jacques halbronn Astrologie. 2023 devrait faciliter la communication au niveau international de la recherche astrologique.

Posté par nofim le 18 janvier 2023

jacques  halbronn  Astrologie EXOLS.  2023 devrait faciliter la communication au niveau international de la recherche  astrologique.

 

Understanding Astrology (par Dean, Mather, Nias et Smit) sera probablement considéré sous peu comme ayant été victime d’une période solsticiale au sens de l’Astrologie EXOLS. En dépit de l’existence d’Internet, il semble que l’information n’ait point circulé optimalement quant à la réalisation de cette somme de 1000 pages, ayant quelque ambition à l’exhaustivité. 

C’est ainsi que l’équipe d’Understanding Astrology. A critical review  of a thousand empirical Studues, sera passé à côté de  ce que nous avons appelé ‘L’Astrologie selon Saturne », dont on fêtera sous peu le trentième anniversaire, ouvrage qui s’était fait remarquer par son annonce d’un mouvement social comparable à celui de 1968 pour 1995, à partir d’une étude couvrant 2 siècles.  L’index du Understand Astrology n’accorde que fort peu de plac à l’effet Saturne en Astrologie  Mondiale. Voyons ce qu’Understanf Astrology dit sur la prévision d’André Barbault pour 1989 Page 816, où il est traité de l’astrologie mondiale de Barbault, il n’est pas question de son travail sur le cycle Saturne Neptune mais uniquement de l’indice cyclique. Or 1989, était lié à Saturne- Neptune et annoncé dès 1955 dans Défense et Illustration de l’Astrologie. Pas de référence chez nos auteurs à la Crise Mondiale de 1965. (Ed Albin michel) du dit Barbault. Espérons que le fait que l’ouvrage en question puisse être complété à partir d’un blog, pallie une grave lacune concernant nos travaux sur le cycle de Saturne, dont la particularité est de ne recourir qu’à cette seule planéte et en découper le cycle en 4 sur la base des 4 saisons, ce qui constirue une avancée méthodologique de première importance. Or, dès 1975, nous avions à Aalen, en allemand, exposé noe thèse « Le cycle de Saturne et le colonialisme », ce qui sera repris l’année suivante dans la première édition de « clefs pour l’astrologie » (Ed Seghers) traduit en espagnol, en 1978(Madrid, EDAF) Tout cela sera passé sous les radars d’Understanding Astrology, ce qui fausse sensiblement la perception de l’état de l’astrologie en France et par voie de conséquence dans le monde.

L’année 2023 qui s’ouvre devrait d’ailleurs réactiver notre prévision réussie pour 1995, puisqu’elle accueille la même configuration qu’en 1968 et 1995 en ce qui concerne les mouvements sociaux, ce qui s’apparente peu ou prou à une guerre civile et à un apaisement des affrontements nationalistes.

 

Mieux vaut tard que jamais, une telle lacune peut éventuellement s’expliquer par la phase solsticial de 7 ans  qui s’achève et qui est victime du cloisonnement linguistique.

 

 

JHB 18 01 23

 

 

 

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn L’astrologie française dans le collectif « Understand Astrology » (2022) A critical review of a thousand empirical studies 1900-2020

Posté par nofim le 17 janvier 2023

jacques  halbronn  L’astrologie français dans le collectif  « Understand Astrology » (2022) A critical review of a thousand empirical studies 1900-2020 

 

 

 

 Est paru récemment  un « pavé » du  à  Geoffrey Deann Mather, Nias et Smit couvrant 120 ans de recherche astrologique, de près de 1000 pages. On  y trouve notamment -page 900)  les illustrations humoristiques, dues à notre ex épouse, Larissa; extraites de notre brochure ‘L »astrologue face à son, client. Les ficelles du métier » (1994) que Dean avait traduit en anglais. 

 

  Cela relevait de ce que nous  avions appellé « cosmothéréapie » (cf la réédition de 1993  de nos Clefs pour l’Astrologie) C »est en fait la seule contribution qui nous y est reconnue, néglogeant nos travaux en astrologie mondiale (L’Astrologie selon Saturne) parus à la même époque. Pourtant Dean nous avait accordé en 2006 une préface  à un ouvrage exposant nos recherches de l’époque ( GUIDE DE LA VIE ASTROLOGIQUE 2006-2007 - Unblog.fr http://maqor.a.m.f.unblog.fr › files › 2017/08  Préface de Geoffrey Dean. Postface de Jean-Marc Lepers . Livre blanc de l’astrologie.) sans parler des Actes du Colloque de 2000 sur le site du  CURA de Guinard.

 

Barrage de la langue puisque nous n’avions pas pris la peine de les faire traduire. Voyons ce qui est dit à propos de Patrice Guinard, lequel avait misé sur la dynamique de la traduction.(p. 766) On y  mentionne (p. 368) défavorablement  sa thèse en Sorbonne de 1993 (reprise dans son « Manifeste »  En fait, on retient des contributions française, dans ce collectif, une dimension sceptique et une sorte de démission par rapport à une véritable recherche quant à l’apport de l’astrologie.  Or, nos travaux démontrent exactement l’inverse et c’est au contraire l’école française d’astrologie  qui apparaitra à l’aune de la postérité, comme ayant le plus fortement contribué à mettre en évidence le fait astrologique. Quant à Mich el Gauquelin, il est constamment cité (cf l’index p. 925)  André Barbault n’est pas non plus oublié (index p; 923) On lire p. 816 – 817  un bilan de son travail et on donne la parole à Jacques Reverchon qui en avait publié une critique bilingue (français anglais) en 1971. Son graphique de l’Indice Cyclique est reproduit et son annonce d’une troisiéme guere mondiale.  La série des Que Sais je Astrologie n’est pas oubliée (p:  691)/ Serge Bret Morel, dans ses attaques contre l’astroogie trouve également sa place (index p. 923) 

En somme; ce « Understand Astrology » sera totalement passé à côté de nos travaux, hormis notre plaquette sur la consultation astrologique et cela largement en raison de l’obstacle de la langue. Tout notre travail  sur le cycle de Saturne est absent  alors qu’il date de 2004 et prend la reléve de l’indice cyclque de Barbault, aboutissant aux notions  d’équinoxialité et de solsticialité. Par ailleurs, en 1986 nous avions produit un essai « La pensée astrologique ‘in Histoire de l’Astrologie de Serge Hutin repensant le rapport émetteur récepteur en astrologie, avec la notion d’instrumentalisation. 

 

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Epistémologie de l’information La dialectique de l’émetteur et du récepteur. Astrologie

Posté par nofim le 16 janvier 2023

jacques  halbronn Epistémologie de l’information.  La dialectique de l’émetteur et du récepteur 

 

Les astrologues auront fait fausse route, tout au long du XXe siècle en se polarisant sur l’émetteur. Il aura été facile de leur objecter que les astres n’ont aucun vocation à nous impacter sur le plan psychologique. En 1986, dans la Pensée Astrologique (Première partie de l’Etrange Histoire de l’Astrologie de Serge Hutin, Paris, Artefact) nous avions avancé l’idée d’instrumentalisation, dont Suzel Fuzeau Braesch, décédée depuis,  se fit l’écho  en 1992 (La preuve par deux, Ed R. Laffont). Nous soutenions que les humains se seraient servi des astres pour s’organiser et se structurer, sur la seule base de leur repérage et de leur visibilité et sans avoir à en connaitre davantage.

Plus largement, dans le domaine de la technique, de la fabrication, un objet quel qu’il soit est susceptible de servir, d’ »être « employé »  aux usages les plus divers.

En ce qui concerne l’astrologie, nous dirons que tout dépend de la faculté des humains en tant que récepteur à capter tel ou tel signal convenu par le systéme mis en place. Plus le récepteur est sophistiqué, plus il sera en mesure de capter des émissions de faible intensité mais une telle formulation ne doit pas induire en erreur, à savoir qu’il n’y a émission que parce qu’il y a réception  et une émission qui ne serait pas captée ou captable ne saurait être qualifiée telle.

En ce sens, au niveau de la circulation de l’information, l’auteur émetteur va laisser la place au récepteur lequel aura la charge de rassembler une information éparse dans le temps et dans l’espace et qui dépassera évidemment le dit auteur, par delà sa mort et ce d’autant plus que dans bien des cas, l’auteur ainsi désigné se verra attribué une oeuvre qui n’est même pas sienne ou qui ne l’est que très partiellement comme dans le cas des Centuries de Nostradamus (cf  nos travaux sur ce sujet sur divers supports et dans divers cadres- ce qui vient illustrer ce que nous entendons par la charge du récepteur en vue de réunir toute l’information utile et nécessaire). 

Lorsqu’un auteur n’est pas reconnu, c’est la faute des récepteurs et d’une société en dysfonctionnement. En ce sens, certaines sociétés, certaines communautés, ne sont pas dotées pareillement, en raison de leur carence, de leur insuffisance, à capter les informations en circulation, notamment sur Internet  et se contentent de passer par des intermédiaires servant de caution, comme les éditeurs. Or, force est de constater que les éditeurs en sont encore à attendre de recevoir des propositions au lieu d’aller explorer la toile par eux mêmes .

 

 

 

 

 

 

 

JHB  16 01 23

Publié dans ASTROLOGIE, PSYCHOLOGIE, psychosociologie | Pas de Commentaire »

Jacques halbronn revient sur son Astrologie selon Saturne (1994 1995), 28 ans après. Enjeux épistémologiques.

Posté par nofim le 16 janvier 2023

Jacques  halbronn   revient  sur son Astrologie selon Saturne (1994 1995), 28 ans après. Enjeux épistémologiques.

 

A l’époque, nous avions mis l’accent sur la question des « mouvements sociaux » et nous avions tapé dans le mille en ce qui concerne ceux qui allaient marquer, peu après, la fin de l’année 1995 et que personne n’avait prévus, quelques mois après l’élection de Jacques Chirac en cette même année. Avec le recul, tout le monde s’accorde à comparer 1995 à 1968, comme nous l’avions fait, reliant le passé au futur comme il se doit pour la recherche  astrologique, puisque nous balisions l’Histoire de France de 30 ans en 30 ans, au rythme du passage de Saturne sur une même zone de l’écliptique, se situant dans le signe tropique des poissons sans donc connecter Saturne avec une autre planéte, comme c’était la mode sous l’ère Barbault. La configuration  astronomique restait inchangée tout au long de notre panorama avec des intervalles de même durée dont certains étaient particulièrement évidents, comme les 60 ans qui séparaient 1789 de 1848  ou 1936   avec une année  1995 à l’approche. Ce succés prévisionnel aurait du éclipser celui de Barbault pour 1989, date dont il n’avait rien précisé, si ce n’est qu’elle serait marquante pour l’URSS mais elle l’avait été de toute autre manière que ce qu’il avait escompté, lui qui prophétisait volontiers la consécration de l’entreprise communiste. Il est d’ailleurs assez étonnant que l’on ait présenté comme une réussite ce qui était un échec patent pour cet astrologue communiste déclaré, ayant publié dans la presse communiste dans les années cinquante et ayant prédit le rattrapage du bloc communiste pour le début des années 70 (avec l’opposition Saturne Neptune), ce qu’on attend toujours, de même que pour sa prophétie d’une troisiéme guerre mondiale – sur la base d’un nouveau modéle – pour le début des année 80 , laquelle fit long  feu. 

Cela dit, il importe en 2023, de revenir sur ce passage de Saturne en poissons, lequel va se produire dans quelques semaines 28 ans après…. 1995. Mais n’aurait-il point fallu s’intéresser  au passage de Saturne sur l’axe vierge poissons et sonder les intervalles de 15 ans en 15 ans?  A mi chemin entre 1968  et 1995, on trouve 1981, autre temps équinoxial majeur, qui fut saluée comme la fin d’un « ancien régime ».

Vu  sur Internet:

10 mai 1981 : pourquoi Mitterrand a gagné

Ludivine Bantigny dans mensuel 364
daté mai 2011 - Gratuit

 

‘C’était la première fois que jouait l’alternance sous la Ve République. Partout ailleurs en Europe, l’heure était à la révolution libérale. Ce fut, d’un côté, l’explosion de joie, l’illusion lyrique ; de l’autre, les visions d’apocalypse, la peur du collectivisme… On a oublié la force des émotions qu’a suscitées l’élection du candidat socialiste François Mitterrand à la présidence en mai 1981. Voici la chronique de cette victoire inattendue.’

 

Quel degré de précision quant à la nature de l’évenement à venir peut-on apporter? En effet, c’est bien beau d’avancer telle ou telle année sans autre précision significative,  car l’on peut toujours trouver quelque corrélation à partir d’une date. C’est une toute autre affaire quand on prend le risque d’une plus grande précision quant à la nature et à l’orientation de l’évévenement astrologiquement annoncé! C’est ainsi que parler d’un « mouvement social » ne saurait désormais suffire, vu que nous avons développé une dialectique assez pointue entre Equinoxialité et Solsticialité. Le tort de Barbault aura  été, entre autres, de ne pas précisé qui serait ou ce qui ne serait pas, restant ainsi dans le flou car finalement, Barbault aura tout tablé sur l’aspect de conjonction, les autres aspects n’existant que par défaut comme dans son indice cyclique de concentration planétaire où l’opposition 180° n’est présentée ni comme contraire ni comme analogue à la conjonction. Il  fallait quand même avoir des oeillères pour ne pas saluer notre performance qui n’avait pas eu besoin ni d’une constellation dans le genre thème astral, ni d’une conjonction de plusieurs cycles, pour fonctionner, ce qui  bousculait pas mal d’habitudes. Dans ces cas, là, on fait la « fine bouche », ce qui est de bonne guerre, jusqu’à un certain point. Mais vae victis!

Rappelons que pour nous l’équinoxialité se situe du coté de la grève, de la guerre civile, de la reconnaissance de conflits internes, « intestins » mettant en mal l’image d’un pays un et indivisible alors que la solsticialité est la réaffirmation d’une telle croyance venant transcender, dépasser, exorciser  la lutte millénaire des classes, des races et des sexes. Il faut donc s’attendre au niveau de la gouvernance à une approche catégorielle de la société avec les réactions corporatives et communautaires en découlant. 

On sait que 1995  annonçait la cohabitation 18 mois plus tard de 1997, du fait d’une dissolution préventive qui aura mal tourné. La premère perspective de cohabitation avait eu lieu en 1978, quand Saturne était passé sur l’axe équinoxial. Cela ne s’était pas produit mais Giscard s’y était préparé. Cela se réaliserait à trois reprises, dont deux fois sous Mitterrand, en 1986  et 1993. La notion même de cohabitation offre un caractère équinoxial en ce qu’elle reconnait et entérine un clivage sociale majeur que Chirac avait d’ailleurs qualifié de « fracture socialé », lors de sa campagne de 1995.:

 ’Une fracture sociale se creuse dont l’ensemble de la Nation supporte la charge. La « machine France » ne fonctionne plus. Elle ne fonctionne plus pour tous les Français. » (discours fondateur de la campagne présidentielle de Jacques Chirac, 17 février 1995). Saturne était alors au début du signe des Poissons et cela n’avait rien  à voir du côté de son thème natal et de ses transits, comme essaieront encore de le montrer quelques acharbés à une doxa obsoléte.

En effet, le vernis national ne résiste pas au passage en phase équinoxiale et De Gaulle en fit les frais, en dépit de quelque forme de résistance, comme cela avait été le cas en 1940 dans son Appel du 18 juin, en pleine phase équinoxiale, 28 ans plus tôt! En effet, en 1940, l’heure n’était pas au nationalisme qui avait marqué la Première Guerre Mondiale, en phase solsticiale. Grave erreur de la part de Gouchon  et de Barbault d’avoir voulu rechercher -au moyen d’un bricolage conjonctionnel qui ne respectait ni l’astronomie, ni l’astrologie – une configuration semblable entre deux temps si opposés que furent les deux « guerres mondiales ».

Avec la phase équinoxiale, le temps n’est plus au déni des différences fondamentales de race, de sexe, lequel déni est le prix à payer sur l’autel de la « Nation ». Chaque catégorie sociale doit être traitée de façon spécifique et à une échelle supranationale. Rappelons qu’en 1967,il y avait eu la Guerre des Six Jours qui avait sensiblement ébranlé la communauté juive et de Gaulle ne s’était d’ailleurs pas privé alors de stigmatiser ce « peuple », lors de la victoire israélienne et l’on était déjà en phase équinoxiale. Un Cohen Bendit se fera remarquer en Mai 68 tout comme d’ailleurs un Mendés France. En effet, la notion de peuple peut revêtir plusieurs sens, soit il s’agit d’un ensemble composite à la façon solsticiale où l’on refoule ses différences, soit il s’agit d’un fondement plus radical qui nous conduit à parler d’un peuple « juif » voire d’un » peuple » de femmes ou d’un « prolétariat » perçu par le juif Marx comme une sorte de « peuple élu ».

 

 Wikipedia:

« En France, le Mouvement de libération des femmes (MLF) est un mouvement féministe autonome et non-mixte qui revendique la libre disposition du corps des femmes, remet en question la société patriarcale. Il est né dans le sillage du Women’s Lib américain, des événements de mai 1968, des luttes pour le droit à la contraception et à l’avortement amorcées par le Planning familial en France, de toutes les luttes contre les différentes formes d’oppressions et de misogynie, et des revendications à l’égalité de tous les droits, moraux, sexuels, juridiques, économiques, symboliques1. Il remet en cause les formes de militantisme traditionnel : il fonctionne par assemblées générales, petits groupes décentralisés et possède un répertoire d’actions extra-parlementaires comme l’organisation de manifestations, la création et signature de pétitions, la tenue de réunions publiques, etc. » 

 Mais il importe de mettre en évidence un phénoméne d’alternance, au bout de 7 ans, et ce sont ces basculements septennaux qui constituent un enjeu épistémologique majeur (au sens de Popper). Ce n’est en effet que de sept ans en sept ans que l’astrologie peut faire se preuves car ensuite, on tombe dans la sociologie de l’après coup. En 1980, la communauté astrologique avait joué à fond la carte Barbault et s’était cassé les dents en phase équinoxiale. 43 ans plus tard, en cette nouvelle phase équinoxiale, cette communauté joue son avenir car en effet, il y a un bien un « peuple »  astrologique qui dépasse le cadre national et dont l’heure a sonné.

 

 

 

JHB  16 01 23

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

Jacques halbronn Astrologie EXOLS La détermination du point vernal et les ères précessionnelles/

Posté par nofim le 15 janvier 2023

 

 Jacques  halbronn   Astrologie  EXOLS   La détermination du point vernal et les ères précessionnelles/

 

 Notre astrologie  EXOLS  met en place un calendrier septennal qui constitue une révolution pour les sciences sociales. Il nous aura fallu du temps pour échapper au carcan des signes cardinaux, même si dès 1994, nous avions fixé le curseur « vernal » en poissons et non pas en bélier.(L’Astrologie selon Saturne, Ed la Grande Conjonction) D’ailleurs, en ce qui concerne la théorie des ères précessionnelles, cela n’est pas sans conséquence. (cf notre ouvrage collectif Aquarius ou la Nouvelle Ere du Verseau  Ed Albatros, 1979).

Il est clair, en  effet qu’en déplaçant le point vernal de 30°, cela ne peut qu’ affecter la dite théorie élaborée au XVIIIe siècle, puisque cela nous fait entrer plus tôt dans une nouvelle ère. On peut estimer le décalage autour de 600 ans. (2000/3) Cela nous aménerait  grosso modo à passer de 0 à -600  et de 2000 à 1400. Or ces seuils nous paraissent assez significatifs pour notre Humanité et somme toute plus probant que les chronologies jusqu’ici avancées.

 Sur Wiki    Ve  siècle  avant JC

       Chine

  • 496-482 av. J-C Confucius parcourt la Chine pour tenter d’appliquer ses idées.
  • Développement du taoïsme après la mort de Lao Tseu au début du siècle
  • Grèce

      Rome et l’Italie

  • 493 av. J-C : les plébéiens romains se retirent sur l’Aventin; cela aboutit à la création des tribuns de la plèbe
  • vers 435 av. J-C : la création de la fonction de censeur permet la mise en place du système censitaire Jacques  halbronn   Astrologie  EXOLS   La détermination du point vernal et les ères précessionnelles/ dans ASTROLOGIE 12px-Interrogation.svg pour le vote et l’armée. »

On ajoutera pour cette même période  le trio Socrate, Platon, Aristote 

 

 

 Sur Internet  XVe siècle après JC

 » Du milieu du XVe siècle au milieu du XVIe siècle, l’Europe est saisie d’une telle effervescence intellectuelle, artistique et scientifique que très vite elle se distingue du reste du monde. Cette effervescence s’accompagne d’un retour aux modèles de l’Antiquité gréco-latine. C’est l’humanisme ! La période sera qualifiée Onde Renaissance«  

 

 On ajoutera les  » Grandes Découvertes », notamment de l’Amérique, à la fin du XVe siècle. Mais comme nous l’avions déjà noté ailleurs une mutation de la présence juive au monde avec le découplage entre l’individu juif  et le judaisme, le passage  progressif de l’antijudaisme à l’antisémitisme.

Déjà en 1980 (‘L’alternance sous la Ve République et le concept de bloc » in  Le Grand Livre des Prévisions, Ed Balland (pp  175- 181) nous écrivions: « On rappellera qu’il y a cinq cents ans, une alerte d’une ampleur considérable agita les esprits (…) notamment chez les Juifs .Il y eut en effet dans les dernières années du XVe siècle la découverte du Nouveau Monde par Christophe Colomb, soit cinq  siècles avantl’exploration spatiale » 

 

 

.

JHB  15 01  23

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Autour du Colloque International de Londres en Histoire de l’astrologie. 1984

Posté par nofim le 14 janvier 2023

jacques  Halbronn  Autour du  Colloque International  de Londres en Histoire de l’astrologie. 1984 

 

Nous avons organisé deux Colloques à Londres en 1981 (bicentenaire de la découverte d’Uranus, depuis Bath, par W. Herschell et 1984. Le premier Avenue Road dans les locaux (squattés) de l’ambassade d Cambodge, l’autre au Warburg Institute avec  Patrick  Curry. A cette occasion nous avions publié un  Directory of historians of astrology = essai de répertoire des historiens de l’astrologie, Paris, 1984  On s’intéressera ici aux Actes du colloque de 1984, parus sous le titre  Astrology, Science and Society,  Historical Essays. Edited by Patrick Curry,  Britnell Press ( https://brill.com/view/journals/nun/3/1/article-p244_13.xml?language)  En  1991 , nous organiserons un autre Colloque en Histoire de l’astrologie, dans la crypte de l’Eglise Sainte Anne de la  Butte aux Cailles dans le treiziéme arrondissement (cf l’Astrologie en terre de France. Dans la foulée, Annabella Kitson organisera à Londres  un autre colloque sur ce même créneau dont les actes parurent en  1989/

 

Annabella Kitson (ed.). History and Astrology: Clio and Urania Confer. London: Unwin Paperbacks, 1989 En 2003, un autre Colloque en Histoire de l’Astrologie se tiendra  Bath et nous y donnerons une communication.The Importance of Comets for the Cause of Astrology: the Case of Pierre Bayle in the Years 1680-1705″(http://ramkat.free.fr/ashalb32.html) » Sophia Centre’s conference on Astrology and the Academy on 13-14 June 2003  Cinnabar Books, PO Box 1071, Bristol BS991HE, UK (Cinnabar@caol.demon.co.uk), edited by Nicholas Campion, Patrick Curry and Michael York. Notre communication de Londres en 1984  s’intitulait  The revealing process of translation and Criticim in the History of Astrology dont la version française  n’a pas encore  été produite. (pp; 197  et seq)/si ce n’est notre postface à l’édition du traité de Claude Dariot(Ed Pardés 1990) 

 

INTRODUCTION AU JUGEMENT DES ASTRES (Broché)

 

 

Description:  Claude Dariot (1533-1594), médecin astrologue, a été injustement oublié par le monde astrologique moderne. Ce livre expose les principes généraux de l’astrologie, puis les règles de l’astrologie horaire.

 

 En fait, nous avons participé aux activités Outre Mance dès 1973 comme en témoigne l’étude  de Pam Bennett Cela nous conduit à rappeler que nous avons d’abord fréquenté des Colloques en Angleterre et en Allemagne avant de nous lancer dans l’organisation de Colloque sur le sol français

CONFERENCE REVIEWS
1973 & 1974

 

Astrology in Today’s SocietyThe 1973 Conference at the University of Surrey
by Pam Bennett D.F.Astrol.S.

Under a culmination of Venus and Uranus at 2h17 pm UT on September 7th began the fourth annual Conference of the Astrological Association – a congress that will be remembered for its uncertainties and delays, and the underlying, pervasive atmosphere of near-crisis. The ’71 Conference left one almost euphorically uplifted, ’72 convened on an energetically intellectual level; but Guildford, itself uneasily new. still partly in scaffolding, brought the Astrological world face to face with its own imminent change.

« Study Groups
Three study groups followed the coffee break - JACQUES HALBRONN on the Astrology of Morin de Villefranche, who was one of the earliest practitioners to banish superstition from the field and think clearly of the significance of semi-sextile and quincunx aspects in the chart, « 

 

Publié dans ASTROLOGIE, HISTOIRE | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn La vie astrologique; Le décrochage entre théoriciens et praticiens depuis 40 ans (1982-2022)

Posté par nofim le 14 janvier 2023

jacques  Halbronn  La vie astrologique; Le décrochage entre théoriciens et praticiens depuis  40 ans  (1982-2022)

Il y  a 40 ans, on s’aperçut que la prophétie d’André Barbault quant à une Troisiéme Guerre Mondiale pour le début des années 80 sur la base de son « indice cyclique » était une montagne accouchant d’une souris et ce en dépit d’un effort théorique remarquable envoyant promener les spécificités tant planétaires que zodiacales.  Avec le recul, force est de constater que cela sonnait le glas d’un demi-siècle d’effervescence théorique, début dans les années Trente avec Dom Néroman  et son ‘Astrologie Rationnelle ». Dans les années soixante, cela parvint à son pic  avec la Condition Solaire de Jean Pierre Nicola (1964) et la Crise mondiale (Ed Denoel) suivie en 1967 des Astres et l’Histoire, comportant le graphique de « concentration planétaire », hérité d’Henri Gouchon, dans les années quarante. A partir des années 70 du siècle dernier, on assiste aux derniers éclats de cet « âge d’or » avec notammen en  1976 la parution de nos « Clefs pour l’astrologie » Ed Seghers, précédées en 1974 de la « Nouvelle Astrologie » de Lisa Morpurgo (traf. de l’italien), chez Hachette. Tout cela se terminera avec la déconfiture évoquée plus haut au début des années (cf  80.https://www.hommes-et-faits.com/Para_Psy/Jh_Barbault.html) que la validation en 1989 de cette date, annoncée dès 1955 (Défense et Illustration de l’Astrologie, Ed Grasset) avec le démantélement du monde communiste ne parviendra pas à effacer, d’autant que  Barbault n’avait nullement préciser de quoi il s’agirait. L’étude de ses textes de l’époque laissait entendre une progression et non une régression pour le dit monde!. D’ailleurs en 1989, à la veille des événements,  Barbault s’était bien gardé d’y revenir dans sa revue L’Astrologue. Ce fut pour lui une « divine surprise », un lot de consolation, pour ses 70 ans.

De quel « décrochage »  entendons-nous parler ici? Nous dirons que les praticiens, désormais, ne vont plus  guère s’intéresser aux cogitations des théoriciens et qu’une certaine sclérose consensuelle s’instaurera avec un retour notamment aux textes anciens comme bouée de sauvetage, reprenant littéralement les dispositifs des maitrises planétaires du Septénaire, tout en validant l’adjonction des « nouvelles » planétes, apport non pas des astrologues mais des astronomes,  devenus les seuls crédibles aux yeux  de la base de la société astrologique, les chercheurs en astrologie n’ayant plus droit au chapitre. C’est justement tout l’enjeu des sept années qui viennent -selon notre astrologie EXOLS- que de reprendre le controle de la situation pour la « recherche astrologique »  à la fois en se démarquant des astronomes et de l’orthopraxie des « professionnels », ne voulant plus entendre parler que de déontologie ( RAO, FDAF, cf notre Livre Blanc de l’Astrologie, 2006)

 

 

 

 

 

JHB 13 01 23

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

Jacques halbronn Histoire de l’ Astrologie. Les 4 Eléments et le Septénaire planétaire

Posté par nofim le 14 janvier 2023

Jacques halbronn Histoire  de l’ Astrologie.  Les 4 Eléments et le Septénaire planétaire.   

 

Selon nous, l’étalon or de l’astrologie est le 4. On le retrouve notamment avec les 4 saisons, le tétramorphe, les 4 Eléments. Or, dans l’astrologie chinoise on a 5 Eléments, afin de s’ajuster sur les 5 planétes (Septénaire moins les luminaires). 

L’astrologie s’est trouvée, dans sa genése, confrontée à ce probléme d’ajustement de diverses séries numériques. C’est ainsi que  le dispositif des « doubles domiciles » (cf la Tétrabible) aura tenté de concilier les 12 signes avec le Septénaire, ce qui n’aura pas été le cas pour les exaltations, du moins dans l’Antiquité.   Rappelons la pratique des « termes », déjà présente chez Manilius et Ptolémée, consistant à diviser chacun des 12 signes en 5 secteurs associés aux 5 planétes (Septénaire moins Luminaires).

En fait le Septénaire doit se divieser en trois groupes:

1  Le Soleil,  

2  L’axe Lune Saturne

3 le quatuor Mercure  Vénus Mars et Jupiter    Il est clair qu’il existe un axe  Lune -Saturne, du fait du rapport des jours et des années, que l’on retrouve dans la  Bible mais aussi dans les directions secondaires.

 

 Lu  sur le Net:

« Les progressions, appelées aussi « directions secondaires », correspondent au développement psychologique de l’individu que l’on établit sur une base symbolique qui est généralement « 1 jour = 1 an » (base solaire), bien que d’autres rythmes symboliques puissent être retenus (en degré d’arc solaire notamment ou sur une base lunaire), y compris en sens chronologique inverse avec les progressions converses (qui ont une nature plus karmique). »   

Or, force est de constater que la prise en compte de l’axe Lune-Saturne n’aura pas constitué un garde fou efficace pour maintenir de cette division ternaire du septénaire. C’est ainsi qu’un Jean Pierre Nicola, (en proposant le RET (en 4 groupes) bien qu’il ait été l’auteur en 1977 d’un essai intitulé ‘Nombres et formes du cosmos » (Ed Traditionnelles) aura préféré mettre la Lune à part et constituer un groupe réunissant le Soleil, Mercure et   Vénus et un autre  » mars Jupiter Saturne » au lieu de reconnaitre l’existence de l’axe Lune Saturne, pourtant mise en évidence avec les domiciles, Lune en Cancer face à Saturne en Capricorne! Nicola, en outre, n’aura pas respecté l’intégrité du septénaire en tant qu’ensemble  clos, et aura constitué le groupe Uranus Neptune Pluton, comme troisiéme division du RET! 

Tout cela aura évidemment contribué à désarticuler toute notre perception du systéme solaire en rendant impossible la relation du 4 avec le 7 ou avec le 12 même si l’on doit signaler les triplicités (Feu, Terre, Air, Eau) et les quadruplicités (axées sur les saisons: signes cardinaux, fixes, mutables.) Nous sommes là en présence -ni plus ni moins, d’une erreur de décryptage du systéme solaire. Or, toute la question est celle de la reconnaissance de cette erreur par la communauté astrologique, point que nous aborderons dans un autre texte.

En fait, tout tourne autour du traitement de Saturne. D’une part, comme on l’a dit, en ce que l’on aura introduit depuis deux siècles environ et par la suite des astres nouvellement découverts, grâce aux télescopes, sans oublier les astéroïdes et d’autre part, l’intégration de Saturne dans un même ensemble avec Mercure, Vénus, Mars et Jupiter, sans parler du cas des luminaires, mis sur le même plan dans les dispositifs des maitrises planétaires, en vue de constituer un septénaire d’un seul tenant.

Il est vrai que le 7 apparait par ailleurs quand on divise par 4 les cycles de la Lune et de Saturne-ce qui va notamment donner la semaine avec les noms planétaires des jours de la semaine. Le 7 aura généré toute une série de classement comme dans le cas des sept péchés capitaux ou des « sept nains », dans le conte de Blanche Neige. Nous sommes le premier à accorder au 7 toute son importance (cf les Sept vaches grasses /maigres dans le Livre de la Genése correspondant à sept années. 

Au bout du compte, au lieu de considérer le ‘quatuor » planétaire, au coeur du systéme solaire comme renvoyant à une division en 4 du parcours Lune Saturne, on aura fini par considérer celui-ci comme ayant une valeur cyclique au même titre que l’axe lune Saturne, ce qui aura privé de sa centralité au cycle saturnien (cf notre Astrologie selon Saturne, Ed La Grande Conjonction, 1994) Au lieu de respecter la dualité entre astres prometteurs (Lune Saturne) et astres significateurs (Mercure  Vénus Mars Jupiter), on aura fini par basculer avec Barbault dans une théorie cyclique combinant deux ou plus planétes entre elles au lieu de relier un  facteur mobile avec un facteur fixe.

Toute cette confusion tient à une mauvaise lecture du systéme solaire, ne respectant pas la différence entre Astrologie et Astronomie. Ce n’est, en effet, pas parce que l’on est en présence de ce systéme qu’il faut le traiter sur un même pied, sous prétexte d’une unité terminologique d’ordre mythologique.  Rappelons d’ailleurs que les jours de la semaine dans le monde germanique, n’ont conservé que la lune, le soleil et Saturne, les autres jours étant associés à des dieux et non à des planétes.

Affichage - les jours de la semaine - LocaZil

 

LocaZil – Eklablog

Affichage – les jours de la semaine – LocaZil

 

 

 

 

 

 

 

JHB 12 01 23

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Anthropologie Linguistique. Décantation de la materia prima. Première partie

Posté par nofim le 13 janvier 2023

 jacques  Halbronn   Anthropologie  Linguistique.  Décantation  de la materia prima.Première partie 

A  mes  grands parents  maternels, Edmond Carcassonne  et Sarah né Moyse, (1885-1957)  tous deux linguistes à leur manière

 

 

 

 Quand on interroge des francophones ou des étuduants en français sur les régles de prononciation du français, on nous répond généralement et en quelque sorte automatiquement, que le féminin se forme par adjonction d’un « e » au masculin, comme petit devenant petite. Or, c’est  bien l’inverse qui ressort d’une description  rigoureuse de la langue. D’ailleurs, ne passe-t-on pas du grand vers le petit tout comme les sculpteur  avec son bloc de marbre qu’il va ciseler, et donc réduire? En fait, en mettant l’accent sur l’ajout de la lettre « e », l’on masque le fait que c’est le sujet qui importe, selon qu’il est masculin ou féminin.

Autrement dit, la  réduction  ne tient pas à la présence ou à l’absence du  « e » mais au fait que le sujet est un homme ou une femme. La forme écrite du mot peut  être fixe mais sa prononciation devra différer; Prenons le cas de  « grand », au féminin, on lire « gra-nd » à l’anglaise ou à la marseillaise  alors qu’au masculin, on aura la diphtongue « and », qui sera clairement une forme de réduction. En effet, uil semble bien que les Anglais aient préservé l’ancienne prononciation du féminin français qui a disparu en partie en français du fait d’une prononciation masculine même dans le cas d’un sujet féminin. Avec le pluriel, le probléme se présente de façon particulièrement sensible avec les finales en « nt » (ont, ent etc) qui se prononcent sur le mode masculin: ils sont devraient s’entendre ils so-nt.

Rappelons les fondamentaux :  de la  devient au masculin « du », ce qui est l’exemple emblématique d’une réduction. Même l’article defini  le est une réduction par rapport au féminin la, dans la mesure où le plus souvent le « e » ne s’entend pas au masculin  C’est le moment  s’entend c’est l’moment  alors que c’est la première fois,  ne prévoit aucune réduction, sous la forme d’une apostrophe En ce qui concerne le possessif singulier,  l’on entend nettement que le masculin  est en « on » et le féminin en « a »  (ma, ta, sa). Au pluriel,  le singulier  je veux est une réduction par rapport au pluriel nous voulons. Il nous semble essentiel que la didactique du français  FLE  bénéficie de nos éclairages et notamment que l’on cesse d’inverser le processus de formation..Il importe d’insister sur le fait qu’un rapport abrutissant à la langue impactera toute notre relation critique au savoir.   Sur le plan anthropologique, l’on se demandera si derrière un tel principe, il ne faudrait pas découvrir une clef chromatique, sur le plan racial avec le passage du « colored », du  noir ou du jaune au blanc, ce qui indique un dépouillement, donc une réduction.

 

JHB 13  01 23

Publié dans LINGUISTIQUE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn La vie astrologique. Sa tétralogie de présentation de l’astrologie 1976-1993

Posté par nofim le 13 janvier 2023

jacques halbronn  Sa tétralogie de présentation de l’astrologie 1976-1993

 

A  quatre reprises entre 1976 et 1993, nous avons eu providentiellement  l’occasion et  l’honneur de défendre la cause et les couleurs  de l’astrologie. 

 

1976 Clefs pour l’Astrologie, Ed Seghers  (trad. espagnole  Las claves de la Astrologia 1978)

1986  L’Etrange histoire de l’Astrologie (avec Serge Hutin), Ed Artefact (Henri Veyrier)

1993 Article Astrologie  dans l’Encyclopaedia Universalis   et  réédition revue et corrigés des Clefs (Seghers)   

 

 1976  Le directeur de la Collection « Clefs pour »  -luc Decaunes- préféra notre manuscrit à celui d’André Barbault, alors que ce dernier avait largement occupé le terrain et avait un quart siècle de plus que nous. Avec le recul, cet ouvrage nous apparait comme un chef d’oeuvre, résultat  d’une intense activité depuis nos débuts dans le domaine et notamment d’un enseignement que nous avons assuré tant à Jérusalem qu’à Paris. On signalera notamment nos contacts avec les néromaniens comme Jacques Moine et Max Duval, ce dernier venant régulièrement nous rencontrer  au 19 rue des Gobelins. 75013 Paris. Dès 1969, nous avions pris l’habitude de  rédiger et de déposer des mémoires à la Société des gens de lettres, rue du Faubourg Saint Jacques. A noter la fortune remarquable de l’édition espagnole En 1992, lors d’un voyage à Buenos Aires, nous avons pu voir nos « Claves » en bonne place dans le rayon ésotérique de certains magasins.En 1976, nous avions proposé tout un dossier à la revue Cosmopolitan, sous le nom d’Astrologie Sensorielle qui paraitra en encarté dans le numéro des fêtes de fin d’année.

.  1986   Serge Hutin que nous rencontrions assez souvent nous avait proposé de contribuer à la réédition de son Histoire de l’Astrologie, parue chez Marabout en 1968, largement inspiré de l’ouvrage en allemand de Wilhelm Knappich. La table des matières nous indique que la première partie couvre plus de 150 pages  sous le titre « La pensée  astrologique’ elle constitue à elle seule un véritable manifeste Nous  y avions notamment développé la thèse de l’instrumentalisation des astres par les humains, ce qui  relativisait considérablement les vertus proprement célestes. La seconde partie reprend l’édition de 1968 avec certaines additions et commentaires de notre cru avec notamment une importante bibliographie.. Nous avions placé en tête  « Lettre à une amie astrologue » autour de l’astrologie sidéraliste.

1993  François Secret que nous rencontrions à la Bibliothèque Mazarine nous avait recommandé auprès du responsable de l’Encyclopaedia Universalis pour rédiger une nouvelle mouture de l’article Astrologie, dû à  René Alleau, avec lequel dans les années 1977-7 nous avions collaboré dans le cadre de sa collection Bibliotheca Hermetica. 40 ans plus tard, notre article n’a toujours  pas été remplacé. 

1993 En vue d’une réédition de Clefs pour l’Astrologie, nous avions contacté l’éditeur en lui proposant une refonte compléte de la premère édition. On lira notamment nos développements  sur l’astrologie mondiale avec l’idée d’un modéle universel découpant le cycle planétaire en deux temps , M pour Multiplicité et U  pour Unité. L’année suivante, nous faisions paraitre  notre ‘Astrologie selon Saturne » qui se focalisait sur le cycle d’une seule planété et ses conjonctions avec les axes saisonniers.  Dans cet ouvrage, nous avions développé la notion de cosmothérapie, à savoir que l’astrologue se servait du thème non point pour informer mais pour communiquer en passant par un langage choisi par son client. (cf  notre brochure. L’astrologue face à son client. Les ficelles du métier (traduit en anglais par Geoffrey Dean, un critique australien bien connu de l’astrologie, en ligne, cf  son récent ouvrage avec Mather, Nias et Smit, Understanding Astrology. A critical review of a thousand empirical studies 1900-2020  AunO Publications. Amsterdam, 2022)

 

Cela dit, il est clair qu’en bien des points, si nous avions à retenter la même expérience, bien des points seraient modifiés et en aucune façon, nous ne souhaiterions que l’on  fige notre recherche à ce qui parut il y a plus de 30 ans voire plus de 40 ans!   C’est ainsi qu’il nous plairait bien de rédiger une nouvelle édition du Que Sais je sur l’Astrologie Ed PUF. Ajoutons que la publication par nos soins du Guide de la Vie astrologique en 1984 (Ed  La Grande Conjonction-Guy Trédaniel) puis en 1997 (Ed O. Laurens) nous aura également placé dans une situation d’observateur privilégié du milieu  astrologique.

 

 

JHB  13 01 23

Publié dans ASTROLOGIE, HISTOIRE | Pas de Commentaire »

12345...251
 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs