jacques halbronn Réflexions sur l’Astrologie Globale de Claire Santagostini

Posté par nofim le 17 mai 2024

jacques  halbronn   Réflexions sur l’Astrologie Globale  de Claire Santagostini ( Editions   traditionnelles 1983- 1985

 

L’auteur  écrit dans  ‘Astrologie Globale Fondements & Pratique; (1985, p. 120) ‘ Dans le thème de naissance, il y a au départ une prise de  position globale déterminée  par rapport à  un centre de  gravité qui est le  Moi  en  formation ». La mention du « Moi » est selon nous typique du psychisme féminin comme on peut l’observer dans le recours constant des femmes à  un « Moi,je » qui apparait comme l’alpha et l’oméga de leur rapport au monde. Il n’est  d’ailleurs pas indifférent que l’auteur mentionne comme ses disciples deux femmes, Marielle Clavel (Garrel) et Régine Ruet.  Une telle objectivation du « Moi » est en phase avec la sensation obsédante de cette entité. Un Moi que la femme observe en elle-même non sans une certaine distance, ce qui génére un certain sentiment de dualité qui se retrouve  lorsqu’elle tombe enceinte, ce qui correspond à une dialectique du dedans et du dehors. Grâce à l’astrologie, en quelque sorte, la femme astrophile pourra détenir les clefs de ce Moi qui parfois l’encombre et lui impose ses exigences. Autrement dit, quelqu’un qui n’aurait pas ce type de problémeatique  ne développerait  évidemment pas le même intérêt pour une telle forme d’astrologie. A aucun moment, Claire Santagostini  ne semble accorder la moindre importance au genre et à la dualité que cela implique. Elle préfére  nous parler de « l’Homme ». Elle ne se référe pas particulièrement  aux saisons , aux équinoxes et aux solsices  comme fondement non seulement du Zodiaque mais de toute l’Astrologie cyclique, donc prévisionnelle, même si elle divise le Zodiaque sur une base ternaire, avec des groupes de trois signes, comme le fera François Hardy  dans l’Astrologie Universelle (Ed Albin Michel) suivant en cela l’enseignement de Jean Pierre Nicola.C’est l’un des  Quatre Eléments (triplicité) qui distinguera entre eux les 4 signes cardinaux, fixes et mutables, le Bélier étant cardinal de feu et ainsi de suite comme si le Feu, la Terre, l’Air et l’Eau étaient des notions plus porteuses ques les 4 saisons ou même les 2 axes, comme nous le pensons en Astrologie EXOLS, On ne sera donc pas surpris que l’auteur traite de l’aspect d’opposition (180°) ( Astrologie Globale progressive, p. 48) comme une source de « difficultés » alors qu’analogiquement, les deux équinoxes sont sur la même longueur d’onde tout comme les deux solstices. Il est vrai que le dispositif des maitrises dont il est traité oppose le domicile (trone) et l’exil, à l’opposé.. Autrement dit, l’auteur a  quelque mal avec les polarités. ( Astrologie globale progressive, pp. 63 et seq);     En bref,  en raison de la complexité insondable de ce microcosme  qu’est  ce fameux  « Moi » dont tout le monde serait « porteur » – pour employer une image liée à la gestation-, l’on ne saurait  être surpris de la complexité du systéme astrologique, de sa mécanique dont l’auteur nous expose les articulations

 

 

 

 

 

 

 

JHB 17 05 24

Publié dans ASTROLOGIE, psychosociologie | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Astrologie et Ingéniérie sociale.

Posté par nofim le 4 mai 2024

jacques  halbronn  Astrologie  et  Ingéniérie sociale.

 

Il importe que l’on comprenne bien comment fonctionne une Société tout comme l’on batit une cathédrale comme Notre Dame : savoir quels en sont les parties les plus importantes qui soutiennent l’ensemble et qu’il faut renforcer et protéger en priorité. Dès qu’il y a péril en la demeure, il est essentiel de préserver ce qui a le plus de valeur tant sur le plan matériel que spirituel; C’est ainsi que l’on va mettre à l’abri les collections de musées. Mais en est-il de meme pour les personnes à privilégier du fait de leur génie? Il ne nous semble pas qu’en France, notamment, on ait songé à conférer des conditions particulières aux personnes les plus précieuses  au  regard d’une ingéniérie sociale? D’où des dépenses exorbitantes quand elles s’appliquent sans discernement, sans tri. D’où une exposition hasardeuse d’éléments particulièrement doués en temps de guerre  et d’épidémie notamment avec des perte irréparables.  Tout se passe comme si les gouvernants se refusaient à classer, à recenser  la population  en vertu de certains critères de rareté. Or, économiquement, il est bien moins couteux de protéger une élite de personnalité repérables  qu’une masse anonyme.   

L’astrologie est concernée par une telle détection en amont car selon nous, cette discipline vise avant tout une population réduite impactée par  certains  mouvements célestes, laquelle population joue un rôle moteur. et mobilisateur. Il importe donc qu’une ingéniérie sociale s’intéresse de près à cet ensemble clef et notamment quand il s’agit d’une génération vieillissante et donc d’autant plus vulnérable, d’où l’importance des conditions de vie qui doit lui être réservée.  Le probléme tient notamment au fait que les personnages les plus en prise avec le fonctionnement global du monde ne sont pas nécessairement celles qui se soucient le plus de leur bien être personnel et c’est là un paradoxe qu’il s’agit de maitriser en ne se contentant pas de considérations administratives et bureaucratiques. Comme en anatomie,  une société doit s’assurer de la bonne proportion de globules et doit faire son check au niveau du corps social et pas seulement physique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  04 05 24

Publié dans ASTROLOGIE, psychosociologie | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Les quatre visages de l’astrologie à ne pas confondre

Posté par nofim le 29 avril 2024

jacques  halbronn  Les  quatre  visages de l’astrologie à ne pas confondre. 

 

Il faut arrêter de parler d’une seule Astrologie car selon nous, il s’agit d’un amalgame, d’un syncrétisme entre 4 formes qui n’ont pas grand chose à voir entre elles.

On distinguera d’abord les astrologies à usage privé  et celles à usage public dont le modus opérandi diffère considérablement puis l’on ne confondra pas les travaux cherchant à valider  statistiquement la notion d’influence astrale ou de lien entre les hommes et les astrres et ceux visant à proposer un modéle de gouvernance. Plusieurs dialogues sont en jeu; celui avec l’individu lambda, avec sa famille et celui avec les hommes de science, les gens de religion et les politiques.   

 

I Dialogue avec la personne lambda 

 Il s’agit là d’un entretien reposant sur des données inaccessibles pour le praticien et cela passe donc sur ce que le client est disposé à fournir, à confirmer ou à infirmer. c’est très différent si le praticien a  affaire  à une « personnalité » sur laquelle on peut se renseigner mais en même temps d’aucuns objecteront que l’astrologue n’aurait alors pas grand mérite à faire des corrélations. l’enjeu est donc bien le travail en aveugle du devin. C’est le terrain du thème natal (astrologie généthliaque)

 

II Dialogue avec des scientifiques. 

Les travaux statistiques ne s’adressent pas aux particuliers mais à des chercheurs désireux de vérifier ce qu’il en est des rapports entre les hommes et les astres. Cela n’a pas d’incidence sur une pratique, un usage de l’astrologie d’autant que  l’on  affaire à des catégories socio professionnelles , comme chez Gauquelin,  et non à des équations individuelles comme dans le premier cas.

 

III Dialogue avec  des gens de religion. 

L’argumentation n’est pas la même que dans les deux cas précédents, elle concerne la théologie et le plan divin lequel sera  ou non jugé compatible  avec l’approche astrologique, notamment en ce qui concerne le libre arbitre. Que disent les Ecritures à propos de l’astrologie? Le terrain, là  encore, diffère des deux précédents,

 

IV Dialogue avec les politiques. 

C’est le créneau de ce que nous appellerons l’Astrologie Politique, « Mondiale »; Il ne s’agit pas de la sphère privée, d’une astrologie du thème de naissance mais d’une astrologie de pleine visibilité et donc aussi simple que possible, à l’instar des constitutions qui sous tendent les élections dans les différents pays/ Le tableau de bord est le systéme solaire et le message dont il est porteur. Cette astrologie  vise à une certaine clarté d’exposé aisément compréhensible. CE n’est ni l’astrologie des consultations ni des cours d’astrologie  mais une astrologie publique dont une manifestation est celle du signe du mois, popularisée par les médias et les livrets zodiacaux, souvent vilipendés par les praticiens du premier « dialogue’. André Barbault  a contribué  tant en ce qui concerne l’astrologie mondiale que pour la littérature zodiacale (collection aux éditions du Seuil). Nous mêmes avons élaboré des modéles depuis 1976 (Astrologie Sensorielle, « selon Saturne,  EXOLS)

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 29 04 24

Publié dans ASTROLOGIE, POLITIQUE, psychosociologie, RELIGION, SCIENCE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Le changement, fonction de la dualité sensorielle et de la cyclologie astrale

Posté par nofim le 24 avril 2024

jacques  halbronn   Le changement, fonction de la dualité sensorielle et de la cyclologie astrale 

 

 

  Il apparait que le dénominateur commun entre nos propositions  psychosociologique  et  cyclologiques  tient à ce qu’il s’agit dans les deux cas d’un moteur de changement. En effet, la dialectique du Surmoi  et du ça est cause de tensions générant des séparations  tout eomme l’alternance Solsticialité/Equinoxialité conduit à des mouvements centrifuges ou centripétes.

 

I Les effets du ça et du Surmoi/  Le passif et l’actif   

Nous dirons qu’en régle générale,  notre ça ( lié à notre sexe)  est susceptible de nous faire exclure d’une relation, situation donc que nous avons à subir  alors que notre Surmoi, peut nous amener à exclure  autrui, au nom de nos exigences sensorielles. Dans  un cas comme dans l’autre, il y aura du déplacement, du mouvement généré par les topiques sensorielles. 

 

II Les effets de la solsticialité et de l’équinoxialité. 

Mais une autre cause de tribulation nous renvoie à l’alternance Equinoxialité/Solsticialité avec des effets somme toute assez comparables, même si les causes en différent. L’équinoxialité-sur une période de 7 ans – conduit à des départs vers d’autres horizons alors que la solsticialité  aurait pour conséquence un « retour » au bercail, de l’enfant prodigue, un rapatriement. Sur une période d’une quinzaine d’années, une personne -notamment un chef- sera animé de forces contraires ou en tout cas  complémentaires.

 

C’est  dire que la combinaison de ces deux paramétres  garantit une certaine mobilité, migration  des personnes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  24 04 24

Publié dans ASTROLOGIE, psychosociologie | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Anthropolinguistique et Société. Le singulier et le pluriel

Posté par nofim le 19 avril 2024

jacques  halbronn   Anthropolinguistique et Société. Le singulier et le pluriel 

 

Selon nous, l’usage du masculin et du féminin comme celui du singulier et du pluriel  est la marque d’un certain modéle d’organisation sociale.  On a déjà traité de la question du genre. On abordera ici celle du nombre.  Selon nous, le singulier concerne le langage du chef et le pluriel celui de la masse et il est clair que la masse doit subir une décantation pour parvenir à la singularité du capitaine (caput)

Ce n’est que progressivement que la masse aura fini par s’octroyer l’usage du singulier, renonçant  au  nous et au vous  pour le  je et le tu. Le seul fait d’utiliser les mêmes termes que l’élite aura contribué à affirmer une certaine égalité. entre le haut et le bas, chacun prétendant pouvoir se servir de la première personne du singulier, ce qui esr un contre sens au regard d’une anthropolinguistique au même titre que la  confusion  entre le masculin  et le féminin.

C’est là toute la question de l’usage d’un même signifiant  quand il est perçu comme référant à un même signifié. C’est ainsi que si deux personnes emploient le mot « dieu », on dira que cela renvoie nécessairement à une seule et même entité, ce qui est une prime à l’imitation et au mimétisme. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 19 04 24

Publié dans anthropolinguistique, LINGUISTIQUE, psychosociologie | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Psychosociologie Le démon de la liberté et le ça.

Posté par nofim le 18 avril 2024

jacques halbronn Psychosociologie Le démon de la liberté  et la  dégradation  du  ça. 

 

 La problématique sensorielle  est un marqueur social fondamental au prisme de l’anthropolinguistique en ce que cela distingue très nettement les hommes et les femmes, tout en mettant en évidence un troisiéme type « neutre » qui couvre le monde des « invertis ». 

 L’homme inverti est marqué par un « ça » féminin, avec une liberté de parole et un manque de (re)tenue, un laisser aller  caractéristique du ça de l’ouie et de la vue.. En revanche,  son rapport à la propreté du corps et du vetement sera impacté par le Surmoi de l’odorat et du toucher propres aux femmes. En ce qui concerne le toucher, il ne faut pas compter sur l’homme inverti pour agir librement, sans prévenir, sans s’assurer du consentement de la femme, en raison d’une certaine timidité. Autant de points qui seront perçus comme positifs par les femmes qui se  plaignent tant  du viol et des odeurs de mâles! Cet homme inverti sera mal vu par ses congénéres « normaux »  et aura tendance à faire groupe avec ses pareils vu que ses manières ne  plaisent guère à ces derniers. Cet homme sera mieux en phase avec des femmes « normalement » constituées.

Quid de la femme invertie? Elle sera appréciée par les hommes « normaux » en ce qu’elle n’a pas les défauts des femmes « normales ». Elle ne laisse pas libre cours à sa parole et elle n’est pas trop maniaque côté propreté. En ce sens, les femmes « normales » ne l’apprécieront guère.

C’est dire que les libertés des uns ont un effet répulsif et  se heurtent à des allergies sensorielles si bien que le couple nous apparait comme la solution idéale  pour les invertis dans les conditions exposées plus haut. Ceux-ci sont finalement étrangers aux topiques sensorielles dans la mesure où  ils ne sont ni marqués par un ça ni par un Surmoi particuliers.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 18 04 24

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans anthropolinguistique, psychanalyse, psychosociologie | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Dialectique du chef et du troupeau: l’unique et le semblable.

Posté par nofim le 15 avril 2024

jacques  halbronn   Dialectique du chef /pasteur  et du troupeau: l’unique et le semblable 

 

Désormais, on nous  trie – grâce à l’AI – les appels, on  repère les spams  en constatant leurs similitudes. On pourrait qualifier les propos répétitifs copiés les uns sur les autres Inversement,  les messages  vraiment originaux seront de plus en plus  signalés comme tels. Autrement dit, la masse se caractérise par son uniformité, ses répétitions,  ce qui a l’avantage de signaler  ce qui n’en fait pas partie, s’en démarque. Nous serons bientôt équipés de détecteurs qui nous inviteront à nous épargner d’avoir à entendre ou à lire des banalités, des lieux communs et autres clichés. 

Paradoxalement, les personnes les plus créatrices, novatrices devraient sortir plus facilement, plus rapidement, du lot, du rang, du « troupeau » dès lors que les plus médiocres se neutraliseront mutuellement. En ce sens, l’homme ordinaire a pour pire ennemi sa copie conforme!   On classera les gens en deux ensembles  de taille  et d’envergure bien différente. D’une part, ceux qui  répétent ce qu’ils ont entendu plutôt que de s’exprimer de façon vraiment personnelle, qui ne cessent de se référer à un certain nombre d’auteurs faisant autorité  et forcément, (se) partageront les mêmes références aisément détectables  et de l’autre, ceux qui ont élaboré une pensée propre- dans tous les sens du terme, donc bien plus difficiles à « classer ».   C’est d’ailleurs, cette même masse d’individus lambda  qui sera victime des progrès de l’AI  (tchat GPT)

La meilleure solution pourrait être celle de la « secte », c’est à dire le choix de quelque gourou que l’on contribuera à faire connaitre, non pas une personnalité du passé mais du présent, que l’on peut suivre physiquement. Il en est ainsi en musique: il n’y a guère de mérite à applaudir des oeuvres hyper connues et reconnues. C’est ce qu’on appelle aller au secours de la victoire. Car le chef  a besoin qu’un troupeau se constitue, se construise autour de lui: on pense à Jésus annonçant l’édification  de son « Eglise » et c’est précisément en y parvenant qu’il se conforte dans sa mission de chef (de parti), ici et maintenant.

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB   15 °4 24

Publié dans psychosociologie | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Astrologie. L’individuel et le thème natal et l’incapacité à capter ce qui est commun.

Posté par nofim le 15 avril 2024

jacques  halbronn Astrologie/  L’individuel  et le thème natal et l’incapacité à capter ce qui est commun. 

 

 

 

 Pour paraphraser Blaise Pascal, nous serions écartelés entre deux infinis, l’infiniment grand et l’infiniment petit. (Pensées) Il nous apparait  que la plupart des gens vivent leur Humanité dans l’infiniment petit, c’est à dire au niveau de l’individu, ce qui ne peut être « divisée , davantage. Et l’astrologie généthliaque reléve d’une telle perception du monde qui se perd dans les détails sans accéder à une vision d’ensemble, par manque de connectivité.  Il est plus facile de dire ce qui diffère entre deux objets que de déterminer leurs convergences par delà les diversités de surface.  La solution de facilité  tiendrait donc à se satisfaire d’un constat de différence dès lors que deux objets ne seraient pas strictement identiques, carrément superposables! 

C’est ainsi que d’aucuns auront beau jeu de souligner ce qui sépare et de fustiger toute forme de classification laquelle certes distingue les groupes entre eux  mais en même temps en rapproche les membres. On connait la polémique lancinante entre les tenants du thème astral et ceux qui entreprennent de décrire des types, des tempéraments  planétaires  -comme Gauquelin – ou zodiacaux.(médias) Tout se passe comme les humains n’avaient pas tous les mêmes « lunettes », ce qui se répercute dans le champ de la Recherche Astrologique. Epistémologiquement, ces deux idées, approches de l’astrologie  déterminent des positionnements nettement opposés au point que nous aurions bel et bien affaire à deux types d’astrologies  tant et si bien que parler de l’Astrologie au singulier est un mauvais procés/procédé visant à compromettre délibérément  une astrologie statistique en mettant en avant une astrologie du thème « personnel ». Il est vrai que le thème personnel  est une source de revenu tant au niveau de l’enseignement(apprendre à décoder une carte du ciel) que de la consultation (parler de ce que l’on ne connait pas)! Bien pis, l’astrologie générale par opposition à la généthliaque exposerait tôt ou  tard à l’échec  tant il est aisé de montrer ce qui diffère entre ce qui a été prévu et  ce qui a eu lieu!En coupant les cheveux en quatre, il est toujours possible de pinailler dans l’hypercritique quand la méthode suivie ne nous convient pas et les astrologues ne se privent pas entre eux  de ces crocs en  jambes . Inversement, l’astrologie individuelle est bien armée pour trouver une explication  en cas d’échec, en faisant intervenir  tel ou tel facteur oublié, négligé.

 

 

 

 

 

 

JHB  15 04 24

Publié dans ASTROLOGIE, psychosociologie | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Psychosociologie. Importance des différenciations sociales versus tout bloc prétendument d’un seul tenant. Astrologie. Judaisme

Posté par nofim le 8 avril 2024

jacques  halbronn   Psychosociologie. Importance des différenciations sociales versus tout bloc prétendument d’un seul tenant. Astrologie. Judaisme.   

On arrive souvent à des impasses épistémologique s quand on travaille sur des ensembles que l’on croit homogénes alors que cela englobe des populations sensiblement différentes. Nous donnerons ici deux exemples, l’un en rapport avec la recherche astrologique (RA), l’autre avec la recherche identitaire

Dans le premier cas, il est apparu qu’il n’était pas viable de considérer l’humanité voire toute société  comme constituant un bloc indivisible, d’où le danger de l’extrapolation. C’est ainsi que Michel Gauquelin aura été amené à choisir des groupes comportant un même profil, les sportifs, les comédiens, les savants, les écrivains en montrant que chacun était marqué par la position d’une certaine planéte, à la naissance, différente pour chaque groupe (Mars, Jupiter, Saturne, Lune, Vénus cités ici dans le désordre)  L’appartenance à tel ou tel groupe était liée à un certain degré de réussite professionnelle et non à une quelconque identification grégaire, panurgienne. L’action, l’aptitude, le don   doivent   ici l’emporter.  Autrement dit, il ne s’agit pas ou plus d’affirmer que tout un chacun reléverait de sa date de naissance comme on voudrait le faire dire à l’Astrologie!

Dans le second cas, concernant l’identité  juive  (En 1978 , nous avions fondé le CERIJ, Cercle/centre d’Etude et de Recherche sur l’Identite Juive), est-il possible de procéder à des distinctions , des clivages au sein de la population qualifiée  de « juive »? Selon nous, l’Histoire et la Sociologie  nous fournissent certaines pistes. L’Histoire qui est marquée par le « schisme » conduisant à l’établissement, à la mort du roi Salomon, d’un Royaume d’Israel face à un Royaume de Juda. Nous avons exposé notre thèse quant à la différence d’origine des deux populations, celle du Royaume du Nord étant marquée par un statut inférieur de serf, voire d’esclave, d’où la référence à l’esclavage ou à des esclaves dans le Pentateuque.(Genése, Exode notamment) Quant à la Société telle qu’il nous est loisible de l’observer de nos jours,  on observe que d’une part, il y a des « Juifs » dans l’Etat qui porte le nom d’Israel et des Juifs en « diaspora », c’est à dire dispersés au milieu des nations. Mais déjà du temps de Jésus, un clivage existait au sein du monde « juif » héritier du Schisme évoqué plus haut; D’où la formule  « Je suis avant tout   concerné  par les brebis perdues de la maison d’Israel », c’est à dire issues du Royaume du même nom, correspondant notamment  à cette  Galilée  qu’il aura parcourue.

. Il nous semble que les facultés propres aux ressortissants de ces deux ensembles ne sont pas du même ordre, d’un côté des personnalités brillante, s’imposant en dehors du monde juif et de l’autre des gens préférant se retrouver entre eux, sur une base juridique,   qu’il  s’agisse de la loi  religieuse ou  de celle de l’Etat d’Israel fondé en 1948.. On connait les arguments de ceux qui mettent en question une quelconque filiation entre ces différentes périodes de l’Histoire.  D’où l’importance de ne pas tout mélanger;

Cela dit,il n’est pas interdit de penser que les juifs pourraient bien faire partie de cette élite socioprofessionnelle dont il a été question plus haut. En tout état de cause,  il y aurait bien deux façons différentes de se présenter comme juif et sur ce point, nous nous référerons au livre de l’Exode où l’on voit l’Hébreu Moïse envoyé par le dieu des Enfants d’Israel pour les guider, ce qui n’est pas sans lien avec le cas de Jésus, signalé plus haut. le texte biblique est en effet clair à ce sujet, en faisant naitre Moise comme « Hébreu » rencontrant le dieu des Beney Israel. Il suffit, pour ce faire, de (re)lire attentivement les trois premiers chapitres du Livre de l’Exode. On aura compris qu’il y a là besoin de deux poids, deux mesures  et qu’il convient de classer les « Juifs » selon les clivages mis en avant. Selon nous, même en Israel, un tel clivage se manifeste et il est tout à fait probable que les dirigeants y soient des Hébreux face à une population « israélite ».  Le troupeau, ce sont les Israélites, les chefs les Hébreux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 08 04 24

Publié dans ASTROLOGIE, Juifs, psychosociologie | Pas de Commentaire »

jacques halbronn La dialectique Etat Juif/héros juif

Posté par nofim le 25 mars 2024

jacques  halbronn  La dialectique  Etat Juif (Herzl)/héros  juif (Jésus), 

 

La présence juive au monde est double avec d’une part, une dimension collective et de l’autre une dimension « personnelle », ce qui sous tend la dialectique Etat/héros.

Nous avons consacré au monde juif différents travaux: en 1985 parut  « Le Monde  juif et l’astrologie, histoire d’un vieux couple » (Ed Arché, Milan, Bibliothèque de l’Unicorne) et en 2002, le Sionisme et ses avatars au tournant du XXe siècle (Ed Ramkat  Prophetica  Judaica (beith) où nous reproduisions l’intégralité de la première version  française du ‘Judenstaat’.de  Theodore Herzl. (1896) et avons fondé  et dirigé les Cahiers du CERIJ (Centre d’Etude et de  Recherche sur l’Identité juive, à partir de 1978 et donné des conférences de 1993 à 2009 au Congrès Mondial des Etudes juives, Jérusalem;

  Cette dualité est absolument essentielle à comprendre et cela vaut notamment pour le personnage de Jésus qui pour nous est emblématique du « héros juif », ce qui vaut également pour Herzl, à près  de  2000 ans de distance. Dans les deux cas, nous avons un homme qui s’adresse au départ  à une population marquée, impactée  par le judaisme, ce qui  convient aussi pour le personnage de Moïse, tel que campé, dessiné  dans le  Livre de l’Exode, encore 2000 ans environ  avant JC. Quand Herzl publie  son  Judenstaat , il entend proposer un asile, un refuge pour les populations  juives persécutées, entravées, ce qu’il qualifiera d’Etat Juif; aboutissant à la création (1947 (ONU)-48) de l’Etat d’Israel, au lendemain de l’holocauste perpétré par les Nazis, en passant par le temps du mandat britannique sur la Palestine, dans le cadre de la Société des Nations au début des années 20. Nous avons, dans d’autres textes, tenté de mettre en évidence  le fait que Jésus n’appartenait pas à la population à laquelle il s’adressait pas plus que Moïse, un Hébreu allant à la rencontre des Enfants d’Israel, missionné par leur dieu, Yahwé  (Exode III) Dans le cas de Herzl, c’est la population juive de l’Europe Orientale qui se mobilisera autour du « sionisme » alors que celle du monde occidental  restera en retrait, Herzl lui même relevant de cette Europe évoluée. Par la suite, c’est la population  juive du monde arabe; à commencer par celle du Maghreb, qui rejoindra après la Seconde Guerre mondiale, le dit Etat d’Israel. On voit ainsi le destin d’un homme  face à celui d’un « peuple ». Rappelons cette formule de Jésus  « je suis venu pour les brebis perdues de la maison d’Israel »(c’est à dire descendants de ceux qui s’étaient révoltés contre le pouvoir de la dynastie davidienne alors que Jésus, lui-même, était descendant du Royaume de Juda

Autrement dit. le « chef » , le « guide » a un autre profil que les populations qu’il  va entrainer. On pense à un  autre  héros   juif, Karl Marx, né d’une famille  juive convertie au protestantisme, qui sera au « marxisme » ce que Jésus « Christ » avait été au « christianisme ».  On ne saurait donc contester la judéité de ces héros juifs sous prétexte que leur message  ne visait pas le monde dont ils étaient issus  et au risque de choquer certains,  Jésus nous apparait bel et bien  comme le « héros  juif » par excellence voué à impacter largement le monde. En ce sens, Jésus serait exemplaire et l’on pense à cette « Imitation de Jésus » , attribuée à Thomas a kempis, dont  Pierre Corneille donnera une traduction au XVIIe siècle sur laquelle nous reviendrons dans une autre étude. Si l’on cerne assez bien ce que nous entendons par « héros  juif » et les exemples ne manquent pas: un Baruch Spinoza, un Emile Durkehim, un Sigmund Freud, un Henri Bergson, un Albert Einstein, un Léon Trotsky, un Marc Bloch, un Léon Blum,  un Pierre Mendés France, un  Claude Lévi Strauss, un Edgar Morin, et il n’est pas question d’exclure un Jésus dit de Nazareth (INRI) d’une telle liste, quid, en revanche, de l’Etat Juif? On pense aux réflexions assez désabusées d’un Georges Friedann (Fin du peuple  juif, Ed Gallimard, Collection Idées, 1964) à propos de la société israélienne de l’époque, il y a déjà 60 ans. Il est clair qu’il importe de dissocier ces deux face de l’identité  juive, l’une collective, l’autre représentée par une minorité de fortes personnalités, dispersées (Diaspora) de par le monde et au fil des siècles, que l’on peut qualifier de « lumières »..

Jésus  aura montré l’exemple  en allant au devant des non juifs. Il aurait végété  en restant   au milieu  de  ses semblables.  Mais c’est peut être ce que les antisémites favorables au sionisme  espèrent. Décidément, toute tentative de parquer les Juifs que ce soit à Auschwitz ou à Tel  Aviv ne conduirait-elle pas à une forme de dépérissement, par delà la différence évidente des procédés?L’antisémitisme  vise à décourager les Juifs de s’immerger  hors de leur  ghetto et Israel  correspond à cette image du ghetto. Il y a beaucoup d’ambiguité par rapport à cette idée d’Etat Juif, y compris chez les protestants américains qui attendent le retour des Juifs en Palestine comme signe de la fin des temps (/https://www.cairn.info/revue-francaise-d-etudes-americaines-2014-2-page-77.htm) On sait par ailleurs à quel point les tensions liées à l’Etat d’Israel peuvent affecter la condition juive en dehors et donc hypothéquer  une telle  présence juive, notamment en France qui abrite une forte minorité arabo-musulmane à la suite de la colonisation française du Maghreb.

En tout état de cause, nous pensons que sous le terme de « Juifs », l’on mélange allégrement les Hébreux et les Israélites alors que nous avons montré que le Livre de l’Exode, dès ses premiers chapitres, signale la différence entre Moise l’Hébreu et les Fils d’Israel qu’il ne rencontre qu’au chapitre III ainsi que leur dieu, Yahwé (Buisson Ardent) qui est le dieu de ces Israélites  On pense à Jésus allant au devant des Galiléens en affirmant « Nul n’est prophéte en son pays », ce qui signifie que le prophéte doit s’exiler. Tout se passe comme si  Herzl  par le biais du sionisme était parvenu à separer le bon grain (les Hébreux) de l’ivraie (les Israélites). Ce nom d’Israel ne fait d’ailleiurs que se référer au nom d’une certaine région.(Eretz Israel), ce qui vaut aussi pour celui de Palestine, adopté de nos jours par les Musulmans alors qu’il était d’usage courant chez les Juifs avant l’Indépendance, on parlait  alors  de l’Agence juive pour la Palestine

Sur le Web:

  »L’Agence juive (הסוכנות היהודית en hébreu) est une organisation sioniste créée en 1929 sous le nom d’Agence juive pour la Palestine pour être l’exécutif de l’Organisation sioniste mondiale en Palestine mandataire britannique. C’est Chaïm Weizmann qui en fut l’un des principaux initiateurs et dirigeant. »   

Selon nous, les populations du Nord qui se rebellèret au lendemain de la Mort de Salomon ne comportaient pas de Juifs contrairement aux représentations biblique autour  des ‘Fils de Jacob »; C’était là une fiction syncrétique et d’ailleurs  Jésus le reconnait, ce qui d’ailleurs donne précisément du sens à son action!

 

 

 

 

JHB 25 03 24

Publié dans judaîsme, Juifs, POLITIQUE, psychosociologie, RELIGION | Pas de Commentaire »

12345...7
 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs