jacques halbronn L’ Astrologie et l’impératif du Deux, de l’Altérité.

Posté par nofim le 13 février 2023

jacques  halbronn L’ Astrologie et l’impératif du Deux, de l’Altérité

 

. L’Astrologie se doit de tout ramener à la dualité, au double sens et tout autre division conduit à l’erreur et à la confusion. L’astrologue doit voir « double » tant au niveau des gens que des périodes. Aller au delà du 2, c’est  choisir de tout embrouiller, notamment chez ceux qui écoutent l’astrologue car au delà du deux, notre intelligence sature très vite et les gens ne disent qu’ils sont d’accord que pour fuir une complexité qui les dépasse et dans laquelle les astrologues  se complaisent. 

Développons la problématique du Deux. Toute prévision doit être double, A  et B en alternance. Une prévision qui ne mettrait pas en oeuvre une dualité est irrecevable. C’est ainsi que l’astrologie sera en mesure de répliquer aux critiques déclarant qu’elle n’est pas « falsifiable », c’est à dire réfutable, selon la formule de Popper. Avec le Deux, l’astrologie donne les moyens  de la vérifier en annonçant successivement deux situations en contradiction, ce que tout un chacun est en mesure d’observer. Autrement dit, l’astrologue doit faire un double pari d’affirmer une chose et son contraire, de façon à ce que sa prévision puisse être bien suivie. C »est en effet en annonçant deux événements de sens opposé qu’il accédera à une certaine crédibilité, l’annonce d’un seul type d’événement ne fait pas l’affaire car l’esprit humain est programmé pour appréhender les contraires, les contradictions, pour percevoir l’altérité, l’autre, à tous les niveaux.

A la base, on trouve le jour et la nuit qui sont les matrices de la conscience du Deux. Même le cycle des 4 saisons est trop complexe et égare l’intellect. C’est pourquoi nous pronons le recours au demi-cycle, soit pour le cycle lunaire, 15 jours et pour le cycle de Saturne 15 ans ou deux fois sept ans. En ce sens, les équinoxes servent de référence avec la similitude entre printemps et automne. Le jour, on y voit clair, la nuit, tous les chats sont gris. La phase diurne est celle de la lucidité (lux: en latin, la lumière. Fiat lux) alors que la phase nocturne est onirique, fantasmatique. On dira que le passage de Saturne sur les 7 années correspondant au printemps ou à l’automne est diurne alors que le passage de Saturne sur les quadrants d’Ete et d’Hiver est nocturne. ll ne faut pas chercher plus loin, le mieux étant l’ennemi du bien.

Il importe que l’astrologue se méfie de ce qui se présente comme  univoque. Il lui faut nécessairement compléter toute notion au moyen de deux adjectifs qui instaureront une dualité. Ne pas préciser cette dualité, c’est induire en erreur. Toute expression est ambivalente, à double entente. Qu’est ce en effet qu’une guerre, sans autre précision quand on sait qu’il est des guerres de nature extrémement différente, qu’est ce qu’un étranger quand on sait que cela dépend des critères mis en avant? Ainsi, le langage de l’astrologue se doit d’intégrer la dualité dans la mesure même où il y a alternance des phases. On est là dans la relativité et le deux sous tend la relativité. 

Il importe de savoir  gérer, d’instrumentaliser la dualité aux fins d’organiser la Société et donc de la faire apparaitre en pleine conscience non seulement dans le temps mais aussi dans la société. D’où l’importance de la notion d’étranger, selon que l’on a une approche horizontale ou verticale. La première s’articule sur les frontières juridiques à savoir la juxtaposition des entités nationales alors que la seconde, verticale, introduit une hiérarchie entre le haut et le bas. En phase solsticiale,  donc nocturne, on s’appuie sur l’horizontalité et en phase équinoxiale sur la verticalité. Dans un cas l’étranger est celui qui vient d’ailleurs, qui parle une autre langue alors que dans l’autre cas, l’étranger est celui qui appartient à une autre caste, à une autre classe au sein d’une même société. Dans un cas, c’est une conflictualité externe et dans l’autre une conflictualité interne.

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 13 02 23

Publié dans ASTROLOGIE, PSYCHOLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Astrologie EXOLS Subconscience et Surconscience/ Equinoxialité et solsticialité/ Surmoi et ça, Nature et Surnature

Posté par nofim le 2 février 2023

jacques  halbronn    Astrologie EXOLS Subconscience et Surconscience/ Equinoxialité et solsticialité/ Surmoi et ça, Nature et Surnature 

 

L’astrologie a tout à gagner à s’inscrire dans la dualité mais il est possible que ceux qui s’adressent à l’astrologie soient marqués par un refus, un déni de dualité, notamment sur le plan sexuel et voient dans l’astrologie un dépassement de cette dualité. Obstacle épistémologique qui  entrave la recherche astrologique.(RA)  Il est grand temps pour l’Astrologie de renouer avec le Deux car le Deux est au coeur d’un nombre considérable de problématiques existentielles/

En vérité, même la cyclologie astrologique avait renoncé peu ou prou à assumer la dualité, c’est à dire l’antithèse, la dialectique, ce qui dispensait de toute forme de controle, de contre épreuve, de « falsifiabilité », de réfutation (Popper) Avec André Barbault, même la dialectique planétes/Zodiaque était remise en cause, tant en ce qui concerne le cycle Saturne Neptune que l’indice cyclique, son idée du « cycle planétaire » étant réservée aux aspects de planéte à planéte et ce depuis les années cinquante.

Le titre de notre article est éloquent en ce qu’il met en évidence la chaine des dualités qu’il relie entre elles, ce qui fait sortir l’astrologie de son ghetto, constitué du 4, du 5, du 7 ou du 12 qui sont autant  de moyens de refuser le 2.

Il faut notamment faire la part du métalangage qui vient se surimposer à la réalité. Or, toute discipline cultive un certain degré de métalangage, et nombreux sont ceux qui tombent dans le piége et ne savent pas distinguer entre le bon grain et l’ivraie, ce qui génére de la pléthore de facteurs, du « multifactoriel ». C’est ainsi que nous avons souligné la dimension de métalangage des 4 planétes placées au centre du septénaire, Mercure, Vénus, Mars et  Jupiter, lesquelles ne sont pas censées être des émetteurs ou prometteus mais des récepteurs, des significateurs; selon une certaine division nécessaire du travail. 

Or, ne pas vouloir appréhender la dualité du monde, c’est condamner l’astrologie à ne pas être en phase avec le monde, se rendre incapable d »en suivre le rythme, ce qui hypothéquera inévitablement le travail astrologique. En s’initiant à l’astrologie EXOLS l’astrologue vivra une expérience extraordinaire, où tout sonnera juste dans ce qui se trame dans le monde  et il  renoncera aux faux semblants  que développent les mauvais outils/

 

 

 

 

 

 

 

JHB 02 02 23

Publié dans ASTROLOGIE, psychanalyse, PSYCHOLOGIE, psychosociologie | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Epistémologie. Son modéle astrologique. Les deux erreurs commises

Posté par nofim le 23 janvier 2023

jacques  halbronn  Epistémologie. Son modéle astrologique.  Les  erreurs commises 

 

On peut regretter qu’André Barbault entre 1967 (publication de son indice cyclique) et 2019, date de son décés, soit pendant 50 ans et plus, n’ait pas repensé son modéle à la lumière de ses échecs prévisionnels soit en annonçant ce qui n’eut pas lieu à la date indiquée soit en manquant d’annoncer ce qui eut bien lieu. Pour notre part, nous n’avons cessé de repenser notre Paradigme universel depuis plus de 40 ans et nous entendons ici faire le bilan d’une certaine stagnation de notre travail en raison de certains obstacles épistémologiques que nous n’avions pas identifiés. Il importe de distinguer ce qui est proprement d’ordre astrologique et ce qui pourrait être qualifié  de méta-astrologique ou de para, d’épi-astrologique, englobant l’ensemble des sciences sociales et « humaines ». 

Est stricto sensu astrologique ce qui a lieu lors des changements, des passages de phases, se produisant tous les 7 ans environ et au delà on bascule vers le « post-astrologique », c’est à dire les causes secondes vis à vis des causes premières. Le post astrologique est certes impacté par la matrice astrologique mais s’étend de façon aléatoire tout au long de la durée d’une phase. Autrement dit, il est vain de chercher à expliciter astrologiquement ce qui reléve du méta-astrologique, c’est à dire ce qui est la conséquence et la résultante indirecte de l’effet astrologique en soi. Notre erreur aura donc été de ne pas avoir distingué ces deux plans, ce qui  allait brouiller notre travail en mélangeant les torchons et les serviettes, l’astrologique et l’épi-astrologique.  Nous n’avions pas compris qu’il importait de circonscrire l’effet astrologique au moment de la conjonction et non au cours de toute la phase, ce qui otait considérablement de la force à notre méthodologie.

Une autre erreur qui n’aura pu être décelée qu’à la suite de la correction de la première concerne la datation même des phases. Depuis 1975-76, nous étions partis dans l’idée qu’il fallait aligner(Ed de la Grande Conjonction), nous avions déplacé le curseur lors de notre étude sur Saturne et le point vernal (O° bélier) en situant le dit curseur en poissons, dans notre étude sur 2 siècles, de 1789 à 1995 et de fait nous allions mettre dans le mille, puisque la date faisant suite à 1968 ne serait autre que 1995, soit un autre moment majeur dans l’Histoire des mouvements sociaux de type équinoxial. On conçoit que ce déplacement du curseur que nous allions assumer par la suite et en fait ces toutes dernières années,  allait changer totalement notre calendrier prévisionnel, puisque tout était avancé de 30 degrés. En d’autres termes, la frontière entre astrologie et méta-astrologie ne serait plus la même et l’on ne risquerait plus d’étudier astrologiquement ce qui relevait d’une méthodologie empirique méta-astrologique ne passant pas directement par une configuration bien définie, rendant inutile l’étude des éphémérides si ce n’est en remontant vers le seuil astrologique propre aux  signes mutables. On comprend donc que le public astrologique n’ait pas adhéré à un modéle encore bien imparfait quant à sa formulation..

Une troisiéme carence concernait le contenu même des deux phases d’équinoxialité et de solsticialité, en alternance. Nous avons récemment  décidé de mettre l’accent sur la problématique de l’alliance, thème théologique majeur – en hébreu la « Brit », nom donné à la circoncision- et l’on sait que le mot Testament renvoie à l’idée d’Alliance. On rend Nouveau Testament par Brit Hadasha, la Nouvelle Alliance.

« Got questions » nous explique:
« La Nouvelle Alliance (ou Nouveau Testament) est la promesse que Dieu a faite aux hommes, de pardonner leurs péchés et de restaurer sa communion avec ceux qui se tournent vers lui. Jésus-Christ est le Médiateur de la Nouvelle Alliance et sa mort sur la croix est le fondement de cette promesse (Luc 22.20). La Nouvelle Alliance a été annoncée alors que l’Ancienne Alliance était encore en vigueur : les prophètes Moïse, Jérémie et Ézéchiel y ont tous fait allusion. »

Nous dirons que l’équinoxialité  favorise de nouvelles alliances, des unions alors que la solsticialité met fin à d’anciennes alliances, produit des ruptures, ce que nous avions déjà théorisé en 1976 dans Clefs pour l’Astrologie, p. 145) en montrant une alternance des périodes d »expansion -U et des périodes de rétraction -M, ce qui fait écho à l’épisode de la Tour de  Babel (Livre de la Genése).  Bien entendu, cela impactera la totalité de chaque phase, tout au long de son déroulement et par exemple ce qui se produira en 1989-91, en phase solsticiale est fonction du début de la dite phase à la fin de 1985, quand Saturne passa sur l’axe Gémeaux-Sagittaire.On ne peut donc raisonnablement associer 1989 à la conjonction Saturne-Neptune (ayant lieu tous les 36 ans), comme le voudrait André Barbault (cf Défense et Illustration de l’Astrologie, Ed Grasset, 1955 p. 186) bien avant que l’on connût précisément, plus de 30 ans à l’avance, ce qui se préparait.

Bien entendu, la résistance à notre « paradigme universel » tiendra, durant toutes ces décennies, à notre fixation sur une seule planéte et le rejet de toute forme de « constellationisme » planétaire (conjonction, thème natal etc). Il nous aura fallu repenser notre lecture, notre description, du dispositif des maitrises planétaires, lequel constituait une part importante de nos Clefs(pp. 45-78) en montrant qu’il fallait isoler le coeur « passif » du disposititf à savoir Mercure- Vénus-Mars et Jupiter,  renvoyant à une division en 4 de l’écliptique zodiacal de son cadre actif,  Lune-Saturne, deux astres partageant les mêmes valeurs numériques, à savoir le 7 (jours/années) que l’on retrouve dans la Bible. Là encore, seule une approche binaire se révéle viable à tous points de vue.

JHB 23 01  23

 

Publié dans ASTROLOGIE, epistémologie, psychanalyse, PSYCHOLOGIE, sociologie, théologie | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Epistémologie de l’information La dialectique de l’émetteur et du récepteur. Astrologie

Posté par nofim le 16 janvier 2023

jacques  halbronn Epistémologie de l’information.  La dialectique de l’émetteur et du récepteur 

 

Les astrologues auront fait fausse route, tout au long du XXe siècle en se polarisant sur l’émetteur. Il aura été facile de leur objecter que les astres n’ont aucun vocation à nous impacter sur le plan psychologique. En 1986, dans la Pensée Astrologique (Première partie de l’Etrange Histoire de l’Astrologie de Serge Hutin, Paris, Artefact) nous avions avancé l’idée d’instrumentalisation, dont Suzel Fuzeau Braesch, décédée depuis,  se fit l’écho  en 1992 (La preuve par deux, Ed R. Laffont). Nous soutenions que les humains se seraient servi des astres pour s’organiser et se structurer, sur la seule base de leur repérage et de leur visibilité et sans avoir à en connaitre davantage.

Plus largement, dans le domaine de la technique, de la fabrication, un objet quel qu’il soit est susceptible de servir, d’ »être « employé »  aux usages les plus divers.

En ce qui concerne l’astrologie, nous dirons que tout dépend de la faculté des humains en tant que récepteur à capter tel ou tel signal convenu par le systéme mis en place. Plus le récepteur est sophistiqué, plus il sera en mesure de capter des émissions de faible intensité mais une telle formulation ne doit pas induire en erreur, à savoir qu’il n’y a émission que parce qu’il y a réception  et une émission qui ne serait pas captée ou captable ne saurait être qualifiée telle.

En ce sens, au niveau de la circulation de l’information, l’auteur émetteur va laisser la place au récepteur lequel aura la charge de rassembler une information éparse dans le temps et dans l’espace et qui dépassera évidemment le dit auteur, par delà sa mort et ce d’autant plus que dans bien des cas, l’auteur ainsi désigné se verra attribué une oeuvre qui n’est même pas sienne ou qui ne l’est que très partiellement comme dans le cas des Centuries de Nostradamus (cf  nos travaux sur ce sujet sur divers supports et dans divers cadres- ce qui vient illustrer ce que nous entendons par la charge du récepteur en vue de réunir toute l’information utile et nécessaire). 

Lorsqu’un auteur n’est pas reconnu, c’est la faute des récepteurs et d’une société en dysfonctionnement. En ce sens, certaines sociétés, certaines communautés, ne sont pas dotées pareillement, en raison de leur carence, de leur insuffisance, à capter les informations en circulation, notamment sur Internet  et se contentent de passer par des intermédiaires servant de caution, comme les éditeurs. Or, force est de constater que les éditeurs en sont encore à attendre de recevoir des propositions au lieu d’aller explorer la toile par eux mêmes .

 

 

 

 

 

 

 

JHB  16 01 23

Publié dans ASTROLOGIE, PSYCHOLOGIE, psychosociologie | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Cyclologie et alternance des dénis et rejets de différence

Posté par nofim le 7 janvier 2023

 jacques halbronn Cyclologie  et alternance des dénis et rejets  de différence

 

Chaque période de 7 ans se caractérise, sur la base de nos travaux, par l’impact de dénis spécifiques à la dite période et de même chaque sexe met l’accent sur tel ou tel Surmoi  face à tel ou tel ça, en rapport avec les topiques sensorielles.

On se trouve en ce début de 2023 à la charnière entre deux temps, ce qui ne peut que générer un certain état de crise sociale, de dialogue de sourds.  En phase solsticiale, le déni va porter sur la différences entre les sexes et en phase équinoxiale, le déni remettra en question les frontières entre Etats, minimisant ipso facto l’autre tendance. Dans les deux cas, la question de l’unité sera mise en avant.  En phase solsticiale, l’unité sera celle de la Nation par delà la diversité de ses composantes de sexe,de race tandis qu’en phase équinoxiale, l’unité impliquera d’assumer  une telle diversité. On sait ainsi que Louis XIV  mit fin en 1685 à l’édit de Nantes de 1598 au nom d’une prétendue unité désormais atteinte n’exigeant plus de respecter certaines distinctions.

Actuellement avec le passage de Saturne sur l’axe des étoiles fixes royales Fomalhaut-Régulus (0°poissons.0° Vierge), une nouvelle phase équinoxiale, la précédente ayant début il y a une quinzaine d’années, en 2007/2008,  sur le même axe, il faut s’attendre aux actions suivantes: 

Remise en question des frontières politiques jugées artificielles. On pense en agriculture au débat sur les enclosures qui empêchent un traitement à grande échelle. C’est le rappel d’unités anciennes qui auraient été occultées, recouvertes par des constructions relativement récentes conduisant à une balkanisation, à une segmentation. 

Remise en question  d’une conception « unisexe » de la Société, propre au déni solsticial de la phase précédente. Or, au regard de nos « topiques sensorielles,  il s’agit de prendre conscience des risques de promiscuité quand on veut imposer les mêmes valeurs à tous aux dépends d’autres valeurs dont on s’efforcerait de minimiser l’importance. Rappelons que le ça dans tel domaine sera tolérant et que la Surmoi ne le sera guère. Mais ces structures sensorielles s’inversent d’un sexe à l’autre. Chaque sexe tentera de faire passer pour universelles les valeurs qui sont les siennes en niant toute dualité qui pourrait relativiser un tel point de vue.

  C’est ainsi que le Surmoi olfactif des femmes s’attaquera au ça olfactif des hommes et inversement le Ca auditif des femmes se heurtera au Surmoi auditif des  hommes. Il importe de comprendre que chaque sexe doit occuper un espace qui lui est propre, d’où la nécessité de respecter la différence de genre. D’ailleurs, les topiques sensorielles servent précisément à éviter les mélanges, permettant à chaque sexe de vivre à sa façon, ce qui est considéré comme insupportable en phase solsticiale. Autrement dit, en phase équinoxiale, les différences juridiques de tous ordre seront remises en question au profit de différences anthropologiques s’inscrivant dans la longue durée. Des espaces spécifiques sont en envisagés en phase équinoxiale visant à une homogénéité raciale, sexuelles, ce qui peut conduite à un apartheid, à une ghéttoisation, ce qui sera remise en question lors de la phase solsticiale subséquente.

L’on peut donc déjà se projeter sur ce qui se passera dans sept ans, lors de l’avénement d’une nouvelles phase solsticiale, avec l’insistance sur la dimension nationale, selon la rhétorique typique d’un Eric Zemmour, lequel plaida lors des dernières élections – on était alors encore en phase solsticiale- pour une intégration culturelle qui recouvrirait toutes les différences d’origine.     

Le dilemme des Juifs, c’est que soit ils sont intégrés mais non reconnus dans leur spécificité – ce qui est une forme d’antisémitisme, soit  ils sont mis à part et donc  ne seront  pas victimes d’un déni de ce qu’ils ont de particulier au risque d’un génocide comme avec la Shoa, passant de Charybde en Scylla. le Sionisme est il la meilleure »solution », pour reprendre le sous titre de l’Etat Juif de Herzl? Mais en Israel, sont ils en mesure de remplir leur mission parmi les peuples? La meilleure formule est de combiner à la fois un vécu communautaire et une immersion raisonnable dans le monde. Cela vaut tout autant pour les femmes, à la fois vouées à s’unir à des hommes et à la fois à assumer leur identité « sensorielle » telle que nous l’avons cernées dans les topiques sensorielles. Il faut couper la poire en deux. Cela dit,  la phase solsticiale facilite l’immersion du fait même du déni de différence alors que la phase équinoxiale est celle d’un ressourcement, d’une radicalisation.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 07 01 23

Publié dans ASTROLOGIE, PSYCHOLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Astrologie EXOLS Sosticialité et Emission versus Equinoxialité et Réception

Posté par nofim le 26 décembre 2022

jacques  halbronn    Sosticialité et Emission  versus  Equinoxialité et Réception. 

 

L’alternance des deux phases en Astroloigie EXOLS exige d’adopter alternativement des attitudes bien différentes, de 7 ans en 7 ans mais bel et bien complémentaires. Certains d’entre nous savent mieux gérer la solsticialité, d’autres l’équinoxialité, l’idéal étant de parvenir à profiter optimalement des deux.  

 

 

I  Equinoxialité et réception 

 

 La phase équinoxiale se caractérise par une succession de propositions qui nous sont faites par notre entourage, au cours d’une période de 7 ans. Il faudra accueillir ces offres de service qui nous tombent du ciel en ce qu’elles n »étaient pas  prévisibles mais plutôt inespérées. Or, pour certaines personnes, c’est trop beau pour être vrai et elles risquent  de ne pas profiter au mieux des occasions, des chances qui se présenteront ainsi.

 

 

II  Solsticialité et émission

En  revanche, la phase solsticiale sera plus volontariste, il s ‘agira d’obtenir d’autrui une participation à nos projets, de savoir se vendre et vendre ce que nous avons envisagé, d’entrainer des personnes dans notre propre dynamique. Pour certaines personnes, une telle façon d’agir peut sembler  bien osée. On pense aux candidatures spontanées, c’est à dire qui ne relévent pas de propositions faites par autrui..

 

  Conclusion

Nous avons là  assurément une nouvelle clef pour la consultation astrologique et une base pour se préparer à un changement de logiciel lorsque Saturne change de phase. Il faut alors changer son fusil d’épaule et se livrer à une autre dynamique.

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 26 12 22

Publié dans ASTROLOGIE, PSYCHOLOGIE, psychosociologie | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Astropsychologie. Topiques sensorielles et dialectique Equinoxialité/ Solsticialité/ Un Vademecum

Posté par nofim le 21 décembre 2022

jacques  Halbronn Astropsychologie.  Topiques sensorielles et dialectique  Equinoxialité/ Solsticialité . Un Vademecum/

 

Nos travaux  consacrés à ce que nous avons appelé « topiques sensorielles »  auront finalement abouti à une connexion avec notre modélisation cyclique en une interdisciplinarité dont nous maitrisions les divers paramétres développés au départ indépendamment. Il apparait désormais que l’on est en mesure de proposer les équivalences suivantes à savoir: 

 

EQUINOXIALITE  topiques sensorielles masculines   VERTICALITE -GAUCHE

SOLSTICIALITE topiques sensorielles féminines. HORIZONTALITE – DROITE

 

Rappelons que les topiques sensorielles se déclinent autour du ça et du Surmoi, et s’appliquent à des champs sensoriels, selon le sexe de la personne. Il y a en ce sens complémentarité puisque le ça des hommes fait pendant au surmoi des  femmes et vice versa.C’est ainsi qu’en phase solsticiale, le ça de l’ouie et de la vue se déchaineront alors que le surmoi de l’odorat et du gout s’intensifiera et inversement en phase équinoxiale, selon des périodes de 7 ans en 7 ans, en alternance.

Illustrons notre propos par quelques exemples. Nous sommes actuellement en « sortie » de phase solsticiale, ce qui remet en question un certain déni, refoulement de réalité, d’ou un « retour du refoulé », face au Surmoi féminin  qui touche au sanitaire, au médical, au corps plus qu’à l’esprit. C’est ainsi qu’on assiste en cette fin d’année 2022 à un ‘raz le bol » en Chine face à la politique COVID  pratiquée et imposée. Inversement, durant la phase solsticiale qui s’achève, l’on aura réagi face à la phase équinoxiale précédente notamment quant au traitement des femmes (harcelement, viol), d’où l’accent mis sur la parité qui aura suivi et la dénonciation des abus dans la sphère privée laquelle allait déborder sur la sphère publique (mouvement « me too »). Il y a là la question de la paille et de la poutre. On voit que le principe d’alternance de nos démocraties  se fond sur un phénoméne structurel qui n’est pas vraiment et suffisamment  explicité.

A cela vient s’ajouter nos recherches sur le facteur « J » (pour Juifs) lesquelles concluent à un philosémitisme en phase équinoxiale et un antisémitisme en phase solsticiale. Ce sont là les deux faces d’une même médaille et l’un ne va pas sans l’autre; On ne peut avoir le beurre et l’argent du beurre. Nous touchons là à l’Histoire des mentalités, à la psychologie des masses, des foules et notre  astrologie nous semble bien être un précieux outil pour prévoir et suivre les mouvements sociaux -(cf notre « Astrologie selon Saturne », 1994)/

Le principe de l’équinoxialité, on l’aura compris, vise à déconstruire ce qui a été établi par la solsticialité pour recouvrir le réel  d’un tissu idéologique, juridique – correspondant à une sensibilité de Droite -politique de l’autruche- avec une remise en cause de l’ordre vertical fondé sur le visuel Avec la solsticialité, le verbe est roi.(ça auditif), on est dans le registre des déclarations définitives en surenchère. Et au bout de 7 ans, il faudra bien  changer son fusil d’épaule et et en revenir tout simplement à des évidences que l’on aura cru bon pouvoir réfuter. Inversement, en fin de phase équinoxiale, ce sont les excés de la verticalité qu’il conviendra de juguler. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  21 12 22

Publié dans ASTROLOGIE, PSYCHOLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Sur le « credo »-paradigme de Solange de Mailly Nesle à propos de l’astrologie

Posté par nofim le 21 décembre 2022

jacques  Halbronn    Sur le « credo » -paradigme de  Solange de Mailly Nesle à propos de l’astrologie

 

 

  On partira d’un texte bref  intitulé « Je thème »,(noter le   jeu de mots)  paru dans un volume des Dossiers de l’histoire (n°59) ‘L’Astrologie » paru en mars 1986.

 

En 1993, nous avons produit l’article Astrologie de l’Encyclopaedia Universalis, toujours en place, trente ans plus tard. A la même époque, sortira la réédition revue et corrigée de nos Clefs pour l’Astrologie, chez Seghers, d’aborf parues en 1976 (n°47). En 1986, nous avons publié (Ed. Artefact) « La pensée astrologique » (in réédition de l’ Histoire de l’Astrologie de Serge Hutin (Marabout 1968) Notre regret est de ne pas avoir (encore) eu la charge du Que Sais je sur l’Astrologie, ed PUF dont la première édition  de 1951 (n°508) est de paul Couderc)

jacques  Halbronn    Sur le

C’est dire que toute présentation de l’astrologie nous interpelle. Nous  trouvons  dans l’exposé  de Solange de Mailly Nesle le type même de présentation qui nous semble voué à faire long  feu.

« Alors  que les  conseils donnés aux  natifs du Béliern du Taureau ou du Capricorne, dans certains  journaux  sont  établis à partir de la  seule position du Soleil ou de la Terre et concernent une masse  importante de  gens-  c »est à peu près comme si l’on affirmait que tous les lecteurs sont semblables sans aucune distinction parmi eux- l’astrologie  dont nous parlons s’adresse à un individu en  tant qu »être  unique ‘(…) qui  repose sur l’étude du thème astral. Ce  dernier représente la photographie du ciel au moment de la naissance et  se compose  du Soleil,  de la Lune, des  huit planètes  connues de notre  systéme  solaire (;.) Avec ses douze signes zodiacaux, ses dix planètes (sic) qui peuvent entretenir une dizaine d’aspects différents, l’astrologie offre une énorme variétéde portraits psychologiques/ Car en effet, là  est son domaine  » D’où le titre d’un paragraphe « L’astrologie, nouveau paradigme psychologique.  » Une telle déclaration n’est pas sans nous faire songer à l’argument dans ce sens qu’André Barbault, développait, en 1961, 25 ans plus tôt  dans De la psychanalyse à l’astrologie (Ed du Seuil) où il expliquait que la complexité même du thème natal le désignait pour appréhender la complexité de la psyché!  Dès 1976, dans Clefs pour l’Astrologie, nous avions mis en garde contre une telle idée de l’Astrologie. L’argument mis en avant est spécieux: on aurait pas le droit de désigner quelqu’un par son appartenance à tel ou tel groupe car cela signifierait que tous les membre d’un groupe donné seraient identiques. On voit bien qu’on est là en présence d’un discours apologétique et corporatif visant à justifier une certaine pratique, un certain enseignement et à protéger les enjeux commerciaux qui en découlent. Une telle approche rejette par ailleurs toute approche statistique comme celle illustrée par Michel Gauquelin (dès 1955). D’ailleurs, il y a là un amalgame abusif  entre typologie zodiacale et prévisions signe par signe. Enfin, il nous apparait que l’idée d’un curseur unique se conjuguant au contact de divers secteurs (signes zodiacaux,  maisons etc) n’a rien d’aberrant,  c’est le rapport du un au multiple qui est à la base de toute organisation sociale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  15 12 22 

Publié dans ASTROLOGIE, PSYCHOLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Astrologie et Psychanalyse sans passer par le thème natal

Posté par nofim le 13 décembre 2022

jacques halbronn  Astrologie & Psychanalyse  sans passer par le thème natal      Souvent André Barbault aura désigné pour l’Astrologie des pistes de recherche intéressante, tant dans le domaine des grilles historiques que psychanalytiques (De la psychanalyse à l’astrologie. 1961/.  Les astres et l’Histoire 1967) mais il n’aura été qu’un précurseur qui n’aura pas atteint la Terre Promise. Nous ne reviendrons pas ici sur son approche de l’Histoire au moyen des conjonctions planétaires et nous nous focaliserons sur l’héritage freudien sans accorder la moindre importance au thème astral classique. En effet,  pour nous, il faut passer du général au particulier. Arrêtons nous sur ce que dit Yves Lenoble à propos de l’Astrologie « groupale » pour nous demander ce que vaut cette piste là: » à savoir les relations entre le thème de tel événément et tel thème natal. Ici,  celui de Tony Blair le leader travailliste (Labour):

« La première date que l’on trouve pour le « Labour » est le 7 février 1900. Il s’agit  de la constitution d’un groupe parlementaire représentant le mouvement syndical (Labour Representation Committee).  La deuxième date est celle du jour où ce groupe a pris le nom de Labour Party le 15 février 1906. On remarque immédiatement l’importance du cycle Saturne-Neptune et des signes du Verseau et du Taureau. En effet le thème du 7 février 1900 présente une triple conjonction Mars-Mercure-Soleil Verseau au carré de la Lune Taureau tandis que l’on trouve dans celui du 15 février 1906 une conjonction Mercure-Soleil-Vénus Verseau au carré de Jupiter-Taureau. Quant au cycle Saturne-Neptune, on note l’opposition de ces deux planètes dans le premier thème et le sextil dans le second. James Keir Hardie, le premier responsable du Labour Party est né le 15 août 1856 à Lanarkshire (Ecosse) et a la Lune en Verseau et  sa triple conjonction Soleil-Mercure-Vénus fin Lion est en carré d’Uranus-Taureau. Il n’est pas difficile d’en déduire un imaginaire « Verseau-Taureau ». Voyons maintenant si le thème de Tony Blair s’inscrit dans cet imaginaire « Verseau-Taureau ». Tony Blair est né le 6 mai 1953, quelques jours avant le couronnement d’Elizabeth II. On retrouve dans son thème la conjonction Saturne-Neptune. Par ailleurs on découvre une  conjonction Soleil-Jupiter fin Taureau au carré d’une Lune Verseau. Tony Blair s’inscrit donc on ne peut mieux dans l’imaginaire « Taureau-Verseau ». Il faut noter néanmoins qu’avec le carré de Pluton au Soleil et l’opposition de cette planète à la Lune il entend constamment réformer les choses. C’est le grand écart entre la dimension conservatrice du Taureau et la dimension réformatrice du Verseau et de Pluton. Par ailleurs cet imaginaire Taureau-Verseau est actualisé au moment où  Tony Blair est nommé premier ministre puisqu’en Mai 1997 on trouve une conjonction Soleil-Vénus en Taureau au carré de Jupiter-Uranus en Verseau ». Là encore, une piste intéressante mais qui s’encombre de tout un appareil baroque, planétaire et zodiacal, dont Lenoble ne sera pas parvenu à se détacher.   Nous dirons, pour notre part, que tout ne saurait partir des données astrales et nous renvoyons à notre systéme des « topiques sensorielles » qui fonctionne à partir  du sexe des personnes, facteur nullement étranger à la psychanalyse. A titre d’exemple ces 12 descriptions (trouvées sur Internet)  

  • La femme Bélier n’est pas une grande discrète. Elle est intelli »

  •  

    La femme Taureau sait parfaitement ce qu’elle veut et peut se montrer très butée si elle ne parvient pas à l’obtenir. Un brin matérialiste, la…

  •  

    La femme Gémeaux est élégante en toutes circonstances, s’habille avec goût, sans trop en faire. Elle est attentive aux détails et sait instinctivement…

  •  

    La femme Cancer est féminine, mais n’aime pas attirer l’attention sur elle. Elle sait que son côté ingénu suffit pour séduire son entourage….

  •  

    La femme Lion est éblouissante et a un petit côté star. Elle fascine par un « je ne sais quoi » unique et un air distingué. Elle aurait pu être…

  •  

    La femme Vierge est consciencieuse, discrète et très agréable à côtoyer. Elle a un sens inné de l’organisation et du devoir. La native ne peut…

  •  

    La femme Balance est mystérieuse, et cultive son côté inaccessible pour charmer son entourage. Elle constitue, après les Gémeaux, le deuxième…

  •  

    La femme Scorpion déborde d’énergie et a un petit côté hyperactif. Elle déteste la paresse et a besoin de bouger, de s’agiter pour se sentir…

  •  

    La femme Sagittaire est d’une sincérité désarmante. Elle n’hésite pas à dire ce qu’elle pense mais ne cherche jamais à blesser qui que ce soit….

  •  

    Même si cela ne se remarque pas de prime abord, la femme Capricorne a besoin de beaucoup de marques d’affection pour se sentir bien dans sa tête….

  •  

    La femme Verseau ne possède pas le signe le plus simple du zodiaque, c’est peut-être même elle qui détient la palme du paradoxe. La native se…

  •  

    La femme Poissons est une petite sirène attendrissante et rêveuse qui inspire les poètes. Elle a un grand sens artistique et créatif, et cherche…

  Mais une telle présentation  est déjà attestés dans l’astrologie populaire de la Renaissance.(cf  Jean Patrice Boudet. «  Une astrologie rurale et populaire. Le Calendrier des bergers et celui des bergères. Ruralités. Des terres, des dieux et des hommes. » Mélanges en l’honneur de Jean Tricard, 2015. ffhal-02487824f) Pour notre part, nous avons associé  les cinq sens aux comportements masculins et féminins, au prisme du ça et du Surmoi. C’est ainsi que  les femmes ont un rapport à la parole marqué par le ça alors que les hommes seraient davantage controlés par leur Surmoi dans ce domaine.  Nous avons déjà eu l’occasion d’exposer nos recherches en ce domaine et nous y renvoyons (cf Faculté Libre d’Astrlogie de Paris, blogger).  On présentera ici de nouveaux développements articulés sur notre approche de l’équinoxialité  et de la solsticialité en rapport avec ces mêmes « topiques La phase équinoxiale  correspond au principe de réalité et la phase solsticiale au principe de plaisir, chaque phase couvrant 7 ans et étant identique astronomiquement pour tous, sans considération aucune des données natales.  » Le passage d’une phase à l’autre est déterminant et ce sont des moments espacés de 7ans en 7 ans L’arrivée en phase équinoxiale correspond à  un besoin de se mettre en accord avec sa « conscience », ce qui reléve du Surmoi,  alors que  l’arrivée en phase solsticiale génére un certain relachement moral. Et en ce sens, nous dirons que la phase solsticiale est une altération de la phase  équinoxiale, on pourrait parler de dépravation qui fait jouer à plein le ça. C’est ainsi qu’avec notre grille, le psychanalyste trouvera un nouvel outil de travail avec ses patients, qui lui permettra de se focaliser sur le passé mais aussi sur les enjeux en cours.  A partir des données générales, il sera possible d’étudier au cours des séances comment chaque personne réagit aux stimuli successifs et l’astrologie ne saurait prétendre prévoir les réponses individuelles  contrairement à  ce qu’on lui fait dire, ce qui nous distingue de l’astromancie articulée sur le thème.

 

 

 

 

 

 

JHB  13 12 22

Publié dans ASTROLOGIE, PSYCHOLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn L’origine allemande du modèle R.E.T. de l’Astrologie Conditionaliste. (Existenz/Transzendenz)

Posté par nofim le 22 novembre 2022

L’origine allemande   du modèle R.E.T. de l’Astrologie Conditionaliste. (Existenz/Transzendenz)   

Il apparait que Nicola aura plaqué  et  francisé une terminologie  propre à la philosophie allemande sur l’Astrologie. Mais les tenants de l’Astrologie Conditionnaliste  en sont ils conscients? On peut en douter à la lecture du texte suivant de  Patrick Leguen  datant de 2016:

« Globalement, le thème astral nous renseigne sur notre mode d’insertion dans le monde, dans notre environnement, dans notre groupe humain, dans notre famille. D’un point de vue planétaire (mettons de côté pour le moment les significations des signes et des maisons), nous pouvons dire que nous sommes insérés selon des rapports de compositions, de relations avec le monde que l’on peut décomposer en quatre principaux modes.
Le thème nous dit comment sont hiérarchisés et articulés ces 4 modes d’insertion. Ils ne sont pas tous égaux en puissance et chaque thème nous en montre une organisation particulière. Avec l’habitude et la pratique il n’est pas difficile lorsqu’on étudie un thème astral de repérer au premier coup d’œil le mode d’insertion privilégiée de la personne.
I   Nous pouvons nourrir et rechercher des rapports de sens, de signification avec le monde : c’est le niveau symbolique, culturel, idéel (niveau Représentation). Il nous importe alors, et c’est vital, de nous dire, de nous impliquer, de nous cultiver, de nous intéresser à la socio-culture, de composer dans un rapport de construction de sens et de communication avec le monde
.II  Nous pouvons privilégier des rapports concrets de composition avec le monde, il nous importe alors, et c’est vital, d’agir, d’expérimenter, de rencontrer le monde par cœur et par corps : c’est le niveau expérientiel, concret (niveau Existence).
III Nous  pouvons aussi être sensibles au plus haut point, concernés par des rapports subtils de composition, il nous importe alors, et c’est vital, de nous relier, de se laisser inspirer ou porter par ces liens complexes, ténus avec les êtres et les choses : c’est le niveau subtil, profond, par deçà le symbolique et le concret. Niveau du philosophique, du spirituel, de la quête d’un invisible fondant le monde (niveau Transcendance).
IV  Et il y a aussi un mode privilégiant un rapport de globalité avec le monde (niveau représenté par la fonction lunaire). Si nous y sommes particulièrement sensibles, il sera alors vital de se vivre non-séparés dans une interdépendance avec les êtres et les choses.L’étude du thème consistera à préciser comment ces 4 modes sont hiérarchisés et articulés, quelle est la qualité des relations entre eux (fluide, conflictuelle…) et surtout comment la personne vit, incarne la structure particulière de son thème.
L’Astrologie Conditionaliste, vous le savez sans doute déjà, n’est pas une approche fataliste, elle essaie de comprendre comment un thème peut se vivre selon les déterminismes extra-astrologiques que sont la culture, le contexte familial, le niveau de vie, l’hérédité, etc. Comprendre le thème d’une personne c’est pouvoir évaluer la meilleure relation possible qu’elle peut entretenir, favoriser entre les potentialités et ressources de son thème, ses contraintes également, et son milieu de vie, ses projets, ses ambitions. » Notre commentaire:  le dispositif qui est ici présenté  s’articule sur le thème natal et en cela reléve de ce que nous avons appelé l’Astrologie privée, personnelle, intime, impliquant une méthodologie bien différente de celle propre à l’Astrologie « publique » qui passe par de tout autres modes d’investigation et de validation, à savoir que l’information  est liée à une seule source, le client, le « patient », ce qui rapproche de facto  une telle idée de l’astrologie des milieux psychologiques voire parapsychologiques ou encore thérapeutiques. Rappelons que le RET répartit les planétes du systéme solaire en quatre : R avec Soleil Mercure Vénus,  E  avec Mars Jupiter, Saturne, T avec Uranus Neptune, Pliton  plus  la Lune.  On est donc face à un polyplanétarisme  alors que pour notre part nous pronons une monoplanétarisme. Ce polyplanétarisme  permet de sous tendre une très grande diversité de thèmes de naissance. On en arrive au paradoxe suivant à savoir que l’astronomie se voit instrumentée au service d’une méthodologie vouée à appréhender la personnalité de chacun. Ce qui correspond à un certain dévoiement épistémologique de l’astrologie. En fait,  sous le label « Astrologie », l’on place des formes d’astrologie radicalement différentes, l’une s’inscrivant dans une appréhension des données historiques, sociologiques, politiques  et l’autre se situant dans une culture de l’intimité du patient. Astrologie masculine versus astrologie féminine et en fait tout domaine n’est il pas condamné à une telle dichotomie? .
Certes les tenants du polyplanétarisme  et de la personnalité  (cf Dane  Rudhyar  et son Astrology of Personality) n’hésiteront pas à jouer la carte de l’orthodoxie  astronomique exigeant de s’aligner sur le systéme solaire pris dans sa totalité. Comment expliquer que la ‘Nature » ait pu se focaliser sur une seule planéte, argueront-ils. Et de fait,  nouveau paradoxe,  le monoplanétarisme est à relier à la démarche théologique, celle d’un Deus Faber, d’un Grand Architecte ( Intelligent Design). On passe ainsi du domaine de la Science à celui de la Technique et quand on construit une maison, on choisit entre les matériaux disponibles et on ne va pas se contraindre à faire fléche de tout bois: Autrement dit,  on a d’un coté une astrologie s’articulant sur le psychisme individuel face à une autre s’articulant sur le plan sociologique, collectif. L’une consommant massivement les données astronomiques sous tendant chaque thème natal (cf Barbault  De la psychanalyse à l’astrologie.  Ed Seuil  1961) et l’autre n’en faisant qu’un usage minimal (Occam) en se contentant de généralités statistiques récurrentes. 
En fait,  Nicola est nourri de la philosophie allemande (Husserl, Jaspers), ce que ne signale pas Leguen.. Il convenait en effet de se demander d’où Jean Pierre Nicola avait tiré  le ternaire  Représentation–Existence-Transcendance;  Pour cela, il suffisait d’interroger Google autour de ces trois termes et la réponse tombait : Edmond Husserl  (d’origine  juive).  D’ailleurs, Patrice Guinard  (décédé deux ans avant son maitre) ne s’en était pas caché dans un texte d’ailleurs traduit en anglais   Du Sémiotique à l’Astral. Semiotica nova et Ontologia antiqua par Patrice Guinard)/ Rappelons que Guinard a soutenu en 1993 une thèse en philosophie  avec Francoise Bonnardel sur les fondements de l’astrologie.] Il cite notamment d’ Husserl, La crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale, 1954; trad. fr. aux éd. Gallimard, 1976 / 
En fait,  le RET aura  changé   Existenz en Existence  et  Transzendenz) en  Transcedance. 
JHB 23 11 22 

Publié dans ASTROLOGIE, PSYCHOLOGIE, psychosociologie | Pas de Commentaire »

12345...36
 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs