Actes du Colloque CURA -MAU de Paris 16-17 décembre 2000 Frontières de l’astrologie, de Nostradamus à Gauquelin

Posté par nofim le 24 août 2021

Actes du Colloque C.U.R.A./M.A.U. de Paris16-17 décembre 2000 : Frontières de l’Astrologie (De Nostradamus aux Gauquelin)

 

NB  Ce colloque a été filmé et on le trouve sur TELEPROVIDENCE,  YOU TUBE.  Le RAO en  réalisé un DVD.

Compte-rendu du Colloque - par Patrice Guinard

Programme et Liste des intervenants présents
Patrice Guinard    J’ai conservé le format (RTF) et l’état des textes, tels qu’ils m’ont été communiqués.

Cartographie Astrologique - par Claudine Besset-Lamoine

Astrologie médicale - par le docteur Nguyen

Pour l’astrologie! Mais laquelle? - par Patrice Guinard

Le mythe du Modèle Astrologique Universel - par Jacques Halbronn
Schéma du cycle saturnien - de Jacques Halbronn

Datation de phénomènes météorologiques - par Valérie D’Armandy

L’astrologie contemporaine, sens et contresens - par Kieser ibn ‘l Baz

Compte-rendu des 8 sessions du Colloque - par Jacques Halbronn

Compte-rendu du Colloque de Paris
Patrice Guinard a brièvement ouvert le colloque avant de passer la parole à Claudine Besset-Lamoine qui a souligné l’importance de la notion de territoire dans l’astrologie antique, et notamment dans les géographies zodiacales et planétaires, pour habilement introduire les débats sur la question même du colloque. Ainsi s’interroger sur les frontières de l’astrologie d’une part, et définir l’astrologie comme le savoir des territoires et des démarcations d’autre part, seraient-elles géographiques, revient à s’interroger sur la nature même de l’astrologie.

Session 1. L’histoire au service de l’exégèse du texte prophétique

La première session a été pilotée par Isabelle Le Berre qui a rappelé les récents travaux de l’invité principal de la session, Roger Prévost, historien et auteur de Nostradamus – Le mythe et la réalité (1999), lequel a de nouveau exposé — après une émission de Bernard Pivot lors de la sortie de son ouvrage — son interprétation des Quatrains, qui révèle un Nostradamus archiviste, historien, et peut-être aussi poète. A l’appui de sa démonstration: les quatrains IV 86 et VIII 2 des Centuries, qui utilisent un repérage astrologique, et font référence, l’un à des événements de 1495, l’autre aux incidents météorologiques (orages et précipitations) de 1561, tous deux attestés dans les chroniques locales des régions concernées. Roger Prévost aurait ainsi retrouvé les sources historiques, mais aussi littéraires et spéculatives (comme le traité de Richard Roussat, paru à Lyon en 1550, et déjà signalé par certains exégètes), de plus de 600 des 940 quatrains que comprennent les Centuries.

Patrice Guinard a fait remarqué que cette lecture implique que Nostradamus avait a sa disposition une bibliothèque considérable, composée à la fois d’ouvrages historiques, mais aussi d’archives, de bulletins et de chroniques locales. C’est cette bibliothèque essentiellement historique que Nostradamus aurait brûlée, et non une bibliothèque composée en grande partie d’ouvrages ésotériques et magiques.

Roger Prévost a également insisté sur la vision cyclique de l’histoire que Nostradamus partageait avec la plupart de ses contemporains, propos que Frank Hernandez, géographe, a illustré par un schéma cyclique montrant la récurrence supposée d’événements historiques qui se seraient déroulés, à plusieurs siècles d’intervalle, dans les mêmes lieux.

Reprenant cette idée de cyclicité, Jacques Halbronn, historien des textes prophétiques, a exposé sa conception de la mécanique prophétique, à savoir l’exploitation littéraire d’un corpus dont on pense que les événements décrits sont assez solides et judicieusement choisis pour avoir quelque chance de se reproduire, du moins en partie, dans le futur, en vue de valoriser, essentiellement, une situation politique proche, ou même déjà présente. Ainsi le prophète serait l’instrument d’un courant politique ou d’une mouvance idéologique, qui reste d’ailleurs à définir. Mais l’instrumentalisation du texte prophétique ne s’arrêterait pas là, puisque le corpus nostradamique serait en partie l’oeuvre de faussaires ultérieurs, assez doués pour imiter le style de Nostradamus, aussi bien celui de ses quatrains en vers que celui de sa première préface en prose, ce qui m’apparaît fortement improbable. [Je signale à Jacques Halbronn qu'il existe des départements de "Science des Textes et Documents" au sein de certaines universités, qui mettent en branle des techniques sophistiquées de dénombrement de vocables et des analyses comparatives diverses qui pourraient être utiles pour tester cette hypothèse.]

Le débat sur l’authenticité du corpus a été l’occasion pour Jacques Halbronn, qui nie l’authenticité des éditions 1555 et 1557 récemment « redécouvertes » et rééditées par Robert Benazra et Michel Chomarat, d’exposer certains des résultats de sa thèse d’État (1999) sur le texte prophétique en France, et notamment de proposer pour la parution des trois parties des Centuries, les dates de 1559 pour les 353 premiers quatrains, 1568 environ pour les centuries VIII, IX et X, et 1588-1590 pour les autres, ainsi que pour la préface à Henri II.

Finalement la question du phénomène prophétique en soi a été soulevée par Isabelle Le Berre, à savoir celle des capacités réelles ou contestées au prophète de Salon à avoir pu anticiper l’avenir. La vision sceptique des historiens Prévost et Halbronn n’a pas été entièrement concédée par les astrologues participant au débat, comme Tristan Lahary, invoquant certains travaux de Jacques Dorsan, qui s’est interrogé sur la possibilité pour Nostradamus d’avoir en réalité utilisé un repérage sidéral et non tropique pour les positions planétaires mentionnées dans les quatrains.

[Les conceptions de Jacques Halbronn et de Roger Prévost, quoiqu’en apparence complémentaires, soulèvent un problème crucial qui aurait mérité d’être davantage débattu et qui en fait met à jour leur absence de convergence, si ce n’est leur contradiction. Un nombre non négligeable de quatrains (I 5, I 66, III 41, III 68-69-70, IV 44-45-46-47, IV 49…) de la première édition des Centuries, parue vers 1559 selon Jacques Halbronn qui considère les éditions antérieures comme antidatées, interprétés par Roger Prévost à la lumière des documents historiques, se rapportent à des événements ultérieurs à cette date, par exemple le couronnement de Maximilien II en 1564 (quatrain I 43). Autrement dit, il faudrait repousser encore ce qui serait la première édition authentique d’au moins 5 ans, ou alors cesser de nier le caractère prophétique d’un phénomène qui échappe en grande partie aux limites de la rationalité moderne.]

Patrice Guinard a conclu le débat par une analyse comparative, pour le quatrain X 67 (Le tremblement si fort au mois de May), de l’interprétation de Roger Prévost (une forte pluie de grêle le 4 mai 1549 dans la région de Montélimar) avec celle de Vlaicu Ionescu (la brusque offensive allemande du 10 au 21 mai 1940), et tenté de montrer que, compte tenu des positions  planétaires indiquées, les deux interprétations restaient plausibles, et que la recherche de la source textuelle comme celle de l’événement futur annoncé n’étaient pas irréconciliables. Ainsi les orages de 1549 pourraient aussi coder, par un jeu sur les dates (1549 «–» 1945), les événements de 1945 (les bombes lancées sur Hiroshima et Nagasaki, marquant la fin de la guerre et le dernier vers du quatrain: Tombera gresle lors plus grosse qu’un euf). Chaque quatrain serait un texte à deux faces, l’une tournée vers le passé, l’autre vers le futur, et la base historique, littéraire ou simplement textuelle des quatrains coderait un avenir pressenti. C’est ainsi que la vision cyclique de Nostradamus trouverait sa consécration.

Session 2. Les fondements biologiques de l’astrologie et leur application à la médecine

Jean-Paul Citron, biologiste, a exposé les mécanismes déclenchés par le signal gravitationnel dans la cellule. Lors d’une variation gravitationnelle (et en particulier d’origine astrale), la molécule d’ADN se décompacte et se reconfigure. En outre les rythmes planétaires semblent mémorisés au niveau cellulaire, et par suite le signal astrologique se justifierait par sa nature gravitationnelle et par le fait qu’il agirait de manière rythmique.

Bernard Blanchet, astrologue conditionaliste, a demandé à Jean-Paul Citron d’expliciter son modèle biochimique pour les signaux à faible intensité, notamment ceux relatifs à Pluton, et Patrice Guinard a soulevé le problème des seuils, en demandant s’il existait une limite quant à l’enregistrement et la sensibilisation de la cellule aux rythmes d’origine cosmique, invoquant la récente découverte de planétoïdes de taille infime au-delà de Pluton-Charon.

Jean-Paul Citron a souligné la capacité de l’ADN à réagir à de très faibles intensités et admis la possibilité de l’existence de seuils minima, au-dessous desquels la réponse ne se produirait pas. La fameuse courbe de Gauss pourrait être le modèle formel illustrant ces mécanismes. Concernant l’origine du déclenchement de cette sensibilisation de la cellule aux rythmes planétaires, Jean-Paul Citron a mentionné un phénomène connu des biologistes, la re-méthylation du génome, qui se produit quelques jours après la naissance et qui serait un début d’explication à l’acquisition par le nouveau-né d’une sensibilisation à des rythmes planétaires spécifiques.

Bernard Biardeau a présenté un système de correspondances entre les signes zodiacaux et les méridiens de l’acupuncture, et exposé les résultats de son expérience homéopathique, tendant à souligner l’efficacité des substances homéopathiques susceptibles de contrebalancer les faiblesses et déséquilibres planétaires d’un thème natal.

Patrice Guinard a ensuite donné la parole à Valérie d’Armandy qui a exposé certains résultats de sa pratique et discuté le problème de l’assimilation des maladies aux facteurs planétaires et zodiacaux. Elle a insisté sur le caractère collectif de certaines maladies récentes, comme le cancer et le sida, qui seraient en quelque sorte intériorisées au niveau psycho-mental à travers les medias, et mis en avant l’observation suivant laquelle une maladie donnée serait moins liée à une dominante planétaire fixe qu’à une sensibilisation généralisée de l’organisme, d’abord d’origine psychique, et de nature neptunienne, et à une activation de cette sensibilisation par la planète Mars.

Le docteur Franck Nguyen a exposé avec circonspection son expérience en astrologie médicale, souligné ses limites et montré l’impossibilité de diagnostiquer une maladie à l’aide du seul thème natal. Les données astrologiques seraient à prendre en compte, corrélativement aux autres données d’ordre physique, biologique et organique, et ne relèveraient que d’un déterminisme relatif. Suite à une question de Jacques Halbronn concernant le déclin de l’astrologie médicale au cours du XVIIIè siècle, Franck Nguyen a montré que les techniques modernes avaient suppléé nombre d’outils astrologiques encore répandus à cette époque et devenus aujourd’hui inutiles. Enfin, Patrice Guinard a suggéré que l’efficace des influences astrologiques sur le plan médical pourrait être due principalement à la nature psychique, ou plus exactement psycho-somatique, des facteurs à prendre en compte, et notamment au niveau des transits planétaires.

Session 3. La spécificité de l’astrologie française

Pierre Barrucand, ex-mathématicien au C.N.R.S., a porté témoignage sur ses rencontres avec certains astrologues français des années 40 et 50, dont la plupart sont aujourd’hui décédés. Virginia Spica a évoqué les réunions bimensuelles animées du C.I.A. (Centre International d’Astrologie) dans les années 60 et son implosion au début des années 70 en raison de conflits de pouvoir. On peut regretter que ce creuset parisien de discussions fécondes n’ait plus aujourd’hui de véritable équivalent et que l’astrologue-consultant s’en tienne à sa pratique et à sa clientèle sans se soucier des éventuels progrès de la recherche. Jacques Halbronn a défini la période 1975-2000 comme étant celle de l’âge des congrès, soulignant son action au sein du M.A.U. pendant ces années, ainsi que l’activité de Patrice Louaisel dans le développement de réseaux régionaux.

Véronique Lepage a comparé la situation de l’astrologie française à celle de l’astrologie anglaise, et remarqué que l’expansion de l’astro-psychologie britannique, essentiellement d’orientation jungienne, suite à l’influence de Dane Rudhyar et de Liz Greene, pouvait être due à un besoin, comblant la faiblesse du développement de la psychanalyse britannique, contrairement au rayonnement de la psychanalyse française, de Jacques Lacan à Françoise Dolto.

A la suite de ces divers témoignages, Patrice Guinard a recentré le débat sur la question de l’éventuelle existence d’une spécificité de l’astrologie française, notamment au niveau des conceptions théoriques, si ce n’est des pratiques. José Fernández Quintano (Espagne) a fait part de l’écho important qu’a connu l’astrologie française dans son pays, et suggéré que sa spécificité était peut-être à rechercher en comparaison avec la philosophie, dont le courant structuraliste a connu en France un essor incomparable. Il a cependant conclu son intervention en soulignant que la véritable rupture moderne se serait faite avec l’américain Dane Rudhyar qui aurait débarrassé l’astrologie d’une certaine conception prédictive et ésotérique qui était encore celle en vogue au début du XXè siècle. [On pourrait cependant lui objecter que le français Paul Choisnard est décédé plusieurs années avant la parution des premiers ouvrages de Rudhyar, et qu'en 1935, l'Allemagne avait déjà derrière elle une activité de recherche incomparable].

Patrice Guinard a ensuite exposé ses idées concernant la tendance de l’astrologie française à restreindre le corpus astrologique à ses facteurs essentiels. Les planètes hypothétiques de l’école de Hamburg, les mi-points de Witte et Ebertin, les harmoniques de John Addey et d’autres inventions comparables ont connu un écho assez faible dans ce pays. Cette simplification des facteurs pris en compte dans le thème natal s’accompagne d’une technique d’interprétation mettant en jeu des orbes d’autant plus larges. Jacques Halbronn a suggéré que ce penchant serait plutôt dû à une volonté de restructurer le corpus et la tradition au niveau des fondements, d’où la forte tendance « structuraliste » de l’astrologie française, à commencer par Dom Néroman, alors que les allemands et les anglais auraient plutôt cherché à faciliter le travail de l’interprète.

Patrice Guinard a souligné que l’astrologie horaire, fort répandue outre-Manche et outre-Atlantique, était restée une pratique relativement marginale en France, ainsi que celle des orbes étroits, ce qui tendrait à montrer, comme l’a reconnu aussi Tristan Lahary, que les techniques ayant directement trait à la prédiction, ne connaissent pas en France le même engouement qu’ailleurs. Steffan Vanel (USA) a conclu la session en montrant que les astrologues américains étaient davantage attirés par la nouveauté que les astrologues du vieux continent, à commencer par les français, ce qui présente l’avantage d’une grande émulation, mais aussi l’inconvénient d’une certaine naïveté concernant la réalité du fait astrologique.

Session 4. Le thème astrologique comme mandala de la consultation

Jacques Halbronn a ouvert cette session en exposant ses théories, par ailleurs bien connues. Le thème natal, élément essentiel de la consultation, sert à produire du discours. L’instrumentalisation du thème, natal ou horaire, fonde la consultation astrologique. Il importe peu que l’astrologue ait derrière lui de longues années d’études, pourvu qu’il sache gérer le dialogue et maîtriser la situation de consultation. Il n’importe pas plus que la signification donnée aux divers éléments du thème soit ou non issue de recherches d’ordre physico-biologiques, puisque ces significations ne sont finalement que des conventions culturelles, que l’astrologue-consultant saura manier avec plus ou moins de dextérité.

Yves Haumont (Belgique), auteur d’une thèse sur la langue astrologique, a comparé le discours astrologique au discours alambiqué de la psychanalyse lacanienne. L’effet serait comparable, puisque le patient ressort sonné de la consultation. Et Roberto Renout a prolongé cette optique en montrant que le thème, projection du ciel sur une surface, n’était pas même nécessaire, et pouvait être remplacé par une série de boules sphériques et colorées, représentant l’ensemble des possibilités astrologiques, au sein desquelles le patient a le loisir, dans la consultation, de choisir ses options, et ainsi de découvrir un espace symbolique qui lui conviendrait, selon ses goûts et ses affinités.

Franck Nguyen et David Buffet se sont opposés à ces vues, soulignant le fait que l’astrologue ne produit pas n’importe quel discours, et que tout discours n’est pas interchangeable, comme semble le croire Halbronn. Le malade du poumon n’accepterait pas que le médecin propose de lui soigner le genou, comme l’a rappelé Franck Nguyen. David Buffet a souligné qu’il n’existait pas une uniformité psychologique entre individus, et illustré ses propos par sa pratique des degrés monomères, issue des travaux de Gilles Verneret, et impliquant au contraire une hyper-spécialisation de la lecture du thème.

José Fernández Quintano a regretté qu’il n’y ait pas davantage de consensus dans l’interprétation du thème. Steffan Vanel a défendu sa conception de la consultation, et justifié le couplage du thème astrologique avec les lames du tarot, limitant ainsi le penchant de l’astrologue à la projection. Fouzy Hamici a présenté sa pratique intuitive comme celle d’un artiste qui n’aurait pas besoin d’un lourd bagage livresque. Enfin Bernard Blanchet, consultant en entreprise, a disqualifié l’astrologie comme instrument fiable du recrutement, contestant au thème natal sa capacité à informer sur le niveau de compétence de l’individu.

[Il semblerait que Jacques Halbronn prenne le client de la consultation astrologique pour un imbécile. Si le patient reçoit une sorte de discours stéréotypé ou plus ou moins adapté à la situation du moment auprès d'un astrologue peu qualifié, ou même auprès d'un brillant artiste qui divague, il n'en résulte pas que la consultation lui ait été salutaire. Et par suite il peut avoir tendance à retourner voir le même astrologue ou un autre, comme dans le cas de la cure psychanalytique infinie à la Lacan. Ce qui fait marcher le commerce, et tous y trouvent leur compte -- qui peuvent remercier Halbronn qui donne ainsi son aval à ce que je serais tenté d'appeler l'incompétence. Mon expérience est tout autre. J'ai remarqué, lors des consultations que j'ai pu donner dans le passé, que si l'astrologue mettait le doigt sur le point sensible, et savait montrer au patient l'abîme existant entre son potentiel psychique et les représentations psycho-mentales qu'il peut s'être forgé de lui-même au cours du temps, démêler l'écheveau en quelque sorte et le guérir de ses illusions par une analyse critique, le résultat était spectaculaire. Le patient reçoit un véritable choc psychologique, comme le réclamait Jung pour la psychanalyse, qui lui donne des indications précieuses sur lui-même s'il sait les accepter. Rien à voir avec le discours d'un bonimenteur qui agit seulement au niveau verbal, à la surface de la conscience. Les conséquences peuvent être que le patient a compris quelque chose et ne désire plus consulter d'astrologue, parce que l'astrologue lui a donné les moyens de se passer de lui. La consultation n'est pas une affaire de description psychologique, mais de transformation psychique.]

Session 5. Le statut de l’astrologie

Cette session a commencé par un entretien entre Patrice Guinard et Françoise Gauquelin, laquelle a donné quelques précisions relatives à l’interprétation des travaux qu’elle a faits avec son mari Michel, aujourd’hui décédé. Ainsi l’abondance des recherches actuelles, surtout anglo-américaines, concernant la planète Mars et « l’effet Mars » ne signifie pas que cette planète aurait plus d’importance que les quatre autres planètes (Jupiter, Vénus, la Lune et Saturne) pour lesquelles des résultats statistiques ont été trouvés, mais serait due au renouvellement plus aisé des échantillons de sportifs, et donc à une plus grande facilité pour les expériences de replication. Franck Nguyen s’est interrogé sur l’absence de résultats concernant les autres planètes, en particulier Mercure, et suggéré que certaines planètes admettraient une adéquation moins évidente avec la notion de catégorie professionnelle.

Jean-Paul Citron a poursuivi son exposé de la veille et tenté d’élucider comment certaines corrélations entre les mécanismes biochimiques pouvaient éclairer certaines affirmations astrologiques: par exemple la corpulence de l’individu (gros ou maigre) qui pourrait être mise en relation avec une valorisation planétaire Jupiter/Lune chez les gros, et Saturne/Lune chez les maigres. Françoise Gauquelin s’est déclarée prête à tester statistiquement cette hypothèse, et Patrice Guinard a demandé si ces corrélations biologiques pouvaient être généralisées à d’autres planètes. Jean-Paul Citron a donné d’autres exemples, et admis que les progrès constants de la biologie demandaient à la fois une certaine prudence, mais permettaient aussi d’envisager de belles avancées dans l’avenir.

Patrice Guinard s’est interrogé sur le statut de l’astrologie, et nié que l’astrologie puisse devenir une science, même si les résultats statistiques d’une part, et les recherches d’ordre biologique d’autre part, pouvaient être d’un secours non négligeable quant à la compréhension du fait astrologique. Il a présenté l’astrologie d’abord comme une philosophie, peut-être une philosophie compréhensive des sciences humaines, avec aussi certaines exigences d’ordre astronomique et physique, mais une philosophie qui relève encore d’une certaine forme de croyance ou tout au moins de consentement. Le statut de l’astrologie est tout aussi ambigü pour les sceptiques et pour les historiens, puisqu’on retrouve l’astrologie, surtout ancienne, en appendice des encyclopédies historiques, que ce soit en astronomie, en philosophie ou dans l’histoire des religions.

José Fernández Quintano a précisé quelques points concernant un projet d’avenir pour l’astrologie: la formation pluridisciplinaire de l’astrologue, la nécessité d’un débat entre astrologues afin d’éviter l’implosion de l’astrologie en raison d’une pléthore de techniques disparates, et l’intérêt d’une étude attentive de la période babylonienne, encore peu connue, et cependant cruciale pour la compréhension de l’astrologie.

Patrice Guinard a essayé de montrer qu’il existait trois attitudes concernant l’astrologie: le « rien ne marche » des sceptiques qui interprètent l’astrologie comme un processus d’auto-suggestion, un simple effet placebo ; le « tout marche » du praticien qui se satisfait d’une technique qui n’a pas besoin de justification ; « il y a quelque chose qui marche » en raison de certaines résonances d’ordre physique, géo-magnétique et biologiques, et la tâche astrologique consiste à rechercher un modèle qui répond à ces exigences.

Jacques Halbronn a précisé que tout ce qui existe astronomiquement ne devait pas avoir forcément une signification astrologique, que tout ce que l’astrologie a accumulé au cours de son histoire ne devait pas avoir obligatoirement une utilité aujourd’hui, et que tout le vécu de la personne humaine ne concerne pas nécessairement l’astrologie. Finalement il a opté pour la troisième hypothèse exposée par Patrice Guinard, celle d’une certaine astrologie qui marche, mais non pas en raison d’une recherche d’ordre épistémologique ou d’une vraisemblance d’ordre physique, mais en vertu d’une sélection délibérée, d’un choix arbitraire de nature conventionnelle.

Pierre Barrucand est revenu sur la question des éventuelles corrélations entre les éléments astronomiques et les traits de caractère, et s’est interrogé sur l’attitude des scientifiques et sur leur fermeture d’esprit envers l’astrologie, d’autant plus « curieuses » qu’ils sont relativement bien disposés par ailleurs à tester des hypothèses dépourvues de preuves.

Pour Ioan Azimel, un ancien élève de Jacques Halbronn, le fait que l’astrologie ne soit pas unifiée serait une force, car elle devient inattaquable, ce qui renforce l’affirmation de son maître, à savoir que l’astrologie se maintient tant qu’elle existe dans l’esprit humain. Patrice Guinard a finalement fait observer qu’aucune recherche n’est possible avec de tels présupposés, et oublié de rappeler pour clore le débat une sentence de son Manifeste, à savoir: L’astrologie serait-elle totalement éradiquée de la culture, l’astral n’en continuerait pas moins à piloter la conscience humaine.
Conclusion

Pour les trois sessions suivantes, auxquelles je n’ai pu participer, je renvoie au compte-rendu de Jacques Halbronn. Ce colloque a été d’une excellente qualité, tant au niveau des interventions qu’au niveau des débats. La salle était composée essentiellement d’astrologues et de spécialistes, par exemple Paule Houdaille, Richard Pellard ou Christian Gourdain. Daniel Cobbi a été excusé, ainsi qu’Illel Kieser qui m’a adressé le texte de sa communication. Le succès du colloque méritait qu’un effort soit fait pour en rendre compte, et un document video est en préparation. Que tous soient remerciés pour leur participation, et aussi pour avoir compris qu’il n’est pas encore devenu inutile, à l’heure d’Internet, de dialoguer et de confronter ses conceptions de vive voix. Souhaitons que ce type de congrès, rassemblant des astrologues et spécialistes qui discutent entre eux, et non seulement des « professeurs d’astrologie » qui enseignent ex cathedra les résultats de leurs dernières trouvailles à leurs élèves, puisse perdurer, pour l’instant grâce essentiellement à l’entrain et à la générosité de Jacques Halbronn.
Patrice Guinard, directeur du C.U.R.A.
20 janvier 2001


Programme et Liste des intervenants présents

* Colloque placé sous l’égide du C.U.R.A. (Patrice Guinard) et du M.A.U. (Jacques Halbronn)
* XXVème anniversaire de la fondation du M.A.U. (Mouvement Astrologique Unifié)
* Premier colloque astrologique du C.U.R.A.
* Direction des débats: Isabelle Le Berre (session 1), Patrice Guinard (sessions 2, 3 & 5), Jacques Halbronn (sessions 4, 6, 7 & 8).
Samedi 16 décembre 2000
Ouverture du colloque: Patrice Guinard et Claudine Besset-Lamoine
Session 1:  Nostradamus et l’Astrologie. L’appel au prophétisme.
Pourquoi le médecin Michel de Nostredame, qui publiait sur l’astrologie, a-t-il choisi de passer à un autre registre, celui du prophétisme poétique?  La part de l’astrologie dans les Centuries. Le prophétisme au secours de l’astrologie. Les astrologues face à Nostradamus (de Neptune à Chiron).
Avec Roger Prévost, Isabelle Le Berre, Patrice Guinard, Frank Hernandez, Jacques Halbronn, Tristan Lahary
Session 2:  Astrologie et Médecine. Liens avec la biologie.
La médecine médiévale se raccordait à  l’astronomie/astrologie. Puis elle s’en est écarté et l’a évacuée. La recherche biologique lui donne-t-elle tort ou raison? Quelle est sa place chez le médecin d’aujourd’hui? Un astrologue peut-il se situer sur le plan médical? Quelle déontologie?
Avec Jean-Paul Citron (C.O.M.A.C.), Valérie d’Armandy, Franck Nguyen (R.A.O.), Jacques Halbronn, Bernard Biardeau, Patrice Guinard
Session 3:  Y a-t-il une école astrologique française?
Existe-t-il, dans chaque pays, une tradition astrologique spécifique? Quelles en sont les raisons? Quelle est et quelle a été la place de l’astrologie française dans le monde? Bilan de l’astrologie française au XXème siècle. Sa dépendance de l’étranger et son rayonnement.
Avec Patrice Guinard, Véronique Lepage, Pierre Barrucand, Virginia Spica, José Fernández Quintano (Espagne), Jacques Halbronn, Steffan Vanel (USA)
Dimanche 17 décembre 2000
Session 4:  Le thème natal comme mandala et rituel. Quelle instrumentalisation?
Quels que soient les doutes que l’on puisse exprimer au regard de l’astrologie, le thème natal constitue un vecteur privilégié de communication et d’identification pour l’individu. L’astrologie, à ce niveau là, est-elle un langage ou un savoir? Comment se préparer au métier d’astrologue et comment l’exercer? Quelles relations avec les psys?
Avec Yves Haumont (Belgique), Jacques Halbronn, David Buffet (C.A.E.), Roberto Renout, Steffan Vanel, José Fernández Quintano, Marc Cohen, Fouzy Hamici, Bernard Blanchet (A.É.R.A.), Franck Nguyen
Session 5:  L’astrologie comme savoir frontière. Quelle épistémologie?
L’astrologie se situe-t-elle dans le champ de la science ou à ses frontières? Peut-on la cerner par le moyen de la statistique sans l’appauvrir? Sa pérennité fonde-t-elle sa légitimité à se situer à part, sur un autre plan qui échappe aux outils d’investigation habituels? A quelles conditions pourrait-elle être reconnue par l’intelligentsia contemporaine? Quel sera son devenir au XXIème siècle?
Avec Françoise Gauquelin (Astro-Psychological Problems), Patrice Guinard, Jean-Paul Citron, Franck Nguyen, Pierre Barrucand, Ioan Azimel, José Fernández Quintano (Beroso)
Session 6:  Astrologie et astronomie. Le sidéralisme.
A côté de la tradition astrologique zodiacale et tropique se sont développés d’autres façons de déchiffrer et de décoder le ciel qui nous renvoient à la question des origines de l’astrologie. Quel est le ciel de référence pour l’astrologie: celui des Anciens ou celui que nous connaissons aujourd’hui?
Avec Didier Massoulle (astronome), Christian Lazarides, Jacques Halbronn, Barbara de La Motte Saint-Pierre, Tristan Lahary, Bernard Blanchet, Franck Hernandez
Session 7:  Astrologie et géographie. Chorographie. L’astrologie mondiale
Le modèle astrologique doit-il prendre en compte la diversité des peuples et des régions du monde? Comment savoir si une période sera ou non favorable à un pays? Bilan des prévisions politiques et sociales au XXème siècle.
Avec Jacques Halbronn, Franck Hernandez, Valérie d’Armandy, Fouzy Hamici, Barbara de La Motte Saint-Pierre, Michèle Gior, Éric Ruiz, Évelyne Latour, Xavier Faurelle, Yves Haumont
Session 8:  Astrologie et  clivages socio-culturels. L’homme et la femme dans l’équation astrologique.
Pertinence des clivages et typologies astro-psychologiques? Le clivage entre pro- et anti-astrologues révèle-t-il un fossé entre certaines catégories socio-culturelles? L’astrologie est-elle pour les femmes une contre-culture, une forme de protestation en tant que savoir non conforme, marginal, « paria », mais qui « marche »?
Avec Bernard Blanchet, Yves Haumont, Franck Nicolas, Jacques Halbronn, Véronique Lepage, Tristan Lahary, Marie-France Philip
 

Publié dans ASTROLOGIE, NOSTRADAMUS | Pas de Commentaire »

Catalogue par titres abrégés du fonds Nostradamus de la Bibliotheca Astrologica, géré par Patrice Guinard (Toulouse) depuis 2011.

Posté par nofim le 24 août 2021

Lune Portrait de Nostradamus
Accueil
Catalogue par titres abrégés du fonds Nostradamus de la Bibliotheca Astrologica, géré par Patrice Guinard (Toulouse) depuis 2011. dans NOSTRADAMUS v Biographie
v dans NOSTRADAMUS Ascendance
v Bibliographie
v Références
v Analyse
Frontispices
v Gravures v Actualité
v Recherche
v Club
v Ramkat
Lune

ANALYSE

140

Catalogue par titres abrégés
du fonds Nostradamus de la Bibliotheca Astrologica

par Jacques Halbronn

    Nous présentons ici la liste de plus de 300 pièces dont dispose la Bibliotheca Astrologica, fondée en 1972, et qui ont trait à Nostradamus. Ce fonds est notamment complémentaire des collections Ruzo, dont par ailleurs nous avons obtenu quelques reproductions. Cette liste n’est d’ailleurs pas exhaustive et nous n’avons pas exploré encore systématiquement tout ce que nous avions en rapport avec le sujet. Notre collection iconographique en rapport avec Nostradamus est sensiblement plus importante et sera publiée prochainement. Nous publierons par la suite un Supplément. De la sorte, les spécialistes pourront accéder à ce fonds soit en se rendant sur place, soit en en demandant des reproductions, en attendant que ce fonds soit accessible en ligne. Le catalogue que nous proposons ici est des plus succincts et sera complété et amélioré par la suite. En tout état de cause, nous n’avons pas souhaité classer les documents par ordre chronologique ni par ordre alphabétique d’auteurs mais simplement par titre et cela, bien entendu, parce que les attributions en sont souvent discutables. Les textes ainsi recensés ne sont pas nécessairement disponibles intégralement. Parfois, on n’a reproduit que certaines pages. Les documents microformés sont, en revanche, tous, in extenso. Nous n’avons pas cru bon de restituer les titres complets des ouvrages, étant donné que ceux-ci sont généralement signalés dans les bibliograhies nostradamiques habituelles. Précisons que le fonds Nostradamus ne représente qu’une petite partie des collections de la Bibliotheca astrologica, tant en matière de prophétisme que d’astrologie. Le caractère nostradamique de certains textes n’est pas toujours évident et il est conseillé de se référer à nos études sur Espace Nostradamus, et sur le Site CURA.free.fr en particulier, pour examiner ce que nous en disons voire pour disposer d’une reproduction de la page de titre ou d’un extrait. Cette bibliographie est donc un complément de nos travaux et en est l’assise matérielle, et notamment par rapport à nos Documents Inexploités sur le phénoméne Nostradamus, Feyzin, Ed. Ramkat, 2002. Bien entendu le Répertoire Chronologique Nosradamique (RCN), Paris, Ed. Trédaniel-La Grande Conjonction, de Robert Benazra servira dans bien des cas à compléter nos trop bréves notices. Nous avons numérotés (BA pour Bibliotheca Astrologica, Paris) les pièces de notre catalogue pour faciliter le référencement quand plusieurs titres sont proches.

Pour prendre contact avec la Bibliothèque : astrobibl@yahoo.fr

BAN 1. 1927-1999. Comment lire les prophéties de Nostradamus ? Par Dom Necroman (Maurice Rougie), Paris, Maurice d’Hartoy
BAN 2. 1840. Prophezeiungen des Nostradamus nach der Lyoner Ausgabe von 1568 (…) Stuttgart
BAN 3. Abbé (L’) Rigaux, curé d’Argoeuves, interprète de Nostradamus (conférence faite aux Rosato Picards, le 3 novembre 1928) par R. Normand,
BAN 4. Abrégé de l’Histoire de Michel Nostradamus par M. Palamèdes Tronc de Condoulet, manuscrit
BAN 4 bis. Abrégé de l’Histoire de Michel Nostradamus par M. Palamèdes Tronc de Condoulet. Transcription in Abrégé de la vie et de l’histoire de Michel Nostradamus, par Tronc de Coudoulet, Feyzin, Ed. Ramkat, 2001
BAN 5. Abrégé de la vie de Michel Nostradamus, suivi d’une nouvelle découverte de ses quatrains, par le sieur Palamède Tronc de Coudoulet de la ville de Salon, Aix, Adibert, s. d. microforme de l’original)
BAN 5 bis. Abrégé de la vie de Michel Nostradamus, suivi d’une nouvelle découverte de ses quatrains, par le sieur Palamède Tronc de Coudoulet de la ville de Salon, Aix, Adibert, Reprint Benazra, Ed. Ramkat, 2001
BAN 6. Advertissement à tous les peuples (…) par M. Anthoine Crespin Nostradamus, Lyon, 1571
BAN 7. Almanacco et Pronostico per l’anno presente MDLXXXVII calculato per l’Eccellente Astrologo M. Philippo Nostradamus, Verona, Sebastiano dalle Donne
BAN 8. Almanach des almanachs le plus certain pour l’an MDXCI (…) Prinses du Bas allemand du Seigneur de Cormopède, Lyon, Jean Pillehotte
BAN 9. Almanach du Grand Prophète pour 1879 ou ce qui sera (…) commenté par l’Abbé H. Torné Chavigny, Paris et St Denis du Pin
BAN10. Almanach ende Prognosticatie van (…) 1592, door Michel Nostradamus, Anvers, Guilliaem van Paris
BAN 11. Almanach nouveau pour 1562 composé par Maistre Michel Nostradamus, Paris, Guillaume le Noir
BAN 11 bis. Almanach nouveau pour 1562 composé par Maistre Michel Nostradamus, Paris, Guillaume le Noir. Seulement l’Epître à Pie IV et un manuscrit d’une épître au pape, avec un contenu différent (cf. R. Amadou, Nostradamus et l’astrogie)
BAN 12. Almanach et amples predictions pour l’an de Jesus Christ 1582, composé par maistre Marc Coloni, Paris, Claude Montroeil, 1582
BAN 13. Almanach journalier pour l’an de grâce 1725 (…) tiré des oeuvres de Nostradamus, Caen, J. H. Godes
BAN 14. Almanach pour 1563 composé par M. Michel Nostradamus, Paris, Barbe Regnault
BAN 15. Almanach pour 1561 de Michel Nostradamus, Paris, Guillaume Le Noir. Exemplaire partiellement conservé
BAN 15 bis. Almanach pour 1561 de Michel Nostradamus, Paris, Guillaume Le Noir (reprint in R. Amadou, Nostradamus et l’Astrologie)
BAN 16. Almanach pour 1563, avec les présages, calculé & expliqué par M. Michel Nostradamus, Avignon, Pierre Roux
BAN 17. Almanach pour 1565, composé par M. Michel Nostradame, Lyon, Benoist Odo (microforme)
BAN 18. Almanach pour 1566, composé par Maistre Michel de Nostradame, Lyon, Antoine Volant et Pierre Brotot (reprint Cahiers Michel Nostradamus)
BAN 19. Almanach pour 1596 composé par M. Florent de Crox, Paris, Hubert Velut
BAN 20. Almanach pour l’an 1557, composé par Maistre Michel Nostradamus, Paris, Jacques Kerver
BAN 21. Almanach pour l’an 1557, composé par Maistre Michel Nostradamus, Paris, Jacques Kerver : Epitre à Antoine de Navarre, reproduite in Documents Inexploités
BAN 21. Almanach pour l’an de salut par Iehan Maria Colony, Lyon, Nicolas de la Roue
BAN 22. Almanach pour l’an MDLXVI (…) Composé par Maistre Michel de Nostredame, Lyon, Anthoine Volant & Pierre Brotot
BAN 23. Almanack (An) for the yere MDLXII made by maister Michel Nostradamus
BAN 24. Almanack (An) for the yeare 1559, composed by Mayster Mychael Nostradamus,,
BAN 25. Almanack (An) for the yere MDLXIII composed by Michael Nostradamus (traduction anglaise de l’Almanach pour 1563, Paris, Barbe Regnault)
BAN 26. Androgyn (L’) né à Paris le XXI iuillet MDLXX, illustré des vers latins de Jean Dorat, Epître de Jean de Chevigny, Lyon, Michel Jove, 1570 (microforme)
BAN 27. Anti-Nostradamus (L’) ou Vrais et faux prophètes, par Georges-Anquetil, Paris, Ed. De la Maison des Ecrivains, 1940
BAN 28. Anti-Nostradamus(L’). Almanach historique, utile, moral et amusant pour 1843, Paris
BAN 29. Antiprognosticon, par Fulke, 1560 (microforme)
BAN 30. Apologie pour tous les grands personnages qui ont esté faussement soupçonnez de magie par G. Naudé, Paris, François Targa, 1625
BAN 31. Astrologie (L’) de Nostradamus. Dossier. Collectif d’articles et de pièces, réuni par Robert Amadou. Autour du Colloque de Salon, 1985, Mairie de Salon de Provence, 1987/1991
BAN 32. Astrologie et exégèse des prophéties de Nostradamus, par Claude Brezillon, L’Intermédiaire des chercheurs et des curieux, 1961
BAN 33. Astrologie et Prophétie. Merveilles sans image, l’appareil iconographique dans la littérature divinatoire française au XVIe siècle, Catalogue d’exposition par J. Halbronn, Bibliothèque Nationale, 1994
BAN 34. Au Roy. Epistre et aux Autheurs de disputation sophistiques de ce siècle (…) Par M. Crespin Archidamus, Seigneur de haute ville, Paris, Gilles de S. Gilles, 1577
BAN 35. Aux auteurs du Journal par un Abonné et al., Journal de Paris, 10 décembre 1797
BAN 36. Avenir dévoilé ou Concordance des Propheties de Nostradamus (L’), Hambourg, 1800
BAN 37. Bayerische Staatsbibliothek. Alphebetischer Katalog 1501-1840, article Nostradamus, Michel, 1988
BAN 38. Buchstabendichtung (…) Vom Mittelalter bis zum Ende des 19 Jahrhunderts, par Elisabeth Kuhs, Heidelberg, 1982
BAN 39. Cantique spirituel & consolatif à Monseigneur le Prince de Condé (…) Plus la Déclination des Papes, Contrepronostication à celle de Nostradamus, Reims, 1561
BAN 40. Centurie de Nostradamus déterrée par un savant Antiquaire du Club d’Alençon et présentée par un Comité de Dames citoyennes a très gros et très puissant fessier evêque de L’Orne, le dimanche 15 mai, jour de son installation.
BAN 41. Charmes (Les) de Conchine, desquels il se devoit servir pour éviter les coups de pistolets (…) Avec la prédiction de Nostradamus tirée de la 4e centurie du fol. 41. Imprimé à Lyon. 1555
BAN 42. Clef (La) de Nostradamus (Ed. Paris, Jacques Piget, 1716), compte-rendu in Mémoires pour l’Histoire des Sciences & Beaux Arts, juillet 1716
BAN 43. Clef (La) de Nostradamus. Isagoge ou Introduction au véritable sens des prophéties de ce fameux Autheur (…) Par un Solitaire (Jean Roux); Paris, Pierre Giffart, 1710 (microfiche)
BAN 44. Clef des Oeuvres de Saint Jean et de Michel de Nostredame, par M. A. De Nantes, Reprint, Neuilly, Ed. Arma Artis, 1983
BAN 45. Clef des Prédictions nostradamiques (La ), par Spica-Capella (Horicks et Michaux), Soirées Astrologiques, 1941
BAN 46. Collection (A) of twenty-three Prophecies and Predictions of the famous Michael Nostradamus, Londres, 1690
BAN 47. Colloque Frontières de l’astrologie, Paris, 2000. Enregistrement vidéo avec Roger Prevost, Jacques Halbronn, Patrice Guinard, Isabelle Le Berre etc (partiellement sur DVD)
BAN 48. Colloque L’astrologie et le monde, Paris, 2004. Enregistrement vidéo avec Roger Prevost, Bernard Chevignard, Gérard Morisse, Theo Van Berkel, Jean-Christophe Pichon, Yves Lenoble etc
BAN 49. Comédie facecieuse et très plaisante du voyage de Frere Fecisti en Provence, vers Nostradamus, Nîmes, 1599
BAN 50. Commentaires du Sr de Chavigny beaunois sur les Centuries et Prognostications de feu M. Michel de Nostradamus (…) contenant sommairement les troubles, divisions etc, depuis l’an 1534 iusques à présent, Paris, Gilles Robinot, 1596
BAN 51. Complete Prophecies of Nostradamus (The), par Henry C. Roberts, New York, Nostradamus Inc.
BAN 52. Concordance (La) des Propheties de Nostradamus avec (…) La vie et l’apologie de cet auteur, Paris, Jacques Morel, 1693 (microfilm)
BAN 53. Contredicts (Les) du Seigneur du Pavillon (…) Aux faulses & abusifves propheties de Nostradamus, Paris, Charles L’angelier, 1560
BAN 54. De Gaulle révélé par Nostradamus, il y a quatre siècles, par Pierre Lamotte, Ed. Scorpion, 1961
BAN 55. De Nostradamus à Cagliostro, par Jean de Kerdeland, Paris, Ed. Self, 1945
BAN 56. Déclaration des abus, ignorances et seditions de Michel Nostradamus, Avignon, Pierre Roux, & Jan Tramblay, 1558 (microforme)
BAN 57. Démonstration de l’éclipce lamentable du soleil que dura le long du jour de la Seint Michel dernier passé (…) par M. Anthoine Crespin, Paris, N. Dumont, 1571 (microforme)
BAN 58. Dernières (Les) victoires de Nostradamus, par Vlaicu Ionescu, Paris, Filipacchi
BAN 59. Dictionnaire Nostradamus, par Michel Dufresne, Chicoutoumi (Québec), JCL Editions, 1989
BAN 60. Discorso della futura et superata vittoria contra Il Turco par Gio. Battista Nazari, Venise, 1570
BAN 61. Discours de la prodigieuse cométe apparue sur la ville de Paris, le 12e jour de May 1582, par François Liberati, Paris, Jean de Lastre.
BAN 62. Dobbelen Lovenschen Almanak voor het Jaer (…) 1850, gecalculeert door P. Nostradamus, Louvain
BAN 63. Eclaircissement des veritables quatrains de Maistre Michel Nostradamus etc (par Giffré de Rechac) 1656 (microforme) voir Nostradamus glosé
BAN 64. Entrée (L’) de la Reine Marie de Médicis à Salon par César de Nostredame (L’) (1602), Marseille, 1855
BAN 65. Epistre envoyée à M. Crespin Nostradamus seigneur de Hauteville, Vienne, Nicolas Martin
BAN 66. Epistre à la Royne mere du Roy Empereur de France (…) Par M. Crespin Archidamus, Lyon, Benoist Rigaud, 1573 (microfiche). C’est une Lettre adressée à Catherine de Médicis.
BAN 67. Epistre de Profetie de paix (…) par M. Crespin Archidamus, Lyon, Jean Patrasson, 1574 (microfiche)
BAN 68. Epistre dediée (à) Charles IX par M. Anthoine Crespin (…) Jusques en l’année 1584, Paris, Martin Le Jeune
BAN 69. Epistre dediée au Très Haut et Tres Chrestien Charles IX Roy de France par M. Anthoisne Crespin Nostradamus (…) iusques en l’année 1584, Lyon, Benoist Rigaud (microfiche)
BAN 70. Epistre demonstrative, faicte à (…) Madame Elisabeth d’Autriche (…) Par M. Anthoine Crespin Nostradamus, Paris, Nicolas du Mont, 1571 (microfiche)
BAN 71. Erschrecklich (Ein) und wunderBarlich Zeichen, (signé : Michael De Nostre Dame, Nuremberg), 1554
BAN 72. Etude sur les Prophéties de Nostradamus, par Buget, Bulletin du Bibliophile, 1860
BAN 73. Excellent et très utile opuscule à tous nécessaire de plusieurs exquises receptes divisé en deux parties (…) Composé par maistre Michel Nostradamus, Lyon, Benoist Rigaud, 1572
BAN 74. Excellent (An) Tretise Shewyng such perillous and contagious infirmities as shall insue 1559 and 1560 (…) Compiled by Maister Michael Nostradamus (…) And translated into Englysch, Imprinted at London, 1559 (avec une Epître du 12 août 1558 à l’évêque de Macon)
BAN 75. Explication des prophéties passées et à venir de Michel Nostradamus (par C. Helie)
BAN 76. Extrait de Propheties des Centuries de Michel Nostradamus touchant l’état present des affaires. Extract van Propheceyen uit de Hobsderdtallen van Michel Nostradamus; Delft, Jacob Vlucht, 1688
BAN 77. Fin (La) de notre siècle et la vie du futur Grand Monarque d’après Nostradamus, par Maurice Privat, Paris, Floury, 1939
BAN 78. François Michel Placide Maréchal ferrant (…) & sa mère native de Selon (sic) & parente de Nostradamus (1697)
BAN 79. Good and Joyful News for England or the Prophecy of the Renowned Michael Nostradamus, Londres 1681
BAN 80. Grand (Le) Carnage d’après les prophéties de Nostradamus de 1938 à 1947, par Em. Ruir, Paris, Ed. Médicis
BAN 81. Grand (La) Pronostication Nouvelle avec portenteuse Prédiction pour l’an 1557,composée par Maistre Michel de nostre Dame, Paris, Jacques Kerver, 1557
BAN 82. Grand (Le) signe avenu en l’isle de Canadas proche du Brésil, Rennes, 1606
BAN 83. Grandes (Les) et merveilleuses predictions de M. Michel Nostradamus etc, Anvers, 1590
BAN 84. Guide (La) des Chemins de France reveue & augmentée pour la troisiesme fois. Les fleuves du Royaume de France, aussi augmentez par et chez Charles Estienne, 1553 (reprint) in La Guide des Chemins de France de 1553. Edition critique par Jean Bonnerot, Paris, H. Champion, 1936, Reprint Slatkine, 1978
BAN 84 bis. Harmonie des Prophéties anciennes avec les modernes sur la durée de l’Antéchrist & les souffrances de l’Eglise, par Jacques Massard, Cologne, Pierre Marteau, 1686
BAN 85. Histoire (L’) du tumulte d’Amboise advenu au moy de mars 1560. Ensemble un avertissement & une complainte au peuple françois, 1560
BAN 86. Histoires Prodigieuses extraictes de plusieurs fameux autheurs (…) Par (…) F. De Belleforest, Anvers, 1594
BAN 87. Horoscope (L’) Impérial de Louis XIV Dieudonné, (par Jacques Mengau), Paris, François Huart,1652
BAN 88. Hymne des estoiles de Pïerre Ronsard, Paris, Nicolas Buon, 1617
BAN 89. Impostures d’impiéré par Delalouette, Sedan, 1600
BAN 90. Initiation à Nostradamus. Méthode et glossaire pour l’interprétation des Vrayes Prophéties, Genève, Les Editions utiles, 1940
BAN 91. Interprétation des Hiéroglyphes de Horapollo, par Nostradamus, texte inédit établi et commenté par Pierre Rollet, 13289 Raphele les Arles, Ed. Marcel Petit-CPM, 1993
BAN 92.. Kudresnifachon. Ein Sonnengedicht in einem Sechsfachen Getümmel versatzt von Maister Michael Nostradamus, Cologne, Jacob Marteau, 1756
BAN 93. Légende (La) de Nostradamus et sa vie réelle, par Eugene Parker, Revue du XVIe siècle,10, 1923
BAN 94. Lettres à Monsieur d’Ambleville, et
BAN 94 bis. à M. Ayraut, in Les lettres de Nicolas Pasquier, fils d’Estienne contenant divers discours des affaires arrivées en France, sous les régnes de Henry le Grand & Louys XIII.
BAN 95. Letre (sic) de Maistre Michel Nostradamus de Salon de Craux en Provence. A la Royne mère du Roy, Lyon, Benoist Rigaud, 1566, Reprint, Lettre à Catherine de Médicis, Ed. Michel Chomarat, 1996
BAN 96. Lettre Critique sur la personne & sur les écrits de Nostradamus, Mercure de France, Août 1724
BAN 96 bis. Lettre Critique sur la personne & sur les écrits de Nostradamus, reprint in Cahiers Nostradamus n° 1, 1983
BAN 97. Lettres Inédites, de Nostradamus, par Jean Dupébe, Travaux d’humanisme et Renaissance XXCVI, Genève, Droz, 1983
BAN 98. Lettres Inédites, de Nostradamus, traduction française : Bernadette Lecureux
BAN 99. Livre merveilleux, Paris, Antoine Houic
BAN 100. Magnus Rex de Nostradamus et son drapeau, par M. Alliaume, Chartres, 1948
BAN 101. Manifeste (Le) de Noel Leon Morgard (…) Contenant les affaires & divers accidens de la présente année 1619, Paris, Nicolas Alexandre, 1619
BAN 102. Merkwurdige Fata der Gross-Britannischen Trone (…) Durch den Weltberuhmten Propheten Nostradamus, Iie Ed. 1715
BAN 103. Message de Nostradamus( Le), par Vlaicu Ionescu, Paris, Diffusion Dervy-Livres
BAN 104. Michael Nostradamus, ein Zeichendeuter, Geschichte der menschlichen Narrheit, par Adelung, Leipzig 1789
BAN 105. Michaeli Nostradamus (…) zwey Bücher (…) wie man erstlich einen ungestalten Leib an Weib unnd Manns personen ausswendig zieren schön unnd junggeschaffen machen (…) Und wie man folgents allerley frücht (…) in zucker einmachen etc, traduction allemande ( Du Vray et parfait embellissement de la face, 1552), par Jeremias Mertz, Augsbourg, Michael Manger,1572 (Epître biographique à la reine de Suède) (traduction allemande de l’Excellent et très util (sic) opuscule à tous nécessaire, divisé en deux parties)
BAN 106. Michel de Nostre-Dame, astrologue et médecin, par André Boutin, Paris, Librairie Le François, 1941
BAN 107. Michel Nostradamus – Prophéties, Les poètes français depuis le XIIe siècle jusqu’à Malherbe, par Pierre-René Auguis, Paris, Impr. Crapelet, 1824
BAN 108. Mirabili (Li) et pretiosi secreti lasciati nella morte del eccelentissimo Filosofo M. Michaelle nostradamo, Milan. Epître datée de 1568.
BAN 109. Mirabilis Liber, Paris, H. De Marnef (1522). Comporte notamment une pièce latine de Savonarole, reprise en partie dans la Préface centurique à César
BAN 110. Monarchy or no Monarchy in England, par William Lilly, Londres, 1651
BAN 111. Mon Oncle le Crédule ou Recueil des Prédictions les plus remarquables (…) Contenant le Nostradamus redivivus etc par Deodat de Boispréaux, Paris Locard & Davi, 1820
BAN 112. Monsieur de Nostradamus… et toutes les prophéties de 1555 à 2025, Jean-Charles de Fontbrune, Succès du Livre
BAN 113. Monstre (Le) d’abus composé premièrement en Latin par Maistre Jean de la Daguenière, Paris, Barbe Regnault, 1558
BAN 114. Mysterium (Das) des Nostradamus, par Christian Wöllner, Leipzig, 1926
BAN 115. Nieuwe en zeldsaeme Voor-Zeggingen van Michael Nostradamus voor de Jaeren 1788 en 1789, uyt het Franschen in ‘r Ndereluyts vertaeld door J. C. In het jaer 1787, Salon
BAN 116. Nimes et Nostradamus et divers compte-rendus d’ouvrages nostradamiques, in Revue des Langues Romanes, par Camille. Pitollet, 1914
BAN 117. Nostradamus (Michel de Nostre-Dame), Bibliographies du Centre National de Bibliographie Mundaneum, Bruxelles, 1966
BAN 118. Nostradamus. De nuit secrete étude par R. Amadou, Revue L’Autre Monde, 1989
BAN 119. Nostradamus and His Prophecies, par Edgar Leoni, 1961, Reed. Wings Books, 1982
BAN 120. Nostradamus and the Eclipse of August 11, 1999, par Yves Lenoble, The Astrological Journal, 1999
BAN 121. Nostradamus en clair, par Jean-Charles Pichon, Paris, Robert Laffont
BAN 122. Nostradamus et les hiéroglyphes, La Maison de Nostradamus, 1996
BAN 123. Nostradamus et ses Prophéties. Un peu de vérité (1871)
BAN 124. Nostradamus glosé, par Giffré de Rechac, manuscrit Archives Nationales (microfilm) (Manuscrit dont est issu l’Eclaircissement des véritables Quatrains)
BAN 125. Nostradamus or The Future foretold, par James Laver, Londres, Collin Publishers, 1942
BAN 126. Nostradamus speaks, par Rolfe Boswell, New York, Th. Crowell Company
BAN 127. Nostradamus, poète français, par François Crouzet, Paris, Julliard, 1973
BAN 128. Nostradamus trahi, par Elisabeth Bellecour, Paris, Robert Laffont
BAN 129. Nostradamus und die Astronomie, par H. Noll-Husum, 1936
BAN 130. Nostradamus, l’Histoire secrète du monde, par Vlaicu Ionescu, Préface R. Abellio, Paris, Ed. Du Félin
BAN 131. Nostradamus, l’homme qui a prévu Napoléon, par Mark Amiaux, Paris, Fernand Sorlot
BAN 132. Nostradamus, la France et la fin du monde, Beziers, 1871
BAN 133. Nostradamus, par Eugène Bareste, Paris, Maillet, 1840
BAN 134. Nostradamus, par Jacques Boulenger, Paris, Ed. Excelsior, 1933
BAN 135. Nostradamus, prophète du vingtième siècle, Jean Monterey, Paris, La Nef de Paris
BAN 136. Nostradamus, sa famille et son secret, Raoul Busquet. Paris, Ed. Fournier-Valdès
BAN 137. Nostradamus, ses origines, sa vie, son oeuvre, par Dr Edgar Leroy, Bergerac, 1972, Reprint Laffitte
BAN 138. Nostradamus. Ses Prophéties 1948-2023, par Em. Ruir, Paris, Ed. Médicis
BAN 139. Nostradamus. Ses prophéties, par Charles Nicoullaud, Paris, Perrin, 1914
BAN 140. Nostradamus, par Maurice Vittone, Les Oeuvres Nouvelles, Ed de la Maison Française
BAN 141. Nostradamus, Journal de Marseille-Salon, 14 octobre 1882
BAN 142. Nouveau Nostradamus ou les Tableaux Prophétiques(Le), 31 juillet 1789
BAN 143. Nouvelle Prophétie de M. Michel Nostradamus, qui n’ont (sic) jamais esté veues, n’y (sic) imprimées que en ceste presente année. Dédié au Roy, Paris, Sylvestre Moreau, 1603
BAN 144. Nouvelles et curieuses prédictions de Nostradamus pour sept ans depuis l’année 1820 etc
BAN 145. Nouvelles et curieuses predictions de Michel Nostradamus pour sept ans depuis l’année 1784 jusques à l’année 1790 inclusivement, Salon de Provence, 1784
BAN 146. Nouvelles et curieuses Prédictions de Michel Nostradamus pour sept ans depuis l’année 1814, Lyon, Lambert Gentot
BAN 147. Nouvelles recherches sur les Prophéties de Michel Nostradamus, par Michel Chomarat
BAN 148. Oracle to the Cock of France, Ideas and Ideals on the North European Renaissance, par Frances Yates, Vol III
BAN 149. Nuées et intelligences en forme d’excursion (Préface inédite au Répertoire Chronologique Nostradamique de R. Benazra) par Robert Amadou, 1989.
BAN 150. Oracles (Les) de Michel de Notredame, par Anatole Le Pelletier, Paris, 1867, Reed. Avec commentaires de Serge Hutin, Jean de Bonnot, 1976
BAN 151. Oracles of Nostradamus, par Chas. A. Ward, Londres
BAN 152. Paraphrase de C. Galen sur l’exortation de Menodote (…) Traduits de Latin en Françoys, par Michel Nostradamus, Lyon, Antoine du Rosne, 1558
BAN 153. Petit Discours ou Commentaire sur les Centuries de Maistre Michel Nostradamus, imprimées en l’année 1555, 1620 (microforme)
BAN 154. Pierre (La) Philosophale contenant plusieurs Quatrains & Prédictions merveilleuses adressées à son fils César etc (reprint R. Amadou in Nuées et intelligences)
BAN 155. Pléiades (Les) du S. De Chavigny, Lyon, Pierre Rigaud, 1603 (microforme)
BAN 156. Pléiades (Les) du S. De Chavigny, Lyon, Pierre Rigaud, 1606 (microfiche)
BAN 157. Pleiades (Les) du Sieur de Chavigny, Lyon, Pierre Rigaud, 1607
BAN 158. Poematia, Ioannis Aurati (Jean Dorat), Paris, G. Linocier, 1586
BAN 159. Pourtrait (Le) et figure d’un enfant, suivi de Cinquante quatrains (…) Par le S. De Pyb (Pybrac), Lyon, Benoist Rigaud, 1575
BAN 160. Praedictions (Les) de l’almanach de l’an 1562, 1563 et 1564 par M. Michel Nostradamus, Salon, 1561, description du manuscrit, Bibliothèque d’un Humaniste, Manuscrits, livres, objets d’art, Paris, G. Blaizot, L. Scheler, 1966
BAN 161. Prédiction de Morgard pour la présente année 1594, avec les Centuries pour la mesme année
BAN 162. Prédiction de Nostradamus relative à Sa Majesté l’Empereur et à l’Inauguration, trouvée dans la Bibliothèque de *** par Mr*** (…) le 21 janvier dernier
BAN 163. Prédictions amples et merveilleuses (…) De l’an 1592, prinses du Bas allemand du Seigneur de Cormopède
BAN 164. Prédictions des choses plus mémorables qui sont à advenir depuis cette présente iusques à l’An mil cinq cens quatre vingt & cinq (…) lesquelles ont été en grande diligence en lumière par M. Michel de Nostradamus le Jeune, Troyes, Imprimerie Claude Garnier
BAN 165. Prédictions pour cinq années des choses plus mémorables (…) composé par le Sieur de Billy, Paris, Sylvestre Moreau, 1601
BAN 166. Prédictions pour huit années, à commancer à l’année mil six cens septante sept jusques à l’année mil six cens quatre vingts quatre, Paris, Veuve Dupont
BAN 167. Predictions pour vingt ans, continuant d’An en an, iusques en l’an mil cinq cens quatre vingtz trois (…) Extraictes de divers aucteurs, trouvée en la Bibliothèque de nostre defunct dernier décédé (…) Maistre Michel de nostre Dame. A la supplication de plusieurs ont esté (…) Reveues & mises en lumière par Mi. de Nostradamus le Jeune, Rouen, Pierre Hubault
BAN 168. Predictions pour vingt ans, continuant d’An en an, iusques en l’an mil cinq cens quatre vingtz trois (…) Extraictes de divers aucteurs, trouvée en la Bibliothèque de nostre defunct dernier décédé (…) Maistre Michel de nostre Dame. A la supplication de plusieurs ont esté (…) Reveues & mises en lumière par Mi. de Nostradamus le Jeune, Rouen, Pierre Brenouzer, 1568 (microforme)
BAN 169. Prédictions remarquables de l’Astrologue François adressées aux Monarques & Potentas de la Chrestienté, Paris, 1625 (124 quatrains dans le style nostradamique)
BAN 170. Predictions tirées des Centuries de Nostradamus (par le Chevalier de Jant), 1672
BAN 171. Prédictions tirées des Centuries de Nostradamus qui vray semblablement se peuvent appliquer au temps présent & à la guerre entre la France & l’Angleterre, contre les Provinces Unies, 1673
BAN 172. Predictions véritables & tres remarquables de ce grand Auteur Nostradamus, Paris, Veuve Dupont
BAN 173. Première Face du Ianus François (La) (…) Le tout fait en François & Latin (…) Par Jean Aimes de Chavigny, Lyon, Héritiers Pierre Roussin, 1594, (microfilm);
BAN 174. Première (La) invective du Seigneur Hercules le François contre Monstradamus, Paris, Simon Calvarin, 1558 (reprint Cahiers Michel Nostradamus)
BAN 175. Première Partie du recueil des prophéties et révélations tant anciennes que modernes, paris, Robert le Mangnier, 1561 (microforme)
BAN 176. Présages de Nostradamus, Présages en vers 1555-1567, Présages en prose 1550-1559, Edition et introduction de Bernard Chevignard, Paris, Ed. Du Seuil, 1999
BAN 177.Présages (Les) Merveilleux pour 1557. Dédiés au Roy Tres Chrestien Henri deuxiesme de ce nom, Paris, Jacques Kerver (épreuves de microfilm )
BAN 178. Présages (Les) Merveilleux pour 1557. Dédiés au Roy Tres Chrestien Henri deuxiesme de ce nom, Paris, Jacques Kerver (Epître au Roi, reproduite in Documents Inexploités)
BAN 179. Présages pour treize ans, continuant d’an en an iusques à celuy de mil cinq cens quatre vint vingts trois (…) Recueillies de divers autheurs & trouvées en la bibliothéque de defunct maistre Michel de Nostre Dame (…) Reveues & mises en lumière par M. De Nostradamus le Jeune, Paris, Nicolas du Mont, 1573
BAN 180. Presagi (Li) et Pronostici di M. Michele Nostradamo Francese, quale principiando l’anno MDLXV (…) fino al 1570, Gènes
BAN 181. Presagi (Li) et Pronostici di M. Michiele Nostradamo quale principiando l’anno MDLV diligentemente discorrendo di Anno in Anno fino al 1570. (…) Alla S. Di Papa Pio IV. Avec frontispice, s.d.
BAN 181 bis. Prévoyances pour six années iusques à l’an 1582, par Jean-Maria Coloni, Paris, Nicolas Bonfons, c 1577.
BAN 182. Prochaine (La) guerre mondiale vue par Nostradamus, par Georges Madeleine, Toulon, Ed. Provencia, 1952
BAN 183. Prognosticatie en voorsegginhe (…) 1588, door Michiel de Nostradamus, Anvers (vignette Crespin)
BAN 184. Prognostication et amples Predictions (…) Par Mi. De Nostradamus, Paris, Guillaume de Nyverd
BAN 185. Prognostication avec ses Présages, pour l’An MDLXXI composée (…) Par M. Anthoine Crespin dict Nostradamus, de Marseille, en Provence, Paris, Robert Colombel
BAN 186. Prognostication de l’Advenement à la Couronne de France, par Jean Aimes de Chavigny, Paris, Pierre Sevestre, 1595
BAN 187. Prognostication et amples Prédictions pour (…) Mil cinq cens soixante-sept. A Mgr François duc d’Alençon, par Mi. De Nostradamus, Paris, Guillaume de Nyverd
BAN 188. Prognostication (A) for the yeare (…)1564 (…) Made and sette forth by master Myghel (sic) Nostradamus (…)Translated oute of french into English.
BAN 189. Prognostication (A) for the yere of oure Lorde God MDLXIII composed by master Michel Nostradamus translated out of French into English
BAN 190. Prognostication generale pour l’année 1575 par M. Crespin Nostradamus, Rouen selon copie Lyon, Jean Huguetan
BAN 191. Prognostication nouvelle pour l’an mil cinq cens soixante deux, composé par Maistre Michel Nostradamus, Paris, Veuve Barbe Regnault (microforme)
BAN 192. Prognostication (The) of maister Michael Nostredamus (…) For the yeare of our Lorde 1559, Anvers
BAN 193. Prognostication ou revolution avec les présages pour 1565 par Mi. De Nostradamus, Lyon, Benoist Rigaud
BAN 194. Prognosticon Michaelis Nostradami ad Annum 1560. Dis ist ein kurze Practica welche anzzeigt von dem LX Jar bis in das LXVII etc (microforme)
BAN 195. Pronostication astronomique pour six années, par M. Anthoine Crespin Archidamus, premierement de l’an MDLXXXVI
BAN 196. Pronostication des quatre temps pour (…)1572 (…) Iusques à l’An 1616 (…) Composé & calculé par M. Anthoine Crespin Nostradamus, Dedié à (…) Monseigneur le Duc d’Allençon, frère du Roy, Lyon, Melchior Arnoullet (microfiche)
BAN 197. Prognostication generale pour l’année MDLXXV composé par M. Jean Maria Coloni, Piedmontois, Paris, Jean de Lastre, 1575
BAN 198. Pronostication generale du ciecle solaire qui se fait en 28 ans (…) Par M. Crespin Archidamus, Lyon, Jean Patrasson, 1572 (microfiche)
BAN 199. Pronostication generale du ciecle soleire qui se faict en XXVIII ans & dure perpétuellement (…) par M. C. Archidamus, Lyon, Jean Patrasson, 1604
BAN 200. Pronostication nouvelle pour l’an Mil Cinq cens cinquante & huict, Paris, Guillaume Le Noir
BAN 201. Pronostication perpétuelle. Recueillie de plusieurs autheurs par Maistre Michel Nostradamus, Paris, Jean Bonfons
BAN 202. Pronostichi et discorsi sopra il presente anno 1600, L’Eccelente M. Filippo Nostradamo Francese, l’Eccelente M. Michiele Nostradamo etc Cesena, Francesco Raverii, 1600
BAN 203. Pronostico del l’anno MDLXIII composto & calculato per M. Michele Nostradamo (…) Nel quale si contiene la dechiaratione di tutti questi Anni del 63 fino al 70. Dedicata al nostro Santissimo padre Pio Quarto, Bologne, Alessandro Benaccio, Reimprimé à Rimini.
BAN 204. Pronostico et Lunario de (…) M. Michele Nostradamo (…) sopra l’anno MDLXIII, Padoue 1563
BAN 205. Pronostico et Lunario de l’anno bissestile 1564 calculato da l’Eccellente medico Michele Nostradamo, Florence, Giorgio Marescotti, 1564
BAN 206. Pronostico o vero Giudicio sopra l’anno MDLVI Excellente philosopho & Astrologo M. Philippo Nostradamo, Milan, 1565, réimprimé à Florence, 1565
BAN 207. Pronostico universale di tutto il mondo. Il qual comincia dell’anno 1565 & finisce al principio dell’anno 1570. Raccolto dalli Presagi del Divino Michiele Nostradamo (…) Per M. Francesco Barozzi, Bologne, 1566
BAN 208. Prophecies (The) and Enigmas of Nostradamus, Edited and translated by Liberté E. LeVert
BAN 209. Prophecies (The) of Michael Nostradamus, explained by D. D., Londres, 1715
BAN 210. Prophecies or Prognostications of Michael Nostradamus (…) Translated and Commented by Theophilus de Garencieres, Londres, 1672 (microfilm)
BAN 211. Prophétie merveilleuse commençant ceste presente année & dure iusques en l’An de grand mortalité que l’on dira MDLVIII par Mi. De Nostradamus, Paris, Guillaume de Nyverd
BAN 212. Prophétie (La) merveilleuse contenant au vray les choses plus mémorables qui sont à advenir depuis ceste année Mil cinq cens quatre vingts-dix, iusques en l’année Mil cinq cens quatre vingts dix huit, lesquelles n’ont esté encor mis en lumière, Paris, Pierre Ménier (microfiche)
BAN 213. Prophéties (Les) et la Ligue, par J. Halbronn, Colloque Prophétes et prophéties au XVIe siècle, Paris, 1998
BAN 214. Prophéties Universelles de Nostradamus annoncées à tous les Peuples de l’Univers suivies de l’Explication des Comètes pour les quatre années 1816, 1817, 1818; 1819
BAN 215. Prophéties anciennes et nouvelles avec des réflexions sur les rapports parfaits qu’elles ont entre elles.(c 1792)
BAN 216. Prophéties annoncées à tous les peuples de l’Univers par Michel Nostradamus sur les événements les plus remarquables etc
BAN 217. Prophéties (Les) de M. Michel Nostradamus divisées en dix Centuries. Nouvelle édition imprimée d’après la copie de la première édition faite sous les yeux de César Nostradamus son fils en 1568, Avignon, Jacques Garrigan, 1791
BAN 218. Prophéties (Les) de M. Michel Nostradamus (…) Revues & additionnées par l’Autheur, pour l’an mil cinq cens soixante & un de trente-neuf articles à la dernière centurie, Paris, Charles Roger, 1589
BAN 219. Prophéties (Les) de M. Michel Nostradamus (…) Troyes, Pierre Chevillot, 1611, reprint, Nice, Ed Bélisane, 1981
BAN 220. Prophéties (Les) de M. Michel Nostradamus, Lyon, Héritiers Benoist Rigaud, s.d.
BAN 221. Prophéties (Les) de M. Michel Nostradamus, Lyon, Pierre Rigaud, s. d.
BAN 222. Prophéties (Les) de M. Michel Nostradamus, Cahors, Jacques Rousseau, 1590
BAN 223. Prophéties (Les) de M. Michel Nostradamus, Lyon, Antoine du Rosne, 1557 (ex d’Utrecht)
BAN 224. Prophéties (Les) de M. Michel Nostradamus, Lyon, Jean Didier, 1627 et Lyon, 1627
BAN 225. Prophéties (Les) de M. Michel Nostradamus, Lyon, Pierre André, s.d.
BAN 226. Prophéties (Les) de M. Michel Nostradamus, Paris, veuve Nicolas Roffet, 1588
BAN 227. Prophéties (Les) de M. Michel Nostradamus, Lyon, 1698
BAN 228. Prophéties (Les) de M. Michel Nostradamus, Lyon, Claude La Rivière, 1651
BAN 229. Prophéties (Les) de M. Michel Nostradamus Lyon, Héritiers de Benoist Rigaud, s. d.
BAN 230. Prophéties (Les) de M. Michel Nostradamus, Lyon, Jean Huguetan, s.d.
BAN 231. Prophéties (Les) de M. Michel Nostradamus, Lyon, Macé Bonhomme, 1555, reprint Lyon, Amis de Michel Nostradamus 1984
BAN 232. Prophéties (Les) de M. Michel Nostradamus, Metz, François Bouchard, 1695
BAN 233. Prophéties (Les) de M. Michel Nostradamus, Paris, Pierre Ménier,1589
BAN 234. Prophéties (Les) de M. Michel Nostradamus, Reveues & corrigées sur la copie imprimée à Lyon par Benoit Rigaud en l’an 1568, Troyes, Pierre du Ruau
BAN 235. Prophéties (Les) de M. Michel Nostradamus, Riom, Landriot et Clermont, Beauvert et Rousset, 1792
BAN 236. Prophéties (Les) de M. Michel Nostradamus. Reveues & corrigées sur la copie imprimée à Lyon par Benoit Rigaud en l’an 1568, 1605 (microfiche)
BAN 237. Prophéties (Les) de M. Michel Nostradamus. Revues & corrigées sur la copie imprimée à Lyon par Benoist Rigaud. 1568
BAN 238. Prophéties (Les) de M. Michel Nostradamus, Paris, Pierre Ménier, s. d
BAN 239. Propheties (Les) de M. Michel Nostradamus dont il en y a trois cents qui n’ont encores iamais esté imprimées etc, Lyon, Antoine du Rosne, 1557 (ex de Budapest, reprint 1993, Ed. Michel Chomarat)
BAN 240. Prophéties (Les) de M. Michel Nostradamus, Lyon, Benoist Rigaud, 1568
BAN 240 bis. Prophéties (Les) de M. Michel Nostradamus, Lyon, Benoist Rigaud, 1568 (reprint 2000, Ed. Michel Chomarat)
BAN 241. Prophéties (Les) de M. Nostradamus d’après l’édition de Pierre Chevillot en 1611 (Les)(…) Empruntées aux ouvrages de l’Abbé H. Torné-Chavigny, Méricourt l’Abbé (Somme), H. Douchet, 1903
BAN 242. Prophéties (Les) de M. Michel Nostradamus, Lyon, Iean Poyet, s. d.
BAN 243. Prophéties (Les) de Maistre Michel Nostradamus expliquées et commentées, par Dr de Fontbrune, Sarlat, Michelet, 1939
BAN 244. Prophéties (Les) de Maistre Michel Nostradamus, expliquées et commentées, par Dr (Max) de Fontbrune, Aix en Provence, 1975
BAN 245. Prophéties (Les) de Maistre Michel Nostradamus, par Antoine Chollier, Grenoble, 1940
BAN 246. Prophéties de Maistre Noel Léon Morgard (…) Présentées au Roy Henry le Grand, pour ses étrennes en l’an 1600, contenant plusieurs Prédictions sur l’alliance d’Espagne.(microforme)
BAN 246 bis. Prophéties de Maistre Noel Léon Morgard (…) Présentées au Roy Henry le Grand, pour ses étrennes en l’an 1600, contenant plusieurs Prédictions sur l’alliance d’Espagne, fac simile reproduit dans Documents Inexploités.
BAN 247. Prophéties de Michel Nostradamus expliquées qui nous prédisent les choses qui sont arrivées dans la famille Royale, depuis le Règne d’Henry le Grand iusques au Regne de Louis Le Grand, par le révérend Père François Geoffroy, Marseille, Veuve Henry Brebion
BAN 248. Prophéties de Michel Nostradamus trouvées dans sa tombe au moment de l’ouverture de l’Eglise des Cordeliers de Salon pour 1810 etc
BAN 249. Prophéties (Les) de Michel Nostradamus, Lyon, Jean Viret, 1697
BAN 250. Prophéties (Les) de Nostradamus, texte intégral et authentique des Centuries, expliquées et commentées jusqu’en l’an 1999, Serge Hutin, Paris, Ed. J’ai Lu
BAN 251. Prophéties (Les) de Nostradamus, édition intégrale établie et commentée par Serge Hutin, Paris, Belfond
BAN 252. Prophéties (Les) de Nostradamus, Paris, Delerue, 1866. (avec le Recueil des prophéties anciennes et modernes et les Prophéties Perpétuelles de Moult)
BAN 253. Prophéties (Les) de Nostradamus. Clef des Centuries. Son application à l’Histoire de la Troisième République, P. Rochetaillée, Ed. Adyar, 1939
BAN 254. Prophéties (Les) du Seigneur du Pavillon lez Lorriz, Paris, Ian Dallier, 1556
BAN 255. Prophéties nouvelles de Michel Nostradamus trouvées dans sa tombe au moment de l’ouverture de l’église des Cordeliers de Salon pour 1808, 1809 etc
BAN 256. Prophéties Nouvelles de Michel Nostradamus trouvées dans sa tombe au moment de l’Ouverture, dans une Eglise des Cordeliers de Salon, pour 1815 etc Salon
BAN 257. Prophéties Nouvelles de Thomas Joseph Moult et Nostradamus pour l’année 1840, Arras
BAN 258. Prophéties nouvelles de Thomas-Joseph Moult et Nostradamus pour les années 1822 etc, Cherbourg
BAN 259. Prophéties par l’astrologue du tres chrestien Roy de France & de Madame la Duchesse de Savoye, dediées à la puissance divine & à la nation françoise, (par Antoine Crespin), Lyon, François Arnoullet, 1572 (Iere Ed.) (microfiche)
BAN 259 bis. Prophéties par l’astrologue du tres chrestien Roy de France & de Madame la Duchesse de Savoye, dediées à la puissance divine & à la nation françoise, (par Antoine Crespin), Lyon, François Arnoullet, 1572, (Ier Ed.) reproduction partielle in Documents inexploités sur le phénomène Nostradamus, Feyzin, Ramkat, 2002)
BAN 260. Prophéties par l’astrologue du tres chrestien Roy de France & de Madame la Duchesse de Savoye, dediées à la puissance divine & à la nation françoise, (par Antoine Crespin), Lyon, François Arnoullet, 1572 (Seconde édition)
BAN 261. Prophéties pour temps de crise. Interprétation de Nostradamus au fil des siècles, Bibiothèque Municipale de Lyon, Espace Patrimoine, janvier 1997
BAN 262. Prophéties universelles de Nostradamus annoncées à tous les peuples de l’univers pour 17 années depuis 1830 jusqu’en 1846, Nantes
BAN 263. Prophezeiungen (die) des Nostradamus, 1940
BAN 264. Recueil des Présages Prosaïques de M. Michel de Nostradame (…) Grenoble, 1589. Manuscrit
BAN 265. Recueil des Prophéties et révélations tant ancienne que modernes, Lyon, Benoist Rigaud
BAN 266. Recueil des Prophéties et Révélations tant anciennes que modernes, Troyes, Pierre Chevillot, 1611
BAN 266 bis. Recueil des Prophéties et Révélations tant anciennes que modernes, Troyes, Pierre Chevillot, 1611 (Reed. Paris 1866 avec les Prophéties de Nostradamus et les Prophéties Perpétuelles de Moult)
BAN 267. Remarques sur les prétendues prédictions & critique d’un Commentaire sur les Centuries de Nostradamus par d’Artigny, Nouveaux Mémoire d’Histoire, de Critique & de Littérature.
BAN 268. Rencontre et naufrage de trois astrologues judiciaires, Mauregard, I. Petit & P. Larivey,nouvellement arrivez en l’autre monde, Paris, Jean Mestais, 1634
BAN 269. Rund um Nostradamus par Carl v. Klinckowstroem, Zeitschrift für Okkultismus, II, 2, 1927
BAN 270. Ruine (La) et submergement de la ville d’Amsterdam en Hollande (…) Traduit de Flamand en François par M. N., La Haye, 1649
BAN 271. Saint Remy, article de l’ Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences, tome XIV, Neufchastel, 1765
BAN 272. Seconde Partie du Manifeste de Noel Léon Morgard, Paris, O. Bramereau, 1619
BAN 273. Secret (Le) de Nostradamus, par P. V. Piobb, Paris, Adyar, 1927
BAN 274. Signes (Les) Merveilleux apparus au Ciel un jour devant & un jour après les ceremonies du Baptesme de Monseigneur le Dauphin, célébrées à Fontainebleau, avec l’exposition des plus grands Astrologues de ce temps & autres prophéties admirables, Paris, Estienne Colin (microfilm)
BAN 275. Significations de l’Eclipse qui sera le 16 septembre 1559 (Les), Paris, Guillaume le Noir (reprint Henri Douchet, 1904). Avec le fac simile d’une lettre manuscrite de Torné Chavigny considérant qu’il y a eu emprunt à l’Eclipsium de Leovitius
BAN 276. Sort (Le) de l’Europe d’après la célèbre Prophétie des Papes de Saint Malachie, accompagnée de la Prophétie d’Orval et des toutes dernières indications de Nostradamus, par P. V. Piobb, Paris, Dangles
BAN 277. Stances prophétiques du changement des choses, 1591 (vignette nostradamique)
BAN 278. Succession de l’Abbé Rigaux, Très beaux Livres et Manuscrits, Catalogue Hôtel Drouot, Paris, 1931
BAN 279. Suite (La) de Philostrate, ch. Hercule au Berceau, par Blaise de Vigenère, Paris, Abel Langelier, 1602
BAN 280. Summa proroctoi divného pocinajiciho se od tohoto nyniegssyho roku LXVI (…) MDLXVIII, Mistra de Nostradamus (en tchèque), avec une. traduction française moderne manuscrite
BAN 281. Testament (Le) de Nostradamus, par Daniel Ruzo, trad. espagnol, Monaco, Ed. Du Rocher, 1982 (exemplaire dédicacé par l’auteur)
BAN 282. Texte original et complet des Prophéties de Michel Nostradamus de 1600 à l’an 2000 commentées par M. P. Edouard, Paris, Les Belles Editions, 1939
BAN 283. Tractatus de Monstris, par Arnauld Sorbin, Paris, H. de Marnef et G. Cavellat, 1570 (microfiche)
BAN 284. Utopien (L’) et le Lanternois. Les pseudonymes et les cryptogrammes français de Thomas More et François Rabelais, par Léon Herrmann, Paris, Nizet, 1981
BAN 285. Véritable prédiction de Nostradamus adressée au Sr Andlauer (…) Qu’il annonce avoir trouvée dans la bibliothèque de Beatus Renanus
BAN 286. Véritables (Les) Prophéties de Maistre Michel Nostradamus et les Prédictions du Grand Pescheur di Chiaravalle, où sont contenues les observations pour les douze années 1774 etc
BAN 287. Véritables (Les) prophéties de Maistre Michel Nostradamus, Turin, 1720
BAN 288. Vero (Lil) et universale Giuditio di M. Michiele Nostradamo (…) dell’anno 1566, Venise, Nicolai Liburni, 1563 (sic)
BAN 289. Vero (Li) pronostico calcolato (…) Che deve incorrere l’Anno 1566, Bologne, Alessandro Benatio, 1566
BAN 290. Vie (La) de Nostradamus, par Louis Schlosser, Paris, P. Belfond, 1985
BAN 291. Vie (La) de Nostradamus, par Jean Moura et Paul Louvet, Paris, Gallimard, 1930
BAN 292. Vie (La) et le Testament de Michel Nostradamus, Paris, 1789
BAN 293. Vies (Les) des plus célébres et anciens poétes provençaux, par Jehan de Nostredame, Lyon, 1575 (Ed. 1913)
BAN 294. Vingt prophéties de Michel Nostradamus, dernièrement trouvées manuscrites dans une célèbre Bibliotheque des Pays Bas, Liège
BAN 295. Visite de la maison de Nostradamus.
BAN 295 bis. La Maison de Nostradamus, CD rom, Salon de Provence, 1992
BAN 296. Voicy l’Histoire veritable de l’ouverture du Tombeau de Michel Nostradamus, lequel a esté ouvert le 5. Jour de Janvier 1688 avec son Epitaphe & tous les écrits trouvées dans son Tombeau etc
BAN 297. Vraie (La) vie de Michel de Notre-Dame, astrophile et médecin du Roy, par Georges Neyrial,Toulouse, Thèse, Faculté mixte de médecine et de pharmacie, 1951
BAN 298. Vray (Le) et parfaict embellissement de la Face & conservation du corps (…) & la seconde partie etc (…) Par M. Michael Nostradamus
BAN 299. Vray Pronosticq fait par le Maistre disciple de Nostradamus pour l’an 1567, Lyon, Benoist Rigaud
BAN 300. Vrayes (Les) Centuries de M° Michel Nostradamus, Rouen, J. Cailloué etc, 1649
BAN 301. Vrayes (Les) Centuries et Propheties de Maistre Michel Nostradamus, Rouen, Jean B. Besongne, 1691
BAN 302. Vrayes (Les) Centuries et Prophéties de Maistre Michel Nostradamus interprétées pour le passé, le présent et l’avenir (…) Par P. C (haillot), Avignon, 1839
BAN 303. Vrayes (Les) Centuries et Propheties de Maistre Michel Nostradamus, Amsterdam, Daniel Winkermans, 1667
BAN 304. Vrayes (Les) Centuries et Propheties de Maistre Michel Nostradamus, Amsterdam, Iean Jansson a Waesberghe & Veuve Feu Elizee Weyerstraet, 1668 (avec frontispice Inbecendie de Londres et décapitation Charles Ier.)
BAN 305. Vrayes (Les) Centuries et Prophéties de Maistre Michel Nostradamus, Cologne, Jean Volcker, 1689
BAN 307. Vrayes (Les) Centuries et Prophéties de Maistre Michel Nostradamus, Leyde, 1650
BAN 308. Vrayes (Les) Centuries et Propheties de Maistre Michel Nostradamus, Lyon, Antoine Besson, s.d.
BAN 309. Vrayes (Les) Centuries et Prophéties de Maistre Michel Nostradamus, Paris, Jean Ribou, 1668
BAN 310. Vrayes (Les) Centuries et Prophéties de Maistre Michel Nostradamus, Rouen, Jean B. Besongne, 1710
BAN 311. Vrayes (Les) Centuries et Prophéties de Maistre Michel Nostradamus, Bordeaux, Pierre Abegou, 1689

Jacques Halbronn

 

 

Publié dans NOSTRADAMUS | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn La question des additions et des suppressions dans le corpus centurique

Posté par nofim le 22 août 2021

La question des additions et des suppressions dans le corpus centurique

 

par  Jacques  Halbronn

 

Lorsque l’on d »est donné pour  tâche  de  rétablir, de  reconsttituer la chronologie au sein d’un corpus, il importe de se doter d’une certaine méthodologie, ce qui aura manqué à la plupart de ceux qui ‘s’y sont essayés, à l’instar de Robert Benazra et de son Répertoire Chronologique Nostradamique (Paris Trédaniel  La Grande Conjonction, 1990.

La première erreur serait de ne prendre en compte que les éditions qui nous sont parvenues alors que celles-ci doivent nous renseigner sur celle qui manquent et qui éventuellement peuvent être plus nombreuses que celles qui auront été conservées.

La deuxième erreur serait de prendre les mentions de libraire,les lieux et  les dates indiqués comme étant fiables sans faire le tri  entre ce qui a été antidaté pour les besoins  de la stratégie   inhérente au prophétisme.

La troisiéme erreur serait de ne pas chercher à déterminer le contexte dans lequel le corpus s’est constitué, au moyen de recoupements, sachant que le prophétisme est toujours en phase avec certains enjeux politiques. C’est cette dialectique entre antidatation  et contextualité

qui  devra impérativement ^être maitrisée par le chercheur.

On illustrera notre propos avec les deux éditions Antoine du Rosne 1557,l’une conservée  à Budapest, l’autre à Utrecht. Quelle est la plus ancienne des deux? La première  est à 40 quatrains à la centurie VII et la seconde à 42 quatrains pour la même centurie. La première est datée de novembre 1557 tandis que l’autre l’est de septembre de la même année;

Le  premier réflexe serait de considérer l’édition Budapest comme la plus ancienne des deux, au vu du nombre de quatrains à la VII  mais alors pourquoi la mention de novembre plus tardive que celle de septembre? Notre solution sera la suivante au vue de la fin de la centurie VI.Dans l’exemplaire Utrecht, on trouve un avertissement en latin à la fin de la centurie VI alors que l’exemplaire de Budapest  s’arrete au quatrain 99  de la VIe Cenuturie , suivi d ‘une  VIIe centurie à 40 quatrains. C’est à rapprocher de l’édition Anvers St Jaure de 1590 qui elle non plus s’arrête au quatrain 99 et est suivie d’une Centurie VII à 35 quatrains. Il est clair que le texte d’Utrecht est plus « complet » que celui de Budapest, à plus d’un  titre. Mais selon nous, Utrecht aura été élaguée pour devenir Budapest, d’où la date plus tardive  d’impression.

La notion de suppression  a été par ailleurs critiquée par nos soins à propos de l’usage que fait Robert Benazra d’une telle expression (RCN, année 1588). Dans ce cas, le terme « supprimé » aura été employé par rapport à une édition prémière « complète en fait antidatée. Nous sommes en présence d’un processus en deux temps: d’une part,  le corpus se constitue par à coups  dans les années 1588-90, avec des additions successives dûment signalées dans les éditions parisiennes pour les IVe et VIe centuries,. Puis, l’on va vouloir effacer toutes les marques additionnelles ou celles indiquant une cloture à  six  centuries, ce qui a donné lieu à l’édition Anvers et l’édition « Budapest » qui en est le calque antidaté selon nous.

 

JHB

24  08 21

Publié dans NOSTRADAMUS | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn La question des additions dans les éditions centuriques 1588-90

Posté par nofim le 20 août 2021

 

 

 

La  question des additions dans les éditions centuriques 1588-1590

 

 

par  Jacques  Halbronn

 

 

Nous partirons de l’édition  parisienne   Veuve Nicolas  Roffet,  1588 (Biblio 0128 pdf  prophéties.it)

¨

. Le titre implique une addition à la « dernière centurie ». de 39 articles. Nous avions pensé que cela visait la VIIe centurie mais en fait c’est en fait une addition à la Centurie VI et c’est par erreur selon nous que l’on aura noté « Centurie VII » alors que les quatrains  ajoutés sont numérotés de 72 à 84 c’est à dire à la suite des 71 quatrains de la Vie. Autre erreur : on aura mis 39 articles au lieu de 29 puisque 71 + 29 = 100.

La comparaison avec le  traitement de la Centurie IV dans cette même édition parisienne est tout à fait parlante lorsqu’il s’est agi de compléter la dite centurie s’arrêtant à 53 quatrains pour parvenit, au prix d’une addition à 100

Prophéties de M . Nostradamus  adioustées outre les précédentes impressions  Centurie IV.

Prophéties  de M.  Nostradamus adioustées nouvellement -Centurie VI (et non VII)

 

Le scénario se répéte : on part d’une centurie qui n’arrive pas jusqu’à 100 et l’on annonce une addition : « adioustées » dans les deux cas.  Cela montre que la centurie VI  tout comme la Cenurie IV  a été constituée en deux temps au moins.

Force est de constater que c’est par erreur que la formule « septiesme centurie » apparaît alors qu’il s’agit de la suite, de la continuation  de la Vie centurie tout comme cela aurait été une erreur que de nommer cinquiéme centurie, la suite de la Ive Centurie.  Bien pis,  il est  indiqué centurie VIIIe alors que la Centurie VI -(alias 7) n’en est qu’à 84 quatrains, la dite VIIIe centurie ne comprenant ici que 6 quatrains  suivis du mot « FIN ».En fait ces centurie VII et VIII n’auraient du être que des additioins à la centurie VI et « dernière ». Si l’on additionne les 12 quatrains  de la « VII «  et les 6 quatrains de la « VIII », on obtient 18 quatrains alors que la VI s’arrétait à 71 quatrains., ce qui donnerait 89 quatrains à la VI.

Que conclure ? Que les éditions 1557 ne rendent pas compte de cet état des choses, puisqu’elles ne signalent  aucune addition à la différence des éditions parisiennes du même type que celle que nous utilisons ici et qu’elles proposent une sixiéme centurie à 100 quatrains plus une centurie VII à 40 o u 42 quatrains(selon les exemplaires conservés respectivement à Budapets  et à Utrecht). Il s’agit là d’un contre sens, comme on l’a montré, l’ensemble devant se limiter à six centuries et les additions ne concernant pas une VIIe centurie mais une Vie centurie à 71 quatrains. Notons que l’édition Anvers 1590 St Jaure, comporte 99 quatrains seulement à la Vie centurie et 35 à la VIIe. Il apparaît qu’ il a du exister une édition à  6 Centuries « pleines » se terminant par un quatrain latin  et que l’on aura voulu ajouter des quatrains à cet ensemble  pour constituer une viie centurie  d’où la suppression du quatrain 100  dans l’édition Anvers St Jaure 1590.

 Autrement dit, cette septiéme centurie n’aurait jamais du exister, elle est le fait d’une confusion. La 7° n’était au départ que la suite de la centurie VI à 71 quatrains tout comme la centurie IV se constitua en deux temps. Par la suite le second volet  partira de l’idée de l’existence d’une VIIe centurie, ce qui avait été entériné par l’édition Anvers 1590.

 

 

 

JHB

20 08 21

Publié dans NOSTRADAMUS | Pas de Commentaire »

jacques HALBRONN, le maillon faible du centurisme: le second volet.

Posté par nofim le 19 août 2021

Le  maillon faible du centurisme : le second volet

par  Jacques HALBRONN

 

Le  cas du second volet des éditions  « centuriques » – le canturisme étant une hypostase de l’oeuvre de  Michel de Nostredame (1503-1566) nous apparait comme le « talon d’Achille » de tout un édifice construit de toutes pièces bien après la mort de leur prétendu auteur, ce qui n’est pas sans faire songer – ce que dénonçait Spinoza, au milieu du XVIIe siècle (traité théologico-politique, -  au  prétendu lien entre Moïse et le Pentateuque.

En effet,  la comparaison entre les deux volets des éditions centurique conduit à penser que lse deuxième volet serait une imitation -donc forcément postérieure – du premier, à la solde du parti  d’Henri de Navarre, le futur Henri iV; pour faire pendant au premier volet  au service de la ligue  catholique. Il serait donc recommandé aux partisans du centurisme de se délester, pour le moinse, d’un second volet ô combien suspect de contrefaction et d’antidatation. En comparaison, le premier vol centurique  semblerait presque authentique!

A  La seconde  Epitre à Henri II

On sait depuis  40 ans et la traduction française de l’ouvrage en espagnol de Daniel Ruzo (ed du Rocher, 1982) que l’Epitre au  roi Henri second datée de 1558  est une imitation d’une épitre adressée au même roi, celle là datée de 1556 (cf  nos Documents Inexploités sur le phénoméne Nostradamus, Ed Ramkat, 2002)

Les faussaires n’auront même pas tenté de se référer à la précédente épitre pour donner le change.

 

 

B  Les emprunts à la Guide de Charles Estienne

Depuis 1987, avec l’article de Chantal  Liaroutzos (Suivez la Guide,  in Réforme Humanisme Renaissance), nous savons que plusieurs quatrains du second volet ont été repris de la Guide des Chemins de France de Charles Estienne (vers 1550), à moins qu’ »il ne s’agisse d’un autre ouvrage du même genre et du même auteur, autour de pélerinages. Il s’agit des Voyages de  plusieurs endroits etc (1552) antérieur de peu à la Guide (cf   Connétable  « Réponse à J. Halbronn », Espace Nostradamus. (Ramkat) Un n tel procédé pour « pondre » des quatrains à la chaine, ne saurait au demeurant  honorer son auteur si tant est que l’on continue d’attribuer le second volet au dit  Michel de Nostredame. Nous avons même montré qu’un des quatrains de ce type aura été ajusté pour annoncer le couronnement d’Henri de Navarre à Chartres, alors que  l’origine chez Estienne était « Chastres » (Arpajon).  Ce procédé aura d’ailleurs fait apparaitre le nom de Varennes (cf le commentaire de Georges Dumézil), ce qui montre que le prophétisme peut faire feu de tout bois.

 

 

C  le contexte de la Ligue

Chavigny, dans le Janus François, n’aura pas hésité en s’adressant au nouveau  roi  à mentionner des quatrains issus toujours du second volet se référant à Mendosus et à Lorvarin, soit les anagrammes assez  transparents des maisons de Vendôme et de Lorraine, ce qui désigne les deux  camps en présence. Un autre quatrain est censé annoncer la défaite de la maison de Guise par le dit Nostradamus et d’ailleurs Chavigny délimite la période de la Première Face du Janus François par deux dates favorables à la percée du protestantisme: 1534  et 1589 (assassinat  d’Henri III) figurant en sous-titre.

 

 

 

D  Le modéle des trois centuries

Si la formation du premier volet est quelque peu laborieuse avec ses additions successives que furent au départ les Centuries IV et VII, celle du second volet ne nous offre aucune variante; On ne dispose que d’un seul état à 3 centuries ne souffrant aucun ajustement, comme d’un seul jet. Une telle perfection nous semble assez suspecte et est révélatrice d’un phénoméne d’imitation. Rappelons qu’il a certainement existé  une édition à six centuries se terminant par un quatrain en latin (supprimé dans certaines éditions comportant des quatrains additionnels.(cf  St Jaure, 1590, Grandes et merveilleuses prédictions,  Ces 6 premières centuries avaient été produites à partir d’une édition à trois centuries augmentée d’un certain nombre de quatrains comme ce sera le cas au delà de la VIe Centurie.

Il est donc tout à fait improbable qu’ait pu exister une édition des deux volets dès 1568, comme le voudrait encore démontrer Patrice Guinard, contre toute évidence. Ce second volet date vraisemblablement de peu de temps avant le couronnement à la cathédrale de Chartres – dont on a vu qu’un texte de la Guide aura été retouché dans ce sens, et peu de temps avant la parution du Janus François de Jean Aimé de Chavignt qui y recourt.  Croire que sous la Ligue on aurait refusé de publier le second volet déjà paru reléve du roman.

 

 

 

 

JHB

19 08 21

Publié dans NOSTRADAMUS, POLITIQUE, prophétisme | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Approche critique du »second » volet des Centuries Nostradamiques

Posté par nofim le 13 août 2021

 

Approche critique  du « second volet »  des Centuries nostradamiques

Par  Jacques Halbronn

 

Pour illustrer notre méthodologie du traitement des textes d’une part et des éditions de l’autre, nous prendrons le cas de ce qui est généralement désigné comme « second volet » des  éditions centuruques, ce  qui ne suppose nullement qu’au départ du projet centurique, on ait eu en vue un second volet. La question se pose d’autant plus que par second volet, l’on pourrait désigner les centuries s’ajoutant aux 4 centuries de départ pour atteindre 7 et même une telle présentation ferait probléme, la « quatrième » centurie n’ayant été à l’origine qu’un appendice à une édition à 3 centuries qui n’aura pas été conservée telle quelle mais uniquement englobée dans un ensemble plus large, à 4 à 6 (non conservée) ou à 7 centuries. Autrement dit, le « second « volet serait en fait un troisiéme volet, sans parler de la question  complexe de la VIIe centurie et notamment des  58 sixains introduits en 1605 par une épitre à Henri IV de Vincent Sève de Beaucaire. On y reviendra.

Mais concentrons- nous sur le dit « second volet » lequel comporte deux parties : les Centuries VIII, IX et X  et  une épitre à Henri II. Il faut préciser d’entrée de jeu que ces deux parties ne doivent pas être considérées comme indissociables. Quand dans le Janus François (1594), il y un commentaire de quelques quatrains issus des « dernières » centuries,  cela ne signifie pas que celle-ci soient parues, dès le départ, avec la dite Epitre à Henri II. Ce serait aller un peu  vite en besogne.

En effet, l’Epitre fait référence à une « miliade » alors qu’on la trouve uniquement à la suite d’un premier volet ne comportant pas plus d’une quarantaine de quatrains à la centurie VII, ce qui ne donne pas, au bout du compte, 1000 entités versifiées. Il y aurait donc inadéquation entre la dite Epitre de la miliade et les contenus des éditions qui nous sont connues.

Si l’on examine les éditions Benoist Rigaud, Lyon, 1568, l’on note que l’Epitre au Roi en tête du « second «  volet se termine par un

Faciebat Michaël Nostra-
damus Salonae Petreae
Provinciae.

Ce  qui  laisse à penser que cette épitre a fort bien pu circuler indépendamment des Centuries VIII-X et sans mention d’une miliade, ce qui aurait été ajouté lors de l’adjonction Epitre- quatrains.

Quant à cette miliade, elle ne saurait guère faire sens sans la prise en compte des 58 sixains venant compléter une VIIe centurie n’ayant pas dépassé 42 quatrains (Lyon Antoine du Rosne 1557, Bibl. Utrecht). Or, on ne connait pas une telle édition comportant une centurie VII à 10 quatrains, si ce n’est dans des éditions du XVIIe siècle qui contiennent et les 42 quatrains de la VII et les 58 sixains mais séparément et non au sein d’une seule et même centurie à telle enseigne que ces sixains seront présentés dans le cadre d’une centurie XI.

Tout cela semble devoir reporter l’émergence de l’Epitre à Henri II au début du XVIIe siècle (cf le dossier des sixains dans nos Documents inexploités sur le phénoméne Nostradamus, Ed Ramkat, 2002). Quant à l’édition 1568  avec les deux volets et les deux épitres, c’est évidemment une contrefaçon antidatée, et ce en dépit des tentatives assez vaines de la part de Patrice Guinard (site du CURA) de démontrer l’authenticité de la dite édition. Pour quelque raison,  les sixains n’y figurent pas mais la référence à la miliade, elle, s’y trouve. C’est dire que l’on est loin de disposer de toutes les éditions centuriques  alors même –ironie de l’Histoire- que de fausses éditions  nous auront été conservées.

Par ailleurs,  la cohabitation des deux volets n’est pas sans faire probléme (cf notre récente étude :; « Le syncrétisme biblique et le syncrétisme centurique ») vu que le premier volet est le fait du camp  ligueur  et le second celui du camp d’Henri de Navarre. D’ailleurs, Chavigny, dans  le Janus François reprend des quatrains du second volet, notamment ceux comportant les anagrammes des maisons de Lorraine et de Vendôme : Lorvarin  et Mendosus, dans le style des sixains où Robin est l’anagramme de Biron. La ficelle est un peu grosse et il y a un seuil d’invraisemblance à ne pas franchir sans risquer de friser le ridicule, quand on veut (faire) croire que ces anagrammes figuraient déjà en 1568 de la même façon que le quatrain 46 de la Ive Centurie- soit dans le premier groupe de 4 centuries (Macé Bonhomme  Lyon 1555)  « Garde toi Tours de ta proche ruine » ne saurait être dissociée du contexte de l’affrontement entre les deux camps (fin des années 1580 début des années 1590)(cf  notre communication  Les prophéties et la Ligue, Colloque Prophétes et Prophéties, Cahiers Verdun Saulnier, 15,  1998)

 

 

 

 

 

JHB

13 08 21

Publié dans NOSTRADAMUS | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Le syncrétisme biblique et le syncrétisme centurique

Posté par nofim le 12 août 2021

Le syncrétisme biblique et le syncrétisme centurique

par  Jacques Halbronn

 

Bien des travaux de recherches buttent sur le phénoméne du syncrétisme en partant  bien à tort du principe d’une harmonie générale  propre au corpus étudié.  il y a deux solutions: soit nier qu’il y ait des éléments disparates dans le temps et dans l’espace au sein du dit corpus, soit  prendre la mesure du dit phénoméne.

L’étude comparée de deux syncrétismes, le biblique et le centurique, distants dans leur formation de  2000 ans environ  se révéle offrir une belle  valeur  heuristique, dans la mesure où le centurique est bien plus proche de notre temps et fournit  une plus grande quantité de repéres historiques et de documents; Il n’en reste pas moins que de nos jours, le déni du syncrétisme centurique reste encore – pour combien de temps?- la position consensuelle. Et c’est la problématique du déni du syncrétisme qui est susceptible de  nous interpeller.

Première partie

Aspects du syncrétisme biblique.

Le mot Bible recouvre à l’évidence une grande variété de courants, de positions  et il n’en est pas moins vrai que ses commentateurs et interprétes ont à coeur de circuler librement et sans entrave au sein de cette Bible.  L’argument de la préfiguration permet de soulager bien des scrupules et il est de bonne guerre de souligner les lignes de convergence.

On prendra ici pour exemple non pas le distinguo classique entre Ancien et Nouveau Testament mais celui bien moins exploré et balisé entre le Royaume du Nord, d’Israël et celui de Juda, au lendemain de la mort de Salomon, étant entendu que le clivage préexistait bien avant.

La critique biblique aura certes mis en évidence  des ajouts, comme dans le cas du Livre d’Isaïe – on parle alors du Deutéro-Isaïe- et à partir de ce cas, force est de constater que certains chapitres additionnels portent nettement la marque « israélite ». comme dans le cas du passage où l’on fait dire à Cyrus, le roi de Perse, qu’il s’adresse à la maison d’Israel, se calquant sur l’édit du dit Cyrus au profit des Judéens, mettant en oeuvre leur retour de Babylone.

Certains objecteront que s’il en était ainsi, on s’en serait aperçu et on n’aurait pas laissé  passer certaines incongruités comme dans le cas du livre de l’Exode, dans le Pentateuque, où il est question d’un bout à l’autre des Enfants d’Israel conduit dans le désert vers la Terre Promise par un Moïse dont on nous dit qu’il aurait composé le dit Penteateuque, ce que contesta un Spinoza dans son traité théologico-politique.

 

Deuxiéme Partie

Aspects du syncrétisme centurique

Pour répondre à la question posée plus haut,  examinons le cas  du syncrétisme centurique . On y trouve deux  volets, l’un introduit par une préface à César, l’autre par une EPitre  au roi Henri II. Contrairement à ce qui se passe pour la Bible, on n’en est même pas au stade de relever des différences majeures entre les dits volets, à savoir que le premier est à la solde de la Ligue catholique et l’autre à celle du parti du futur Henri IV, réformé.

La question que nous avons posée plus haut est la suivante: pourquoi a-t-on placé au sein d’un même ensemble des textes aussi contraires? Mais ne serait-ce point là le propre du syncrétisme que ce déni au nom d’un matériau commun? Rappelons qu’en 1598 fut déclaré l’Edit de Nantes qui envisageait une sorte de paix entre les partis en présence, état qui se prolongera jusqu’en 1685 avec la Révocation.

Eh bien, selon nous, un tel arrangement a manifestement du avoir lieu entre les descendants et ressortissants des deux « maisons » – le propos de Jésus atteste de la perpétuation de ce clivage mille ans après la destruction du Royaume du Nord. « Je suis venu pour les brebis perdues de la maison d’Israël ».

Autrement dit,  au nom d’une unité assez factice, l’on affirma une  « unité » – revendiquée dans le Ecoute Israël autour du « Ehad » au nom de la raison d’Etat.

JHB

12 08 21

Publié dans ASTROLOGIE, Bible, NOSTRADAMUS, RELIGION | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn L’invasion du protestantisme selon la première Face du Janus François de Jean Aimé de Chavigny (1594)

Posté par nofim le 11 août 2021

L’invasion du protestantisme selon  la première Face du Janus François  de Jean Aimé  de Chavigny (1594)

par  Jacques  Halbronn

A notre connaissance, les spécialistes  de Nostradamus  n’auront pas accordé assez d’importance au sous titre du Janus François (Gallicus) ce dont pourtant dans son Avis au lecteur, Chavigny s’explique, assez succinctement il est vrai.

LA PREMIERE FACE DU JANUS FRANÇOIS, CONTENANT SOMMAIREMENT LES TROUBLES, GUERRES CIVILES ET AUTRES CHOSES MEMORABLES ADVENUËS EN LA FRANCE ET AILLEURS DÉS L’AN DE SALUT MDXXXIIII JUSQUES À L’AN MDLXXXIX. EXTRAITE ET COLLIGÉE DES CENTURIES ET AUTRES COMMENTAIRES DE MICHEL DE NOSTREDAME [...]. A LA FIN EST ADJOUSTÉ UN DISCOURS DE L’ADVENEMENT À LA COURONNE DE FRANCE, DU ROY TRES CHRESTIEN À PRESENT REGNANT

Edité par Par les Heritiers de Pierre Roussin. A Lyon - 1594

En fait,  Chavigny  recconnait l’avénement d’Henri  de Navarre, de confession réformée, ce qui fait écho à 1534 dont il note que cela correspond à l’instauration  de Luther.

Les Pléiades du S. de Chavigny,… où en l’explication des antiques prophéties conservées avec les oracles du célèbre Nostradamus, est traicté du renouvellement des siècles, changement des empires et avancement du nom chrestien, avec les prouesses… et couronnes promises à… Henry IIII, roy de France et de Navarre. : Lyon : P. Rigaud, 1603

Il est cependant à noter que bien des commentaires de certains versets des quatrains dans le Janus Gallicus  sont nettement hostiles au parti d’Henri de Navarre sans parler de tel quatrain de la IVe Centurie, le 46 :: Garde toi Tours de ta proche ruine (cf notre communication  1997  Les prophéties et la ligue in colloqie Prophétes et prophéties)

 

Empruntons une notice de présentation de la Bible de Martin Luther:

« Publiée pour la première fois en 1534, la Bible de Martin Luther ne fut pas seulement un tournant dans l’histoire de l’imprimerie en Allemagne, elle provoqua également un séisme dans l’histoire mondiale, en popularisant le christianisme à une tout autre échelle et en fournissant le texte fondateur d’une nouvelle branche de la foi: le protestantisme.  »

Deux dates 1534  et 1594  qui marquent une avancée majeure de la cause réformée., à soixante ans de distance. Pour valider sa thèse, Chavigny  s’oblige à voir dans les quatrains de Nostradamus le reflet  de bout en bout d’un tel processus, par delà l’enjeu prophétique comme si  Nostradamus  avait du remonter  jusqu’en 1534, donc bien avant la publications de ses productions,  pour aboutir au terminus de 1594, !

Un autre point qui semble également avoir échappé jusqu’ici  aux nostradamologues  concerne le personnage de Jean Bodin., ce juriste qui s’intéressait à toute forme de cyclologie, astrologique ou non. Bodin en 1590  publie  une Lettre de Monsieur Bodin, Troyes, Jean Moreau, 1590, 14 p. (cf  Copie d’une lettre de Monsieur Jean Bodein, contenant prognostication merveilleuse du succes des guerres du royaulme de France  : A Bruxelles : par Rutger Velpius, 1590 (38 p.)

Chavigny  fait écho à la « Lettre » de Bodin par rapport à un cycle de 7 ans.

 

 

Du syncrétisme biblique au syncrétisme centurique

Par  Jacques  Halbronn

Les deux volets

 

Les 7 ans  de Bodin

 

Pensik

Chavigny  De l’advénement à la   Cour de France de Henry etc

 

« Mr Bodin excellent personnage de ce temps qui a  fait ces beaux Livres de la République semble  avoir pesché en cette  rivière, interprétant  ainsi  le présage sus dit en une lettre  sienne imprimée  1590. J’ay aperçu, dit-il,par la connaissance des histoires  tant  sacrées  que profanes, que les  grands et notables  changemens des empires, royaumes & monarchies se font en cinq ou six ans, le septiesme estant le nombre  sacré, mystic & divin etc  (..) Il dit ainsi  & commence les dits sept ans à l’an 1588 & mois de May lors que Messieurs les Parisiens firent leurs barricades/ Donques à ce compte la sixiéme année de ces troubles  &  guerres dernières sera expirée dans le mois de May prochain dans lequel temps , selon icelle raison philosophique approuvée, est vraysemblable que Paris tombera & prestera joug à son Seigneur &Roy naturel. A quoy se conforme un quat.  De nostre Autheur de la Centu ; 6 qui commence ainsi  Fluve Celtique changera de rivafe (…) où i l veut dire  que les habitants de la Seine changeront non de rivage  (..) ains de Seigneur etc »

 

Chavigny cite IX  50  MENDOSUS  tost viendra à son haut régne

Mettant arrière un peu le NORLARIS

(…)Voyez, Monseigneur, comme ce Prophéte persiste en son propos &  dit que sans doubte sa Majesté parviendra à son haut régne & exaltation   en  rejettant tous ceux qui luy voudront contrarier mesmes les Princes Lorrains qu’il entend par Norlaris (…) Que Sa majesté déchassera les Princes Lorrains, cela est clair  par ce présage Cent 10, qua. 18

Le rang Lorrain fera place à Vendosme »  pp  286-287)

 

Par ailleurs,  annonçant la Seconde Face du Janus François, il avance l’année 1607, soit au lendemain de l’année  1606, laquelle figure dans l’Epitre à Henri II,  placée en tête du second volet des éditions centuriques.

Il est clair que le second volet centurique est éminemment favorable  à Henri IV et Chavigny ne se prive pas d’en extraire ce qui viendrait annoncer la victoire sur les Guises;  Mendosus doit l’emporter sur  Norlaris., selon ces deux anagrammes.

 

 

 

JHB

11. 08 21

Publié dans ASTROLOGIE, NOSTRADAMUS | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Les trois mouvances centuriques: Paris, Lyon, Rouen-(Anvers-Avignon)

Posté par nofim le 6 août 2021

 

 

Les trois mouvances centuriques : Paris, Lyon, Rouen-(Anvers-Avignon)
par Jacques Halbronn

Le corpus Nostradamus du second XVIe siècle ne peut s’appréhender correctement qu’à condition de diviser le dit corpus en trois entités se développant parallélement dans le temps et dans l’espace.
Le sous-corpus le plus authentique est parisien, les docu-ments le constituant correspondant à la formation progres-sive du « premier volet » à sept centuries/
Les deux autres sous-corpus visent à se substituer au sous corpus parisien en éliminant certaines traces attestant de la dite formation.
Le sous corpus Rouen-Anvers -Avignon ne comporte au-cune production antidatée à la différence du sous-corpus Lyon même s’il se référe à une impression de 1555, à Avi-gnon,. (à la fin de l’édition Anvers)
Le sous-corpus Lyon, en revanche, n’est constitué que d’éditions antidatées (1555 à 1568), il s’est constitué à par-tir des autres sous-corpus et emprunte –(par erreur) la vi-gnette du titre des éditions 1555 et 1557 à celle des alma-nachs pirates des années 1560.-(cf RCN de R. Benazra, pp. 58-59) alors que les « vrais » almanachs de Nostradamus ne comportent pas de vignettes, ce qui est réservé à ses Pronos-tications.

A Le sous-corpus parisien
Il nous fournit une représentation fidéle de la véritable for-mation du premier volet des Centuries. Ses exemplaires portent tous le titre de Prophéties, titre qui sera adopté par le sous-corpus lyonnais. On y trouve notamment l’indication d’une addition à la Ive Centurie, au-delà du quatrain 53. (cf RCN, pp. 118-122) Cette indication ne figure pas dans le sous-corpus lyonnais Antoine du Rosne 1557 qui présent la centurie IV en ses 100 quatrains comme s’il n’y avait pas eu une édition Macé Bonhomme 1555 avec une Ive Centurie à seulement 53 quatrains. Il y a donc un déphasage, une dis-continuité entre Lyon 1555 et Lyon 1557
Par ailleurs, le sous-corpus parisien comporte des titres se référant à une édition de 1561 avec addition de 39 article à la « dernière Centurie », soit la Centurie VI, cette addition sera qualifiée de Centurie VII dans les éditions Lyon 1557 alors que cette Centurie ne dépasse pas 42 quatrains (exemplaire Bibl Utrecht). Cette mention de 1561 indique une volonté de conférer au dit corpus une ancienneté remontant au vivant de Nostradamus, mort en 1566.

B Le sous corpus Rouen-Anvers-Avignon
La Préface à César y est datée de juin 1555 alors que dans les autres sous corpus, c’est mars 1555 qui est indiqué. Le titre de ces éditions (tant de Rouen que d’Anvers n’est pas « Prophéties » mais « Grandes et Merveilleuses Prédic-tions » Ce n’est donc pas ce titre qui aura servi pour le sous corpus Lyon qui utilise « Prophéties ». L’édition Anvers 1590 ne fournit pas le quatrain 100 de la Centurie VI de fa-çon à ne pas entériner le stade d’un ensemble se terminant à la Vie (et dernière) Centurie, ce qui permet de présenter les 35 quatrains de la VIIe Centurie comme faisant partie inté-grante des éditions et non comme une addition. On retrouve la même problématique que pour la Centurie IV (cf supra) On note que le nombre de quatrains de la Centurie VII n’est pas de 40 et 42 comme dans le sous corpus Lyon mais de seulement 35, ce qui indique des additions supplémen-taires pour des éditions dont dériveraient les éditions anti-datées Lyon 1555-1557
L’édition Anvers 1590 mentionne pour l’impression 1555 le libraire Pierre Roux, à Avignon et non Macé Bonhomme, Lyon. Voilà qui met en évidence l’existence de deux scéna-rios paralléles d’éditions antidatées avec des dates diffé-rentes pour la Préface à César. La date de mars 1555 est re-prise du sous-corpus parisien dont le titre est récupéré : Prophéties.
On s’attardera sur l’exemplaire de 1588 Rouen, Raphael du Petit Val, dont on a copie de la page de titre sinon du conte-nu ‘(reproduit dans le RCN dans le dossier iconographique en tête de l’ouvrage). Les Grandes et merveilleuses prédic-tions de M.Michel Nostradamus divisées en quatre centu-ries » C’est cette dernière mention qui nous interpelle car elle ne figure pas au titre de l’édition Macé Bonhomme Lyon 1555 alors même que cette centurie IV, cette fois, à 53 qua-trains s’y trouve. Pourquoi une telle insistance au titre alors même que la quatriéme centurie n’est pas totalement ache-vée? Selon nous, le statut de cette IVe centurie est lié à une édition disparue à 6 centuries, elle même vouée à être pro-longée par ce qui deviendra utltérieurement une septiéme centurie virtuelle à 35, ‘Anvers) 39 ( 1561), 40 ou 42 qua-trains (Antoine du Rosne)/ Il semble qu’il ait existé un stade où il importait de ne pas évoquer l’idée d’une addition car cela aurait paru suspect, certains mauvais esprits étant ten-tés d’évoquer une addition tardive, ce qui fut d’ailleurs le cas puisque la dite édition Rouen 1588 fut « complétéé » avec 4 quatrains supplémentaires (cf RCN ).

C Le sous-corpus Lyon
Ce corpus se distingue en ce qu’il n’est pas attesté d’édition lyonnaise parmi les éditions « ligueuses » mais seulement Paris, Rouen, Anvers et en ce qu’il a le monopole des édi-tions antidatées qui nous soient parvenues à ce jour. C’est en fait, paradoxalement , le plus tardif. Si on compare Macé Bonhomme 1555 à l’édition du sous corpus Rouen 1588, l’on note que la centurie IV à 53 quatrains comporte un ajout de plusieurs quatrains (cf RCN pp. 122-123) ) à savoir ceux qui portent dans l’édition Lyon 1555 les numéros 44 à 47 (cf à ce sujet notre communication au Colloque Prophétes et pro-phéties de 1997 « Les Prophéties et la ligue ») En ce qui concerne les éditions Lyon Antoine du Rosne 1557 nous avons déjà signalé plus haut qu’elles ne font aucune mention d’un ajout survenu à la Ive centurie après le quatrain 53 comme l’indiquent les éditions parisiennes. Ces éditions lyonnaises ne signalent pas davantage une addition à la centurie VI, comme l’indiquent également les éditions parisiennes se référant à 1561 et les 39 articles ajoutés à la « dernière centurie ». On a vu que l’édition Anvers 1590 saute le quatrain latin terminal correspondant à la fin de la Vie et dernière Centurie. Il en sera de même pour l’édition antidatée Benoist Rigaud 1568 en son premier volet avec une épitre à Henri II datée de 1558 (et reprenant une précédente épitre au dit Roi, en tête des Présages Merveilleux pour 1557 cf nos Documents inexploités sur le phénoméne Nostradamus, Ed Ramkat, 2002).
On voit qu’à deux reprises, des additions à la IIIe et à la Vie centuries ont été la base des Ive et VIIe centuries. La ques-tion des 58 sixains ne pouvant être étrangère à l’existence d’une centurie IV à 42 quatrains (exemplaire Bibliothèque Utrecht) Ces sixains ne seront raccordés au corpus centu-rique qu’au début du XVIIe siècle.(cf nos Documents Inex-ploités sur le phénoméne Nostradamus, 2002)
On peut penser que le modèle de départ impliquait des sé-ries de trois centuries, ce qui sera le cas du groupe VIII-IX X dont on ne connait aucune édition intermédiaire à la diffé-rence du premier volet.
Il est clair que des scénarios relatifs à des publications cen-turiques pour les années 1550 furent élaborés sous la Ligue visant à occulter les processus additionnels à la IIIe et à la Vie centuries ce qui allait conduire à une chronologie fictive constituée de deux éditions lyonnaises 1555 et 1557, à 4 et à 7 centuries dont on continue à nous abreuver dans la plupart des travaux paraissant autour de Nostradamus.(cf les parutions chez Gallimard, successivement de Drévillon-Lagrange et de Mireille Huchon)
D La série tronquée des Prophéties

Quand on observe attentivement les pages de titres des sé-ries Prophéties (Antoine du Rosne 1557) et Grandes et Mer-veilleuses Prédictions (St Jaure, Anvers, 1590), dans les éditions augmentées, force est de constater que la série Prophétie dérive de l’autre série.
D’abord, on y retrouve la meme tournure défectueuse « dont il en y a » au lieu de « dont il y en a » -ce qui sera d’ailleurs corrigé par la suite.
Ensuite, une partie du titre est supprimée dans la série Pro-phéties à savoir « Esquelles se voit représenté une partie de ce qui se passe en ce temps, tant en France etc »
La disparition de ce passage, au titre, s’explique selon nous par la volonté de ne pas « dater » le contexte avec une for-mule comme « ce qui se passe en ce temps »
Il nous apparait donc clairement que le premier titre sous lequel sont parues les « centuries » est bien celui de Grandes et Merveilleuses Prédictions » mais que les contrefaçons qui nous sont parvenues (1555-1557-1568) portent toutes le titre de « Prophéties », soit la contrefaçon d’une contrefaçon.
En ce qui concerne la mention à la fin de l’édition Anvers Saint Jaure, concernant une première édition Avignon-Pierre Roux-1555, l’on notera que l’almanach pour 1563 est paru chez le même libraire, sous la même désignation, le dit almanach étant d’ailleurs mentionné dans l’introduction au Janus François de Chavigny (1594). On notera que ce même Pierre Roux, étrangement, aura publié en 1558 une Déclaration des abus, ignorances & séditions de Nostradamus (cf RCN, p. 12)
En fait, il nous semble possible de reconstituer ainsi la ge-nése de cette succession d’éditions entre 1588 et 1590/ Comme on l’a dit plus haut, les éditions parisiennes nous semblent bien constituer le tout premier corpus centurique sous le titre Prophéties(cf RCN). A partir des dites éditions, se mirent en place les « Grandes et Merveilleuses prédic-tions » et à partir de celles-ci furent produites les éditions lyonnaises antidatées reprenant le titre parisien de « Pro-phéties » mais en supprimant la mention des éditions Rouen-Avignon « Esquelles se voit représenté une partie de ce qui se passe en ce temps, tant en France etc ». L’édition Macé Bonhomme aura donc été élaborée à partir de l’édition rouennaise (non localisée présentement) à 4 centuries de 1588. : » divisée en 4 centuries » mais sans la mention au titre de « quatre centuries ». Soulignons que les pages de titre ne correspondent pas nécessairement au contenu qu’elles sont censées présenter et qu’elles peuvent être considérées comme des données des plus précieuses parallélement à l’analyse des contenus, laquelle n’est en l’occurrence pas possible pour la dite édition dont le titre mentionne « divisée en quatre centuries ». Il importe donc d’être capable à la fois d’analyser les titres et les contenus eux-mêmes fort révélateur notamment lors de la mention à la Ive Centurie au-delà du 53 e quatrain ou dans la présentation de la fin de la Vie centurie et de son quatrain latin numéroté 100 quand il n’est pas supprimé comme dans l’édition Anvers St Jaure 1590.

On  rappellera le travail  de Daniel Ruzo (Le testament  de Nostradamus, Le Rocher, 1982) sensible à  »existence de ces diverses « mouvances ». (pp. 279  et seq): il note « Les éditions d’Avignon ont paru parallélement à celles de Lyon avec un titre différent ».  Cela est vrai sous la Ligue  mais  du temps de Nostradamus, aucune de ces éditions n’est selon nous parue.
JHB
10. 08 21

Publié dans NOSTRADAMUS | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Le Janus Gallicus et l’actualisation du texte prophétique

Posté par nofim le 26 juillet 2021

 

Le Janus Gallicus  et l’actualisation du texte prophétique

Par  Jacques  Halbronn

 

La thèse de l’actualisation du texte prophétique était au cœur de notre thèse d’Etat – Le texte prophétique en France. Formation et fortune. Presses Universitaires du Septentrion 1999. Nous en trouvons une assez remarquable illustration dans La Première Face du Janus françois contenant sommairement les troubles, guerres civiles & autres choses memorables advenuës en la France & ailleurs dés l’an de salut M. D. XXXIIII. jusques à l’an M. D. LXXXIX. fin de la maison Valesienne. Extraite et colligée des centuries et autres commentaires de M. Michel de Nostredame, jadis Conseillier & Medecin des Rois Tres-Chrestiens Henry II. François II. & Charles IX. A la fin est adjousté un discours de l’advenement à la Couronne de France, du Roy Tres-Chrestien à present regnant : ensemble de sa grandeur & prosperité à venir. Lyon, par les héritiers de Pierre Roussin, 1594.

 

 

On notera cette addition présentée comme telle : « A la fin est adjousté un discours de l’advenement à la Couronne de France, du Roy Tres-Chrestien à present regnant : ensemble de sa grandeur & prosperité à venir » Cela concerne le couronnement d’Henri IV au début de l’an 1594  Le nom d’Henri IV ne figure d’ailleurs pas expressément. Mais ce point est précisé plus loin «  A très Heureux  et victorieux et très Chrestien Henri IIII Roy de France & de Navarre.

Or, la « première face » s’arrête  à 1589. Autant dire que cette Première Face ne traite que marginalement du nouveau roi de France, ce qui est prévu pour une « Seconde Face » ce qui est sous entendu par le titre « Première Face ».

« Quant au second, qui est encore sous l’enclume & n’est achevé, il sera presque plein de vos  gestes, Sire, de vos trophées & victoires sur vos ennemis, de vos expéditions et conquestes »

On voit donc Chavigny  ajouter des éléments  à son ouvrage de façon à se mettre en accord avec l’évolution des événements, notant la « fin de la maison valésienne » et donc constatant, par la force des choses, l’avénement de la maison des Bourbons..

Rétroactivement,  cela met en perspectives la succession des additions incessantes en ce qui concerne le « premier volet » au cours des années 1588-1589 tout particulièrement.

Il importe de comprendre que le « Janus Gallicus » est composé de plusieurs documents et pas seulement des éditions centuriques. D’où le sous -titre « Extraite et colligée des centuries et autres commentaires de M. Michel de Nostredame ». Ces ‘autres commentaires » ce sont notament ce qui est contenu dans le Recueil des Présages Prosaiques, dont le manuscrit qui nous  est parvenu est datée de 1589, à Grenoble et c’est dans ce Recueil que le Janus a trouvé nombre de quatrains d’almanachs de Nostradamus jusqu’en l’an 1567.  D’ailleurs, le Janus se référe explicitement à l’almanach pour l’an 1563 dont il cite des passges en prose. Signalons aussi que certaines éditions des Centuries comportent des quatrains tirés de l’almanach pour 1561 (cf  R. Benazra, Répertoire Chronologique Nostradamique), ce qui implique un certain usage du Recueil des Présages Prosaïques.

Reste la question des quelques quatrains figurant dans le Janus et pris des Centuries VIII à X. Si l’on peut admettre que ces Centuries circulaient alors, cela ne signifie aucunement qu’existait alors un volume rassemblant en son sein les « dix centuries ». Il est bien plus probable que le Janus ait intégré des quatrains appartenant à ce groupe mais ce serait aller un peu vite en besogne que de conclure déjà à ce moment là à l’existence  d’une édition compléte du genre  de celle de Benoist Rigaud 1568 ! C’est selon nous, au lendemain de l’édit de Nantes de 1598 que l’air du temps se prétait à joindre  des centuries correspondant à des positions opposées politiquement,  dynastiquement, religieusement.

 

Mais déjà dans la Première Face, l’on aura placé le quatrain  VIII, 60  lequel s’en prend à la maison de Guise –d’où l’anagramme Norlaris pour Lorrain, comme il est d’ailleurs  expliqué en note dans le Janus, ce qui montre une certaine mise à jour  au sein même du Janus à partir des Centuries du camp opposé à celui de la Ligue.

 

8:60

Premier en Gaule, premier en Romanie,

Par mer & terre aux Angloys & Paris,

Merveilleux faitz par celle grand maisnie,

Violant terax damnera Norlaris.

alors que le quatrain III, 51,  tout comme le quatrain IV, 46 s’en prend à Tours, ville honnie par la Ligue..

3:51

Paris conjure un grand meurtre commetre

Blois le fera sortir en plain effect:

Ceux d’Orleans voudront leur chef remettre

Angers, Tours, Langres leur feront un meffait.

 

On peut ainsi se faire une idée de la fabrication du « Corpus Nostradamus » dans les années 1588-1594.

Terminons notre étude avec la question des 58 sixains  (cf nos Documents inexploités sur le phénoméne Nostradamus, 2002), lesquels semblent bien avoir eu comme raison d’être de venir compléter les 42 quatrains ajourés à la Vie centurie de façon  à former, au final, une centurie septiéme faisant le raccord entre les six premières et les trois dernières. Il semble que ce « raccord » doive être daté des années 1600-1605. Il est précédé d’une épitre à Henri IV signée d’un « parent » de Nostradamus. On ignore pourquoi  il s’agit cette fois de sixains et non plus de quatrains mais cela peut tenir à la récupération de l’œuvre  de Morgard (cf nos Documents Inexploités) vouée à être recyclée au sein de l’ensemble centurique, le fait qu’il s’agit de sixains montre qu’il s’agit là d’une récupération  comme dans le cas d’Antoine Crespin.(cf nos Documents inexploités, op. Cit)

Ainsi, cette centurie VII  aurait été un sas entre les deux volets et il faudrait donc dater l’épitre à Henri II se référant à une « milliade » de quatrains  de ces années 1600 et suivantes, ce qui n’exclue nullement que les centuries qui prendront  par la suite les numéros VIII à X  n’aient point circulé plus tôt dans les dernières années du XVIe siècle, sans ce numéro d’ordre et sans la dite épitre à Henri II mais dans ce cas, comment le Janus François serait-il en mesure de fournir le numéro de la centurie et du quatrain ? Voilà qui pose, décidément, la question d’une interpolation dans le Janus par rapport à son édition initiale. Il est vrai que le nombre de quatrains issus du « second volet » dans le Janus est des plus faible, cela expliquerait le caractère composite des dernières années couvertes par le dit Janus.

 

 

 

 

 

 

JHB

26 07 21

Publié dans NOSTRADAMUS | Pas de Commentaire »

12345...10
 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs