jacques halbronn Epistémologie de l’information La dialectique de l’émetteur et du récepteur. Astrologie

Posté par nofim le 16 janvier 2023

jacques  halbronn Epistémologie de l’information.  La dialectique de l’émetteur et du récepteur 

 

Les astrologues auront fait fausse route, tout au long du XXe siècle en se polarisant sur l’émetteur. Il aura été facile de leur objecter que les astres n’ont aucun vocation à nous impacter sur le plan psychologique. En 1986, dans la Pensée Astrologique (Première partie de l’Etrange Histoire de l’Astrologie de Serge Hutin, Paris, Artefact) nous avions avancé l’idée d’instrumentalisation, dont Suzel Fuzeau Braesch, décédée depuis,  se fit l’écho  en 1992 (La preuve par deux, Ed R. Laffont). Nous soutenions que les humains se seraient servi des astres pour s’organiser et se structurer, sur la seule base de leur repérage et de leur visibilité et sans avoir à en connaitre davantage.

Plus largement, dans le domaine de la technique, de la fabrication, un objet quel qu’il soit est susceptible de servir, d’ »être « employé »  aux usages les plus divers.

En ce qui concerne l’astrologie, nous dirons que tout dépend de la faculté des humains en tant que récepteur à capter tel ou tel signal convenu par le systéme mis en place. Plus le récepteur est sophistiqué, plus il sera en mesure de capter des émissions de faible intensité mais une telle formulation ne doit pas induire en erreur, à savoir qu’il n’y a émission que parce qu’il y a réception  et une émission qui ne serait pas captée ou captable ne saurait être qualifiée telle.

En ce sens, au niveau de la circulation de l’information, l’auteur émetteur va laisser la place au récepteur lequel aura la charge de rassembler une information éparse dans le temps et dans l’espace et qui dépassera évidemment le dit auteur, par delà sa mort et ce d’autant plus que dans bien des cas, l’auteur ainsi désigné se verra attribué une oeuvre qui n’est même pas sienne ou qui ne l’est que très partiellement comme dans le cas des Centuries de Nostradamus (cf  nos travaux sur ce sujet sur divers supports et dans divers cadres- ce qui vient illustrer ce que nous entendons par la charge du récepteur en vue de réunir toute l’information utile et nécessaire). 

Lorsqu’un auteur n’est pas reconnu, c’est la faute des récepteurs et d’une société en dysfonctionnement. En ce sens, certaines sociétés, certaines communautés, ne sont pas dotées pareillement, en raison de leur carence, de leur insuffisance, à capter les informations en circulation, notamment sur Internet  et se contentent de passer par des intermédiaires servant de caution, comme les éditeurs. Or, force est de constater que les éditeurs en sont encore à attendre de recevoir des propositions au lieu d’aller explorer la toile par eux mêmes .

 

 

 

 

 

 

 

JHB  16 01 23

Publié dans ASTROLOGIE, PSYCHOLOGIE, psychosociologie | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Astrologie EXOLS Sosticialité et Emission versus Equinoxialité et Réception

Posté par nofim le 26 décembre 2022

jacques  halbronn    Sosticialité et Emission  versus  Equinoxialité et Réception. 

 

L’alternance des deux phases en Astroloigie EXOLS exige d’adopter alternativement des attitudes bien différentes, de 7 ans en 7 ans mais bel et bien complémentaires. Certains d’entre nous savent mieux gérer la solsticialité, d’autres l’équinoxialité, l’idéal étant de parvenir à profiter optimalement des deux.  

 

 

I  Equinoxialité et réception 

 

 La phase équinoxiale se caractérise par une succession de propositions qui nous sont faites par notre entourage, au cours d’une période de 7 ans. Il faudra accueillir ces offres de service qui nous tombent du ciel en ce qu’elles n »étaient pas  prévisibles mais plutôt inespérées. Or, pour certaines personnes, c’est trop beau pour être vrai et elles risquent  de ne pas profiter au mieux des occasions, des chances qui se présenteront ainsi.

 

 

II  Solsticialité et émission

En  revanche, la phase solsticiale sera plus volontariste, il s ‘agira d’obtenir d’autrui une participation à nos projets, de savoir se vendre et vendre ce que nous avons envisagé, d’entrainer des personnes dans notre propre dynamique. Pour certaines personnes, une telle façon d’agir peut sembler  bien osée. On pense aux candidatures spontanées, c’est à dire qui ne relévent pas de propositions faites par autrui..

 

  Conclusion

Nous avons là  assurément une nouvelle clef pour la consultation astrologique et une base pour se préparer à un changement de logiciel lorsque Saturne change de phase. Il faut alors changer son fusil d’épaule et se livrer à une autre dynamique.

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 26 12 22

Publié dans ASTROLOGIE, PSYCHOLOGIE, psychosociologie | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn linguistique et anthropologie. La « réduction » à la française. Première partie

Posté par nofim le 23 décembre 2022

Jacques Halbronn  Linguistique  et anthropologie. La « réduction » à la française.

Contrairement à l’approche « intuitive » la plus répandue, ce n’est pas le pluriel qui prolonge le singulier ni le féminin le masculin mais bien l’inverse par le processus « alchimique » de la réduction, laquelle implique un raccourcissement, une abréviation et un traitement phonologique particulier.  Les électoons, en politique sont des réductions, passage du pluriel au singulier.

Exemples: on passe de chevaux à cheval et non l’inverse, la forme « au » étant réductrice, le L  laissant la place au « U » et le ‘ »au » se prononçant comme un « o », ce qui sera repris en anglais (author)  De même on passe  de petite à petit, avec la non prononciation du T final. Il existe des exceptions qu’il importe de mettre sur le compte de la corruption de la langue. C’est ainsi qu’il faudrait écrire « je chant » et non je « chante », ce qui éviterait la confusion phonique au pluriel : »ils/elles chantent » qui s’entend comme « il/elle chante ».  Mais la régle de réduction est dans la grande majorité des cas respectée:  ils mettent se réduit en il met (avec un t »muet), ils veulent  en il veut, ils savent en il sait  etc. Un cas remarquable est celui du « cogito » cartésien: je pense donc je suis  qui devrait s’écrire : »je pens » et se prononcer sans le « s » du pluriel : ils pensent.  Cette dialectique du singulier et du pluriel  fait sens sociologiquement  avec le processus de l’élection, où un groupe se donne un chef, passant du pluriel(nous)  au un.

 

1 Samuel 8:20 

https://saintebible.com › 1_samuel
 
« Nous serons aussi comme toutes les nations; et notre Roi nous jugera, il sortira devant nous, et il conduira nos guerres. »
Dans le cas de l’imparfait de l’indicatif, comment distinguer phoniquement le singulier et le pluriel:  il chantait, ils chantaient? Dans ce cas, nous pensons qu’il faut dire au pluriel « ils chantaillent », avec au singulier la réduction « il chantait ». 
La question qui se pose tient au caractère  tout à fait remarquable de cette « réduction » à la française, tant au niveau des marqueurs de nombre que de genre car il ne nous semble qu’elle soit attestée dans d’autres langues, jusqu’à preuve du contraire, y compris en hébreu. Cela conférerait au français un statut de langue première..
NB  Les liaisons  nous induisent en erreur  en ce que la finale se prononce devant une voyelle

 

 

 

Annexe

Nous recevons  l’objection ci-dessous de la part  de  Ioannitis ioannitis :

« votre théorie comparative sur la conjugaison n’est valable que pour les verbes du premier groupe en français ex pour prendre :Il prend, ils prennent, la différence est très sensible. Quant aux adjectifs de nombreux exemples viennent contredire vos propos ».  
 
 
JHB  25 12 22

Publié dans LINGUISTIQUE, psychosociologie | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Nécessité d’une division sociale comme celle du corps physique

Posté par nofim le 2 décembre 2022

jacques  halbronn   Nécessité d’une division sociale comme celle du corps physique au prisme de l’astrologie 

 

Nos observations sur le terrain astrologique nous conduisent à penser que la thèse et l’antithèse font partie d’un seul et même systéme, ce que nous trouvons dans l’alternance Equinoxe-Solstice, sur chaque semestre. L’aspect de carré (90°)  marque l’antithèse, c’est à dire l’adversaire au sens biblique du terme ‘(cf le Livre de Job) Autrement dit, le christianisme  jouerait le rôle de l’antithèse par rapport au judaisme tout comme le solstice par rapport à l’équinoxe. Il s’agirait ainsi d’un phénoméne structurel et non conjoncturel. 

La « thèse » veut que l’on distingue le haut et le bas, le dominant et le dominé et l’antithèse -voir les Saturnales- remet en question une telle vision verticale au bout de 7 ans (cf le Songe de Pharaon, au Livre de la Genése) Il y a là une leçon capitale d’astrologie que nous rendrons ainsi;  quand Saturne entre en phase équinoxiale, l’ordre matriciel est  rétabli et tout naturellement, ce qui doit se placer en  haut vient en haut et vice versa pour ce qui doit se placer en bas . Il y a là d’ailleurs comme une nécessité propre à toute entité à commencer par notre propre corps physique et notre agencement social.  Entendons par là que toute société bien conçue doit prévoir un haut et un bas, une instance supérieure, élitique (Académie, Sénat) et une instance subalterne (jeux du cirque, mass media) de façon à pouvoir s’adapter aux exigences de chaque phase. 

En phase équinoxiale, l’ordre, le cours  normal des choses est respecté alors qu’il ne l’est pas en phase solsticiale (Plan B)d’où du désordre.

Sur  Internet

 « Ils ont des yeux et ne voient pas, des oreilles et n’entendent pas. » Cette phrase est prononcée par le Christ dans l’Évangile de Matthieu et on la retrouve également dans le Coran. » 

On voit ainsi Barabbas préféré à Jésus. (cf  article Wikipedia) par le peuple.

  Astrologiquement, cela signifie qu’en phase équinoxiale, le haut et le bas sont à leur place et qu’en phase solsticiale, on sera dans le déni d’une telle dualité, ce qui correspond, selon nous, à la démarche chrétienne remettant en question notamment le caractère particulier réservé par « Dieu » aux Juifs, ce qui correspond à un temps solsticial.

Dans l’histoire de la décolonisation, l’on ne sera pas surpris de voire que les indépendances l’emportent en phase solsticiale comme en 1956-1962 pour ce qui touche à la France. Inversement, en 1830, lors de la conquéte de l’Algérie, on était en phase équinoxiale, c’est à dire que la domination française allait de soi. 

Comme on dit; l’erreur est humaine mais y persévérer est diabolique. Il y a des périodes où l’on a l’impression que la société est prise comme dans une spirale de déni de l’évidence du haut et du bas, tant et si bien qu’elle mettra en haut ce qui aurait du rester en bas et inversement.   C’est ainsi que l’on doit percevoir le passage d’une phase à une autre tant les tonalités des deux phases différent. Du jour au lendemain, tout peut basculer: on brulera ce qu’on adorait, on distinguer celui qui l’on avait négligé, marginalisé. La Roche Tarpéienne est proche du Capitole Mais comme on sait, tout n’a qu’un temps et l’ordre  tout comme le désordre ont des durées strictement circonscrites quant à leur calendrier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  02 12 22

Publié dans ECONOMIE, FEMMES, Juifs, machine, Médecine, psychosociologie, RELIGION, SOCIETE, sociologie, théologie | Pas de Commentaire »

jacques halbronn L’origine allemande du modèle R.E.T. de l’Astrologie Conditionaliste. (Existenz/Transzendenz)

Posté par nofim le 22 novembre 2022

L’origine allemande   du modèle R.E.T. de l’Astrologie Conditionaliste. (Existenz/Transzendenz)   

Il apparait que Nicola aura plaqué  et  francisé une terminologie  propre à la philosophie allemande sur l’Astrologie. Mais les tenants de l’Astrologie Conditionnaliste  en sont ils conscients? On peut en douter à la lecture du texte suivant de  Patrick Leguen  datant de 2016:

« Globalement, le thème astral nous renseigne sur notre mode d’insertion dans le monde, dans notre environnement, dans notre groupe humain, dans notre famille. D’un point de vue planétaire (mettons de côté pour le moment les significations des signes et des maisons), nous pouvons dire que nous sommes insérés selon des rapports de compositions, de relations avec le monde que l’on peut décomposer en quatre principaux modes.
Le thème nous dit comment sont hiérarchisés et articulés ces 4 modes d’insertion. Ils ne sont pas tous égaux en puissance et chaque thème nous en montre une organisation particulière. Avec l’habitude et la pratique il n’est pas difficile lorsqu’on étudie un thème astral de repérer au premier coup d’œil le mode d’insertion privilégiée de la personne.
I   Nous pouvons nourrir et rechercher des rapports de sens, de signification avec le monde : c’est le niveau symbolique, culturel, idéel (niveau Représentation). Il nous importe alors, et c’est vital, de nous dire, de nous impliquer, de nous cultiver, de nous intéresser à la socio-culture, de composer dans un rapport de construction de sens et de communication avec le monde
.II  Nous pouvons privilégier des rapports concrets de composition avec le monde, il nous importe alors, et c’est vital, d’agir, d’expérimenter, de rencontrer le monde par cœur et par corps : c’est le niveau expérientiel, concret (niveau Existence).
III Nous  pouvons aussi être sensibles au plus haut point, concernés par des rapports subtils de composition, il nous importe alors, et c’est vital, de nous relier, de se laisser inspirer ou porter par ces liens complexes, ténus avec les êtres et les choses : c’est le niveau subtil, profond, par deçà le symbolique et le concret. Niveau du philosophique, du spirituel, de la quête d’un invisible fondant le monde (niveau Transcendance).
IV  Et il y a aussi un mode privilégiant un rapport de globalité avec le monde (niveau représenté par la fonction lunaire). Si nous y sommes particulièrement sensibles, il sera alors vital de se vivre non-séparés dans une interdépendance avec les êtres et les choses.L’étude du thème consistera à préciser comment ces 4 modes sont hiérarchisés et articulés, quelle est la qualité des relations entre eux (fluide, conflictuelle…) et surtout comment la personne vit, incarne la structure particulière de son thème.
L’Astrologie Conditionaliste, vous le savez sans doute déjà, n’est pas une approche fataliste, elle essaie de comprendre comment un thème peut se vivre selon les déterminismes extra-astrologiques que sont la culture, le contexte familial, le niveau de vie, l’hérédité, etc. Comprendre le thème d’une personne c’est pouvoir évaluer la meilleure relation possible qu’elle peut entretenir, favoriser entre les potentialités et ressources de son thème, ses contraintes également, et son milieu de vie, ses projets, ses ambitions. » Notre commentaire:  le dispositif qui est ici présenté  s’articule sur le thème natal et en cela reléve de ce que nous avons appelé l’Astrologie privée, personnelle, intime, impliquant une méthodologie bien différente de celle propre à l’Astrologie « publique » qui passe par de tout autres modes d’investigation et de validation, à savoir que l’information  est liée à une seule source, le client, le « patient », ce qui rapproche de facto  une telle idée de l’astrologie des milieux psychologiques voire parapsychologiques ou encore thérapeutiques. Rappelons que le RET répartit les planétes du systéme solaire en quatre : R avec Soleil Mercure Vénus,  E  avec Mars Jupiter, Saturne, T avec Uranus Neptune, Pliton  plus  la Lune.  On est donc face à un polyplanétarisme  alors que pour notre part nous pronons une monoplanétarisme. Ce polyplanétarisme  permet de sous tendre une très grande diversité de thèmes de naissance. On en arrive au paradoxe suivant à savoir que l’astronomie se voit instrumentée au service d’une méthodologie vouée à appréhender la personnalité de chacun. Ce qui correspond à un certain dévoiement épistémologique de l’astrologie. En fait,  sous le label « Astrologie », l’on place des formes d’astrologie radicalement différentes, l’une s’inscrivant dans une appréhension des données historiques, sociologiques, politiques  et l’autre se situant dans une culture de l’intimité du patient. Astrologie masculine versus astrologie féminine et en fait tout domaine n’est il pas condamné à une telle dichotomie? .
Certes les tenants du polyplanétarisme  et de la personnalité  (cf Dane  Rudhyar  et son Astrology of Personality) n’hésiteront pas à jouer la carte de l’orthodoxie  astronomique exigeant de s’aligner sur le systéme solaire pris dans sa totalité. Comment expliquer que la ‘Nature » ait pu se focaliser sur une seule planéte, argueront-ils. Et de fait,  nouveau paradoxe,  le monoplanétarisme est à relier à la démarche théologique, celle d’un Deus Faber, d’un Grand Architecte ( Intelligent Design). On passe ainsi du domaine de la Science à celui de la Technique et quand on construit une maison, on choisit entre les matériaux disponibles et on ne va pas se contraindre à faire fléche de tout bois: Autrement dit,  on a d’un coté une astrologie s’articulant sur le psychisme individuel face à une autre s’articulant sur le plan sociologique, collectif. L’une consommant massivement les données astronomiques sous tendant chaque thème natal (cf Barbault  De la psychanalyse à l’astrologie.  Ed Seuil  1961) et l’autre n’en faisant qu’un usage minimal (Occam) en se contentant de généralités statistiques récurrentes. 
En fait,  Nicola est nourri de la philosophie allemande (Husserl, Jaspers), ce que ne signale pas Leguen.. Il convenait en effet de se demander d’où Jean Pierre Nicola avait tiré  le ternaire  Représentation–Existence-Transcendance;  Pour cela, il suffisait d’interroger Google autour de ces trois termes et la réponse tombait : Edmond Husserl  (d’origine  juive).  D’ailleurs, Patrice Guinard  (décédé deux ans avant son maitre) ne s’en était pas caché dans un texte d’ailleurs traduit en anglais   Du Sémiotique à l’Astral. Semiotica nova et Ontologia antiqua par Patrice Guinard)/ Rappelons que Guinard a soutenu en 1993 une thèse en philosophie  avec Francoise Bonnardel sur les fondements de l’astrologie.] Il cite notamment d’ Husserl, La crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale, 1954; trad. fr. aux éd. Gallimard, 1976 / 
En fait,  le RET aura  changé   Existenz en Existence  et  Transzendenz) en  Transcedance. 
JHB 23 11 22 

Publié dans ASTROLOGIE, PSYCHOLOGIE, psychosociologie | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Le milieu astrologique francophone plombé par l’étroitesse des esprits

Posté par nofim le 8 novembre 2022

jacques halbronn   Le milieu  astrologique francophone plombé par l’étroitesse des esprits. 

 

 

 

 Ce qui caractérise selon nous la marginalité  chez les astrologues – pour reprendre le titre d’un mémoire de Patrice Louaisel-  (  »Analyse de la Marginalité des Astrologues » in Astrolabe n°9 (1975) – . et Etudes de sociologie du milieu astrologique français rassemblées par  Jacques  Halbronn), c’est qu »il n’a pas su attirer des chercheurs  ayant pour ambition de le décrire de façon exhaustive et sur le long terme, qu’il s’agisse de personnes extérieures au dit milieu ou du sérail. Le récent exemple d’ Yves Lenoble aura montré les limites de ceux qui ont eu cette prétention.. (Le grand voyage en soi et dans l’avenir et L’arbre généalogique du milieu astrologique français en 2003). 

Pour  être en mesure d’accomplir une telle mission, cela implique d’être fortement impliqué  dans la longue  durée  et dans l’espace, à la fois en tant qu’acteur et qu’observateur et de se constituer des archives aussi riches que possible en termes de revues, de documents audio et vidéo, de photos, de correspondances etc. Or; à ce jour , il apparait que nous ayions été la seule personne en position de traiter de la « vie astrologique » de manière compléte et équitable. C’est d’ailleurs là une responsabilité qui nous pése quelque peu. et dont le milieu astrologique semble s’être déchargé sur nous, des décennies durant.

Mais notre ambition est sensiblement plus vaste encore puisqu’elle englobe toute l’histoire et la genése de la pensée astrologique, ce qui permet de mettre en perspective critique  les différents travaux des uns et des autres.  Il ne s’agit pas de se contenter de constater quel type d’astrologie est de nos jours dominants mais d’avoir une vision d’avenir de ce à quoi ressemblera l’astrologie de demain tout comme à quoi pouvait, à l’inverse, ressembler l’astrologie dans sa dimension première; ce qui d’ailleurs se rejoint

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  08 11 22

Publié dans ASTROLOGIE, judaîsme, psychosociologie, sociologie | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Internet et les pseudo -savants. La mauvaise monnaie chasse la bonne

Posté par nofim le 29 août 2022

jacques  Halbronn    Internet  et les pseudo -savants. La mauvaise monnaie chasse la bonne. 

 

Dans le groupe qui participe à nos Café philo Mcdo, nous avons certains personnages qui gravitent et qui sont marqués par un certain mimétisme qu’il nous a paru intéressant de décrire, dans sa dimension caricaturale. On ne sera pas surpris que nous en revenions à l’impact de la machine sur un certain nivellement social, cause de perte de repéres, ce qui vise notamment les étrangers en quête d’intégration, d’assimilation, selon une logique « solsticiale » au regard de notre école d’astrologie.  On prendra le cas d’une personne, d’origine maghrébine, qui aime  à se présenter sous le nom d’Hannibal et qui tend à glisser vers une forme de mythomanie laquelle s’inscrit  dans une névrose/psychose mimétique. On ne comprend son comportement que par imitation des pratique de nos Café philo mcdo, auquel,  à sa façon, il entend faire concurrence,  ne souhaitant pas en faire expressément partie pour des raisons assez évidentes, ayant inventé  une sorte d’alternative plus à sa portée.

Ce « Hannibal »  donc, aime, de temps à autre, poser des questions puisque nos Café philo s’articulent autour de questions. Il veut être celui qui interroge et non pas celui qui est interrogé. Mais où trouve-t-il la matière des ses questions sinon sur Internet? Il tombe sur une information et en fait une « colle » dont il a la réponse puisque celle-ci se trouve sur Internet, ce qui vient ipso facto valider  son interrogation, oubliant que dans nos Café philo mcdo la réponse n’est pas sur Internet mais doit faire l’objet d’un consensus progressif. On n’est pas dans « questions pour un champion »! 

Notre « Hannibal » ne maitrise nullement pour autant le domaine concerné si ce n’est de façon tout à fait fragmentaire et aléatoire.  Mais de la sorte il donne le change. Il ne peut mettre sur la voie son auditoire puisqu’il ne connait pas les tenants et la aboutissants de la matière choisie. Il reste que les apparences sont sauves : il pose une question  et attend « la » bonne réponse, c’est à dire celle qu’il a capté sur Internet, étant entendu ce qui est sur Internet est forcément  une vérité intangible faisant autorité. Il vit ainsi son complexe de supériorité/infériorité. Son petit jeu est assez stérile, on en conviendra, voire pathétique mais l’on pourrait y voir un cas exemplaire  d’mitation  plutôt que d’initiation.

 

 

Publié dans Culture, psychosociologie | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Le ça sensoriel est la dimension infériorisante de la personne.

Posté par nofim le 25 août 2022

jacques  halbronn  Le ça sensoriel  est la dimension infériorisante de la personne.

 

 

  Selon la psychologie sensorielle,le  ça recouvre  nos talons d’Achille, ce qui nous rend dépendants voire génére un certain sentiment de pitié  de la part de notre entourage. Comme on  ne peut avoir le beurre et l’argent du beurre, ce que notre ça  nous incline à faire se fera au détriment de notre image et de notre impact social. 

C’est ainsi que si une personne ou un groupe de personne – car notre approche concerne des ensembles et non des cas particuliers-se trouve affecté par un ça en quête de défoulement, d’amusement, de jeu, cela risque fort de se traduire par une certaine médiocrité  dans le champ considéré. On pense à quelqu’un  qui se contenterait de potins, qui ne cesserait de raconter sa vie au quotidien, ce qui ne vole pas très haut. Il lui manquera pour faire le poids d’avoir suffisamment creusé, approfondi le sujet. Il importe donc d’apprendre à ne pas être « plombé », discrédité voire déshonoré,  par son ça en prenant connaissance des différentes topiques sensorielles.

On rencontre souvent le scénario de l’arroseur arrosé : celui qui croyait se mettre en valeur  est fréquenté non pas grâce mais en dépit de son ça. Prenons l’exemple classique du rapport sexuel: le hommes s’imaginent  volontiers qu’ils font un cadeau à une femme du fruit de cette « énergie » alors que celle-ci  supporte la situation  afin de s’attacher leur partenaire. Inversement, quand une femme parle, elle est encline à croire que l’on est subjugué par ses propos alors que l’homme se met en situation de dépendance; Autrement dit, il vaut mieux être apprécié grace à son Surmoi plutot que grâce à son ça. C’est ainsi qu’un certain donjuanisme nourri par des performances sexuelles  aura un coté assez pathétique et l’on comprend le voeu de célibat dans l’Eglise Catholique, d’ailleurs entaché par le scandale des abus auprès des jeunes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  25 08 22

Publié dans FEMMES, psychanalyse, PSYCHOLOGIE, psychosociologie | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Epistémologie de l’anthropologie : se référer aux siècles précédents plutôt qu’au temps présent. Culture interne versus externe

Posté par nofim le 23 août 2022

 

 jacques  Halbronn    Epistémologie de l’anthropologie :  se référer aux siècles précédents plutôt qu’au temps présent. Culture interne versus externe 

 

Nous avions encore récemment  l’idée selon laquelle l’observation de notre époque proche permettait d’éclairer le passé lointain mais c’était ignorer à quel point nous avions de nos jours affaire à de faux semblants, à des trompe l’oeil/

   Il apparait  en vérit éque les dernières décennies  auront contribué à fausser  la perception des différences, si bien qu’il est préférable de travailler sur des périodes plus anciennes. Michel Gauquelin (1928-1991) se plaignait de l’incidence des accouchements provoqués sur ses résultats statistiques en matière d’astrologie. De nos jours, la machine  n’aura cessé de gagner du terrain, avec notamment la mode de téléphones portables et des applications et informations qui y sont véhiculées.  En phase solsticiale, qui est une phase unitaire, la machine contribue à unifier la société  mais en phase équinoxiale, elle risque fort de produire un certain nivellement des aptitudes au point de générer de l’indifférenciation, donc de la confusion.

C’est en ce sens que nous soutiendrons que le sociologue a tout intérêt à  mener ses recherches sur des temps relativement éloignés où le relief social  est encore suffisamment net. Quant à la tentation de laisser croire que l’absence de visibilité de  perception des différences indiquerait la disparition même  des dites perceptions, il serait bon  de s’efforcer d’y résister.

En  effet, il y a un prix  à payer à se complaire dans le déni en croyant que les gens seraient interchangeables car cela menace directement la bonne organisation de la société. Nous croyons à ce précepte : the right man, at the right place, at the right time  qui se voit présentement bafoué du fait d’un refus ou d’une incapacité à distinguer les différences dans le temps et dans l’espace et nous précipite dans un monde d’aveuglement. C’est en étudiant les sociétés d’autrefois que l’on sera désormais en mesure de se prémunir contre les mirages de la machine au nom d’une certaine constance des structures sous-jacentes à travers les âges.

De nos jours, on nous parle de l’égalité des sexes sur la base d’une société assistée par ordinateur. L’intégration sociale est désormais réduite à l’usage de tel ou tel appareil. Mais en réalité,  il s’agit de la mise en place d’une culture externe se substituant à une culture interne. Entendons par là que ce que nous appelons culture externe n’implique pas une capacité à connecter les informations, cette capacité étant dévolue à des réseaux informatiques  et non à des humains. A contrario, par culture interne, nous pensons à ce que nous sommes aptes à puiser et à relier dans notre mémoire.

Tout cela conduit à des dysfonctionnements dès lors que l’on ne repére pas les « bonnes personnes », les plus douées et que non sans un certain cynisme, on se dit que qui que ce soit, cela fera bien l’affaire.  C’est bien là un probléme écologique qui mine nos sociétés et la fausse monnaie risque fort de chasser la bonne.  Déjà le passage de l’oral à l’écrit(notamment avec l’invention de l’imprimerie à la fin du XVe siècle) aura certainement  contribué à encourager certaines formes d’imposture car en apprenant à lire, on apprend, par là même, à tromper son monde, à se payer d’artifices, et cela vaut aussi pour la musique.  Quant aux élections, l’on peut raisonnablement se demander si  elles ne créent pas artificiellement une élite. Nivellement par le bas.

 

 

 

 

 

 

 

JHB  23 08 22

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE, couple, cyclologie, FEMMES, génie, Juifs, LINGUISTIQUE, PSYCHOLOGIE, psychosociologie, RELIGION, sensorialité, sociologie, théologie | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Psychopathologie et topiques sensorielles des sexes. Rôle du Vortex frontal

Posté par nofim le 7 juillet 2022

Jacques  halbronn    Psychopathologie  et topiques sensorielles des sexes. Rôle du Vortex frontal.

 

 

Njous poursuivons l’approfondissement de notre grille  « sensorielle » au prisme  des hommes et des femmes, au regard de la psychopathologie.  Nous avons insisté sur les excés  produits par la topique du ça chez les deux sexes. 

 

Chez les femmes, il faut s’attendre à des dépenses inconsidérées, peu raisonnables  en matière de parures, d’habillement du fait du champ  visuel impacté par leur ça ainsi que par des déraillements au niveau verbal pouvant générer  régulièrement des tensions avec l’entourage,  ce qui peut conduire les femmes à des dépenses lourdes en matière thérapeutique pouvant exiger un traitement psychiatrique, du fait d’une désinhibition langagière, d’une perte de contrôle.

Chez les hommes, les pathologies se présentent différemment, leur ça relevant du gout, de l’odorat et du toucher. Cela peut conduire à des accusations de harcellement, de tentative de viol, conduisant à des sanctions au pénal.  Il conviendra aussi de s’intéresser aux excés de boisson, de tabagie, à des  « grandes bouffes » pouvant conduire à une dégradation de l’image sociale; Par ailleurs,  il faut s’attendre à un médiocre controle de l’hygiéne corporelle, du fait d’une conscience olfactive faible, d’un laisser aller exposant aux tentations.    Inversement, on l’aura compris, les hommes se controlent mieux que les femmes dans le domaine du visuel et de la parole tandis que les femmes ont un Surmoi qui leur sert de garde fou dans le domaine de l’odorat, du gout et du toucher. Le champ sensoriel que nous couvrons recoupe celui assigné au vortex frontal.

.

 

 

 Wikipedia

Le cortex préfrontal est la partie antérieure du cortex du lobe frontal du cerveau, située en avant des régions prémotrices.

jacques  halbronn    Psychopathologie  et topiques sensorielles des sexes.  Rôle du Vortex frontal dans ASTROLOGIE 220px-Architectonic_map_of_the_human_and_macaque_monkey_prefrontal_cortex

 

Comparaison des cartes architectoniques des cortex préfrontaux humain (en haut) et simien (Macaque, en bas).

Cette région est le siège de différentes fonctions cognitives dites supérieures (notamment le langage, la mémoire de travail, le raisonnement, et plus généralement les fonctions exécutives). C’est aussi la région du goût et de l’odorat. »   

Selon nous,  le ça est le facteur d’imprévisibilité du sujet : lui-même est surpris par son propre comportement quand il perd le contrôle de ses actes, selon la topique sensorielle qui est celle de son sexe. On pense à l’ouvrage de John Gray, Les hommes viennent de Mars, les femmes de Vénus même si l’auteur n’est pas allé  aussi loin que nous en ce qui concerne les topiques sensorielles. Gray indique, en tout cas, la différence de rapport à la parole entre les deux  sexes. Nous ajouterons en sens inverse, que les hommes n’appréhendent pas la relation sexuelle (sens du toucher  et de l’odorat voire du goût (cunilingus) de la même façon car pour eux « faire l’amour »  est déconnecté par rapport à la procréation et à ses conséquences et ils y voient d’abord  un plaisir tout comme la femme cherche à se détendre par la parole, à se défouler, alors que l’homme prend les échanges intellectuels beaucoup plus au sérieux.

Nous ajouterons que l’homme est  le déclencheur du processus d’engendrement de la femme, lequel n’aboutit qu’au  bout de  9 mois – et qui parfois aura été ignoré- tout comme la femme joue un rôle de déclencheur dans la prise de confiance de l’homme quant à ses aptitudes créatrices.

 

 

 

Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus par Gray

Résumé :

Les hommes et les femmes ne parlent pas la même langue ! D’où les frustrations, les malentendus, les déchirements… Mars, dieu de la Guerre, Vénus, déesse de l’Amour : les deux sexes se ressemblent peu dans leur manière d’agir et d’exprimer leurs sentiments. Des années d’expérience conjugale ont permis à John Gray d’analyser ces différences pour en faire une source d’enrichissement mutuel plutôt que de conflit. Best-seller dans le monde entier, ce guide est indispensable pour communiquer et vivre en harmonie avec l’autre sexe.
  Nous proposerons – pour prolonger notre descriptif, de relier le « ça » avec une connotation « primaire » que l’on trouve en caractérologie autour du retentissement  et de relier le « Surmoi » avec un type « secondaire ». Si l’on prend le cas du champ « auditif », nous aurons donc le ça féminin avec une dimension primaire  face au Surmoi masculin avec une dimension secondaire, ce qui pourrait expliquer que les femmes ne contribuent que relativement faiblement à l’excellence, à l’élite de la recherche scientifique. On observera notamment à quel point les femmes, le plus souvent,  tendent à faire part de leur vécu immédiat- ce que nous associerons avec la « primarité ». Il s’agit là d’une production brute peu ou faiblement  élaborée, étayée, réfléchie,  et travaillée qui n’aura pas pris le temps de  murir à la différence de la production « secondaire » de la gent masculine. 
notice wikipedia.  ‘Caractérologie » (de Le Senne)

« le retentissement des représentations (primarité, secondarité). Un primaire se fâchera vite, mais passera l’éponge presque aussi vite ; un secondaire peut ne pas réagir sur le moment, mais se venger avec détermination des années plus tard. Il est lié à l’émotivité de la personne. » Selon nous, le type féminin primaire reste proche de l’âge mental  de l’enfance.  L’enfant veut exister, se manifester, faire acte de présence, en fait imiter l’adulte de façon assez superficielle.  A contrario, le type masculin secondaire  serait plus réfléchi, moins spontané, plus adulte donc. En  revanche sur le plan sexuel -procréation-, la production masculine est comparativement dans le temps court  face au temps long (9 mois) de la production féminine, – on est là en présence d’un ça lié au sens du toucher, de l’odorat et du goût selon ce que nous avons qualifié de psychologie sensorielle.  En ce sens, les topiques freudiennes seraient liés au Temps. Nous parlerons de marqueurs sensoriels pour indiquer que ce sont là des traits révélateurs de la différence entre hommes et femmes, ce qui se traduit sur le plan de la  grammaire  ( https://ericlenouvel.wordpress.com/lemergence-du-feminin/jacques-halbronn-soleil-lune)

 

 

 

 

JHB 20  08 22

Publié dans ASTROLOGIE, PSYCHOLOGIE, psychosociologie | Pas de Commentaire »

123
 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs