jacques Halbronn Sociolinguistique. La dérive réductionniste du pluriel et du féminin Partie II

Posté par nofim le 12 janvier 2023

jacques  Halbronn   Sociolinguistique. La  dérive réductionniste du pluriel et du féminin 

 

Il est toujours intéressant de déterminer les causes d’erreur et de corruption au sein d’une langue, non seulement au niveau de l’écrit mais aussi de l’oral.  Cela tient fréquemment à un processus mimétique visant pour les formes les moins « nobles » à copier celles qui sont le dessus du panier.  Rappelons les thèses que nous avons récemment formulées dans le cadre du réductionnisme consistant à partir d’une base donnée à la réduire, au sens alchimique du terme. C’est ainsi que nous avons signalé le passage du pluriel au singulier et du féminin au masculin en français, langue pilote à notre sens.

Le phénoméne du mimétisme, on  l’aura deviné, se manifeste par l’adoption du réductionisme pour les formes pour lesquelles ce n’était pas prévu, ce qui aboutit ipso facto à une certaine confusion plus ou moins dommageable. Prenons le cas de la prononciation des verbes français au pluriel, soit la forme non vouée à un processus de réduction. Force est, en effet, de constater que les formes plurielles en « ons »,en « ont » se prononcent actuellement en français -et cela ne date pas d’hier- sur un mode « réducteur » avec le son ‘on » qui devrait réservé au singulier du français comme ‘mon », « ton », ‘son » dans le cas des possessifs. Il faudrait prononcer à l’anglaise et paradoxalement, l’anglais aurait conservé, de par ses emprunts – phénoméne assez courant en l’occurrence-  ce que le français aurait perdu quant à ses formes non « réduite ».  Un  autre exemple d’anomalie se trouve à propos des adjectifs. On prononce  « grande » comme on prononce « grand » en ce qui concerne la forme « an » comme tout à l’heure la forme « on », formes d’ailleurs que l’on retrouve en anglais du fait des emprunts . ex: « I don’t » ou « I can’t ». Or ces formes dotées d’un « n » sont en principe réservées au processus de reduction alors que dans bien des cas, elles auront fini par être adoptées pour les formes « non réduites ».   

Le français se caractérise par un usage très particulier des lettres « n » et « e », lesquelles sont susceptibles par leur présence de générer des  traitements spécifiques par leur présence ou par leur absence. Cette confusion plus ou  moins délibérée du pluriel avec le singulier et du féminin avec le masculin est un facteur de dysfonctionnement social.  Abordons à présent le probléme sous un autre angle avec le cas de l’italien.

Ce qui distingue notamment l’italien de l’espagnol (castillan), concerne les marqueurs dont on sait qu’il s’agit là d’une relation centrale  pour notre anthropologie linguistique. C’est ainsi que l’italien ne marque pas le nombre par la lettre « s » comme dans les autres langues du corpus des langues latines ou latinisées (comme l’anglais). Notons que si le français recourt à l’écrit à un tel marqueur, il ne le prononce pas pour autant à la différence de l’espagnol et de l’anglais que l’on peut intégrer dans ce corpus, par le biais de sa dépendance par rapport au français. Mais, comme il a été dit plus haut, cette non -prononciation du « s » en français pourrait s’expliquer par le mimétisme décrit plus haut. Cela fait plus « chic » comme dans le cas de cette non prononciation du « r » chez les Incroyables.

Notice Wikipedia:

« Non contents de paraître myopes, contrefaits et malingres, les Incroyables et les Merveilleuses se signalaient également par la singularité et l’affectation de leur manière de prononcer les mots.

La lettre « r », notamment, se prononçait normalement le plus souvent roulée, mais à cette prononciation jugée trop « provinciale », on commença à substituer une prononciation « à l’anglaise », plus douce, presque inaudible, qui donnait l’impression de faire disparaître le « r » aux oreilles habituées au roulement apical. Une légende veut que le « r » était tombé en disgrâce pour constituer la première lettre du mot « Révolution » qui avait « fait tant de mal ». Mais les affectations de prononciation sont un peu antérieures à la révolution et ne concernent pas uniquement le « r » : le « l » et le « g » ont aussi été affectés par cette mode d’accent cosmopolite, qui tendait à rendre moins « dures » toutes les consonnes, par affectation intellectuelle »

Cette façon qu’a la langue toscane de ne pas marquer le s au pluriel nous semble typique d’une mode réductionniste qui comme son nom l’indique implique un certain raccourcissement des mots, la suppression de syllabes etc.

On peut envisager que l’italien nous restitue le mode de prononciation du latin écrit dans son traitement du nombre, ce qui correspond à la pratique orale du français. Mais ce qui pose alors probléme, c’est la notion même de prononciation de l’écrit si l’on admet que l’écrit est la transcription de l’oralité. Que faut-il entendre par là? Peut-on supposer que le pluriel  et le féminin  s’articulent sur le mode de l’écrit alors que le singulier et le masculin  reléveraient de l’oral? Le français serait parvenu à maintenir un tel dualisme là où d’autres langues du dit groupe auraient basculé soit vers l’oralité comme l’italien, soit vers l’écrit comme l’espagnol, l’anglais. Dans le cas du latin, on ne peut juger que sur un traitement relativement récent mais l’on peut raisonnablement supposer que le latin correspond ici assez bien à ce qu’il est advenu du français. En tout état de cause,  la phonologie de l’italien et du français pour ce qui est des formes ‘réduites » (voir le concept de réduction dans nos travaux) du masculin et du singulier, devrait servir de référence pour la prononciation du latin dans ces deux cas de figure.

On aura  compris que le systéme aura été perturbé et qu’il faut prendre la mesure de ces troubles pour rétablir le fonctionnement tel qu’envisagé initialement par ses concepteurs car pour nous une langue reléve d’une sorte de plan d’architecte et il ne s’agit pas d’en contester l’existence sous prétexte des dérives et des altérations qu’il aura pu subir. Il est vrai que dans certains il n’est pas toujours aisé de déterminer quelle est la régle et quelle est l’exception et parfois les exceptions auront fini par être plus nombreuses que la régle. Voilà pourquoi une base anthropologique est éminemment souhaitable. Dans le cas du pluriel, le processus de l’élection d’un seul par une masse illustre tout  à fait de que nous entendons par « réduction » et dans le cas du féminin, il nous semble que là encore, c’est bien une tension entre le pluriel et le singulier qui est à l’oeuvre.

 

 

 

JHB  12 01 23

Publié dans FRance, LINGUISTIQUE, SOCIETE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Nécessité d’une division sociale comme celle du corps physique

Posté par nofim le 2 décembre 2022

jacques  halbronn   Nécessité d’une division sociale comme celle du corps physique au prisme de l’astrologie 

 

Nos observations sur le terrain astrologique nous conduisent à penser que la thèse et l’antithèse font partie d’un seul et même systéme, ce que nous trouvons dans l’alternance Equinoxe-Solstice, sur chaque semestre. L’aspect de carré (90°)  marque l’antithèse, c’est à dire l’adversaire au sens biblique du terme ‘(cf le Livre de Job) Autrement dit, le christianisme  jouerait le rôle de l’antithèse par rapport au judaisme tout comme le solstice par rapport à l’équinoxe. Il s’agirait ainsi d’un phénoméne structurel et non conjoncturel. 

La « thèse » veut que l’on distingue le haut et le bas, le dominant et le dominé et l’antithèse -voir les Saturnales- remet en question une telle vision verticale au bout de 7 ans (cf le Songe de Pharaon, au Livre de la Genése) Il y a là une leçon capitale d’astrologie que nous rendrons ainsi;  quand Saturne entre en phase équinoxiale, l’ordre matriciel est  rétabli et tout naturellement, ce qui doit se placer en  haut vient en haut et vice versa pour ce qui doit se placer en bas . Il y a là d’ailleurs comme une nécessité propre à toute entité à commencer par notre propre corps physique et notre agencement social.  Entendons par là que toute société bien conçue doit prévoir un haut et un bas, une instance supérieure, élitique (Académie, Sénat) et une instance subalterne (jeux du cirque, mass media) de façon à pouvoir s’adapter aux exigences de chaque phase. 

En phase équinoxiale, l’ordre, le cours  normal des choses est respecté alors qu’il ne l’est pas en phase solsticiale (Plan B)d’où du désordre.

Sur  Internet

 « Ils ont des yeux et ne voient pas, des oreilles et n’entendent pas. » Cette phrase est prononcée par le Christ dans l’Évangile de Matthieu et on la retrouve également dans le Coran. » 

On voit ainsi Barabbas préféré à Jésus. (cf  article Wikipedia) par le peuple.

  Astrologiquement, cela signifie qu’en phase équinoxiale, le haut et le bas sont à leur place et qu’en phase solsticiale, on sera dans le déni d’une telle dualité, ce qui correspond, selon nous, à la démarche chrétienne remettant en question notamment le caractère particulier réservé par « Dieu » aux Juifs, ce qui correspond à un temps solsticial.

Dans l’histoire de la décolonisation, l’on ne sera pas surpris de voire que les indépendances l’emportent en phase solsticiale comme en 1956-1962 pour ce qui touche à la France. Inversement, en 1830, lors de la conquéte de l’Algérie, on était en phase équinoxiale, c’est à dire que la domination française allait de soi. 

Comme on dit; l’erreur est humaine mais y persévérer est diabolique. Il y a des périodes où l’on a l’impression que la société est prise comme dans une spirale de déni de l’évidence du haut et du bas, tant et si bien qu’elle mettra en haut ce qui aurait du rester en bas et inversement.   C’est ainsi que l’on doit percevoir le passage d’une phase à une autre tant les tonalités des deux phases différent. Du jour au lendemain, tout peut basculer: on brulera ce qu’on adorait, on distinguer celui qui l’on avait négligé, marginalisé. La Roche Tarpéienne est proche du Capitole Mais comme on sait, tout n’a qu’un temps et l’ordre  tout comme le désordre ont des durées strictement circonscrites quant à leur calendrier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  02 12 22

Publié dans ECONOMIE, FEMMES, Juifs, machine, Médecine, psychosociologie, RELIGION, SOCIETE, sociologie, théologie | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn La vie astrologique française. Les enjeux de pouvoir Horizontalité/Solsticialité

Posté par nofim le 10 novembre 2022

jacques Halbronn  La vie astrologique française. Les enjeux de pouvoir Horizontalité/Solsticialité

 

 

Comme à notre  habitude, nous trouvons utile de prendre des exemples sur le terrain que nous connaissons le mieux et de l’intérieur, à savoir le milieu astrologique que nous  avons fréquenté au plus  haut niveau depuis 50 ans, ce qui nous permet d’appliquer notre modéle septennal, axé sur le cycle de Saturne, outre le fait que  certains de nos lecteurs sont en mesure de recouper nos analyses./ Nous aborderons successivement les phases équinoxiales et  les phases solsticiales, sachant que ces phases alternent et nous mettrons ainsi en évidence ce qui les distingue. On remarquera que ces études nous placent au centre d’une telle dynamique.

 

 

I  EQUINOXIALITE 

Nous. distinguerons 4 dates séparées d’une quinzaine d’année les unes des autres; 1977, 1993, 2007 et 2022 Ce qui caractérise ce type de phase est une certaine passation de pouvoir, du fait d’un besoin de changement.

 

1977-79 Entrée de Saturne en Vierge 

 Nous assumons pour la première fois un leadership, à l’approche de la trentaine.. En septembre 77, se tient le Colloque sur l’Ere du Verseau (avec l’alliance de la revue L’Autre Monde) qui aboutira en 78, à la publication d’Aquarius ou la Nouvelle Ere du Verseau (Ed Albatros) En 1978, nous organisons toute une série de Colloques réunissant  l’élite de la recherche astrologique, à Saint Maximin,(près d’Aix en Provence), à Paris sur l’Enseignement de l’Astrologien, à Lille  où nous fondons une structure regroupant des associations espagnole, allemande, belge et française.. En 1977-78, nous publions deux éditions d’ouvrages astrologiques (Morin de Villefranche et Abraham  Ibn Ezra, Ed Retz) En 1979, nous éditons le Traité de l’Heure dans le monde de Gabriel. En 1980, nous fondons à Bruxelles la Fédération Internationale des Astrologues de langue français. En cette même année, nous lançons à Nice la Fédération Internationale Méditérranéenne (FIMA)  d’Astrologie, englobant l’Italie, la Grèce, Israel et la France.    En 1981, nous organisons un congrès à Londres. En 1979, nous avions publié le « Bottin Astrologique ».

 

1993-95  Entrée de Saturne en poissons

Après une phase solsticiale dont il sera question plus loin, nous retrouvons un certain leadership  avec la parution de notre article Astrologie dans l’Enctclopaedia Universalis et la réédition de nos Clefs pour l’Astrologie chez Seghers. En 1994, nous sommes chargés de l’exposition à la BNF  Astrologie et prophéties. Merveilles sans images, à la Bibliothèque Nationale (Richelieu) et  publions un  nouveau Guide de la Vie Astrologique (ed O. Laurens, 1997) -il sera la base d’un Dess à Paris VIII en 1995  » Le milieu  astrologique, ses structures et ses membres) ainsi que notre brochure ‘L’Astrologie selon Saturne » qui comporte une prévision pour 1995 correspondant aux mouvements sociaux de la fin de l’année. En, nous faisons paraitre dans une Collection que nous dirigeons chez Trédaniel  deux éditions (Nicolas Bourdin  et Etteilla) En 1994, nous organisons un Colloque à Tel Aviv.

 

  2006-2008 Entrée de Saturne en vierge

 

Là encore, après avoir traversé une période équinoxiale de 7 ans, nous reprenons la main avec le lancement de Téléprovidence, la télévision astrologique en reprenant les tentatives de Roger Héquet.. Nous organisons un grand nombre de rencontres locales,  toutes  filmées, notamment à Lyon, à  Bordeaux,(dont nous filmons les congrès de l’Atelier d’Astrologie d’Aquitaine) à Toulouse, à Lausanne,  et en 2009 à Montréal et en Israël. En 2007, nous avions soutenu un post doctorat à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes autour de Nostradamus. En 2006, à l’approche du passage de Saturne en vierge, nous avions publié Le Livre Blanc de l’Astrologie, continuant la série de nos Guides. 

 

2022-23 Entrée de Saturne en poissons.

Cette période qui ne fait que débuter semble devoir être marquée par l’impact sur  les réseaux sociaux de nos recherches en astrologie mondiale, qui prolongent l’Astrologie selon Saturne (1994° Pour la quatrième fois,  un certain leadership  est en train de se mettre en place. Téléprovidence fondée  15 ans plus tôt est devenue une institution dont le champ ne se limite d’ailleurs pas à l’Astrologie. Sur You Tube, c’est la « télé de la subconscience ».

 

 

 

II  SOLSTICIALITE

Passons à présent au versant « solsticial » dont la tonalité est orientée tout autrement. En effet, la solsticialité  tend à fonctionner selon un principe d’horizontalité, ce qu conduit à un processus de séparation, de divorce.

 

 

1971-75 Saturne en Gémeaux /   

 

Le Centre International d’Astrologie (CIA) passe par une période marquée par des ruptures, des dissidences. En 1973,  nous accédions au poste de Vice-Président, à 25 ans mais nous étions sur un siége éjectable  gardant  la rédaction en chef de la revue Trigone,  nous allions devoir abandonner cette position pour finir un an plus tard  par fonder le Mouvement Astrologie Universitaire, en 1975, parcticipant au processus d’éclatement du CIA, association fondée en 1946 , E, septembre 74, se tiendra un congrès international à l’Hotel Méridien (Paris Porte Maillot) dont nous avions pris l’initiative et dont nous étions un des organisateurs au titre de « Journées Internationale Astrologiques de Paris). En 1976,  nous allions être  au coeur d’une polémique autour du nouveau nom du CIA. (cf  Yves Lenoble, Le grand voyage en soi et dans l’avenir, L’astrologie, 2020)

 

1986 Saturne en Sagittaire.   

Cette fois, c’était le GERAS (Groupe d’Etude et de recherche en astrologie scientifique, fondé en 1974) qui était en crise et cela conduisit à notre élection en tant que vice-président de cette association puis, à la suit de la démission de Patrice Louaisel; peu après, à en prendre la direction. Mais comme en 1973, à la suite de certaines manoeuvres, nous dumes quitter cette position, en raison de la dissolution du GERAS, qui allait se faire au bénéfice d’une toute nouvelle association, le CEDRA, le Centre d’Etudes et de Recherche en Astrologie, fondée par Maurice Charvet, ancien président du GERAS..

 

 

1999-2000  Saturne en Gémeaux 

 

 C’est alors que nos relations avec Guy Trédaniel  se compliquèrent du fait de conflits d’un procés intenté par la famille Gauquelin, à la suite de la mort de Michel Gauquelin en 1991  et du procés qui s’en suivit, du fait de la parution de ses « Personnalités Planétaires » où nous étions en position de solidarité sur le plan juridique. Par ailleurs, un autre procés avait lieu avec le GERAS et le CEDRA des suites de la dissolution de 1986.

 

 

2014  Saturne en Sagittaire   Nous avions eu un accord avec Didier Geslain pour filmer ses activités (Dimanche Liberté) mais à un certain stade, cela ne put continuer en raison d’un différent   par trop marqué autour de l’Astrologie  avec son groupe.  Fin 2013, Téléprovidence allait connaitre une crise en raison d’un changement d’hébergeur et cela conduisit au départ de la personne en charge de la mise en ligne depuis 2007 qui était rémunérée par nos soins.Cela aboutit à notre reprise en main de l’aspect technique jusqu’à ce jour.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 10 11 22

Publié dans ASTROLOGIE, POLITIQUE, SOCIETE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn La division sociale comme condition de toute cyclicité.

Posté par nofim le 4 novembre 2022

jacques  halbronn   La division sociale comme condition de toute cyclicité. 

 

Depuis longtemps, nous  avons accordé de l’importance au personnage de l’étranger( https://www.hommes-et-faits.com/minorites/Jh_Mort.htmlmais) sans toutefois  prendre toute la mesure de son role en matière de cyclologie. En d’autres termes, il importe qu’une société se structure et mette en oeuvre une certaine forme de dialectique sociale/sociétale, sur la base de tel ou tel critère. Une fois cette dualité instaurée, deux scénarios s’offrent en alternance: le vertical  et l’horizontal. L’un répartira les groupes ainsi déterminés – car l’enjeu n’est pas d’ordre individuel- constituant ainsi des « milieux », des « classes » tandis que l’autre préférera instrumentaliser l’espace, constituant ainsi des entités autonomes. Dans le premier cas, l’on doit s’attendre à des conflits sociaux (verticalité) et dans l’autre à des tensions internationales.(hoeizontalité), les deux formules en alternance.

C’est ainsi que l’on aura l’occasion d’observer des revirements, des oscillations, politiques comme dans le cas de la politique algérienne de la France au cours des années 50-60 avec tantôt une volonté de maintenir une certaine unité par delà les tensions et tantôt la conviction selon laquelle une séparation spatiale serait préférable. (référendum de 1961) Dans le cas de l’Allemagne, nous percevons également un tel basculement entre une division sociale verticale – avec des statuts sociaux disiincts  et une volonté d’évacuation. On retrouverait ce même phénoméne en URSS, avec  soit le rejet hors des frontières ou au contraire le maintien par la contrainte à l’intérieur de celles-ci. En 1961, la construction du Mur de Berlin  est symétrique à sa destruction 28 ans plus tard (soit un cycle sidéral de Saturne) Ce Mur symbolise une problématique spatiale, donc horizontale. Dans les deux cas, on est en phase solsticiale de séparation, d’où un refus de rester ensemble au sein d’une seule et même société.

A contrario, en phase équinoxiale, la diversité sociale conduira à de fortes inégalités à assumer  tout en maintenant une forme d’unité. Mais à un certain stade, cette situation ne sera plus supportable et il faudra passer en phase solsticiale de mise à distance du groupe perçu comme un corps étranger.

La question qui se pose en filigranes est  celle des critères de différenciation qui pourront servir à une telle mise en oeuvre. Critères de religion, de race, de langue notamment, c’est à dire de données « objectives »  sur le plan sensoriel de l’apparence, d’éléments reconnaissables  visuellement,  à l’oreille,  d’une façon ou d’une autre que nous qualifierons d’esthétiques. D’aucuns argueront que ces critères ne sont pas « scientifiques », au regard de la génétique  mais force est de constater que les sociétés parviennent toujours à se structurer de la sorte avec des populations bien distinctes à l’observation immédiate, notamment dans le domaine socioprofessionnel.  On notera que ce recours à des critères « chromatiques » est courant dans le domaine de la signalétique, notamment la portée du rouge et du vert sur les appareils téléphoniques, dans le choix des matériaux pour la construction des immeubles etc/ Tout se passe comme si nous étions programmés pour donner prise à quelque forme de sélection. Bien plus, sans une telle dualité formelle, il n’y aurait pas de cyclicité et donc risque de sclérose, de stagnation. 

Selon nous, le Surmoi  est affecté par la cyclicité – au regard de nos travaux sur les « topiques sensorielles ».  Quand le Surmoi se relâche modérément, cela enclenche des réactions de rejet de la part de ceux qui ne dépendent pas du même champ surmoique, ce qui se traduira par une certaine prise de distance et le creusement d’un fossé entre les groupes concernés et quand le relâchement est plus net, la réaction impliquer un éloignement  et un  rejet plus marqué. Cela reléve des neurosciences qui devraient étudier l’impact de certains signes célestes sur les comportements, notamment au prisme de notre Astrologie Sensorielle.  Pour illustrer la notion de clivage sensoriel, on retiendra le phénoméne du rire (cher à Bergson) qui, selon nous, est une double transgression qui à la fois caractérise, isole et quelque part protége l’intégrité du groupe qui le pratique : rire est en effet tant une transgression sonore que visuelle, en ce qu’il génére un visage grimaçant et bruyant, ce qui peut avoir une double fonction de dissuasion et de protection

 

 

 

 

 

 

 

JHB   06 11 22

Publié dans ASTROLOGIE, SOCIETE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn L’astrologie et la problématique de l’unité et de la centralité

Posté par nofim le 30 octobre 2022

jacques  halbronn   L’astrologie et la problématique de l’unité et de la centralité

ll nous apparait que toute société  est liée à   la question de sa cohérence, à une quête de convergence.  On l’observe actuellement autour des enjeux de majorité et selon nous, l’astrologie a un rôle absolument crucial à jouer à ce sujet, c’est peut être même le seul qui lui incombe et ce faisant, l’on comprend que l’on n’a pas besoin de 36  facteurs pour  aborder cette affaire, ce qui est notre réponse à ceux et à celles qui continuent à croire que l’astrologie devrait impérativement  exploiter à fond le vivier planétaire. C’est justement parce que l’astrologie ne sait pas ce qu’elle est et à quoi elle sert, qu’elle est à la merci  de toutes les projections, de toutes les influences et ce qui la fragilise et la rend vulnérable. 

Par définition, s’il n’y avait pas alternance, il n’y aurait pas matière à prévoir. L’alternance est donc l’atout stratégique à brandir pour l’astrologie lorsque l’on croit trop vite à l’improbable. Là encore, on est dans la simplicité et non dans le baroque dans lequel tant d’astrologues se complaisent et qui ne vaut d’ailleurs que pour une approche narcissique  – miroir, dis moi qui je  suis! -qui est aux antipodes de la mission de l’astrologie. 

Reprenons l’exposé des fondamentaux que nous avons récemment réussi à cerner  d’une façon vraiment concluante, au prix d’un itinéraire d’un demi siècle de recherche tant théorique que pratique! Comme il a été dit plus haut, toute société est en quête d’une certaine unité, condition nécessaire à son existence, à sa survie mais il existe deux voies pour y parvenir et l’astrologie assure un équilibre entre elles, en organisant leur alternance. En tant que responsable majeur de la vie astrologique depuis des décennies, nous avons été aux premières loges pour saisir les fluctuations qui impactent  l’évolution sociale des communautés.

En phase équinoxiale,  la cohésion sociale  se met en oeuvre et en place par le bas, par la base, ce qui implique tout le monde. Comment des groupes aussi différents peuvent ils réussir à  converger? C’est pourtant ce que la phase équinoxiale est censée assurer, en  faisant prendre conscience de ce qui rassemble. Nous vivons actuellement une telle attente, avec Saturne se rapprochant de jour en jour davantage de l’axe Verseau-Poissons qui  ouvre tous les 14-15 ans une nouvelle phase équinoxiale, le temps pour Saturne de parcourir un tel diamétre. 

Les observateurs politiques observent avec une certaine incrédulité jusqu’à quel point des partis marqués par des « valeurs » différentes, jugées incompatibles,  risquent à terme de s’entendre néanmoins. La première ministre parle d’une alliance contre nature entre la NUPES et le RN, de valeurs ne pouvant se concilier. Mais la phase équinoxiale a la vertu de permettre le dépassement de certains clivages qui ont lourdement pesé sur la vie politique française depuis trop longtemps et qui semblaient constituer des données définitivement  intangibles.

MAis il existe un cas de figure inverse, en phase solsticiale. Ce n’est plus les convergences de cultures politiques cristallisées cette fois mais des accords au sommet. Dans un cas, l’on passe par dessus la tête des  dirigeants, en phase équinoxiale et dans l’autre par dessus  les consensus  des masses en présence, en phase solsticiale.

Durant la crise du COVID, en phase solsticiale, on a pu observer que tout venait d’en haut au point que les populations se déresponsabiliser en ne pensant plus en termes de santé mais en termes de police.- la peur du gendarme. Or, l’on assiste depuis peu  à un glissement et l’on met les populations devant leurs responsabilités, quitte à ce que le pouvoir central – ce Léviathan-  s’en lave les mains, c’est le cas de le dire, comme s’il entendait se décharger d’un certain poids sur ses épaules. Et inversement, sept ans plus tot ou plus tard, le climat change, l’esprit du temps (Zeitgeist) n’est plus le même. .C’est alors le peuple qui laisse aux élites, à l’autorité, à la Loi, le soin de décider ce qui doit s’imposer.

 

 

 

 

 

 

JHB  30 10 22

Publié dans ASTROLOGIE, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn De la dimension économique de l’astrologie sensorielle dans l’espace temps social

Posté par nofim le 5 octobre 2022

Jacques  Halbronn   De la dimension économique  de  l’astrologie sensorielle, dans l’espace temps social.

 

 

  En un temps où il est fortement question d’économiser l’énergie, il nous semble que l’astrologie sensorielle peut se révéler fort précieuse en ce qu’elle nous semble pouvoir éviter certaines formes de gâchis, et ce à plus d’un titre, en ce qu’elle permet un meilleur « focus » dans le temps comme dans l’espace social.    

 

 

 

ECONOMIE  DE TEMPS     L’astrologie sensorielle permet de pointer des moments de basculement, de s’y préparer sans être pris au dépourvu  et d’éviter une dispersion de l’attention, du fait de la méconnaissance des structures cycliques.  Il est bon de savoir à quoi s’attendre en temps et en heure et de ne pas rester indéfiniment sur le qui-vive, ce qui génére un gaspillage d’énergie nerveuse. On diagnostiquera un manque de focus.

 

 

ECONOMIE D’ESPACE   En ce qui concerne les investissements en ressources humaines, il nous semble aberrant de ne pas avoir connaissance des terrains les plus fertiles en  agissant à fonds perdus. Là encore, risque d’un énorme gachis où l’on traite tout le monde « en vrac ».. Il est clair qu’au regard du plan auditif,  les populations marquées par le ça  n’ont pas le même profil que celles articulées sur le Surmoi, le côntrôle de ce qui est dit,  qualitativement comme quantitativement. On ne mettra pas dans le même sac  les populations consommatrices et les populations créatrices.   

 

Nous avons eu l’occasion, dans nos Café philo Macdo, (voir la série  sur notre chaine YouTube  de la subconscience) ces dernières années  à quel point la proposition d’échanges intellectuels exigeant une certaine rigueur dans la prise de parole et dans l’écoute attentive d’autrui ne mobilisait pas les femmes lesquelles préféraient une parole « libre » et sans censure aucune, ce qui caractérisai la différence du Surmoi et du ça.(cf nos « topiques  sensorielles) On aura compris qu’il pouvait se révéler assez vain de ne pas tenir compte de tels déterminisme dans le champ éducatif. A contrario, dans le domaine du « care », de la « santé », les femmes montreraient une prédisposition au contrôle des pulsions alimentaires (boisson, tabac) en raison de leur structure sensorielles inverse de celle des hommes. Il y a là une complémentarité qui ne saurait être assimilée à une égalité si ce n’est que ces différents registres sensoriels ont tous leur importance dans une conscience de l’altérité dans le temps et dans l’espace

 

 

 

JHB 04 10 22

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE, ECONOMIE, sensorialité, SOCIETE | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Le passage de la solsticialité à l’équinoxialité, de Hitler à Poutine

Posté par nofim le 28 septembre 2022

jacques Halbronn  Le passage de la solsticialité à l’équinoxialité, de Hitler à Poutine. 

 

Si l’on en croit certains reportages sur l’opinion publique russe actuelle, il semble que le discours poutinien ait largement infusé et que Poutine ne soit plus nécessaire à une telle dynamique, relayée désormais par la population en général;.

Vu  récemment sur Internet:

« Vladimir Poutine toujours très populaire en Russie, selon un sondage

Selon un sondage mené par le Centre Panrusse d’étude de l’opinion publique, 81% des Russes font «confiance» au travail de Vladimir Poutine, rapporte TASS, une agence de presse russe.

1600 répondants âgés de 18 ans et plus ont été questionnés au sujet du travail du président entre le 22 et 28 août 2022.

Les participants ont également été appelés à commenter le travail du président russe. 78% de ceux-ci approuvent son travail, une baisse de -0,3% par rapport à la semaine précédente.

 

jacques Halbronn  Le passage de la solsticialité à l'équinoxialité, de Hitler à Poutine dans ASTROLOGIE a9b59a4b-fae2-41e7-81e0-fc487349b9c0_BANDO_Desktop_ukraine

 

Les sondages effectués par le Centre Panrusse d’étude de l’opinion publique sont souvent critiqués par les opposants du régime russe, puisque ce centre de recherche est financé par le Kremlin.

En février 2022, soit juste avant le début de l’«opération spéciale militaire», 71% des Russes appuyaient le travail de Poutine. 

Selon des experts, la propagande russe qui s’est intensifiée depuis quelques mois serait responsable de la montée des appuis envers le travail du maître du Kremlin. »

 Nous comprenons, au prisme de notre astrologie, que le soutien de la population qui pourrait s’accentuer, avec l’avénement d’un climat équinoxiale au printemps prochain, pourrait déborder Poutine et le remplacer éventuellement par quelqu’un d’encore plus radical, quelque tribun populiste, les femmes pouvant jouer un role déterminant dans ce sens/

  Si l’on considére le cas de De Gaulle,. En 1965, c’est le passage de Saturne sur le même axe Vierge-Poissons qui se présente sous peu. Rappelons qu’en 1968, au lendemain de mai 68, De Gaulle remporte largement les législatives et choisit un nouveau Premier Ministre, Couve de Murville. Le gaulisme n’est pas mort et d’ailleurs, c’est Pompidou qui deviendra le prochaine Président  jusqu’à sa mort en 1974. 

 

Prenons à présent le cas d’Adolf Hitler. C’est en 1935 que Saturne passe sur le même axe  Vierge-Poissons, qui débouche sur une période équinoxiale alors qu’il a été élu en phase solsticiale/

Vu sur Internet :

éLa promulgation de la loi du 16 mars 1935 sur l’organisation de l’armée allemande entraîne un enthousiasme populaire immense. C’est devant une foule fervente que le ministre de la propagande, le Dr Goebbels, lit le texte du Führer. À la fin de la lecture, il ajoute: «Ainsi sont honorés les morts de la Grande Guerre, et aux vivants est donnée l’assurance que notre avenir national est assuré» (Le Figaro du 17 mars 1935). La décision du Führer est célébrée par de grandes festivités. »

 

JHB  28 09 22

 

 

 

Publié dans ASTROLOGIE, SOCIETE | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Astrologie solsticiale versus astrologie équinoxiale

Posté par nofim le 28 septembre 2022

jacques  Halbronn  Astrologie solsticiale versus astrologie équinoxiale   

 

Il nous faut distinguer deux attitudes astrologiques, l’une qui passe par le savoir faire du praticien, l’autre qui repose sur le bon sens des gens en général. On retrouve ces deux formes  avec l’astrologie du thème natal  d’une part et celle du signe solaire de l’autre.

Dans le premier cas,  le thème apparait comme un labyrinthe dont seul le praticien aurait la clef, fournirait le  « fil d’Ariane »; seul apte à débrouiller un tel écheveau. Pour maintenir un tel statut, il est clair que toute simplification d’accés à l’astrologie correspondrait à une menace pour la profession; Une structure comme la FDAF (Fédération des Astrologues francophones)  répondrait à cette défense de la corporation, en s’assurant notamment que chaque praticien adhérent  userait de données de naissance correctes ainsi que des références astronomiques appropriées et saurait en mesure d’en tirer quelque enseignement. Ce serait là un garde fou contre les « charlatans » Le hic, c’est que cette astrologie penche sérieusement vers une forme de divination, aussi spécifique soit son support..

Dans le second cas, l’on observe que le public connait assez bien le calendrier mensuel  des signes zodiacaux et se fait une idée assez précise de la « psychologie » de chaque signe. Ici,  la définition de l’astrologue n’est pas la même. L’astrologue est celui qui fixe les codes, les régles du jeu  à l’intention du public mais il n’a pas à étudier une personne en particulier. Paradoxalement,  cet astrologue travaillant pour le public  est un ingénieur alors que l’autre type ne serait qu’un technicien appliquant avec plus ou moins de bonheur, au coup par coup, les consignes délivrées par le « maitre astrologue » capable de repenser, de redesigner, de reformuler l’astrologie. Mais le modéle ainsi élaboré à destination d’un large public se doit d’être d’une ergonomie très supérieure à celle présentée par le thème natal, quitte à mettre au chomage, à terme, la catégorie des astrologues de cabinet.

Cela dit, il  n’est donc pas question de valider l’astrologie des 12 signes, sur la base de la date de naissance, comme on le voit notamment dans les médias. Il est temps que cette astrologie destinée à la Cité dans son ensemble évolue vers une transparence accrue. C’est ce que préconise notre Astrologie EXOLS tant en travaillant sur le clivage hommes-femmes (cf les topiques sensorielles) dont l’autre astrologie ne veut pas entendre parler  qu’en familiarisant le public avec des techniques prévisionnelles que chacun peut comprendre et partager autour  de  soi. (alternance de phases de 7 ans, équinoxiale et solsticiale tour à tour), ce qui limite d’autant le recours aux éphémérides astronomiques.

On s’interrogera ici sur la possibilité que si la phase solsticiale favorise l’emergence de « sauveurs » qui viendraient au secours de « non initiés » -ce qui irait dans le sens des consultations personnelles et des formations encadrées- en revanche, la phase équinoxiale  tendrait à  renforcer la domination d’une astrologie « citoyenne »,  à la portée de tous..

Or, l’on passe actuellement en phase équinoxiale, du fait du passage de Saturne sur l’axe  « mutable » Vierge/ Poissons,  qui est le premier stade de la dite phase. Ce passage se produira au printemps 2023. L’on doit donc s’attendre à une forte demande de simplification de l’astrologie, comme cela s’est produit dans toutes sortes de domaine, de la voiture à la téléphonie, de l’informatique à la restauration et comme on l’a dit plus haut, cela exige un personnel d’encadrement au plus haut niveau technologique, celui d’ingénieurs et non de simples techniciens. En ce qui concerne les établissements de formation, il ne s’agit plus de transmettre une routine d’éxécution  mais de recruter de véritables « designers », à haut potentiel  intellectuel, à un tout autre niveau. Il faudra donc attendre 7 ans pour que la demande d’astrologues de cabinet  trouve un nouvel élan du fait d’une surenchère divinatoire, exigeant des professionnels particulièrement doués pour tirer le meilleur d’un thème natal, ce qui correspond à une phase solsticiale, avec le passage de Saturne sur l’axe  Gémeaux-Sagittaire.!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 28 09 22

Publié dans ASTROLOGIE, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn L’astrologie et les conflits sociaux comme moteur./vecteur cyclologique.

Posté par nofim le 23 septembre 2022

Jacques  Halbronn  L’astrologie  et les conflits sociaux comme moteur./vecteur  cyclologique.

 

    Nous voudrions dans le présent texte faire le point et la synthèse de nos travaux et recherches  en Astrologie EXOLS en partant des Saturnales.

 Notice  Wikipedia

  » Les Saturnales (en latin Saturnalia) sont, durant l’antiquité romaine, des fêtes se déroulant la semaine du solstice d’hiver (soit du 17 au 23 décembre) qui célèbrent le dieu Saturne et sont accompagnées de grandes réjouissances populaires. Durant cette période, les barrières sociales disparaissent, on organise des repas, échange des cadeaux, offre des figurines aux enfants et on décore les maisons, avec des plantes vertes, du houx, du gui et du lierre notamment. » Le lien avec la fête de Noël est assez évident.

  On peut dire que les Saturnales font pendant aux fêtes équinoxiales (axe  printemps/automne Paques (Pessah)/ Nouvel An  juif (Rosh haShana) actuellement à l’oeuvre. Une certaine confusion semble régner à ce sujet/

En effet, selon nous, la phase équinoxiale  serait marquée par un certain mimétisme caractéristique des Saturnales. II conviendrait donc, en ce sens, de célébrer les Saturnales sur l’axe équinoxial et non sur l’axe solsticial car la solsticialité, selon nos observations, entendrait mettre fin  à une telle mixité, voire à un tel « remplacement », thème marquant pour la période solsticiale que nous traversons actuellement (cf Zemmour et son « grand remplacement », typiquement anti-saturnales).

Selon nos recherches exposées sur ce blog notamment, les phases équinoxiales conféreraient une énergie mimétique aux femmes et sur un autre plan à la Gauche, en tant que vecteur de changement, de renversement social (cf notre brochure, il y a 28 ans, « L’Astrologie selon Saturne ». 1994 et 1995) A contrario, les phases solsticiales  rétabliraient un certain ordre social mis à mal par les phases équinoxiales, ce qui correspondrait à la Droite.   

On a vu que l’équinoxialité  suscitait des « pogroms » de plus ou moins grande ampleur, de l’Affaire Dreyfus à la Guerre des Six Jours,,  réagissant à la menace arabe  orchestrée par Nasser en 1967. en passant par la période nazie Inversement, en 1947 la création, avec l’aval de l’ONU d’un Etat « juif » sur une partie de la » Palestine » – en phase solsticiale, correspondrait à l’établissement d’un asile, d’un refuge pour les Juifs, à la sortie de la Shoah, organisée en pleine période équinoxiale. La Déclaration Balfour de 1917 promettant aux Juifs la constitution d’un « Foyer » (Jewish Home) s’inscrit trente ans plus tôt dans une autre phase de type équinoxial. En fait, c’est une telle alternance qui fonde l’astrologie. Comme nous avons pu le montrer dans « Un corpus sentimental  au prisme de la cyclologie saisonnière et des topiques sensorielles »  ‘à  paraitre sur la plateforme SCRIBD, les femmes ont tendance, en phase équinoxiale, à se fixer sur des hommes, dans le but de partager leur vie, d’y jouer un certain rôle, cette tendance fléchissant singulièrement dès l’avénement d’une phase solsticiale pour reprendre à la phase équinoxiale suivante. 

Il nous apparait qu’en phase solsticiale, les hommes et les femmes seraient moins motivés pour vivre ensemble; d’où une certaine homogénéité des groupes. Nous avons pu ainsi l’observer dans la série de café philos « macdo » que nous avons organisés et animés depuis quelques années, en phase solsticiale; où les femmes brillent par leur absence, les hommes se retrouvant entre eux et probablement réciproquement, du fait d’une certaine incommunicabilité viscérale. Mais dès que se présente une nouvelle phase équinoxiale, tout change « pour le pire comme pour le meilleur » et une grande quantité d’énergie nerveuse est dépensée du fait d’une telle promiscuité.

On aura compris que la phase équinoxiale  met en question, bouleverse  l’ordre solsticial et n’est ce pas justement le cas de ces saisons intermédiaires que sont le printemps et l’automne, en analogie avec l’aube et le crépuscule « entre chien et loup ».Infra horam vespertinam, inter canem et lupum?   La phase solsticiale a vocation à remettre les pendules à l’heure et chacun à sa place, tant dans la vie privée que publique. En ce sens, l’on comprend que la phase équinoxiale puisse être qualifiée de révolutionnaire au niveau rhétorique, le terme révolution  faisant d’abord sens au niveau astronomique. Même avec Pétain, en pleine phase équinoxiale, on parla de « révolution nationale », en 1940, ce qui correspond à l’esprit des Saturnales et l’on voit que Saturne indique ici une valeur « uranienne » qui aura été affectée à la nouvelle planéte baptisée Uranus, découverte en 1781, dans le cadre  d’une redistribution des affectations et attributions, tout comme le signe du verseau, initialement associé dans la Tétrabible, à Saturne au même titre que le Capricorne.. Il conviendrait de prendre conscience de la période actuelle au prisme de la solsticialité saturnienne, depuis le début de 2018 (jusqu’en 2025), l’équinoxialité apparaissant comme une démesure condamnable, sévérement jugée. Les camps de concentration   sont à l’image de cette équinoxialité aveugle qui ne tient plus compte de l’ordre social..

 

La phase solsticiale entérine  les divisions de sexe  et de race et consolide une certaine inégalité sociale. Mais le Livre de la Genése  va dans un sens équinoxial avec la présentation de la femme comme « aide » pour l’homme. En 1933, quand Hitler devient chancelier d’Allemagne,on est en phase solsticiale et il s’agira de séparer le bon grain de l’ivraie en raison du mélange équinoxial  weimarien/ En ce qui concerne la vie  astrologique francophone, en 1975, on est en phase solsticiale et nous fondons le  Mouvement Astrologique Universitaire (MAU) qui instaure avec ses Colloques  une enceinte élitique à l’échelle européenne, bien séparée de l’enseignement de l’astrologie assuré par notre Faculté Libre d’Astrologie de Paris (FLAP). En 2004, le grand congrès que nous organiserons en phase solsticiale sera une protestation contre le mélange des genres instauré par Yves Lenoble  et  Catherine Gestas  lors de  la phase équinoxiale précédente où cohabitent les éléves, les clients de astrologues sur une base pécuniaire.

 

 

 

 

 

 Annexes:

 

Jacques  Halbronn

 

UN CORPUS  SENTIMENTAL  AU PRISME DE  LA CYCLOLOGIE SAISONNIERE ET DES TOPIQUES SENSORIELLES.

 

 

 

Editions de la Grande Conjonction, 2022 

 

 

 600 pages environ

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avant- propos

 

 

 

 

Notre corpus est constitué d’archives personnelles s’étalant sur plus d’un demi-siècle, constituées d’une correspondance avec des femmes ainsi que  d’éléments d’un journal intime. relatifs  à  ce même domaine. Il s’agit d’un genre littéraire qui repose sur un vécu – la vie est un roman -et sur une mémoire s’inscrivant elle-même dans le temps. Tout y est marqué par  l’immédiateté du ressenti  et échappe au réchauffé.  Rappelons les Fragments d’un Discours amoureux de Roland Barthes ou l’œuvre de Marcel Proust,  notamment Un Amour de Swann,  sans oublier la récente parution concernant la vie  affective de  François Mitterrand (entre 1962  et 1995)  ou encore le  journal (Tagebücher) de  Kafka, obsédé par l’idée de mariage.( Journauxlettres à sa famille et à ses amis, traduits par Marthe Robert, Claude David et Jean-Pierre Danès, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1984).

 

Nous avons pensé qu’il serait intéressant d’appliquer à un ensemble  dont  l’élaboration n’était pas centrée sur une quelconque volonté de valider  un  double modéle, saisonnier  et sensoriel.

 

 

I  L’approche saisonnière. 

 

 

 Par cyclologie « saisonnière », nous entendons  une forme d’astrologie articulée sur les axes  équinoxiaux et solsticiaux, donc basée sur une analogie reliant la cyclicité planétaire  à celle du Soleil.

. Notre  grille a le mérite d’une  relative simplicité d’application. Exposons-en d’emblée les grandes lignes. De même que l’année se divise en Quatre Saisons,  tout comme d’ailleurs le cycle soli-lunaire ( Nouvelle Lune, premier quartier, pleine lune, second quartier), nous utiliserons le cycle de Saturne dont les composantes chiffrées recoupent celles de la Lune, ce qui donne des périodes de 28  ans chacune, alternativement qualifiées d’équinoxiales et de solsticiales, sur la base du passage de la planète Saturne au niveau  des axes des équinoxes et des solstices. Certes, d’entrée de jeu, l’astrologie apparaitra comme un fil conducteur mais il n’en reste pas moins que la grille que nous entendons appliquer ici ne saurait coincider avec le « corpus astrologique » en vigueur. Ce n’est pas par hasard que nous publions à présent ce corpus mémoriel, vu que la période actuelle, marquée au coin de la solsticialité, s’y prête. Enfin, l’idée que nous nous sommes faits de la question  juive aura pu sensiblement évoluer et il convient ici  de se situer dans une démarche diachronique et d’éviter de prendre l’ensemble comme un tout intemporel synchronique. Il s’agit au fond d’une expérience pilote de traitement d’un corpus étalé sur plusieurs décennies et qui pourrait susciter des émules. En tout état de cause, il s’agit d’une tentative de validation d’une approche proprement astrologique à partir d’un document dont la précision chronologique est l’interface nécessaire par excellence. L’astrologie que nous entendons ainsi valider implique l’existence d’un vécu collectif, d’un esprit du temps (Zeigeist) partagé, où ce que nous éprouvons fait écho , trouve son répondant chez l’autre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

II Les  topiques sensorielles

 

Par  « topiques  sensorielles »,  nous entendons  une référence aux « cinq sens » – vue, ouie, odorat, gout, odorat  en rapport avec les notions freudiennes de « ça »  et de « surmoi », ce qui nous sert à appréhender la dialectique du masculin  et du féminin, ce qui est évidemment au coeur de notre « corpus sentimental ». Selon nous, le ça   est marqué par une volonté de se soustraire au Surmoi, un besoin de libération, une forme de défoulement, de débordement. Pour les femmes,  cela affecterait, impacterait le  rapport à la vue et à l’ouie- ce qui est donné à voir, à montrer et à entendre ou faire entendre et pour les hommes la gestion des trois autres sens, sur un plan plus physique (cf notre publication « Astrologie Sensorielle » in revue Cosmopolitan, numéro de janvier 1976). Ce qui contribue à forger des « valeurs » différentes, d’où une certaine conflictualité entre les sexes. C’est ainsi que les hommes seront, entre autres, heurtés par un manque de tact, par  des propos intempestifs chez les femmes et les femmes se plaindront d’un harcellement physique, de viol, de la part des hommes. En effet, le ça des femmes se heurtera, se confrontera au Surmoi des hommes et vice versa.

 

 

Au fond, on assiste à la  naissance d’une sorte de  Don Juan, de Casanova, confronté  avec la « femme (fatale) de sa vie », celle qui le poursuivra, le troublera,  pendant plus de 30 ans, au milieu, au travers de ses conquétes successives – si tous les noms ont été changés, les textes sont  tous d’époque, sans retouche rétroactive. Comme dit le personnage incarné par Jean-Claude Brialy, dans le Genou de Claire, film d’Eric Roehmer, être amoureux d’une femme  donne des droits . En effet, aimer une femme, c’est en trouver la clef et révéler à chaque femme ce qui fait son charme.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  23 09 22

Publié dans ASTROLOGIE, HISTOIRE, POLITIQUE, RELIGION, SOCIETE | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Les vrais astrologues veillent sur l’intégrité de l’Astrologie Une Ecole Normale Supérieure d’Astrologie (ENSA)

Posté par nofim le 15 septembre 2022

jacques   Halbronn Les  vrais astrologues veillent sur l’intégrité de l’Astrologie . Une Ecole Normale Supérieure d’Astrologie (ENSA)   

 

Il s’agit donc inlassablement de repérer toutes les incohérences, les redondances  qui plombent syncrétiquement la  Tradition  astrologique, au sens large laquelle déborde largement ce qui est  généralement nommé « astrologique ». Ce qui importe, c’est ce que l’on est en droit de qualifier  de tel. Selon nous, l’astrologie  s’adresse avant tout chose aux gouvernants et non pas, comme le croit un Arnaud Esquerre, à tout un chacun, pourvu d’un thème natal/(Prédire. L’astrologie au XXIe siècle.  Fayard  2013) Pour faire partie du « club »  des « garants » de l’Astrologie; cela exige de savoir analyser des corpus et en signaler les corruptions, les altérations. C’est en ce sens que l’on pourrait parler d’une Ecole Normale Supérieure d’Astrologie, par opposition à des ‘Ecoles Normales formant des instituteurs. 

Cette ENSA serait chargée de veiller sur les outils propres à une Astrologie au service de la Cité dans son ensemble. Et ce n’est pas l’astrologie du thème natal qui  est ici de mise, contrairement à ce que suppose le sociologue en question. Et ce, pour une raison très simple, à savoir que ce qu’il faut bien qualifier d’astromancie -une forme de divination parmi d’autres – exige de faire appel à un praticien lequel jouerait le role de fil d’Ariane pour faire parler un tel « mandala ». Selon nous, l’astrologie doit être littéralement à la portée de tous en parler un langage d’une extréme simplicité et accessible depuis la plus  haute Antiquité  et s’en tenir à une problématique binaire. Il importe que cette astrologie  respecte un principe de récurrence, c’est à dire se serve d’un codage susceptible de se reproduire à plusieurs reprises, une telle récurrence exigeant le recours à  un arsenal  extrémement réduit, ce qui signifie qu’il est hors de question de faire appel à un grand nombre de planétes comme c’est le cas pour l’érection d’une « carte du ciel » en bonne et due forme. et bien entendu il n’est pas question de chercher à cerner une quelconque  individualité, ce qui débouche inévitablement sur  un mode divinatoire. Autrement dit,  que l »on évite la pléthore astronomique tout comme la pléthore des différences personnelles.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  16 0922

Publié dans ASTROLOGIE, POLITIQUE, SOCIETE | Pas de Commentaire »

12345...41
 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs