Jacques Halbronnn Epistémologie. Toute catégorisation se heurte au double obstacle du mimétisme et de la cyclicité

Posté par nofim le 15 février 2024

Jacques Halbronnn  Epistémologie. Toute catégorisation se heurte au double obstacle du mimétisme et de la cyclicité

 

On rencontre divers obstacles à l’établissement de toute description catégorielle, classificatoire, ce qui encourage au déni de toute tentative de ce type.

Le premier obstacle tient au phénoméne du mimétisme, à savoir qu’un groupe peut déteindre sur un autre, qu’un groupe peut s’aligner sur un autre. Une nation peut vouloir se prétendre « peuple », une classe peut revendiquer les mêmes droits qu’une autre, la droite récupérer un programme de gauche et vice versa, ce qui est susceptible de décourager la recherche.

Le  second obstacle est d’ordre cyclologique. Au regard de l’Astrologie EXOLS, par exemple,au cours de toute période de 7 ans, les esprits sont tous impactés dans le même sens, tout le monde devient alternativement équinoxial et solsticial, toutes tendances confondues. On conçoit que là encore un tel phénoméne puisse générer une certaine perplexité.

Cela dit, on a comme contre partie le fait qu’au cours d’une certaine période, les esprits évoluent, passent par un même climat psycho-sociologique, ce qui vient faciliter la prévision astrologique en relativisant le rôle des acteurs. Si l’on prend le cas de 2002 avec la défaite de Lionel Jospin  n’arrivant même pas au second tour des présidentielles., on ne se donnera pas les moyens d’appréhender ses causes sans l’aide de notre modéle astrologique. Satiurne est passé en Gémeaux, donc selon notre doctrine, sur l’axe solsticial, ce qui vient changer les priorités, le local prenant alors sa revanche sur le global , ce qui conduit majorité parlementaire à s’éparpiller, les considérations de chapelle (‘Chevénement, Taubira etc) l’emportant sur l’intérêt général. Or, les commentateurs ne disposent toujours pas à ce jour pour rendre compte d’une telle situation qui juré avec l’esprit des années précédentes sous le signe de l’équinoxialité.

 

 

 

 

 

 

 

JHB 15 02 24

Publié dans ASTROLOGIE, cyclologie, mimétisme | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Epistémologie. Heurs et malheurs du mimétisme et des faussaires

Posté par nofim le 1 octobre 2023

jacques  halbronn  Epistémologie. Heurs et malheurs du mimétisme et des faussaires.

 

Dans nos travaux consacrés à la fabrication des Centuries, nous avons montré que les faussaires avaient fait de mauvais choix en copiant, par ignorance, de faux documents, à commencer par les vignettes de couverture d’éditions pirates d’almanachs de Nostradamus, parus au début des années 1560. En effet, ces vignettes n’étaient pas celles utilisées pour les « vrais » almanachs de cet auteur.(cf Le texte prophétique en France, formation et fortune,  Presses Universitaires du Septentrion, 1999); D’ailleurs, l’idée même de produire des Centuries sous le nom de Nostradamus est probablement liée au fait que les dits vrais et faux  almanachs de Nostradamus comportaient chaque année une douzaine de quatrains. Par extrapolation, on passerait à l’idée que Nostradamus aurait pu produire ainsi des centaines de quatrains. Néanmoins, la mise en évidence de ces points n’aura pas suffi au regretté Patrice Guinard et à bien d’autres nostradamologues ou apprentis nostradamologues pour qu’ils abandonnent une fois pour toutes la thèse de l’authenticité de Centuries prétendument parues entre 1555 et 1568 alors que leur production ne commencer qu’en 1588 pour le seul premier volet et quelques années plus tard pour le second doté d’une Epitre à Henri II , recyclant une vraie Epitre au Roi (datée de 1556  et non de 1558 comme la fausse) parue dans les Présages Merveilleux pour 1557 (reprint 2002 dans nos Documents inexploités sur le phénoméne Nostradamus, Ed Ramkat)

Mais de telles  mésaventures sont monnaie courante. On pense notamment au processus de l’emprunt linguistique  (cf Louis Deroy . Paris, Les Belles Lettres, 1956).dont nous avons traité dans notre mémoire « Linguistique de l’erreur et épistémologie populaire 1987. De fait, l’erreur est une fatalité pour toute forme de mimétisme.  Elle peut se présenter comme une innovation de la part de l’emprunteur mais celle-ci est le plus souvent involontaire et tient à une mauvaise appréhension du modéle ciblé, ce qui produit du « barbarisme », comme dans le cas de l’exercice du « thème latin » L’emprunteur se met ainsi doublement en porte à faux, tant par rapport à la langue ainsi piratée que par rapport à sa propre langue. Les langues qui auront été tentées de s’aligner sur le français auront été incpables d’intégrer le processus de la diphtongue. Or,  il s’agit là d’ un élément essentiel de la phonologie qui aura été négligé à savoir la dialectique entre signaux diphtongués et non diphtongués. L’on peut parler d’une invention de la diphtongue et de langues qui ont pris la mesure ou non de ce progrès phonologique. Le français semble être de nos jours la langue qui aura le mieux su exploiter une telle avancée des marqueurs, notamment quant à la question du genre et du nombre, ce qui la met en décalage avec les langues qui ont raté un tel  tournant ou qui n’ont pas su en profiter comme dans le cas de l’anglais, en dépit de ses emprunts massifs au français.

Dans le domaine religieux, le rapport du christianisme au judaisme est emblématique. Le processus d’imitation, de « copie » suppose que l’on ne soit pas victime des erreurs commises par le modéle lui-même! Le cauchemard du copieur, c’est quand il ne corrige pas les erreurs de son modéle, ce qui conduit à démasquer son forfait. Or, le  judaisme, du temps de Jésus, est  marqué par un puissant syncrétisme, conséquence du schisme survenu à la mort du roi Salomon, mille ans auparavant, ce qui va donner lieu à la formation de deux royaumes, au Nord, celui d’Israel, au Sud, celui de Judah et au bout du compte le Pentateuque (notamment les Livres de l’Exode et du Deutéronome)) sera recomposé à la solde des héritiers du Royaume dissident du Nord dont l’idéologie est celle de la faute et de son pardon, thématique qui occupera une place centrale dans le christianisme. Les juifs eux mêmes de nos jours sont victimes d’un tel syncrétisme et sont même allés jusqu’à appeler l’Etat hébreu,  fondé en 1948, du nom d’Israël, pourtant stigmatisé par les livres prophétiques de l’Ancien Testament.

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 01 10 23

Publié dans ASTROLOGIE, LINGUISTIQUE, mimétisme, NOSTRADAMUS, RELIGION | Pas de Commentaire »

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs