jacques Halbronn Sociologie des Entre sois. IIe Partie

Posté par nofim le 17 mai 2021

 

 

Sociologie des Entre sois. Seconde Partie. Le relativisme.

 

par Jacques Halbronn

 

Toute communauté, quel que soit le critère autour duquel elle s’est constituée, est amenée à produire un certain discours « identitaire » susceptible de renforcer les liens en son sein. Ce discours est donc aménagé en conséquence et vise à établir du consensus. Il semble toutefois qu’une telle façon de procéder est avant tout à usage interne. Et d’ailleurs, que se passerait-il si l’on faisait entendre simultanément tous les « entre soi » en circulation ? Quelle cacophonie !

On pourrait donc parler d’un droit pour tout groupe à élaborer, à faire circuler sa propre vision des choses.

Certaines communautés se plaignent, souvent à juste titre, de devoir de facto adopter le discours identitaire d’une communauté qui ne serait point la leur. On pense à « Nos ancêtres les Gaulois ». Les femmes, notamment, exigent de disposer d’un discours qui leur soit propre, qui présente les choses de leur point de vue. Elles protestent d’ailleurs à l’encontre de formulations qui les engloberaient sous la même bannière que les hommes. Elles dénoncent les pièges du langage, préférant parler des sciences humaines plutôt que des sciences de l’Homme sans parler de la féminisation accrue des noms de métiers, à l’instar de ce qui existe déjà depuis longtemps pour les avocates ou les institutrices, les romancières et les présidentes. D’ailleurs, les langues ménagent généralement une telle distinction : en anglais on dira « his » ou « her » selon que le sujet est un homme ou une femme, ce qui ne se pratique d’ailleurs pas en français où le possessif s’accorde avec le « genre » de l’objet et non du sujet. On peut dire indifféremment -en français et plus largement dans les langues dites latines- d’un homme ou d’une femme: « sa voiture » et les équivalents pour d’autres langues de la même famille.

Cela dit, l’égalité des « entre soi » ne revêt, selon nous, qu’un intérêt thérapeutique pour que personne ne se sente frustré. Mais est-ce que cela présente un quelconque intérêt « scientifique » ? Le probléme, c’est justement quand l’on commence à qualifier d’entre soi tout discours tenu par un membre d’un autre groupe. On tendrait ainsi à tout relativiser : l’entre soi devient un quant à soi, un chacun pour soi tendant vers une forme d’autisme. Quand un groupe s’est senti brimé dans ses prises de parole, il peut avoir envie de prendre sa revanche, de façon toute aussi abusive.

Le risque qui se présente, on l’aura compris, est de conduire à une remise en cause de la démarche « scientifique » que l’on voudra réduire à un entre soi parmi tant d’autres entre soi existants. On pense au jugement du roi Salomon à propos du conflit entre deux mères. Celle qui sait pertinemment que son enfant est mort ne verra aucun inconvénient à ce que l’on envisage de tuer l’enfant survivant.

Or, dans le cas de l’entre soi féminin, il nous apparaît qu’en leur fors intérieur, la plupart des femmes sont conscientes des limites de leur Entre soi quand il s’agit notamment de tenter d’expliquer comment on en est arrivé là. Elles qui sont nourries dans tant de domaines de la production masculine. Elles ne vont quand même pas se forcer à ne lire que des auteures (sic) et renoncer à apprécier les apports « masculins » alors que dans l’autre sens, les hommes pourraient fort bien se passer tout à fait de l’apport féminin sur le plan général de la culture.

En conclusion, il faut certes apprécier à sa juste mesure une nouvelle mise en perspective de l’Histoire des femmes si cela peut éviter, autant que faire se peut, le ressentiment.

Citons un texte de Lilly Scherr qui semble bien résumer les enjeux :

- « Elles deviennent à part entière co-auteurs de leur propre Histoire (…)Elles redonnent à l’histoire écrite comme à l’histoire orale cette mémoire de femmes dont elles ont été amputées. Participant à cette histoire, la femme juive va enfin apparaître. Confinée dans un rôle, dans une fonction, elle s’est vécue comme mutilée dans son essence (sic)» ( Les femmes et la mémoire juive »(1993) in Lilly Scherr. Une historienne juive insoumise » Dir Michèle Bitton, et Michèle Hassoun, Ed BLM  2005)

Annexe :

Sylvie Tissot (dir.), « Les espaces de l’entre-soi », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 204, 2014

 

« Sylvie Tissot définit l’entre-soi comme un « groupement de personnes aux caractéristiques communes », notion impliquant une mise à distance plus ou moins active et consciente de groupes opprimés ou opprimants. L’entre-soi est donc abordé dans ce numéro comme une catégorie de l’action, qui implique la définition des « autres », ceux que l’on met à distance et celle des « semblables ».

Claire Gellereau,

« Sylvie Tissot (dir.), « Les espaces de l’entre-soi », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 204, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 17 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16303 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.16303

 

Publié dans féminisme, FEMMES, sociologie | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Pour une épistémologie du mode d’emploi.

Posté par nofim le 14 mai 2021

Publié dans ASTROLOGIE, Conscience, Culture, LINGUISTIQUE, PSYCHOLOGIE, RELIGION, SCIENCE, sociologie | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Manifeste pour une astrologie mémorielle

Posté par nofim le 1 mai 2021

Manifeste pour une astrologie mémorielle

par Jacques Halbronn

 

Qu’est ce que l’astrologie a à dire à notre société?Comment s’aperçoit-on d’un manque lié à la marginalisation intellectuelle, idéologique voire théologique de l’Astrologie ? Ce qui nous frappe, au premier chef, quand on écoute les débats, est le manque de conscience de la dualité, de la polarité, de la réversibilité, de la relativité. On pense volontiers à la paille et à la poutre.

Est-ce que les gens se rendent compte que les positions qu’ils tiennent sont susceptibles de changer ou que les priorités d’une époque ne sont pas forcément celles d’une autre époque. Il y a comme un refus d’accepter que les choses ne vont pas toujours dans le même sens et que chaque sens fait sens. C’est une leçon qui devrait être dispensée par l’Histoire. Au fond, est-on prêt à reconnaître pleinement une certaine dualité qui tantôt nous conduit à changer de cap et tantôt à revenir à d’anciens ancrages ? Il y a là comme un point aveugle. On ne veut pas y penser. Or, toute situation n’existe que par rapport à une situation inverse : si l’on part, c’est pour revenir, à un moment donné. Après la pluie, le beau temps.

Nous percevons beaucoup de déni de dualité, de réversibilité. Si l’on prend le cas de l’immigration, celle-ci est marquée inévitablement par une tension ; s’intégrer au sein d’une structure nouvelle mais aussi rester fidèle à ses racines, à sa terre natale. Comme dit l’Ecclésiaste, il y a un temps pour chaque chose. On est existentiellement dans le binaire, de facto. Rien n’a de valeur absolue. Tout ce qui vient rigidifier une situation fait problème.

Certes, il est bon de réussir une acclimatation à un nouveau milieu mais faut-il être prisonnier d’une telle expérience?Est ce qu’un comédien doit s’enfermer ad vitam aeternam dans son rôle ? Comme on dit : les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures. Toute expérience qui se prolonge sans limites de temps et d’espace est nocive pour tous les intéressés. Or, l’avantage de l’astrologie est de pouvoir encadrer le temps, le circonscrire. Et d’ailleurs, est ce qu’on élit quelqu’un pour une période illimitée ? Il y aurait en fait une peur du changement, du retour, de la fin de partie. Même les meilleures choses ont une fin.

Et pourtant, quand nous entendons des éloges de l’assimilation, de l’intégration dans une nouvelle culture, l’enjeu ne fait sens que parce que l’on vient d’une autre culture. Il y a certes un défi à relever. Ce n’est pas évident. Mais, en même temps, il est bon de saisir que certaines tentatives ont leurs limites et leurs inconvénients car il entre toujours une forme de mimétisme, d’imitation qui ne résiste pas au temps. On ne peut pas jouer indéfiniment la comédie. Cela peut devenir épuisant pour tout le monde et celui qui ne le reconnaît pas est dans le déni et dans l’abus.

Nous évoquons volontiers la vertu de prévenance, de générosité, de bon mouvement. Mais certaines personnes en profitent en voulant prolonger et perpétuer une action supposée n’avoir qu’un temps, celui de l’accueil où l’on essaie de mettre l’autre à l’aise, quitte à ne pas l’avertir des problémes que cela peut causer à terme. Question de bonne foi.

L’astrologie « mémorielle » nous enseigne qu’il y a un temps pour le devenir et un temps pour le souvenir. Simone de Beauvoir parlait volontiers du devenir. » on ne nait pas femme on le devient » (ce qui a donné l’anglais to become, calqué sur le français), le verbe venir implique, suppose un mouvement et du temps à parcourir. Mais ce que l’on devient est par définition une transformation. Et on dit parfois qu’il vaut mieux l’original que la copie. On peut prendre un remplaçant pendant un temps mais il ne faudrait pas que cela dure trop longtemps. Ce qui se ressemble s’assemble. On sait que nous avons

besoin de nous retrouver avec nos semblables.

En fait, aucun processus ne peut ni ne doit être porté à son terme : on ne peut jamais rester indéfiniment dans le passé comme on ne peut jamais rester indéfiniment dans le futur. D’où la nécessité d’une alternance qui doit être acceptée par avance, quels que soient les prétextes pour procrastiner, pour reporter.

Le message de l’astrologie n’est pas individuel car ce qui compte c’est le bon fonctionnement de toute une société et c’est à cela qu’une astrologie bien comprise doit contribuer et selon nous qu’elle est seule à pouvoir garantir en connaissance de cause. Il faut savoir siffler la fin de la récréation et les enfants savent très bien que l’on ne peut pas être tout le temps dans le jeu, se prendre au jeu. D’où l’importance qu’il y a à fixer un calendrier à toute entreprise allant vers le devenir comme allant vers le souvenir. Il s’agit de prévoir non pas de façon passive mais active comme quand on dit : » j’ai prévu d’aller au théatre ce soir », ce qui signifie je me suis organisé dans ce sens.

Nous aimons l’expression « astrologie mémorielle » parce qu’elle peut se comprendre de deux façons ; soit de se soumettre à sa mémoire, soit de s’en libérer  mais chaque fois pour un temps compté, selon un compte à rebours. C’est ainsi que devra se comporter l’honnête homme du xXIe siècle, faisant preuve de bonne foi, sans tricher. Nous avons une certaine liberté d’action mémorielle, soit en laissant libre cours à nos souvenirs, à nos racines, à notre Histoire, soit en mettant entre parenthèses ce que nous avons vécu pour rêver à un ailleurs, sans que l’utopie ne devienne une dystopie. La dialectique Saturne Jupiter propre à l’astrologie mémorielle nous permet de nous préparer à des changements, d’assumer des revirements. IL faut savoir notamment que Saturne ménage à nos sociétés des temps de devenir, de lâcher prise et des temps de contrainte, de responsabilité par rapport à ce que nous sommes intrinsèquement ; Il faut savoir s’envoler mais il faut aussi savoir atterrir ! En outre, la question de la mémoire permettra à l’astrologie de dialoguer avec diverses disciplines du vivant car comment notre cerveau ne serait pas lié à quelque cyclicité cosmique, ce qui ouvre un champ de recherche dont cette fois l’astrologie ne saurait être exclue ?

01. 05 21

Publié dans ASTROLOGIE, SOCIETE, sociologie | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Réflexions actuelles autour de Michel Gauquelin (1928-1991° et de son oeuvre astrologique.

Posté par nofim le 16 avril 2021

Réflexions actuelles  autour de Michel Gauquelin (1928-1991) et de son oeuvre astrologique.

par Jacques Halbronn

 

En 1991, l’annonce de la mort de Gauquelin, dont on célébre cette année le

trentième anniversaire de l’événement, nous plaça dans une situation embarrassante du fait qu’un de ses livres était en voie de parution dans le cadre des accords de co-édition entre les Ed. de la Maisnie

Guy Trédaniel et celles de la Grande Conjonction que nous avions fondées en 1979. Nous primes la

décision, avec Guy Leclercq, de joindre à l’ouvrage « Les personnalités planétaires »

des « Etudes sur l’oeuvre et la pensée de l’auteur. Nous avions déjà en 1986 (La

pensée astrologique en prélude à une rééditions de l’Histoire de l’Astrologie

de Serge Hutin (Ed Artefact, 1986), le texte de Hutin ayant  emprunté  assez

nettement à l’ouvrage de Wilhelm Knappich lequel  d’ailleurs paraitra la même année

1986 aux ed. du Félin) mené  un travail assez conséquent sur cette oeuvre, notamment en développant la

thèse de l’instrumentalisation du cosmos par les sociétés humaines (cf Suzel

Fuzeau Braesch. Astrologie. La preuve par deux. Paris, R. Laffont 1992)

L’ouvrage parut en 1992, voilà bientôt trente ans. Cet ajout ne fut guère apprécié de la famille Gauquelin qui nous reprocha une entreprise de  dégradation de son image, ce qui à leur yeux était  un comble

de la part d’un éditeur.

On rééxaminera avec le recul le dossier Gauquelin et les appréciations que Leclercq et

et nous avions jugé bon d’apporter. Nous avons déjà évoqué dans une précédente

étude les conditions assez étranges de ce qui s’avèra n’être qu’une réédition

de la Cosmopsychologie., ouvrage paru en 1974, 18 ans plus tôt (Ed CEPL), et

traduit en anglais avec quelques ajustements. ( The Spheres of Destiny. Your personality

and the planets, 1980) titre qui avait inspiré celui des « Personnalités planétaires »

que nous avions choisi.

La quatrième de couverture est d’ailleurs assez explicite; on y lit  à propos de notre

contribution : »un travail de réflexion (..) sur les fondements anthropologiques sur

lesquels les résultats de Gauquelin pourraient reposer »  On y lit également « La

dominante planétaire remplace avantageusement l’Ascendant ». Nos études

commencent ainsi « La dette des astrologues à l’égard de Michel Gauquein est

immens mais le cadeau est peut être empoisonné »On aura compris que le livre

en question est marqué par l’état d’avancement de Gauquelin au début des

années 70 mais est-ce que cela correspondait à ce qu’il en était dans son esprit

20 ans plus tard? Nous avions eu l’occasion de débattre avec Gauquelin lors des

colloques où nous l’avions invité en 1987 et 1988 mais nous fréquentions aussi sa

première épouse avec laquelle nous avions publié un ouvrage sur les régimes

horaires (cf les congrès de 1993 à Dijon  et 1995 et 2000 à Paris – ce qui la mit en contact

avec  Patrice Guinard).

Michel Gauquelin semble avoir été marqué par un certain obstacle

épistémologique  partagé avec la plupart des astrologues selon lequel

ce ne serait pas une bonne chose que de faire de la relation hommes-astres le

résultat d’une entreprise humaine., ce qui était le propos central de notre texte

sur la Pensée Astrologique (1986), déjà cité. On pourrait même aller jusqu’à dire qu’une

telle posture anthropocentrée était perçus comme anti-astrologique, pour un Patrice

Guinard avec lequel nous étions entretenus à l’époque alors que , selon nous, il

s »agissait d’une voie  à explorer et à approfondir. En bref, Gauquelin rejoignait les

astrologues dans l’idée que les Anciens seraient parvenus à déchiffrer un cosmos

relevant de la Nature, ce qui, selon nous, ne permettait pas, paradoxalement, de

clarifier le débat Astrologie/Astronomie. Pourquoi ne pas, au contraire, montrer

à quel point l’Humanité était capable d’instrumentaliser le monde autour d’elle,

c’est à dire à doter ce monde de capacités qui n’y existaient pas au départ, même

si l’on pouvait parler de repli stratégique?

Un autre tort de Gauquelin, que nous avons eu l’occasion de signaler dans un

précédent texte, c’est de ne pas avoir su circonscrire ses résultats lesquels

ne concernaient que l’astronomie liée à la rotation de la Terre et au mouvement

diurne étant donné que tout se jouait sur quelques heures alors que le reste de

l’astrologie se situait à une toute autre échelle de temps. Le temps pour une

planète de passer d’une position à une autre (en maison) n’avait rien de

comparable au temps nécessaire pour passer d’un signe zodiacal à un autre

Gauquelin aurait du reconnaitre une différence majeure entre les deux

approches et s’en tenir à ses résultats sans extrapoler sur l’ensemble de

l’astrologie. Là encore, Gauquelin n’aura pas su se  situer heureusement, ni

par rapport à l’astronomie ni par rapport  à l’astrologie, alors qu’il eut fallu

reconnaitre la spécificité radicale de ce qu’il avait mis en évidence.

Mais revenons au débat autour des traits de caractère et des structures sociales,

entre psychologie et sociologie. Pourtant Gauquelin était parti d’une approche

fort intéressante: montrer qu’une certaine élite professionnelle relevait d’un

certain lien avec le système solaire. Cela lui était dicté, à vrai dire, par la

facilité qu’il y avait à consulter des annuaires forcément concentrés sur la

réussite, un peu à la façon de nos guides des astrologues parus entre 1981 et

2006, pendant un quart de siècle. Mais Gauquelin ne disposait apparemment

pas des paradigmes adéquats pour interpréter correctement ses propres

résultats, ce qui renvoie à nos études autour du rôle du leader lequel serait

programmé pour structurer la société et non pour s’y intégrer, ce qui eut exigé

de distinguer entre l’élite et le vulgum pecus. Une fois de plus, Gauquelin ne

sera pas parvenu à bien circonscrire son sujet en cherchant à tout loger à la

même enseigne, ce qui est probablement lié, quelque part, à l’influence

idéologique   de sa femme. Avec la position psychologique, tout dépend de l’individu et non

de la stratification sociale, ce qui rejoint une certaine posture féministe. On

comprend l’arrivée de Vénus dans le corpus gauquelinien par un refus

d’exclusion  vécue comme insupportable, injuste., de mise à l’écart de telle planète..

Voyons à présent ce qu’écrivait le belge Guy Le Clercq, dans cette même entreprise

de décodage des résultats Gauquelin.Il s’arrête sur l’absence de connexion zodiacale

alors que lui envisageait d’utiliser les données de naissance collectées par

Gauquelin au prisme du zodiaque.  Le Clercq s’interroge sur le fait que la

symbolique planétaire de Gauquelin rejoint la tradition  astrologique.  ( p.317) Il

conclut : « après avoir  rejeté l’astrologie en bloc,  il y a découvert ce qu »il  appelle  un

grain d’or (..)Mes propres recherches m’ont convaincu  qu’il y a d’autres grains

d’or à y découvrir et qu’il y aura probablement  plus encore  de vérité dans

l’astrologie que ce que Michel  Gauquelin a pu admettre dans son oeuvre »

En conclusion, revenons sur  les explications liées à la façon dont la naissance

a lieu en rapport avec la position en mouvement diurne de telle ou telle planète.

Gauquelin reconnaissait que les accouchements provoqués brouillaient ses

statistiques, ce qui laissait entendre que l’enfant n’était  marqué par les

configurations lors de sa naissance que si on laissait le processus se dérouler

normalement, « naturellement ». Le petit Martien tendrait donc bien à naitre

de préférence sous Mars, ce qui impliquait qu’il en suivit le parcours, alors même

qu’il n’avait encore pas la moindre visibilité, n’étant pas sorti du ventre

maternel. Mais un tel phénoméne est certainement le résultat d’une pratique sociale sr

la très longue durée, générant une sorte de surdéterminisme, à rapprocher de

la question de la transmission des caractères acquis, on parle d’épigénétique. Quant

à la question soulevée plus haut de la convergence entre les résultats

Gauquelin et l’enseignement de la tradition astrologique à propos notamment

de Mars, Jupiter et Saturne, l’on peut supposer que s’était mis en place un certain*

codage de ces trois planètes qui aura été repris syncrétiqueement. Pour notre

part,  nous n’interprétons aucunement ces planètes, en astrologie « relativiste »  selon le schéma gauquelinien d’autant plus que nous n’acceptons pas d’autre psycho-typologie planétaire que celle

mise en évidence par Gauquelin. Pour nous, Saturne concerne  l’état de la société

et Jupiter celui des leaders et on oubliera pas que l’un des principaux

enseignements du « premier » Gauquelin »  tient au fait que seule l’élite serat mue

par les astres et capable de les capter, de les scanner, grâce à une sensorialité tout

à fait particulière.. Il est fâcheux que la mise en avant  à partir des années 70

des traits de caractère ait ôté au travail de Gauquelin son apport anthropologique

le plus remarquable, celui de l’impact social.. Mais là encore, nouvel

obstacle épistémologique: était-il possible de  dire que l’astrologie ne valait

que pour une certaine catégorie de la population?

 

 

 

.

 

JHB

17 04 21

 

 

Publié dans ASTROLOGIE, féminisme, FEMMES, PSYCHOLOGIE, RELIGION, SCIENCE, sociologie | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Genése de l’Astrologie Relativiste. Comment l’auteur en est arrivé là

Posté par nofim le 8 avril 2021

Généalogie de l’Astrologie Relativiste. Comment l’auteur en est arrivé là .

Par Jacques Halbronn

 

D’aucuns préfèrent croire que le dispositif qu’on leur propose a toujours été sous la forme qu’on lui connait alors qu’en réalité, sa mise au point, si tant est qu’elle soit enfin définitive- sera passée par un certain nombre de stades. Il serait bon, en ce sens, d’enquêter à ce sujet auprès de plusieurs « maitres à pense r ».

Nous allons, pour notre part, nous préter spontanément à un tel exercice même si cela doit nourrit chez certains lecteurs quelque forme de malaise car dès lors qu’il y a eu changement, une fois, il pourrait s’en produire d’autres, à plus ou moins brève échéance, dans leur esprit, faut de bien comprendre les raisons de tel ou tel revirement, tant ils se sentent incapables de juger de quelque progrès. D’ailleurs, quand on lit un ouvrage, on se garde bien de nous faire part des hésitations, des revirements qui ont pu se produire au cours de sa rédaction. C’est même la règle non écrite du genre..Il faudra aussi se méfier du narratif d’une recherche qui peut fort bien ne pas correspondre exactement à ce qui s’est réellement passé. En ce sens, on prendra connaissance de toutes les publications qui ont pu se succéder, des correspondances échangées, de textes placés sur tel ou tel site ou blog.

En ce qui nous concerne, l’enquéte doit se déployer de nos jours sur un bon demi-siècle. Ne faudrait-il pas mieux remonter le temps plutôt que le descendre , de partir du présent en direction du passé? C’est d’ailleurs ainsi que nous nous proposons de procéder en déterminant un certain nombre de « noeuds » L’enjeu est double;la bonne combinaison astronomique- suffisamment explicite quant à ses composantes et la bonne formule sémantique ni trop précise, ,ni trop vague

2020

Le retour de Jupiter sur le radix et les étoiles fixes comme relayant les positions planétaires natales. La boucle est bouclée. Retour à la situation de départ de notre thème natal avec le trio Soleil Jupiter Antarés. Récemment, nous avons introduit une subdivision supplémentaire avec le semi-carré (45°) et le sesqui carré (135°)

qui marquent un milieu de phase, c’est à dire sa concrétisation.

Alternance de phases d’amnésie (Axe stellaire de quadrature ASQ) et d’hypermnésie (conjonction opposition). Abandon de l’Ascendant au profit du Soleil. Abandon de Saturne au profit de Jupiter. Le 6 et le 12 l’emportent sur le 7.

==============================================

2019 Nous réintégrions le transit que nous avions abandonné en 1976 dans Clefs pour l’Astrologie en focalisant sur les aspects de Saturne à l’Ascendant..

Par la suite, nous accorderions de l’importance aux 4 étoiles fixes royales en lien avec Saturne et pas seulement à Aldébaran, l’une d’entre elles..Puis nous abandonnions les étoiles fixes royales et accordions de l’importance à toute étoile fixe associée au Soleil et à Jupiter.

—————————————————————————–

En 2006 Abandon des axes équinoxiaux-solsticiaux et usage de l’étoile fixe Aldébaran (8° gémeaux) faisant couple avec Saturne in Livre Blanc de l’Astrologie. Exposé du MUC, Moteur UniCyclique.

« Présentation du MUC de type E & P (Etoile et planète) (..) Lors de la conjonction, du carré et de l’opposition, concernant le cycle Saturne -Aldébaran nous sommes dans une phase dite anarchique (équinoxiale) / Et 45° plus tard, nous passons dans une phase dite hiérarchique.(solsticiale) » Quand un événément ne peut s’expliquer avec l’aide de certaines données, on doit supposer que d’autres données ont pu être négligées.L’avantage de Saturne par rapport à la Lune, c’est que l’on n’a pas à supposer une analogie un jour égale un an, comme le fait Rudhyar (directions secondaires)

En 1994, nous avions dans l’Astrologie selon Saturne, procédé empiriquement en désignant une certaine zone de la fin du signe des poissons sans avoir à rechercher un facteur céleste, ce qui ne nous avait pas empéché de taper dans le mille pour la confrontation sociale de fin 1995 qui sera comparée à Mai 68 par les historiens. En 2006, la nécessité d’un aspect planète/étoile fixe s’impose à nous d’autant que le zodiaque est truffé d’étoiles fixes..Mais en 2006, nous avions opté pour les étoiles fixes royales en remplacement des axes équinoxiaux et solsticiaux

==============================================

 

En 1994, nous plubliâmes L’Astrologie selon Saturne avec le passage de la planète sur une zone située fin Poissons (342°-353°), donc à proximité du 0° Bélier. Evénements de la fin 1995 prévus par ce dispositif. Nous disposions de « sept fourchettes de 1789 à 1995′ (p.5) avec chaque fois le passage de Saturne dans la dite zone de 12 degrés et nous terminions notre panorama avec 1995, année suivant notre publication : « Une échéance à venir et à deviner, le dernier rendez vous important avant l’An 2000. » Bien évidemment l’événement à venir doit être du même ordre que ceux de la série. Nous pointions le passage de Saturne en Bélier, sur l’axe équinoxial et notions que 1995 était une année d’élection présidentielle comme 1848 qui faisait partie de notre série. Nous n’oublions d’ailleurs pas le passage de Saturne sur l’axe solsticial. Le passage sur l’équinoxe correspond à des conflits internes alors que le passage de Saturne sur le solstice correspond à des chocs entre nations (p. 8). Notre prévision était donc assez bien circonscrite à un conflit interne, ce qui était plus précis que la prévision de Barbault avec son cycle planète planère sans rapport avec une notion non planétare comme l’axe équinoxial, comme nous l’exposions déjà en 1976 dans Clefs pour l’Astrologie.(pp. 143 et seq). Il apparaît que Barbault n’aura pas jugé bon de saluer notre performance lors des événements de la fin 1995, dans sa revue L’Astrologue car cela aurait fait de l’ombre à sa prévision pour 1989. On pourrait même songer à une sorte d’ ayanamsa puisque notre zone est décalée par rapport au 0° bélier tropical , Saturne, en novembre 95 étant à 18° Poissons. Prévision d’autant plus remarquable que les événements ne suivent l’élection présidentielle que de quelques mois, soit encore dans une période d’état de grâce. En fait, dès 1993, dans Clefs pour l’Astrologie, édition revue et corrigée (17 ans après la première édition), nous avions désigné cette période ( Description du paradigme universel : p. 135) ; Equin. 1996 Saturne à 0° Bélier. Mais à l’époque, notre interprétation n’était pas celle que nous donnerons en 1994, l’année suivante et notre prévision était plus pointue puisqu’elle visait 1995 et non 1996, ayant renoncé au critère équinoxial en faveur d’une approche plus empirique mais qui se révélérait plus précise. Bien plus en 1993, nous donnions une autre interprétation .Les deux points équinoxiaux ; diminution des entités indépendantes et inversement pour Saturne sur les points solsticiaux. Avec le recul cette période 1993-1994 aura été assez remarquable au prisme de la recherche. Petite observation : étant né en décembre 1947, on notera que pour notre 48°anniversaire en décembre 1995, c’était un assez beau cadeau ! Or, nous accordons une certaine importance aux âges jupitériens multiples de 12, à commencer par 24 ans (ce qui correspond à une période clef à partir de la fin de 1971). C’est également dans cette réédition que nous options pour une astrologie à une seule planète, abandonnant notre système à 4 planètes. D’ailleurs, le congrès de décembre 1995 que nous avons organisé fut carrément traversé par la situation sociale annoncée!Il faudrait donc parler d’un succès prévisionnel « oublié » par le milieu astrologique !

==========================================

Le carré de planètes ; de Mars à Uranus

Fin 1976, au retour d’un assez long séjour à Jérusalem, où nous avions développé des tests sensoriels, nous produisions l’Astrologie Sensorielle, (Ed Cosmopolitan) autour de 4 planétes, en rapport avec les 4 sens faciaux (ouie, vue, odorat, gout) sans recours au thème natal avec deux courbes par planéte  à partir d’une batterie de questions.

Dans Clefs pour l’Astrologie (Seghers 1976) nous annoncions le rejet du thème natal et donc l’absence de référence aux données individuelles par transit. Position que nous maintiendrons jusqu’en 2019, ce qui correspond à notre anniversaire pour 72 ans.(6×12)

page 146 : La grande courbe (planéte aspectant les équinoxes/solstices) et la petite courbe annuelle (planète aspectant le Soleil) On introduit ici la dialectique M/U (Multplicité/Unicité) soit une alternance de période de regroupement (U) des entités politiques et de diversité (M)

=============================================u

1967 Débuts en Astrologie : pratique durant l’Eté en Galilée.:

Découverte de notre triple conjonction Soleil Jupiter Antarés en Sagittaire.

 

Perspectives

Il nous apparait que plusieurs formes d’astrologie coexistent : celle que Gauquelin

a  décrite en 1955 et qui reléve de l’astronomie rotationnelle, celle que nous avons

nous mêmes mis en évidence, quarante ans plus tard, en 1995 avec le passage de Saturne-

sur le point vernal, avec une certaine orbe, avant et après la configuration, ce qui

aura correspondu au mouvement social à venir alors. Cette astrologie équinoxiae

là recoupe celle du cycle Saturne-Neptune d’André Barbault qui est en fait une astrologie

proprement saturnienne liée aux passages de Saturne sur le solstice d’Hiver: En

effet, quand on examine  le Ciel de 1989, que voit-on? Ce que Barbault n’a pas voulu

voir, obnubilé par la dite conjonction de deux planètes, héritée de son frère dont il

voulut faire la  défibition même du « cycle planétaire »  à savoir que  Saturne passe sur le 0°

capricorne lorsqu’il se conjoint à Neptune, soit au carré de Saturne en Bélier

1989:  Saturne en capricorne

1995: Saturne en bélier

soit deux temps d’un même cycle saturnien, où Neptnne ne joue aucun rôle!

Et qui de la prochaine « conjonction » Saturne Neptune, qui intéresse tant Yves

Lenoble? Elle  aura lieu à la  fin du signe des Poissons  en 2025, soit 30 ans après

1995. et donc Neptune fait de la figuration. C’est Saturne qui seul compte il sera

donc vain de vouloir y voir une confirmation du cycle Saturne-Neptune! Il s’agit

bien d’une configuratio  uniplanétaire et non bi-planétaire.  L’on peut d’ailleurs

y voir une conjonction planère-étoile, le point vernal -et les aspect en carré et en

opposition qui l’impactent au niveau solsticial pouvant tout à fait être  connecté avec une étoile fixe, ce qui

est la base  de la théorie  des ères précessionnelles. En 1953, Saturne passait en

balance, donc sur l’axe équinoxial, ce qui a le même effet que le passage sur le

point vernal. Entre 1953  et 1989, Saturne est passé  de la Balance au Capricorne

mais entre temps, il y aura eu 1995 avec Saturne en rapport avec le point vernal. Il

y a donc un lien plus évident entre 1953 et 1995  soit 42 ans, ou encore un cycle et

demi de Saturne ( 28 + 14) qu’entre 1953 et 1989!

En ce qui concerne l’astrologie relativiste, nous avons affaire encore à une autre

astrologie, jupitérienne cette fois, et fonctionnant par le biais des transits sur les

astralités (Soleil et  Jupiter  de naissance) des leaders, soit une astrologie plus

humaniste puisque laissant à l’Humanité une part de libre arbitre que ne

permettait point l’astrologie saturnienne. On peut parler d’un nouveau

« régime » planétaire.  Ces trois  astrologies, selon nous, correspondent à des

stades successifs de l’Humanité et elles ont chacune leur ancrage dans la

réalité..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

============================================

Compléments  bibliographiques

jacques  Halbronn Le Ciel instrumentalisé  www.hommes-et-faits.com

/Telecharge/Jh_Socio_Cycle.pdf

jacques Halbronn:  2003: Manifeste :
L’astrologie de demain.  Perspectives épistémologiques et phénoménologiques.  site ramkat.free.fr

 sem-linkMichelle Zancarini-Fournel 1968, 1995, jeu d’échelles inversées. Espace Temps Année 1997 64-65 pp. 42-53 Fait partie d’un numéro thématique : Construire un événement. Mouvement social, sciences sociales

JHB 08 04 21

Publié dans ASTROLOGIE, sociologie | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Le symptome de la généralisation comme marque de mépris

Posté par nofim le 27 mars 2021

Jacques Halbronn Le symptome de la généralisation comme marque de mépris

Le mépris se traduit par un refus d’accorder trop d’importance à un probléme.

En procédant par généralité abusive, l’on joue sur plusieurs tableaux: on

caricature, on simplifie, marquant ainsi son dédain -  et on rend la critique plus

expéditive.

Cela se manifeste dès que l’on parle des Juifs (au pluriel) ou de l’Astrologie

(au singulier), par exemple. L’insistance à s’en tenir à un modéle unique d’une seule pièce fait partie

intégrante et sournoise du processus de stigmatisation  . Pas question de se

fatiguer à examiner les choses de plus près, ce serait faire trop d’honneur au

groupe ou au savoir considéré. Il y a là un non -dit: on ne pense que cela

vaille la peine d’en faire plus. Cela ne le mérite pas. Le jeu n’en vaut pas la

chandelle! Autrement dit, quel que soit le contenu du propos, il y a déjà un

vice de forme dans la façon même de poser le probléme.

Dans le cas de l’Astrologie, notamment,  l’attitude hostile se soldera par  un parti

pris de globalisation en usant du singulier. Procédé qu’un Michel Gauquelin

n’hésite pas à utiliser. (Songes et mensonges de l’astrologie) et de la sorte

l’anti-astrologie produit du syncrétisme en mettant tout ce qui a trait à de

l’astrologie dans le même sac, logé à la même enseigne, en vrac de sorte que

dès lors que l’on porte atteinte à telle notion astrologique, c’est toute

l’astrologie, dans sa totalité, que l’on atteint comme s’il s’agissait de la partie d’un

corps qui, infectée, pourrait contaminer le corps tout entier. à la façon de la mort

d’Henri II  du fait d’une blessure à l’oeil (1559)/ Il  y aurait donc une solidarité

obligée :si ce n’est toi, c’est donc ton frère (Le loup et l’agneau). Cela conduit

à ce que fait ou dit  tel astrologue devrait rejaillir sur l’ensemble de la « profession » ou

de la « confession ». Il en est évidemment de même pour d’autres groupes comme

pour les Juifs. L’on prend un malin plaisir à adopter une approche globale qui

n’épargnerait personne du groupe en question, en pratiquant la technique, la

tactique du  préjugé.

Le probléme, c’est que les groupes ainsi ciblés  risquent fort d’entrer dans le

jeu en contraignant leurs membres à faire preuve de « loyauté ». On sait à

quel point les attaques, les sanctions  dirigées contre une communauté, une corporation

peuvent servir à les souder,  On dira que ce n’est pas le moment de se diviser, de

se déchirer, de divorcer alors même que  la mise en évidence de différences

serait justement susceptible de neutraliser l’adversaire!

Pour notre part, en tout cas, nous préférons le rejet du syncrétisme car c’est

précisément du fait du syncrétisme qu’il y a crise, qu’il y a confusion, brouillage

d’image et par voie de conséquence, mépris. Cercle vicieux!

Dans les deux domaines cités, l’astrologie et le judaisme, où nous nous

sommes spécialement engagés, depuis un bon demi-siècle, nous pensons

qu’il faut séparer le bon grain de l’ivraie,  les mauvaises herbes et les branches

mortes des parties saines. C’est donc à l’encontre de la double tendance à

englober que nous nous élevons, tant envers les adversaires que les

défenseurs. Nous militons pour une nouvelle idée de l’astrologie tout comme

une nouvelle posture du judaisme en mettant en évidence les clivages internes.

car tout n’y est pas nécessairement compatible;

Nous avons pu noter pour ce qui est , en tout cas, de l’astrologie, que les périodes de

déclin sont marquées par un fléchissement des attaques qui lui sont adressées

puisque le mépris conduit à ne même pas faire l’effort de lui consacrer du

temps.

 

 

 

 

 

 

 

JHB

27 03 21

Publié dans ASTROLOGIE, FEMMES, Juifs, sociologie | Pas de Commentaire »

Astrologie et pouvoir : la place cruciale du chef

Posté par nofim le 4 mars 2021

Astrologie et pouvoir : la place cruciale du chef

 

par  Jacques  Halbronn

Quand André  Barbault traite en 1953  de la mort de Staline, dans son bulletin d’avril d’Astrologie Moderne, il ne se référe curieusement pas à sa date de naissance, d’ailleurs assez discutée, se contentant de rappeler son rôle de chef du communisme soviétique, lequel se défiinrait par la conjonction Saturne-Neptune. Or, c’est sous cette conjonction que Staline meurt.

Que dire d’une telle façon de présenter les choses? On sait par ailleurs que Barbault ne recourait guère aux transits pour ses prévisions mondiales. Une telle méthodologie nous semble relever d’une vision très collectiviste voire communiste de la Société qui ferait du chef une émanation de la dynamique du peuple. (cf Christophe  Guilluy     Le temps des gens ordinaires) *

Or, nous pensons d’un point de vue théologique que d’un point de vue systémique que cette position n’est pas tenable  et cela vaut aussi pour l’approche  astrologique. On conviendra qu’il est plus facile de programmer un facteur que tout un ensemble de facteurs et qu’ensuite le dit facteur  rayonne sur tout une population, de  proche en proche. Autrement dit,  il importe de disposer et de contrôler un  homme  et ainsi par voie de conséquence tous ceux qu’il lui arrivera d’impacter en temps et en heure. Cela se répercutera. Or, la position stratégique de l’astrologie  tient à ce qu’elle actionne des VIP, d’où notre label Astrology VIP. Revenons sur la psychologie du chef, sous l’angle de notre astrologie. Sans le chef, les astres sont muets et sans les astres, le chef est impuissant et imprévisible/. On a  affaire à une structure à double entrée, impliquant une certaine solidarité entre  les hommes et les astres, une interdépendance entre la Terre et le Ciel. Barbault aura donc fait l’impasse sur le rôle du chef, devenu un épiphènoméne, fidèle en cela à ses penchants pour le communisme; 

Pour  comprendre le personnage du chef, il convient d’insister sur sa dimension cyclique et donc prévisible dans son processus périodique, à savoir le passage tous les six ans de la planète Jupiter sur son axe stellaire de quadrature (ASQ). Le chef est en effet programmé pour liquider ses affaires au bout de ce laps de temps et ce, quelle que puisse être la conjoncture en cours, autrement dit, sans tenir compte de ce qui se passe par ailleurs. et en ce sens, il agit comme mû par quelque mécanique indifférente à  l’état  de  son environnement humain du moment. Ce qui correspond à la nature de son autonomie structurelle.Il fonctionne comme une sorte de minuterie, un compte à rebours que rien ni personne ne saurait arrêter, venir perturber. Or, un tel revirement cyclique  aura, en revanche, des effets sur autrui, sur ceux dont il avait auparavant la charge. Le chef devient la conjoncture des autres. Quel meilleur moyen de montrer son pouvoir que de persuader autrui de la nécessité des changements que l’on ressent le besoin d’opérer? Car, a contrario, sans changement, il n’y a aucun mérite à être suivi puisqu’il n’y  a pas  mouvement. Le changement permet d’éviter la stagnation, la sclèrose et c’est ce que nous garantit le Droit constitutionnel qui programme de longue  date le rythme des changements selon un calendrier rigoureux. Le hic, c’est que le Droit Constitutionnel ne s’articule pas sur l’astrologie mais sur un cycle ne correspondant à aucune temporalité véritable. qui n’est ni conjoncturelle ni structurelle: c’est une temporalité de papier qui n’est sous tendue ni par la prise en compte du cours des choses, ni par la dynamique interne des chefs. Le départ d’un président dans ces conditions ,du seul fait de la fin de son mandat est surréaliste. A quoi cela rime-t-il? Un tel système est semblable à ce  roi nu dont parle un conte d’Andersen. On ne sera pas surpris de voir ce mécanisme rejeté ou instrumentalisé parce qu’il sonne faux. A l’astrologie de redonner du sens au renouvellement des hommes et des mandats; Mais l’astrologie actuellement en vigueur  ou celle que laisse derrière lui Barbault en héritage, en testament, ne fait pas le poids. C’est bien là le drame, l’astrologie en question n’est pas à la hauteur de la tâche qui lui incombe à savoir de sous tendre le gouvernement de la Cité. Et l’on aura compris que nous ne saurions laisser Christophe Guilluy nous annoncer qu’est advenu « le temps des gens ordinaires »!

 

 

 

 

  

 

 

 

Publié dans ASTROLOGIE, POLITIQUE, RELIGION, SOCIETE, sociologie | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Le trio Astrologie- Théologie- Politologie et la question de l’interdisciplinarité., D’ Eustache Lenoble à Dane Rudhyar

Posté par nofim le 2 mars 2021

 

Le trio  Astrologie- Théologie- Politologie et la question de l’interdiscipliarité  d’Eustache   Lenoble à Dane Rudhyar

par  Jacques  Halbronn

En 2017,   la BNF  et Hachette ont réédité  la somme d’Eustache Lenoble « Uranie ou les Tableaux des philosophes » dont nous avions  fait la découverte en lisant Pierre Bayle. En 1993, nous publiames une étude à  son sujet  ( Etudes  sur l’Histoire de l’Astrologie et du Tarot  à la suite du reprint de l’Astrologie du Livvre de Toth d’Etteilla (1785 (Trédaniel)qui l’avait utilisé. Patrice Guinard fit la promotion de notre découverte d’un ouvrage paru bien après 1666 (cf l’affaire Colbert). Il est vrai que l’ouvrage ne comporte pas le mot Astrologie en son titre, l’astrologie n’étant qu’une partie de celui-ci, ce qui nous relie au thème de l’interdisciplinarité et du désenclavement.

Le catalogue de la BNF nous apprend que Lenoble, baron  de Saint Georges (1643-1711) commença la publication en 1694, laquelle s’étala jusqu’en 1697, soit 30 ans après le prétendu bannissement de l’astrologie de France L’ouvrage reparut au sein des oeuvres complètes au siècle suivant en 1718 et 1726. On ne s’étonnera donc pas qu’en 1785 Etteilla ait jugé bon de le rééditer, ce point ayant été une fois plus de notre fait. Patrice  Guinard  a fourni une description de l’ensemble Eustache Lenoble (1643-1711): Un Bilan sur l’Astrologie à son déclin (Avec des extraits de son Uranie, ou les Tableaux des Philosophes) sur le site du CURA). On notera d’ailleurs que le Comte Henry de Boulainvillers qui ne publia point ses traités restés manuscrits (réédités  aux éditions du Nouvel Humanisme) ne connut pas semblable fortune, à la même époque.

Venons -en à la présentation que faite Lenoble de son Livre Cinquième (transcription de Véronique Lepage pour Patrice Guinard), présentation qui nous apparait largement comme un calque du Prologue de la Tétrabible de Ptolémée.

 

LIVRE CINQUIEME.

CHAPITRE PREMIER.

Projet du cinquième Livre.

  «   Dans les quatre premiers Livre que j’ai donnez au public sous le nom d’Uranie, j’ai suffisamment expliqué tous les sentimens des Philosophes tant anciens que modernes.
    L’on a pû voir dans le premier tout ce que les neuf sectes des Anciens avoient eu de commun ou de different sur les trois parties ausquelles ils avoient réduit la Philosophie, qui sont la Logique, la Morale, & la Physique, dont la derniere comprenoit aussi la Métaphysique ; & dans le second, j’y ai raporté fort exactement toute la substance abregée des deux Philosophies de Gassendi & de Descartes, qui sur les principes de quelques [p.126] anciens ont voulu établir de nouveaux Systême de cette science.
    Je ne l’ai point traitée à la maniere de l’Ecole, parce que je ne me suis point propose de décider sur leurs opinions ; mais mon unique but a été d’ajoûter à mon Ecole du monde cette instruction, pour donner à un honnête homme qui est dans le commerce des personnes d’esprit, une teinture assez forte de toutes ces differentes Philosophies pour en pouvoir discourir, & pour prendre parti s’il veut s’en instruire plus profondément.
    Il ne me reste plus donc pour acomplir cet ouvrage, que de donner mon Traité de la science Céleste, que j’avois promis non seulement dans la fin de mon quatrième Livre, mais dans cette curieuse Dissertation que j’ai faite touchant l’Année de la naissance de Jesus Christ ; & je m’aquite de cette promesse dont les persecutions injustes que j’ai souffertes par l’iniquité des hommes, & par le crédit de mes ennemis, avoient suspendu l’execution. Ainsi je prétends dans ce cinq & sixième Livre renfermer tout ce qui peut concerner le Ciel, soit pour la science solide & indubitable de l’Astronomie fondée sur des principes certains, soit pour l’Art fautif & conjectural de l’Astrologie judiciaire fondée sur des convenances tirées de quelques experiences.
    C’est ce que je vais traiter dans les deux parties de ce Volume, dans la premiere desquelles j’établirai les principes de la science certaine de l’Astronomie sur lesquels on a bâti l’Art fautif & conjectural de l’Astrologie judiciaire ; & dans la seconde, j’établirai [p.127] les justes bornes qu’on doit prescrire à cet Art, qui ne peut jamais rien produire d’absolument certain, & qui par le mépris des ignorans qui en parlent & le blâment sans le connoître, ou par la hardiesse témeraire des charlatans qui par interêt le poussent à l’excès & en abusent, est devenu l’oprobre pour ainsi dire des sciences, & de telle maniere que ceux qui semblent y vouloir donner quelque aplication, passent ou pour des esprits foibles, ou pour des ridicules.
    J’espere donc que lors qu’on aura lû ce dernier Livre, ou plûtôt cette partie que j’ai réservée pour la derniere de la Philosophie, on sera suffisamment instruit de la véneration qui est duë à la science sublime de l’Astronomie, dont je ne prétends établir que les principes pour mettre un homme dans la voie de s’en instruire plus profondément dans les Livres des grands Maîtres ; & qu’à l’égard de l’Art conjectural de l’Astrologie les prétendus esprits forts qui la blâment & la méprisent sans la connoître seront convaincus de leur erreur, & auront pour elle quelque indulgence ; & qu’enfin les ames foibles qui par une aveugle crédulité se rendent les dupes des charlatans qui outrent cette connoissance, & qui en passent les limites pour entreprendre des prédictions qui n’ont aucun fondement Physique, ne se laisseront plus si facilement abuser par les impostures présomptueuses des Astrologues, & ne leur demanderont que ce qu’ils peuvent leur donner suivant les bornes dans lesquelles je prétends que leur art doit être renfermé. [p.128]
    En un mot, ils verront que selon mon sentiment on doit également blâmer & ceux qui donnent trop dans l’Astrologie judiciaire en lui atribuant plus qu’elle ne peut, & ceux qui n’y donnent rien du tout. Que ceux qui lui attribuent au delà de ses bornes sortent des principes de la Physique, mais que ceux qui ne lui veulent rien donner n’entrent point dans ses principes, & qu’enfin les uns & les autres, ou par défaut, ou par excès, choquent la nature, & souvent la raison ; & entre ces deux extrémitez vicieuses, je tâcherai de montrer la route qu’on peut tenir pour ne tomber ni dans l’une ni dans l’autre. » Ainsi, à l’aube du XVIIIe siècle, certains prédisaient un certain renouveau de l’astrologie comme ce sera le cas au début du XXe siècle. Nous avons montré que Lenoble avait été récupéré par l’occultiste Etteilla, connu pour son tarot.

Depuis l’Uranie, il ne semble pas que l’on ait fait paraitre un tel ensemble   en français ni en une autre langue, incluant l’astrologie même sur un strapontin. Essayons ici d’analyser les raisons de cet échec d’intégration à trois siècles de distance et donc éventuellement d’aborder  les moyens d’y remédier. Notre diagnostic sera le suivant: on ne peut s’intégrer que si l’on fait évoluer les esprits et pas seulement en travaillant en interne, comme un Patrice Guinard, après d’autres, a cru devoir le  faire. (cf son Manifeste, 1999)

Autrement dit,l’interdisciplinarité ne saurait se réduire à s’aligner sur les savoirs en vigueur en  les prenant tels quels, comme a cru pouvoir le faire un André Barbault, dans les années soixante du siècle dernier avec de la Psychanalyse à l’astrologie et  Les astres et l’Histoire mais contribuer à les repenser de façon à faire apparaitre de nouvelles passerelles de façon à générer de la compatibilité. Il importe de mieux maitriser l’espace épistémologique  dans lequel l’on entend s’inscrire et en réussissant à lever un certain nombres d »obstacles, au sens de Bachelard. Un de ces obstacles est propre à l’astrologie contemporaine, autrement dit, l’astrologie aura été piégée par la modernité (cf Jean Pierre Nicola, Pour une astrologie moderne, Seuil,  1977) et notamment celle incarnée par l’astronomie du système solaire qui allait être bouleversée par la découverte, du fait du recours à des télescopes, de nouveaux astres en son sein (baptisés par les astronomes et non par les astrologues : Uranus, Cérés, Neptune, Pluton, Chiron etc) En effet, ce faisant l’astrologie se sabordait en laissant entendre que tout au long de son Histoire, elle n’avait véhiculé qu’un savoir incomplet et en quelque sorte  inutilisable par les sociétés réduites à ne considérer le ciel qu’à l’oeil nu. Une telle posture ferait problème à la fois au niveau de la philosophie politique et à celui de la pensée théologique. Pourquoi Dieu aurait il crée un système qui ne serait pas intelligible par l’homme? En quoi  un tel système techniquement resté si longtemps inaccessible confèrerait-il un rôle social à l’astrologie? En quoi ferait-il partie de l’Inconscient Collectif, ce qui passait par un stade de conscience? Mais, comme nous l’avons laissé entendre, il importait par ailleurs que les domaines que nous avons cités opèrent leur propre révolution copernicienne. Quelle théologie, quelle politologie? Autrement dit,  l’astrologie ne pourrait marquer des points qu’en débloquant un certain nombre de points de vue non pas tant sur elle-même que sur les domaines en question, de façon à parvenir à un ajustement.  On aura compris que l’intégration dont il s’agit  ne concerne point l’astronomie mais bien les sciences religieuses et sociales. Erreur stratégique, par conséquent que le dit alignement de l’astrologie contemporaine sur la nouvelle doxa astronomique!  D’où la nécessité  pour l’astrologue de se familiariser non point tant avec l’astronomie qu’avec le théologique et le politique! Ce qui ne saurait se limiter à acquèrir une certaine culture en ces domaines mais à contribuer à leur avancée. Car, en vérité, ces domaines  peuvent profiter d’une certaine synergie sur la base d’un tel triptyque, vu que l’on  ne saurait dire que  théologie et  politologie ne traversent point  quelque forme de crise  que l’on pourrait résumer comme étant celle de l’idée de pouvoir. Le point faible du Droit Constitutionnel tient  au caractère arbitraire  de la durée des mandats et à l’empirisme du choix des candidats. L’astrologie fournir un cadre bien plus fiable  en mettant en avant son aptitude à prévoir  les cycles des principaux leaders.  Quant à la théologie,   elle a besoin de s’articuler sur une discipline comme l’astrologie dont le fonctionnement ne peut s’expliquer par le seul fait de la Nature, ce qui exige d’admettre un « Créateur » qui se sera occupé spécialement de notre Terre et du système solaire qui l’encadre. Mais tout cela exige de renoncer pour l’astrologie, comme signalé plus haut, à une astrologie branchée sur une astronomie de pointe comportant des astres invisibles à l’oeil nu.  Le Créateur ne saurait avoir équipé toute notre Terre et notre Humanité de facteurs hors de portée de l’équipement sensoriel des humains, en exigeant le recours à  l’usage de techniques d’observation  ne faisant aucun sens dans l’Antiquité. De même,  le bon gouvernement de la Cité  exige  qu’elle soit conduite par une élite dotée de pouvoirs particuliers liés aux cycles célestes dont l’astrologie a la clef. L »astrologie est un don des dieux et non de la Nature paienne.  En fait, l’astrologie doit mettre en avant un seul et unique vecteur et n’a donc besoin que d’une seule planète  circulant  sur un parterre d’étoiles. Là encore, l’astrologie moderne fait complétement fausse route en ne tenant pas compte de l’emploi des étoiles pour baliser  la course des planètes..Le véritable cycle astrologique à restituer est celui de la relation ternaire entre  la planète centrale,  les étoiles et les leaders programmés dès leur naissance à réagir à certaines configurations périodiques. Autrement dit, l’astrologie doit retrouver la cohèrence qu’elle a perdue afin de fonctionner efficacement, non pas en ajoutant de nouvelles planètes mais en se restructurant sur la base d’un ciel visible par tous. C’est alors qu’elle pourra faire équipe avec la théologie et la politologie lorsque celles-ci auront de leur côté réussi à se ressourcer. Il s’agit donc bien d’une entreprise exigeant une triple révolution et restauration pour parvenir à la formation d’une nouvelle ère  théologico-politique (selon la formule de Spinoza)

On notera que Dane Rudhyar  évita de n’écrire que sur l’astrologie. C’est ainsi que  peu avant sa mort  en 1985, dans le Rythme de la totalité (Rythm of Wholeness,Theosophical Publishing House, 1983,  trad; fr. Ed du Rocher, 1988), le mot Astrologie ne figure qu’une fois parmi d’autres approches (p.300): « Que la prédiction soit astrologique,  psychologique, médicale, politique ou astronomique, toutes les formes de connaissance anticipée ou d’attentes mentalement décrites doivent être évaluées sous ce jour. La valeur  de l’information transmise  dépend entièrement du cadre de référence dans lequel elle a sens et valeur et du  tempérament, du caractère  et de la qualité de volonté et de compréhension de la personne ou du groupe qui est confronté à la connaissance anticipée  et à des nouvelles perspectives »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB

04 03 21

Publié dans ASTROLOGIE, HISTOIRE, POLITIQUE, RELIGION, sociologie, Technologie | Pas de Commentaire »

jacques halbronn La véritable histoire de l’astrologie « solaire »

Posté par nofim le 30 janvier 2021

La  véritable histoire  de l’astrologie solaire

par  Jacques  Halbronn

 

Le créateur de l’astro-horoscopie se devait de préciser la question du signe solaire et des « horoscopes de presse », dont Serge Bret Morel traite avec tant de désinvolture. (1936 Le premier horoscope de presse  avec 12 signes astrologiques  Scepticisme scientifique #431: L’origine des horoscopes de presse)Il y a certainement dans les travaux de Serge Bret Morel des éléments tout à fait intéressants pour la période des années 1930 -qui constituent son seul corpus – mais cela est malheureusement  gâché par une méconnaissance flagrante de l’histoire des types zodiacaux, ce qui est d’ailleurs partagé par  le milieu astrologique dans lequel il aura baigné.

A l »évidence, Bret Morel confond la question de la typologie zodiacale  et celle des horoscopes de presse et de ce quiproquo il tire des conclusions visant à montrer que cette forme d’astrologie « moderne » serait une nouveauté. A la différence des vidéos que nous avions analysées et dont il nie la portée de certains propos dans ses réponse précédentes à nos observations  qu’il a pu tenir,  nous nous référerons ici à un article  fourni  en annexe.

On partira de cette déclaration abrupte, expéditive  de SBM

 

 » Or, si la position du Soleil en signe astrologique (qui va caractériser l’horoscope de presse) n’est qu’un facteur astrologique parmi bien d’autres, elle est la seule qui fonde notre calendrier ! La nouveauté de cette forme de prédiction est donc qu’elle crée tout à coup de véritables groupes astrologiques à la fois fixés à tout jamais (on ne change pas de date de naissance) et aisés à retrouver dans l’année. Commence ainsi la possibilité d’une continuité dans le temps des prédictions collectives, donc la possibilité d’une fidélisation du lecteur, toujours concerné par l’une ou l’autre des prédictions ». »

Or,, l »exitence d’une typologie zodiacale  est attestée au moins, selon nos propres travaux (cf notre bibliographie)  dont SBM semble ignorer l’existence , dès le XIIe siècle avec Abraham Ibn Ezra

 

SBM  cite  N. Campion dans sa maigre bibliographie avec  Astrology and Popular Religion in the Modern West,  2016   Or, en 1992, Campion avait conytibué à nore ouvrage LA vie astrologique , il y a cent ans avec une étude Alan Leo  père de l’astrologie  anglaise du XXe siècle » ‘pp.  15-29)  et ile était donc bien placé pour savoir qu’Alan Léo dès le début du XXe siècle pratiquait les signes solaires, comme cela ressort de notre reprint de 1987 de son édition d »Astrology for  All   traduit en français dès 1906. sous le titre  L’Astrologie pour tout le monde:

Dans ce petit manuel , on peut lire  « l »individu du Taureau ne gaspille pas  ses énergies  et il  a  besoin d’ etre fortement  aiguilloné  ec « (p. 20) et idem pour chaque signe. C’est dire que SBM n’aura pas resitué correctement l’apport d’un Naylor, d’où il partait! Que Naylor ait greffé sur cette base des prédictions est une autre histoire mais SBM instrumentalise   son action par une incroyable extrapolation, un non sens historique

En  effet, nous avions déjà signalé un almanach de 1793   dans notre série Zodiaque, chez Solar,  en 1981 en , reprise dans France Loisirs en 1992. Ainsi pour  notre introduction  (pp 6-8)  au  signe du Lion (de Brigitte Chéret) Nous mentionnions ce passage « Ceux  nés  sous le signe du lion  sont impulsifs et passionnés, honnêtes et fidèles etc » (cf   nos Recherches  sur l’histoire  de l’Astrologie et du Tarot, Paris, 1993,   pp. 36 et seq)

Mais déjà dans notre édition des traités astrologiques datant d’environ 1148  d’Abraham Ibn Ezra  (parue en 1977), on pouvait trouver des références du même ordre. (trad de l »hébreu en ancien  français au milieu du XIIIe siècle)

Le Lion (p. 87):  » Celui qui sera né en lui (..) sera homme de principe et ingénieux  etc »

On nous objectera peut etre que cela ne renvoie pas nécessairement au signe solaire, ce qui est un autre aspect du probléme puisque SBM nie  jusqu’à l’existence de toute  astro-typologie zodiacale, quel  que soit le critère utilisé.

On lit chez Alan Leo   (p 10): « Le   caractère réel et la destinée  de tous les gens  qui sont nés  lorsque le Soleil  occupait le signe céleste du Bélier « 

On lit dans Ibn Ezra : » Il y a six signes nommés  septentrionaux car lorsque le soleil les parcourt  etc »

Donnons pour terminer  quelques extraits de la prose de M. Bret Morel :

« Aujourd’hui pourtant, combien d’astrologues pourraient se passer de leurs douze signes astrologiques ? Pire, combien croient qu’ils ont été délimités par les premiers astrologues « il y a des milliers d’année, après des siècles d’observations attentives » ?! Au cas où on en douterait, les circonstances dans lesquelles sont apparus les horoscopes de presse démontrent le contraire. »

Par un tour de passe passe, SBM passe de la question des prédictions établies en référence aux signes zodiacaux  à celle de la préexistence des dits signes zodiacaux. Or, si précisément, il a pu semble heureux de référer les  prédictions aux 12 signes, c’est que ceux-ci précisément préexisitaient à un tel   dispositif  et d’ailleurs la fortune des livrets zodiacaux, sans aucune prévision – on pense à la série des éditions du Seuil à la fin des années 50- montre bien qu’il s’agit là de deux questions qui n’ont été liées que dans un certain cadre, celui des horoscopes de presse mais qui ont fonctionné séparément par ailleurs puisqu’au départ  les dits horoscopes de presse ne se référaient pas aux signes zodiacaux et donc ne pratiquaient pas la technique des maisons solaire.

SBM  aura voulu  faire d’une pierre deux coups mais qui trop embrasse mal étreint. *

Cela dit,  si l’on se situe dans une perspective de plus longue durée, nous  pensons que cette typologie zodiacale est le résultat d’un contresens car le zodiaque est avant tout une structure à caractère temporel doént on peut éventuellement se servir en astrologie mondiale quand une planète change de signe, comme cela se pratique pour les planètes transsaturniennes du fait de la durée de leur révolution. Autrement dit, se servir de cette typologie comme trait de caractère serait une déviance. Ajoutons que l’on peut tout à fait, tant en astrologie qu’en astrobomie,  s’en servir comme métalangage pour situer un astre dans le ciel mais sans en tirer d’enseignemenent en soi, le positionnement d’un astre relevant avant tout de la théorie des aspects. En revanche, comme l’a montré Gauquelin, le dispositif des maisons, quant à lui, aurait une certaine valeur typologique, lorsque une planète se lève au moment de la naissance et il ne faudrait pas confondre les signes calculés  à partir de l’axe équinoxial et qui dans le cas du soleil, se succédent sur une année et les maisons et notamment l’ascendant, lequel, d’ailleurs,recourt au symbolisme zodiacal , qui se succédent sur une seule journée. En ce qui concerne ce que nous nommons l’astro-horoscopie, ce qui compte c’est le transit entre planètes dans le ciel et planètes dans le thème-selon des modalités qu’il ne s’agit pas de préciser ici et pour nous le référentiel zodiacal n’est qu’un moyen de repère comme un autre et qui donc n’est pas en lui-même porteur d’information. En astro horoscopie, la position du soleil renvoie à une étoile fixe proche en longitude et non à tel ou tel signe ou telle ou telle constellation qui ne sont que des conventions et notamment quand il s’agit du passage d’un signe à l’autre car ces subdivisions sont factices, si ce n’est qu’elles servent aussi bien aux astrologues qu’aux astronomes. C’est ainsi que la « grande conjonction » Jupiter- Saturne qui se présente en ce moment existe sans dépendre en quoi que ce soit du zodiaque.

En tout état de cause, le présent article visait à dénoncer une grave erreur au regard de l’Histoire de l’Astrologie qui en dit long sur la qualité et le sérieux  des dossiers et des conclusions  que présente sur différents points l’auteur.

 

 

 

 

 

 

 

Notre  Bibliographie

 

Alan Leo and Early Modern Astrology, with Kim Farnell (video)

Jacques  Halbronn  Article  Astrologie in Encyclopédie thématique,  I,  Encyclopaedia  Universalis   Le Figaro, 2004, p. 456

Alan Léo L’astrologie  de tout le monde, ( (trad. de l’anglais) Paris,  Trédaniel, 1987 (reprint  Paris, Publications  astrologiques, 1906

Abraham  Ibn Ezra , Le Commencement de la Sapience des signes, Paris, Retz 1977

Jacques Halbronn  Recherches sur l’Histoire de l’Astrologie et du Tarot (avec le reprint  de  Etteilla,  l’astrologie du Livre de Toth, 1788), Paris, Trédaniel 1993

Jacques  Halbronn   Le texte prophétique en France, tome III,  Presses Universitaires du Septentrion, pp 913 et  seq  (sur le Kalendrier des Bergers)

Jacques  Halbronn,  Histoire des Livres d’Heures. La fortune du Kalendrier et Compost des Bergers en Angleterre et en Italie autour de 1500.  » in Revue Française Histoire du Livre, 2015 (n° 136)

David Ovason,  The History of the Horoscope,  UK  2005

James  Herschel Holden   A History of Horoscopie Astrology  From  the Babylonan Period to the Modern Ages, 1996

Jacques Halbronn   La Vie Astrologique, il y a cent ans, Paris, Trédaniel 1992  et  La Vie Astrologique, années trente cinquante, ibidem 1995

 

 

JHB  31 01 21

Annexe

Serge Bret-Morel
« 1936: le 1er horoscope de presse européen avec 12 signes astrologiques »

 

On pourrait croire que, comme l’astrologie dont elles proviennent, les prédictions horoscopiques signe par signe existent depuis la nuit des temps. Ce n’est pas du tout le cas. Il y a exactement 80 ans, l’astrologue Richard Harold Naylor (dont même les astrologues ont oublié le nom et, surtout, les publications) achève la mise en forme d’une rubrique nouvelle appelée au succès que l’on connait.

Ci-après : chronologie et conséquences

Chronologie

En décembre 1936, Naylor publie le premier horoscope de presse, tel que nous le connaissons, dans la toute jeune revue occulte Prediction. Mais il travaille déjà pour un journal populaire à grand tirage, le Sunday Express. Six ans plus tôt, en effet, Naylor est devenu célèbre du jour au lendemain quand, le dimanche 5 octobre 1930, on lui attribua (injustement) la prédiction du crash du dirigeable R101. Avec une cinquantaine de morts, dont un ministre et un vice-amiral, la catastrophe fit les gros titres. Profitant d’un autre concours de circonstances, il s’était déjà fait remarquer un mois et demie auparavant en publiant des prédictions astrologiques généralistes à l’occasion de la naissance de la princesse Margareth, petite sœur de la future reine Elizabeth. Remarquons que sa carte de naissance ne met pas encore en avant les signes astrologiques, comme on le fait aujourd’hui.
Sunday Express, 24 août 1930

Sunday Express, 24 août 1930

Pendant six années, sa rubrique hebdomadaire resta sans comparaison avec l’horoscope de presse actuel. Elle contenait surtout des prédictions destinées aux personnes nées aux dates du moment ou à des groupes définis indépendamment de l’astrologie : les politiques, les boursiers et même… les turfistes. Entretemps, Naylor varia les supports de diffusion de ses prédictions : livres, disques 78 tours et même courts-métrages destinés aux salles de cinéma ! Sa notoriété crût au point qu’on raconte que s’il conseillait de ne pas investir en bourse le lundi, les investissements reprenaient le mardi (prophéties auto-réalisatrices) ! (note 1)

L’année 1936 va donc être celle de la gestation des futurs horoscopes. Précédé de cette notoriété nouvelle pour un astrologue, il est accueilli en fanfare dans le premier numéro de la revue occulte Prediction. Il y tiendra une rubrique mensuelle mais, c’est la nouveauté, pourra aussi publier des articles de fond.

En février, son article « Qu’est-ce que l’astrologie ? » présente des colonnes séparées dans lesquelles apparaissent ce qu’il présente comme « les grandes lignes de douze types astrologiques » : le type Verseau, le type Poissons, etc. Ils sont accompagnés de leurs dates calendaires et titrés dans le pur jargon technique de l’astrologie : « Soleil en Verseau », « Soleil en Poissons » etc. (note 2). Pour preuve que le format des horoscopes signe par signe n’avait rien d’évident, ces douze passages dédiés disparaissent le mois suivant pour ne revenir qu’en août. Cette fois-ci, les titres renvoient aux dates du calendrier (« né n’importe quand entre le 21 janvier et le 19 février inclus ») et les références aux signes du zodiaque ne sont qu’en sous-titre (« le type Verseau », etc.). On sent la tentative d’intégration des deux données.

Entretemps, Naylor produit plusieurs articles dans lesquels les signes astrologiques deviennent suffisamment investis symboliquement pour autoriser à décrire le caractère d’une personne. Depuis plus de 2000 ans en effet, le signe astrologique est utilisé comme technique de repérage (dans le ciel) mais pas vraiment comme support d’interprétation. Contrairement à aujourd’hui, presque personne ne sait qu’il a « un signe astrologique de naissance » au début des années 30. Les portraits signe par signe de Naylor vont probablement le renforcer dans l’idée que le signe astrologique est plus important que ce qu’en a fait la tradition jusque-là. Les astrologues des différents pays du monde n’ayant jamais vraiment coordonné leurs pensées, il semble que les astrologues d’Angleterre ne connaissaient pas (ou bien rejetaient) les réflexions allant déjà dans ce sens tant aux Etats-Unis qu’en France.

Il faut attendre le mois de décembre 1936 pour que la rubrique prenne sa forme définitive : celle que nous trouvons encore aujourd’hui avec des prédictions selon les signes astrologiques émancipés des « types » et de la donnée « Soleil en ». Ils sont définis, en sous-titres, par leurs dates dans le calendrier comme on le fait encore aujourd’hui. Sa rubrique intègre le Sunday Express dès début 1937.

Mais ces événements amènent à quelques remarques plutôt surprenantes.
Conséquences

Les horoscopes de presse ont moins d’un siècle d’existence, 80 ans exactement : aucune tradition astrologique multimillénaire ne peut donc justifier leur pertinence de fait : ils constituent vraiment une forme nouvelle de prédiction astrologique, aussi contradictoire soit-elle. Bien sûr, les prédictions individuelles existent depuis bien plus longtemps mais elles nécessitent des calculs si complexes qu’il était techniquement insensé de les étendre à toute une partie de la population. C’est ce qu’osa le premier « horoscopeur ».

Jusque-là, via les almanachs, les configurations astrologiques sont considérées à l’échelle globale : si la planète Mars est dans le signe du Taureau à un moment donné, elle l’est pour tout le monde, c’est « l’astrologie mondiale ». Ou alors les prédictions s’adressent à des groupes éphémères (« ceux qui passent des examens », « ceux qui partent en voyage », etc.), voire à des professions. En somme, l’astrologie s’adresse à des groupes qui ne sont pas définis astrologiquement et elle ne vise pas à recomposer techniquement toute la population.

Or, si la position du Soleil en signe astrologique (qui va caractériser l’horoscope de presse) n’est qu’un facteur astrologique parmi bien d’autres, elle est la seule qui fonde notre calendrier ! La nouveauté de cette forme de prédiction est donc qu’elle crée tout à coup de véritables groupes astrologiques à la fois fixés à tout jamais (on ne change pas de date de naissance) et aisés à retrouver dans l’année. Commence ainsi la possibilité d’une continuité dans le temps des prédictions collectives, donc la possibilité d’une fidélisation du lecteur, toujours concerné par l’une ou l’autre des prédictions.

Et puis, techniquement parlant, les premiers horoscopes de presse réussissent la prouesse de paraître « personnalisés » (alors que chaque ligne concerne un douzième de la population mondiale, soit des centaines de millions de personnes !) et de toucher 100% de la population ! Une autre conséquence surprenante, la taille de la cellule familiale étant réduite, une personne est toujours l’un des seuls représentants de son signe astrologique dans son entourage familial ! A l’échelle individuelle, la prédiction signe par signe permet l’illusion d’une différenciation d’avec la plupart de nos proches.

Toutefois, on ne s’identifie pas psychologiquement « à un signe astrologique » mais à un « type astrologique », c’est-à-dire un ensemble de traits de caractères attribués à un signe astrologique. Or, comble du luxe, les astrologues n’ont jamais vraiment attribué ces traits de caractère aux signes astrologiques avant le XXe siècle. Autrement dit, ils n’ont jamais été définis à cette fin à leur origine, ce que confirment les travaux des historiens des sciences (note1).

L’horoscope de presse est donc tout sauf une tradition astrologique et les astrologues en place en Angleterre ne vont pas s’y tromper en dénonçant un usage qu’ils jugent abusif : le signe astrologique serait même « l’un des moins importants de toute la tradition astrologique » ! Aujourd’hui pourtant, combien d’astrologues pourraient se passer de leurs douze signes astrologiques ? Pire, combien croient qu’ils ont été délimités par les premiers astrologues « il y a des milliers d’année, après des siècles d’observations attentives » ?! Au cas où on en douterait, les circonstances dans lesquelles sont apparus les horoscopes de presse démontrent le contraire.

Une autre conséquence surprenante de cette suite d’événements est que le succès (ou la mode, c’est selon) des interprétations par les signes astrologiques est dû à la notoriété d’un astrologue qui n’a laissé aucune trace théorique. La tradition astrologique reste un géant aux pieds d’argile.

On est donc très loin du prestige « des Anciens » (s’ils ont vraiment existé, note3) et si les horoscopes ont très vite fait le tour du monde c’est aussi pour une raison purement technique : la syndication. C’est l’un des outils de la communication de masse, laquelle prend son essor justement dans les années 30. Apparue dans les années 20, la syndication consiste à vendre à des diffuseurs le droit de reproduire un contenu particulier. Les horoscopes de Naylor (et d’autres astrologues anglais) vont ainsi, juste par syndication, être diffusés dans tout l’empire britannique.

L’apparition et le succès des horoscopes de presse relèvent donc de circonstances inattendues mais en rien mystérieuses.

Serge Bret-Morel

Notes :
1 – Astrologie : la fin des mystères (tome 1), Mensa France, 2016.
2 – Astrology and Popular Religion in the Modern West, Nicholas Campion, Routledge, 2016

 

 

 

 

Publié dans ASTROLOGIE, HISTOIRE, sociologie, symbolisme | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Manifeste pour une astrologie minimale. Le principe d’Occam

Posté par nofim le 18 janvier 2021

Manifeste pour une astrologie minimale ou le principe d’Occam

pat  Jacques  Halbronn

Nous pouvons dire que dans le paysage astrologique français, nous représentons le courant d’une astrologie que l’on pourrait qualifier de « minimale » voire « minimaliste » et tel devrait d’ailleurs être lé véritable débat de nos jours ente notre courant et celui d’une astrologie liée à l’astronomie et donc vouée  à gérer un grand nombre de facteurs planétaires, au nom d’une certaine « modernité ».Encore est-il  conseillé  de prendre conscience que si une astrologie minimale est minoritaire parmi les astrologues, tel n’est nullement le cas dans le public lequel se satisfait de se voir signer le seul signe « solaire », ce qui relève bel et bien du courant minimaliste et d’un monoplanétarisme. De même les travaux statistiques de Michel Gauquelin nous semblent, eux aussi, pouvoir s’inscrire au sein d’une telle mouvance, marquée par un goût pour la simplicité des moyens mais aussi des fins., l’une n’allant pas sans l’autre.

La philosophie de la sensibilité  astro-minimaliste  passe par l’idée selon laquelle  notre cerveau sature assez vite, confronté à de la complexité. Or, c’est bien à de la complexité que l’astrologue expose son client/patient. En ce sens, modernité et complexité feraient bon ménage car l’astrologue de la modernité se voit doter d’un clavier assez riche, notamment avec l’apport de planètes inconnues de l’Antiquité.  C’est d’ailleurs l’avis de l’auteur de »Pour une astrologie Moderne » -Ed du Seuil,  Jean-Pierre Nicola et de  ses disciples. En adoptant et en intégrant des astres découverts grâce aux nouveaux moyens techniques, depuis  Galillée et sa lunette, l’astrologie disposerait d’un meilleur arsenal, ce qui lui aurait manqué, à les entendre. Plus on est de fous, plus on rit! 

On allait ainsi mieux baliser minutieusement la psyché personnelle  mais aussi accompagner l’Historien dans son découpage du Temps, grâce aux planètes « lentes », sur des siècles.-cf Barbault  De la psychanalyse à l’astrologie, 1961 et Les astres et l’Histoire. 1967) Et tout cela grâce à cette modernité  soutenue par l’informatique, laquelle serait en mesure de gérer les schémas les plus sophistiqués.(Astroflash 1967, cf Wikipedia) Les années soixante auront donc été l’âge d’or de cette modernité, garante du microcosme comme du macrocosme alors que les années cinquante avaient été la scène où  circulaient les  douze types zodiacaux, dont, paradoxalement, Barbault avait été le chantre avec la Collection par au Seuil, dont l’emploi  avait été singulièrement simple avec à la fois un matériel astronomique réduit à un seul vecteur, le Soleil natal  et une typologie permettant d’encadrer toute notre Humanité avec la plus grande économie de moyens. Toutefois, au niveau statistique, Michel Gauquelin, dès 1955, préconiserait une typologie planétaire avec trois puis cinq astres,en rapport avec  diverses activités professionnelles (L’influence des astres, Ed du Dauphin)

Les années soixante-dix  verraient-elles, encore, une autre représentation de l’astrologie?En1976, nous publiâmes Clefs pour l’Astrologie, chez Seghers, qui ouvraient une nouvelle voie, celle de l’astrologie minimale.(cf aussi Astrologie Sensorielle, in magazine Cosmopolitan, Décembre 76). On prenait ses distances par rapport à l’astronomie en n’en retenant que quelques données, tendant ainsi vers le monoplanétarisme. Avec un seul vecteur planétaire, passant successivement par un certain nombre de périodes,  l’on pouvait faire de sérieuses économies logistiques.  Complexité cette fois dans le temps mais non plus dans l’espace, le thème natal, support de complexité par excellence,  n’était plus incontournable. On allait vers une formulation sinusoidale et non plus statique. André Barbault proposait d’ailleurs un graphique couvrant plusieurs décennies, certes constitué de cinq planètes mais  débouchant sur une courbe au profil simple, binaire, montante ou descendante. (indice cyclique) Rappelons aussi qu’au Xe siècle, Albumasar avait proposé un modèle axé sur la seule conjonction de Jupiter et de Saturne et qui fera référence  longtemps  

Force est de constater d’ailleurs que le découpage en 12  types se sera perpétué depuis les années trente en dépit d’une rhétorique moderniste axée sur le culte de ces nouveaux prophètes que seraient les astronomes des temps modernes, oracles capables de baptiser les astres comme l’avaient fait leurs ancétres,leurs prédécesseurs  des millénaires auparavant! Astrologie, astronomie, mythologie convergeaient avec la psychologie, la poésie et la Science. Merveilleux cocktail. On peut donc parler d’une guerre « civile » des astrologues, dont profitaient les astrosceptiques, les astrologues « scientifiques » n’ayant pas de mots trop durs à l’encontre d’une astrologie bien trop simpliste, à leur gout! Quelque part il y avait une astrologie des planètes face à une astrologie des signes zodiacaux, discréditée notamment par la précession des équinoxes et l’attente de la religion du nouvel  âge du Verseau (Aquarius Age), avec le passage du point vernal dans une nouvelle constellation. Deux mystiques face à face. Les astrologues « scientifiques » s’en tenaient aux seules planètes du système solaire  -cf Nicola et  ses Nombres et formes du cosmos 1977) et excluaient tout recours aux étoiles fixes bien plus lointaines. Nicola  en utilisant l’expression « Astrologie moderne »  reprenait le titre  de l’organe mensuel  du Centre International d’astrologie des années cinquante.  https://www.astrolearn.com/astrology-bibliography/lastrologie-moderneParadoxalement,  l’astrologie des 12 types  évitait le biais personnel, les gens sav/aient qu’ils n’étaient pas formatés sur un modèle, un moule, unique comme les partisans du thème individuel. L’astrologie minimale évitait un tel écueil du fait même de ses moyens limités alors que l’autre astrologie était la proie de la pléthore et de l’inflation, en une sorte de fuite en avant, sous tendue par les performances des ordinateurs! 

Certes, l’on pouvait objecter que l’Humanité avait vécu des millénaires durant sans pouvoir même voir ces planètes invisibles à l’oeil nu mais précisément, la technologie  le permettait désormais, ce qui ferait progresser considérablement l’outil astrologique! Toutefois, il ne semble pas que cet ajustement, ce rattrapage historique, cet aggiornamento, cette mise à jour, ait vraiment favorisé l’intégration de l’Astrologie en ce début du XXIe siècle et le passage dans le Troisième Millénaire pas plus que les psychanalystes et les historiens n »aient adopté les outils astrologiques   comme si l’étrangeté de cette « science » atteinte de surpoids,surdimensionnée, la condamnait à rester en marge, en dépit de tous les gages de bonne volonté!Comme si quelque chose « clochait ». Il est vrai comme nous le disions d’entrée de jeu que les gens aiment ce qui est simple, accessible , compréhensible et finalement binaire, faute de quoi, ils se sentent démunis face au discours astrologique.  Une sorte de bon sens protégeait contre un certain délire mathématique. Cette astrologie moderne n’était guère compatible avec une approche statistique puisqu’elle générait  une diversité insondable, une véritable usine à gaz, outre le fait qu’une telle astrologie empiétait sur le terrain des thérapeutes, d’une part et des historiens de l’autre,  sans disposer des outils appropriés de connaissance du terrain ici bas..

Autrement dit, l’on semble se rapprocher d’un renversement de tendance : l’astrologie qui se trouve stigmatisée serait désormais l’astrologie hyper-sophistiquée  de la personnalité (selon la formule d’un Dane Rudhyar) alors que l’astrologie « minimale » aurait le vent en poupe.  On met en avant en faveur de cette dernière la parabole de la banane, du bon grain et de l’ivraie ainsi que la devise communiste. D’une part, dans la banane, tout ne se mange pas et pas plus au niveau des astres et de l’autre, de chacun selon ses besoins et ses capacités: l’argument de l’anachronisme mis en avant par un Yves Lenoble (L’astronomie base de l’astrologie. 1978) selon lequel  l’astrologie devait impérativement évoluer  ne résiste pas face à la parabole de la maison que l’on ne va pas reconstruire sous prétexte que l’on aura trouvé entre temps d’autres matériaux et d’autres techniques!  En optant pour les planètes nouvellement découvertes, l’astrologie ne se trouvait-elle pas déracinée, quittant la proie pour l’ombre? Ne valait-il pas mieux s’en tenir à un schéma simple astronomiquement, avec une interprétation  également dépouillée sur le plan cyclique, laissant à d’autres disciplines la tâche en aval  de rentrer dans le détail? L’astrologie devait reprendre de la hauteur et retrouver une certaine légèreté, quitte à se mettre au régime. Selon nous, l’astrologie du signe solaire est l’avenir, quitte à la perfectionner  en rationalisant la pratique des « transits » sur le soleil natal selon un modèle duel :  phases de conjonction/opposition alternant avec des phases de quadrature mais uniquement pour les leaders, car ceux ci seraient les relais entre le ciel et la terre.; autrement dit, un nombre très limité d’acteurs, d’agents,ce qui correspond à l’organisation de nos sociétés et à notre système d’élections de députés, de représentants, de sénateurs. C’est ainsi que l’astrologie minimale fournirait des clefs précieuses pour comprendre et suivre  le fonctionnement d’une certaine élite.. Ce serait la fin d’une astrologie démesurée « pour tout le monde ». L’astrologie minimale n’a pas besoin de l’astronomie pour exister et surtout pas des télescopes et des ordinateurs. On en reste à des choses simples: sous quel signe est ne le leader, au début, au milieu ou à la fin du signe  et  quels angles les planètes forment avec  le soleil natal. Parmi ces planètes de « transit », on ne retiendra pas les astres trop rapides comme la Lune, Mercure, Vénus ou le Soleil et selon nous, l’astre astrologiquement le plus  en vue serait Jupiter avec son cycle de 12 ans, divisible en deux hémicycles de 6 ans, ce qui donne des sous périodes de trois ans, dont on nous dit, en dehors du milieu astrologique, que c’est un temps structurant.  Cela dit, il nous faut rejeter la division spatiale en 12  caractères; ce qui distingue les leaders c’est avant tout le calendrier  déterminé par la position du soleil, lequel calendrier  fera passer les leaders par la même succession d’états mais pas au même moment. Il n’y a pas de synchronisation des leaders mais leur parcours est structurellement identique et se repète à plusieurs reprises, en moyenne une douzaine de fois, mais chaque fois à frais nouveaux, ce qui permet néanmoins l’approche statistique laquelle fait apparaitre du semblable derrière l’apparence de la diversité.  

Le  coup de pied de l’âne  avec Patrice Guinard, dans son Manifeste, dénonçant  « l’activisme mercantile des charlatans et la pseudo-astrologie des rubriques horoscopiques des journaux et des services télématiques » ou encore en  citant l’auteur  de Clefs pour l’Astrologie    » On trouve aussi parmi les plus acharnés certains ex-astrologues désillusionnés sur leur capacité à apporter une contribution originale à l’édifice astrologique: « ceux qui ont essayé d’être astrologues mais qui ont échoué » Guinard pose, dans le même Manifeste,  comme postulat  à accepter par l »astrologue « l’adéquation des facteurs à la réalité physique et astronomique »ce qui signifie, entre autres, pour lui l’acceptation de la totalité du système solaire faute de quoi l’on serait victime d’un « réductionnisme ».

 

 

 

 

JHB

19 01 21

Publié dans ASTROLOGIE, HISTOIRE, sociologie | Pas de Commentaire »

123
 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs