Astrolologie EXOSLS Le sursaut solsticial et la seconde guerre du Golfe après 2001

Posté par nofim le 16 décembre 2021

Jacques  Halbronn  Astrologie EXOLS Le  sursaut solsticial et la seconde guerre du Golfe après 2001

 

 

Quel contraste entre 2001  et 2003! En  septembre 2001, des terroristes massacrent les Twin Towers en plein New York  sans qu’on ait rien vu venir. En mars 2003, intrusion américaine en Irak au prétexte de possession de certaines armes, en réplique au choc de 2001.  La France de Jacques  Chirac ne suit pas.

Que nous dit l’astrologie EXOLS: 2001, on est en phase équinoxiale, en gémeaux, et  2003, on entre en phase solsticiale, en cancer. Cette solsticialité  explique ce démarquage de la France, son refus d’alignement, ce qui crée une bréche dans le camp occidental, 15 ans après 1989; qui avait vu une fissure au sein du bloc communiste, soit selon les mêmes configurations. 

Cet exemple nous semble une bonne illustration du passage d’une phase de l’EXOLS à l’autre. On croit en phase équinoxiale que l’autre est sans réaction, en quelque sorte subit les événements et au bout d’un certain temps, inévitablement, il y a comme un choc en retour. La vengeance est un plat qui se mange froid.  On a signalé dans un précédent texte les lendemains de la Guerre des Six Jours au Proche Orient, entre 1967  et 1973 -(guerre du Kippour) avec le même passage de l’équinoxialité à la solsticialité ou encore le contraste entr 1940 et 1944 pendant la Seconde guerre Mondiale. Mais il y a aussi la situation inverse : au départ, résistance du fait d’une phase solsticiale suivie au bout d’un certain temps d’une phase équinoxiale où  les facultés de rejet déclinent, ce qui permet une certaine pénétration. Cela s’observe à l’échelle des Etats mais également lors de conflits  à des échelles  bien plus modestes.

 

 

JHB  16 12 21

 

 

 

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques halbronn Aléas de la validation des modéles astrologiques. Pandémie et crises politiques

Posté par nofim le 15 décembre 2021

jacques  halbronn    Aléas de la validation des modéles  astrologiques. Pandémie et crises politiques

 

Dans notre petit manuel  « L’astrologue  face à son client. Les ficelles du métier », que l’on trouve en français et en anglais (Ed La Grande Conjonction, 1995), illustré de façon assez sarcastique, nous mettions en scéne un astrologue cherchant ce qui pourrait bien correspondre à son modéle. Tel est le « job » de tout astrologue entre son client et le « thème » de celui-ci, au vu des données de naissance. Mais cela vaut aussi en astrologie mondiale et André  Barbault illustre idéalement  une telle recherche constante d’adéquation entre un schéma et une certaine réalité du terrain.  Il faut à tout prix « caser » le  « dessin » de départ et laisser de côté, négliger ce qui ne « colle » pas car cela ferait mauvais effet. On ne crache pas dans la soupe.

Dans le cas d’André Barbault, on peut dire que la montagne aura accouché d’une souris puisqu’aux dernières nouvelles, l’indice cyclique  a  été recyclé dans le registre pandémique et donc cela signifie que l’on aura renoncé à utiliser le dit indice pour comprendre le cours de l’HIstoire à moins de nous démontrer que la seule chose qui compte, ce sont les pandémies. Chacun voit midi à sa porte.   André Barbault écrivait il y a dix ans

 

 » Pour revenir aux pandémies et en remontant le siècle écoulé, les quatre crises de 1918, 1954, 1968 et 1982 sautent aux yeux, les deux considérables ayant été la première, la fameuse « grippe espagnole » qui a fait, dit-on, 25 millions de morts, et la dernière où s’est installé le Sida, lequel est encore plus dévastateur et continue d’être meurtrier. Depuis, il y eut aussi une faible poussée grippale en 2009, tout contre le dernier indice cyclique le plus bas (2010). Il se pourrait bien que nous soyons sérieusement menacés d’une nouvelle pandémie au cap de 2020-2021, à la pointe la plus basse de l’indice cyclique de tout ce XXIe siècle, avec le quintette des lentes rassemblées sur une centaine de degrés, une conjonction Jupiter-Saturne-Pluton pouvant plus particulièrement, et même spécifiquement, se prêter au « tissu » de ce déséquilibre. Il n’en demeure pas moins que cette configuration puisse aussi transférer son noyau de dissonances au terrain des catastrophes géophysiques, sans épargner en dernier lieu la scène des affaires internationales, Nature et Société étant indistinctement touchées. L’impression d’ensemble que l’on retient de l’examen de ces tableaux »

 

Ce  qui frappe, dans la liste proposée par Barbault, c’est une absence de taille.1918, 1954, 1968 et 1982  à  savoir la période de la « Seconde » Guerre Mondiale qui pourtant semblait être la matrice de son indice cyclique repris de Gouchon. Barbault ne prend pas la peine de s’en expliquer tout comme il ne s‘était pas expliqué en 1967 sur l’abandon du cycle Saturne-Neptune. Par ailleurs,  ces quatre dates, pour le XXe siècle, ne se répartissent pas également.  Autrement dit, pour sauver 1982, l’on se déleste de 1940, comme si de rien n’était. Barbault n’est plus du tout polarisé sur la Russie comme dans les années cinquanten; ni sur les guerres mondiales comme dans les années soixante-dix. Bienvenue aux pandémies qui seraient le nouvel horizon de l’astrologie mondiale. 
Or, l’on conçoit que dans le cas du thème natal/astral, l’astrologue doive se cantonner aux données de naissance telles qu’elles se présentent à lui mais il n’en saurait être de même, selon nous, en  astrologie mondiale, où c’est au chercheur de constituer un modéle offrant une certaine régularité, respectant une certaine géométrie. Avec l’indice cyclique, rien de tel, le mélange de 5  planétes aboutit à une sorte d’usine à gaz des plus alambiquées. En l’occurence, Barbault n’est même pas parti de la série des pandémies  mais d’une vision ternaire autour de trois guerres mondiales, dont deux déjà échue et la troisiéme à venir  avant la fin du XX siècle et qui se fait attendre sauf qu’entre temps, le même modéle se sera vu affecté une autre « mission » et sauf que le pole central du triangle, la Seconde Guerre Mondiale, sera mis aux oubliettes! Pour suivre l’argumentation de Barbault, il faudrait établir un lien entre pandémie et politique. Or, en 1940 et seq, il y eut un événement politique majeur – le virus nazi- mais pas de pandémie et en  1982, de la pandémie mais pas d’événement politique mémorable.   Nous voudrions en  guise de conclusion  faire un certain nombre de remarques visant à un certain Discours de la Méthode de l’approche anthropocosmologique en insistant sur le fait que Barbault n’aura pas respecté un certain nombre de principes dans sa façon de travailler, construisant ainsi sur du sable une sorte de château de cartes condamné à terme à s’effondrer.
Il importe de rechercher une certaine cohérence structurelle et ce à deux niveaux autour d’une exigence numérique interface entre le monde d’en haut et celui d’en bas. Autrement dit, l’astrologie a impérativement besoin de repérer  préalablement des constantes, des répétitions et des récurrences à intervalles  réguliers dans notre monde sublunaire.  Il lui faut aussi signaler un processus dialectique, duel, une alternance et donc mettre en évidence deux temps opposés et complémentaires. Jusque là, il ne saurait encore être question d’une corrélation avec le cosmos, sous quelque forme que ce soit. Dans notre cas, nous avions pointé l’alternance entre colonisation et décolonisation avec des périodes de 7 ans.(cf Clefs pour l’astrologie, Seghers, 1976). Une fois, cette étape franchie, il est enfin temps de rechercher des repéres au niveau céleste qui correspondent à une telle cyclicité.(cf L’astrologie selon Saturne, 1994). C’est ce qu’a fait ¨Pierre d’Ailly, à sa manière, en reliant des événements distants de 300 ans avec dix révolutions de Saturne, ce qui lui a permis d’avancer l’échéance de 1789 (cf l’ouvrage de Denis Labouré Astrologie et religion). 
L’erreur à ne pas commettre, c’est  de ne pas s’en tenir à des notions simples comme nous en offre l’astronomie: d’une part  il faut choisir une planéte dont le cycle numérique recoupe celui que l’on a pu observer préalablement dans le tissu socio-historique qui s’offre à nous, quitte à le découper en un certain nombre de phases  correspondant à des phénoménes naturels, comme le cycle des saisons lequel structure tout cycle en 4, ce qui donne 7 ans pour Saturne. On aura compris qu’on est à cent lieues ici de l’indice cyclique assez barbare de Gouchon-Barbault!Chaque fois que Saturne passera sur l’axe équinoxial ou sur l’axe solsticial, cela déterminera une période de 7 ans.  Reste alors, évidemment, à montrer qu’il y a adéquation entre ces temps de passage et le découpage préalable que nous avons pu relever au niveau politique, au sens large. 
Si  une telle  adéquation ne peut être obtenue,validée, cela signifie que quelque chose devra  être revu,  réformé quant à notre formulation. En ce qui concerne Barbault, deux défauts au départ: des phases inégales ne se prétant donc pas à un traitement astronomique basique, d’où son indice cyclique à 5 planétes. Pourtant, au départ, Henri Gouchon qui est à l’origine du modéle adopté par Barbault, visait les Deux Guerres Mondiales et l’identification de données astronomiques comparables  mais il ne trouva rien au niveau basique du passage d’une quelconque planéte sur un écliptique subdivisé d’une façon ou d’une autre. Il dut donc recourir au stratagéme, à l’artifice d’un « indice » de synthèse. Par ailleurs, Gouchon et à sa suite Barbault, commirent l’erreur de ne pas distinguer les deux guerres mondiales en constatant que tout les opposait quant  à leur esprit. Cela aurait du les aider car cela aurait pu servir de structure cyclique avec deux temps en alternance. Un temps pour une guerre de 14-18  marquée par de vives résistances, des tranchées et un temps pour une  guerre de 39-45 qui vit très vite s’instaurer un empire européen sous la houlette allemande. On sait à quel point la France n’aura pas vécu ces deux guerres de la même façon et donc les mettre sur le même plan relevait d’une sorte de déni de la part de ceux qui venaient de vivre la débacle française de la Seconde Guerre Mondiale.  Par ailleurs,  Barbault  s’intéresse à l’éventualité de la découverte d’une planéte au delà de Pluton, planéte découverte en 1930 , la précédente Neptune l’ayant été en 1846. Nous sommes en présence d’une génération marquée par  de tels événements qui ne se sont pas reproduits depuis, Pluton ayant même été déclassée en 2006.  Avouons que nous ne partageons pas ce penchant pour ce genre d’événement car pour nous l’astrologie est un systéme établi il y a des millénaires et qui se suffit à lui même, axé sur Saturne.  Le fait d’intégrer 3 planétes transsaturniennes pour former l’indice cyclique  nous semble tout à fait chimérique, au nom d’une modernité mal comprise.

Le probléme, c’est que Barbault ne voulait pas entendre parler d’un quelconque repére zodiacal, ce qui le limitait à rechercher une conjonction entre deux planétes, d’où l’idée, ingénieuse, de considérer des groupes de conjonctions. Le probléme, c’est que la relation entre deux facteurs peut générer des périodes égales alors que la combinatoire de plus de deux ne le permet plus et c’est ce qui se passe avec une combinatoire à 4 ou 5 planétes! On  dit qu’au delà de deux, il y a foule. Trois est à rapprocher de très. Andy Warhol déclarait « Une personne c’est de la compagnie, deux c’est la foule, trois c’est une réception. » Nous ajouterons que Barbault  a tendance à  préférer  la présence et l’absence plutôt que le recours à des qualifications successives d’un même concept. La question n’est pas s’il  y  a ou non « guerre » mais celle d’un passage d’un type de guerre à un autre type de guerre, une approche pourtant bien connue puisque l’on parlait autrefois de « guerre froide ». C’est ainsi que Barbault se sera enfermé dans une dialectique guerre et paix faute d’avoir cherché à faire alterner différentes formes de guerre.

bibliographie:
 : 

Les grands bouleversements expliqués par l'astrologie : prédictions et  pandémies - Philippe Dorbaire - Lanore - Grand format - Place des Libraires/

e

https://astrologie-moderne.eu/indice-cyclique-astrologie-mondiale/

JHB  16  12 21

 

 

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn L’astrologie s’apparente au courant électrique : on et off

Posté par nofim le 15 décembre 2021

jacques  Halbronn   L’astrologie s’apparente au courant électrique : on  et  off 

 

La plupart des astrologues quand ils cherchent à expliquer l’astrologie sont tentés à en faire un phénoméne naturel. Nous récusons une telle stratégie de communication qui est cause de malentendus. C’est pourquoi nous voyons l’homo astrologicus comme un « cyborg »  et nous référons au courant électrique où d’une seconde à l’autre l’on passe de la lumière à l’obscurité et vice versa, ce qui est à l’opposé du passage du jour à  la nuit et vice versa, ce qui se produit très progressivement, sous nos latitudes.

Selon notre expérience, le passage d’une phase à une autre peut s’effectuer assez brusquement, quasi instantanément, sans prévenir,  ce qui montre  à quel point la connaissance de la « bonne » astrologie – car il en est d’exécrables -peut se révéler utile puisque les changements ne se produisent pas de façon  graduelle. C’est d’ailleurs là un test décisif: si le systéme prévisionnel dont on se sert n’est pas en mesure de  pointer  des moments clef, c’est qu’il n’est pas opérationnel.  On s’est trop habitué à des demi-mesures, ce qui aura permis à des formules bancales de se perpétuer.

Entendons nous bien: une fois la nouvelle phase enclenché, les choses vont suivre leur cours, se déployer dans le temps, puisque dans notre astrologie « EXOLS », toute période est de 7 ans. C’est comme avec l’électricité: une fois que l’on a mis le courant, le processus va se prolonger, il n’y aura plus effet de surprise. Autrement dit, l’astrologie devrait servir avant toute chose à annoncer les retournements. C’est là son créneau. Une fois  que les choses ont pris une nouvelle tournure, il n’est plus besoin de l’astrologie pour prévoir la suite à court terme, on sera dans la continuité. On aura donc compris que l’astrologue est une vigie capable d’annoncer ce qui est, sans l’astrologie, imprévisible. Une fois que le changement s’est opéré, il n’y a plus guère de mérite à « prévoir ». En ce sens, l’astrologie constitue une sorte d’avant-garde. On donnera deux exemples de la soudaineté de l’impact astrologique parmi tant d’autres: 1951  et 1973, à savoir la création d’une Communauté Européenne  et  la Guerre du Kippour, respectivement: d’une part, un événement équinoxial, de l’autre un évenement solsticial.

 

 I   Le traité instituant la Communauté européenne du charbon et de l’acier, aussi appelé traité de Paris, est signé le 18 avril 1951 par la République fédérale d’Allemagne, la Belgique, la France, l’Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas pour une durée de 50 ans. (Wikipédia)  Le 20  novembre 50, Saturne entrait en balance, passant donc sur l’axe équinoxial. Il rétrogradera  en mars et redeviendra direct en aout. Il ne s’agit évidemment pas d’exiger un minutage  extréme. Ce qui compte, c’est que ce traité de la CECA prend forme au tout début d’une phase d’équinoxialité, laquelle favorise le dépassement des clivages nationaux.

IILa guerre du Kippour (en hébreu : מלחמת יום הכיפורים) ou guerre du Ramadan2 (en arabe حرب رمضان) ou guerre d’Octobre (en arabe حرب تشرين) ou guerre israélo-arabe de 1973 opposa, du 6 au 24 octobre 1973Israël à une coalition menée par l’Égypte et la Syrie.

 En aout 73, Saturne passe le cap de l’axe solsticial en cancer. Il rétrogradera en gémeaux courant janvier 1974. Cela met fin à la situation équinoxiale qui avait marqué le lendemain de la Guerre des Six Jours  (juin 1967) Par la suite, Israel rétrocédera la péninsule du Sinai. En novembre 77, discours de Sadate devant la Knesset, le parlement israélien, à Jérusalem.

 

Donc, dans les deux cas,  à la portée opposée, l’une acceptant de dépasser les questions nationales, l’autre refusant un certain statu quo d’occupation. On conçoit que l’astrologie EXOLS  aurait pu utilement conseiller les responsables: un homme averti en vaut deux. Elle permet aussi bien d’annoncer un début qu’une fin, les deux processus se complétant.

 

 

 

 

 

JHB  16 12 21

 

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn le piége d’une astrologie des corps célestes et la question des saisons

Posté par nofim le 13 décembre 2021

jacques  Halbronn le piége d’une astrologie des corps célestes   et la question des saisons

 

 

Nous avons perdu beaucoup de temps en tenant absolument à ne connecter que des corps célestes entre eux, planétes ou étoiles fixes, refusant de nous servir du positionnement zodiacal; Le paradoxe des astrologues dits tropicalistes tient au fait qu’ils se méfient du cycle des saisons en tant que référentiel. c’est ainsi qu’André Barbault aura instillé dès l’après guerre l’idée selon laquelle une configuration astrologique digne de ce nom devait impérativement être repérable corporellement, matériellement, d’où l’accent mis sur la combinatoire entre deux planétes, comme Saturne et Neptune, à la différence d’un Albumasar qui tenait compte de l’Elément (Feu, terre, air, eau) dans lequel la conjonction Jupiter Saturne se produisait. En ce qui nous concerne, nous avons cru, pendant un certain temps, à la solution des conjonctions planétes-étoiles fixes, ce qui constituait une sorte de moyen terme entre la planéte et le Zodiaque, autour  notamment des étoiles fixes « royales »: Aldébaran, Régulus, Antarés et Fomalhaut réparties aux 4 coins du Zodiaque, ce qui correspondai en gros aux signes fixes.   

Le probléme, c’est que les résultats ne sont pas les mêmes quand on combine une planéte avec un autre corps céleste et quand on s’en tient au passage d’une planéte sur l’écliptique avec un découpage lié aux axes équinoxiaux et solsticiaux;  Récemment, nous faisions ainsi remarquer que Barbault avait manqué la  grande échéance européenne de 1951 quand Saturne passa sur l’axe équinoxial du fait qu’il ne jurait que par la conjonction de Saturne avec Neptune, ce qui générait un décalage de près de 2 ans!  Et il est clair que la même mésaventure a pu nous arriver en remplaçant les dits axes saisonniers par les  4  étoiles fixes royales; Cela ne pouvait que fausser la boussole astrologique et  il est assez probable que l’astrologie sidéraliste qui privilégie l’Ayanamsa  (décalage de 24° environ) est victime de ce même syndrome en refusant de tenir compte des axes saisonniers qui sont l’armature centrale du Zodiaque, de l’écliptique parcouru par les planétes de notre systéme solaire;

Rétrospectivement, nous nous rendons bien compte de notre erreur qui conduisait à dénaturer l’astrologie en la privant de ce qui la sous-tendait, à savoir sa dimension « tropicaliste » dont elle ne saurait impunément faire abstraction; En effet,  en respectant le moment de passage de Saturne sur les dits axes , l’on en arrive à une précision prévisionnelle remarquable qui ne se présente pas en recourant à d’autres méthodes.   

 

On  a déjà donné l’exemple de la création de la CECA  durant l »Eté 1951, avec le passage de Saturne sur l’axe équinoxial à O° balance mais l’on pense aussi à 1944, lorsque Saturne était passé sur l’axe solsticial à 0° Cancer  au moment du débarquement  en Normandie, avec une polarité inverse; Autrement dit, le passage de Saturne sur un axe va déterminer avec précision un  tournant et cela n’aura pas lieu si l’on procéde avec une astrologie des corps célestes. Cela dit, la question de la connexion entre Saturne et les axes en question implique selon nous l’interface des étoiles fixes, non pas les ‘royales » qui ne tiennent pas compte de la précession des équinoxes mais de l’étoile « vernale » qui change tout comme l’étoile polaire. On parle de son « changement séculaire »; C’est d’ailleurs cet ajustement périodique qui aura permis de repérer le processus de précession des équinoxes; 

 

 

 

JHB  13 12 21

Publié dans ASTROLOGIE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn L’autre sexe comme catalyseur du passage de la puissance à l’acte

Posté par nofim le 13 décembre 2021

Jacques  Halbronn  L’autre sexe comme catalyseur du passage de la puissance à l’acte

 

 

Nous voudrions ici  proposer un modéle concernant la relation des deux sexes qui offre à la fois une certaine qualité d’équité et de réalité. On partira  pour ce faire de la thématique classique de la puissance et de l’acte en vue d’une approche systémique. 

On  abordera dans un premier temps le role de l’homme dans le processus de procréation sur la base de 3 temps.  Premier temps, l’homme donne une impulsion, sert de catalyseur pour que la femme enclenche ce qui conduira au bout de 9 mois à l’accouchement d’un « nouveau né ». Mais, une fois l’enfant apparu,  l’homme devra veiller à l’épanouissement de l’enfant.  On a donc bien trois temps. De la même façon, l’on traitera du role de la femme dans le processus de création. Premier temps, la femme (la mère, la grand mère par exemple) encourage son fils à prendre conscience de ses aptitudes  créatrices, c’est à dire de son potentiel intérieur. Deuxieme temps, le fils trouve sa voie, se « réalise ». Troisiéme temps,  la femme – pas forcément la même – disons plutot  « une femme », favorise la diffusion  de l’oeuvre, quitte éventuellement à se l’approprier et en tout cas à l’exploiter. 

On notera dans les deux cas exposés que la phase n°2  risque d’être éclipsée par la phase n°3. Ce que nous proposerons, c’est donc une sorte de charte entre les hommes et les femmes, sachant que les femmes vont converger vers les hommes les plus prometteurs, ce qui signifie qu’un homme peut être en synergie avec plusieurs femmes. Bien plus, nous pensons que c’est cette convergence même des femmes sinon vers un homme en chair et en os mais vers son oeuvre qui est déterminante. De la même façon, une femme pourra avoir des enfants avec différents partenaires.  Nous estimons que notre modéle refléte assez bien la réalité telle qu’elle peut s’observer dans la longue durée.   En effet, tout un pan de nos recherches concerne la question de l’emprunt, de la traduction voire du plagiat, de la dette et il convient que chaque sexe reconnaisse ce dont il est redevable envers l’autre, sans chercher de nier son rôle en s’emparant  abusivement de sa contribution

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  13  12 21

Publié dans FEMMES | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn L’astrologie mondiale et le cuisant échec de la « crise mondiale » de 1965

Posté par nofim le 13 décembre 2021

Publications   de la BURA (Bibliothèque Universitaire de Recherche Astrologique)

 

 

Jacques  Halbronn   L’astrologie mondiale  et le cuisant échec de la « crise mondiale » de 1965.

 

 

Jacques  Halbronn   L'astrologie mondiale  et le cuisant  échec de la

 

 

 

Nous avons souhaité repasser en revue-relire à ,nouveaux frais- quelques textes conservés à la BURA dans le champ de l’astrologie mondiale; parus dans les années 60-70 du siècle dernier, il y a 40 ans et plus.  

 

Document I. André Barbault  1964 La crise mondiale de 1965 (Albin Michel  Imprimé au cours du 4e trimestre 1963) 

 

Cet ouvrage de plus de 200 pages, parait au lendemain de la crise de Cuba, dont on s’accorde avec le recul à reconnaitre que ce fut la pire menace pour la paix mondiale depuis la Seconde Guerre Mondiale, en incluant la crise de Berlin de 1961. Voyons pour commencer la 4e de couverture: On lit « La  troisième  guerre mondiale, comme le croient beaucoup d’astrologues, éclatera-t-elle au moment de l’éclipse solaire du 30 mai 1965? Autrement dit, Barbault nous projette vers un futur proche mais ne semble pas vouloir tirer les leçons d’un passé proche?  Arrêtons nous, au vu de la table des matières sur le chapitre intitulé  « Vers une nouvelle crise mondiale ». Notons que ce qui nous intéresse, c’est au moins autant ce qu’annonce Barbault que sa façon dont  il interpréte après coup certains événements car l’astrologue peut errer dans ces deux registres, d’ailleurs interdépendants car si l’on comprend mal le passé, l’on hypothèque ipso facto sa vision de l’avenir. Déjà la formule « Vers une nouvelle crise mondiale » nous interpelle, avec cet epithète » nouvelle. On nous présente d’entrée de jeu (pp. 24  et seq) un « tableau qui (…) représenter la liste des conjonctions des planétes lentes qui se produisent entre 1900 et 1971. On en compte au total mais on remarque qu’elles sont réparties inégalement et  l’on note  une absence de conjonctions entre  1958 et 1971 -puisque le décompte s’arrête en 1971. Autrement dit, la crise de 1961-62 passe à la trappe! A la place de Barbault, on aurait pu penser qu’un tel tableau se voyait démenti par les récents événements. Mais pas du tout! Il y a là une sorte d’aveuglement, d’entêtement que l’on pourrait qualifier de pathologique.de psychanalytique  Comme quelqu’un venant de subir un choc et se projetant sur l’avenir en une sorte de fuite en avant!  (cf aussi le graphique de la page  66) Barbault met cartes sur table « Disons le tout net,  les USA  (…) sont sur le point de passer le flambeau à l’URSS appelée à devenir la première force planétaire » Or, l’on sait que Barbault publia un des textes dont il se targue dans l’Yonne Républicaine, périodique d’obédience clairement communiste. Mais meme quand Barbault traite des USA, pas un   mot sur la récente affaire de Cuba!  Barbault conclut  » Tout donne à penser qu’arrivée à  l’opposition de 1971-72(Saturne-Neptune), l’URSS vivra  (…) un temps de dépassement  en ayant « doublé » les USA etc » mais  ce serait à la Chine de prendre le leadership du communisme. (p. 98) 

 

Document II Le Pronostic expérimental  en Astrologie. 1973 et l’échec de 1965.

 

 

Dix ans ont passé et sont parus en  1967  Les  astres et l’Histoire (Ed Pauvert) avec la présentation de qui prendra le nom d’indice cyclique. »(cf p. 121) Les régles du jeu ont changé entre temps. On a maintenant en perspective  le creux du graphique pour les anné es 80.  C’est donc là que devrait se situer la « troisiéme guerre mondiale » dont il  avait été question  plus haut pour 1965, soit 15 ans plus tard. On peut lire (p 149): »"Cycle Saturne-Neptune  1953-1989  La domination soviétique » Mais le    chapitre sur une série  de configurations pour des périodes à venir. Texte visiblement rédigé avant 1971. Mais quand Barbault aborde 1989, il n’est nullement question d’un effondrement de l’URSS comme l’affirme Yves Lenoble dans son dernier ouvrage dithyrambique et on ajoutera que cett échéance de 1989 n’est plus associée comme en 1955, dans Défense et illustration de l’astrologie, à la seule conjonction Saturne-Neptune. On peut se demander d’ailleurs pourquoi  Barbault  abandonné cette approche avant même son échéc de 1971 comme s’il avait senti le vent tourner dès 1966, tout simplement  parce que  la crise mondiale de 1965  n’avait pas eu lieu, ce qui d’ailleurs s’expliquait par les évenements de 1962 qui avaient échaudé les esprits. et avec le recul 1962 reste l’alerte principale que Barbault n’aura ni annoncé ni expliqué! Double point aveugle. On aura donc compris que l’ouvrage annonçant en son titre même « La crise mondiale de 1965. Prévisions astrologiques » va  devoir laisser la place à un nouveau modéle, un « New Deal » que Barbault ira puiser chez Henri Gouchon avec son « indice de concentration planétaire » et qui accouchera d’une autre crise mondiale avortée 15 après le fiasco de 1965 alors même que la seule véritable crise mondiale, elle non annoncée, avait eu lieu en 1962.  D’où une fuite en avant pour effacer 1962 en espérant un événement bien plus dramatique que la crise des missiles, dans une surenchère propre à des apprentis sorciers. On retrouve là le même traumatisme qu’en 1939.  Véritable cauchemar pour toute une génération incapable d’annoncer la Seconde Guerre Mondiale et la crise de Berlin et de Cuba – avec une tentative d’expliquer la première après coup et une volonté de passer carrément sous silence la seconde mais aussi annonçant vainement des crises mondiales  pour 1965 et 1981-82.   MAis déjà un nouveau modéle émergeait dès 1976  une astrologie mondiale qui renonce au tout planétaire en faveur d’une combinatoire planéte-zodiaque (avec les deux axes équinoxiaux et solsticiaux).

 

PS

 

 Yves lenoble «   Il y a trente ans André Barbault annonçait une pandémie mondiale pour 2020 après avoir prédit, entre autres, dès 1955 la chute de l’Empire soviétique en 1989!  En fait, il avait pointé cette date de 1989 sans préciser aucunement une telle issue! Une telle lecture est très improbable  chez Barbault  en 1955, vu son engagement en faveur de l’URSS

JHB 13 12  21

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Retour sur un texte paru il y a 40 ans : L’alternance sous la Ve République et le concept de bloc

Posté par nofim le 12 décembre 2021

Jacques  Halbronn  Retour sur un texte paru il y a 40  ans : L’alternance sous la Ve République et le concept de bloc 

Dans le grand Livre des Prédictions (Paris Ed Balland 1981, pp. 175 et seq) formant une sorte de dyptique avec Aquarius ou la Nouvelle Ere du Verseau (Paris, Albatros, 1979), nous nous proposons de commenter u texte de notre plume datant de 1981, au lendemain de l’arrivée de Mitterrand au pouvoir  et 20 ans avant le passage dans un nouveau siècle voire un nouveau millénaire..  NOus associons  1968  et 1981: « Il aura donc fallu treize ans avant que l’enthousiasme de « mai 68′ retrouve un écho  d’envergure (…) Quel élément  astrologique   permet de rapprocher ces deux dates? (.) Il faut à nouveau vers la planète Saturne (..) Nous avons mis au point une méthode qui classe les phases de Saturne en deux catégories, l’une active, l’autre passive  se suivant à sept années d’intervalle. Quand Saturne passe au Bélier et en Balance- soit l’axe des équinoxes c’est la phase  active (…) Quand, Saturne, en revanche, passe en Cancer et en Capricorne- soit l’axe des solstices- c’est la phase passive »  Or, avec le recul, nous pensons l’inverse: c’est lors du passage sur l’axe solsticial, que les positions se durcissent alors que lors du passage équinoxial, les frontières tendent à se dissoudre en faveur d’un fédéralisme supranational. En 1989, le passage sur l’axe solsticial aura conduit à l’effondrement du bloc communiste (Pacte de Varsovie puis URSS).  Quand il y a invasion, cela reléve du passage vers une phase équinoxial du fait des moindres résistances et réactivités à une présence étrangère. Il conviendrait de se demander où était l’erreur quand nous rédigions ce texte il y a 40 ans. Quelle lecture proposer de la  Ve République? La  gauche profite mieux de la phase passive que la droite laquelle accentue les clivages et les différences.  Rappelons qu’au lendemain de 1995, nous aurons la cohabitation en 1997 avec Jospin sous la présidence de Chirac. La notion même de cohabitation est typique de l’équinoxialité (que nous appelions à l’époque « active », ce qui est un point de vue car il semble au contraire que c’est avec la solsticialité qu’il y a le moins de passivité. Ces points sont déterminants et une simple erreur d’analyse du contenu des phases peut se révéler fatale pour l’astrologue même si son découpage en phases est valable. Certains d’ailleurs préférent ne pas se mouiller et renoncent même à déterminer  une dialectique des phases/ C’est ainsi que concernant le cycle Saturne-Neptune,  Barbault n’a pas pris la peine de distinguer au moins deux cas de figure, si bien que ses prédictions restent terriblement dans le flou. Qu’est ce que Barbault attendait de 1989? Un renforcement ou un affaiblissement de l’URSS? Ajoutons que les configurations valent pour tous les pays et donc qu’il peut se passer quelque chose dans n’importe lequel.  Pour en revenir à la Ve République, qui n’échappe évidemment pas à la régle; on rappellera que la décolonisation aura correspondu avec une phase solsticiale alors que la Guerre d’Algérie est  en rapport avec la phase équinoxiale qui précéda. 

.

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Le contenu de nos vidéos sur TELEPROVIDENCE est restitué par Google. Reconnaissance audio.

Posté par nofim le 12 décembre 2021

Jacques Halbronn Astrologie/André Barbault à la veille des …

www.youtube.com › watch
jacques  Halbronn   Le contenu de nos vidéos  sur TELEPROVIDENCE  est restitué par Google. Reconnaissance  audio. dans ASTROLOGIE

APERÇU
7:16
Même quand Barbault annonce une troisiéme guerre mondiale pour 1982, … 1930-31, 1943, 1955-56, 1968 …    Restitution du propos oral.
YouTube · Halbronn Jacques TELE DE LA SUBCONSCIENCE · 24 août 2021

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Mémoire, oralité et capacité de connexion.

Posté par nofim le 11 décembre 2021

Jacques  Halbronn   Mémoire, oralité  et  capacité de connexion. 

 

 

Mémoire et oralité  sont liées, l’écrit palliant précisément les défaillances mémorielles. C’est dire que celui qui dépend par trop de l’écrit – et cela vaut pôur tous les supports informatiques – n’exerce pas sa mémoire, ce qui signifie qu’il affaiblira sa capacité de connexion. En effet, ce qui nous permet d’activer notre mémoire, de retrouver une information stockée passe par un complexe réseau d’associations d’idées, de mots. C’est dire que la mémorisation développe l’intelligence et inversement, une mauvaise mémoire défaillante  ou une mémoire peu exercée, constitue un handicap mental, de la pensée. 

Mais l’on peut aller plus loin car chercher dans sa « mémoire » nous connecter avec un certain Inconscient Collectif. D’une façon générale, l’écrit dépend de l’oralité. Comme en hébreu, où l’écrit ne marque pas les voyelles, ce qui en fait un pense bête de l’oral. Nous avons déjà fait remarquer (cf notre groupe face book  français, francologie) que l’écrit n’était pas la voie royale vers l’oralité mais que c’était l’inverse, ce qui renvoie à la notion de préscience, de « bon sens », qui fait que l’on ne dépendra pas aveuglement de la chose écrite laquelle peut avoir été corrompue, altérée, vouée à des erreurs de traduction, de transmission  etc.

 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  11 12 21

Publié dans Conscience, LINGUISTIQUE, morphosémantique | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Méthodologie Chronéme/Choréme. Savoir à qui un texte s’adresse et de qui il émane. Bible et Nostradamus

Posté par nofim le 11 décembre 2021

jacques  Halbronn  Méthodologie Chronéme/Choréme. Savoir à qui un texte s’adresse et de qui il émane 

 

 

Il est essentiel de déterminer la destination d’un texte.. C’est notamment le cas des Dix Commandements et du « Ecoute Israel ». Force est de constater que les Juifs ont cru que certains commandements leur étaient destinés alors meme que cela visait une autre population qui leur était soumise, à savoir les « Israélites », les gens du Septentrion.

Que nous dit notamment le commandement du Shabbat? Qu’il s’agit d’un jour de repos. Mais qui doit se reposer, se protéger de la charge de travail qui lui est assignée  sinon l’esclave? On retrouve cette préoccupation sous le Front Populaire (1936)avec les « congés (vacances) payés », avec la semaine de ’40 heures.

Dès lors, le respect du Shabbat ne saurait faire sens pour les employeurs qui ne partagent pas les mêmes préoccupations. 

Il  en est de même pour la récitation du « Ecoute Israel » (Shema Israel) lequel, comme son nom l’indique, s’adresse à la communauté d’Israel qui n’est pas celle de Judée. Il suffit de lire les Livres des Prophétes pour noter que ceux ci s’adressent le plus souvent à la communauté du Nord, celle de la Maison d’Israel (Samarie, Galilée).  Ces commandements – Mistwoth- renvoient d’ailleurs à la Nouvelle Alliance (Jérémie XXXI) laquelle vise les mauvais serviteurs, qui désobéissent à leur maitre.

 Autrement dit, il y aurait là une perte de conscience de dualité: savoir distinguer entre l’autre et soi même et ne pas tout confondre car cela fait désordre, cela sonne faux.

C’est donc  tout le rituel actuel en vigueur dans les synagogues qui serait à réaménager, y compris d’ailleurs en ce qui concerne la lecture annuelle du Pentateuque (Torah) qui comporte, notamment dans le Livre de l’Exode , un texte centré sur les « enfants d’Israel » ‘et ce, dès le premier verset. On peut se demander s’il n’y pas eu, à un certain stade, confusion (on pense au dernier film d’Almodovar, Madres paralelas) au sein d’une bibliothèque de textes, à une époque où l’hébreu s’était assez largement perdu. On aura confondu la littérature propre à la maison de Judah avec celle propre à la maison d’Israel. (cf notre mémoire sur la plateforme SCRIBD).  Une telle confusion nous est par ailleurs familière avec le corpus Nostradamus au sein duquel auront fini par cohabiter textes authentiques et imitations, piratages.  Par ailleurs, en ce qui concerne l’ensemble centurique, le premier volet fut réalisé au service de la Ligue et le second -et cela vaut pour l’Epitre à Henri II, imitation d’une première épitre (cf nos Documents inexploités sur le phénoméne Nostradamus. ed  Ramkat, 2002) que l’on ne peut comprendre que comme annonçant  le retour du protestantisme, pour la fin du xVIIIe siècle.

Par choréme et chronéme, nous entendons les critères et les arguments à mettre en avant pour situer texte dans l’espace social (choréme) et au sein d’une certaine période (chronéme (cf notre introduction au Texte prophétique en France, 1999). C’est ainsi que le thème du pardon  dans le christianisme ne se comprend que de la part de ceux qui sont accusés de déviance, de trahison, ce qui correspond au schisme qui suivit la mort du roi Salomon, sans qu’il soit besoin de remonter à un « péché originel » commis par Adam…comme voudrait nous la faire accroire une certaine exégèse/

 

Publié dans Bible, NOSTRADAMUS, prophétisme, théologie | Pas de Commentaire »

1...34567...187
 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs