Jacques Halbronn Jésus, descendant de David vient corriger (Tikoun) la rupture survenue lors de la mort de Salomon

Posté par nofim le 22 juin 2022

Jacques  Halbronn   Jésus, descendant de David vient corriger (Tikoun) la rupture survenue lors de la mort de Salomon

 

 

Premier Livre des Rois  XII 

 

 

יג וַיַּעַן הַמֶּלֶךְ אֶת-הָעָם, קָשָׁה; וַיַּעֲזֹב אֶת-עֲצַת הַזְּקֵנִים, אֲשֶׁר יְעָצֻהוּ.  13 Le roi (Roboam fils de Salomon) répondit durement au peuple, sans tenir compte du conseil que lui avaient donné les vieillards.
יד וַיְדַבֵּר אֲלֵיהֶם, כַּעֲצַת הַיְלָדִים לֵאמֹר, אָבִי הִכְבִּיד אֶת-עֻלְּכֶם, וַאֲנִי אֹסִיף עַל-עֻלְּכֶם; אָבִי, יִסַּר אֶתְכֶם בַּשּׁוֹטִים, וַאֲנִי, אֲיַסֵּר אֶתְכֶם בָּעַקְרַבִּים.  14 Suivant le conseil des jeunes gens, il s’exprima ainsi: « Mon père a fait peser le joug sur vous, moi je le rendrai encore plus lourd; mon père vous a châtiés avec des verges, moi je vous châtierai avec des scorpions. »

 

 Il fallait bien que Jésus fut né à Bethléem, ville de David – et sa généalogie (Mathieu) le présente comme le descendant de cette lignée- pour effacer, réparer ce qui s’était produit près de 1000 ans plus tôt. D’où le thème récurrent de la réparation des offenses, du pardon. D’où  la place considérable que jouent la Samarie, la Galilée dans les Evangiles puisque ces régions relévent de l’ancien Royaume d’Israel, interpellé par les Prophétes bien avant lui. On pense au fait que Jésus, lors de sa Résurrection se retrouve en Galilée.

En fait, pour nombre de Chrétiens, il  régne un certain trouble : Jésus de Nazareth (ville de Galilée) mais né à Bethléhem (ville de Judée). Nous avons démontré qu’il fallait justement que Jésus ne soit pas Galiléen pour être envoyé vers ce pays. En le faisant vivre dès l’enfance en Galilée, il y avait là comme un marqueur de son destin, de sa destination. 

Dès lors, c’était aux Galiléens de le reconnaitre comme leur « Sauveur »(Soter, ICHTUS, INRI) qui effacerait, rachéterait leurs fautes, leur déviance religieuse et politique et non aux Juifs. Jésus annonçait la reconstruction du Royaume d’Israel (cf Actes des Apotres de Jean) Venons en au Livre d’Isaie dans sa partie additionnelle (DeutéroIsaie): on le présente comme s’adressant aux populations déportées à Babylone par Nabuchodonosor:

 

 

Isaïe 48, 17-21

Ainsi parle le Seigneur, ton rédempteur, Saint d’Israël : Je suis le Seigneur ton Dieu, je te donne un enseignement utile, je te guide sur le chemin où tu marches.
Si seulement tu avais prêté attention à mes commandements, ta paix serait comme un fleuve, ta justice, comme les flots de la mer. Ta postérité serait comme le sable, comme les grains de sable, ta descendance ; son nom ne serait ni retranché ni effacé devant moi.
Sortez de Babylone ! Vite, quittez les Chaldéens ! Avec des cris de joie, annoncez, faites-le entendre, propagez-le jusqu’aux extrémités de la terre ! Dites : « Le Seigneur a racheté son serviteur Jacob. » Ils n’ont pas eu soif dans les lieux arides où il les a conduits. Il a fait sourdre pour eux les eaux du rocher, il a fendu le rocher : les eaux ont ruisselé ! » On saisit à quel point les rédacteurs des chapitres ajoutés ont voulu substituer les Israélites aux Judéens, produisant ainsi une contrefaçon antidatée, calquée sur l’édit de Cyrus, qualifié de Messie au chapitre 45 d’Isaie.  En réalité, déjà au chapitre VII du même Livre, on trouve ces paroles qui font étrangement pendant au « Ecoute Israel » du Livre d’Ezékiel où c’est Israel qui ne cesse d’être mis en garde: cette fois c’est « Ecoutez donc, maison de David »! C’est le pluriel  « Shemou » qui fait pendant au singulier « Shéma ». Cette « maison de David »  fait écho au « Je suis venu pour les brebis perdues de la maison d’Israel »

 

ג וַיֹּאמֶר, שִׁמְעוּ-נָא בֵּית דָּוִד:  הַמְעַט מִכֶּם הַלְאוֹת אֲנָשִׁים, כִּי תַלְאוּ גַּם אֶת-אֱלֹהָי.  13 Alors le prophète reprit: « Ecoutez-donc (Shemou na), maison de David! Est-ce trop peu pour vous de lasser les hommes que vous vouliez encore lasser mon Dieu?
יד לָכֵן יִתֵּן אֲדֹנָי הוּא, לָכֶם–אוֹת:  הִנֵּה הָעַלְמָה, הָרָה וְיֹלֶדֶת בֵּן, וְקָרָאת שְׁמוֹ, עִמָּנוּ אֵל.  14 Ah certes! Le Seigneur vous donne de lui-même un signe: Voici, la jeune femme est devenue enceinte, elle va mettre au monde un fils, qu’elle appellera Immanouel.

 On retrouve ce nom d’Emmanuel   au début de l’Evangile de Jésus selon Mathieu.

 

Nous assistons à un étrange chassé croisé entre les deux Royaumes, dans une sorte de jeu de bonneteau. Tantôt cela tombe sur Israel,  tantôt sur la Judée; Tantôt, Jésus est venu pour Israel et tantôt pour la Judée et au bout du compte, c’est la maison de Judée qui sera jugée coupable par la postérité chrétienne!

 

L’Epitre aux Romains se référe à Isaie   (IX, 29

 

 

25 comme précisément il le dit dans le livre du prophète d’Osée : Celui qu’on appelait « Pas-mon-peuple », je l’appellerai « Mon-peuple », celle qu’on appelait « Pas-aimée », je l’appellerai « Aimée ».

26 Et, là même où Dieu leur avait dit : « Vous n’êtes pas mon peuple », là ils seront appelés « fils du Dieu vivant ».

27 Quant à Isaïe, il s’exclame au sujet d’Israël : Même si le nombre des fils d’Israël est comme le sable de la mer, seul le reste d’Israël sera sauvé,

28 car le Seigneur réalisera sa parole jusqu’au bout et promptement sur la terre !

29 Et comme Isaïe l’a dit par avance : Si le Seigneur de l’univers ne nous avait pas laissé une descendance, nous serions devenus comme Sodome, nous serions semblables à Gomorrhe.

 

 

 

JHB 22 06 22

Publié dans Bible, RELIGION | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Le deutéro Isaie et le syncrétisme de l’Ancien Testament

Posté par nofim le 19 juin 2022

Ésaïe 41:8-10

« Écoute, Israël, mon serviteur, peuple de Jacob que j’ai choisi, race de mon ami Abraham; toi que j’ai été chercher jusqu’au bout du monde, et que j’ai appelé des régions les plus lointaines; toi, à qui j’ai dit: «Non, je ne t’ai pas rejeté, au contraire, je t’ai choisi; mon serviteur, c’est toi.» N’aie pas peur maintenant, car je suis avec toi. Ne lance pas ces regards inquiets, car ton Dieu, c’est moi. Je viens te rendre courage, j’arrive à ton secours et je te protège, ma main droite tient sa promesse. »
Il nous semble donc incongru de présenter le Pentateuque comme un ensemble d’un seul tenant, dont le manuscrit est récité sur une année, découpé en péricopes hebdomadaires. Ce Pentateuque désigné par les fidéles  juifs sous le nom  de ‘Torah ».
S’il  y a syncrétisme quand on englobe sous le seul titre de « Bible » l’Ancien et le Nouveau Testaments, cela ne doit pas faire oublier le précédent qui tente d’harmoniser les divers courants qui traversent le Pentateuque mais aussi, on l’a vu,  le livre d’Isaie.
JHB  19 06 22

Publié dans Bible, judaîsme, Juifs, RELIGION | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Théologie ; Jésus, Roi des Juifs ou Roi d’Israël?

Posté par nofim le 13 juin 2022

Jacques  Halbronn   Théologie ; Jésus, Roi des Juifs ou Roi d’Israël? 

 

Une  grave confusion existe et persiste quant à la mission dévolue à Jésus? Selon l’Evangile de Mathieu,  Il était annoncé pour « Roi des juifs »  alors que selon les Actes des Apôtres, il était attendu pour rétablir le Royaume d’Israel.  Rappelons les initiales  INRI, généralement rendu par  Jésus de Nazareth roi des Juifs mais selon nous le « I » vaut aussi bien pour roi d’Israel.

 

Evangile  Mathieu  I, 2 

 

01 Jésus était né à Bethléem en Judée, au temps du roi Hérode le Grand. Or, voici que des mages venus d’Orient arrivèrent à Jérusalem

02 et demandèrent : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu son étoile à l’orient et nous sommes venus nous prosterne

Actes des Apotres I, 6

Alors les apôtres réunis lui demandèrent: Seigneur, est-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume d’Israël? 7Il leur répondit: Ce n’est pas à vous de connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de sa propre autorité.…
Références Croisées

 Actes des Apôtres (13, 22-26)

En ces jours-là, dans la synagogue d’Antioche de Pisidie, Paul disait aux Juifs : « Dieu a, pour nos pères, suscité David comme roi, et il lui a rendu ce témoignage : J’ai trouvé David, fils de Jessé ; c’est un homme selon mon cœur qui réalisera toutes mes volontés. De la descendance de David, Dieu, selon la promesse, a fait sortir un sauveur pour Israël : c’est Jésus, dont Jean le Baptiste a préparé l’avènement en proclamant avant lui un baptême de conversion pour tout le peuple d’Israël. Au moment d’achever sa course, Jean disait : “Ce que vous pensez que je suis, je ne le suis pas. Mais le voici qui vient après moi, et je ne suis pas digne de retirer les sandales de ses pieds.” Vous, frères, les fils de la lignée d’Abraham et ceux parmi vous qui craignent Dieu, c’est à nous que la parole du salut a été envoyée. »

Certes, pour beaucoup, Israel  renvoie  aux Juifs. Pourtant historiquement le Royaume d’Israel  est bien distinct du Royaume de Judée., comme nous l’avons montré dans de précédentes études. Or, une confusion  est attestée en ce qui concerne Cyrus dont le chapitre 45 du Livre d’Isaie  fait le sauveur d’Israel  alors que la version officielle rappelle que ce sont bien les Juifs qui furent ramenés à Jérusalem.

Wikipedia

« Dans le Livre d’Esdras (1:1-4, décret en hébreu ; 3:6), Yahweh inspire à Cyrus un décret proclamant l’autorisation de reconstruire le Temple de Jérusalem, avec pour le financer la restitution des trésors dérobés par Nabuchodonosor II lors de la destruction du sanctuaire »

 

On mentionne nommément et exclusivement les  seules  tribus de Juda et de Benjamins.

א וּבִשְׁנַת אַחַת, לְכוֹרֶשׁ מֶלֶךְ פָּרַס, לִכְלוֹת דְּבַר-יְהוָה, מִפִּי יִרְמְיָה:  הֵעִיר יְהוָה, אֶת-רוּחַ כֹּרֶשׁ מֶלֶךְ-פָּרַס, וַיַּעֲבֶר-קוֹל בְּכָל-מַלְכוּתוֹ, וְגַם-בְּמִכְתָּב לֵאמֹר.  1 Dans la première année de Cyrus, roi de Perse, à l’époque où devait s’accomplir la parole de l’Eternel annoncée par Jérémie, l’Eternel éveilla le bon vouloir de Cyrus, roi de Perse; et celui-ci fit proclamer dans tout son empire, par la voix [des hérauts] et aussi par des missives écrites, ce qui suit:
ב כֹּה אָמַר, כֹּרֶשׁ מֶלֶךְ פָּרַס–כֹּל מַמְלְכוֹת הָאָרֶץ, נָתַן לִי יְהוָה אֱלֹהֵי הַשָּׁמָיִם; וְהוּא-פָקַד עָלַי לִבְנוֹת-לוֹ בַיִת, בִּירוּשָׁלִַם אֲשֶׁר בִּיהוּדָה.  2  »Ainsi parle Cyrus, roi de Perse: L’Eternel, Dieu du ciel, m’a mis entre les mains tous les royaumes de la terre, et c’est lui qui m’a donné mission de lui bâtir un temple à Jérusalem, qui est en Judée.
ג מִי-בָכֶם מִכָּל-עַמּוֹ, יְהִי אֱלֹהָיו עִמּוֹ, וְיַעַל, לִירוּשָׁלִַם אֲשֶׁר בִּיהוּדָה; וְיִבֶן, אֶת-בֵּית יְהוָה אֱלֹהֵי יִשְׂרָאֵל–הוּא הָאֱלֹהִים, אֲשֶׁר בִּירוּשָׁלִָם.  3 S’il est parmi vous quelqu’un qui appartienne à son peuple, que son Dieu soit avec lui, pour qu’il monte à Jérusalem, qui est en Judée, et bâtisse le temple de l’Eternel, Dieu d’Israël, de ce Dieu qui réside à Jérusalem!
ד וְכָל-הַנִּשְׁאָר, מִכָּל-הַמְּקֹמוֹת אֲשֶׁר הוּא גָר-שָׁם–יְנַשְּׂאוּהוּ אַנְשֵׁי מְקֹמוֹ, בְּכֶסֶף וּבְזָהָב וּבִרְכוּשׁ וּבִבְהֵמָה; עִם-הַנְּדָבָה–לְבֵית הָאֱלֹהִים, אֲשֶׁר בִּירוּשָׁלִָם.  4 Tous ceux qui restent [de ce peuple], quelle que soit leur résidence, leurs compatriotes devront les gratifier d’argent, d’or, d’objets de valeur et de bêtes de somme, en même temps que d’offrandes volontaires destinées au temple de Dieu à Jérusalem. »
ה וַיָּקוּמוּ רָאשֵׁי הָאָבוֹת, לִיהוּדָה וּבִנְיָמִן, וְהַכֹּהֲנִים, וְהַלְוִיִּם; לְכֹל הֵעִיר הָאֱלֹהִים, אֶת-רוּחוֹ, לַעֲלוֹת לִבְנוֹת, אֶת-בֵּית יְהוָה אֲשֶׁר בִּירוּשָׁלִָם.  5 Alors s’apprêtèrent les chefs de famille de Juda et de Benjamin, les prêtres et les Lévites, tous ceux en qui Dieu avait éveillé le désir d’aller bâtir le temple de l’Eternel à Jérusalem.

 

 On est donc en droit de consiférer  que l’Evangile de Mathieu a subtitué  à Israel  la référence aux Juifs, ce qui évidemement fausse totalement  le projet. Si Jésus s’adressaut aux Israélites, on ne saurait reprocher aux Juifs de ne pas l’avoir reconnu pour roi d’autant que le Royaume de Judée était en place sous Hérode. Il faut se demander si le narratif de la naissance de Jésus n’aurait pas été calqué sur celui de la naissance de Moïse (cf Le monde juif  et l’astrologie, Milan, Arché, 1985)

 

 Exode I

טו וַיֹּאמֶר מֶלֶךְ מִצְרַיִם, לַמְיַלְּדֹת הָעִבְרִיֹּת, אֲשֶׁר שֵׁם הָאַחַת שִׁפְרָה, וְשֵׁם הַשֵּׁנִית פּוּעָה.  15 Le roi d’Égypte s’adressa aux sages femmes hébreues, qui se nommaient, l’une Chifra, l’autre Poûa
טז וַיֹּאמֶר, בְּיַלֶּדְכֶן אֶת-הָעִבְרִיּוֹת, וּרְאִיתֶן, עַל-הָאָבְנָיִם:  אִם-בֵּן הוּא וַהֲמִתֶּן אֹתוֹ, וְאִם-בַּת הִוא וָחָיָה.  16 et il dit: « Lorsque vous accoucherez les femmes hébreues, vous examinerez les attributs du sexe: si c’est un garçon, faites-le périr; une fille, qu’elle vive. »
 
כב וַיְצַו פַּרְעֹה, לְכָל-עַמּוֹ לֵאמֹר:  כָּל-הַבֵּן הַיִּלּוֹד, הַיְאֹרָה תַּשְׁלִיכֻהוּ, וְכָל-הַבַּת, תְּחַיּוּן.  {פ} 22 Pharaon donna l’ordre suivant à tout son peuple: « Tout mâle nouveau-né, jetez-le dans le fleuve et toute fille laissez-la vivre. »

 

Le scénario  de la  condamnation à mort des  jeunes enfants  est en effet repris dans l’ Evangile de JC  selon  mathieu ,  Chapitre  II

 

13 Après leur départ, voici que l’ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph et lui dit : « Lève-toi ; prends l’enfant et sa mère, et fuis en Égypte. Reste là-bas jusqu’à ce que je t’avertisse, car Hérode va rechercher l’enfant pour le faire périr. »

16 Alors Hérode, voyant que les mages s’étaient moqués de lui, entra dans une violente fureur. Il envoya tuer tous les enfants jusqu’à l’âge de deux ans à Bethléem et dans toute la région, d’après la date qu’il s’était fait préciser par les mages.

 

Dans l’Epitre aux  Hébreux; au chapitre XII, il est écrit 

 

25″ Prenez garde, ne refusez pas d’entendre celui qui vous parle ; car si les fils d’Israël n’ont pas échappé au châtiment quand ils ont refusé d’entendre celui qui les avertissait par un oracle sur la terre, à plus forte raison nous n’y échapperons pas non plus, si nous nous détournons de celui qui nous parle depuis les cieux »

Ce sont les  « fils d’Israel », selon la forme récurrente dans le Livre de l’Exode (Beney Israel) qui sont ici visés, c’est à dire cette « maison d’Israel », que Jesus désignait comme « les  brebis perdues ». auxquelles il s’adressait., dont il entendait  changer le sort. Ce sont eux qui ‘ont refusé d’entendre » et non les Juifs.

 

 

 

 

JHB  16  06 22

Publié dans judaîsme, Juifs, RELIGION, théologie | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Gougenot des Mousseaux et les Juifs selon les travaux de J. Halbronn et d’Emmanuel Kreis. (1997-2017)

Posté par nofim le 8 juin 2022

Jacques  Halbronn    Gougenot des Mousseaux  et  les  Juifs selon les travaux de J. Halbronn  et d’Emmanuel Kreis. (2002-2017) 

 

Par curiosité, nous avons voulu  étudier la façon dont Emmanuel Kreis se référe (ou pas) à nos travaux autour de la question  juive et,  si l’on peut dire, nous n’avons pas été déçu sur les moeurs propres à un certain milieu  universitaire où nous avions croisé  E. Kreis, à plusieurs reprises (notamment aux réunions Politica Hermetica).

 

 

Commençons par un bref rappel  bibliographique à toutes fins utiles:

 

1991  JH  Antisémitisme  et occultisme  en France. aux XIXe et XX  siècles. Revue des Etudes juives

1997  JH  Pour une approche ésotérique de la question  juive,  site Hommes et faits.com

 

1997  J. H.     The term Protocols from  the Zionist Congresses to the Protocols  of the Wise Men of Zion and thereception of the Russian Protocols in Central  Europe before  1917, Proceedings of the twelfth Congress og Jewish Studues, Jerusalem

 

1999 JH   Le texte prophétique en France. Formation et fortune   3  tomes. 1356 p.

Thèse d’Etat Paris X  Nanterre Ouest  et Presses Universitaires du Septentrion( 2002)

 

2002 JH.  Prophetica  Judaica Beith. Le sionisme et ses avatars au tournant du XXe siècle. suivi d’un dossier de Documents  sionistes et pseudo-sionistes comportant  notamment  L’Etat  Juif  de théodore Herzl (Paris, 1896) & Divers texes relatifs aux Protocoles des Sages de Siib, Préface de Hervé Gabrion  440 pages/Ed Ramkat.   Repris en partie de la thèse d’Etat.

 2011  Géostratégie des Protocoles des Sages de Sion – Baglis TV    https://www.baglis.tv › Esprit › Esotérisme

  Table ronde de 54 minutes animée par Jacques Halbronn avec les historiens Daniel Lindenberg, Emmanuel Kreis (doctorant) et Pierre Barrucand et filmée 
2011 Emmanuel  Kreis.   Thèse en Histoire des religions et Anthropologie religieuse – Histoire des courants ésotériques dans l’Europe moderne et contemporaine. Sujet : « Quis ut Deus ? » Antijudéo-maçonnisme et occultisme en France sous la IIIe République, sous la direction de Jean-Pierre Brach à l’École pratique des hautes études, section Sciences religieuses. Jury composé de MM. Steven Englund (rapporteur), Bertrand Joly (rapporteur), Jean-Pierre Laurant, Émile Poulat, Philippe Portier. Mention Très Honorable, avec les félicitations unanimes du jury

2009

EK Les puissances de l’ombre Juifs, Jésuites, franc-maçons, réactionnaires.. la théorie du complot dans les textes. CNRS Editions  309 p.

 

 

 2017 ,  

 EK   Quis ut Deus? Antijudéomaçonnisme et occultisme en France sous la IIIe République. Paris, Belles Lettres.  760p.

 

 2017

Jacques Halbronn Les Protocoles des Sages de Sion La source oubliée de l’antitalmudisme (hébraiquetélé)

 

Nos observations/

 

  Si nous consultons les chapitres consacrés à Gougenot des Mousseaux  dans la production d’Emmanuel Kreis,(pp. 76-88 dans les Puissances de l’ombre  et  pp. 85 -101 dans Quis ut Deus?) nous remarquons que nos travaux (notamment  ceux de 2002, pp.  236-243)  ne sont jamais signalés, tant en note, qu’en bibliographie ou  dans  le riche indes des noms de personnes (p. 746 756 de Quis ut Deus?) Nous n’avons pas vérifié si Kreis avait ou nom emprunté à nos publications mais il s’agit bien là, en tout état de cause, d’une lacune remarquable et qui suscite plusieurs hypothèses, d’autant plus que Kreis avait participé avant la soutenance de sa thèse à une table ronde que nous avions réunie  animée et qui a été filmée (sur Baglis TV). Faut il y voir quelque forme de « complot »? En ce qui concerne nos apports sur la question, nous noterons  les rapports entre le texte de  Gougenot des Mousseaux et les Protocoles du Parlement de Vienne en 1909, reproduisant les Protocoles des Sages de Sion.. Kreis  écrit en 2009: « Après la Première Guerre Mondiale,  Le Juif, le judaisme et la judaisation des peuples Chrétiens acquiert une renommée internationale puisqu’il est traduit et édité par Alfred Rosenberg au moment du lancement des Protocoles des Sages de Sion en 1920″ (p. 77). Kreis semble donc ne pas avoir pris connaissance sérieusement de notre publication de 2002, laquelle reprenait des passages de notre thèse d’Etat de 1999. En fait,  c’est, faussement,  sous le nom de Gougenot des Mousseaux que la traduction allemande des Protocoles russes  sera  alors publiée dans les « Protocoles » du Parlement de Vienne(cf à propos de Chabauty  et  la chambre roumaine, E.   Kreis  Quis  ut Deus? Belles Lettres  2017, pp. 102-103).

 .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 08 06 22

Publié dans judaîsme, POLITIQUE, RELIGION | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Epistémologie. La prise de conscience du caractère collectif de l’existence

Posté par nofim le 5 juin 2022

Jacques Halbronn   Epistémologie. De  la prise de conscience du caractère collectif de l’existence 

 

Une des questions les moins bien maîtrisées de nos jours est celle du passage de la conscience individuelle à la conscience collective et vice versa. Il y a là comme une sorte de dilemme dans un sens comme dans l’autre.

Soit, l’on part d’un déterminisme d’appartenance, de naissance, de milieu, soit l’on part d’observations personnelles que l’on ne connecte pas avec des données sociologiques. Dialectique du sociologique et du psychologique. Il y aurait là comme une sorte de hiatus.

Si l’on prend le cas juif, soit l’on est marqué par un « modéle dominant » (cf les Cahiers du CERIJ, Centre d’Etude et de Recherche sur l’Identité Juive), soit l’on existe en tant qu’individu ayant telle ou telle activité, au sein de tel ou tel milieu, non défini comme juif et que l’on pourrait qualifier a priori de « non juif ». Mais il arrive un moment où certaines connexions se présentent à l’individu quand il ne tarde pas à remarquer  des similitudes de situation autour de lui avec d’autres « individus », dont les origines « juives » lui apparaissent, sans qu’il y ait de lien avec un quelconque endoctrinement religieux. C’est  notamment las pour la mouvance des Juifs dits « laïcs ».

Mais passons à un autre domaine, celui de la cyclicité. Une chose est d’observer au niveau individuel le rôle de certains chiffres, de certains âges, une autre est de remarquer des corrélations avec ce qui vaut pour d’autres personnes, marquées pareillement alors même que se trouvant dans des contextes fort divers.

On aura compris que l’enjeu est bien celui d’une prise de conscience du caractère collectif de l’existence par delà la seule appartenance d’origine. Il ne s’agit pas d’aller du passé vers le présent mais bien du présent que nous expérimentons  remonter vers le passé. Probléme de la poule et de l’oeuf.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  05 06 22

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE, génie, Juifs, psychosociologie, RELIGION, SCIENCE | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Théologie du Right God/ Wrong God/

Posté par nofim le 29 mai 2022

jacques  Halbronn   Théologie du Right God / Wrong God/

 

 

 

  Nous avons toujour trouvé suspecte la formule « Dieu », délivrée sans autre préision, , sans possessif, sans génitife.  Or, dans Exode III,  on peut lire des versets qui ne laissent aucun doute sur le besoin de préciser qui parle et à qui il est parlé. On est bien loin du « Dieu » tout court!

 

ו וַיֹּאמֶר, אָנֹכִי אֱלֹהֵי אָבִיךָ, אֱלֹהֵי אַבְרָהָם אֱלֹהֵי יִצְחָק, וֵאלֹהֵי יַעֲקֹב; וַיַּסְתֵּר מֹשֶׁה, פָּנָיו, כִּי יָרֵא, מֵהַבִּיט אֶל-הָאֱלֹהִים.  6 Il ajouta: « Je suis la Divinité de ton père, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob… » Moïse se couvrit le visage, craignant de regarder le Seigneur.
ז וַיֹּאמֶר יְהוָה, רָאֹה רָאִיתִי אֶת-עֳנִי עַמִּי אֲשֶׁר בְּמִצְרָיִם; וְאֶת-צַעֲקָתָם שָׁמַעְתִּי מִפְּנֵי נֹגְשָׂיו, כִּי יָדַעְתִּי אֶת-מַכְאֹבָיו.  7 L’Éternel poursuivit: « J’ai vu, j’ai vu l’humiliation de mon peuple qui est en Égypte; j’ai accueilli sa plainte contre ses oppresseurs, car je connais ses souffrances.
 
 
י וְעַתָּה לְכָה, וְאֶשְׁלָחֲךָ אֶל-פַּרְעֹה; וְהוֹצֵא אֶת-עַמִּי בְנֵי-יִשְׂרָאֵל, מִמִּצְרָיִם.  10 Et maintenant va, je te délègue vers Pharaon; et fais que mon peuple, les enfants d’Israël, sortent de l’Égypte. »
יא וַיֹּאמֶר מֹשֶׁה, אֶל-הָאֱלֹהִים, מִי אָנֹכִי, כִּי אֵלֵךְ אֶל-פַּרְעֹה; וְכִי אוֹצִיא אֶת-בְּנֵי יִשְׂרָאֵל, מִמִּצְרָיִם.  11 Moïse-dit au Seigneur: « Qui suis-je, pour aborder Pharaon et pour faire sortir les enfants d’Israël de l’Égypte? »
 
יג וַיֹּאמֶר מֹשֶׁה אֶל-הָאֱלֹהִים, הִנֵּה אָנֹכִי בָא אֶל-בְּנֵי יִשְׂרָאֵל, וְאָמַרְתִּי לָהֶם, אֱלֹהֵי אֲבוֹתֵיכֶם שְׁלָחַנִי אֲלֵיכֶם; וְאָמְרוּ-לִי מַה-שְּׁמוֹ, מָה אֹמַר אֲלֵהֶם.  13 Moïse dit à Dieu: « Or, je vais trouver les enfants d’Israël et je leur dirai: Le Dieu de vos pères m’envoie vers vous… S’ils me disent: Quel est son nom? que leur dirai-je? »
יד וַיֹּאמֶר אֱלֹהִים אֶל-מֹשֶׁה, אֶהְיֶה אֲשֶׁר אֶהְיֶה; וַיֹּאמֶר, כֹּה תֹאמַר לִבְנֵי יִשְׂרָאֵל, אֶהְיֶה, שְׁלָחַנִי אֲלֵיכֶם.  14 Dieu répondit à Moïse: « Je suis l’Être invariable! » Et il ajouta: « Ainsi parleras-tu aux enfants d’Israël: C’est l’Être invariable qui m’a délégué auprès de vous. »
טו וַיֹּאמֶר עוֹד אֱלֹהִים אֶל-מֹשֶׁה, כֹּה-תֹאמַר אֶל-בְּנֵי יִשְׂרָאֵל, יְהוָה אֱלֹהֵי אֲבֹתֵיכֶם אֱלֹהֵי אַבְרָהָם אֱלֹהֵי יִצְחָק וֵאלֹהֵי יַעֲקֹב, שְׁלָחַנִי אֲלֵיכֶם; זֶה-שְּׁמִי לְעֹלָם, וְזֶה זִכְרִי לְדֹר דֹּר.  15 Dieu dit encore à Moïse: « Parle ainsi aux enfants d’Israël: ‘L’Éternel, le Dieu de vos pères, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, m’envoie vers vous.’ Tel est mon nom à jamais, tel sera mon attribut dans tous les âges.
 
יח וְשָׁמְעוּ, לְקֹלֶךָ; וּבָאתָ אַתָּה וְזִקְנֵי יִשְׂרָאֵל אֶל-מֶלֶךְ מִצְרַיִם, וַאֲמַרְתֶּם אֵלָיו יְהוָה אֱלֹהֵי הָעִבְרִיִּים נִקְרָה עָלֵינוּ, וְעַתָּה נֵלְכָה-נָּא דֶּרֶךְ שְׁלֹשֶׁת יָמִים בַּמִּדְבָּר, וְנִזְבְּחָה לַיהוָה אֱלֹהֵינוּ.  18 Et ils écouteront ta voix; alors tu iras, avec les anciens d’Israël, trouver le roi d’Égypte et vous lui direz: ‘L’Éternel, le Dieu des Hébreux, s’est manifesté à nous. Et maintenant nous voudrions aller à trois journées de chemin, dans le désert, sacrifier à l’Éternel, notre Dieu’

 

 

On nous objectera qu’au début du Livre de la Genése, on est dans le vague: on a en fait comme deux représentations bien différentes de Dieu au sein du Pentateuque, observation qui reléve de la critique biblique.

 

 

א בְּרֵאשִׁית, בָּרָא אֱלֹהִים, אֵת הַשָּׁמַיִם, וְאֵת הָאָרֶץ.  1 Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre.
ב וְהָאָרֶץ, הָיְתָה תֹהוּ וָבֹהוּ, וְחֹשֶׁךְ, עַל-פְּנֵי תְהוֹם; וְרוּחַ אֱלֹהִים, מְרַחֶפֶת עַל-פְּנֵי הַמָּיִם.  2 Or la terre n’était que solitude et chaos; des ténèbres couvraient la face de l’abîme, et le souffle de Dieu planait à la surface des eaux.
ג וַיֹּאמֶר אֱלֹהִים, יְהִי אוֹר; וַיְהִי-אוֹר.  3 Dieu dit: « Que la lumière soit! » Et la lumière fut.

 Rappelons le début des Dix Commandements et il semble bien que les Chrétiens qui ne cessent d’invoquer « Dieu » ne respectent guère l’ impératif  de ne  pas le faire en vain.

2 Je suis l’Éternel, ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison de servitude.

3 Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face.

7 Tu ne prendras point le nom de l’Éternel, ton Dieu, en vain; car l’Éternel ne laissera point impuni celui qui prononcera son nom en vain.

 Or, selon nous,  l’expression    »autres dieux » renvoient au Père, par opposition au Fils. En fait, la  référence à un Dieu « universel » au commencement de toute choses n’est pas compatible avec une théologie juive authentique, à la « bonne »  théologie, au sens de »right » Certes,  il n’y a pas idolatrie à invoquer un Dieu à la Spinoza (excommunié) – qui fait équivaloir  Deus sive Natura mais cela n’en est pas moins fâcheux, et marqué au coin de l’ingratitude. alors que les Juifs (Yéhoudim), étymologiquement, sont ceux qui remercient leur dieu, le « bon »  Dieu, celui de leur alliance. En ce sens, il y aurait un quiproquo théologique  en ce sens que tout indique que les Chrétiens ont le culte du Père et non du Fils . Mais selon nous Jésus ne saurait être assimilé ni au Père ni au Fils, car il n’est pas en position de Créateur, ni au premier degré ni au second degré et ses « miracles » sont d’un statut inférieur,  de troisiéme ordre. Le probléme, c’est que l’expression « Fils de Dieu » correspond précisément à la « bonne » théologie juive mais que la formule a été abandonnée car revendiquée par les Chrétiens. Rappelons que la formule « Ichtus » censée résumer la théologie chrétienne traite du Fils de Dieu.

Autrement dit, nous entendons placer le débat sur la question « Right God/Wrong God » sur le modéle Right Man/Wrong Man. Force est de constater de nos jours une sorte de consensus monothéiste selon lequel Dieu engloberait le « Père », tant chez les Musulmans que chez les Juifs en une sorte de nivellement par le haut, de surenchère bien signifiée par le Allah Akbar, Allah est « le plus grand ». Nous sommes tout à fait disposés à laisser aux Chrétiens et aux Musulmans  leur « Dieu le Père » et à nous contenter d’un « Dieu le Fils », chargé de notre microcosme, notre Terre, notre Humanité, notre soleil et ses planétes..

 

 

 

 

JHB  29 05  22

Publié dans judaîsme, Juifs, RELIGION, théocratie, théologie | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Psychosociologie. Leadership L’archétype « Moïse » , la solitude du chef face au peuple.

Posté par nofim le 28 mai 2022

Jacques  Halbronn  Psychosociologie. Leadership  L’archétype « Moïse » , la solitude du chef face au peuple. 

 

 

La critique des textes – textologie- ne saurait se passer de schémes , de  grilles censés sous tendre une certaine anthropologie. Cela lui permet de corriger ou/et de compléter certaines lacunes ou de signaler certaines interpolations en établissant une norme de référence. Sans disposer de tels outils, le chercheur se trouvera bien démuni (on pense à la Fourmi de la Fable) et impuissant face à la corruption des textes, des corpus.   Nous nous intéresserons ici plus spécialement à dessiner le portrait type du chef, avec ses forces et ses faiblesses.   Il est clair que le leader, paradoxalement, peut sembler devoir souffrir d’une certaine fragilité, pour des raisons en quelque sorte numériques et quantitatives puisqu’il est condamné à être minoritaire face à la masse de ceux auxquels il aura affaire.. On pourrait en ce sens parler de mystère, de miracle du chef, Certes, la vie d’un leader n’est pas une partie de plaisir et la Roche Tarpéienne est proche du Capitole. Il est dépendant du processus de cycicité, d’alternance et il entre en rivalité avec d’autres prétendants au commandement, à l’exercice du pouvoir. 

C’est sous cet angle que nous entendons traiter de la question du Messie, dans la Bible (Ancien et Nouveau Testaments) et plus généralement du Juif autour de cette formule « Nul n’est prophéte en son pays » (Evangile). Une confusion fort répandue consiste à croire que le leader a vocation à guider « son » peuple alors qu’en réalité, le leader est envoyé, délégué, vers un peuple qui n’est pas le sien, comme dans le cas de Moïse, de Cyrus ou de  Jésus.. Le cas de Cyrus, le roi de Perse, est matriciel en ce qu’il génére moins de contre sens Il est présenté comme « messie » (oint) envoyé vers les Hébreux en vue de les ramener à leur terre d’origine dont ils ont été déportés ‘(c VIe siècle avant JC) Cyrus aura, selon nous, servi de modéle pour dessiner les profils de Moïse et de Jésus; Or, la plupart du temps, on nous asséne que Moïse était un Hébreu et que Jésus s’adressa à son peuple, les juifs. Certaines interpolations et ajouts  auront d’ailleurs créé, entretenu délibérément  le doute quant à leur appartenance et à leur mission. Comme nous l’exposions plus haut,  il est nécessaire de repérer de telles additions et distorsions en se servant d’une grille de lecture fiable et viable.  Dans Le monde juif et l’astrologie ( Ed Arché 1985), nous avons montré qu’il existait un scénario de naissance tant chez Moise que chez Jésus (le berceau, la créche.

D’ailleurs, Mahomet n’est-il point appelé ‘envoyé ( rassoul) d’Allah? 

 

Exode  III  Le verbe sholeah a donné « shaliah » en hébreu, l’envoyé.

 

י וְעַתָּה לְכָה, וְאֶשְׁלָחֲךָ אֶל-פַּרְעֹה; וְהוֹצֵא אֶת-עַמִּי בְנֵי-יִשְׂרָאֵל, מִמִּצְרָיִם.  10 Et maintenant va, je te délègue (Eshlakhkha) vers Pharaon; et fais que mon peuple, les enfants d’Israël, sortent de l’Égypte. »

 

 En fait, les deux premiers chapitres du Livre de l’Exode ont été ajoutés et l’ouvrage devrait débuter au chapitre III tout comme celui de la Genése, au chapitre V d’où  ses premiers mots (Toldoth) qui rendent compte du nom du titre  grec (Septante) Genése. On notera les redondances avec le Ier Chapitre de ce Livre. « Lorsque Dieu créa Adam, il le fit à sa propre ressemblance. »(à son image)

 

א זֶה סֵפֶר, תּוֹלְדֹת אָדָם:  בְּיוֹם, בְּרֹא אֱלֹהִים אָדָם, בִּדְמוּת אֱלֹהִים, עָשָׂה אֹתוֹ.  1 Ceci est l’histoire des générations (Toldoth) d’Adam Lorsque Dieu créa  Adam, il le fit à sa propre ressemblance.

 

 Venons en à présent au personnage du Juif dont il est couramment rappelé la condition d’étranger.  Mais n’est ce pas justement le lot du chef d’être étranger au groupe auquel il a affaire,  à ses risques et périls ? Or,  le discours sioniste en vigueur ne semble pas avoir intégré une telle problématique et se lamente sur le sort des Juifs, à la merci des pogroms. Il n’arrive pas à penser valablement  la condition minoritaire du chef en appliquant aux Juifs un modéle inadéquat et inapproprié, ce qui est toujours facheux. La notion même de peuple  convient-elle en la circonstance? On peut en douter.  On pense au cas des femmes, vouées, du fait de l’exogamie à se trouver également « étrangères » au sein de la famille de leur époux.  En ce qui concerne Jésus, il est clair qu’il a été envoyé vers un une autre population que la sienne, selon le modéle que nous exposons ici.  Ceux qui usent de l’argument de la judéité de Jésus pour laisser entendre qu’il ne pouvait que s’adresser aux siens font fausse route, en jouant sur une prétendue synonymie entre maison d’Israel et maison de Juda, ce qui est une falsification caractérisée.

 

 

 

 

JHB  28 05 22

Publié dans anthropocosmologiz, judaîsme, Juifs, RELIGION, SOCIETE, théologie | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn La mention d’Israel dans le Nouveau Testament

Posté par nofim le 26 mai 2022

Jacques Halbronn   La mention d’Israel dans le Nouveau Testament 

 

A  un lecteur s’interrogeant sur la référence spécifique à la « maison d’Israel », il est répondu par un pasteur (sur Internet):!

  »Pourquoi est-ce que Jésus dit « Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël » (Matthieu 15:24) ? Ce ne peut absolument pas être de la xénophobie, ni du nationalisme, bien sûr. Le projet est bien que toute personne de tout peuple, de toute génération soit au bénéfice de son action. »  On lui répond que Jésus était pressé par le temps mais que « comme de bien entendu », il était venu sans exclusive et sans préférence.  Nous nous portons en faux par rapport à une telle interprétation et d’abord, il nous faut préciser que la « maison d’Israel » ne désigne nullement les Juifs, comme la lecture des Livres des Prophétes (comme celui de Jérémie en son chapitre  XXXI) en témoigne sans ambiguité où l’on oppose maison d’Israel (Beyt Israel) et maison de Juda.(Beyt Yehouda)

 

כו הִנֵּה יָמִים בָּאִים, נְאֻם-יְהוָה; וְזָרַעְתִּי, אֶת-בֵּית יִשְׂרָאֵל וְאֶת-בֵּית יְהוּדָה, זֶרַע אָדָם, וְזֶרַע בְּהֵמָה.  26 Voici, des jours vont venir, dit le Seigneur, où je féconderai la maison d’Israël et la maison de Juda par une graine d’hommes et une graine d’animaux

 Passons à présent aux Actes des Apotres, second volet de la production de  Luc, le premier étant dénommé Evangile selon  Luc)

Actes 1:6 – Les apôtres sont donc réunis avec Jésus et ils lui demandent : « Seigneur, est-ce maintenant que tu vas rétablir le royaume d’Israël ? » Il importe de préciser que le royaume de Judée avait bel et bien été rétabli bien avant la venue de Jésus et le Temple de Jérusalem s’appelle Temple d’Hérode , « né à Ashkelon en 73 av. J.-C. et mort à Jéricho en av. J.-C.2 Il est roi de Judée, de 37 av. J.-C. à sa mort en av. J.-C.« (-Wikipedia) Il ne pouvait donc s’agit  du rétablissement du « royaume de Judée » mais bien de l’autre royaume, au Nord, celui dit d’Israel. Il faudrait donc lire la formule ‘ »INRI » en sa finale en I, comme désignant non pas les juifs mais les israélites, les deux populations portant un nom commençant par la même lettre, le Yod et l’on comprend mieux, dès lors, que Jésus ait insisté pour être venu  exclusivement, pour « la maison d’Israel », lui le Judéen, de la même façon que Moïse (cf Exode III) avait été envoyé -selon un texte antidaté) pour libérer les Israélites (  Bney Israel) car les Juifs ne sont pas mentionné dans le Livre de l’Exode, lequel prend modéle sur le personnage de Cyrus, le roi de Perse, lequel décréta le retour des Juifs vers leur patrie. (cf aussi Isaie ch XLV). On peut même rendre INRI  par Jésus de Nazareth, roi d’Israel, au sens du Royaume d’Israel, lequel n’est nullement assimilable à celui de Judée.

 

א כֹּה-אָמַר יְהוָה, לִמְשִׁיחוֹ לְכוֹרֶשׁ אֲשֶׁר-הֶחֱזַקְתִּי בִימִינוֹ לְרַד-לְפָנָיו גּוֹיִם, וּמָתְנֵי מְלָכִים, אֲפַתֵּחַ–לִפְתֹּחַ לְפָנָיו דְּלָתַיִם, וּשְׁעָרִים לֹא יִסָּגֵרוּ.  1 Ainsi parle l’Eternel à son Oint, à Cyrus je l’ai pris par la main pour mettre les nations à ses pieds et délier les ceintures des rois, pour ouvrir devant lui les battants et empêcher que les portes lui soient fermées :
ב אֲנִי לְפָנֶיךָ אֵלֵךְ, וַהֲדוּרִים אושר (אֲיַשֵּׁר); דַּלְתוֹת נְחוּשָׁה אֲשַׁבֵּר, וּבְרִיחֵי בַרְזֶל אֲגַדֵּעַ.  2  »Je marcherai devant toi, j’aplanirai les hauteurs, je briserai les portes d’airain et abattrai les verrous de fer.
ג וְנָתַתִּי לְךָ אוֹצְרוֹת חֹשֶׁךְ, וּמַטְמֻנֵי מִסְתָּרִים:  לְמַעַן תֵּדַע, כִּי-אֲנִי יְהוָה הַקּוֹרֵא בְשִׁמְךָ–אֱלֹהֵי יִשְׂרָאֵל.  3 Je te donnerai des trésors enfouis dans les ténèbres, des richesses cachées dans des lieux secrets, pour que tu saches que je suis l’Eternel, le Dieu d’Israël, qui t’appelle par ton nom.
ד לְמַעַן עַבְדִּי יַעֲקֹב, וְיִשְׂרָאֵל בְּחִירִי; וָאֶקְרָא לְךָ בִּשְׁמֶךָ, אֲכַנְּךָ וְלֹא יְדַעְתָּנִי.  4 C’est en faveur de mon serviteur Jacob, d’Israël mon élu, que je t’ai appelé par ton nom, que je t’ai décerné un titre, bien que tu ne me connusses pas.

 

 

 

 On voit que le Sauveur d’Israel est étranger à ce peuple et c’est donc un contre sens que de laisser entendra que Jésus s’adressait à son propre peuple. Nul n’est prophéte en son pays.. Dans Exode III; il est clair que Dieu ne dit pas « ton peuple » mais « mon peuple ».
 
Exode III Dieu à Moïse:

ט
 וְעַתָּה, הִנֵּה צַעֲקַת בְּנֵי-יִשְׂרָאֵל בָּאָה אֵלָי; וְגַם-רָאִיתִי, אֶת-הַלַּחַץ, אֲשֶׁר מִצְרַיִם, לֹחֲצִים אֹתָם. 
9 Oui, la plainte des enfants d’Israël est venue jusqu’à moi; oui, j’ai vu la tyrannie dont les Égyptiens les accablent.
י וְעַתָּה לְכָה, וְאֶשְׁלָחֲךָ אֶל-פַּרְעֹה; וְהוֹצֵא אֶת-עַמִּי בְנֵי-יִשְׂרָאֵל, מִמִּצְרָיִם.  10 Et maintenant va, je te délègue vers Pharaon; et fais que mon peuple, les enfants d’Israël, sortent de l’Égypte. »
 

 

 En conclusion, il est assez évident que Jésus entendait rétablir le Royaume, la « Maison » d’Israel et que son message, sa  Bonne Nouvelle, s’adressait à cette population opprimée et ostracisée par la maison de Judée.  C’est le premier verset du Livre de l’Exode qui induit en erreur en ce qu’il énumére les fils de Jacob,  ceux reliés à la maison de Juda comme ceux reliés à la maison d’Israel. En réalité, comme il ressort des causes du Schisme à la suite de la mort de Salomon, les « tribus » du Nord étaient un ensemble rapporté , intégré artificiellement, dans l’empire judéen tout comme ce sera le cas à l’époque moderne pour l’Algérie par rapport à la Métropole. Jésus nous apparait typiquement comme en analogie avec les  tenants de l’Algérie Française.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 26 05 22

Publié dans Bible, judaîsme, Juifs, RELIGION | Pas de Commentaire »

Les deux modes d’antisémitisme, en alternance (Astrologie EXOLS)

Posté par nofim le 25 mai 2022

Les deux modes d’antisémitisme, en alternance (Astrologie EXOLS) 

 

On a souvent relevé le caractère contradictoire des attaques contre le judaisme. Cela tient en fait à la dimension cyclique des société humaines,telle que nous l’avons décrite sous le titre d’anthropocosmologie au moyen des termes  Equinoxialité et Solsticialité.

Tantôt, en effet, le judaisme est appréhendé banalement sur un mode horizontal comme une idiosyncrasie comme une autre, tantôt il le sera sur un mode vertical comme une forme de suprématisme au nom d’une approche hiérarchique et dominatrice. On notera que la Shoah aura eu lieu en phase équinoxiale, c’est à dire en insistant sur la spécificité irréductible du fait  juif alors que la création de l’Etat d’Israel qui aura suivi immédiatement cette période, visait à accorder au « peuple  juif » les mêmes droits que pour les autres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 25 05 22

Publié dans ASTROLOGIE, judaîsme, Juifs, RELIGION | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Approche diachronique de la pseudo synonymie: Juifs- Israélites.

Posté par nofim le 23 mai 2022

Jacques  Halbronn    Approche diachronique de la pseudo synonymie:  Juifs- Israélites. 

 

 

 Généralement, on observe dans l’esprit de la plupart de ceux qui se risquent à traiter de la question juive le sentiment d’une synonymie interchangeable entre  les termes  Juifs, Judaisme; judéite  d’une part  et d’autre part, Israel, israélite, israélien. Cela correspond à un syndrome  synchroniste, chez ceux qui ont un probléme cognitif par rapport à la diachronie et l’on peut y voir les séquelles d’un certain structuralisme atemporel.  Il convient d’entrée de jeu, de réfléchir sur le processus même de synonymie.  Pourquoi met-on en équivalence des mots de racines différentes?  Nous y voyons l’effet d’une syncrétisme, lequel se manifeste du fait d’une méconnaissance d’un passé où ces mots désignaient justement des différences majeures, lesquelles se seront estompées au bout d’un certain temps.

En l’occurence,  l’émergence de ces deux termes est bel et bien l’expression d’un schisme au seins de l’empire « davidien » tout comme il a fallu dénommer différemment les deux Allemagnes, à la sortie de la Seconde Guerre Mondiale en RFA  et RDA, sachant que depuis la réunification, cette terminologie aura fait plus ou moins long feu. Royaume d’Israel au Nord, autour de la Galilée, de Nazareth, chez les sécessionnistes, Royaume (Maison) de Juda au sud, autour de Jérusalem. Ce Schisme aura produit, à la longue, des pratiques religieuses sensiblement différentes et un culte israélite jugé hérétique par le royaume méridional; Dans les Livres des Prophétes, l’on trouve diverses condamnations et interpellations à l’encontre des gens d’Israel et notamment un « Ecoute Israel », qui,de façon assez surprenante, apparait comme la substantifique moelle du message « mosaïque », texte récité solennellement, semaine après semaine, dans les synagogues. Bien pis, la fête de Pessah qui célébre la Sortie d’Egypte se référe au livre de l’Exode lequel met en scéne, page après pages, les enfants d’Israel vers lesquels Moise aurait été envoyé par « Dieu ». (Ch III)

 

 

 

 Exode  Ch I   premiers versets:

א וְאֵלֶּה, שְׁמוֹת בְּנֵי יִשְׂרָאֵל, הַבָּאִים, מִצְרָיְמָה:  אֵת יַעֲקֹב, אִישׁ וּבֵיתוֹ בָּאוּ.  1 Voici les noms des fils d’Israël, venus en Égypte; ils y accompagnèrent Jacob, chacun avec sa famille:
ב רְאוּבֵן שִׁמְעוֹן, לֵוִי וִיהוּדָה.  2 Ruben, Siméon, Lévi et Juda;
ג יִשָּׂשכָר זְבוּלֻן, וּבִנְיָמִן.  3 Issachar, Zabulon et Benjamin;
ד דָּן וְנַפְתָּלִי, גָּד וְאָשֵׁר.  4 Dan et Nephtali, Gad et Aser.
ה וַיְהִי, כָּל-נֶפֶשׁ יֹצְאֵי יֶרֶךְ-יַעֲקֹב–שִׁבְעִים נָפֶשׁ; וְיוֹסֵף, הָיָה בְמִצְרָיִם.  5 Toutes les personnes composant la lignée de Jacob étaient au nombre de soixante-dix. Pour Joseph, il était déjà en Égypte.
ו וַיָּמָת יוֹסֵף וְכָל-אֶחָיו, וְכֹל הַדּוֹר הַהוּא.  6 Joseph mourut, ainsi que tous ses frères, ainsi que toute cette génération.
ז וּבְנֵי יִשְׂרָאֵל, פָּרוּ וַיִּשְׁרְצוּ וַיִּרְבּוּ וַיַּעַצְמוּ–בִּמְאֹד מְאֹד; וַתִּמָּלֵא הָאָרֶץ, אֹתָם.  {פ} 7 Or, les enfants d’Israël avaient augmenté, pullulé, étaient devenus prodigieusement nombreux et ils remplissaient la contrée.
ח וַיָּקָם מֶלֶךְ-חָדָשׁ, עַל-מִצְרָיִם, אֲשֶׁר לֹא-יָדַע, אֶת-יוֹסֵף.  8 Un roi nouveau s’éleva sur l’Égypte, lequel n’avait point connu Joseph.
ט וַיֹּאמֶר, אֶל-עַמּוֹ:  הִנֵּה, עַם בְּנֵי יִשְׂרָאֵל–רַב וְעָצוּם, מִמֶּנּוּ.  9 Il dit à son peuple: « Voyez, la population des enfants d’Israël surpasse et domine la nôtre.

 

 On est en droit de se demander comment ,par quelle  opération, il se trouve que ces « enfants d’Israel »  ont pu « remplacer » les Judéens-Juifs et comment il se fait que cela n’interroge pas les descendants de la maison de Juda, ce qui montre que dans l’esprit des juifs, le terme Israel offrirait une évidente synonymie, ce qui vaut aussi du point de vue des Chrétiens. Quelles sont les conséquence d’une telle confusion encore de nos jours? Selon nous, cela empêche de percevoir la filiation entre le Royaume d’Israel et l’émergence du christianisme. La notion de faute, de péché à se faire pardonner prend alors tout son sens et l’on comprend le message de Jésus: « Je suis venu pour les brebis perdues de la maison d’Israël », ce qui implique qu’il ne s’adressait pas aux juifs dans sa « Bonne Nouvelle » (Evangile) mais souhaitait  unifier  les deux populations en allant précher surtout en Galilée et notamment autour du Lac de Tibériade.(Kinéreth) Au départ, il est clair que le christianisme ne s’adressait pas aux « paiens » mais relevait d’une problématique très ancienne impliquant les relations entre les deux Royaumes, celui d’Israel étant anéanti en  -722 par les Assyriens. Il est claire que ce qu’on appelle coutumièrement Ancien Testament est un recueil comprenant des textes d’obédience israélite, comme dans le cas de l’Edit du roi de Perse, Cyrus, lequel renvoya les judéens à Jérusalem, d’où la construction du « second Temple » ; Or, au chapitre 45 du Deutéro Isaie,  le texte met en scéne;…les Israélites. Ajoutons que le personnage de Moise nous semble bel et bien calqué sur celui, bien attesté, du dit Cyrus, ce qui montre bien que ce récit de la Sortie d’Egypte est une fiction littéraire… L’ouverture du Livre de l’Exode vise à montrer que les ressortissants des tribus des deux Royaumes auraient une même origine, en Jacob, surnommé Israél et rappelons que le nouvel Etat « hébreu » aura pris en 1948 le nom d’Israel:

 

JHB  23 05 22

Publié dans judaîsme, Juifs, RELIGION | Pas de Commentaire »

12345...38
 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs