jacques halbronn Nouvelle approche de l’antisémitisme au prisme de la cyclologie EXOLS

Posté par nofim le 12 janvier 2023

jacques  halbronn  Nouvelle approche de l’antisémitisme au prisme de la cyclologie EXOLS

 

 

    Nous avons remarqué depuis un certain temps à quel point le rapport à la question juive  était marqué par quelque forme d’ambivalence et d’ambiguité, voire de contradiction. Par ailleurs, nous avons récemment souligné l’instrumentalisation de l’étranger par les sociétés aux fins de s’organiser; En fait, l’étranger par excellence ne serait-il pas justement le Juif? En cela, le lien entre astrologie et judéité prendrait une autre dimension qui nous avait en partie échappé jusqu’ici  (cf notre ouvrage Le Monde juif  et l’astrologie. Histoire d’un vieux couple.  Ed Arché, 1985)

Au fond, de façon subconsciente, l’humanité aurait une perception singulière de la présence juive  au monde tout comme d’ailleurs de la présence d’un astre comme Saturne (cf  L’astrologie selon Saturne, Ed La Grande Conjonction, 1994-95), les deux informations étant quelque part à connecter. C’est l’astrologie qui prouverait in fine le fait juif  et vice versa, ce qui implique une dualité propre à l’alternance des phases d’équinoxialité et de solsticialité. Reconnaissons que la question juive est aussi complexe à appréhender que celle de l’astrologie. Dans un cas comme dans l’autre, nombreux sont ceux qui tendraient vers un certain négationnisme : l’astrologie serait une fiction et le fait juif une invention, ne résistant ni l’un ni l’autre à une approche « scientifique ». 

Nous dirons qu’en phase équinoxiale, le Juif est perçu dans l’Inconscient Collectif ( Jung) comme le  » Sauveur », le « Soter » en grec  pour le  S dans la formule ICHTUS, Jésus Christ, fils de Dieu Sauveur.

Ichthys.svg

 wikioedua

 

Ichthus ou Ichtys (du grec ancien ἰχθύς / ichthús, « poisson ») est l’un des symboles majeurs qu’utilisaient les premiers chrétiens en signe de reconnaissance. Il représente le Sauveur durant les débuts de l’église primitive. En grec IΧΘΥΣ, est un acronyme pour « Ἰησοῦς Χριστὸς Θεοῦ Υἱὸς Σωτήρ » / « Iêsoûs Khristòs Theoû Hyiòs Sōtḗr » soit « Jésus-Christ, Fils de Dieu, [notre] Sauveur ».(cf  les études sur l’Ere des Poissons) Nous dirons que Jésus n’est jamais qu’un chainon d’une longue liste de juifs  sauveurs, lui qui est venu, selon ses dires, pour les « brebis perdues de la maison d’Israel » et ici Israel, que ce soit bien clair, ce ne sont pas les Juifs, ce qui serait un fatal contresens même si les Juifs eux mêmes  ont pu, par la suite, adopter cette expression pour eux mêmes  jusqu’à appeler le nouvel Etat Hébreu de la sorte! 

Or, l’histoire même de Jésus témoigne d’un retournement, lors du passage de la phase équinoxiale à la phase solsticiale,  exlatation qui se termine par la crucifixion du « Sauveur » (Salvador), sa mise au pilori. Mais dans les deux cas, les Juifs sont voués à jouer un rôle crucial, c’est le cas de le dire. Soit, ils sont le Deus ex Machina qui vient apporter la lumière  à l’humanité, à toute époque et en tout domaine, soit, sa stigmatisation permettra à un groupe de se souder, de s’unir dans la détestation.

Publié dans ASTROLOGIE, cyclologie, judaîsme, Juifs | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Astrologie EXOLS Le phénoméne de babélisation et la phase solsticiale.

Posté par nofim le 25 décembre 2022

jacques Halbronn    Astrologie EXOLS Le phénoméne de babélisation et la phase solsticiale.

 

  Nous poursuivons  dans le sens des connexions entre notre Astrologie EXOLS  et la Bible. L’épisode de la Tour de Babel  illustre à merveille la problématique de la phase dite solsticiale, par opposition à celle de la phase équinoxiale.

Selon nos descriptions, la solticialité est marquée par une démarche de construction, d’addition et l’on voit dans le Livre de la Genése, qu’une telle démarche est insupportable aux yeux du Créateur (L’Eternel):

 

Genèse 11.1-9

11 Toute la terre avait une seule langue et les mêmes mots.
2 Après avoir quitté l’est, ils trouvèrent une plaine dans le pays de Shinear et s’y installèrent. 3 Ils se dirent l’un à l’autre: «Allons! Faisons des briques et cuisons-les au feu!» La brique leur servit de pierre, et le bitume de ciment. 4 Ils dirent encore: «Allons! Construisons-nous une ville et une tour dont le sommet touche le ciel et faisons-nous un nom afin de ne pas être dispersés sur toute la surface de la terre.»
5 L’Eternel descendit pour voir la ville et la tour que construisaient les hommes,
6 et il dit: «Les voici qui forment un seul peuple et ont tous une même langue, et voilà ce qu’ils ont entrepris! Maintenant, rien ne les retiendra de faire tout ce qu’ils ont projeté.
7 Allons! Descendons et là brouillons leur langage afin qu’ils ne se comprennent plus mutuellement.»
8 L’Eternel les dispersa loin de là sur toute la surface de la terre. Alors ils arrêtèrent de construire la ville. 9 C’est pourquoi on l’appela Babel: parce que c’est là que l’Eternel brouilla le langage de toute la terre et c’est de là qu’il les dispersa sur toute la surface de la terre.  »

La babélisation en tant que multiplication des langues mais aussi, par voie de conséquence, des clivages et des frontières de toutes sortes, donc des nations, résume le climat solsticial qui régne chaque fois que Saturne franchit le Rubicon de l’axe Gémeaux Sagittaire. Cela correspond au déni de la Création Première (chapitre I  du livre de la Genése), exposé dès le chapitre II avec l’addition de la femme. 

 

 Le livre du prophéte Osée est très clair sur ce  qui vient contrarier le Créateur, d’où la condamnation des idoles (Veau d’Or Livre de l’Exode) même lorsqu’elles sont censées s’adresser au même Dieu que ceux qui les rejettent.

 

 Osée 8
5L’Eternel a rejeté ton veau, Samarie! Ma colère s’est enflammée contre eux. Jusques à quand refuseront-ils de se purifier? 6Il vient d’Israël, un ouvrier l’a fabriqué, Et ce n’est pas un Dieu; C’est pourquoi le veau de Samarie sera mis en pièces. 

 Le personnage de Jésus comme il a déjà été signalé ailleurs, fait probléme lorsqu’il déclare « sur cette pierre, je construirai mon Eglise » car on est bien là face à une création paralléle et rivale, défiant la précédente. La phase équinoxiale, a contrario, a vocation à déconstruire tout ce que l’Humanité aura cru bon d’ajouter, de superposer (superstructures). On a vu avec l’affaire ukrainienne le caractère sacré (et donc l’accusation de sacrilége) quand on ose toucher (en fin de phase solsticiale) au découpage des frontières étatiques alors que l’Ukraine fait de facto partie historiquement d’un même ensemble que la Russie.

 

 

JHB 25 12 22

Publié dans ASTROLOGIE, Bible, judaîsme, Juifs | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn La phase équinoxiale et l’ascension du juif Benjamins Disraeli Années 1876-1878

Posté par nofim le 22 décembre 2022

 

Jacques  Halbronn    La phase équinoxiale  et l’ascension du juif  Benjamin Disraeli   Années  1876-1878

 

 

Dans notre série consacrée aux liens positifs  entre Jufaisme et équinoxialité, interessons nous au cas du grand ministre Juif britannique, Disraeli(1804-1881). En 1876, lors du passage de Saturne sur l’axe vierge Poissons, il est anobli par la reine Victoria et devient Lord  Beaconsfield.  Deux ans plus tard, en 1878, il sera l’instigateur de la conférence internationale de Berlin, à laquelle nous avons consacré une étude (. cf  Jacques Halbronn « Les trois solutions ottomanes de la question juive: Algérie Roumanie, Palestine »

 

Notice Wikipedia

« Le congrès des Nations, ou congrès de Berlin, est une conférence diplomatique tenue à Berlin, du 13 juin au 13 juillet 1878, par les représentants des puissances européennes, à la suite des efforts de Benjamin Disraeli pour réviser le traité de San Stefano.

  »Après la victoire de l’Empire ottoman contre la Serbie en 1876 et la répression de l’insurrection bulgare d’avril 1876, le tsar Alexandre II, souverain de l’Empire russe, qui se voulait protecteur des sujets chrétiens du sultan, lui déclara la guerre en avril 1877. La guerre russo-turque de 1877-1878 se solda en janvier 1878 par une victoire russe. Les Turcs furent contraints d’accepter les conditions du traité de San Stefano, signé le 3 mars 1878, qui prévoyait l’indépendance des États chrétiens des Balkans, l’Empire ottoman ne gardant que la Thrace orientale en Europe, ce qui déplut au Royaume-Uni et à l’Autriche-Hongrie qui s’interposèrent pour contraindre la Russie à reconsidérer les termes du traité » A l’occasion de ce Congrès, la question juive fut abordée et il fut proposé à la Roumanie de servit de refuge pour les populations juives persécutées » 

Selon nous, la phase équinoxiale vise à relativiser les divisions , ce qui facilité les rencontres internationales. Elle confère notamment aux leaders juifs un certain charisme et une reconnaissance de leur importance par autrui.. Cette phase se distingue de la phase solsticiale en ce qu’elle conduit à une reconnaissance du rôle des Juifs par des tiers, comme dans le cas de la reine Victoria récompensant Disraeli en  1876. On insistera, à toutes fins utiles, sur le fait que cette période glorieuse pour Disraeli, tant au niveau national qu’international, se déroule pendant le passage de Saturne en signe mutable, ce qui montre bien que la période équinoxiale ne débute pas sur l’axe bélier-balance mais bien sur l’axe  Poissons-vierge.

 

 

Jacques  Halbronn    La phase équinoxiale  et l'ascension du juif  Benjamins Disraeli  Années  1876-1878 dans ASTROLOGIE benjamin-disraeli

JHB   22 12 22

Publié dans ASTROLOGIE, Juifs | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Astrologie EPistémologie. Equinoxialité. Le leadership juif en France, de Blum à Fabius

Posté par nofim le 19 décembre 2022

jacques  Halbronn   Epistémologie. Astrologie Equinoxialité. Le leadership  juif en France.  Première partie. François Miterand : son tropisme pour les premiers ministres juifs en phase équonoxiale
Mai 68 Mitterrand et Pierre Mendes France
En réponse au projet de référendum du 16 juin, entériné hier par le Conseil des ministres, François Mitterrand, président de la FGDS (Fédération de la gauche démocrate et socialiste), tient une conférence de presse à l’Hôtel Continental. Refusant toute autre hypothèse que le succès du non au référendum et le départ du général de Gaulle, Mitterrand annonce sa candidature à la présidence de la République, promet une dissolution et des élections générales en octobre et, plus curieusement (la Constitution ne le prévoit pas), la formation d’un gouvernement provisoire de gestion «composé de dix membres choisis sans exclusive et sans dosage». Il se propose de former ce gouvernement, «mais d’autres que moi peuvent y prétendre légitimement, je pense d’abord à monsieur Mendès France». A une question sur la participation des communistes à ce gouvernement, il a répété: «Sans exclusive et sans dosage.»

1983 Mitterrand et Laurent Fabius

;Gouvernement Fabius (17 juillet 1984 – 20 mars 1986)

Nomination du Premier ministre : J.O. du 18 juillet 1984

Rappels pour Mensdés France:
. On notera que René Coty qui venait de succéder à Vincent Auriol a refusé en 1956 (phase solsticiale) de pressentir PMF comme Président du Conseil »avait accepté Vincent Auriol en 1954 (phase équinoxiale) mais va un peu plus tard prendre De Gaulle poour ce même poste

« 
Et M. Vincent Auriol a pressenti M. Pierre Mendès France, dont l’audience s’est affirmée depuis quelque temps à l’Assemblée. Mais tôt ou tard l’une des personnalités pressenties ne devra-t-elle pas faire entrer la SFIO dans la majorité, comme il vient d’être fait pour le RPF ? Car l’Assemblée n’est plus statique ; elle est en mouvement ; il n’y a plus de majorité de centre droit ; il n’y en a pas encore de centre gauche. »

Documents

Pierre Mendès France voulait-il prendre le pouvoir en mai 68 ?

 

Par Nicolas Weil

Alors que le radicalisme célébrait ses cent ans de façon discrète, une rencontre organisée à l’Assemblée nationale, vendredi 15 juin, par l’Institut Pierre-Mendès-France a fourni l’occasion de revenir sur l’un des stades ultimes de la carrière de  » PMF «  en politique : son rôle au cours des événements de mai 68. Dans son célèbre discours radiodiffusé du 30 mai 1968, Charles de Gaulle avait stigmatisé « l’ambition et la haine de politiciens aux rancart » – charge qui visait aussi François Mitterrand – disposés, selon le général, à faire le lit du « communisme totalitaire ».Pierre Mendès France avait-il jugé, devant le déchaînement des violences étudiantes et policières, et surtout face à l’impressionnante mobilisation de millions de grévistes, que la crise de l’Etat était telle qu’elle permettait d’envisager la fin d’un régime gaulliste ? Plusieurs proches de PMF à l’époque avaient été réunis pour tenter de reconstituer à l’aide de leurs souvenirs l’attitude de l’ancien président du Conseil : Jacques Delors, alors chef du service des affaires sociales au Commissariat du Plan, l’avocat Georges Kiejman, Edmond Maire, qui dirigeait la fédération Chimie de la CFDT, le professeur de médecine Marcel-Francis Kahn, qui gérera l’infirmerie de la Sorbonne occupée, et le secrétaire national du Parti socialiste unifié (le PSU créé en avril 1960), Michel Rocard. Un PSU dont Mendès n’était qu’un militant de base (mais aussi député de l’Isère, depuis 1967).Le décor a été planté par l’historien Robert Frank. Le 10 mai 1968, Pierre Mendès France, choqué par l’occupation policière de la Sorbonne et par les émeutes qui ponctuent les premiers jours du mois, revient de sa circonscription grenobloise à Paris à l’instigation de Michel Rocard et de Georges Kiejman. « Il cherche à susciter des médiations pour éviter le bain de sang », estime M. Frank. Le 19, Mendès somme le pouvoir de se retirer avant le vote sur la motion de censure qui interviendra le 22 (elle sera rejetée). Tandis que de Gaulle tente maladroitement de mettre fin à la crise en proposant un référendum le 24, Mendès France déclare : « Le plébiscite, cela ne se discute pas, cela se combat » ; et, le 27, il se laisse convaincre d’assurer une présence muette à la manifestation du stade Charléty. L’impression de vacance du pouvoir n’a jamais été aussi forte qu’en cette dernière semaine de mai, jusqu’au retour du général de Gaulle de Baden-Baden et à la contre-manifestation gaulliste du 30 suivie de la dissolution de l’Assemblée nationale. C’est François Mitterrand qui, au cours d’une conférence de presse restée célèbre par sa maladresse, proposera, quelques heures après Charléty, la formation d’un « gouvernement provisoire de gestion » dirigé par Mendès France, lequel se dit placé ainsi devant le fait accompli. Pour Mendès, les conséquences seront lourdes : il quitte publiquement le PSU en juillet (sa démission est motivée par son rejet des tendances « gauchistes et irresponsables » de ce parti) et finalement la vie politique active.

Pour la plupart des intervenants, PMF, dont les propres explications figurent dans la biographie de Jean Lacouture (Seuil, 1981), publiée une année avant sa mort, n’aurait guère « compris »  mai 68. Il en aurait en revanche pressenti le reflux bien avant le redressement gaulliste du 30. « Je ne peux pas dire que [mon interprétation du phénomène] était très précise, disait l’ancien président du conseil à son biographe. Je me rendais compte tout de même que c’était quelque chose de très grave, de très profond, de très significatif, qui révélait des convulsions, une résistance, une contestation en profondeur », ajoutant : « Je ne voyais pas à quel point les communistes étaient déterminés, quoi qu’il arrive, à aider le gouvernement. »  Comme l’a rappelé Michel Rocard, une petite formation comme le PSU – forte de quatre députés seulement – s’était retrouvée, à la faveur des troubles à Paris, la seule force capable d’organiser un tant soit peu un « mouvement inorganique et immense » et de dialoguer avec les pouvoirs publics. Pour Marcel-Francis Kahn, Pierre Mendès France « voyait en 68 une crise institutionnelle et une crise de régime. Il n’a pas saisi ce qui a surnagé de mai, la crise idéologique et culturelle qui fait qu’on en parle encore ».

« IL Y A EU UN MALENTENDU »

Il y avait un hiatus évident, nota une jeune historienne, Ludivine Bantigny, entre la « jeunesse » des « mendésistes », qui se recrutaient principalement parmi les jeunes diplômés, et la jeunesse radicalisée de mai 68, arborant drapeaux rouges ou noirs. Impression confirmée par Georges Kiejman : « Il y a eu un malentendu, la jeunesse n’était pas celle à laquelle il pensait. »  La « jeunesse »  elle-même, si jeunesse il y a, était bien différente de celle des années 1950 : « En 1968, Pierre Mendès France était déjà entré dans l’Histoire » , dit Mme Bantigny.

Paradoxalement, c’est la fidélité à ses propres convictions qui aurait entamé la popularité de PMF. S’étant en effet mis en retrait d’une Ve République dont il désapprouvait la création par un coup de force, sa visibilité avait été entamée par son semi-retrait de la vie politique. Plusieurs intervenants ont ainsi souligné – et regretté – que Mendès n’ait pas suffisamment tenu compte des validations répétées depuis 1958 par le suffrage universel du régime né du « coup d’Alger ». Certes, pense Jacques Delors, pour Pierre Mendès France, la tournure des événements confirmait « que ce régime sans assises démocratiques connaîtrait de graves difficultés ». Pour autant, dix ans plus tard, résume Georges Kiejman, « il n’était pas question pour lui de commander la marche sur le palais d’été ». « Le 13 mai, confie Michel Rocard, Pierre Mendès France refusait de se mettre en tête du cortège. Le lendemain 14, les trotskistes déclenchent une grève ouvrière. Je me souviens d’être allé le voir pour lui dire le 17 : « Vous aviez raison, le gaullisme mourra dans la rue, c’est à vous de jouer, on y est. Lui fut hésitant. »

Si l’on s’en tient à la tonalité générale des interventions, PMF, démocrate et légaliste, aurait été, en somme, une sorte d’acteur passif des événements. Un acteur dont les motivation principales étaient de contenir la violence. On peut juger que sa présence physique y a effectivement contribué et que cet objectif, au moins, fut atteint – en partie grâce à lui. Au prix de l’avenir, dans la vie publique, d’un homme qui n’avait à l’époque qu’un petit peu plus de soixante ans. »

 

Publié dans Juifs, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn La cyclologie astrologique et son lien avec la question juive

Posté par nofim le 16 décembre 2022

jacques  Halbronn  La cyclologie astrologique et son lien avec la question  juive

 

 

Dans un précédent texte nous avons voulu montrer que le  passage de Saturne sur l’axe Gémeaux Sagittaire était foncièrement défavorable aux Juifs en prenant pour exemple la « solution finale » déclenchée à la fin de l’année 1941.. Nous entendons ici compléter notre dossier sur ce sujet car nous pensons en fait que le fait  juif ne peut être véritablement mis en évidence que par le biais de l’astrologie ou plus exactement – pour éviter tout amalgame – de notre astrologie.  Un cas intéressant concerne le dossier israélien ou pré-israélien  à la fin des années 40. C’est en novembre 1947, du fait que la Grande Bretagne souhaitait se débarrasser de la patate chaude de la Palestin où elle s’était engagée dès 1917 avec la Déclaration Balfour, que la nouvelle Organisation des Nations Unies reprit l’affaire et décida d’un plan de partage, de partition entre populations  juive et musulmane, lequel plan mettait à part le probléme de Jérusalem en le plaçant sous un controle international En mai 48, les Britanniques partaient et cela fut suivi  d’une Déclaration quant à la création d’un Etat qui prendrait le nom d’Israel.. Or, on se trouvait là encore en phase solsticiale de Saturne, Saturne ne passant sur l’axe Poissons Vierge que fin 1948 dans un premier temps et ensuite  au milieu de 1949 du fait de la « rétrogradation »

 

Wikipedia

«  Les Israéliens lancent de juillet 1948 à mars 1949 une série d’opérations militaires entrecoupées de cessez-le-feu, prenant le contrôle de toute la Galilée, du sud-ouest de la Samarie5, de la majeure partie de la zone côtière, de l’ouest de la Judée jusqu’au secteur de Jérusalem, et enfin du Néguev. Durant la période du 15 mai 1948 à la mi-avril 1949, plus de 350 000 Palestiniens (sur les 720 000 de l’ensemble de l’exode palestinien) prennent la route de l’exode, fuyant les combats ou expulsés des zones contrôlées ou conquises par Israël Simultanément, la situation des Juifs dans plusieurs pays arabes s’aggrave à la suite d’émeutes ou de politique ouvertement antisémites comme en Irak et l’émigration des Juifs hors des pays arabes s’amorce ».  

 

Il ressort que la Palestine aurait pu être le prolongement ou l’accomplissement de la Shoah:

« Le 14 mai 1948 à minuit, le mandat britannique sur la Palestine s’achève officiellement. L’État d’Israël est proclamé dans la journée sur une partie du territoire. Au vu de la situation catastrophique des forces arabes, les États arabes voisins, qui contestent la création d’Israël, décident d’intervenir et plusieurs armées arabes envahissent l’ancienne Palestine mandataire. Les forces arabes palestiniennes sont dissoutes ou intégrées dans les armées arabes. La « première guerre israélo-arabe » débute. Du 15 mai au 11 juin, les forces arabes sont à l’offensive, mais n’obtiennent pas de succès décisif sur les défenses israéliennes. Les deux camps subissent de lourdes pertes, en particulier autour de Jérusalem, et à bout de force, acceptent la trêve d’un mois demandée par le médiateur de l’ONU. Les forces arabes sont alors positionnées autour des zones contrôlées par les Israéliens mais ne réussissent pas à y pénétrer ni à réaliser le blocus de Jérusalem. » En ce qui concerne la « guerre des Six Jours » (juin 1967), celle-ci se tiendra en phase équinoxiale (début bélier) et sera donc favorable aux Juifs. En revanche, en 1973, Saturne en cancer était déjà passé  en phase solsticiale et in finé Israel devra restituer à l’Egypte le désert du Sinaï, conquis en 1967.

On complétera la présente étude avec le cas de Léon Blum  et de Pierre Mendés France, deux grands leaders politiques  juifs.  Si Blum arrive au pouvoir en 1936, à la tête du Front Populaire, en phase équinoxiale, le procés de Riom de 1942 le condamnera, on est passé en phase solsticiale..

« Le 19 février 1942 s’ouvre le procès de Riom. Voulu par le Maréchal Pétain, ce procès politique doit juger les responsables de la défaite de 1940. Parmi les accusés, Léon Blum, qui par ses convictions et son talent d’orateur en a fait une tribune pour mettre en accusation le régime de Vichy et a redonné de l’espoir aux défenseurs de la République. Milo Lévy-Bruhl, auteur d’une préface à la dernière réédition de À l’Échelle humaine de Léon Blum (Le Bord de l’eau, 2021), nous rappelle l’importance de ce procès dans le cours de notre histoire contemporaine ».

Dans le cas de PMF, président du Conseil en 1954-55, l’année 1956 marque un tournant en ce qu’il n’est plus accepté comme chef de gouvernement. On est juste entré en phase solsticiale avec Saturne en Sagittaire.  

Wikipedia  article René Coty:

  »En janvier 1956, il refuse de nommer Pierre Mendès France à la présidence du Conseil, bien que celui-ci soit le chef de file de la coalition de Front républicain, victorieuse des élections législatives : le chef de l’État lui préfère Guy Mollet, dirigeant de la SFIO. » C’est le même René Coty qui acceptera en 1958 De Gaulle comme président du conseil.

  Où voulons-nous en venir? A la thèse selon laquelle, la cyclicité astrologique que nous avons mise en évidence s’articule sur la question juive et contribue à lui donner du sens tout comme la question juive valide l’astrologie. Il est possible que certains processus soient subconscients et ne visent pas spécifiquement les Juifs consciemment mais les faits sont là.

 JHB  16 12 22

Publié dans ASTROLOGIE, judaîsme, Juifs | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Nécessité d’une division sociale comme celle du corps physique

Posté par nofim le 2 décembre 2022

jacques  halbronn   Nécessité d’une division sociale comme celle du corps physique au prisme de l’astrologie 

 

Nos observations sur le terrain astrologique nous conduisent à penser que la thèse et l’antithèse font partie d’un seul et même systéme, ce que nous trouvons dans l’alternance Equinoxe-Solstice, sur chaque semestre. L’aspect de carré (90°)  marque l’antithèse, c’est à dire l’adversaire au sens biblique du terme ‘(cf le Livre de Job) Autrement dit, le christianisme  jouerait le rôle de l’antithèse par rapport au judaisme tout comme le solstice par rapport à l’équinoxe. Il s’agirait ainsi d’un phénoméne structurel et non conjoncturel. 

La « thèse » veut que l’on distingue le haut et le bas, le dominant et le dominé et l’antithèse -voir les Saturnales- remet en question une telle vision verticale au bout de 7 ans (cf le Songe de Pharaon, au Livre de la Genése) Il y a là une leçon capitale d’astrologie que nous rendrons ainsi;  quand Saturne entre en phase équinoxiale, l’ordre matriciel est  rétabli et tout naturellement, ce qui doit se placer en  haut vient en haut et vice versa pour ce qui doit se placer en bas . Il y a là d’ailleurs comme une nécessité propre à toute entité à commencer par notre propre corps physique et notre agencement social.  Entendons par là que toute société bien conçue doit prévoir un haut et un bas, une instance supérieure, élitique (Académie, Sénat) et une instance subalterne (jeux du cirque, mass media) de façon à pouvoir s’adapter aux exigences de chaque phase. 

En phase équinoxiale, l’ordre, le cours  normal des choses est respecté alors qu’il ne l’est pas en phase solsticiale (Plan B)d’où du désordre.

Sur  Internet

 « Ils ont des yeux et ne voient pas, des oreilles et n’entendent pas. » Cette phrase est prononcée par le Christ dans l’Évangile de Matthieu et on la retrouve également dans le Coran. » 

On voit ainsi Barabbas préféré à Jésus. (cf  article Wikipedia) par le peuple.

  Astrologiquement, cela signifie qu’en phase équinoxiale, le haut et le bas sont à leur place et qu’en phase solsticiale, on sera dans le déni d’une telle dualité, ce qui correspond, selon nous, à la démarche chrétienne remettant en question notamment le caractère particulier réservé par « Dieu » aux Juifs, ce qui correspond à un temps solsticial.

Dans l’histoire de la décolonisation, l’on ne sera pas surpris de voire que les indépendances l’emportent en phase solsticiale comme en 1956-1962 pour ce qui touche à la France. Inversement, en 1830, lors de la conquéte de l’Algérie, on était en phase équinoxiale, c’est à dire que la domination française allait de soi. 

Comme on dit; l’erreur est humaine mais y persévérer est diabolique. Il y a des périodes où l’on a l’impression que la société est prise comme dans une spirale de déni de l’évidence du haut et du bas, tant et si bien qu’elle mettra en haut ce qui aurait du rester en bas et inversement.   C’est ainsi que l’on doit percevoir le passage d’une phase à une autre tant les tonalités des deux phases différent. Du jour au lendemain, tout peut basculer: on brulera ce qu’on adorait, on distinguer celui qui l’on avait négligé, marginalisé. La Roche Tarpéienne est proche du Capitole Mais comme on sait, tout n’a qu’un temps et l’ordre  tout comme le désordre ont des durées strictement circonscrites quant à leur calendrier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  02 12 22

Publié dans ECONOMIE, FEMMES, Juifs, machine, Médecine, psychosociologie, RELIGION, SOCIETE, sociologie, théologie | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Jésus est-il un personnage plutonien?

Posté par nofim le 27 octobre 2022

jacques  halbronn  Jésus est-il un personnage   plutonien? 

 

On sait  l’importance accordée par le christianisme à la résurrection (cf Evangile de Jean, chapitre XI), ce qui est perçu comme un miracle faisant mentir l’idée selon laquelle la mort serait une frontière infranchissable. La Résurrection de Jésus est présentée comme la preuve par excellence de sa divinité; Mais  nous y voyons une dimension plutonienne et promethéenne et on se demandera s’il ne s’agit pas là d’une sorte de défi  au plan divin originel. Le fait qu’il soit question de miracle dans le Livre de l’Exode porte selon nous la marque du Royaume sécessionniste d’Israel, avec la répétition constante de la formule « fils d’Israel » On pense évidemment au Miracle de la Mer Rouge  (Exode XIV) déclenché par Moîse, lequel préfigure un Jésus..

 

D’ailleurs, le nom même « Israel » n’indique t-il pas en soi une lutte avec Dieu?

Genése  XXXII

 

ח וַיֹּאמֶר אֵלָיו, מַה-שְּׁמֶךָ; וַיֹּאמֶר, יַעֲקֹב.  28 Il lui dit alors: « Quel est ton nom? » Il répondit: « Jacob. »
כט וַיֹּאמֶר, לֹא יַעֲקֹב יֵאָמֵר עוֹד שִׁמְךָ–כִּי, אִם-יִשְׂרָאֵל:  כִּי-שָׂרִיתָ עִם-אֱלֹהִים וְעִם-אֲנָשִׁים, וַתּוּכָל.  29 Il reprit: « Jacob ne sera plus désormais ton nom, mais bien Israël; car tu as jouté (Sarita) contre des puissances célestes (Elohim) et humaines et tu es resté fort. »

 C’est ce nom d’Israel  que les tribus rompant avec la dynastie légitime  de Davif adopteront pour qualifier le nouveau royaume ainsi constitué face au premier, situé au Sud, autour de Jérusaleme. Il convient de réfléchir sur Genése II avec cette idée d’aide à Adam (Ish) conduisant à la création de la femme (Isha)

 

יח וַיֹּאמֶר יְהוָה אֱלֹהִים, לֹא-טוֹב הֱיוֹת הָאָדָם לְבַדּוֹ; אֶעֱשֶׂה-לּוֹ עֵזֶר, כְּנֶגְדּוֹ.  18 L’Éternel-Dieu dit: « Il n’est pas bon que l’homme soit isolé; je lui ferai une aide (Ezer) digne de lui. »
כב וַיִּבֶן יְהוָה אֱלֹהִים אֶת-הַצֵּלָע אֲשֶׁר-לָקַח מִן-הָאָדָם, לְאִשָּׁה; וַיְבִאֶהָ, אֶל-הָאָדָם.  22 L’Éternel-Dieu organisa en une femme(Isha) la côte qu’il avait prise à l’homme (haAdam), et il la présenta à l’homme.
כג וַיֹּאמֶר, הָאָדָם, זֹאת הַפַּעַם עֶצֶם מֵעֲצָמַי, וּבָשָׂר מִבְּשָׂרִי; לְזֹאת יִקָּרֵא אִשָּׁה, כִּי מֵאִישׁ לֻקְחָה-זֹּאת.  23 Et l’homme dit: « Celle-ci, pour le coup, est un membre extrait de mes membres et une chair de ma chair; celle-ci sera nommée Icha, parce qu’elle a été prise de Ich ). »

 La traduction Segond rend par ‘homme » aussi bien Adam que Ish alors que celle du Rabbinat  garde « ish » sans le traduire face à Isha (également  terme non traduit) . Le terme « Ezer », aide, indique bien l’idée d’une addition, d’un second temps, d’un rajout tout comme le Royaume d’Israel vient s’ajouter à celui de Judée. Or, nous avons montré qu »une partie importante du Pentateuque, outre le cas déjà évoqué pour le Livre de l’Exode, était marquée par une influence samaritaine entre autres.

 notice  Wikipedia;

 » Le Pentateuque samaritain est la version du Pentateuque en usage chez les Samaritains.

 

Ce texte est relativement proche des versions chrétiennes et juives du Pentateuque, mais intègre plus de six mille différences, dont la plus importante est l’obligation de considérer le mont Garizim comme le principal lieu saint, en lieu et place de Jérusalem et de son temple. Les Samaritains se considèrent comme les conservateurs de la véritable Torah, dont Ezra aurait rapporté un exemplaire à Jérusalem pour le falsifier. »

 

Au prisme de nos travaux en cyclologie (Astrologie Sensorielle), le premier temps est équinoxial et le second temps solsticial. Le temps solsticial correspondrait à une intervention d’en haut, autour d’hommes providentiels  alors que le temps équinoxial se déroulerait sans intervention subséquente au projet originel. L’idée d’une Création ayant besoin d’une intervention correspond à la démarche chrétienne remettant en question, sous quelque prétexte, du plan divin, notamment par le biais des miracles, à commencer par la mission impartie au seul peuple  ‘élu » juif.

Il y aurait donc selon nous un antijudaisme visant en fait le Créateur auquel Hadés-Pluton-Satan- Lucifer, le « Diable » s’opposerait. En phase solsticiale, les Juifs seraient menacés d’élimination, comme on a pu le voir pour la Shoah laquelle début en 1941-42 avec le passage de Saturne (déjà dans les derniers degrés du signe du taureau, signe qui précéde celui des Gémeaux) sur l’axe Gémeaux-Sagittaire (qui ouvre à la solsticialité Cancer Capricorne). Or, le retour de Saturne à une phase équinoxiale (fin Lion au carré  de fin Taureau), en 1947-48 annonce un temps de protection et non plus de persécution des Juifs avec le 29 novembre 1947 (nous sommes nés le Ier décembre 1947) le vote de l’Assemblée Générale de l’ONU

 

 Notice  Wikipedia

, le plan de partage de la Palestine1 élaboré par le Comité spécial des Nations unies sur la Palestine (UNSCOP) créé par l’Assemblée générale de l’ONU, est approuvé par cette dernière à New York, par le vote de sa résolution 181.

Ce plan prévoit la partition de la Palestine mandataire en trois entités, avec la création d’un État juif et d’un État arabe, tandis que la ville de Jérusalem et sa proche banlieue sont placées sous contrôle international en tant que corpus separatum« 

On précisera que si nous n’avions pas avancé de 30° le début des périodes saturniennes, la Shoah se serait  retrouvée en phase équinoxiale, ce qui aurait évidemment faussé notre représentation. En juin 1967, la Guerre des Six Jours se déroulera en pleine phase équinoxiale, à la fin du signe des Poissons.  Au niveau théologique, le judaisme doit se placer en accord avec le plan divin dont il est le gardien alors que le christianisme le  remet radiclement en question avec  Jésus qui incarne le personnage jupitérien par excellence, le Sauveur, préfigurant toute une liste de héros solsticiaux. On se souvient des déclarations ambigues de De Gaulle lors de la Guerre de 1967 au sujet d’un certain « peuple ». 

  Jésus correspond à une phase solsticiale à l’encontre, au carré de la phase équinoxiale. En ce sens, la phase équinoxiale qui se présente actuellement  serait  néfaste pour la représentation  théologique chrétienne du monde qui sous tend un certain rejet prométhéen  du /judaisme. En ce sens, la Shoah, en phase solsticiale, a quelque chose de satanique, entre 1942 et 1947 (axe gémeaux sagittaire)/. La solsticialité  genére une ubris du Fuhrer, une « descente en enfer » qui va culminer avec son suicide en 1945 mais cela vaut aussi pour Hiroshima, du coté aùéricain. Or, l’invasion de l’Ukraine en 2022 est marquée par la fin d’une phase solsticiale et explique les débordements d’un Poutine dont le nom n’est pas sans évoquer celui de Pluton!

La solsticialité conduit le chef à se prendre pour « Dieu ». Nous avons reçu un message en réaction à un de nos propos, à propos d’un ‘dieu garagiste », « réparateur ». Mais c’est justement là tout le probléme que ce christianisme qui entend corriger le plan divin originel  et la Shoah se veut l’anéantissement des Juifs, ce qui, en quelque sorte, se présente comme une sorte de « miracle », en tant que sacrilége au même titre que la traversée de la Mer Rouge, revandiquée par le Livre de l’Exode, oeuvre des tenants du Royaume d’ Israel, dont le christianisme est l’héritier ;: » Je suis venu pour les brebis perdues de la maison d’Israel » déclare Jésus.

 

JHB 27 10  22

Publié dans ASTROLOGIE, judaîsme, Juifs, RELIGION, théologie | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn L’antisémitisme, de l’Affaire Dreyfus à la Shoah, au prisme de l’astrologie EXOLS

Posté par nofim le 20 septembre 2022

Jacques  Halbronn  L’antisémitisme, de l’Affaire Dreyfus  à la Shoah, au prisme de l’astrologie EXOLS 

 

 

 Selon nous, les phases équinoxiales mettent en évidence des différences que les phases solsticiales s’évertuent à nier, à « dépasser » , d’où cette idée de résurgence dont on nous reparle régulièrement autour de la question  juive 

Astronomiquement,  Saturne occupe le même axe équinoxial, le scorpion  en 1894, le taureau en 1941. Or, la phase équinoxiale telle que nous l’avons définie, conduit à faire sauter le vernis unitaire et faire réapparaitre des clivages fondamentaux.

L’Affaire Dreyfus (cf  notice Wikipedia)  aura laissé une profonde empreinte dans la mémoire collective avec cette mise en accusation d’un capitaine juif  alsacien de l’Etat Major  qui sera envoyé au bagne de Cayenne (Ile du Diable) , affaire qui aura divisé durablement l’opinion ( « ils en ont parlé ») Théodor Herzl, le grand leader sioniste déclare en avoir été dramatiquement marqué et cela conduira au premier  congrès sioniste de Bâle en 1897 lequel a pu inspirer la rédaction du faux que sont les Protocoles des Sages de Sion..(cf notre ouvrage Le sionisme et ses avatars au tournant du XXe siècle, Ed Ramkat 2002) L’équinoxialité  met  d’une façon ou d’une autre l’assimilation voulue par la phase solsticiale unitaire, marquée par un nationalisme, avec ce paradoxe que l’unité en question creuse les différences entre de tels ensembles nationaux. Inversement,  en phase équinoxiale, c’est l’ensemble national qui sera en crise laissant la place à une certaine forme d’internationalisme, à l’instar de la Communauté Européenne/ 

Nous avions déjà signalé le fait que la Shoah  était liée à un climat équinoxial. et on  a pu voir à quel point le tissu national avait été bafoué par les lois juives promulgués sous Pétain et qui interdisaient aux Juifs  d’exercer certaines fonctions de pouvoir, ce qui visait plus les situations acquises des Juifs  de souche française que la condition des Juifs étrangers ou récemment naturalisés, même si cela ne s’est pas traduit par leur extermination systématique.(cf les thèses de Zemmour)

 

En 1967, nouvelle période équinoxiale, et bien des Juifs, comme nous même, furent tentés par la « loi du retour » en Israël, au lendemain de la Guerre des Six Jours. Saturne venait de passer alors sur l’axe  équinoxial (dans le signe du Bélier). On est donc en droit de s’interroger sur ce qui risque de se produire lorsque Saturne repassera sur cet axe à partir de 2025-2026, pour une période de 7 ans. Au sortir de la phase solsticiale actuelle, qui aura vu la résistance acharnée de l’Ukraine face à l’invasion russe, il convient de se préparer à un autre climat marqué par le supranational équinoxial, où les clivages  étatiques passeront au second plan laissant la place à des clivages plus profonds (sexe, race); comme on a pu l’observer au cours de la Seconde Guerre Mondiale (en phase équinoxiale)/ 

 

 

 

JHB 20 09 22

 

 

 

Publié dans ASTROLOGIE, judaîsme, Juifs | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Sociologie: Paradoxes de l’argument « khazar » à propos des Juifs Ashkénazes

Posté par nofim le 18 septembre 2022

Jacques  Halbronn  Sociologie:  Paradoxes de l’argument « khazar » à propos des Juifs Ashkénazes 

 

 

Une forme de négationisme consiste à nier ka judéité des Juifs Ashkénazses, il s’agit notamment de la thèse d’une conversion en masse de la peuplade Khazar au judaisme, dont se fit l’écho un Yehouda Halévi, dans le « Kuzari » ( cf notre ouvrage. Le monde  juif  et l’ astrologie, Milan, Arcxhé, 1985)   Ce courant vise à déjudaiser les Juifs de l’Europe du nord, germanique et slave.

Paradoxalement, du moins en ce qui concerne les deux derniers siècles, la judéité ashkénaze aura connu nombre de confirmations  et de validations.  A preuve la Shoah, qui aura également fait l’objet d’un négationisme.  A preuve, la révolution « bolchévique » en Russie. A preuve la remarque présence intellectuelle des Juifs ashkénazes comme  Marx, Freud, ou Einstein, par delà la question de leur adhésion à la religion juive. En ce qui concerne le  communisme, dont on sait qu’il aura été fortement porté par de Juifs -on pense, entre autres, à un Léon Trotzky alias Bronstein- nous avons montré récemment le lien qui existait entre le judaisme et une certaine idéologie communiste, autour de la notion d’équinoxialité (cf nos travaux en Astrologie EXOLS), c’est à dire d’une idéologie de la Lutte des Classes et du dépassement des Etats Nations. Quant au constat d’une prééminence juive dans différents domaines, notamment depuis le XVIIe siècle -on pense à Spinoza – mais particulièrement depuis le XIXe siècle, hors de proportion avec sa démographie, l’on peut y voir l’expression d’une certaine sorte d’élite.

Mais il nous faut ajouter nos recherches d’ordre linguistique qui mettent en évidence la dimension duelle de la langue française, à la fois langue latine et langue germanique, par certains de ses traits, notamment en ce qui concerne les marqueurs de genre. En tout état de cause, la France incarne cette symbiose entre le nord et le sud. 

Certes, l’hébreu est-il, comme on dit, une langue « sémitique » (terme emprunté au Livre de la Genése) -et nous sommes bien conscients des rapprochements lexicaux et autres entre l’hébreu et l’arabe- mais  de la même façon que l’usage de tel alphabet pour formuler l’écrit d’une langue peut varier, de même le recours à une certaine langue ne nous semble guère concluant, car il s’agit là d’outils pouvant servir de toutes sortes de  façons.

 

 

 

 

 

 JHB 18 09 22

Publié dans judaîsme, Juifs, RELIGION | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Réflexions sur le caractère prométhéen de la Bible

Posté par nofim le 24 août 2022

Jacques  Halbronn  Réflexions  sur le caractère prométhéen de la Bible

 

On  a parfois  un peu de mal à imaginer que les lecteurs d’un tel corpus ne prennent pas assez vite conscience de l’existence de certains contradictions et autres incompatibilités. Le rôle des commentaires, de l’exégèse, ne  serait – il pas justement de masquer un tel désordre que nous avions observé à propos du « corpus » Nostradamus?   

Nous avions déjà relevé  la confusion entre ce qui concerne la maison d’Israel et celle de Judah -et rappelons que Jésus déclare être venu pour les « brebis perdues de la maison d’Israel », ce qui en fait le Messie des populations du Nord (Samarie, Galilée). Apparemment, les Juifs qui invoquent le nom d’Israel  dans leur « Ecoute Israel » n’ont pas connaissance du contexte historique dans lequel leur « corpus » s’est constitué. Et d’ailleurs, l’usage ne s’est-il pas imposé de rendre synonymiques les termes ‘peuple  juif » et Israel.  Nous même, dans notre étude, déjà ancienne, de certains passage du Talmud avions abordé sans état d’âme la formule « Ein mazal leIsrael » (Traité Shabbat) comme visant la relation des Juifs aux astres.  On se perd en conjectures quant aux raisons d’une telle confusion et de sa perpétuation à travers les âges. 

Cela dit, le « Nouveau Testament « n’est pas davantage épargné au prisme d’un tel phénoméne. Comme nous l’avons montré récemment, deux camps sont ici en présence et cohabitent: le camp des adeptes d’un Dieu créateur du Ciel et de la Terre ( Genése, ch. 1) et le camp des adeptes d’un chef capable de rassembler autour de lui en vue de la construction de son Eglise.(épisode avec Pierre).  Dans un cas, on célébre un acte déjà  bien ancien (d’où la formule d’Ancien Testament) alors que dans l’autre, l’on se projette vers un horizon à investir ( Nouveau  Testament). Pour le lecteur lambda de la Bible,  il faut croire que  l’on  a affaire à un ensemble d’un seul tenant dont les décalages s’expliquent d’une façon ou d’une autre par une certaine forme d’évolution. 

 Certes,. il est bien question de deux volets qui sont en tension l’un par rapport à l’autre mais c’est oublier les tensions au sein même des dits volets. Dans nos travaux sur la périodicité astrologique, nous avons montré que tantôt l’on accentue les différences externes, tantôt les différences internes, à tour de rôle car l’on ne saurait  gérer simultanément toutes les différences à la fois.

Quelles conséquences tirer de telles observations? Nous pensons que le christianisme est l’héritier spirituel du Royaume d’Israel et que cette structure est liée à une théologie radicalement différente de celle du  Royaume de Judée, l’une  repose sur une reconnaissance du rôle de Dieu  alors que l’autre met en avant le rôle des humains à construire leur propre monde, en l’occurrence leur Eglise vouée à se substituer au peuple de Dieu. 

 La dimension prométhéenne de Jésus est pleinement assumée et n’est nullement contradictoire  avec les valeurs de l’ex Royaume d’Israel, lequel vénére des idoles tel que le Veau d’Or, en l’absence de Moîse.(Livre de l’Exode). D’ailleurs, le Livre de l’Exode n’est -il pas centré, de bout en bout, sur les « enfants d’Israel?

 

En fait, c’est  toute la Bible, en ses deux volets, qui est truffée de références à Israel, dont le nom signifie celui qui lutte avec Dieu.כִּי-שָׂרִיתָ עִם-אֱלֹהִים

 

 Gensése XXXII

כט וַיֹּאמֶר, לֹא יַעֲקֹב יֵאָמֵר עוֹד שִׁמְךָ–כִּי, אִם-יִשְׂרָאֵל:  כִּי-שָׂרִיתָ עִם-אֱלֹהִים וְעִם-אֲנָשִׁים, וַתּוּכָל.  29 Il reprit: « Jacob ne sera plus désormais ton nom, mais bien Israël; car tu as jouté (Sarita) contre des puissances célestes (Elohim) et humaines (Enochim) et tu es resté fort. »

 

 Il nous semble donc que toute la Bible ait été formatée autour de ce personnage d’Israel qui est présenté comme celui qui a tenu tête  à Elohim, ce qui nous renvoie à Prométhée  voire à Lucifer. Ce Prométhée qui sera puni et supplicié  comme le sera Jésus, prix à payer pour son audace.  Dans les années qui précédent la naissance de Jésus, on a le personnage de Spartacus dont l’armée sera finalement vaincue par Rome : 6 000 esclaves sont crucifiés sur la Via Appia, entre Rome et Capoue.

 

 

JHB 25 08 22

Publié dans Bible, judaîsme, Juifs, RELIGION, théologie | Pas de Commentaire »

12345...9
 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs