jacques halbronn La vraie notion de synchronie en astrologie

Posté par nofim le 17 mai 2022

jacques halbronn La vraie notion de synchronie en astrologie   
Quand il est question de synchronie ou de synchronicité en astrologie,  on pense généralement aux corrélations entre les hommes et les astres. Or, force est de constater que de telles corrélations ne sautent pas aux yeux dans la mesure où les astres constituent un monde lointain et dont nous n’avons pas, pour le moins, une appréhension évidente. En revanche,  une autre synchronie s’offre à nous, bien plus repérable, c’est celle qui nous relie, nous connecte aux autres humains, dans un même temps.
Or, la façon dont les astrologues d’aujourd’hui abordent le rapport de l’individu au cosmos ne fait-elle point abstraction d’une certaine communauté de destin  quand on se focalise sur le thème natal? Un moyen terme est la prise en compte du signe de naissance, ce qui divise l’impact planétaire en 12   cas de figure. Pour notre part, nous ne voyons point là une « bonne idée » et il nous semble tout de même plus sain de rechercher un impact général qu’un tel compartimentage. Cela est encore bien trop alambiqué pour espérer parvenir à mettre en évidence la réalité du rapport  Ciel-Terre, pour parler comme dans le premier verset du Livre de la Genése, ce qui doit passer par le constat d’une certaine synchronie entre les humains, laquelle n’est possible-paradoxalement- que du fait même du rapport Ciel-Terre, en tant que  cause centrale d’un tel phénoméne.
En d’autres termes, il importe que l’impact d’une configuration donnée  concerne tout le monde, au même moment, et  ce, sans le moindre décalage. Rappelons qu’en astrologie EXOLS, l’on travaille sur une succession  et une alternance (équinoxe/solstice) de phases de 7 ans. Cela conduit à des mouvements en sens inverse et l’on imagine quelle serait la confusion si cela partait dans tous les sens, ce serait carrément illisible, sans parler du nombre de planétes prises en compte. On se contentera donc, prudemment, de suivre l’alternance de deux temps, l’équinoxial et le solsticial,  avec leurs impacts respectifs, à partir du cycle de Saturne autour des axes équinoxiaux et solsticiaux.. En phase solsticiale, on voudra maintenir un certain statu quo, en préservant les diverses structures existantes, telles que les religions et les nations, en s’inspirant d’un imaginaire collectif  traditionnel. Il faut comprendre que lors d’un tel changement de phase, les sociétés tendront à se comporter « comme un seul homme » en un même mouvement. Et c’est l’observation massive et quantitative d’une telle synergie d’ensemble, ce qui n’empêchera nullement une certaine diversité puisque les mémoires du passé peuvent indéfiniment varier . Mais  la démarche mémorielle sera grosso modo la même, partout sur notre globe. Inversement, en phase équinoxiale, il ne s’agira pas d’un retour vers un passé existentiel, à l’échelle de quelques générations  mais bien plutôt d’une passé « essentiel », d’une problématique métaphysique visant à restituer le « plan divin », ce qui exige de creuser bien plus profond que pour la phase solsticiale et là encore, une même synergie devrait pouvoir s’observer et se préter à la comparaison et à la convergence, par delà les différences  qui tendront cette fois à s’estomper. Dans le cas de la solsticialité, on sera plutôt sur une pente centrifuge et dans celui de l’équinoxialité, sur une pente centripéte.
JHB   17 05 22

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE, FEMMES | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Epistémologie. Le critère démonstratif du mouvement. La question juive.

Posté par nofim le 17 mai 2022

Jacques  Halbronn   Epistémologie.  Le critère démonstratif  du mouvement     

 

 

 

Une question récurrente  est celle de l’identification des catégories sociales, dans le temps et dans l’espace. Qui est qui?  Voilà qui pose le probléme du mouvement et de  ce qu’il nous enseigne. Cela reléve du visuel, de l’observable au regard du cinétique.  A un premier degré, l’on peut tenir compte de l’apparence, celle de l’âge, du sexe, de la race, de la « couleur » de la peau tout comme sur un tableau de bord,  on a affaire à différents signaux, éventuellement dotés de teintes différentes. On pense aux feux de signalisation. C’est là un critère objectif immédiatement identifiable et perceptible.

Mais il y a un second  degré qui exige du temps et donc une observation prolongée, « durable ». Nous entendons par là le repérage de personnes  se  distinguant, sortant du rang, se mettant en avant,  bref se faisant remarquer d’une façon ou d’une autre.  On ne contestera pas que le propre d’un leader c’est de savoir mobiliser, rassembler, à la façon d’un aimant agissant sur de la limaille de fer. A contrario, il n’y aura pas grand mérite si le groupe préexiste. A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. (Corneille)  Il est important que certaines personnes soient capable de faire bouger les lignes. La Bible nous parle de « Justes » dans le dialogue du Livre de la Genése relatif au sort de la cité de Sodome. Sans une certaine proportion d’entre eux, la ville est condamnée à la destruction de la même façon qu’un organisme déficient en globules, par exemple, sera, à terme, voué à dépérir. 

Il nous semble que c’est un assez bon critère que celui du mouvement que tel ou tel acteur aura su générer. Et on reste bien dans le cadre du mouvement, du changement  perceptibles. Ce critère vient, en effet, heureusement compléter celui, évoqué plus haut,  de l’apparence. Dans les deux cas, on est bien dans le visuel. S’agit-il d’une complémentarité ou  d’une dialectique voire d’une opposition?. Pour nous, produite du mouvement au sein d’une société reléve du miracle, bien plus que ceux que l’on met en exergue dans la Bible autour d’un Moïse ou d’un Jésus. Nous leur préférerons un Cyrus en ce sens que le fait d’avoir ramené les Juifs dans leurs pays d’origine mérite d’être qualifié de miracle et selon nous le personnage de Moise a été inspiré par celui de Cyrus, par delà la chronologie  antidatée, fournie dans l’Ancien Testament.

Pour en venir à la question  juive contemporaine,  nous pensons que le critère du mouvement s’applique assez aisément  en ce sens que parmi les personnages qui ont su faire  bouger les choses, la proportion de  Juifs est impressionnante, notamment sur les cinq derniers siècles et cela vaut pour le présent siècle. Ce serait donc un signe distinctif, non visuel au niveau de l’apparences physique certes -come d’aucuns ont cru bon de le penser- mais de leur présence dans toutes sortes de processus  de mouvement observables. De la sorte, c’est une toute nouvelle définition, identification du Juif  qui se voit  ainsi proposée.  Le caractère minoritaire de la présence juive dans le monde confère à une telle aptitude une portée démonstrative d’autant plus marquante.

 

 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  17 05  22

Publié dans anthropocosmologiz, judaîsme, Juifs, LINGUISTIQUE, PSYCHOLOGIE, théologie | Pas de Commentaire »

Didier Raoult et son coming out sur l’astrologie

Posté par nofim le 17 mai 2022

Didier Raoult en vidéo sur Dailymotionwww.dailymotion.com › topic › xjmjg

Didier Raoult et l’astrologie
ANTIDOTE

 

Le directeur de l’IHU de Marseille nous a gratifiés d’une sortie de route assez spectaculaire mardi dernier, dans son dernier bulletin scientifique publié sur la chaine Youtube officielle de l’institut.
Dans cette séquence, il décide de se lancer dans une charge assez improbable contre les modèles mathématiques utilisés pour prédire l’évolution des épidémies.

Je ne suis pas d’accord et je veux faire mes excuses quand je me trompe. Quand je dis que les modèles prédictifs sont de mêmes natures que les astrologues : les astrologues sont supérieurs.
Donc pour le professeur Raoult, les prédictions astrologiques sont supérieures aux prédictions basées sur la modélisation mathématique des épidémies.
Alors c’est peut-être du second degré, mais le problème c’est qu’il poursuit son laïus pendant de longues minutes en expliquant que l’astrologie, contrairement aux modèles mathématiques qu’il dénonce, s’appuie sur des observations millénaires liées aux dates de naissance or, dit-il, il y a des études scientifiques qui montrent qu’il y aurait corrélation entre durée de vie et mois de naissance.

En quoi cette séquence pose-t-elle problème ?
À plusieurs titres. D’abord ça dénigre de fait, tout un pan de recherche scientifique basée sur la modélisation des prédictions épidémiques. Ensuite, son propos sur l’astrologie, quoi qu’on en pense, revient à lui donner du crédit, alors que rien aujourd’hui ne valide sur le plan scientifique les croyances ou les pratiques liées à l’astrologie. Ensuite ça n’est pas n’importe qui qui parle, on a une personnalité de premier plan, un directeur d’un institut universitaire renommé, qui a une véritable popularité, avec des fans qui boivent littéralement ses paroles.

Enfin les croyances ésotériques, notamment l’astrologie, sont devenues un véritable phénomène qui augmente depuis 20 ans.

Y a-t-il des estimations ?
Oui un sondage de novembre 2020 effectué par l’IFOP révélait que 41% des Français étaient perméables à l’astrologie. Un phénomène qui touche particulièrement les jeunes de 18 à 24 ans qui sont plus de 70% à croire aux parasciences. Et c’est d’autant plus alarmant que le premier motif de consultation de pseudo experts en sciences occultes, c’est la santé.

C’est aussi un véritable business, où les consultations sont facturées parfois plusieurs centaines d’euros
Et tout cet écosystème se nourrit essentiellement de l’insécurité sociale, du malêtre ou de la crédulité de personnes parfois fragiles. Et on peut donc trouver navrant qu’en 2022, des scientifiques comme Raoult, sans oublier les grands médias avec leurs horoscopes, donnent encore du crédit à ce type de croyance. Parce que banaliser la pensée magique, ça n’est jamais anodin.

Légende du visuel principal: Didier Raoult et l’astrologie © Getty / Aurelien Meunier

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Les pseudo miracles du Royaume d’Israel et des Evangiles

Posté par nofim le 15 mai 2022

Jacques  Halbronn  Les pseudo miracles du Royaume d’Israel et des Evangiles.

 

Qu’en peut-on et doit-on parler de « miracle »? Selon nous, le miracle est lié à la notion de création et n’a rien à voir avec une exception aux lois « naturelles ». Comment peut-on raisonnablement s’imaginer qu’un miracle remettrait en question le plan divin? Or, dans la bouche d’un grand nombre, le miracle ne respecterait pas le fonctionnement, le cours normal des choses comme dans le cas de la traversée de la Mer Rouge, la guérison des maladies, des infirmités voire la mort, d’où la célébration de la « résurrection », du temps de la  Pâques. Dans notre ouvrage Le monde Juif et l’astrologie, nous avions abordé l’idée de miracle quand on nous montre que l’on peut échapper à l’influence astrale -notamment si l’on respecte les commandements et autres mitzwoth- mais dans ce cas, encore faut-il croire à la dite influence pour être en position de la contrecarrer. Quant à Maimonide, il tendrait à penser que les miracles seraient prévus d’entrée de jeu dans le plan de la Création, ce qui montre que leur fonction n’est pas de remettre en question celui-ci.  Pour nous, le miracle reléve d’un acte créatif et non disruptif, il est nécessaire, il est une condition du  bon fonctionnement du monde et en l’absence de miracle, le monde  irait mal.

Maintenant, force est de constater que la Bible met en scéne, tant dans l’Ancien que dans le Nouveau Testaments, ce que nous avons appelé le miracle disruptif, comme dans le cas de Moïse et de Jésus. Or, pour nous, le personnage de Moise, campé dans le Livre de l’Exode, est une invention israélite, ce qui ressort notamment de la référence constante à Israel, et notamment aux « Beney Israel » et ce, dès les premières lignes. Le personnage de Jésus nous semble d’ailleurs largement calqué sur celui de Moïse, ne serait-ce que par les conditions de sa naissance.

A partir de là, le personnage de Jésus serait le produit d’un certain mimétisme, d’une « préfiguration »  mais il y aurait erreur sur le modéle à suivre, ce qui est le pire qui puisse arriver à celui qui « copie » mal, comme nous l’avons montré pour les contrefaçons de l’oeuvre de Nostradamus

Selon nous, le miracle est consubstantiel à la dynamique de la Création, ce qui ressort déjà du début de la Genése..

 

 

א בְּרֵאשִׁית, בָּרָא אֱלֹהִים, אֵת הַשָּׁמַיִם, וְאֵת הָאָרֶץ.  1 Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre.
ב וְהָאָרֶץ, הָיְתָה תֹהוּ וָבֹהוּ, וְחֹשֶׁךְ, עַל-פְּנֵי תְהוֹם; וְרוּחַ אֱלֹהִים, מְרַחֶפֶת עַל-פְּנֵי הַמָּיִם.  2 Or la terre n’était que solitude et chaos; des ténèbres couvraient la face de l’abîme, et le souffle de Dieu planait à la surface des eaux.
ג וַיֹּאמֶר אֱלֹהִים, יְהִי אוֹר; וַיְהִי-אוֹר.  3 Dieu dit: « Que la lumière soit! » Et la lumière fut.

 

 On est loin du miracle « mosaïque »:

 

 « Moïse étendit le bras sur la mer. Le Seigneur chassa la mer toute la nuit par un fort vent d’est ; il mit la mer à sec, et les eaux se fendirent. » (Exode 14, 21-27)  et ce commentaire sur Internet de s’interroger: . » Le miracle accompli par Moïse, premier personnage à être nommé « homme de Dieu » dans la Bible, est sans doute l’un des plus célèbres. Il permit à tout un peuple d’échapper à l’armée égyptienne. Mais un tel miracle est-il scientifiquement et physiquement possible ? » Quelle différence entre le Livre de la Genése et celui de l’Exode! La philosophie n’est pas la même! 

Il importe de comprendre que dans la théologie juive telle que nous l’appréhendons il convient de rendre grâce à Dieu du « miracle » de la Création et de ne pas mettre cela sur le compte de la « Nature ». On dit d’ailleurs qu’un « miracle n’a pas eu lieu », quand les choses n’ont pas pris la tournure souhaitée. On ne doit pas prier pour que les choses ne se fassent pas mais pour qu’elles se fassent et s’en féliciter quand le projet aboutit, s’accomplit en dépit des obstacles.  Au fond, nous ne sommes pas loin de penser qu’une certaine idée du miracle reléverait plutôt de Satan, de l’adversaire capable de mettre en échec le plan divin par des « miracles ».  Or, nous sommes obligés de devoir constater que le judaisme tel qu’il se présente actuellement est fortement imprégné de l’israélisme, ne serait-ce que par cette référence à Israel dans l’invocation la plus sacrée.

 Wikipedia:

 

« Le Chema Israël s’insère dans un long sermon prodigué par Moïse aux enfants d’Israël peu avant sa mort rapporté dans le livre du Deutéronome au chapitre 6. Énoncé après la seconde version du Décalogue, il constitue le fondement du message mosaïque »  En réalité, c’est dans le livre des Prophétes que cette injonction se trouve et le Pentateuque est en fait repris du dit Livre. Ne nous fions surtout pas à la chronologie biblique!

 

 

JHB  15 05 22

Publié dans ASTROLOGIE, Bible, RELIGION, théocratie, théologie | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Astrologie EXOLS La phase équinoxiale exige un leadership de haute volée.

Posté par nofim le 15 mai 2022

jacques  Halbronn    Astrologie EXOLS   La phase équinoxiale  exige un leadership de haute volée. 

 

 

A la différence de la phase solsticiale qui conduit à respecter un certain statu quo, une gestion pragmatique de la diversité, la phase équinoxiale  constitue une épreuve de vérité pour une société, selon qu’elle disposera ou non d’une élite vraiment performante car la tache à accomplir n’est certainement pas à la portée du premier venu. Il s’agit en effet,  d’en revenir en amont  à des fondamentaux, de remonter jusqu’aux « principes », à la conception première, matricielle, ce qui exige, disons-le, un certain « génie » qui ne court pas les rues. 

Le mot « union » est souvent galvaudé et se limite bien souvent à de la juxtaposition. C’est ainsi que dans les années cinquante du siècle dernier, il  y a eu échec de la Communauté Européenne de Défense (CED), à cause notamment de la France et l’on a pu constater que cette Communauté, devenue Union Européenne, ne s’y est pas forcément bien pris, dans le bon  ordre. Actuellement, on parle de « fédération », d’union, mais il s’agit bien plutôt d’une réminiscence nostalgique, propre à une phase solsticiale. Il faut un « titan » politique, scientifique, religieux, pour  résorber les clivages en vigueur, lors de l’avénement d’une nouvelle phase équinoxiale, qui soit à la hauteur de l’enjeu, du défi.

En effet, la phase équinoxiale a vocation à remettre les pendules à l’heure, à renouer avec le plan « divin » dont l’astrologie est, selon nous, le fer de lance, d’évacuer les scories, les dérives, les altérations. On prendra deux exemples de feuillles de route:  l’astrologie  et le judéo-christianisme.

 

I  L’Astrologie 

 

La prochaine phase équinoxiale devrait, en principe,  permettre une refonte compléte du corpus astrologique. Il  y a beaucoup d’appelés et peu d’élus pour nettoyer les Ecuries d’Augias (Travaux d’Hercule) On a vu le cas d’André Barbault, qui, en 1967, dans Les Astres et l’Histoire (Ed Pauvert),  proposa – déçu par le cycle Saturne Neptune vers lequel il reviendra 22 ans plus tard – un nouveau « modéle universel », ne tenant plus compte du nom des planétes  ni de leur position  sur l’écliptique. Or,  en cette année 1967, Saturne passait en mode équinoxial, sur le point vernal, à 0° Bélier et les esprits étaient donc disposés à assumer une telle révolution. Malheureusement, le modéle barbaultien-hérité  de Gouchon – était mal ficelé et son application va conduire à un fiasco prévisionnel autour de l’annonce d’une Troisiéme Guerre Mondiale, prévue pour le début des années 80, quand la « concentration planétaire » atteindra son maximum (à partir de 5 planétes, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune et Pluton, donc 3 transsaturniennes inconnues de l’Antiquité). On peut espérer que l’Astrologie EXOLS que nous avons formulée connaitra un certain impact lors de la prochaine phase équinoxiale de 7 ans, ce qui peut conduite à  un désenclavement de l’astrologie ce que Barbault n’aura jamais réussi à obtenir.

 

 

 

II le judéo-christianisme

 

  Dans le domaine des religions « bibliques », « monothéistes », il y aurait également du pain sur la planche et l’on a du mal à imaginer une refonte de la relation  entre judaisme et christianisme, à l’occasion d’une prochaine phase équinoxiale de Saturne. Là encore, le poids des traditions exigerait un  travail herculéen pour repenser tout un systéme doctrinal. Pour notre part, là encore, nous avons proposé  certaines pistes mais cela semble un tâche « surhumaine », relevant du miracle. Notons d’ailleurs que l’astrologie aurait son rôle à jouer pour repenser une telle théologie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  15 05 22

Publié dans ASTROLOGIE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Astrologie. L’épineuse question des « orbes » et la répartition du temps.

Posté par nofim le 15 mai 2022

Jacques  Halbronn     Astrologie. L’épineuse question des  « orbes » et la  répartition  du temps.     Quand on interroge un astrophile/astrologue sur la durée d’impact d’une configuration astrale, se souléve nécessairement  la question dite des « orbes ». On nous répond que tout dépend de l’orbe que l’on s’est fixée et cela vaut aussi, au niveau informatique. On s’accorde en général sur une fourchette, une « marge »,  entre 5 et 10° mais cela peut varier selon les critères choisis. On s’intéressera ici aux causes puis aux conséquences d’une telle problématique. 

 

I  Les causes 

Dès lors que l’on dresse une carte du ciel, pour un instant T,  les « aspects » seront rarement exacts (partils), d’où le recours à l’orbe. Ensuite, comme l’on prend en compte un nombre important de planétes et autres facteurs, l’on ne peut, en principe,accorder des marges trop importantes vu qu’il faudra répartir le gâteau du temps en parts en proportion. L’accroissement du nombre de facteurs conduit mécaniquement à diminuer  l’ampleur des orbes accordées.

  Par ailleurs, les astrologues penchent volontiers pour un certain degré de précision, ce qui est susceptible, d’affecter le montant « orbique », ce qui va dans le sens de la demande de précision quant à l’heure (et donc du lieu) de naissance. C’est ainsi que Roger Héquet ( ACB) sera en faveur d’orbes très faibles. On fait de nécessité vertu.

 

 

II Les conséquences 

 

 Le grand perdant, dans cette affaire, est la notion de phase, de période au profit du surinvestissement de celle d’événement « ponctuel ». Or, pour déterminer une période, il faut aménager un commencement et une fin, tout comme on  a besoin de deux points pour tracer une ligne. En outre,  comme son nom l’indique, l’orbe est « circulaire », c’est à dire qu’elle couvre à égalité ce qui précéde et ce qui suit le moment de la configuration stricto sensu. Faut il alors circonscrire une phase autour du dit moment,  en amont comme en aval? 

 

 Nos propositions Pour notre part, la période étant un commencement, il n’y a pas de raison que cela couvre ce qui est avant la configuration. Par ailleurs,  en référence au cycle saisonnier, comme au mouvement diurne,  on va d’un point à un autre, et le printemps va s’étaler sur  trois mois. et ainsi de suite et le pic ne sera pas le début du processus. Il est clair que selon l’option choisie, la prévision  variera singulièrement. On nous répondra peut être qu’une configuration sera effective jusqu’à ce que se présente une autre configuration englobant d’autres facteurs mais cela conduit à des périodes de tailles extrémement variables et nullement calibrées. Pour nous, l’astrologie  a besoin d’un mode unique de balisage du temps, d’une seule et même « unité » de mesure.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  15 05 22

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Sociologie. Intégration. Les handicaps temporaires et les pérennes.

Posté par nofim le 15 mai 2022

jacques  Halbronn  Sociologie.  Intégration. Les  handicaps  temporaires  et les pérennes   

 

En matière d’intégration, toutes les différences ne pésent pas du même poids.  Il est clair que l’enfant qui vient au monde sera confronté à des obstacles temporaires qui se résorberont avec le temps. Ce ne sera qu’une question de temps.  L’obstacle linguistique est également voué à s’estomper, à des degrés divers,  avec l’apprentissage des langues pour un étranger. Quant à l’obstacle religieux, il pourra  être franchi par la conversion ou par une pratique privée, ce qui peut relever de la laîcité plus ou moins marquée d’une société à l’autre.

Il  en est autrement des « handicaps » -au prisme de l’intégration- liés au sexe, à la couleur de la peau qui ne disparaissent pas avec le temps et ce, même sur des générations, ce qui montre les limites de la francophonie des immigrés. Le conflit ukrainien a mis en évidence cet apparent paradoxe, à savoir que les immigrés ukrainiens, quelle que soit leur méconnaissance de la langue française, auront à terme des perspectives d’intégration, plus  heureuses que les originaires de pays « francophones » d’Outre mer. On est là face à des « handicaps » pérennes que ni la naturalisation, ni la conversion ne sont en mesure de dépasser. Il en est de même pour le sexe, même si l’on peut envisager des opérations « transgenre ».  La différence, c’est qu’une femme peut  éventuellement engendrer des garçons alors qu’en ce qui concerne la couleur de la peau, il faudrait passer par le métissage, ce qui ne résout pas totalement le probléme « visuel », celui de la perception « immédiate », laquelle reste déterminante. Entendons par là que ce n’est que dans un second temps, que l’on pourra prendre connaissance d’autres données chez autrui que celle qui « sautent aux yeux » (le  rôle du  « faciés » pour les contrôles d’identité, de police) et relévent de certains automatismes,  car, qu’on le veuille ou non,  les contacts sociaux impliquent un premier tri, qui ne donne pas du temps au temps.    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB   15 05 22

Publié dans anthropocosmologiz, FEMMES, Juifs, LINGUISTIQUE, POLITIQUE, RELIGION | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn L’astrologie ou l’art de savoir attendre

Posté par nofim le 13 mai 2022

jacques  Halbronn   L’astrologie ou l’art de savoir attendre

 

Selon nous, savoir prévoir, c’est avant tout savoir attendre.  C’est ce que l’on peut attendre de l’astrologie, précisément et ce que l’on aura longtemps attendu qu’elle le permît.  Il s’agit ici de définir une nouvelle politique de l’astrologie qui lui confère une utilité sociale, autre que celle des « horoscopes ». Même Descartes renoncera, il  y a 400  ans,  à écrire en latin certaines de ses oeuvres afin d’atteindre un public plus large.

Dans les années trente,  une grave erreur fut commise, tant il est vrai que le mieux est l’ennemi  du bien (cf La croyance astrologique moderne, Ed. L’Age d’homme). On avait commencé par proposer, dans les années trente, une même prévision pour tout un chacun., ce qui évitait l’écueil de la connaissance de la date de naissance. Ce fut une occasion manquée car assez vite, croyant bien faire, on répartit les prévisions entre les 12 signes, sans parler des 36 « décans », ce qui correspondait à un plus grand besoin de précision.  Marie  louise Sondaz s’engagea notamment dans cette voie (cf .  https://astroscept.com/2019/04/05/questions-du-public-origine-des-horoscopes-de-presse-en-france-sitp-bruxelles/#more-2393) 

Savoir attendre le bon moment et adopter la bonne aptitude. DEux cas de figure: soit on est en phase équinoxiale et on attend le retour d’une prochaine phase solsticiale, soit l’inverse.

Dans le premier cas, on attendra éventuellement un « retour d’affection » ou le «  »retour de l’enfant prodigue », ce qui prendra tournure lors du prochain passage de Saturne sur l’axe solsticial mais on aura sept ans pour concrétiser.

Dans le second cas, on souhaiterait plutôt mettre fin à une situation qui n’en finit pas de durer ou de se représenter et alors, la prochaine phase équinoxiale permettra de se libérer de certaines contraintes.

Ce sont de tels services que l’astrologie, telle que nous la concevons, est susceptible de rendre. C’est à la fois peu et beaucoup. Mais l’on aura compris que si l’astrologie, sous cette forme, était parvenue à s’intégrer pleinement dans notre paysage et non point par la bande, et à la marge, on n’aurait pas trop à se plaindre, chez les astrologues si ce n’est que cette astrologie de par sa simplicité d’emploi risquerait de mettre pas mal de monde au chomage ou en tout cas impliquerait une certaine forme de recyclage. Dans bien des domaines, les gens ont appris à se passer de l’aide de praticiens spécialiés, de l’automobile à l’ordinateur et seule une élite est chargée d’améliorer les produits.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB 13 04 22

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Astrologie EXOLS Histoire récente (Solsticialité) et Plan divin (Equinoxialité)

Posté par nofim le 13 mai 2022

Jacques  Halbronn   Astrologie EXOLS  Histoire récente (Solsticialité)  et  Plan divin (Equinoxialité)   

 

 

Nous serons en mesure de préciser davantage ce qui oppose, distingue, les deux phases de notre Astrologie au prisme du rapport avec le passé.  Le passé solsticial  diffère en effet singulièrement du passé équinoxial.

 

Le passé solsticial 

 

La phase solsticiale de 7 ans  est marquée par  le souvenir de temps antérieurs vécus, faisant référence dans notre mémoire, tant collective qu’individuelle. On  connait, en psychologie,  le processus du scénario  répétitif qui périodiquement  vient perturber, envahir nos enjeux présents, de façon obsédante voire compulsive et ce, d’autant plus, que nous vivons  dans une synchronie, c’est à dire dans une forme de réciprocité, de ressenti mutuel, avec autrui, puisque l’astrologie EXOLS  est fondamentalement synchronique, ne s’intéressant pas au thème natal individuel mais  sous tend l’idée d’un destin commun. On sait qu’une critique récurrente contre l’astrologie tient au fait que certains événements collectifs seraient en contradiction avec la croyance dans le thème natal. 

On ne comprend pas les enjeux d’une époque si l’on ne fait pas la part du souvenir. C’est ainsi que la phase solsticiale actuelle polarisera les populations sur des moments marquants du passé : d’où  la référence à l’Union de la Gauche et à la Cohabitations, dans le débat actuel autour des élections législatives, d’où  celle à l’URSS ou de l’Union Européenne dont on voudrait écrire une nouvelle page  et ainsi de suite.  Un temps de nostalgie que celui de la solsticialité; avec un attachement puissant au passé, ce qui réactive des structures anciennes avec plus ou moins de bonheur, ce qui fait écran, résistance au futur.

 

Le passé équinoxial 

 

A  contrario, la phase solsticiale qui par définition, s’intercale entre deux phases équinoxiales  et vice versa, remontera vers un passé beaucoup plus lointaine, celui des origines. On n’est plus alors dans le même processus mémoriel et il revient au philosophe d’explorer le temps des commencements par delà les vestiges et les ruines dont s’occupe la science historique. Il s’agit alors de reconstituer le puzzle primordial, ce que nous appelons le plan divin ou « ichtien » en référence à l’image d’un Jésus, « fils de Dieu. », expression véhiculée par les Evangiles mais déjà présente au tout début du Livre de la Genése quand il est question de la création du Ciel et de laTerre, le terme création étant incompatible avec l’idée cartésienne de Nature.

 

En phase équinoxiale,.le plan divin  reprend la place qui est la sienne et abolit  ce qui aura hanté, meublé la phase  solsticiale. C’est ainsi qu’Emmanuel Macron- passé par la philosophie,  aura été élu en fin de phase équinoxiale, ce qui lui aura permis de mettre sur la touche les anciens partis (PS, LR).  Mais, dès le début de 2018, une nouvelle phase solsticiale se mettra en place et l’on pense aux Gilets Jaunes obnubilés par le mythe de la Prise de la Bastille ou à la Russie, obsédée par le souvenir de l’Union Soviétique sans parler de la mémoire des grandes épidémies de l’Histoire,tout cela au cours de la suite de son quinquennat,la phase solsticiale en cours ne s’achevant qu’à la fin de 2025.. C’est alors que de nouvelles structures pourront se mettre en place, en rapport avec  le « plan divin ». 

 L’enjeu principal est de débloquer, alors,  des traditions sclérosées, figées et notamment dans le domaine du religieux, des Ecritures, des Langues, du politique. L’équinoxialité aura accouché ainsi, dans les années cinquante du siècle dernier, de la Communéuté (Union) Européenne, ce qui correspond à un dépassement du passé..En phase équinoxiale, toute une série de barrages sont voués à sauter et ce en très peu de temps car nous ne sommes pas ici dans le champ de la Nature mais dans celui de la Technologie « ichtienne » la plus avancée. 

L’astrologie devrait pouvoir surfer sur cette nouvelle « vague » équinoxiale en se libérant de ses dérives et de ses hérésies de même que le monde judéo-chrétien devrait  trouver un nouvel équilibre en repensant les modalités de  l’idée d’une centralité  juive.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB   13 05 22

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Recherches sur le personnage de Jésus : Israel et ICHTUS

Posté par nofim le 13 mai 2022

Jacques  Halbronn  Recherches sur le personnage de  Jésus  : Moïse, Cyrus,  Israel  et  ICHTUS 

 

 

 

Dans cette étude, nous entendons mieux cerner le personnage et la mission dévolue à Jésus autour des questions suivantes: quels fut sa mission, son statut, quelles étaient ses origines? 

 

 

I    Nous dirons que Jésus fut perçu comme « fils de Dieu », si l’on se base sur le sigle ICHTUS,lequel indique, en grec, cet état et non point qu’il était « Dieu

 

 

 Ichthys.svg

 

Ichthus ou Ichtys (du grec ancien ἰχθύς / ichthús, « poisson ») est l’un des symboles majeurs qu’utilisaient les premiers chrétiens en signe de reconnaissance. Il représente le Sauveur durant les débuts de l’église primitive. En grec IΧΘΥΣ, est un acronyme pour « Ἰησοῦς Χριστὸς Θεοῦ Υἱὸς Σωτήρ » / « Iêsoûs Khristòs Theoû Huiòs Sôtếr » soit « Jésus-Christ, Fils de Dieu, [notre] Sauveur ». Désormais, il reste un symbole stylisé en forme de poisson formé de deux arcs de cercle, ainsi qu’un acronyme (ou un acrostiche). »

On  proposera de parler d’une théologie « ichtienne » pour désigner  celle qui tient au « Fils de Dieu », expression à ne pas prendre à la lettre. Le Fils est celui qui crée à partir d’une matière première et il importe de ne pas confondre son oeuvre (intelligent design) avec celle de la Nature..

 

II   Bous dirons  que Jésus  n’a pas préché auprès des siens, qu’il était Juif mais ne s’adressait pas aux Juifs, mais aux Israélites, d’où ses miracles  en Galilée, autour du Lac de Tibériade..  

 

 Matthieu 15:24 
 
Louis Segond Bible
Il (Jésus) répondit: Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël.

 

Évangile de Luc (4, 24) : « Mais, ajouta-t-il (Jésus) : je vous le dis en vérité, aucun prophète n’est bien reçu dans sa patrie ».

 

 Dans le Livre de l’Exode, au chapitre III, Moise n’est pas signalé  par Dieu  comme Hébreu et selon nous, tout ce qui touche à la judéité de Moise aura été ajouté.

:

 Exode  Chapitre III  Le buisson ardent Dialogue de Dieu avec Moïse

 וְעַתָּה לְכָה, וְאֶשְׁלָחֲךָ אֶל-פַּרְעֹה; וְהוֹצֵא אֶת-עַמִּי בְנֵי-יִשְׂרָאֵל, מִמִּצְרָיִם.  10 Et maintenant va, je te délègue vers Pharaon; et fais que mon peuple, les enfants d’Israël, sortent de l’Égypte. »
יא וַיֹּאמֶר מֹשֶׁה, אֶל-הָאֱלֹהִים, מִי אָנֹכִי, כִּי אֵלֵךְ אֶל-פַּרְעֹה; וְכִי אוֹצִיא אֶת-בְּנֵי יִשְׂרָאֵל, מִמִּצְרָיִם.  11 Moïse-dit au Seigneur: « Qui suis-je, pour aborder Pharaon et pour faire sortir les enfants d’Israël de l’Égypte? »
יב וַיֹּאמֶר, כִּי-אֶהְיֶה עִמָּךְ, וְזֶה-לְּךָ הָאוֹת, כִּי אָנֹכִי שְׁלַחְתִּיךָ:  בְּהוֹצִיאֲךָ אֶת-הָעָם, מִמִּצְרַיִם, תַּעַבְדוּן אֶת-הָאֱלֹהִים, עַל הָהָר הַזֶּה.  12 Il répondit: « C’est que je serai avec toi et ceci te servira à prouver que c’est moi qui t’envoie: quand tu auras fait sortir ce peuple de l’Égypte, vous adorerez le Seigneur sur cette montagne même. »
יג וַיֹּאמֶר מֹשֶׁה אֶל-הָאֱלֹהִים, הִנֵּה אָנֹכִי בָא אֶל-בְּנֵי יִשְׂרָאֵל, וְאָמַרְתִּי לָהֶם, אֱלֹהֵי אֲבוֹתֵיכֶם שְׁלָחַנִי אֲלֵיכֶם; וְאָמְרוּ-לִי מַה-שְּׁמוֹ, מָה אֹמַר אֲלֵהֶם.  13 Moïse dit à Dieu: « Or, je vais trouver les enfants d’Israël et je leur dirai: Le Dieu de vos pères m’envoie vers vous… S’ils me disent: Quel est son nom? que leur dirai-je? »     

 

 Selon nous, en tout état de cause, le personnage de Moise aura été calqué, en amont, sur celui du Persan  Cyrus, appelé Messie (Isaie 45), chargé de ramener les Juifs en « Palestine ». Quant à Jésus, son personnage doit également à Cyrus, cette fois en aval.

 

 

JHB  13 04 22

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Bible, Juifs, théologie | Pas de Commentaire »

12345...211
 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs