• Accueil
  • > ASTROLOGIE
  • > Jacques Halbronn L’astrologie envahie par une mystique des temps nouveaux

Jacques Halbronn L’astrologie envahie par une mystique des temps nouveaux

Posté par nofim le 3 avril 2021

L’astrologie, envahie par une mystique des temps nouveaux

par Jacques Halbronn

 

L’astrologie contemporaine n’est pas une renaissance de l’astrologie mais sa transfiguration sur un fonds d’événements tant astronomiques que politiques d’un nouveau genre. Cette évolution aura selon nous complétement dévoyé l’astrologie du Xxe siècle.

 

I Les évenéments astronomiques

Comme nous l’avons mont é dans un précédent texte relatif aux années 1930-1940, autour de Dom Néroman, Surany et Brunhuner, les découvertes successives d’Uranus, Neptune et Pluton auront radicalement transformé les fondations du discours astrologiques et auront rejoint une astrologie marginale qui était celle qui s’était construite autour du phénoméne des comètes.(cf notre dossier Les variations d’impact des ‘comètes » en France. Etude bibliographique (fin Xve -fin XVIIIe), in Actes du Colloque de 1986, La comète de Halley et l’influence sociale et politique des astres, , Bayeux 1991 pp. 53 et seq) On pourrait y ajouter certains textes sur telle « Stella Nova » de Kepler. Tout se passe ici comme si l’astrologue était amené à déchiffrer, à interpréter les signes célestes de son temps. Pierre Bayle, dans ses Pensées sur la Comète (de 1680) témoignera de cette tendance. Paradoxalement, d’ailleurs, l’astrologie des comètes sera mieux reçue par les milieux religieux que l’astrologie cyclique traditionnelle en ce qu’elle supposait voire impliquait l’existence d’une Providence en train de se manifester.

Or, l’intérêt suscité, depuis la fin du XVIIIe siècle pour les nouveaux objets planétaires du systéme solaire, révélés par des astronomes n’hésitant pas à recourir à la mythologie pour baptiser leurs découvertes, allait plonger toute l’astrologie dans ce type de lecture prophétique., au nom d’ailleurs d’une certaine idée de la modernité.Au fond, ces nouvelles planètes ne démontraient-elles point que l’astrologie n’avait jusque là pas disposé de toutes les notes de son clavier ?D’ailleurs, les anti-astrologues n’hésitaient pas à souligner les lacunes du savoir astronomique des astrologues. .

Nous montrions dans l’étude parue sur Nofim.unblog.fr que les événements politiques des années Trente semblaient bel et bien valider la portée de ces nouvelles planète avec Pluton pour couronner le tout, repérée en 1930.

 

II Les événements politiques

Avec la Seconde Guerre Mondiale, une nouvelle typologie historique s’imposait, celle de guerres « planétaires » dans tous les sens du terme. Dès la fin des années 40, l’astrologue Henri Gouchon établira un graphique expliquant que les deux conflits obéissaient à un même processus cosmique. Il construit un indice de concentration planétaire, comprenant Uranus, Neptune et Pluton venant s’ajouter à Jupiter et à Saturne qui « expliquait » et extrapolait par rapport à ces deux conflagrations. André Batbault reprit vingt ans plus tard le graphe ainsi constitué par les conjonctions des « planètes lentes » en pariant sur un ‘jamais deux sans trois » pour le début des années 80 tout comme il avait parié sur le succès du communisme soviétique. A ce propos, la fin des années 80 et le début des années 90 consacrèrent plutôt la tendance inverse avec l’effondrement de l’Europe de l’Est sous emprise russe puis la dislocation de l’URSS elle-même., mettant fin à son statut de « super-puissance ».

 

Conclusion : l’astrologie avait été ainsi envahie par l’émergence de nouvelles planètes et par celle de nouveaux phénoménes historiques sans parler des idéologies communistes et fasciste qui venaient en quelque sorte confirmer l’importance du nouvel apport astronomique. Avec le recul, l’idée de guerre mondial semble bien avoir fait long feu et donc condamnait les spéculations de Barbault sur un mauvais cheval tout comme l’était aussi le communisme. Pas de chance ! D’ailleurs, la problématique des nouvelles planètes semble également ne déboucher sur rien, notamment avec la disqualification de Pluton par la communauté astronomique en 2006.

Il est temps selon nous de revenir à une astrologie prenant de la distance tant par rapport aux nouvelles planètes que par rapport à toute forme de nouveaux phénoménes politiques pour l’inscrire dans une approche plus sociologique de compréhension des mécanismes sociaux récurrents à travers les âges. En tout état de cause, il nous a toujours paru malsain de laisser entendre que l’astrologie aura traversé des siècles dans l’ignorance de facteurs astronomiques essentiels et de toute façon pour s’inscrire dans le champ de la Cité, il fallait que les astres dont se servaient les astrologues fûssent visibles à l’oeil nu, au vu de tous et non par le truchement de ces machines que sont les lunettes et les télescopes !,

Laisser un commentaire

 

Hertiuatipo |
L'actualité du droit d... |
Beats Pas Cher |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lixueosche
| Kenpkcv
| Luivaterfoxs