Jacques Halbronn Ezékiel et Jérémie comme source du Ecoute Israel: DABER, KOTEV, SHOMEA

Posté par nofim le 16 septembre 2021

 

 

Jacques  Halbronn  Ezékiel  comme source du Ecoute Israel: DABER, KOTEV, SHOMEA

 

 

Il importe de bien prendre la mesure du Ecoute Israel  qui est caractéristique du syncrétisme  judaique.

Il est clair qu’Eézkiel ne s’adresse pas à la maison de Juda mais bien à la maison d’Israel

Dans Ezéchiel, ch. III,  on emploie le même terme  que dans le « Shéma Israel » à savoir le mot « Devarim ». C’est sous cette appellation que l’on désigne dans la tradition  hébraique les Dix Commandements, Asséret Hadibroth.

« Fils de l’homme, debout! Va auprès de la maison d’Israël et communique-leur mes paroles. »

L’on traduit en français  par « commandements » par  l’ hébreu est bien  « ehayou hadevarim ha’èlè
acher Anokhi metsavekha hayom al levavekha  C’est le verbe  DABER  qui se retrouve dans les deux passages.

Que les commandements que je te prescris aujourd’hui
soient gravés dans ton cœurc

 

ב כִּי זֹאת הַבְּרִית אֲשֶׁר אֶכְרֹת אֶת-בֵּית יִשְׂרָאֵל אַחֲרֵי הַיָּמִים הָהֵם, נְאֻם-יְהוָה, נָתַתִּי אֶת-תּוֹרָתִי בְּקִרְבָּם, וְעַל-לִבָּם אֶכְתְּבֶנָּה; וְהָיִיתִי לָהֶם לֵאלֹהִים, וְהֵמָּה יִהְיוּ-לִי לְעָם. 32 Mais voici quelle alliance je conclurai avec la maison d’Israël, au terme de cette époque, dit l’Eternel: Je ferai pénétrer ma loi en eux, c’est dans leur coeur que je l’inscrirai; je serai leur Dieu et ils seront mon peuple.

 

Ce texte du Shéma  est également à rapprocher de Jérémie XXXI à propos de la Nouvelle Alliance: 3C’est dans leur coeur  que je ‘inscrirai » C’est le verbe  KOTEV qui se retrouve dans les deux passages

 

On parlera de syncrétisme quand les utilisateurs de ces textes n’ont plus conscience de l’origine et de l’enjeu  à la base. Ezékiel   s’adresse aux ennemis de la maison de Juda  et rappelons que Jésus déclare être venu  uniquement  pour les brebis perdues de la

maison d’Israel. Que le mot ISRAEL  en soit arrivé à désigner de nos jours les juifs est source de bien des confusions car l’on interpréte les propos d’Ezékiel comme s’adressant aux Juifs!!!

On notera  l’accent mis sur le Verbe  SHOMEA   écouter dans Ezékiel Ch3  « Ils ne veulent pas m’écouter »..

 

 

ז וּבֵית יִשְׂרָאֵל, לֹא יֹאבוּ לִשְׁמֹעַ אֵלֶיךָ–כִּי-אֵינָם אֹבִים, לִשְׁמֹעַ אֵלָי:  כִּי כָּל-בֵּית יִשְׂרָאֵל, חִזְקֵי-מֵצַח וּקְשֵׁי-לֵב הֵמָּה.  7 Mais la maison d’Israël ne consentira pas à t’écouter, car ils ne veulent pas m’écouter; car la maison d’Israël tout entière a le front rétif et le coeur endurci.

 

Signalons  que le Deutéronome, le cinquiéme de Pentateuque -  commence par  « Devarim »  et est désigné ainsi dans la tradition juive

א אֵלֶּה הַדְּבָרִים, אֲשֶׁר דִּבֶּר מֹשֶׁה אֶל-כָּל-יִשְׂרָאֵל, בְּעֵבֶר, הַיַּרְדֵּן:  בַּמִּדְבָּר בָּעֲרָבָה מוֹל סוּף בֵּין-פָּארָן וּבֵין-תֹּפֶל, וְלָבָן וַחֲצֵרֹת–וְדִי זָהָב.  1 Ce sont là les paroles que Moïse adressa à tout Israël en deçà du Jourdain, dans le désert, dans la plaine en face de Souf, entre Pharan et Tofel, Labân, Hacéroth et Di-Zahab. 

La confusion dans les esprits vient du fait qu’il est ici question de Moise s’adressant à Israel, ce qui se retrouve  dans le Livre de l’Exode. Cela tient au fait que le Pentateuque est largement constitué, selon nous,  d’un narratif  marqué par les tenants de la maison d’Israel. Le rôle de l’approche « régénérative »  est de remédier aux effets du syncrétisme.

 

 

 

JHB

16 09 21

ל

 

Publié dans Bible, judaîsme | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Saturne équinoxial comme clef du christianisme et de la Shoah

Posté par nofim le 13 septembre 2021

Jacques  Halbronn   Saturne équinoxial  comme clef du christianisme et de la Shoah

 

On trouvera  deux illustrations marquantes du climat  équinoxial par lequel passe Saturne, la moitié du temps, l’autre moitié étant solsticiale, ce qui n’est pas sans nous faire penser à l’accord conclu entre Cérés et Pluton à propos de Proserpine divisant l’année en deux parts égales;

Wikipedia

Proserpine , »  passe six mois aux Enfers, le chagrin de Cérès causant la mort des plantes sur la terre (ce qui symbolise notre automne et notre hiver), puis six mois avec sa mère, la joie de celle-ci redonnant vie aux cultures (ce qui correspond à nos printemps et été). »

L’équinoxe tend à abolir toutes les différences tant dans la verticalité que dans l’horizontalité. C »est en analogie avec l’aube et le crépuscule, ce  qui rend les perceptions indistinctes.

L’idéologie du christianisme  nous semble bien correspondre à l’équinoxialité  en télescopant les hiérarchies tant entre les hommes qu’entre les dieux   car Jésus reléve selon nous de plusieurs statuts de divinité, il est dans le « en même temps ».

Si l’on passe au XXe siècle, l’on trouve l’événement de la Shoah, de l’Holocauste qui se déroule pendant une période équinoxiale de Saturne  et l’on peut supposer que certains  textes de (saint) Paul auront été maqués au sceau d’une période équinoxiale  (cf Epitre aux Galates, aux Hébreux etc)

Dès 1939, Saturne passe sur le point vernal, à 0° Bélier et la « solution finale » sera mise en oeuvre en 1941 Saturne passera à 0°cancer, donc en phase solsticiale, en juillet  1944, et c’est la fin du rêve européen  si ce n’est que 7 ans plus tard, l’Union Européenne commencera à se mettre en place (1957  Le traité de Rome),  ce qui réalise en quelque sorte, sous d’autres modalités, la configuration de la phase équinoxiale précédente.

Ce passage équinoxial de 1941 sera fatal pour les Juifs tout comme, dans un autre registre, l’émergence du christianisme. On aura compris que les Juifs sont plus favorisés par la solsticialité qui conforte les repéres et les clivages que par l’équinoxialité.

On notera que la Guerre des Six Jours en 1967  éclate au moment où Saturne passe en bélier,  soit un cycle complet de Saturne après la Solution finale déclenchée en 1941 et  la survie de l’Etat d’Israel aura certainement été en jeu à ce moment là.

On terminea en précisant que les configurations astres, en anthropocosmologie,  ne permettent pas de connaitre à l’avance comment elles se traduiront exactement dans les faits. Il faut un Hitler ou un Nasser pour que les choses prennent telle ou telle tournure. Autrement dit,  ce n’est aucunement la « rareté » d’une configuration qui déterminera la gravité d’un événement, ce qui peut tenter les astrologues qui se servent des planétes au delà de Saturne.  C’est là une regrettable dérive.

 

 

.

Publié dans ASTROLOGIE, judaîsme, Juifs | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn La version de la maison d’Israel de l’édit de Cyrus, dans le Deutéro Isaïe

Posté par nofim le 13 septembre 2021

Jacques  Halbronn  La version de la maison d’Israel de l’édit de Cyrus, dans le Deutéro Isaïe,ouvrage signalé par la critique biblique comme ayant été « complété » par une addition en ses derniers chapitres, comme on le trouve également à propos des éditions successives des Centuries de Nostradamus.

 

Nous  étaierons notre thèse selon laquelle l’Ancien Testament aurait été, sous la forme qui nous en est parvenue, l’oeuvre de transfuges de la Maison, du Royaume d’Israel. On note la mention  « moi le Dieu d’Israel » puis « à cause de mon serviteur Jacob, d’Israel, mon élu. »

 

 

Isaïe 45, 1-4 ; 8

Ainsi parle le Seigneur à son messie, à Cyrus, qu’il a pris par la main pour lui soumettre les nations et désarmer les rois, pour lui ouvrir les portes à deux battants, car aucune porte ne restera fermée : Moi, je marcherai devant toi ; les terrains bosselés, je les aplanirai ; les portes de bronze, je les briserai ; les verrous de fer, je les ferai sauter.
Je te livrerai les trésors des ténèbres, les richesses dissimulées, pour que tu saches que Je suis le Seigneur, celui qui t’appelle par ton nom, moi, le Dieu d’Israël.
À cause de mon serviteur Jacob, d’Israël mon élu, je t’ai appelé par ton nom, je t’ai donné un titre, alors que tu ne me connaissais pas.
Cieux, distillez d’en haut votre rosée, que, des nuages, pleuve la justice, que la terre s’ouvre, produise le salut, et qu’alors germe aussi la justice. Moi, le Seigneur, je crée tout cela.

 

 

Ce texte entendait, selon nous, se substituer à l’énoncé du véritable documents

 

 

Edit de Cyrus (2 Chroniques 36.22-23)

22 La première année du règne de Cyrus sur la Perse, l’Eternel réveilla l’esprit de Cyrus, roi de Perse, afin que s’accomplisse la parole qu’il avait prononcée par Jérémie, et celui-ci fit faire de vive voix, et même par écrit, la proclamation que voici dans tout son royaume:
23 «Voici ce que dit Cyrus, roi de Perse: L’Eternel, le Dieu du ciel, m’a donné tous les royaumes de la terre et m’a désigné pour lui construire un temple à Jérusalem, en Juda. Qui parmi vous fait partie de son peuple? Que l’Eternel, son Dieu, soit avec lui et qu’il y monte!» Segond 21 Copyright © 2007 – 2021 Société Biblique de Genève

Pas question ici d’Israel mais de Juda et de Jérusalem  et de son templs. . Selon nous, la mention d’Israel  aura été substituée à celle de Juda.
Le   dernier verset du chapitre d’Isaie nous donne la clef en se référant aux « descendants d’Israël »   Kol zéra Israel: toute la semence d’Israel.
ה בַּיהוָה יִצְדְּקוּ וְיִתְהַלְלוּ, כָּל-זֶרַע יִשְׂרָאֵל. 25 En l’Eternel seront justifiés et glorifiés tous les descendants d’Israël. »
Parmi ces « descendants » on trouvera certainement  de nombreux Chrétiens que Jésus entendait réintégrer sur un pied d’égalite avec les descendants de Juda. Il reste que l’intégration de l’Ancien Testament dans la Bible chrétienne tient certainement  à une telle « parenté ».
Revenons  sur   Chroniques II  On y trouve la notion d’Alya au dernier verset de Chroniques II
כב וּבִשְׁנַת אַחַת, לְכוֹרֶשׁ מֶלֶךְ פָּרַס, לִכְלוֹת דְּבַר-יְהוָה, בְּפִי יִרְמְיָהוּ–הֵעִיר יְהוָה, אֶת-רוּחַ כּוֹרֶשׁ מֶלֶךְ-פָּרַס, וַיַּעֲבֶר-קוֹל בְּכָל-מַלְכוּתוֹ, וְגַם-בְּמִכְתָּב לֵאמֹר.  {ס}  22 Dans la première année de Cyrus, roi de Perse, à l’époque où devait s’accomplir la parole de l’Eternel, annoncée par Jérémie, l’Eternel éveilla le bon vouloir de Cyrus, roi de Perse; et celui-ci fit proclamer, dans tout son royaume, par la voix [des hérauts] et aussi par des missives écrites, ce qui suit.
כג כֹּה-אָמַר כּוֹרֶשׁ מֶלֶךְ פָּרַס, כָּל-מַמְלְכוֹת הָאָרֶץ נָתַן לִי יְהוָה אֱלֹהֵי הַשָּׁמַיִם, וְהוּא-פָקַד עָלַי לִבְנוֹת-לוֹ בַיִת, בִּירוּשָׁלִַם אֲשֶׁר בִּיהוּדָה:  מִי-בָכֶם מִכָּל-עַמּוֹ, יְהוָה אֱלֹהָיו עִמּוֹ–וְיָעַל. {ש} 23  »Ainsi parle Cyrus, roi de Perse: L’Eternel, Dieu du ciel, m’a mis entre les mains tous les royaumes de la terre, et c’est lui qui m’a donné mission de lui bâtir un temple à Jérusalem, qui est en Judée. S’il est parmi vous quelqu’un qui appartienne à son peuple, que l’Eternel, son Dieu, soit avec lui, pour qu’il monte!… »
Insistons par ailleurs sur les origines du « Ecoute Israel » récité à tort ar les Juifs comme  un texte sacré. Ouvrons le Livre d’Ezékiel et l’on sera fixé. C’est dire que l’Ancien Testament est en quelque sorte coupé en deux, un Pentateuque à la solide de la maison d’Israet et les livres des Prophétes qui  mettent en cause la dite maison d’Israel.  Cela n’est pas sans faire penser aux Centuries de Nostradamus dont le premier volet est du côté des Catholiques de la Ligue et le second au service de la cause dy futur Henri IV, un réformé  qui devra se convertir in extremis: « Paris vaut bien une messe ». A l’époque de l’édit de Nantes, en 1598, va régner pendant quelques décennies – jusqu’à la révocation du dit Edit de Nantes en 1685 une sorte de modus vivendi.

LIVRE D’EZEKIEL

01 Le Seigneur me dit : « Fils d’homme, ce qui est devant toi, mange-le, mange ce rouleau ! Puis, va ! Parle à la maison d’Israël. »

02 J’ouvris la bouche, il me fit manger le rouleau

03 et il me dit : « Fils d’homme, remplis ton ventre, rassasie tes entrailles avec ce rouleau que je te donne. » Je le mangeai, et dans ma bouche il fut doux comme du miel.

04 Il me dit alors : « Debout, fils d’homme ! Va vers la maison d’Israël, et dis-lui mes paroles.

JHB
13 09 21

Bibliographie

Marc  Vienot  Cyrus et le livre d’Isaïe Annuaires de l’École pratique des hautes études  Année 1998  107  pp. 551-553

 

 

Publié dans Bible, HISTOIRE, judaîsme, Juifs, RELIGION | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Antoine Pluche et la méthode en histoire régénérative

Posté par nofim le 13 septembre 2021

jacques  Halbronn    Antoine Pluche  et la méthode en histoire régénérative

 

Par  histoire régénérative, nous entendons une méthode visant à restituer un document « dégénére »  dans son état premier, en remontant du complexe vers le simple/

 

 

En 1740,  Antoine  Pluche (1688-1761) publie  une Histoire du Ciel (cf reprint  BNF  1977)   qui sera complétée par le Spectacle  de  la Neture..  On y trouve de fort judicieuses réflexions à l’intention de l’historien  des traditions dont nous reproduirons ici quelques passages et don bien des chercheurs devraient prendre de la graine. Extrait de son chapitre  sur ‘l’origine de la semaine »

« On commence par le simple (.) Le simple se charge ensuite, se défigure (..) il s’altère par  des additions, par des broderie, par des commentaires »

« Tous les peuples (…)ont horriblement défigur » cette simplicité  majestueuse en chargeant sans fin la créance  d’opinions  fausses et le cérémonial de pratique superstitieuse.

« Nous suivons donc la nature  & l’expérience  quand  nous remontons du composé au simple

Ce ne fut que long temps après la naissance de ces nouveaux dieux qu’on s’avisa de leur assigner des places dans les planétes »

Pluche  rappelle que Moise avait instauré avec le Décalogue le Shabbat.  Mais  en cela, il ne tient pas compte de la critique biblique qui remet en question l’authenticité de certains textes et de certaines attributions;

 

JHB

13 09 21

 

Bibliographie  sur  la fortune de l’oeuvre de Pluche

Nadine Vanwelkenhuyzen  Langues des hommes, signes des dieux: Fréret et la mythologie · · Corpus: Revue de philosophie 29:63-73 (1995).

M. Davif. La notion de fétichisme chez Auguste Comte  www.persee.fr › doc › rhr_0035-1423_1967_num_171_2_8486

Brian  Juden, Traditions orphiques et tendances mystiques dans le romantisme français (1800-1855). Front Cover.  Slatkine, 1984 -

 

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE, génie, HISTOIRE, judaîsme, LINGUISTIQUE, NOSTRADAMUS, prophétisme, théologie | Pas de Commentaire »

jacques Halbronn Le mauvais emprunt et la dialectique Ecrit-Oral

Posté par nofim le 8 septembre 2021

jacques  Halbronn

 

Le  « mauvais » emprunt et la dialectique  Ecrit-Oral

 

 

 

 

A ma grand mère, Claude Jonquière (1885-1957)

 

L’orthographe d’usage rendue facile ( manuscrit posthume)

 

 

 


En 1989, nous avons achevé un mémoire sur l’approche comparative  et la didactique contrastive

 sous la direction de Louis-Jean Calvet (sur SCRIBD). :  Linguistique de l’erreur et épistémologie populaire 1987 et. Essai de description critique du systéme du français à la lumière des relations interlinguistiques 1989. cf aussi  DESS d’ethnométhodologie(  Paris VIII st Denis) sous la direction d’Yves Lecerf. Le milieu astrologique, ses structures et ses membres.

Il  y a donc une trentaine d’années- nous était apparue comme offrant une certaine valeur heuristique. Nous soulignions alors le respect de l’orthographe française par l’emprunteur anglophone comme dans le cas de « queue ». Mais l’orthographe est une chose et la prononciation phonique en est une autre et visiblement l’anglais n’était pas parvenu ou n’avait pas souhaité prendre connaissance des modalités de passage de l’écrit à l’oral propres au français. D’ aucuns, bien imprudemment, préconisent une réforme de l’orthographe du français, en raison, disent ils, du décalage entre l’écrit et l’oral en français qu’ils jugent inacceptable. Mais encore faudrait-il se demander si ce décalage observé ne tient pas à à une certaine ignorance quant au mode de prononciation du mot écrit en français/.Est-ce que l’enseignement du français ne serait pas déficient à ce propos ? Selon nous, le « vrai » français est celui qui est parlé par ceux dont c’est la langue maternelle et qui ne sont pas influencés, à un degré ou à un autre, par la familiarité avec une autre langue.

 

Qu’entend-on ici par  « mauvais emprunt »? Cela se produit lorsque le processus d’imitation  se trompe de cible  et ne prend pas la juste mesure de l’objectif ainsi poursuivi. Dans le cas de l’anglais qui fut notre champ d’observation, dès le début des années 80  (cf  notre DEA  en Etudes anglophones; Lille III sur une traduction anglaise d’un traité français du XVIe siècle (auteur Auger Ferrier) sous la direction d’André Joly. 1981), l’anglais aura emprunté au français certains éléments mais toute la question est de savoir s’il l’a fait à bon escient.

Car une chose est d’éprouver de la fascination pour un « objet », une autre de déterminer de quelle façon cela ira se concrétiser et de quels moyens l’on disposera. C’est bien là le « hic ». Ce que l’on empruntera ne sera pas nécessairement pertinent. On parlera alors d’un « mauvais emprunt », d’un emprunt « mal venu », « raté, qui aura manqué sa cible.Il est vrai que l’objet convoité risque fort d’être appréhendé comme un tout sans que l’on parvienne à le décrire correctement en ses différents aspects. C’est notamment le cas de la dialectique entre l’écrit et l’oral.

Il  y a là quelque paradoxe car une langue se capte d’abord à l’oral de par sa musicalité propre. On peut aimer le chinois sans savoir le lire. Mais dans le cas du français qui s’écrit en caractères latins à l’instar de l’anglais, l’écrit apparait comme plus accessible au regard de l’emprunt

Autrement dit, l’anglais aura emprunté des milliers de mots au français mais n’aura pas « capté », pour autant, sa musique. Cela tient au fait  que l’écrit  ne comporte pas un vrai « mode d’emploi » en dehors du nom des lettres de l’alphabet, ce qui est bien insuffisant. car cela ne nous dit pas, notamment dans le cas du français, quand telle lettre se prononce ou pas:  on pense au « s » du pluriel qui ne s’entend pas systématiquement mais seulement sous certaines conditions (cas des liaisons) En  bref, l’anglais n’aura pas eu accés aux « arcanes » de la langue française en dépit d’une importation massive de mots d’origine française.

Il  est vrai  que le français a ses secrets de fabrication, ce qui aura échappé à la plupart de ceux qui auront tenté de le décrire. Certes, le français aura su perpétuer sa tradition  mais il ne l’aura pas, pour autant, explicité dans sa pédagogie tant et si bien que les francophones parlent une langue et en enseignent en quelque sorte une autre qui en est comme une trahison, un dévoiement/L’anglais aura ainsi emprunté un ‘engin » sans son bon mode d’emploi!

On esquissera ici les grandes lignes d’une description digne de ce nom de la langue française en insistant sur la maitrise des codes de prononciation. Mais il y a 40 ans, nous n’avions pas encore pris conscience pleinement d’une telle problématique et nous étions limité à la question de l’écrit, passant largement  à côté de l’oralité  du français, ce qui relevait d’une forme de schizophrénie propre à la plupart des locuteurs francophones lesquels, tout au plus, iront se plaindre des aberrations de l’orthographe du français, ce qui aurait du leur mettre la puce à l’oreille. C’est dire que les torts sont partagés, les francophones étant de médiocres enseignants de leur langue.

On insistera ici  sur la double  sophistication du français tant pour ce qui est de la combinaison des consonnes que pour les votelles, ce qui produit des sonorités quasiment imprononçables pour les « non initiés » tout comme certaines postures corporelles acquises en Asie à un très jeune âge peuvent difficilement se transmettre à des gens qui n’ont pas été « formés » très tôt. C’est aussi vrai dans le domaine de la danse ou de l’instrumentation musicale.

En ce qui concerne les combinaisons de consonnes, le français  « naturel » – par opposition à un français « artificiel » exige la pratique d’une certaine gymnastique dont une première approche du mot écrit ne donne au mieux qu’une vague idée car dans quelques cas l’oral aura déteint sur l’écrit , ce qui ressort de l’usage de l’apostrophe ou de l’accent.En pratique, le français parvient très fréquemment à unir des consonnes entre elles dans la « langue parlée ».Par exemple : au lieu de « ce n’est que cela » on dire « c’n'estqu »ça » ce qui fait que les mots ne sont pas faciles à distinguer et à séparer car ils s’enchainent, notamment par la pratique des liaisons qui exige d’anticiper sur le mot suivant selon qu’il commence par une voyelle ou par une consonne. Une telle prise en compte exige une certaine vigilance à laquelle les locuteurs d’autres langues ne sont guère préparés, ce qui donne un français « heurté » et non »fluide ». D’ailleurs ne dit pas que l’on parle « couramment »?

A cela vient s’ajouter, la combinatoire des voyelles qui conduit à des sons étranges qui ne sont pas rendus par l’alphabet lequel ne nous enseigne pas la prononciation du « on », du « an », du « un qui sont autant de « voyelles » supplémentaires non recensées par  l’alphabet, lequel se révéle, décidément,  être d’un faible secours. L’anglais aura dans de rares cas capté ces sonorités dans « I can’t », « I don’t » où l’on reconnait l’influence du « an » et du « on » du français même lorsqu’il ne s’agit pas du lexique d’origine française. Mais l’anglais ne prononcera pas « table » comme le fait le français et rendra par   un « bel » comme dans possible devenant « possibel » à l’oreille, centre devenant  « center » etc. tout simplement parce que l’anglophone de base n’aura pas appris en temps utile  associer deux consonnes entre elles, sans le recours à une voyelle intermédiaire.

Les autres langues « latines » n’offrent pas une telle particularité ou si rarement. On notera qu’en espagnol, la double consonne « pl » dans pleurer devient « llorar (idem pour le sort de pleuvoir), avec la suppression du « p » et en italien,  le  » place » du français devient « piazza ». D’aucuns diront que c’est le français qui a ajouté une consonne mais nous penchons pour l’explication inverse car il est plus facile de supprimer quand  un facteur est génant que d’ajouter!

En conclusion, l’anglais, en dépit de ses emprunts massifs au français qui auront multiplié les cas de synonymes dans un même champ sémantique, aura échoué dans ses tentatives de s’approprier la « musique » du français, tout simplement parce qu’il était plus facile d’accéder à l’écrit qu’à l’oral. Il  y a une morale à tirer de cela: ce qui est le plus accessible n’est pas nécessairement le plus  vital. Dans le cas de l’hébreu, il est à craindre que cette langue ait perdu ses codes de lecture de l’écrit et la restitution de la prononciation qui ‘s’est imposée  est tout à fait sujette à caution. Le cas du tétragramme jugé imprononçable témoigne d’une certaine déconnexion alors que le français semble bien avoir su conserver et préserver une musique de la langue qui se sera largement perdue en route ailleurs. C’est probablement ce qui aura fait son succés des siècles durant et en ce sens,le français doit être considéré comme un véritable trésor pour l’Humanité.

 

JHB

08 09 21

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE, Bible, judaîsme, LINGUISTIQUE, théologie | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Les Dix Commandements ou le manuel du converti.

Posté par nofim le 6 septembre 2021

Jacques Halbronn

Les Dix Commandements ou le manuel du converti.

Quelle est la véritable portée de ce qu’on appelle les Dix Commandements? On ne peut selon nous les dissocier du « Ecoute Israel » tant ce texte y renvoie et à qui s’adresse-t-il sinon à un certain « Israel »?  On retrouve d’ailleurs cette référence dans l’Evangile selon Marc Ch.12

29. Jésus répondit: « Voici le premier(commandement) : Écoute, Israël, le Seigneur, notre Dieu, est l’unique Seigneur »

Cela ne devrait point surprendre dans la bouche de celui qui déclarait:

Matthieu 15:24   » Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël »

Dans l’Epitre aux Hébreux,  c’est le texte de Jérémie qui est repris (Ch XXXI)

« .Je mettrai Mes lois dans leurs cœurs, Et Je les écrirai dans leur esprit… », ce qui reprend le texte du Ecoute Israel.

On voit bien que Jésus s’adresse à une population qui n’est ni celle des Juifs, ni celle des pâiens mais à  une société en marge du monde juif, qui est celle des Israélites. C’est là une distinction qui échappe à beaucoup de commentateurs qui ne comprennent pas  un tel  statut intermédiaire.

Autrement dit, les Dix Commandements seraient indissociables du  » Shéma Israel » et cette injonction se retrouve dans plusieurs passages des livres « prophétiques » de l’Ancien Testament. En aucune façon,  ce sont les Juifs qui sont ainsi interpellés!

Les recommandations qui leur sont faites visent une société jugée corrompue, comme celle des Israélites, qui se sont rebellés contre la maison de Juda, à la mort du roi Salomon et qui ont introduit leurs croyance au sein même du Pentateuque et notamment du Livre de l’Exode où il est constamment question des « fils d’Israel »; (Beney Israel). Certains objecteront, non sans une certaine dose de naiveté, que le Livre de l’Exode traite d’une époque antérieure au temps de Salomon. C’est  vouloir  ignorer le processus de l’antidatation qui est la clef de la rhétorique prophétique!

Si l’on étudie les Dix Commandements, l’on perçoit en creux qu’on est dans Sodome, face à  une société corrompue/ Que l’on pense au dialogue de Dieu avec Abraham à propos de l’absence de « Justes », de tsadiqim (Livre de la Genése)

comme celle des Israélites et qui va devoir se repentir, ce qui est à la base de l’enseignement « chrétien »  de Jésus.

Ce serait une insulte que d’adresser de tels commandements  aux membres de la maison de Juda et la référence à l’Egypte et donc au Livre de l’Exode est, comme on l’a dit plus haut, suspecte.  Est il besoin de rappeler à un Judéen  « Tu n’auras pas d’autre Dieu que moi ». ou le respect du Shabbat? Quant à la convoitise de la femme du prochain, qui se voit interdite, de quelle société peut-il bien s’agir sinon de Sodome? En fait, aucun de ces commandements ne fait sens pour un Juif qui se respecte tant ils relèvent de l’évidence. C’est donc bien aux gens de la maison d’Israel que cette liste s’adresse, à ceux qui voudraient s’amender, se corriger.

 

  1. Je suis l’Eternel, ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Egypte, de la maison de servitude.
  2. Tu n’auras pas d’autre Dieu que moi.
  3. Tu ne prononceras pas le nom de Dieu en vain.
  4. Souviens-toi du jour du sabbat.
  5. Honore ton père et ta mère.
  6. Tu ne tueras point.
  7. Tu ne commettras pas d’adultère.
  8. Tu ne voleras point
  9. Tu ne feras pas de faux témoignage.
  10. Tu ne convoiteras ni la femme, ni la maison, ni la terre, ni rien de ce qui appartient à ton prochain.

On ne s’étonnera donc point que le Ecoute Israel récité à la synagogue ne mentionne pas explicitement cette liste insultante à la dignité/ Cette liste ne vaut que pour un public d’Israelites repentis (qui ont adoré le Veau d’Or(Exode)   alors qu’elle est gravée dans toutes les synagogues sur des « tablettes » murales.

Il reste que le texte du Ecoute Israel  ne mentionne pas ou plus les Commandements: il faut se contenter d’une formule vague:

« Que les commandements que je te prescris aujourd’hui soient gravés dans ton cœur » Quels commandements? On attend la suite  mais elle ne vient pas.  Pourquoi? Probablement parce qu’elle mentionne  des actes impurs!

Le simple fait de dire à quelqu’un  « ne fais pas ceci », laisse entendre que cela pourrait  se produire, qu’on peut le craindre. Rappelons que c’est Moise  qui délivre les Dix Commandements aux « Benei Israel »

On aura compris qu’une telle situation ne peut plus durer.  On ne peut tenir le même discours à deux populations de cultures et de moeurs différentes. Cela ne rime à rien:

L’on peut certes réciter le Shéma Israel  en présence de ceux à qui cela s’adresse. Mais tout se passe comme si, ceux qui le récitent de nos jours, y voyaient le nec plus ultra de la spiritualité juive à moins que l’on ne nous explique qu’il n’est pas ici question du Décalogue.  Mais dans ce cas,  pourquoi dire « Ecoute Israel ». On n’en sort pas!

Ce Shéma Israel nous fait penser à la prière chrétienne méprisante  sur les Juifs « impies »,  qui a été abandonnée il n’y a pas si longtemps.

Pour nous  le vrai message de la foi  juive est la reconnaissance à un Dieu qui a façonné notre humanité et non l’Univers, notre terre et notre Ciel  et non LE ciel en général, mais celui qui entoure la Terre. Ce Dieu est « notre » Dieu et les Juifs sont ‘son » peuple et ce possessif est exclusif. La lecture du premier verset de la Genése est faussée si on l’interpréte comme concernant Le Dieu à l’origine de l’ensemble de l’univers et ce n’est pas respecter ce Dieu que de l’assimiler à quelque principe premier, à un premier mobile. En ce sens, Spinoza est bien un hérétique!

Jésus a voulu  rapprocher les Israélites et les Juifs. C’était là ce pour quoi il est venu. Mais le clivage entre ces deux populations est bien antérieur au « schisme » puisque la cause du schisme  fut le refus du fils de Salomon de mettre fin à une situation inégalitaire. C’est dire que le récit de l’Exode est fallacieux en laissant entendre  que tous ces gens étaient issus d’un même ancêtre Jacob qui, comme par hasard, aurait reçu le surnom d’Israel (Livre de la Genése). Là encore, on nous rétorquera que tout cela est bien antérieur au temps du schisme mais la rédaction de l’Exode  est précisément marquée par ce temps là  tout comme les centuries de Nostradamus ne datent pas de son temps mais de celui de Ligue, C’est le rôle de l’historien de ne pas être victime de telles supercheries littéraires et de  » guider les égarés », comme disait Maimonide.

 

 

JHB

06 08 21

 

 

Publié dans judaîsme, Juifs, NOSTRADAMUS, RELIGION | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Le déni des repéres de temps et d’espace: astrologie et sexe

Posté par nofim le 30 août 2021

Le déni des repéres et temps et d’espace : anti-astrologie et accusation de sexisme et de racisme. E,njeux théologiques

par  Jacques  Halbronn

 

 

Quand nous nous interrogeons sur les clivages de temps et d’espace au sein de la Société, nous nous heurtons de nos jours à tout un systéme de brouillage des repéres en ce début de XXIe siècle.

L’idée de vouloir expliquer  les changements, les revirements dans le temps  comme celle de vouloir expliquer la fréquence de telle ou telle catégorie de personnes  présentant des traits distinctifs de sexe, de race, autant d’interdits qui entravent la démarche « scientifique »  d’autant que de telles recherches seront précisément stigmatisées comme « non scientifiques »!

En vérité,  cette double exigence de repéres nous semble parfaitement légitime et nous est apparue tout fait pertinente depuis fort longtemps. alors que cela pouvait condamner à une certaine marginalité. Il est peut être temps de remettre en question de tels préjugés qualifiés de discriminatoires et de changer de paradigme sous peine de générer un décalage entre ce que l’on perçoit et ce que l’on nous annonce comme non recevable.

Il est temps d’associer d’ailleurs au sein d’une même discipline cette double problématique de l’astre et du sexe., ce qui va à l’encontre de notre ressenti.  Il est certes plus difficile de parler des astres que des différences de couleur ou de sexe mais l’on note que dans les deux cas, l’on se heurte à un même déni. RAS. Circulez.

On nous brosse le portrait d’un personnage  bizarre qui serait à la fois partisan de l’astrologie et du racisme/sexisme. Mais cette stratégie se conçoit car dans les deux cas, il s’agit pour ces contempteurs,  de brouiller les pistes, ce qui permettrait plus de liberté de manoeuvre et d’invention;

 

 

JHB

30 08 21

Publié dans anthropocosmologiz, ASTROLOGIE, FEMMES, judaîsme, Juifs | Pas de Commentaire »

Vulcainjh Le meilleur choix ésotérique. Une collection unique

Posté par nofim le 24 août 2021

 

Accueil > Boutique de Vulcainjh > Ses produits >
Boutique de

VulcainjhNote : 4,5/5 pour 712 ventes

Le meilleur choix ésotèrique, une collection unique

Pour ceux qui veulent se constituer ou compléter leur bibliothèque: des livres et des revues tout au long du XXe siècle

Dictionnaire Des Symboles – Mythes, Rêves, Coutumes, Gestes, Formes, Figures, Couleurs, Nombres

Chevalier : Dictionnaire Des Symboles - Mythes, Rêves, Coutumes, Gestes, Formes, Figures, Couleurs, Nombres (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

Le Livre Des Superstitions – Mythes, Croyances Et Légendes

Mozzani Eloïse : Le Livre Des Superstitions - Mythes, Croyances Et Légendes (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

Les Secrets De L’exode – L’origine Égyptienne Des Hébreux

Sabbah Messod : Les Secrets De L'exode - L'origine Égyptienne Des Hébreux (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

Les Gens Indispensables Ne Meurent Jamais

Gutfreund Amir : Les Gens Indispensables Ne Meurent Jamais (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

Entre Les Lignes Entre Les Signes

Françoise Hardy : Entre Les Lignes Entre Les Signes (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

Meteor Titiana. (Il Était Une Fois Artima Tome 2)

Giordan : Meteor  Titiana. (Il Était Une Fois  Artima Tome 2) (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

Information Ou Désinformation ? – La Manipulation Médiatique Et Politique En Matière De Santé

Sylvie Simon : Information Ou Désinformation ? - La Manipulation Médiatique Et Politique En Matière De Santé (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

Le Rythme De La Totalite

Dane Rudhyar : Le Rythme De La Totalite (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

L’or Du Millième Matin

Armand Barbault : L'or Du Millième Matin (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

L’histoire Étrange Du Golem

Béresniak Daniel : L'histoire Étrange Du Golem (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

Les Cahiers Du Tarot Iii : Le Cahier De La Vie

Bocher, Alain : Les Cahiers Du Tarot Iii : Le Cahier De La Vie (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

Parapsychologie Et Reincarnation

Raymond Réant : Parapsychologie Et Reincarnation (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

Traité Élémentaire De Science Occulte

Papus : Traité Élémentaire De Science Occulte (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

Soyez Savants, Devenez Prophètes

Georges Charpak : Soyez Savants, Devenez Prophètes (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

Paracelse Ou La Force Qui Va

Albert-Marie Schmidt : Paracelse Ou La Force Qui Va (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

Paracelse. Introduction À La Médecine Philosophique De La Renaissance.

Pagel Walter : Paracelse. Introduction À La Médecine Philosophique De La Renaissance. (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

L’etrange Univers Des Prophetes

Gérard De Sede : L'etrange Univers Des Prophetes (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

Palestine(S). Les Déchirures

Féron Valérie : Palestine(S). Les Déchirures (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

L’astrologie De Tout Le Monde

Alan Leo : L'astrologie De Tout Le Monde (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

Astrologie

Derek Parker : Astrologie (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

Le Grand Livre De La Balance

Latou Henri : Le Grand Livre De La Balance (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

L Approche De Soi Et La Divination Par Le Yi-King

Hades : L Approche De Soi Et La Divination Par Le Yi-King (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

Le Sac Et La Cendre. – Etrangers Sur La Terre Le Sac Et La Cendre. – Etrangers Sur La Terre

Henri Troyat : Le Sac Et La Cendre. - Etrangers Sur La Terre Le Sac Et La Cendre. - Etrangers Sur La Terre (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

L’astrologie À La Portée De Tous; Premier Manuel : Clef De L’horoscope Personnel, Son Interprétation, Ses Applications Pratiques À La Prévision De L’avenir. Cours Pratiques D’astrologie…

Gastin Louis : L'astrologie À La Portée De Tous; Premier Manuel : Clef De L'horoscope Personnel, Son Interprétation, Ses Applications Pratiques À La Prévision De L'avenir. Cours Pratiques D'astrologie... (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

Dictionnaire De La Franc-Maçonnerie Et Des Francs-Maçons

Alec Mellor : Dictionnaire De La Franc-Maçonnerie Et Des Francs-Maçons (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

L’europe Et L’orient – De La Balkanisation À La Libanisation, Histoire D’une Modernité Inaccomplie

Georges Corm : L'europe Et L'orient - De La Balkanisation À La Libanisation, Histoire D'une Modernité Inaccomplie (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

Dictionnaire Analogique

Charles Maquet : Dictionnaire Analogique (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

Les Borgia

Ivan Cloulas : Les Borgia (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

Gemeaux, 21 Mai-21juin – Collection Zodiaque N°3

André Barbault : Gemeaux, 21 Mai-21juin - Collection Zodiaque N°3 (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

Histoire De La Voyance Et Du Paranormal – Du Xviiie Siècle À Nos Jours

Nicole Edelman : Histoire De La Voyance Et Du Paranormal - Du Xviiie Siècle À Nos Jours (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

L’astrologie Est Elle Contraire À La Raison ?

Reverchon, J. : L'astrologie Est Elle Contraire À La Raison ? (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

Quéribus – La Dernière Forteresse Cathare

Fernand Niel : Quéribus - La Dernière Forteresse Cathare (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

Réalité Astrale, Vérités Astrologiques

Oger Christiane : Réalité Astrale, Vérités Astrologiques (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

Réalité Astrale, Vérités Astrologiques

Oger Christiane : Réalité Astrale, Vérités Astrologiques (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

Astrologie Supramentale Et Pratique De L’interprétation

Natarajan : Astrologie Supramentale Et Pratique De L'interprétation (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

 

 

Profil du vendeur

VulcainjhNote : 4,5/5 pour 712 ventes (voir ses notes)

8

1044 produits en stock

Temps de réponse : 20h 43min
Taux d’acceptation : 90 %
Membre depuis : 04/01/2012
Dernière visite le : 23/08/2021
Expédition : Normal • Recommandé – Point de retrait So Colissimo • Chronopost • Point relais Mondial Relay
Pays d’expédition : France   Vendeur expédiant depuis la France métropolitaine

Economisez sur les frais de port en achetant au même vendeur.

Publié dans ASTROLOGIE, féminisme, judaîsme, LINGUISTIQUE, RELIGION | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn Sur le traitement du Judenstaat de Theodor Herzl (1896)

Posté par nofim le 10 août 2021

 

 

 

Sur le traitement du  Judenstaat  de Herzl.

Par Jacques  Halbronn

 

Il y  a près de 20 ans, nous avions  publié  dans Prophetica Judaica,  des documents concernant Theodor Herzl ( ed Ramkat 2002) –Le sionisme et ses avatars au tournant du XXe siècle.  Nous nous proposons ici, avec le recul, de revisiter ce dossier notamment quant à la question de la chronologie des éditions et du titre  français.

Claude Klein écrit (L’Etat des Juifs, La Découverte,  2003, p. 7) : » La Première édition française suivit de quelques mois seulement l’édition originale. Elle parut dans la Nouvelle Revue Internationale en deux parties, la première le 31  décembre 1896, la  seconde le 15 janvier 1897. Quelques semaines plus tard, cette même traduction  paraissait en brochure séparée comme Extrait de  la Nouvelle Revue internationale. Cette première traduction à l’impression très serrée ne couvre que quarante- trois pages. Curieusemenement, aucune indications n’est fournie quant au nom du traducteur » ‘ L’édition allemande date  du   15 février 1896 : Der Judenstaat, Versuch einer Modernen Lösung der Judenfrage  soit près d’un an avant la publication du texte en français sous le titre de l’Etat Juif.

On peut se demander pourquoi Claude Klein propose une traduction française  de l’allemand alors qu’il existe une traduction française d’époque, du temps de Herzl lui-même, qu’il aura probablement supervisée , la dite traduction ayant  été reproduite dans notre édition de 2002 avec pour titre l’Etat Juif.

Le probléme, c’est que la question de la traduction se pose à deux reprises dans le titre, ce qui conduit Klein à une certaine gesticulation : « L’Etat des Juifs. Contribution à une solution moderne de la question  juif ». Donc dans un cas, on rend Judenstaat par « Etat des Juifs »  et dans l’autre « Judenfrage » par  « Question Juive ! Klein se garde bien sur la page de titre de mentionner le sous- titre  quelque peu  embarrassant. Il substitue en quelque sorte, de facto,  le sous -titre d’origine en annonçant un ‘essai sur le sionisme ». Il est vrai que l’usage même du mot « solution » est génant,(Versuch einer Modernen Lösung der Judenfrage ) puisque cela fait songer à la « solution finale » des nazis. Endlösung. D’ailleurs, Claude Klein note (p. 6) que ce titre  (Versuch einer Modernen Lösung der Judenfrage )  avait été choisi au départ  par Herzl et  restera comme sous- titre par la suite. Klein se garde bien de  noter (p. 7) sous quel titre parut la traduction française d’ailleurs validée –par erreur ? -  par Herzl lui-même  lequel demeura à Paris un certain temps.

 

 

 

 

Dans son journal, Herzl rcconnait qu’il lui aura fallu près d’un an (tout au long de 1896) pour « caser » la traduction française (L’Etat juif, suivi de Extraits du Journal, Préface de Moché Scharf,  Ed Stock, 1981,  p. 176) On peut penser que la forme « Etat Juif » posait moins  probléme que « l’Etat des Juifs » si tant est que ce point ait été même évoqué. Curieusement, la « Question des juifs »  nous apparait comme « passant » mieux que la « Question  juive »  alors que l’Etat Juif  « passerait » mieux que l’Etat des Juifs car ici « des » a la portée d’une possession, d’une appartenance.

Se pose d’ailleurs la question du sens même du mot « Etat ». On pense à Vichy avec son « Etat Français » comme on dit « République Française »  et non République des Français. Quant à Louis Philippe, il sera qualifié de « Roi des Français » et non roi de France. On connait la formule  « la France aux Français » ou encore «Algérie Française. » Selon nous la qualification de l’Etat est déterminante et n’est nullement exclusive d’une certaine diversité des populations, ce qui devient restrictif sous la forme « Etat des Juifs », c’’est à dire « pour les Juifs »  On sait d’ailleurs de quelle façons la question  est devenue cruciale ces dernières années et peu compatible  avec une ouverture. En ce sens, l’adjectif ‘Juif »  se situe plus sur un plan philosophique  alors que la forme « des Juifs »  serait plus d’ordre ethnique.( cf   Claude Raphael  Samama, Réflexions nouvelles sur des questions  juives . Du singulier à  l’universel,  Paris, ed. Maisonneuve & Larose, 2007) Ainsi, nous aurions tendance à traduire le titre  de Herzl : l’Etat Juif, essai de solution de la question des Juifs !

  1. En fait,  il convient de constater le mode de passage du français vers l’allemand et vice versal/ Pour dire « langue maternell e »  en allemand, cela devient « Muttersprache », la langue de la mère et pour dire taches solaires, cela devient en allemand Sonnenflecke/ Dans les deux cas l’adjectif  français est rendu en allemand par un nom et donc l’Etat Juit  devient en allemand « Judenstaat », l’Etat des Juifs si l’on devait traduire littéralement tout comme l’on dirait – à tort-   la langue de la mère ou les tâches du Soleil/ Tiergarten le jardin des animaux devient en français  jardin zoologique, avec la formation d’ un adjectif ais signe zodiacal.

 

JHB

06 08 21

 

 

 

Publié dans judaîsme, Juifs | Pas de Commentaire »

Jacques Halbronn : Gaffarel et Spinoza pionniers de la critique biblique

Posté par nofim le 5 août 2021

 

 

 

 

Contribution à l’histoire de la critique biblique De Gaffarel à Spinoza

 

par  Jacques  Halbronn

 

 

 

 

 

Cette étude entend compléter notre post-doctorat (2007) consacré à la naissance  de la critique nostradamique au XVIIe siècle

 

 

 

Est ce une coincidence si la traduction latine des Curiositez Inouyes  de Gaffarel (qui décédera en 1681) paraît en 1678 à Hambourg et à Amsterdam Curiositates Inauditae de Figuris Persarum talismanicis. Horoscopo Patriarchum  et Characteribus  Coelestibus Hambourg et Amsterdam (BNF) au lendemain de la parution de l’édition posthume des œuvres de Spinoza (mort en cette même année 1677)  dont le Tractatus Theologico Politicus, considéré comme une œuvre pionnière de la critique biblique ?

 

  1. On comparera des extraits des tables des matières des deux ouvrages en prenant pour base la traduction française du Tractatus  (Bib. Arsenal) parue sous le titre « La Clef du Sanctuaire » en 1678 à Leyde  (Hollande- habituée à publier en français on pense à Nostradamus dont les  quatrains  paraissent  chez le même éditeur que pour Gaffarel en latin :.Les Vrayes Centuries et Prophéties de maistre Michel Nostradamus, Amsterdam,  Jean Jansson [...], 1668, soit dix ans plus tôt.  Cette édition en langue  française-anonyme-  sous ce titre « Clef du Sanctuaire » -aura certainement rendu plus accessible la pensée de Spinoza  quasi simultanément  avec la parution en latin. :

 

 

 

 

 

Spinoza  Clef du Sanctuaire   table des  chapitres

 

I  de la prophétie  II Des  prophétes   IIIde la vocation des Hébreux & si le  don  de prophétie ne se trouvait que  parmi eux  IV De la loy divine   Les raisons pourquoy les ceremonies ont été instituées & de la foy des  histoires à scavoir en  quel sens  &  à qui elles sont  nécessaires

 

VI des miracles  VII de l’interprétation des Escritures

 

VIII Que les cinq premiers livres de la Genése n’ont pas  esté escrits par  Moyses ni ceux de  Josué, des Juges, de Rois de Samuel par ceux dont ils portent le nom

 

 

 

X  examen  du Vieux Testament

 

XII  Du  véritable original de la loy divine

 

XX Que dans une République libre   il doit estre permis d’avoir  telle opinion  que l’on  veut et mesme de la dire

 

 

 

 

 

Gaffarel  Curiositez  Inouyes  1631

 

  1. Partie   ch I   Qu’on  a    faussement imposé plusieurs  choses  auc Hébreux &  au reste des Orientaux qui ne furent  jamais

 

Sommaire :

 

  1. 1  Arguments  contre les Orientaux , sur quoy fondez

 

2 Juifs faussement accusez par Apion, Plutarque,  Strabon, etc  d’avoir adoré des asnes, des ceps de vigne & des nuées

 

3  Naissance de ces resveries. D’où  tirée

 

4 Faux, que les Syriens adoraient les poissons. Xénophon, Cicéron  etc  réfutez

 

5 Dagon  mais en forme de Triton Fable descouverte

 

6  Samaritains nullement idolastres non plus que Aaron & Jéroboam  pour avoir dressé des veaux d’or

 

7 Chérubins  non en forme de jeunes hommes contre tous les Autheurs grecs & Latin   et la plupart des Hébreux

 

8 Arguments pour l’innocence des Samaritains

 

9  Raisons  des Hébreux  &  de Caietan  touchant la figure des chérubins nulles

 

10 Faux, que les Hébreux brulassent leurs enfants à l’idole de Moloch & d’où est venue la coutume de sauter  par dessus les feux de la Saint Jean

 

seconde partie

 

Ch III

 

qu’à  tort, on a blasmé les Persans  & les curiositez de leur magie, sculpture  &  astrologie

 

1 Mauvaise coutume de blasmer les Anciens

 

Raisons  qu’on apporte contre les Persans& leur magie examinées & trouvées nulles. Erreurs ensuite  du Pseudo Bérose etc touchant Zoroastre

 

5  Erreurs (…) touchant Séraphins . Contes grotesques de Philon

 

sur ce sujet

 

7 Choses merveilleuses & admirables qui ont prédit les malheurs qu’on  a vu naistre

 

 

 

Ch IV Qu’à faute d’entendre Aristote  on a condamné la puissance des figures & conclu beaucoup de choses & contre ce Philosophe &  contre toute bonne philosophie.

 

1  Erreur que l’ignorance des langues a causé dans les lettres

 

2   non pas

 

3 !faux  qu’il faille dire

 

4  faux,  mal entendue

 

5 Sotte interprétation

 

6 Erreur que l’on commet es mots

 

7  Faux qu’on  tire d’Aristote que le feu soit humide, contre Du Villon

 

9 Fausse  interprétation

 

Ch VI

 

1  Vanité intolérable de quelques demy savants

 

7 Faux que le  veau d’or & le serpent  d’airain fussent  des talismans

 

Ch VII Que les objections qu’on fait contre les figures talismaniques n’ostent rien de leur puissance

 

sur les objections

 

6  quatriesme objection réfutée

 

7 cinquiesme objection nulle

 

8  Faux que  l’opération des talismans vienne  des  secrétes vertus de la pierre

 

9 Faux que la vertu des astres ne descende aussi  bien sur le scorpion vivant que sur son image

 

15 Objections contre les Figures par cy devant incognues & leur response.

 

 

 

Troisiesme Partie

 

Ch VIII Qu il est faux que l’Astrologie des Anciens ait donné commencement à l’Idolatrie. Sommaire

 

3 mescompte de Pline à ce sujet

 

4  astrologie  comment  bonne ou mauvaise

 

8 Raisons  qui prouvent l’innocence  de cette  curieuse antiquité

 

Quatriesme Partie Des estoilles et de tout ce qui est en l’air

 

8  contre les  rabbins

 

L’on perçoit aisément des convergences de ton entre les deux auteurs.

 

Revenons  sur l’organisation des Curiositez Inouyes. On note que la première partie est celle qui vise à démonter, à déconstruire les attaques et objections, d’où son titre « De la défence des Orientaux ». Or ce titre ne figure point au titre de l’ouvrage qui  met en avant  l’intitulé de la deuxiéme partie sans mentionner celui de la première partie. Et c’est précisément cette  première partie qui aura retenu ici notre attention et justifié le rapprochement avec le début du Traité théologico-politique de Spinoza. La deuxiéme partie, en dehors de  son premier chapitre (III  Qu’on a tort de blasmer  etc’ »), n’offre pas ce même caractère apologético-critique. Par ailleurs, la deuxième partie se termine par la formule « Concluons etc », ce qui nous améne  à penser que les troisiéme et quatriéme partie auront été rajoutées, ce qui ressort d’ailleurs de la disposition de la page de titre qui fournit les intitulés des troisiéme et quatriéme parties au lieu de les repértorier dans le corps de l’ouvrage. Dans l’édition latine de Hambourg 1678 (BNF), la disposition reste la même avec des différences typographiques marquantes  au titre de l’ensemble entre la présentation de la deuxième partie et celle des troisiéme et quatrième parties.

 

On signalera que Gaffarel recourt fréquemment à l’hébreu dans son texte et que Spinoza  est l’auteur d’une  Grammaire hébraïque – il met notamment en question la validité  de la vocalisation du texte biblique, qu’il trouve sujette à caution-

 

Spinoza, dans sa Préface au TTP, s’en prend aux superstitions et à la crainte qui les alimente. Il met l’accent sur la problématique du prophétisme.

 

On se contentera de citer les têtes  des premiers  chapitres  qui donnent une assez bonne idée de la méthode de Gaffarel,  laquelle combine  apologétique et critique : «  « Du premier chapitre  des Curiositez Inouyes  qui sert à monstre qu’on a faussement imposé plusieurs choses aux Hébreux &  au reste des Orientaux qui ne furent jamais »

 

Du second chapitre ; pour monstrer qu’on a estimé plusieurs choses ridicules & dangereuses dans les livres des Hébreux qui sont  soustenues sans blasme parles Docteurs Chrestiens

 

Du troisiesme chapitre  pour montrer qu’à tort on blasme les Persans &  les curiositez de leur Magie, Sculpture & Astrologie »

 

L’ouvrage de Gaffarel comporte en sa troisiéme partie une défense de l’astrologie  reprise dans l’édition latine de Hambourg 1678. : « Qua Orientales defenduntur ».  « Falsum astrologia veterum «  L’astrologie des Anciens,  y affirme-t-on, ne saurait se voir imputer l’idolatrie.   Sous le terme Orientales, on s’est demandé si cela ne désignait pas en particulier les Hébreux.

 

En 1637,  Gaffarel  avait publié à Paris  en italien  de  Léon de Modène (1571-1648)

 

Historia de gli riti hebraici, dove si ha’ breve e total relatione di tutta la vita, costumi, riti et osservanze de gl’Hebrei di questi tempi, di Leon Modena,…

 

accompagné d’une lettre de sa plume en latin. L’ouvrage paraitra en français en 1674  et  aura suscité l’intérêt de Richard Simon, le père de la critique biblique.  Cérémonies et coutumes qui s’observent aujourd’huy parmy les juifs, Traduites de l’Italien de Léon de Modene, Rabin de Venise. Avec un supplément touchant les sectes de Caraïtes & des Samaritains de nostre temps par Don Recared Sçimeon (Richard Simon), Paris, Chez Louis Billaine, 1674,

 

Un collectif  remarquable parut en 2014  comprenant diverses contributions : Jacques  Gaffarel  Between Magic and Science/  Edited  Hiro Hirai.  ¨Pise Rome   Fabrizio Serra  2014  /

 

Mais si la dimension apologétique est soulignée, il ne semble que la dimension critque l’ait été suffisamment, ce qui nuit à la perception d’un Gaffarel  impulsant  une démarche critique. Or,  celle-ci est intimement liée à l’apologétique dans la mesure où il convenait de discréditer toutes sortes d’arguments traités par Gaffarel de « faux », de « nuls » etc Il convient par ailleurs de préciser que les Curiositez Inouyes  ont fait l’objet d’additions à savoir Horoscope des Patriarches  et Lecture des Etoiles qui ne sont que des appendices que l’on aura fini par considérer-à tort- comme faisant partie du projet initial des Curiositez Inouyes.

 

Abordons  briévément la critique de Charles  Sorel (Sieur D. L.)  dans  Des Talismans, ou Figures faites sous certaines constellations, pour chasser les bestes nuisibles, détourner les orages, guerir les maladies, & accomplir d’autres effets merveilleux [Texte imprimé] ; Avec des observations contre le livre des curiositez inouyes de M.I. Gaffarel ; Et un traicté de l’unguent des armes ou unguent sympathetique & constellé,… : le tout tiré de la seconde partie de la Science des choses corporelles / par le sieur de l’Isle en 1636   donc avant la publication de 1637 en italien de Léon de Modéne (cf supra);   puis  en 1640 in Secrets astrologiques (…) a quoy l’on a rajouté des Observations contre le livre des  Curiositez Inouyes de M. J. Gaffarel, chez Antoine de Sommaville lequel libraire publiera en 1659  l’Astrologie  Naturelle de Blaise de Pagan.(cf nos études à la suite du reprint du Commentaire du Centilogue de Nicolas Bourdin, Paris, Trédaniel, 1993)

 

 

 

Bibliographie :  textes extraits de “Jacques Gaffarel; Between Magic  and Science” (cité plus haut):

 

Peter  Foshaw   Concealed Mysteries and Unheard of Curiosities :Jacques : Gaffarel’s Defence of Celestial Writing and divine Kabbalah.

 

S. Taussig  La réception des Curiositez  Inouies par  Gassendi  et Mersenne  L’auteur  cite à propos de Gaffarel notre  Monde Juif et l’astrologie. Milan, Arché 1985

 

Images, Talismans  and Medicine in Jacques  Gaffarels » Unheard of  Curiosities   Hiro Hirai

 

 

 

 

 

JHB

 

10 08 21.

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Bible, judaîsme, Juifs, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

12345...12
 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs