Jacques Halbronn Le détournement des gestes barrières au restaurant. Le port du masque

Posté par nofim le 16 novembre 2021

Jacques  Halbronn    Le détournement  des  gestes barrières au restaurant. Le port du masque

 

 

Nous  pensons que la vaccination  est une solution chimique visant à compenser un échec sociétal, à savoir l’incurie dans l’application des gestes barrières et  cela ressort tout particulièrement dans la situation sanitaire dans les transports en commun et dans les restaurants.  ‘

C’est ainsi que la nécessité d’enlever le masque lorsque l’on mange ou l’on boit aura conduit à ne plus le mettre du tout au restaurant . Or, le temps que les gens passent à manger et à boire est peu de chose par rapport au temps durant lequel les gens parlent, au téléphone, quand ils sont seuls, ou en groupe, dans le tête à tête. Selon nous,  l’on devrait surveiller de plus près, le respect de cette discipline trop souvent allégrement contournée.   

De la même façon, l’on bafoue constamment la question des gestes barrières dans les transports où les gens s’entassent et se serrent comme avant la pandémie. Là  encore, l’on n’aura pas voulu instaurer des contrôles concernant les trains bondés aux heures de pointe.   Ces deux exemples expliquent selon nous l’insistance mise sur la vaccination et le pass sanitaire qui l’accompagne, ce qui n’est pas demandé dans les transports.

Inversement, dans les bibliothèques comme la BNF ou la BPI, à Paris, le pass sanitaire n’est pas demandé pour l’accés aux salles de lecture mais le respect du silence est très surveillé et cela nous et le silence nous semble être un critère essentiel  dans l’espace public, la parole étant une forme de pollution voire de viol par delà la question de la pandémie. 

Publié dans SOCIETE | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Nouvelles réflexions sur les processus équinoxiaux et solsticiaux en Astrologie

Posté par nofim le 16 novembre 2021

Jacques Halbronn   Nouvelles  réflexions sur les processus équinoxiaux et solsticiaux en Astrologie

 

Il nous est apparu nécessaire d’affiner nos descriptions de ce phénoméne duel et du rôle des leaders dont nous n’avons pas assez précisé la dimension cyclique. Nous dirons que l’équinoxialité  correspond à la dimension sociale du leader  et que la solsticialité correspond à sa dimension intellectuelle. Autrement dit, le leader est un Janus, à double face et c’est d’ailleurs ce qui le définit. S’il ne présente qu’une seule de ces faces, il n’est leader qu’à moitié et n’appartient pas au club des archi-leaders tel que nous l’avons  exposé ailleurs sur NOFIM et sur notre chaîne You Tube.

Ces considérations évitent de donner l’impression d’une discontinuité du leadership en indiquant que ce leadership se manifeste successivement et alternativement sur différents plans, ce qui peut déconcerter. Nous dirons donc que la phase solsticiale du Leader se situe dans la verticalité tandis que l’équinoxial reléve de l’horizontalité  et qu’il se doit d’assurer dans les deux cas de figure. 

La phase équinoxiale est, comme on l’a annoncé, horizontale, « sociale », « spatiale », c’est l’occasion pour le leader d’occuper une place notable dans le domaine qu’il s’est choisi, de faire preuve d’une certaine forme d’omniprésence alors que la phase solsticiale serait plutôt marquée par la revendication de quelque omniscience.

La phase solsticiale de par sa verticalité implique l’exercice d’une démarche critique des modéles dominants existants alors que la phase équinoxiale s’apparente davantage à une approche ethnologique, où il s’agit de faire coexister de la diversité tout en la relativisant. Le congrès est certainement le lieu privilégié d’une telle organisation et articulation de l’espace social. 

  Autrement dit, tantôt le leader se démarquera du consensus social en phase verticale, tantôt, il  se mettra au service de la société  sous sa forme présente. Ce qui conduira à changer ses rapports avec le milieu concerné, en alternant le froid et le chaud tout comme le fait le cycle des saisons. 

L

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Alain de Chivré et le Mouvement Astrologique

Posté par nofim le 16 novembre 2021

Publications  de la Bibliothèque  Universitaire de Recherche Astrologique

 

Jacques  Halbronn    Alain de Chivré  et le Mouvement Astrologique 

 Poursuivant notre enquete, à partir de nos archives sur les moeurs du milieu  astrologique français, nous ouvrons ici le dossier d’Alain de Chivré(né en 1946)/ Nous avions déjà évoqué son rôle dans différente études mais cette fois nous puisons dans une documentation plus matérielle et plus datée, toit en précisant que nous n’avons pas encore épuisé et exploité totalement le contenu de nos archives. Nous voudrions ici rétablir les conditions qui auront conduit de Chivré à fonder e février 1996 la FDAF, à la suite d’un parcours assez  remarquable dans son genre, puisqu’il passa du MAU, à FEA, de la FEA au RAO  avant de fonder, à 50 ans, cette Fédération, l’histoire du processus fédéral en France étant elle-même assez complexe dont nous avons traité ailleurs.

Ce qui nous frappe, c’est le rapport au passé toujours plus ou moins occulté. Heureusement que nos Guides permettent de mettre les choses en perspective (Guide  de la vie  astrologique 1984, guide astrologique 1997).  Le décés en 2017 de Denise Daprey, qui fut présidente fondatrice de la Fédération des Enseignants en Astrologie (FEA) laisse certains points obscurs quant à la place d’Alain de Chivré au sein de la direction de la FEA en 1984-85, car nous n’avons pas accés pour l’heure aux documents administratifs de cette structuré que pourtant nous avions contribué à mettre en orbite (cf nos études à ce sujet). Nous ignorons s’il y a eu une déclaration  à la Préfecture ou un affichage au Journal Officiel. De même nous ignorons   quelles sont les personnes qui suivirent Alain de Chivré, vice président du RAO, lors de la scission au sein du RAO lyonnais(Rassemblement des Astrologues Occidentaux) durant l’hiver 1994-1995, fondé par Robert Jourda, sans que l’on puisse non plus préciser ses rapports avec le CEDRA lyonnais de Maurice Charvet(fondé en 1986). Il nous faudrait la composition des premiers bureaux de la FEA de Denise Daprey  et de la FDAF d’Alain de Chivré, lesquelles doivent s’obtenir auprès des préfectures respectives.

Cela, étant dit, une chose est certaine, c’est le fait qu’Alain de Chivré  aura été fortement marqué par la dynamique du MAU entre 1979 et 1983, date à laquelle il fonde l’Institut d’Etudes Astrologiques. Le fait qu’il ait rejoint la FEA n’est pas sans rapport avec ses liens avec le MAU ni d’ailleurs de ses contacts( non aboutis) avec le GERASH , dans le cadre de ses  « cercles locaux dont Denise Daprey était devenue une des animatrices pour Orléans, à la suite du Congrès MAU de Lyon de 1984. C’est dire que la généalogie, -pour reprendre une expression d’Yves Lenoble -est une affaire exigeant une certaine expertise! »

On en restera donc à la question du Congrès MAU de Nantes de 1983 dont nous possédons l’ensemble des pièces à conviction. Or, il semble bien que de Chivré ait affirmé qu’il en avait été l’organisateur sans daigner signaler le rôle absolument déterminant du MAU, lequel menait à l’époque une campagne intensive  au niveau de la province, à Toulouse, à Metz, à Tournai, à Lyon, à Amiens, à Athènes., à Nice, à Genéve,à Strasbourg, à Orléans, à Bruxellles, à Londres entre 1980 et 1986. (cf L’Astrologie à travers vingt ans de congrès MAU, Ed de la Grande Conjonction 1995, Bulletin de la Société Astrologique de France n°10) 

On aura compris que le cas nantais est exemplaire du modus operandi du MAU dans ces différntes villes, bien avant l’émergence d’Yves Lenoble, à partir de 1990. Or, Lenoble est loin d’avoir réussi à restitué, dans ses textes sur le milieu astrologique, toute cette effervescence qui n’était pas nouvelle d’ailleurs car l’on pourrait aussi bien remonter aux années soixante dix qu’aux années 90  avec les Congrès de Montluçon, d’Angouléme et de Dijon. sans oublier dans les années 2010 les rencontres de Renne, de Lille, du HAvre et même de Nantes.  Autrement dit,  le cas de Nantes ne sera  jamais qu’un maillon  d’une chaîne élaborée par le MAU sur tout l’hexagone.

I  Le précédent nantais de 1979 Une première tentative avait eu lieu en 1979, fin juin-début Juillet.  avec la Librairie de l’Irrationnel et le Gay Scavoir. Jean Charles Pichon et Jean marie Lepeltier ainsi qu’Olivier Brochard étaient alors nos contacts et nos relais.  Pour une raison qui nous échappe , cet événement avait avorté, après avoir été reportée en septembre de la même année. Il devait se tenir au Chateau de la Perbenchière. sous le titre de Journées d’échange en astrologie. Rencontre internationale,organisées par le Mouvement Astrologique Universitaire, Paris et le Gay Scavoir, 7, Chaussée de la Madeleine. Nantes. Pas de mention  à l’époque d’Alain de Chivré dans le programme prévu

 

II La préparation du congrès de 1983 On s’en tiendra à la correspondance que nous avions reçue de M. de Chivré et de son association l’ADREA, l’Association pour le Développement et la recherche des Etudes Astrologiques. « Premier Congrès Astrologique de l’Ouest de la France » Thème central: interdisciplinarité de l’astrologie. « L’astrologie déborde…. »

 

 

2 juillet 83 « Je souhaite que  le MAU  prenne l’initiative de l’organisation générale ainsi que la responsabilité financière de l’opération. (…) L’Association nantaise se contenterait donc d’assurer le soutien  local du Congrès avec une diffusion des affiches (..) D’ores et déjà, je vous serais reconnaissant de bien vouloir me donner votre accord officiel et écrit pour la réservation de la salle du Centre Neptune » On trouvera la liste de intervenants dans le guide de la Vie Astrologique  et dans l’Astrologie à traveers 20 ans de congrès MAU. Ces échanges nous font penser à ceux qui existèrent en 1974 lorsque l’ISAR organisa un Congrès à Paris avec l’aide du CIA.

 

6 juillet ADREA  » Je vous informe qu’un imprévu de dernière heure  oblige à modifier les dates du Colloque d’astrologie prévu les 30 septembre. ». Date avancée d’une semaine

28  Juillet 1983 ADREA  D’après les documents que vous m’avez adressés, la liste des conférenciers semble déjà importante »

15 aout 1983 ADREA « Je ne souhaite pas intervenir dans un débat particulier  (..) et préfére rester au stade de l’intendance et de l’organisation technique. »  Note! à plusieurs reprises, De Chivré nous demanda d’avancer ou de couvrir diverses dépenses. Par la suite,  comme on pouvait s’y attendre, se mettra en avant.  A la fin de cette même année 1983, Alain de Chivré va fonder l’IEA, l’Institut d’Etudes Astrologiques.

Nous avons voulu montrer que le dit Colloque de Nantes s’inscrivait dans un programme bien plus vaste sous l’égide du MAU, ce qui relativise nécessairement le rôle des synergies locales et l’on peut raisonnablement se demander si tous ces colloques auraient eu lieu sans l’impulsion du MAU en amont.  En ce sens, le MAU aura  engagé une véritable dynamique fédérative dont la FDAF  recueillera en 1995 le fruits  avec un nouveau congrès sur Nantes, 12 ans après celui de 1983.

En 2003, Anne Marie Louis interviewait Alain de Chivré quant au bilan de la FDAF. Ironie du sort, un an plus tard, le MAU organisera un Congrès National de grande envergure auquel ne participa de Chivré, qui se fit remarquer par son absence. C’est l’occasion de rappeler que le bilan « congrès de la FDAF était déjà à l’époque des plus médiocres et que de Chivré était plus à l’aise avec le bas de gamme du milieu astrologique en quéte de reconnaissance qu’avec le « gratin  » et l’élite. Peut-on alors parler d’une Fédération laquelle est censée réunir un maximium de responsables et de dirigeants?  Rappelons aussi que de Chivré fut recruté  en 1984-85, juste après le Congrès de Nantes, dans le cadre de la FEA, la Fédération des Enseignants en Astrologie, cette FEA réunissant notamment des relais régionaux du MAU? A l’occasion du décés de patrice Guinard, nous signalerons que c’est probablement à Nantes, lors de notre congrès que celui-ci se fit connaitre de ses pairs du milieu astrologique.(cf L’astrologie à travers 20 ans de congrès MAU, op. cit.  pp. 79-81 et sur NOFIM Jacques Halbronn Sociologie.   » Entre l’Arché et le peuple, il y a le leader ordinaire.  En 1996, De Chivré organisera, dans le cadre de la FDAF qui venait de naitre , un Congrès assez ambitieux, le seul d’ailleurs depuis de cette envergure, dans l’histoire de la dite Fédération.

 

Annexe le congrès avorté de Nantes 1979. Nous avons tenu à rendre compte de ce congrès qui avait déjà pris tournure et qui témoigne de ce que notre investissement sur Nantes fut le fruit d’une histoire qui ne débuta pas avec Alain de Chivré. Nous joignons ici un texte de Jean-Charles Pichon, en date du 25 mai 1979, présentant le dit Congrès au nom du Gay Scavoir, notre partenaire d’alors, lequel Pichon signerait en 1983 la préface de nos » mathématiques divinatoires »

« Le temps semble venu de ne plus se satisfaire des vieilles figures de l’astrologie judiciaire ou horoscopique. Le souci des praticiens et le besoin du public ouvrent de nouvelles voies à la quéte millénaiee vers de nouvelles alliances, une modification radicale des techniques et peut être un changement de langage. Le congrès de Nantes se propose de préciser ces trois voies par les quinze conférences qui se succéderont pendant les trois jours qu’il durera.

Le 29 juin 1979 le docteur Corman, créateur de la morphopsychologie; Jean Marie Lepeltier déjà bien connu du public nantais, Madame Rigmor Wig (Norvége),  le jeune voyant Jean Billon et Dominique Devie, astrologue médical, établiront de nouveaux rapports entre leurs disciplines propres et la science éternelle.

Le 30  juin, les astrologues du Gay Scavoir, Olivier Brochard et Jacques Bordallo, aisni que le Vénézuelien, Hector  Isaguire et le Niçois Guy de Penguern exposeront  leurs recherches personnelles vers une nouvelle approche des planétes, des transits , du zodiaque et du temps humano-cosmique. Le créateur des « figurines planétaires » Christian Meier Parm,de Hambourg, ouvrira la journée par un exposé inédit sur les influences des astérides.

Le ier juillet, les structures de l’astronomie traditionnelle et de ses mythes fondateurs seront le thème commun aux  exposés  de l’astrologue anglais Joseph Hill, de Jean Paul Bourre, du métaphycisien Arnold Waldstein; de l’ésotériste Gilles Fonfréde, auxquels je joindrai moi même mes plus récentes études sur quelques grandes figures universelle, d’Ezéchiel à Jarry.

Chaque soir, une table ronde  unira les conférenciers et le public pour une synthèse créatrice de la journée et chaque matin, des ateliers simultanés permettront aux participants d’approfondir les points ou les techniques qui auront retenu la veille leur attention. Ainsi, espérons nous, en un fructueux week end,éclairer les problémes qui se posent aux authentiques chercheurs et faire progresser en des vois diverses la plus ancienne science du destin » On notera que nous ne figurons pas dans la liste présentée par Pichon.. 

 

 

 

 

 

 

 

JHB  18 11 21

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Astrologie . Comprendre le contraste entre les équinoxiaux et les solsticiaux

Posté par nofim le 13 novembre 2021

jacques  Halbronn  Astrologie . Comprendre le contraste entre les équinoxiaux et les solsticiaux. 

 

 

Pour celui qui observe la marche du monde, il est évident qu’il existe deux temps en alternance. Très tôt, nous avions été frappés par  le fait que les empires se font et se défont et par la suite, nous avons remarqué qu’il existait des phases de sept ans et enfin que Saturne correspondait à ces phases si l’on découpait son cycle en 4. Le probléme qui se posa alors pour nous était celui du modéle astronomique car dès que l’on associait Saturne à une autre planéte, le nombre sept disparaissait, son cycle passait à 20 ans avec Jupiter ou à 36 ans avec Neptune et ainsi de suite.  Mais, il ne nous fallut pas longtemps pour déterminer que le découpage du cycle de Saturne n’impliquait pas qu’on le combinât  avec une autre planéte, elle même mobile mais bien plutôt avec un point fixe. Parmi les points fixes, trois possibilités: les planétes dans le thème natal, les étoiles fixes et les axes équinoxiaux et solsticiaux et nous envisageâmes ces différentes options tour à tour, encore et  encore tant au niveau théorique que pratique. Il nous fallut approfondir par ailleurs la signification accordée à la notion d’équinoxialité et de solsticialité. Quant aux astrologue que nous avions l’occasion d’observer en société, force était de constater qu’ils n’étaient pas du tout à l’aise avec les diverses méthodes existantes au point de renoncer à s’y référer entre eux, réservant l’astrologie à leurs éléves et à leurs patients, ce qui relevait d’une forme de contre transfert, se prenant au jeu. Ci -dessous quelques pistes pour prendre la mesure de la dualité en question et paradoxalement, il est peut être plus difficile de penser de façon binaire que sur une base 4 ou 12 car notre cerveau sature au delà du 2 lequel lui correspond idéalement.

Nous dirons  que  la phase solsticiale respecte  et reconnait les clivages de temps et d’espace alors que la phase équinoxiale se permet de les établir, de les fixer, et d’en changer à volonté. En ce sens, l’équinoxialité n’adhère pas à l’idée de transcendance et n’accepte que ce qu’elle a elle même inventé alors que la solsticialité serait plutôt dans la découverte. L’on retrouve ainsi le conflit entre les « lois » qui viennent d’en haut et celles qui viennent d’en bas.

Pour les solsticiaux, il importe de donner, de trouver du sens, à des structures préétablies alors que pour les équinoxiaux,  l’on instaure des structures correspondant  à un certain contexte ici et maintenant.  Nous dirons que l’équinoxialité entend dépasser les clivages de temps, de sexe, de race, d’astre en recourant au Droit alors que la solsticialité s’efforce de donner du sens à de tels clivages, une raison d’être. Le  solsticial  n’est pas dans le déni des différences, le temps n’est pas uniforme pas plus que l’espace et on ne joue pas impunément  avec le temps ni avec l’espace, lesquels ne sont pas malléables à merci, à notre guise. LEs solsticiaux sont bien moins nombreux que les équinoxiaux, c’est la catégorie des leaders et même des archi-leaders qui  exercent une large influence sur  les équinoxiaux. Mais, cela ne peut se faire qu’en phase solsticiale, soit seulement la moitié du temps. Quand le chat n’est pas là, les souris dansent: en phase équinoxiale, le Solsticial n’est pas en position de se mettre en avant et en est réduit à jouer les éminences  grises, à faire profil bas. L’on peut penser que l’apparition des solsticiaux et de tout le systéme que nous avons décrit a été relativement tardive, ce qui correspondrait à la Nouvelle Alliance dont parlent les Evangiles ( cf Lettre aux Hébreux à la suite de la prophétie de Jérémie), à savoir le respect de structures instaurées pour mettre fin à un certain chaos primordial.

 

JHB  13 11 21 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Sur ses relations avec André Barbault 1972-76

Posté par nofim le 13 novembre 2021

Publications  de la BURA  (Bibliothèque  Universitaire de Recherche Astrologique)

 

 

Jacques  Halbronn    Sur  ses   relations avec André Barbault 1972-76

 

 

André Barbault  16  juillet 1972  Je vous accuse réception de votre « bombe » du 13  et ne vous laisse pas plus longtemps sans reponse. (il s’agit des Remarques Astrologiques de Morin de Villefranche). En ce qui concerne la Bibliothèque du CIA j’ai mis de coté plus du double de pièces que vous avez en votre possession (..) IL est bien naturel qu’ayant découvert le document vous ayez la joie et la récompense d’en être le présentateur (…) Vous pourriez avoir une publication dans  » Bibliotheca Hermetica » (..) Je serai en mesure de sortir dans la revue ». Note: c’est en effet dans cette collection dirigée par René Alleau, que paraitront en 1975 les dites Remarques

 

Luc. Decaunes (dir de la Collection « Clefs »,  22. 12 1973

 » Votre proposition de collaboration  pour « Clefs » m »intéresse. Puisque votre manuscrit est prêt, je vous suggère que vous me le communiquiez en lecture, sans engagement de la part de l’éditeur évidemment

Luc Decaunes, 10 mars 1974  « Je vous dirai que ce manuscrit m’intéresse. Il est « écrit »,  il  a du ton et du mordant et se situe à un niveau intellectuel nettement supérieur à ce qu’on peut lire en ce domaine. Il  m’a changé agréablement des niaiseries emphatiques que m’a soumis,  il y a quelques mois un auteur dont je préfére taire le nom (note: il s’agit d’André Barbault) (..) Je vais remettre votre manuscrit avec une note favorable à sa publication » Note: l’ouvrage paraitra au début de 1976 et André Barbault en fera la critique dans la revue L’Astrologue, ce qui se terminera par une condamnation en 78 pour diffamation par voie de presse.

 

André Barbault,  24 novembre 1976    Lettre adressée à Paul Colombet. Société Astrologique de France ». ».Jacques Halbronn , pourtant présent au sein du Conseil  du CIA,  lors de cette création, a déposé une officielle déclaration de constitution d’une Société Astrologique de France, doublant donc la notre (…) Cet acte constitue  purement et simplement une escroquerie morale qui remet en question l’existence même de notre  Société Astrologique de France »  Cette situation affectera pour un temps nos relations avec Brahy, lequel n »en vint pas moins à notre Colloque de Saint Maximin en juin 78   En 1980, nous organiserons un Congrès à Bruxelles, avec l’aide de Jacques de Lescaut qui avait pris sa succession à la revue Demain, lors duquel sera fondée une Fédération  francophone d’astrologie.. 

Note: le changement de nom  avait été voté à l’Assemblée générale extraordinaire du 6 mai 1975  puis entérine par le CA du 24 septembre 1976, c’est à dire, plus d’un an plus tard!  On rappellera que le nom de Société Astrologique de France  était le nom d ‘une Association fondée dans les années vingt, présidée par le Colonel Maillaud. Cette SAF était présente en 1953 au congrès International de Paris et il était assez étrange que le CIA  s’appropriât le nom de cette association déjà déclarée depuis des décennies.(cf notre dossier sur la SAF, sur la plateforme SCRIBD). Par ailleurs, Paul Colombet avait d’abord annoncé (n+7  de la revue Trigone, organe du CIA (du fait que Barbault s’était approprié en 1968 le titre de L’Astrologue, initialement organe du dit CIA) dont nous étions le rédacteur en chef) que le CIA s’appellerait Union Française d’Astrologie, titre déjà utilisé; finalement,  le nom qui sera choisi fut Société Française d’Astrologie (SFA)

 

 

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Sur son rôle dans la programmation des intervenants au Congrès ISAR de mai 1975 à Morristown, NJ, USA.

Posté par nofim le 13 novembre 2021

Publications  de la Bibliothèque Universitaire  de Recherche Astrologique BURA

 

 

Jacques  Halbronn  Sur son rôle dans la programmation des intervenants au Congrès  ISAR de   mai 1975, à Morristown, New  Jersey,  USA. 

 

L’année 1974 fut celle du premier d’une longue série, jamais interrompue depuis, de Congrès, jusqu’à ce jour. Non seulement, nous mimes le Congrès sur ses rails  dans le cadre de l’ISAR, l’International Society for Astrological Research en accord avec le CIA (dont nous fumes remercie en juin 74 par un coup d’Etat nous privant de notre titre de Vice Président obtenu l’année précédente/. Sur ces entrefaites, nous fumes élus comme Executive Secretary de l’ISAR et chargé de la préparation du congrès suivant, devant se dérouler cette fois aux USA à Morristown, du 17 au 24 mai/ Nous n’avions pu assister à cette rencontre en raison de la création de notre Mouvement Astrologique Universitaire.

 

Lettre d’Udo Rudolph (Allemagne) 7 mars  1975  « I  am ready on principle  to visit your next  ISAR Conference at Morristown. (…) I  am  also ready to give annoucements about your Conference etc

Lettre de E.I. K. Esser (Pays Bas) 17 janvier 1975  » Be (con) gratulated with the new task of Exec. Secr. of the ISAR/ It’s a honor. First of all we will announce this Symposium in the next Urania.

 

Lettre d’Henry Weingarten (New York USA) Dear Jacques Halbronn Thank you for  your kind invitation to speak at the ISAR  convention May  17-24. Unfortunantely, I must decline (…) We don not think highly  of ISAR etc » 

 

 

Lettre de Baldur Ebertin  23 janvier 1975   ’Many thanks for your kind invitation to attend the ISAR Convention on May, in Morriswtown. »

 

Le 13 décembre 1975, nous recevions l’avis suivant :

  Resolved that Jacques Halbron’term as ISAR’s Executive Secretary  be terminated with the possibility kept in minde he may later  appointed  National Vice President of Israel fort ISAR’ » En 1978, nous organiserons un Colloque International  avec une autre association américaine, le CAO, le Congress of Astrological Organisations d’Al Morrison, dont le retentissement fut sensiblement plus fort que le congrès de 1974, ces deux événements ayant eu lieu tous deux autour de la Porte Maillot.

 »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn sur son rôle dans la préparation des Cahiers Astrologiques de Volguine en 1975

Posté par nofim le 13 novembre 2021

Publications  de la BURA  (Bibliothèque Universitaire de Recherche Astrologique)

 

Jacques  Halbronn   sur son rôle dans la préparation des Cahiers Astrologiques de Volguine en 1975. 

 

L’ année 1975 fut celle de la fondation du MAU (Mouvement Astrologique Unifié) mais elle fut également marquée par l’appel de Volguine concernant sa revue. Rappelons qu’en 1958, les Cahiers avaient conclu une alliance qui devait durer dix ans avec le Centre International d’astrologie et dans les deux cas, on était en début de phase solsticiale de Saturne.

 

Nos archives nous permettent de restituer cette période au prisme d’un certain nombre de correspondances. qui nous furent adressées à l’époque. Il ne fait donc guère de doute que nous avions été désigné comme rédacteur en chef des Cahiers au 4e trimestre 1975 même si Paul Rogel a contesté ce fait dans une lettre en date du 15 mai 1977 adressée à André Barbault, bien après le décés de Volguine.

 

Germaine Holley  12  novembre 1975  A Monsieur Jacques Halbronn. Voici comme vous me l’avez demandé un article pour les Cahiers Astrologiques, destiné à être suivi d’autres

Jacques  Berthon:  10 octobre 1975   Cher ami Je peux vous faire pour les Cahiers Astrologiques soit un article sur la Lune Noire, soit une étude sur (…)  la vie et l’oeuvre  de Camille Flammarion (…) Dès que vous aurez fait votre choix,  dites le moi, je me mettrai au travail  »

Lisa Morpurgo  16 octobre 1975   Je vous remercie infiniment pour votre lettre (..) L’idée d’écrire pour les Cahiers me plait beaucoup (..)Je peux vous envoyer  en quelques jours un papier préliminaire « 

Alexandre Volguine    14 novembre 1974   cher monsieur Halbronn  « Je m’empresse de vous transmettre la copie de ma lettre à Gouiran postée hier (..) car son papier est impubliable à mon avis  (..) Si  vous  voulez paraitre  dans un mois, vous ne pouvez soumettre les épreuves aux auteurs » Alexandre Volguine, 30 décembre 1975  « Je voulais voir  le premier numéro des C.A qui devait sortir avant votre Congrès. (..) J’étais littéralement catastrophé à la lecture de  votre poulain Lenoble »   Volguine demande à  Paul Rogel le propriétaire depuis Juin 75 des Cahiers de lui soumettre les articles avant publication, ce qui se concevait tout à fait. Le 21 janvier 76, nous recevions de Volguine la lettre suivante qui nous indiquait que nous étions rédacteur en chef  « à l’essai » – selon ses mots  mêmes- pour trois numéros ». Par ailleurs, il  entendait publier notre traduction d’Ibn Ezra mais au final, cela paraitra dans la Bibliotheca Astrologica de René Alleau en 1977. Volguine décéderait à Nice le 23 juin 1976, ce qui mettrait fin à notre collaboration avec les CA. Volguine nous reprochait d’avoir fait appel à Lenoble  « bras  droit d’André Barbault à l’Astroflash »

 

 

 

 

 

Publié dans ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Une astrologie articulée sur les archi (maxi)-leaders

Posté par nofim le 12 novembre 2021

Jacques  Halbronn   Une astrologie articulée  sur les archi (maxi)-leaders

 

Nous avons toujours opté pour l’économie de moyens en astrologie. C’est pourquoi nous nous méfions d’une astrologie purement individuelle terriblement dépensière et préférons une astrologie charismatique, élitique, sachant que le destin des chefs affecte leurs troupes, d’une façon ou d’une autre, autant par la présence que par l’absence.

En ce qui concerne le rapport des hommes aux astres, il est fort possible qu’il soit le plus souvent indirect et que lien se situe principalement sinon exclusivement  par le truchement des archi-leaders, à savoir un fort petit nombre seul capable de décoder les configurations astrales et par voie de conséquence de les relayer de proche en proche sur toute une société.

Autrement dit, l’erreur stratégique des astrologues pourrait avoir été de laisser entendre que tout un chacun entretient un rapport avec le cosmos. ¨Pourtant, Michel Gauquelin avait insisté sur le fait que seule l’élite d’une profession semblait être en phase avec le cours des astres, à la naissance. Que l’on nous comprenne bien, notre position n’est pas celle d’un André Barbault quand son astrologie mondiale ne prend pas en considération les relais humains que sont les archi-leaders, ce qui la rend ‘hors sol » car dans ce cas, l’on va trop loin dans une sorte de déshumanisation.

Bien au contraire, la présence d’un archi-leader nous apparait comme une condition sine qua non pour que l’impact d’une configuration puisse s’exercer pleinement sur toute communauté et il est clair qu’une communauté qui n’a pas su se doter d’un archi-leader est condamnée à une certaine sclérose. Rappelons que l’archi-leader – à ne pas confondre avec le « petit chef » incapable de rassembler autour de lui des personnalités de poids et préférant avoir affaire à un public d’anonymes, dont on a pas besoin de respecter la spécificité- passe par deux phases en alternance et que la moitié du temps, il ne se met pas au premier plan mais délégue : c’est la phase équinoxiale pour reprendre le plein controle de la situation à la phase solsticiale qui fait suite.  Au fond la phase équinoxiale est celle de l’héritage, de la transmission et d’une certaine façon, au propre comme au figuré, de la mort.

On connait ce type de dualité  comme lorsque Demeter s’arrange avec Hadés au sujet de Perséphone. On coupe la poire en deux. Il faut comprendre que l’équinoxialité est un retour à l’Ancienne Alliance, qui correspond à une certaine idée « républicaine » alors que la solsticialité serait le fait de la Nouvelle Alliance, laquelle rejetterait les protocoles démocratiques et instaurerait un ordre sous jacent qui s’imposerait aux hommes.

 

 

 

 

 

 

JHB  12 11 21

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn La Droite et la phase solsticiale de Saturne 1918- 1947-1989

Posté par nofim le 12 novembre 2021

Jacques  Halbronn  La Droite et la phase solsticiale   de Saturne  1918- 1947-1989 

 

Si 1989 aura correspondu à l’effritement du bloc soviéto-communiste, cela tient au passage de Saturne sur l’axe solsticial et non à la conjonction Saturne-Neptune. On en a pour preuve d’autres rendez vous de portée comparable sans l’intervention de Neptune mais avec la position axiale de Saturne (Cancer Capricorne).  Il convient notamment de remonter 70 ans en arrière, soit  dix phases de 7 ans, et l’on trouve 1918 ce qui correspond à  l’ébranlement d’un autre empire, celui de l’Autriche Hongrie, dans la même partie du continent européen. Dès 1915, Saturne était passé en cancer et l’Europe se déchirait. En 1989, Saturne passait au capricorne et l’effet était le même.  En 2016, avec Saturne passant à nouveau en Capricorne, on aura connu le Brexit, 27  ans plus tard. Prenons un autre exemple, à propos de la Palestine. Le partage de la Palestine se produisit en 1947 en phase solsticiale de Saturne (en lion).  Nous dirons que la phase solsticiale contraint à s’intéresser aux structures géopolitiques recouvertes en phase équinoxiale par un glacis juridique comme en 1957 avec le Traité de Rome, sorte de déni des différences historiques.  JHB   12 11 21.

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn A quoi servent les planétes, à quoi servent les races? Quelle valeur ajoutée à l’état de nature?

Posté par nofim le 12 novembre 2021

Jacques  Halbronn    A quoi servent les planétes, à quoi servent les races? Quelle valeur ajoutée à l’état de nature?

 

 

Pour appréhender la notion de Surnature, il importe de se  poser deux types de questions: quelle est la raison d’être de certaines données de notre environnement et en quoi certaines données ont pu être transformées? C’est ainsi qu’un des arguments en faveur de l’astrologie serait le suivant: les planétes pour quoi faire? Par rapport au Livre de la Genése, que peut bien signifier ainsi ce verset : ‘Dieu créa le ciel et la terre »? Est ce là de la simple décoration? Une autre question plus insidieuse consiste à se demander quelle est la raison d’être des différences de couleur au sein de l’espèce humaine?  A quoi est ce censé servir?

On a donc ici deux types d’observations, l’un qui serait plus de l’ordre du temps cyclique et l’autre de l’ordre de l’espace géographique, l’un au Ciel, l’autre sur Terre. 

Or, ce qui est remarquable, c’est que dans ces deux domaines, on se heurte assez vite à l’argument « scientiste »,  se référant à la « Nature » et l’on s’autorise ainsi à rejeter tout ce qui a trait à l’astrologie ou à la question des « races ». Circulez, il n’y a rien à voir. Cette attitude correspond à une démarche hostile à la Surnature laquelle, selon nous,  est le domaine correspondant à l’idée la plus authentique de Dieu,  à une guerre épistémologique contre les « signes » Selon nous, ce n’est pas en vain que de tels dispositifs auront été mis en place à un certain stade de l’évolution de notre Humanité..

Force est de constater qu’entre la Nature, représentée par la Science (dure) et la Société, la République, il y a  un   champ que nous qualifions de Surnature et qui n’est réductible ni à l’une ni à l’autre. Trois « religions » se feraient ainsi face et il s’agit bien d’une « guerre de religion ».  Il y a un véritable culte de la République qui entend effacer le régne de la Nature et rappelons que pour Spinoza, la Nature c’est Dieu. (Deus sive Natura) Selon les tenants de la République, tout peut et doit se régler par des « lois » lesquelles il importerait de respecter, lois qui émaneront du peuple. Vox populi Vox Dei.

En ce qui concerne l’idée de Nouvelle Alliance ( Livre de  Jérémie XXXI, 31), importe d’y voir clair: l’ancienne alliance est celle de la Loi des hommes et la nouvelle, celle de la loi des dieux. Mais ces deux lois ne fonctionnent pas pareillement, l’une est au niveau de la conscience et l’autre à celui de la Subconscience. 

 

 

ל הִנֵּה יָמִים בָּאִים, נְאֻם-יְהוָה; וְכָרַתִּי, אֶת-בֵּית יִשְׂרָאֵל וְאֶת-בֵּית יְהוּדָה–בְּרִית חֲדָשָׁה.  30 Voici, des jours vont venir, dit le Seigneur, où je conclurai avec la maison d’Israël et la maison de Juda une alliance nouvelle,
לא לֹא כַבְּרִית, אֲשֶׁר כָּרַתִּי אֶת-אֲבוֹתָם, בְּיוֹם הֶחֱזִיקִי בְיָדָם, לְהוֹצִיאָם מֵאֶרֶץ מִצְרָיִם:  אֲשֶׁר-הֵמָּה הֵפֵרוּ אֶת-בְּרִיתִי, וְאָנֹכִי בָּעַלְתִּי בָם–נְאֻם-יְהוָה.  31 qui ne sera pas comme l’alliance que j’ai conclue avec leurs pères le jour où je les ai pris par la main pour les tirer du pays d’Egypte, alliance qu’ils ont rompue, eux, alors que je les avais étroitement unis à moi, dit le Seigneur.
לב כִּי זֹאת הַבְּרִית אֲשֶׁר אֶכְרֹת אֶת-בֵּית יִשְׂרָאֵל אַחֲרֵי הַיָּמִים הָהֵם, נְאֻם-יְהוָה, נָתַתִּי אֶת-תּוֹרָתִי בְּקִרְבָּם, וְעַל-לִבָּם אֶכְתְּבֶנָּה; וְהָיִיתִי לָהֶם לֵאלֹהִים, וְהֵמָּה יִהְיוּ-לִי לְעָם.  32 Mais voici quelle alliance je conclurai avec la maison d’Israël, au terme de cette époque, dit l’Eternel: Je ferai pénétrer ma loi en eux, c’est dans leur coeur que je l’inscrirai; je serai leur Dieu et ils seront mon peuple.
לג וְלֹא יְלַמְּדוּ עוֹד, אִישׁ אֶת-רֵעֵהוּ וְאִישׁ אֶת-אָחִיו לֵאמֹר, דְּעוּ, אֶת-יְהוָה:  כִּי-כוּלָּם יֵדְעוּ אוֹתִי לְמִקְּטַנָּם וְעַד-גְּדוֹלָם, נְאֻם-יְהוָה–כִּי אֶסְלַח לַעֲוֺנָם, וּלְחַטָּאתָם לֹא אֶזְכָּר-עוֹד.  {ס} 33 Et ils n’auront plus besoin ni les uns ni les autres de s’instruire mutuellement en disant: « Reconnaissez l’Eternel! » Car tous, ils me connaîtront, du plus petit au plus grand, dit l’Eternel, quand j’aurai pardonné leurs fautes et effacé jusqu’au souvenir de leurs péchés.

 

 En ce sens, l’Ancienne Alliance  est celle de la Loi édictée, votée, comme dans le cas des Dix Commandements. L’astrologie correspond à la Nouvelle Alliance,à savoir que c’est une contrainte qui ne dépend pas des hommes mais des astres. La phase d ‘équinoxialité est celle de l’Ancienne Alliance et la phase de solsticialité celle de la Nouvelle Alliance.

 

En ce qui concerne la question des races, au prisme des couleurs, on est en droit de se demander si les hommes peuvent se permettre de ne pas en tenir compte car c’est quand même bien un marqueur chromatique  assez prégnant qui n’échappe à personne.  On se retrouve de nos jours avec une Humanité puissamment marquée par un culte de la République, censé dépasser le plan des astres, celui des races, voire celui des sexes: un culte qui peut être qualifié d’athée, au sens de rejet de toute  transcendance, de tout ordre préétabli.  Cela pose aussi la question du « peuple élu », dont la raison d’être  devrait interpeller, notamment au sein de la diaspora. Qui ne voit que certains individus Juifs ont été conduits à  guider l’Humanité par delà toute forme de pratique religieuse au sens de l’Ancienne Alliance? Mais les Juifs eux mêmes ont bien du mal à se positionner.Paradoxalement, la modernité actuelle depuis quelques siècles, leur aura permis de revenir à leur mission première. Malheureusement, les textes sur lesquels ils s’appuient sont souvent altérés, auront subi des additions qui les dénaturent. Il est temps notamment qu’ils comprennent que l’astrologie doit se retrouver au coeur de leur théologie, dans le sens de cette Nouvelle Alliance dont les Chrétiens ont voulu se doter. Le texte de l’Ecclésiaste comme celui du Songe de Pharaon  (cf notre ouvrage Le monde juif  et l »‘astrologie.Histoire d’un vieux couple, Milan, Ed Arché 1985) ne vont ils pas pleinement dans le sens de l’astrologie tout comme le premier verset du Livre de la Genése? Ce dieu des Juifs n’est celui de la Nature, ni celui de la République, il est dans la Surnature. Quant à la question de la femme, il convient de se référer au texte de la Genése:

 

יח וַיֹּאמֶר יְהוָה אֱלֹהִים, לֹא-טוֹב הֱיוֹת הָאָדָם לְבַדּוֹ; אֶעֱשֶׂה-לּוֹ עֵזֶר, כְּנֶגְדּוֹ.  18 L’Éternel-Dieu dit: « Il n’est pas bon que l’homme soit isolé; je lui ferai une aide digne de lui. »

 

 

Ici, il importe de repenser le rôle de la femme comme accoucheuse de l’homme,   ce qui va bien au delà  de ce que nous en dit la Nature puisque cela inverse carrément  les rôles par rapport à la procréation..

JHB 12 11 21

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE, FEMMES, judaîsme, Juifs | Pas de Commentaire »

1...45678...181
 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs