolfo Lopez,  Blanca Hernandez, au sortir de la période Franco. La revue Grande Conjonction dans les années 77-78 comportera un volet en espagnol. GRANDE CONJONCTION: REVUE INTERNATIONALE DU MOUVEMENT ASTROLOGIQUEUNIVERSITAIRE (M.A.U,) ET DE LA ESCUELA DE ASTROLOGIA CIENTIFICA ESPANOLA . (sur Scribd)Notons qu’Halbronn est à l’aise aussi bien en italien qu’en espagnol. En ce qui concerne Fernanda Nosenzo, elle sera très proche du COMAC (astrologie conditionaliste) de Jean Pierre Nicola et en fera la promotion dans sa revue, les Cahiers d’Aster Center. 

« Fernanda Nosenzo Spagnolo è corrispondente del C.O.M.A.C. (Centre d’Organisation des Methodes d’Astrologie Conditionaliste) ed è insegnante autorizzata da J.P. Nicola.

È Fondatrice e Presidente dell’ Aster Center Centro Studi di Astrologia e Discipline Correlate e nei Quaderni di Aster Center pubblica le ricerche e le opinioni di valenti studiosi. » En avril 79, à Nice, Giuseppe di Bartolo intrerviendra. Si l’on remonte à 1974, le Congrès de l’Hotal Méridien de l’ISAR (International Society for Astrologoical Research), avait réuni Federico Capone (Italie) et Rafael Lafuente.(Espagne) et avait réccompensé d’un prix « Jean Baptiste Morin »,  l’ouvrage de Lisa Morpurgo (trad. fr. Introduction à la Nouvelle Astrologie, Hachette) qui viendra aux colloques MAU  de décembre 75  tout comme Serena Foglia.(septembre 76 Paris). Un personnage sera très présent dans nos  divers congrès, des années durant, Adriano Carelli (alias André L’Eclair cf sa notice dans le Guide de la Vie Astrologique, 1984.    En 2000; Jose Fernandez Quintano participera au Colloque CURA MAU et en 2004, Ernesto Cordero nous rejoindra lors du grand colloque national du mois de novembre.Il nous faudrait aussi mentionner notre coopération  durable avec Fernand Schwarz (Nouvelle Acropole) et Laura Winckler, originaires d’Argentine avec notamment le congrès de 1978 sur l’Enseignement Astrologique qui se tint dans les locaux de la dite Association laquelle se chargea de l’impression de la revue Grande Conjonction (1977-1978)

Il nous faut à présent aborder une autre période, marquée par La Fédération d’Astrologie de l’Europe du Sud. (www.astrofaes.org) qui tiendra son second   congrès en 2002  à Montpellier. Nous avons assisté à ce dernier Congrès de la FAES 2002.  nous étudierons de plus près la FAES à la lumière de nos collections du Linguagio Astrale organe du CIDA, Centro Italiano di Astrologia. devenu Centro Italiano Discipline Astrologiche.  Nous notons qu’en 2002 ( hiver,n°129), la mention « Membro della Federazione Internazionale FAES/, dont le nom semble être lié au Langage Astral de Paul Choisnard. figure sur la page de titre de cette revue. On y trouve la traduction italienne de la communication d’André Barbault à Montpellier au » second congrès » de la FAES.le premier  ayant eu lieu  en Grèce, à Mikonos  en  juin 2000 (participation d’Yves Lenoble, Maurice Charvet et Francis Santoni. On reléve en 2002 le nom de  Dante Valente(Milan= dans l’organigramme de  la  revue semble avoir été la cheville ouvrière de la FAES. Il préside le CIDA depuis 1987, à la suite de Federico Capone et de Serena  Foglia.

Presidenti del CIDA sono stati l’Editore Federico Capone per 3 anni e la scrittrice Serena Foglia per 12 anni. Dal 1987 è Dante Valente , Biologo.

I rapporti con le Associazioni Estere sono cordiali, con frequenti scambi di lavori, visite e conferenze. Il CIDA ha aderito per l’Italia alla Federazione delle Associazioni Astrologiche dell’Europa del Sud (FAES)

 

On note que ces congrès de 2000 et 2002, à Mikonos et  à Montpellier,  auront eu lieu un quart de siècle après ceux de Saint Maximin, de Nice et d’Athènes (1982) que nous avions organisés dans un cadre méditerranéen. Mais on 

note également que deux ans après le Confrès FAES  de Montpellier se tiendra  le

super congrès d’astrologues  et non  « astrologique » – organisé à paris par Jacques Halbronn,  en l’absence des représentants de  la FDAF   et du CEDRA. mais avec la participation d’Yves Lenoble et de Fanchon Pradalier Roy de Montpellier (Universite) .En 2006, dans son Livre Blanc de l’astrologie, Halbronn remettra les choses en perspective. Il est vrai qu’entre temps, on était passé d’une phase équinoxiale à une phase solsticiale de Saturne.

Abordons, enfin, l’histoire du mouvement fédéral dans les années Trente du XXe siècle,  en nous servant de l’Anthologie de la Revue Demain, dir G.L Brahy (Ed CEBESIA 1976, pp; 335  et seq)

Article ‘Fondation d’une Fédération Internationale Astrologique des astrologues scientifiques » « La plus notable de ces tentatives a été faite en 1936, après le succés obtenu par le 3e Congrès International de Dusseldorf » salué par le chancelier  Adolf Hitler Les représentants étaient le suivants:  Pour la France, l e Colonel Maillaud, pour la Belgique, G. L. Brahy, pour la Hollande,  Mlle L. Keller, pour la Suisse  K. E. Krafft, pour le Luxembourg, E; Hentgés, pour les Etats Unis, R.de Luce  et pour l’Allemagne,  Dr Korsch. Pour l’Angleterre, deux candidats,  Tucker  et Gleadow. Le Dr Korsch  présiderait. Mais, dès le Congrè s de Bruxelles, en 1935, , le IIe Congrès Internationale  d’Astrologie Scientifiquqe, Bruxelles, la Société Astrologique de France (SAF) avait proposé, avait déjà été envisagé  une Fédération  Internationale des Sociétés Astrologiques du monde entier. Ci dessous, un communiqué: « Souhaitant qu’une collaboration de plus en plus étroite s’établisse entre les astrologues de tous pays, afin de mettre en commun à la disposition de tous les chercheurs une documentation aussi précise et aussi compléte que possible. Formant le voeu que les pouvoirs publics, la presse,, les hommes de science examinent les principes de l’astrologie dont les applications doivent rendre de grands services dans toutes les formes du domaine social. Décident de tenir des congrès internationaux aussi régulièrement que possible et en tout cas de se réunir  de nouveau à Paris, à l’exposition Universelle de 1937. Décident de communiquer les présentes résolutions à la presse »  Bruxelles, le 19 juillet 1935

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Annexe  Projet pour une Confédération Européenne d’astrologie. Lille, décembre 1978 (rédigé avec l’aide de Denis Labouré)

 

I Objectifs 

A Développer les activités astrologiques à l’intérieur des divers pays européens  en les coordonnant et en les suscitant

 B Elever le niveau de l’enseignement et de la recherche astrologique au moyen d’un systéme de diplomes adapté aux conditions historiques de chaque pays en préservant la nécessite  d’explorer de nouveaux champs de découverte

C Développer  la circulation de l’information issue des différents pays européens en insérant le Bullerin de la Confédération dans les revues existates pour promouvoir l’image de marque de l’astrologie européenne.

D Tenir des congrès confédéraux réunissant régulièrement les astrologues européens en vue de marquer les étapes successives du mouvement astrologique européen.

 

II Moyens

Chaque association , membre de la Confédération,  devra assumer l’un des quatre objectifs signalés ci dessus. L’organisation interne de chaque association sera mobilisée, pendant la durée de son mandat vers la réalisation de l’un d’entre eux 

 

III Procèdure:  Après signature du présent objectif, chaque délégué devra soumettre celui-ci aux structures dirigeantes de son association; Après accord, l’entrée définitive au sein de la Confédération  aura lieu. Seront considérées comme associations fondatrice celles qui auront donné leur accord dans les neuf mois à compter du jour de la signature (10 décembre 1978) Les associations non fondatrices devront suivre une procédure qui sera fixée ultérieurement par les services compétents de la Confédération.

 

 

IV

 Proposition de constitution d’un bureau provisoire de la Confédération

 

Sont réunis à Lille  les délégués de sept associations, venant de six pays différets ( Belgique,  France, Italie, Espagne, Grande Bretagne). On propose d’attribuer provisoirement les responsabilités des différents services de la Confédération comme suit:

 

Objectif  I

La charge de préparer le dossier des nouvelles candidatures, de susciter celles-ci, d’étudier la vie  astrologique dans les différents pays européens, revidendrait à l’Asociacion Nacional de Astrologos de Espana (ANAE, Madrid) ainsi qu’à une association italienne! En effet, ces pays  ont souffert d’un certain isolement par rapport aux centres principaux de l’astrologie européenne.

note: cela donnera vingt ans plus tard la création de la Fédération Astrologique de l’Europe du Sud (FAES). 

 

Objectif II

 

La charge d’enquéter sur la situation de l’enseignement  et de la recherche dans chaque pays de cette communauté europénne, de déterminer la nature des diplomes et des programmes de recherche adéquatts pourrait être  dévolue conjointement  à l’Institut National d’anthropocosmoloigie de Liége  et au Groupe d’Etude et de Recherche en Astrologie Scientifique et  humaine de Grenoble, deux associations qui  expérimentent  de nouveaux modes d’enseignement et de recherche.

 

 

Objectif III   

 

Il s’agit de la charge de rédiger le Bulletin confédéral  en rassemblant les informations transmises par les associations membres de la Confédération de façon à permettre le meilleur rayonnement de celle-ci par le canal d’un maximum d revues et de lahgues. Par ailleurs, cette responsabilité comprendra la constitution de dossiers sur les astrologues les plus éminents, dignes de constiuer une Académie d’Astrologie. On proposera à la Kosmobiosophische Gesellschafr (Revue Sein und Werden) et à l’Astrological Lodge (revue « Astrology ») cette chargee en raison de la qualité de leurs publications et du rôle de leurs pays pour la pensée astrologique contemporaine. 

 

 

Objectif IV 

 

La charge de préparer les congrès confédéraux sera affectée au Mouvement Astrologique Universitaire (MAU) qui a déjà organisé (à ce jour) douze congrès internationaux d’astrologie. Les congrès auront lieu – en l’espace de 12 mois- alternativement au Nord de  l’Europe (Angleterre, Allemagne, Belgique, nord de la France) et au Sud (Italie, Espagne, Sud de la France etc) les associations membres de la Confédération  devront envoyer au moins un délégué à chacun de ces congrès aux frais de l’association organisatrice; C’est lors de ces congrès  que les décisions principales relatives au fonctionnement  de la Confédération seront prises sur la base des dossiers constitués par les différents services confédéraux entre deux Congrès; Le premire congrès  européen confédéral pourrait avoir lieu en septembre 1979 dans un lieu qui reste à définir, Le MAU étant disposé à le tenir à Paris.

A propos de la constitution du Bureau Provisoire, au cas où plus de quatre associations refuseraient la répartition des tâches entre associations, les responsabilités seront assumées collectivement dans un premier temps jusqu’au premier congrès confédéral.

 

On signalera les observations de Geoffrey Cornelius  à ee propos en date du 10 décembre 78, lors du Congrès MAU de Lille. Nous traduisons la conclusion   de son « Statement with regard to the Four Propositions concerning the création of a « European Federation of Astrology » proposed by  J. Halbronn. « 

« Je crois, écrit Cornelius, que de nombreux astrologues anglais, membres de l’Astrological Lodge, seront en faveur de contacts plus étroits avec des astrologues « europeéns » (sic) mais je ne crois pas en une adhésion formelle actuellement. Cela pourra se faire par la suite. Cela dit, des échanges d’information et de cooperation au niveau des Congrès pourrait trouver une concrétisation dans l’immédiat. Malgré mes doutes,  j’encourage  la poursuite des buts avancés à long terme. Mais cela ne serait pas au nom de l’Astrological Lodge car je n’ai pas l’autorité pour ce faire. Je ferai un rapport à     la dite Lodge ».

 

On notera qu’en septembre  78, quelques mois avant le congrès de Lille auquel Geoffrey Cornelius avait participé, un texte sur l’enseignement astrologique  avait été finalisé à Paris, au congrès international sur l’enseignement: Prospects for the teaching  of Astrology. Resolution adopted by the Comission of Paris Astrological Conference (September  Ist-4th) organised by MAU (Mouvement Astrologique  Universitaire) and CAO (Congress of Astrolofica Organisations)

 

 

 

 

 

 

 

JHB 24 10 21

 

Publié dans ASTROLOGIE, HISTOIRE | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn et ses projets de reprints d’ouvrages astrologiques en 1983

Posté par nofim le 8 octobre 2021

Jacques  Halbronn  et ses projets de reprints d’ouvrages astrologiques en  1983

 

 

Nous retrouvons dans  nos archives une lettre que nous avions envoyée à Guy Trédaniel et qui mentionnait un programme de reprints.

Nous y  trouvons la liste suivante:

 

Pierre Bayle. Continuation des Pensées sur la Cométe (où la personne d’Eustache Le Noble  est évoquée)

Eustache Le Noble  « Uranie »

Claude Dariot   Introduction à l’astrologie  et Trois Discours

Auger Ferrier 

vignette simple

 

Advertissemens à M. Jean Bodin sur le quatriesme livre de sa République, par M. Augier Ferrier,… Autres advertissemens dudit Ferrier sur la loy Domus D. de legat. l.Paris : P. Cavellat, 1580

 

Jean  Bodin  La République.

Et on  y aborde aussi le reprint des petits volumes de l’équipe d’Alan Leo, traduits en français avant la Grande Guerre. Si ces voliumes paraitront  chez Trédaniel, ce ne sera pas le cas des autres. Denis Labouré fera paraitre en 1990l’Introduction de Dariot aux Ed. Pardés  En 2012 nous publierons une étude sur Dariot  dans la Revue Française d’Histoire du Livre (n°33).dans le cadre de Recherches autour de l’édition française du Splendor Solis (1612)

Quant à Eustache Le Noble, Patrice Guinard lui consacrera un article, dans Astralis, en 1987. En 1993, nous publierons chez Trédaniel  une édition d’Etteilla comportant une partie de l’Uranie de Le Noble. Quant à Auger Ferrier, nous lui avions consacré un DEA d’Etudes Anglaises en 1981 quant à la traduction qui avait été faite de ses Jugements Astronomiques (1550) au cours du XVIIe siècle. C’est en 1980 que nous avions commencé à écumer les bibliothèques et amorcé la constitution de notre CATAF (Catalogue Alphabétique des Textes Astrologiques Français, en ligne sur le site du CURA)

 

JHB   08 10 21

Publié dans HISTOIRE | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Enquéte sur l’élection de Jean Pierre Brach à un Chaire de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, 2002

Posté par nofim le 4 octobre 2021

 

Jacques Halbronn Enquéte sur l »élection de Jean Pierre Brach à une Chaire de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes en  2002

 

Lors de l’élection de Jean-Pierre Brach à la  chaire des Courants ésotériques au sein de l’EPHE  Ve section,  on a préféré la candidature de M. Brach à la notre et 20 ans plus tard, nous avons voulu mener une enquéte sur ce dossier.

Quel était donc le bagage de publications et de travaux universitaires de M. Brach à la date de la dite élection en comparaison  avec le notre. Tout semble s’être extraordinairement précipité et tourner autour  de Jean-Claude Margolin.(-décédé en 2013). – Directeur du Centre d’études supérieures de la Renaissance de l’Université de Tours (1978-1982). – Directeur de collection pour la librairie philosophique J. Vrin.

En effet, c’est dans ce Centre que Brach obtint quelques semaines avant la dite élection son Habilitation à diriger des recherches (HDR) nécessaire à la présentation de sa candidature à la dite chaire et c’est dans la collection chez Vrin qu’en  2001 Brach publié  son  Edition  des admirables  secrets des nombres platoniciens de  Guilllaume Postel  La publcation chez Vrin comporte un achevé d’imprimé en date de novembre 2001 ‘(quatrième  trimestre) soit fort peu de temps avant l’audition des candidatures et encore moins avant le dépot des dossiers de candidature.

. Par ailleurs,  Brach avait été . Maître de conférences à l’Université d’Etat d’Amsterdam (2000-fin 2002). On n’a pas trace avant 2002 d’un quelconque titre universitaire lié à un mémoire d’une certaine ampleur (maitrise, DEA, thèse de 3e cycle, thèse d’Université, thèse d’Etat, post-doctorat)  La chronologie des publications de  M. Brach dans les 20 années qui précédèrent sa candidature  se limite à la liste ci -dessous.

1981 une postface :  Ed du Livre de l’Estat et  Mutation  des temps de Richard Roussat

198 5 une   étude in L’Astrologie, in  Cahiers de l’Hermétisme; Ed Albin Michel

1994 La symbolique des nombres.  PUF

Dans les deux premiers ouvrages, Brach (né  en 1956) se référe d’ailleurs  abondamment à nos propres publications. En ce qui  concerne l’édition bilingue  de Postel, fin 2001 l’introduction rédactionnelle  comporte une vingtaine de pages, complétées par  des notes de bas de page tout au long de la traduction. Autrement dit,  lors d l’audition, le  rédactionnel  de Brach se réduisait à  moins de 300 pages étalées sur une vintraine d’années!

 

Le catalogue  général de la BNF nous renseigne et sa notice sur Wikipedia ne donne rien de plus avant la dite date de 2002 car il va de soi

qu’un candidat ne saurait être jugé sur des travaux qu’il n’a pas publiés, soutenus par la suite. Il suffit de comparer notre propre notice sur Wikipedia pour ce qui concerne la période allant jusqu’au début de 2002 pour apprécier la situation. Il est vrai que nous sommes né à la fin de l’année 1947.  Peut être notre tort aura-t-il été de fréquenter le milieu astrologique  et d’avoir publié certains ouvrages en dehors du champ universitaire. Mais dès 1979, nous avions soutenu sous la direction de Georges Vajda, dans la même section de l’EPHE une thèse qui paraitra en 1985 et le même  Vajda avait produit la préface de notre édition de deux traités  astrologiques d’Abraham Ibn Ezra. En 1999 , nous avions obtenu  le titre de docteur es lettres, nécessaire à la dite candidature pour Le Texte prophétique en France. sous la direction de Jean Céard  (parution aux Presses Universitaires du Septentrion) et nous préparions toujours à la dite section de l’EPHE un post doctorat (qui sera soutenu en 2007) sous la direction de Louis Le Chatelier. Par ailleurs, nous avions mis en ligne un Catalogue Alphabétiques des Textes Astrologiques Français (1999), été le commissaire de l’Exposition Astrologie et Prophétie/ Merveilles sans Images, à la Bibliothèque Nationale.en 1994 . Auteur de l’article Astrologie  de l’Encyclopaedia Universalis, à la recommandation de François Secret, qui avait précédé Antoine Faivre dans la dite chaire..  Nous avions publié en 1993 deux éditions critiques d’ouvrages  astrologiques  des XVIIe et XVIIIe siècles aux Ed. Guy Trédaniel/ La comparaison entre les deux dossiers était édifiante à plus d’un titre. Nous avions également publié en 1992-1995, chez le même éditeur un diptyque consacré à la Vie astrologique des XIXe et XXe siècles.

Il ressort qu’au prisme des publications vraiment significatives de Brach  dans les dix ans qui précédérent sa candidature et son élection, l’on ne trouve que le Que Sais Je sur la Symbolique  des Nombres  en 1994 – où il se présente comme «  »chargé de conférences » à l’EPHE,  (dans le cadre de la chaire d’Antoine Faivre auquel  il succédera en 2002)  et in  extremis son travail toujours sur la symbolique des nombres  à la veille de son élection, ce qui aura servi l’obtention de l’ HDR dans la foulée. On notera le champ relativement étroit du champ chronologique couvert par Brach et qui se limitait alors à la période de la Renaissance et à la production en latin alors qu’Antoine Faivre  avait traité notamment de la production de langue allemande et de périodes plus étendues dans le temps. On peut s’interroger sur le fait que Brach n’ait jamais  produit une thèse de doctorat stricto sensu et se soit cantonné dans un travail de traduction du moins  jusqu’à son accession à la Chaire des Courants Esotériques, ce qui ne nous semble pas justifier une habilitation à diriger des recherches.

Selon nous, une telle précipitation  signale que J. P. Brach  n’avait pas prévu de se présenter, qu’il aura été pris de court  et  qu’il sera en fait entré dans un plan qui n’était pas le sien et qui lui aura été soumis très tardivement.

 

JHB

04 10 21

 

 

Publié dans ASTROLOGIE, HISTOIRE, NOSTRADAMUS, prophétisme, symbolisme | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Astrologie mondiale . Crise des empires. Tout va de 15 ans en 15 ans : 1944-1960-1975-1989-2003

Posté par nofim le 30 septembre 2021

Jacques Halbronn  Astrologie mondiale . Crise des empires. Tout va de 15 ans en 15 ans : 1944-1960-1975-1989-2003

En 1975, nous avions donné une  communication  a congrès d’Ebertin, à  Aalen (Allemagne) sur Saturne et le Colonialisme . Plus de 40 ans après, ces deux  paramétres, Saturne et le Colonialisme  nous apparaissent comme la seule véritable clef de l’Astrologie Mondiale.  Mais un autre paramétre doit être mise en avant, à savoir le cycle de 15 ans  car c’est selon nus l’unité  astrologique de mesure. Toute tentative d’utiliser une durée plus longue est vouée à l’échec. Toute tentative ne présentant pas une dure récurrente est également à rejeter On pense évidemment au cycle Saturne Neptune de 36 ans ou à l’indice cyclique qui n’a de cyclique que le nom car il n’offre aucune récurrence numérique digne de ce nom.

Dans le présent  article, il est clair que le notion de Guerre Mondiale ressort complétement relativisée car  notre série 1944-1960-1975-1989  montre bien que 1944  n’est qu’un épisode comme un autre, et ne saurait justifier  de  configurations particulières.

Pour route personne  un tant soit peu au courant de l’Histoire contemporaine, ce quatuor de dates, de 15 ans en 15 ans,  correspond  à un processus de  retrait pour l’envahisseur.

1944   sonne la fin de la présence allemande en France, à la  suite du Débarquement « allié » et tout ce qui suivra jusqu’à la division de l’Allemagne en 1949.

1960  sonne la fin de la présence française en Algérie mais aussi la fin de l’Afrique Occidentale Française..(AOF) Mais cela correspond aussi à la construction du Mur de Berlin contre l’influence occidentale.

1975  sonne la fin  de la présence américaine au Viet Nam mais aussi le retrait en cette même année des Israéliens de la péninsule du Sinaï.

1989  sonne la fin de l’emprise russe en Europe Orientale mais aussi la dislocation en 1991  de l’URSS.

Bien  évidemment,  à cette série  « solsticiale »  fait pendant une série « équinoxiale » en sens inverse avec un processus d’occupation, de conquéte,. On pense à l’occupation de la Cisjordanie jordanienne lors de la Guerre des Six Jours   On pense à la Guerre d’Algérie qui témoignait d’un refus de la France de se retirer.

La phase solsticiale liée au passage de Saturne en cancer en 2003 correspond à la crise entre la France et les USA au sujet de l’intervention prévue en Irak. Ce sera notamment marqué par le discours du ministre des Affaires Etrangères Dominique de Villepin qui contraindra les USA à s’engager sans l’aval du Conseil de Sécurité de l’ONU, craignant le véto de la France et d’autres membres.

Actuellement le retrait  des Américains d’Afghanistan- en phase  solsticiale,  correspond à une nouvelle phase solsticiale, qui fait pendant, toutes proportions gardes avec leur retrait du Viet Nam en 1975.

Selon nous, le modéle que nous proposons  est dans la ligne, par sa simplicité de celui d’un Albumasar avec son cycle Jupiter-Saturne de 20 ans, articulé  sur les triplicités  alors que le notre l’est sur les quadruplicités. Sa théorie des Grandes Conjonctions aura donné une image favorable de l’astrologie des siècles durant  si bien que l’on peut raisonnablement penser que c’est la découverte d’Uranus en 1781 qui aura été le coup de grâce pour l’astrologie.

Comment se fait-il alors que les astrologues français d’aujourd’hui ne saluent nos travaux comme il convient? Cela tient au fait qu’ils ont encore  du mal à reconnaitre, à admettre qu’André Barbault  a fait fausse route. Les astrologues ont toujours préféré les attaques aux réformes.

 

 

 JHB

30 09 21

 

Publié dans ASTROLOGIE, HISTOIRE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Patrice Guinard et son scoop sur l’astrologie à la fin du XVIIe siècle.

Posté par nofim le 15 septembre 2021

Bulletin  de la BURA (Bibliothèque  Universitaire de Recherche Astrologique)

Jacques  Halbronn  Patrice Guinard  et son « scoop » sur l’astrologie à la fin du XVIIe siècle.

 

En 1987, Patrice Guinard  publiait dans la revue Astralis un texte intitulé  »Apogée de l’astrologie française à la fin du XVIIème siècle » (in Astralis, 19, Lyon ».  Par la suite, on lira de lui sur son site du CURA, créé en 1999,   l’étude suivante  « Eustache Lenoble (1643-1711): Un Bilan sur l’Astrologie à son déclin (Avec des extraits de son Uranie, ou les Tableaux des Philosophes). » On notera le contraste entre les deux intitulés: apogée et déclin. Guinard  tirait son savoir de la fréquentation depuis 1983  de notre Bibliotheca Astrologica (renommée depuis Bibliothèque Universitaire de Recherche Astrologique). En 1993, nous avions publié un travail consacré notamment à notre  d’une réédition  partielle de son Uranie de 1697  en 1785,  par Etteilla  (L’Astrologie selon le Livre de Toth,  suivi de nos  Recherches  sur  l’Histoire de l’Astrologie et du Tarot, Ed Trédaniel, La grande Conjonction,) Il ne semble pas que Guinard ait mentionné  à l’époque (notamment en 1987) dans ses études ce qu’il nous devait dans la connaissance de l’Uranie de Lenoble, ce qui est pour le moins discourtois. Un geai paré des plumes du paon.

Or, on est surpris de noter que Guinard qui n’a pas à  son actif le mérite d’avoir retrouvé la trace de l’Uranie d’Eustache Le Noble n’ait pas au moins pris la peine d’examiner la situation de l’astrologie en 1697 lors de la parution de l’ouvrage en question dont l’intérêt tenait notamment au fait qu’il paraissait 30 ans après le fameux édit de Colbert dont les histoires de l’astrologie ont fait leur point d’orgue, des décennies durant.  Cela dit, parler d’apogée avec  Le Noble est tout à fait abusif car Le Noble  choisit plutôt de faire profil bas à la différence des rodomontades d’un Jean Baptiste Morin,  un demi siècle auparavant.

Pourtant, il aurait suffi à Guinard de prendre connaissance  du travail  de Renée Simon, qui fit d’ailleurs l’objet d’une thèse d’Etat dans les années 1940. (cf  le compte rendu de Paul Leulliot   en 1949  dans les Annales :Renée Simon, Un révolté du Grand Siècle: Henri de Boulainvillers. Il aurait découvert qu’en 1696, un an avant  la parution de l’Uranie de Le Noble, le Comte de Boulainviller, avait rédigé un Essai de justification de l’astrologie judiciaire, que reproduit et commente  Renée Simon. Une comparaison entre le ton de Le Noble et celui du compte aurait eu  certainement  toute sa place , notamment autour de la question des « objections »

Rappel de quelques  publications  de Renée Simon:

A la recherche d’un homme et d’un auteur. Essai de bibliographie des ouvrages du Comte de Boulainviller (1941)
Les éditions du Nouvel Humanisme ont publié les oeuvres astrologiques de Boulainviller.
Pratique abrégée des jugemens astronomiques sur les nativités]. [Henri Boulainvilliers, comte … Publisher: Garches,   1947

 et

Astrologie mondiale, histoire du mouvement de l’apogée du soleil, etc … R.Simon, Garches, Éditions du Nouvel humanisme, 1949, in8°.
 Ces ouvrage datant de 1711  et 1717 ne furent pas imprimés et ils  furent conservés à la Bibliothèque Municipale d’Angouléme, où vécut un certain temps Patrice Guinard.

On notera d’ailleurs que Renée Simon, de son côté ne mentionne pas l’Uranie d’Eustache Le Noble, baron de Saint Georges mort une dizaine d’années avant le comte de Boulainviller. Elle s’était pourtant intéressée à Pierre Bayle. Or, c’est la lecture de Bayle dans ses Pensées sur la Cométe qui nous avait conduit à Le Noble.

 

Selon nous, les personnes peu aptes à mener des recherches  poussées , extensives  et de longue halaine,  en bibliothèque – ce qui aurait produit notamment notre CATAF, en ligne sur le site du CURA de  Patrice Guinard- depuis 1999 devraient au moins  compenser par une approche aussi compléte que possible des travaux existants pour une période donnée  et par une certaine effort de synthèse. En fait, Patrice Guinard ne saurait se présenter ni comme seiziémiste ni comme dix septiémiste qu’il n’est que d’occasion, par le biais de Nostradamus et d’Eustache Le Noble et dont il n’a pas la surface.

 

 

 

JHB

15 09 21

Bibliographie de certaines de nos études!

« Yves de Paris, un capucin astrologue

 Le dominicain Jean Giffré de Réchac et la naissance de la critique nostradamique au XVIIe siècle

nostradamus Post Doctorat 2007.  https://www.scribd.com/document/358744723/Post-doc-Halbronn-Last

“L’Empire déchu ou l’Astrologie au XVIIe siècle”, Paris, Politica Hermetica, n° 11. (1998.1)

  Jacques Halbronn  Bilan de son activité dans le champ de la bibliographie astrologique et prophétique depuis 1986 (édition augmentée)

Publié dans ASTROLOGIE, HISTOIRE | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn La version de la maison d’Israel de l’édit de Cyrus, dans le Deutéro Isaïe

Posté par nofim le 13 septembre 2021

Jacques  Halbronn  La version de la maison d’Israel de l’édit de Cyrus, dans le Deutéro Isaïe,ouvrage signalé par la critique biblique comme ayant été « complété » par une addition en ses derniers chapitres, comme on le trouve également à propos des éditions successives des Centuries de Nostradamus.

 

Nous  étaierons notre thèse selon laquelle l’Ancien Testament aurait été, sous la forme qui nous en est parvenue, l’oeuvre de transfuges de la Maison, du Royaume d’Israel. On note la mention  « moi le Dieu d’Israel » puis « à cause de mon serviteur Jacob, d’Israel, mon élu. »

 

 

Isaïe 45, 1-4 ; 8

Ainsi parle le Seigneur à son messie, à Cyrus, qu’il a pris par la main pour lui soumettre les nations et désarmer les rois, pour lui ouvrir les portes à deux battants, car aucune porte ne restera fermée : Moi, je marcherai devant toi ; les terrains bosselés, je les aplanirai ; les portes de bronze, je les briserai ; les verrous de fer, je les ferai sauter.
Je te livrerai les trésors des ténèbres, les richesses dissimulées, pour que tu saches que Je suis le Seigneur, celui qui t’appelle par ton nom, moi, le Dieu d’Israël.
À cause de mon serviteur Jacob, d’Israël mon élu, je t’ai appelé par ton nom, je t’ai donné un titre, alors que tu ne me connaissais pas.
Cieux, distillez d’en haut votre rosée, que, des nuages, pleuve la justice, que la terre s’ouvre, produise le salut, et qu’alors germe aussi la justice. Moi, le Seigneur, je crée tout cela.

 

 

Ce texte entendait, selon nous, se substituer à l’énoncé du véritable documents

 

 

Edit de Cyrus (2 Chroniques 36.22-23)

22 La première année du règne de Cyrus sur la Perse, l’Eternel réveilla l’esprit de Cyrus, roi de Perse, afin que s’accomplisse la parole qu’il avait prononcée par Jérémie, et celui-ci fit faire de vive voix, et même par écrit, la proclamation que voici dans tout son royaume:
23 «Voici ce que dit Cyrus, roi de Perse: L’Eternel, le Dieu du ciel, m’a donné tous les royaumes de la terre et m’a désigné pour lui construire un temple à Jérusalem, en Juda. Qui parmi vous fait partie de son peuple? Que l’Eternel, son Dieu, soit avec lui et qu’il y monte!» Segond 21 Copyright © 2007 – 2021 Société Biblique de Genève

Pas question ici d’Israel mais de Juda et de Jérusalem  et de son templs. . Selon nous, la mention d’Israel  aura été substituée à celle de Juda.
Le   dernier verset du chapitre d’Isaie nous donne la clef en se référant aux « descendants d’Israël »   Kol zéra Israel: toute la semence d’Israel.
ה בַּיהוָה יִצְדְּקוּ וְיִתְהַלְלוּ, כָּל-זֶרַע יִשְׂרָאֵל. 25 En l’Eternel seront justifiés et glorifiés tous les descendants d’Israël. »
Parmi ces « descendants » on trouvera certainement  de nombreux Chrétiens que Jésus entendait réintégrer sur un pied d’égalite avec les descendants de Juda. Il reste que l’intégration de l’Ancien Testament dans la Bible chrétienne tient certainement  à une telle « parenté ».
Revenons  sur   Chroniques II  On y trouve la notion d’Alya au dernier verset de Chroniques II
כב וּבִשְׁנַת אַחַת, לְכוֹרֶשׁ מֶלֶךְ פָּרַס, לִכְלוֹת דְּבַר-יְהוָה, בְּפִי יִרְמְיָהוּ–הֵעִיר יְהוָה, אֶת-רוּחַ כּוֹרֶשׁ מֶלֶךְ-פָּרַס, וַיַּעֲבֶר-קוֹל בְּכָל-מַלְכוּתוֹ, וְגַם-בְּמִכְתָּב לֵאמֹר.  {ס}  22 Dans la première année de Cyrus, roi de Perse, à l’époque où devait s’accomplir la parole de l’Eternel, annoncée par Jérémie, l’Eternel éveilla le bon vouloir de Cyrus, roi de Perse; et celui-ci fit proclamer, dans tout son royaume, par la voix [des hérauts] et aussi par des missives écrites, ce qui suit.
כג כֹּה-אָמַר כּוֹרֶשׁ מֶלֶךְ פָּרַס, כָּל-מַמְלְכוֹת הָאָרֶץ נָתַן לִי יְהוָה אֱלֹהֵי הַשָּׁמַיִם, וְהוּא-פָקַד עָלַי לִבְנוֹת-לוֹ בַיִת, בִּירוּשָׁלִַם אֲשֶׁר בִּיהוּדָה:  מִי-בָכֶם מִכָּל-עַמּוֹ, יְהוָה אֱלֹהָיו עִמּוֹ–וְיָעַל. {ש} 23  »Ainsi parle Cyrus, roi de Perse: L’Eternel, Dieu du ciel, m’a mis entre les mains tous les royaumes de la terre, et c’est lui qui m’a donné mission de lui bâtir un temple à Jérusalem, qui est en Judée. S’il est parmi vous quelqu’un qui appartienne à son peuple, que l’Eternel, son Dieu, soit avec lui, pour qu’il monte!… »
Insistons par ailleurs sur les origines du « Ecoute Israel » récité à tort ar les Juifs comme  un texte sacré. Ouvrons le Livre d’Ezékiel et l’on sera fixé. C’est dire que l’Ancien Testament est en quelque sorte coupé en deux, un Pentateuque à la solide de la maison d’Israet et les livres des Prophétes qui  mettent en cause la dite maison d’Israel.  Cela n’est pas sans faire penser aux Centuries de Nostradamus dont le premier volet est du côté des Catholiques de la Ligue et le second au service de la cause dy futur Henri IV, un réformé  qui devra se convertir in extremis: « Paris vaut bien une messe ». A l’époque de l’édit de Nantes, en 1598, va régner pendant quelques décennies – jusqu’à la révocation du dit Edit de Nantes en 1685 une sorte de modus vivendi.

LIVRE D’EZEKIEL

01 Le Seigneur me dit : « Fils d’homme, ce qui est devant toi, mange-le, mange ce rouleau ! Puis, va ! Parle à la maison d’Israël. »

02 J’ouvris la bouche, il me fit manger le rouleau

03 et il me dit : « Fils d’homme, remplis ton ventre, rassasie tes entrailles avec ce rouleau que je te donne. » Je le mangeai, et dans ma bouche il fut doux comme du miel.

04 Il me dit alors : « Debout, fils d’homme ! Va vers la maison d’Israël, et dis-lui mes paroles.

JHB
13 09 21

Bibliographie

Marc  Vienot  Cyrus et le livre d’Isaïe Annuaires de l’École pratique des hautes études  Année 1998  107  pp. 551-553

 

 

Publié dans Bible, HISTOIRE, judaîsme, Juifs, RELIGION | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Antoine Pluche et la méthode en histoire régénérative

Posté par nofim le 13 septembre 2021

 

 Bulletin  de la BURA (Bibliothèque  Universitaire de Recherche Astrologique)

 

 

jacques  Halbronn    Antoine Pluche  et la méthode en histoire régénérative

 

Par  histoire régénérative, nous entendons une méthode visant à restituer un document « dégénére »  dans son état premier, en remontant du complexe vers le simple/

 

 

En 1740,  Antoine  Pluche (1688-1761) publie  une Histoire du Ciel (cf reprint  BNF  1977)   qui sera complétée par le Spectacle  de  la Neture..  On y trouve de fort judicieuses réflexions à l’intention de l’historien  des traditions dont nous reproduirons ici quelques passages et don bien des chercheurs devraient prendre de la graine. Extrait de son chapitre  sur ‘l’origine de la semaine »

« On commence par le simple (.) Le simple se charge ensuite, se défigure (..) il s’altère par  des additions, par des broderie, par des commentaires »

« Tous les peuples (…)ont horriblement défigur » cette simplicité  majestueuse en chargeant sans fin la créance  d’opinions  fausses et le cérémonial de pratique superstitieuse.

« Nous suivons donc la nature  & l’expérience  quand  nous remontons du composé au simple

Ce ne fut que long temps après la naissance de ces nouveaux dieux qu’on s’avisa de leur assigner des places dans les planétes »

Pluche  rappelle que Moise avait instauré avec le Décalogue le Shabbat.  Mais  en cela, il ne tient pas compte de la critique biblique qui remet en question l’authenticité de certains textes et de certaines attributions;

 

 

Dans le collectif  » Écrire la nature au XVIIIe siècle [Texte imprimé] : autour de l’abbé Pluch »e / Françoise Gevrey, Julie Boch, Jean-Louis Haquette, dir.

( Paris : PUPS, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, DL 2006) la dernière partie est consacrée à l’Histoire du Ciel, parue après le Spectacle de la Nature On notera un texte reliant Pluche à Court de Gébelin (Monde Primitif, volume sur les fables,  1771) et Charles Dupuis (Origine des Cultesà  par A. M. Mercier-Faivre) et l’on notera l’intérêt que Pluche portait aux questions d’ordre linguistique, ce qui est également notre cas  (cf son   troisiéme opus La mécanique des langues), cf  également

Nadine Vanwelkenhuyzen  Langues des hommes, signes des dieux: Fréret et la mythologie · · Corpus: Revue de philosophie 29:63-73 (1995).

M. Davif. La notion de fétichisme chez Auguste Comte  www.persee.fr › doc › rhr_0035-1423_1967_num_171_2_8486

Brian  Juden, Traditions orphiques et tendances mystiques dans le romantisme français (1800-1855). Front Cover.  Slatkine, 1984 -
En fait, il nous semble  que la méthode  « régénérative » de l’abbé Pluche n’avait pas encore pleinement décrite et que plus généralement,  cette méthode n’aura pas encore  impacté suffisamment jusqu’à maintenant  la recherche historique.

 

JHB

13 09 21

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE, génie, HISTOIRE, judaîsme, LINGUISTIQUE, NOSTRADAMUS, prophétisme, théologie | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Epistémologie. La preuve et la démonstration: deux approches de la « Science »

Posté par nofim le 2 septembre 2021

Jacques  Halbronn : La preuve et la démonstration : deux approches de la  « Science »

 

Que penser de celui qui demande des « preuves » de ce que l’on avance? Est ce de sa part un signe de rigueur ou bien dune certaine impuissance à penser par soi même? La plupart de ceux qui s’occupent d’Histoire nous semblent appartenir à ces chasseurs de preuves., quitte à les fabriquer ou à se voir berner par la production de oontrefaçons. Ils sont aisément victimes de supercheries littéraires puisqu’ils ne sont pas en mesure de développer une argumentation critique de qualité.

A l’opposé de ces amateurs de « preuves » tangibles, nous trouvons le monde des « vrais » scientifiques  qui sont sensibles à la force des arguments apportés quand bien même n’y aurait-il pas de « preuve » de ce qui est avancé. Les gens de la preuve parleront alors de « spéculations », ce qui sera, dans leur bouche, l’annonce d’une condamnation sans appel. Entre ces deux populations, c’est un dialogue de sourds  et il est recommandé quand on opte pour un directeur de thèse de savoir sur quel pied danser car cela risque fort sinon le pourrissement de la relation, du fait d’une certaine incompréhension mutuelle, chaque protagoniste étant déçu par l’autre. L’homme de la preuve attendait que l’on s’en tienne aux « faits », aussi invraisemblables soient ils  alors que l’homme de la « demonstration »  exigera que l’on évite les invraisemblance au regard d’un certain  « bon sens  » (Descartes) s aussi renseignées soient-elles.

Dans le cas des études nostradamologiques ou dans celui des études ptolémaiques, au regard de l’étude des textes,  il y a ceux qui ont une approche « factuelle » et apologétique  et ceux qui préconisent une méthode archéologique et critique si bien que les uns et les autres resteront sur leurs positions indéfiniment parce qu’il leur manquera toujours quelque chose chez leur interlocuteur.

Selon nous,  les tenants des « preuves »  ont fort peu confiance dans la « raison » raisonnante qui interroge les données disponibles pour les dépasser et les transcender. Ils se soutiennent entre eux dans leur résistance aux « thèses » qui « vont trop loin »,  comme pour un nageur qui se tient à distance du bord, de la rive. Ils attendent LA preuve « irréfutable », le document  « imaginé » par les gens de la démonstration  et dont ils font le pari qu’il n’existe pas et qu’ils n’auront donc pas à se plier face à un « raisonnement ». On retrouve là la dialectique déduction/induction.

Dans les deux corpus évoqués, celui de Nostradamus et celui de Ptolémée, l’un touchant au prophétisme astrologique , l’autre aux rapports astrologie.astronomie, les hommes de la « démo »  pourfendent les constructions des  « faussaires », imitant les quatrains des almanachs de Nostradamus, et rédigés dans le contexte de la Ligue face au futur Henri IV alors que les tenants de la « preuve » ne veulent pas croire à une telle imposture et n’entendent pas se contenter d’arguments « spécieux ». Pour cc qui est de Ptolémée, le débat que nous avons lancé depuis peu vise à déconstruire le dispositif des Dignités planétaires figurant dans la Tétrabible en montrant que le dit dispositif ne peut qu’être une version tardive, altérée, quand bien même ne retrouverait-on pas la dite  présentation  reconstituée selon une argumentation  structurelle et  géométrique. Pour les gens de a démonstration, la « raison » prime sur les  « traces », les « ruines »,  qui nous sont parvenues.

Dans le domaine linguistique, il est tout à fait légitime de vouloir reconstituer des états antérieurs d’une langue, quand bien  même nous ne disposerions point de l’accés direct  au stade en question  mais à des additions et à des altérations. En ce sens, nous sommes passés progressivement de l’Histoire des deux derniers millénaires à  leur « préhistoire » à reconstituer et à restituer, ce qui correspond à cette dialectique de la preuve et de la démonstration

Comme on l’a dit, d’entrée de jeu, les historiens  appartiendraient plutôt au type « preuve » qu’au  type « démo » alors que dans le domaine de des sciences dites dures, la qualité de l’argumentation, son élégance -selon le rasoir d’Occam- est  honorée et applaudie.  On a bien là la manifestation de deux « tempéraments », de deux modes de fonctionnement cérébral, que l’on retrouve dans nos travaux en anthropocosmologie., à savoir  que tantôt la mémoire ( solsticialité) est suractivée et tantôt c’est l’intelligence (équinoxialité). Mais d’un point de vue cyclique, nous pensons qu’il y a alternance de ces deux modes de pensée et qu’il est vain d’aller à contre-courant d’une « mode » tendanst à être consensuelle, pour un temps donné..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB

02 09 21

Publié dans anthropocosmologiz, Bible, HISTOIRE, RELIGION, SCIENCE, sociologie | Pas de Commentaire »

12345...37
 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs